Navigation – Plan du site
Dossier : Inscriptions urbaines américaines : rapports d’autorités

Introduction au dossier « Inscriptions urbaines américaines : rapports d’autorités »

Introduction to the dossier « Inscriptions urbaines américaines : rapports d’autorités »
Introducción al dossier « inscriptions urbaines américaines : rapports d’autorités »
Jean-Baptiste Barra, Timothée Engasser et Modesta Suárez

Résumés

Ce numéro est consacré à l’espace urbain américain contemporain à travers l’expérience des inscriptions murales et des rapports sociaux qu’elle génère et met également en évidence : dans le sens d’une confrontation entre différents acteurs (graffeurs, habitants, institutions) mais aussi dans celui d’une négociation possible. Qu’elles soient graffitis, tags, pixação ou fresques, ces écritures agissent comme révélatrices de tensions, voire de conflits. Cependant les études réunies ici, dans une optique à la fois pluridisciplinaire et transmédiatique, permettent de mieux situer des fractures qui évoluent et se nuancent sans cesse entre violence et reconnaissance ; des réflexions qui effacent les frontières nationales et/ou locales ; des orientations et des réponses qui tentent de remodeler une partie de la culture populaire urbaine (incluant la musique et le cinéma) sur l’ensemble du continent américain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Eduardo Subirats, « L'écriture de la ville », dans Cruauté et Utopie, villes et paysages d'Amérique (...)

1De la « ciudad letrada » d'Ángel Rama, la ville lettrée construite par la colonisation, et vivant sous l'emprise de l'autorité coloniale, au lettrage de la ville actuelle, créateur d'une continuité entre périphérie et centre, il existe une sorte de continuité. Peut-il d’ailleurs y avoir compréhension de ce phénomène sans une observation de « l'envers des mégalopoles post-coloniales, [qui] est aussi la masse humaine, symboliquement hybridée et socialement désintégrée, qui s'étend sans limites vers les périphéries infra-urbaines1 » ?

  • 2 Nous remercions Francesca Cozzolino (EHESS et École des arts décoratifs) et Ariela Epstein (LISST-C (...)

2Les inscriptions urbaines présentées dans ce dossier constituent un carrefour privilégié pour qui veut s'aventurer dans l’analyse de l'espace urbain contemporain et des enjeux socio-politiques qui s'y rattachent2. Le simple pan de mur ou de tôle sur lequel s'inscrit ce nouveau lettrage, objet premier de toute étude sur le tag, le graffiti, le mural ou la pixação, permet ainsi à l'observateur d'appréhender la ville à différentes échelles. Ce même pan de mur est au centre du conflit ou de la négociation entre le graffeur et les différentes autorités (privées ou publiques) et il est aussi le lieu de la régulation d'un certain contrôle urbain, qui peut parfois être délégué à un niveau transnational, par le biais de la patrimonialisation ou de l'artification.

  • 3 Nous renvoyons à la lecture de l’article suivant de Béatrice Fraenkel, « Les écritures exposées », (...)

3Nous nous proposons donc ici de considérer les inscriptions urbaines américaines des dernières décennies dans leur diversité formelle et géographique (terrains chilien, uruguayen, brésilien, mexicain, haïtien et étatsunien), et de questionner la place qui est la leur dans l'environnement urbain, comme nous avions pu le faire lors d'une Journée d’Étude intitulée Inscriptions urbaines américaines : rapports d’autorités. En effet, nous faisons l’hypothèse que ce que l’on appelle également les « écritures exposées3 » sont porteuses de formes nouvelles de sociabilité et de rivalité.

4Par ailleurs, l'un des enjeux de ce numéro des Cahiers de Framespa est d'insérer au cœur de notre travail une logique pluridisciplinaire permettant d'utiliser divers points d'entrée pour l'étude de cet objet particulier. Les diverses approches issues notamment de la géographie, de la littérature, de la sociologie ou encore de l'anthropologie, mettent en place autant d'outils méthodologiques transversaux pour appréhender un sujet aussi complexe. Une seconde logique s'impose également, celle d'un travail collectif entre jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, sur des thématiques dont la perception académique est en perpétuelle évolution. Notre approche est américaine et par là même plurilingue, s'inscrivant dans une perspective comparatiste.

5Ce nouveau regard suppose l'usage de nouvelles démarches de recherche et d'analyse. Il favorise l’expression d’un travail que l’on appelle, en Amérique latine, la « recherche-action », qui vise à restituer tout ou partie des travaux scientifiques à la communauté qui les a permis ou qui a aidé à les produire. Nous pensons aux travaux d’Elsa Bouvier avec les graffeurs de Valparaíso, à ceux de Timothée Engasser auprès des pixadores de São Paulo ou encore à ceux de Sterlin Ulysse avec les artistes haïtiens, et aux liens qu’ils continuent à maintenir avec ces différents groupes.

  • 4 En plus des photographies présentées dans ce numéro, nous renvoyons au blog de photographies alimen (...)
  • 5 Jean-Baptiste Barra, « Santiago », 2015, 14’ 22”. Disponible en ligne sur : https://www.youtube.com (...)

6Ce numéro est aussi l'occasion pour nous de mettre en avant des outils audiovisuels qui valorisent différemment la recherche en sciences sociales : utilisés par les chercheurs en général (travail photographique4, vidéo-documentaires5, sons, etc.), ils sont encore peu reconnus comme des éléments constitutifs de l’évaluation de la recherche. Ces initiatives transmédiatiques sont autant de manières d'investir la recherche pour tenter de montrer le réel, et elles sont inspirées par des théories déjà développées par l'anthropologie visuelle et la sociologie visuelle. Au risque de se voir reprocher une empathie qu’il convient toujours d’assumer, on arriverait à une « recherche-création » permettant d'appréhender différemment des personnes ou des pratiques que le sens commun caractérise volontiers de « vandales ». Articuler ainsi le geste et le discours des acteurs autorise et réactualise le regard sur ces pratiques d'écritures populaires.

  • 6 Michel Foucault, « Qu'est ce qu'un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63e(...)

7La notion d’autorité que nous utilisons ici est empruntée au double terme défini dans la langue espagnole : « autoría » et « autoridad ». Dans le premier cas, il s’agit de la revendication par un auteur d’une création (quelle qu’elle soit) ou d’un crime (en droit pénal), alors que, dans le second, il concerne le pouvoir, celui qui l’exerce, de fait ou de droit. On a également sous cette définition, dans le Diccionario de la Real Academia de la Lengua Española, une idée de légitimité, de prestige, de crédit accordé à celui qui détient l'autorité. Il est intéressant de reprendre ici la réflexion de Michel Foucault, pour qui cette notion d'« auteur » traduit en réalité une fonction de laquelle découle un régime de responsabilité : « les textes, les livres, les discours ont commencé à avoir réellement des auteurs dans la mesure où l'auteur pouvait être puni, c'est-à-dire dans la mesure où les discours pouvaient être transgressifs6 ». Aussi préférons-nous à l'emploi du mot auteur celui du mot acteur, qui laisse de côté la question de la reconnaissance artistique de ces inscriptions et met mieux en lumière les pratiques de « déconstruction » de cette même autorité. Il convient donc de problématiser les moments et les espaces de rencontre et de confrontation entre les deux versants de cette notion.

8Dans quelle mesure ces écritures, qu’elles naissent dans des périodes politiques extrêmes (dictatures, ghettos aux États-Unis, etc.), dans des époques de tensions (révoltes, défense d’un pouvoir populaire) ou dans le simple quotidien, sont-elles toujours révélatrices de rapports complexes entre les institutions (État, mairie, justice, police), les propriétaires des murs et les acteurs (artistes vs vandales), dans l’espace public ? Ceci n’excluant nullement des traces d'humour, d'ironie ou de provocation.

9Comment ces inscriptions permettent-elles de faire émerger des rapports au politique dans lesquels se mêlent tour à tour des processus de patrimonialisation ou de contestation pure et simple de l’ordre établi ? Des rapports dans lesquels peuvent se confondre des demandes de reconnaissance artistique en même temps que l’usage d’un sociolecte ?

10Les différents travaux réunis dans ce numéro sont autant d’éléments de réponse puisés sur des terrains américains, rendant compte de pratiques extrêmes-contemporaines. On peut réunir dans une même compréhension les trois premiers articles qui font état de terrains latino-américains (chiliens et brésilien). L’intérêt de ces travaux réside aussi dans les entretiens recueillis, qui émaillent les réflexions et nous rendent plus proche les implications et les choix des acteurs. Tous trois s’intéressent donc aux conflits inhérents à la pratique du tag et de l’écriture urbaine, et à leurs répercussions au niveau politique et/ou artistique. Ainsi, Jean-Baptiste Barra met-il en relation la répression d’une pratique populaire, le rayado, avec le paradoxe d’une promotion de la peinture murale par l’autorité publique de Santiago du Chili. De son côté, Elsa Bouvier propose de prolonger cette analyse grâce une étude de cas de la ville de Valparaíso. L’auteure s’est penchée sur les relations complexes qu’entretiennent les graffeurs et la municipalité. Entre patrimonialisation et illégalité, « artification » et vandalisme, contrôle social et négociation, la ville de Valparaíso apparaît comme un véritable laboratoire d’expérimentation sur les inscriptions urbaines. Le troisième article, proposé par Timothée Engasser, porte sur les enjeux politiques et artistiques d’une pratique d’inscription illégale dans la ville de São Paulo. S’appuyant sur des entretiens et une observation participante, l’auteur interroge les évolutions d’une pratique décriée par le public et les autorités locales : la pixação.

11L’artiste Banksy est sans nul doute un point de rencontre pour les deux articles suivants. Marie Bouchet expose une étude de l’histoire du street art à travers le film Exit through the gift shop. Jouant sur les brouillages entre vrai et faux dans le documentaire de l’artiste anglais, la chercheuse met en lumière les basculements de pouvoirs dans l'univers du street art, et interroge des catégories comme l’éphémère autant qu’un certain rapport à l’illégalité. Pour sa part, Sterlin Ulysse nous projette dans la découverte du graffeur-rappeur haïtien Jerry, disciple, comme tant d’autres de ses compatriotes, de Banksy, le revendiquant dans la recherche d’identité et de reconnaissance qui est la sienne. La contextualisation de l’art urbain en Haïti permet de mieux situer les enjeux sociaux et personnels de cet art où, grâce à ses textes et ses fresques politiques, Jerry donne une voix aux habitants des quartiers populaires.

  • 7 Document qui reprend en les traduisant des extraits d'un ouvrage de l'auteur, paru en 2013, aux édi (...)

12Les écritures urbaines n’évoluent donc pas de façon isolée dans nos environnements quotidiens : elles sont souvent révélées et relayées par d’autres pratiques artistiques. C’est ce que retracent les travaux de Claude Chastagner et d’Enrique Flores7 (section Document). Tous deux évoquent un espace plus ou moins quadrillé par les autorités, de part et d’autre de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, où graffitis, tags et autres signatures servent de points d’appuis visuels aux narcocorridos, ces « épopées » chantées, parlées, « rappées » et surtout versifiées dans les meilleures règles de la tradition poétique. L’histoire contée met en scène le monde des narcotrafiquants, maîtres de territoires à la fois économiques et symboliques. Du mur à la voix, tout en restant dans la rue, c’est une autre perspective culturelle qui affleure et pose une autorité nouvelle.

  • 8 Michel Lussault, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, coll. Mondes vécus, (...)

13Quelles que soient leurs formes, les inscriptions urbaines américaines entretiennent et questionnent des rapports d’autorité de plus en plus complexes au sein des espaces publics. Face aux différentes initiatives d’accaparement et de contrôle qui s’exercent dans les villes contemporaines, ces inscriptions urbaines se présentent bien, en effet, comme un moyen pour passer « de la lutte des classes à la lutte des places8 ».

Haut de page

Notes

1 Eduardo Subirats, « L'écriture de la ville », dans Cruauté et Utopie, villes et paysages d'Amérique latine, Jean-François Lejeune (dir.), Bruxelles, CIVA, 2003, p. 87.

2 Nous remercions Francesca Cozzolino (EHESS et École des arts décoratifs) et Ariela Epstein (LISST-CAS de l’Université de Toulouse-Jean Jaurès et EHESS) pour leur présence active à nos côtés, lors de la Journée d’Étude organisée le 14 novembre 2014, à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Leur livraison du numéro de Nuevo mundo, Mundos nuevos, sur « Un siècle de peinture murale  Fonctions et dynamiques comparées », en janvier 2014, nous a permis d’établir un dialogue fructueux avec d’autres territoires et d’autres époques à partir de la pratique de la fresque murale, inscription proche de celles qui nous occupent.

3 Nous renvoyons à la lecture de l’article suivant de Béatrice Fraenkel, « Les écritures exposées », dans Écritures, Jacques Anis (dir.), Linx, n° 31, 1994, p. 99-110. Disponible en ligne sur : http://www.persee.fr/doc/linx_0246-8743_1994_num_31_2_1327 (consulté le 8 mars 2016).

4 En plus des photographies présentées dans ce numéro, nous renvoyons au blog de photographies alimenté par Jean-Baptiste Barra et Timothée Engasser, au cours de leurs terrains au Chili et au Brésil, respectivement : ba421h2601.tumblr.com (consulté le 8 mars 2016).

5 Jean-Baptiste Barra, « Santiago », 2015, 14’ 22”. Disponible en ligne sur : https://www.youtube.com/watch?v=DsKxH-FFevo (consulté le 8 mars 2016) ; Timothée Engasser, « Occupation Visuelle », 2015, 16’. Disponible en ligne sur : https://www.youtube.com/watch?v=b-JdFJzVkaA (consulté le 8 mars 2016).

6 Michel Foucault, « Qu'est ce qu'un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63e année, n° 3, juillet-septembre 1969, Paris, Société française de philosophie, p. 73-104.

7 Document qui reprend en les traduisant des extraits d'un ouvrage de l'auteur, paru en 2013, aux éditions UNAM Libros.

8 Michel Lussault, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, coll. Mondes vécus, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Barra, Timothée Engasser et Modesta Suárez, « Introduction au dossier « Inscriptions urbaines américaines : rapports d’autorités » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 21 | 2016, mis en ligne le 15 mai 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/3662

Haut de page

Auteurs

Jean-Baptiste Barra

Jean-Baptiste Barra est titulaire du Master Recherche de l’Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse, à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Il étudie actuellement dans le Master Recherche et Expérimentation à l’École Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse.
jeanbaptiste.barra@gmail.com

Articles du même auteur

Timothée Engasser

Timothée Engasser, Master Recherche de l’Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse, à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès ; Master Recherche et Expérimentation à l’École Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse.
t.engasser@hotmail.fr

Articles du même auteur

Modesta Suárez

Modesta Suárez, Professeure, Université de Toulouse-Jean Jaurès, Laboratoire FRAMESPA – CNRS 5136
modestasuarez@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org