Navigation – Plan du site
Varia

La frontière dans les généalogies du Libro Verde de Aragón

The Border in the Genealogy of Libro Verde de Aragón
La frontera en las genealogías del Libro Verde de Aragón
Monique Combescure Thiry et Christian Combescure

Résumés

Les quelques trois mille personnages du Libro Verde de Aragón – recueil généalogique décrivant la descendance de Juifs aragonais convertis vers 1400 – eurent de bonnes raisons de franchir les frontières du royaume d’Aragon. Mais ces déplacements n’avaient pas la même importance pour tous. Certains quittaient définitivement le pays natal pour fuir la répression inquisitoriale et échapper au bûcher. D’autres sortaient d’Aragon pour se marier, exercer leur activité commerciale, se mettre au service de la royauté ou de l’Église. Exceptionnellement le Libro Verde signale quelques non Aragonais venus s’établir à Saragosse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Monique Combescure Thiry, Miguel Ángel Motis Dolader, Libro Verde de Aragón, Zaragoza, Libros Certe (...)

1Le Libro Verde de Aragón décrit, sur près de deux siècles, les généalogies descendantes de Juifs aragonais convertis au christianisme, vers 1400, au temps de Saint Vincent Ferrier1. Le titre du manuscrit, Ms 3090 BNE, précise : Linages de Aragon y particularmente de la ciudad de Zaragoza que llaman el Libro Verde. Mais l’étude de ces familles nous entraîne bien au-delà de Saragosse et de l’Aragon.

2Les judéo-convers, ou conversos, ne représentent qu’une classe particulière de la population, cependant les quelques trois mille personnages recensés dans ces documents peuvent nous donner une idée de la vie de la société aragonaise de l’époque. Extrêmement actifs, ils occupèrent souvent de hautes fonctions administratives, pratiquèrent le commerce international, s’allièrent par mariage à des roturiers ou à des nobles provenant de contrées voisines. Beaucoup d’entre eux eurent donc de bonnes raisons de franchir les frontières.

3Mais de quelles frontières s’agit-il exactement ? Il faut rappeler que, pendant longtemps, l’Espagne se composait de deux entités : la Couronne de Castille et la Couronne d’Aragon, dans lesquelles régnait un roi différent et ce jusqu’à l’avènement de Charles Quint (1516). La Couronne d’Aragon était constituée elle-même de plusieurs royaumes : celui d’Aragon, celui de Valence et le principat de Catalogne. Nous entendrons essentiellement par frontière celle du royaume d’Aragon.

4Le Libro Verde ignore pratiquement l’expulsion des Juifs d’Espagne, en 1492. Mais, déjà avant la promulgation de l’édit, l’implantation de la “ nouvelle Inquisition » en Aragon entraîna la fuite, hors du pays, sans espoir de retour, d’un nombre important de “ nouveaux chrétiens » accusés d’hérésie qui risquaient le bûcher. Mais le franchissement des frontières n’était pas toujours aussi tragique. Les stratégies familiales se développaient parfois au-delà des limites de l’Aragon mais restaient le plus souvent des relations de voisinage. Les marchands, nombreux chez les judéo-convers, se déplaçaient pour exercer leur activité. Pour les membres du clergé, la notion de frontière était toute relative car l’implantation des ordres religieux était internationale. Plus exceptionnellement, nous verrons comment furent défendues et même agrandies les limites de la Couronne d’Aragon avec l’acquisition du Roussillon et de la Cerdagne ainsi que la conquête du royaume de Naples. Enfin, si les Aragonais pouvaient s’expatrier, temporairement ou définitivement, d’autres venaient s’installer en Aragon.

I – Les départs forcés

  • 2 Andrés Bernáldez, Memorias del reinado de los Reyes Católicos, Madrid, CSIC, 1962 (1° ed. ), p. 258

5Quand les Rois Catholiques promulguèrent, le 31 mars 1492, l’Édit d’expulsion des Juifs qui chassait définitivement d’Espagne ceux qui ne voulaient pas abandonner la religion mosaïque, c’est au milieu de cris, de pleurs et d’une grande désespérance qu’ils furent obligés d’abandonner, malgré eux, ce qu’ils considéraient comme leur patrie. Ils durent, dans le temps record de trois mois, vendre tous leurs biens puis entreprendre un pénible voyage pour atteindre les ports d’où ils s’éloigneraient définitivement d’Espagne2. Le Libro Verde de Aragón passe presque sous silence cet épisode tragique dont on ne trouve qu’une simple évocation dans le Ms 1282 AHN. Le couple María Gostantín et Azmel Avendino ne résista pas à cette épreuve, puisque l’un se convertit pour rester au pays, tandis que l’autre choisit l’exil :

Y al tiempo de la expulsion de los judios, Maria Gostantin se paso a Napoles y murio y quedo a Esmuel Auendino que, haciendose christiano, se llamo Paulo Degrana. El qual murio sin hijos. Esta enterrado en Santa Maria de el Pilar y dexo la renta que dan al que lee el psalterio. (Ms 1282 AHN, fol. 13v)

6La conversion, si elle permettait de ne pas quitter la terre natale et de conserver ses biens, ne résolvait pas tous les problèmes car l’Inquisition, créée en Castille le premier novembre 1478 par la bulle du pape Sixte IV, surveillait scrupuleusement les judéo-convers, même baptisés depuis plusieurs générations, dont la foi paraissait douteuse. Pour sauver leur vie, craignant le pire, certains franchirent la frontière avec précipitation pour s’installer dans des pays plus accueillants.

  • 3 Monique Combescure Thiry, “ Saint Pedro Arbués, l’inquisiteur assassiné », dans Marc Vitse (ed.), H (...)

7En Aragon, l’Inquisition épiscopale existait déjà depuis le xiiie siècle. Son remplacement par la nouvelle Inquisition espagnole fut très mal vécu par la population qui y voyait une atteinte à ses privilèges, les fueros. L’inquisiteur Maestre Pedro Arbués de Epila fut assassiné dans la Seo de Saragosse alors qu’il était en prière, le 15 septembre 14853. La répression fut terrible et les plus chanceux n’échappèrent au bûcher qu’en quittant le pays.

[…] miçer Alonso Sanchez jurista, que le quemaron la estatua por heretico y por asesino de la muerte del inquisidor mizer Arbues que le mataron en el Aseo, yendo a maytines, en Zaragoça, a 17 de octubre de 1485. Fuese huyendo a Napoles. Quedaron hijos de el y descendientes de todos ellos. (Ms 3090 BNE, fol. 3) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 6v-7) (Ms 1282 AHN, fol. 13) (Ms 18305 BNE, fol. 7)

8Il est probable que ces fugitifs aient embarqué dans un des ports de la côte méditerranéenne pour gagner l’Italie. Alonso Sánchez s’établit à Naples qui n’était pas encore sous domination aragonaise. Mais Juan Sánchez et Juan Ram préférèrent s’éloigner jusqu’à Venise où seule sévissait l’Inquisition romaine, créée en 1542 pour lutter contre le protestantisme.

Juan Sanchez, hermano del susodicho Gabriel Sanchez, hijo de Pedro Sanchez que fue judio, fue notario y despues se hiço mercader y fue muy rico ; y por la muerte de el inquisidor maestre Epila, huyo y se fue a Venecia y fue quemada la estatua por heretico y asasin en la muerte del inquisidor susodicho. Este tubo dos hijas llamadas Isauel y Leonor Sanchez. Isauel caso en Veneçia con Juan Ram, tambien conuerso y fuxitivo y condenado, y tubieron hijos. (Ms 3090 BNE, fol. 5) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 9v) (Ms 1282 AHN, fol. 15v) (Ms 18305 BNE, fol. 15-15v)

9Une partie de ce lignage de marchands semble s’être regroupée dans la cité des Doges où le climat était favorable au négoce :

Otra hermana tubo el susodicho tesorero mosen Gabriel Sanchez, hija de Pedro Sanchez que fue judio, que caso en Valençia con un tal de Vesalu, mercader, tambien conuerso. Los quales, con reçelo de la Inquisicion, se fueron huidos a Venecia… (Ms 3090 BNE, fol. 6) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 11) (Ms 1282 AHN, fol. 16v)

10D’autres membres de la famille Sánchez, également pourchassés par l’Inquisition, gagnèrent la Sicile :

Tubo otro hijo el dicho Martin Sanchez, el qual fue casado con una hermana de la muger de su hermano Juan de Juan Sanchez, fulana Tamarit, los quales, huiendo de la Inquisicion, se pasaron a Sicilia, donde murieron con hijos y hijas. (Ms 3090 BNE, fol. 7v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 13) (Ms 1282 AHN, fol. 18) (Ms 18305 BNE, fol. 25)

  • 4 William Monter, La otra Inquisición. La Inquisición española en la Corona de Aragón, Navarra, el Pa (...)

11La Sicile, alors sous domination aragonaise, était relativement facile à atteindre depuis les ports de la Méditerranée et les nouveaux venus ne devaient pas être trop dépaysés. Cependant, ils n’y étaient pas à l’abri de tout danger. L’Inquisition s’étendit graduellement aux possessions méditerranéennes de l’Aragon. Elle y fut toutefois moins virulente qu’à Saragosse. Par exemple, Eulalia Tamarit, brûlée en effigie à Saragosse, trouva refuge en Sicile où elle aurait obtenu un pardon papal et aurait signé des documents officiels jusqu’en 1513, plus d’un quart de siècle après son “ exécution » fictive. Les onze fils de cette famille Sánchez occupèrent dans l’île des fonctions de vice-amiral, de capitaine et de protonotaire royal de Sicile. En même temps, le père y dirigeait la plus importante banque, prêtant de l’argent aux inquisiteurs et faisant de grands bénéfices comme fournisseur des céréales des troupes espagnoles4.

12L’Inquisition ne se limita pas à poursuivre les membres supposés du complot contre Pedro Arbués. Ses compétences étaient très étendues et variées. Personne n’était à l’abri de son action.

13Miguel Sánchez accusé de nécromancie, évocation des morts pour connaître l’avenir, fut pénitencié mais réussit à se réfugier à Rome :

El Miguel Sanchez fue penitenciado por la Inquisicion y se fue a Roma y le fue quemada la estatua por nigromantico. (Ms 1282 AHN, fol. 47) (Ms 18305 BNE, fol. 131)

  • 5 Monique Combescure Thiry, Miguel Ángel Motis Dolader, op. cit., p. 211-217.

14Le chef d’accusation le plus courant était l’hérésie et surtout la pratique du judaïsme, comme le montrent les listes de condamnés5 :

Martin de Santangel, hermano de mosen Luis que fue judio y quemado, caso con una hija de Juan Vidal y el y su muger se fueron huidos a Francia, por miedo de la Inquisicion que les buscaba ; y a el le quemaron la estatua por heretico y judaiçado. (Ms 3090 BNE, fol. 16v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 27) (Ms 1282 AHN, fol. 30) (Ms 18305 BNE, fol. 63)

15Ce n’est sûrement pas dans la facilité que s’est déroulé le périple des trois personnages suivants, dont la destination finale fut la France et le Comtat Venaissin :

Juan de Verrozpe, Beltran de Sarria, Felipe Vezgorri, vecinos de Tudela, fueron penitenciados a 3 de abril de 1497, porque acompan[n]aron de la ciudad de Tudela la muger de Joan Sanchez y su hija, desposada de Ruiz, para Francia y las dexo en Avin[n]on y ubieron la muger de Joan de Pujol, de Monçon. Las estatuas de Ruiz y Joan Pujol fueron quemadas en la ciudad de Lerida a 14 de noviembre de 1487. (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 42-42v)

  • 6 Danièle et Carol Iancu, Les Juifs du Midi. Une histoire millénaire, Avignon, Éditions A. Barthélemy (...)
  • 7 José Ángel Sesma Muñoz, Fernando II y la Inquisición. El establecimiento de los tribunales inquisit (...)

16Mais le voyage en valait la peine, puisqu’il leur évita le châtiment suprême : l’Inquisition ne réussit qu’à brûler l’effigie de deux d’entre eux. On décèle dans cet exemple une filière terrestre organisée par la Navarre, la France et le Comtat Venaissin où les Juifs étaient en sécurité6. Jusqu’en 1512, date de son rattachement à la Castille, la Navarre constituait un royaume indépendant, d’accès facile. Un groupe des principaux suspects impliqués dans le meurtre de l’inquisiteur Pedro Arbués échappa au bûcher. Juan de Pero Sánchez, Gaspar de Santa Cruz et leurs épouses, Martín de Santángel, García de Moros, Pedro de Mañas, Pedro de Almazán et son fils gagnèrent Tudela, avec l’aide du seigneur de Cadrete. De là, ils se rendirent à Toulouse où, peu de temps après, mourut et fut enterré Gaspar de Santa Cruz. Un étudiant de Saragosse y aperçut Juan de Pero Sánchez7.

  • 8 Vincent Parello, Les Judéo-convers. Tolède, xve-xvie siècles. De l’exclusion à l’intégration, Paris (...)

17Le monde du négoce était souvent le domaine de commerçants judéo-convers et le seul fait d’être marchand rendait l’individu suspect aux yeux du Saint-Office. Or, une simple condamnation pouvait avoir des conséquences économiques redoutables. Il faut savoir que les personnes condamnées par l’Inquisition et déclarées “ inhabiles » à pratiquer leur activité professionnelle devaient racheter leur “ habilitation » en payant à l’Inquisition de très fortes sommes8. Cela pouvait entraîner la faillite du commerçant. C’est apparemment ce qui est arrivé au courtier Martín García qui quitta Saragosse pour la Castille afin d’échapper à ses créanciers :

El abuelo de la dicha d[onn]a Bernardina Molon se llamo Martin Garcia, corredor, y fue preso por la Inquisicion y salio penitenciado y, despues, se fue huyendo por deudas de Zaragoça a Castilla. (Ms 1282 AHN, fol. 48) (Ms 18305 BNE, fol. 135)

18Dans le cas des deux marchands suivants, les raisons économiques justifient leur fuite en Amérique :

La segunda hija caso con Eslaba, mercader que se alço y se fue a las Indias, y tienen hijos. (Ms 1282 AHN, fol. 54) (Ms 18305 BNE, fol. 163)

El mayor, llamado Jeronimo Ortal, siendo mercader, se abatio con sesenta mil ducados de hacienda y se fue huiendo a las Indias. (Ms 3090 BNE, fol. 22v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 35v-36) (Ms 1282 AHN, fol. 39) (Ms 18305 BNE, fol. 92v)

  • 9 Henry Méchoulan, Le sang de l’autre. Indiens, juifs et morisques au temps de l’Inquisition, Paris, (...)

19La faillite de Jerónimo Ortal, évaluée à 60 000 ducats, représente une somme énorme et pourrait être due, par exemple, au naufrage d’un navire. Pour ces marchands, l’installation définitive en Amérique ne fait aucun doute. On peut se demander comment ces “ nouveaux chrétiens » ont réussi à gagner le Nouveau Monde car, comme le rappelle Las Casas, les prescriptions des Rois Catholiques en interdisaient l’accès aux juifs, aux maures et aux “ convertis »9.

  • 10 Christine Langé, Pouvoir royal, pouvoir foral. La capitainerie générale et le pleito du capitaine d (...)

20Ce n’est pas pour une cause religieuse que l’un des fils de Luis de Santángel est poursuivi par l’Inquisition. Ce juge royal – zalmedina – était accusé de “ mauvaise justice », sans autre précision. Ce juge ordinaire de la ville de Saragosse, nommé à vie par le roi, jouissait d’une grande indépendance par rapport à la monarchie et à la ville de Saragosse. Il assurait la fonction de juge royal de la cité tant au civil qu’au criminel. Il était présent lors de l’entrée en fonction des magistrats urbains et intervenait dans tous les procès de la ville. Il nommait les tuteurs et les curateurs de biens. Malgré le contrôle des deux juges de la Taula, son pouvoir était énorme et pouvait conduire à des dérives10. Il n’est donc pas étonnant que l’Inquisition, organisation indépendante, l’ait poursuivi pour les méfaits qu’il avait commis. Abus de pouvoir, corruption ou mauvaise administration de biens, le Libro Verde n’en dit pas plus :

El otro hijo de micer Luis de Santangel, alias Azarias, que fue judio y hermano de micer Juan de Santangel, fue casado con una hija de Juan Guillen y, siendo çalmedina de Zaragoça, por una mala justicia que hiço, se fue huyendo a Francia ; y en ausencia le fue hecho proceso por la Inquisicion y fuele quemada la estatua a 27 de março de 1486. (Ms 3090 BNE, fol. 17) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 27) (Ms 1282 AHN, fol. 30v) (Ms 18305 BNE, fol. 65)

21Il n’échappa au bûcher qu’en se réfugiant en France où il était à l’abri à la fois de l’Inquisition et de la justice civile.

  • 11 Monique Combescure Thiry, Miguel Ángel Motis Dolader, op. cit., p. 211-217.

22Dans les généalogies du Libro Verde de Aragón n’apparaît qu’une faible partie des personnes qui ont sauvé leur vie en franchissant les frontières non seulement du royaume d’Aragon mais aussi celles de la Couronne d’Aragon et de l’Espagne. Dans les listes de condamnés qui apparaissent dans les annexes du Ms 56‒6‒15 B. Colombina on dénombre 36 individus fugitifs – relaxada su estatua – c’est-à-dire brûlés en effigie sur un total de 203 condamnés au bûcher11.

23Ces fuites au-delà des frontières pour échapper à l’Inquisition ou aux créanciers impliquaient toutes un aller simple sans espoir de retour.

II – Les départs volontaires

24Cependant, le danger n’était pas la seule motivation pour traverser les frontières. Les raisons de franchir les limites du royaume, dans un sens ou dans l’autre, étaient variées.

1 – Les mariages

  • 12 Béatrice Leroy, Les Juifs du Bassin de l’Èbre, Biarritz, J & D Éditions, 1997, 189 p.

25Les unions matrimoniales constituent un bon indice de la mobilité des personnes. Les généalogies du Libro Verde, bien qu’elles ne soient pas toujours exactes, nous fournissent de nombreuses indications sur les déplacements, avec parfois franchissement de frontières, liés aux mariages. Les relations familiales se déroulaient souvent dans un voisinage proche. Aussi il n’est pas étonnant de trouver de fréquents mariages entre Aragonais et Navarrais. Le bassin de l’Èbre, à cheval sur deux royaumes, forme un ensemble géographique bien déterminé. Au Moyen Âge, les Juifs étaient bien installés dans cette zone fertile. Les relations entre les aljamas navarraises et aragonaises étaient importantes12. Il n’est donc pas surprenant qu’après la conversion les familles de nouveaux chrétiens aient conservé des contacts pouvant se conclure par des alliances matrimoniales.

26La ville de Tarazona, en Aragon, et Tudela en Navarre, distantes seulement de vingt kilomètres, comptaient, toutes deux, une importante population juive. Les familles Azanael et Tocabuena faisaient partie des plus respectables. Il est donc logique que des relations se soient tissées entre elles :

Ezebel Azanael, judio de Tarazona […] tubo muchos hijos, es a saber […] Estengua Azanael, judia, que caso con Abraham Tocabuena de Tudela. (Ms 3090 BNE, fol. 20) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 31v) (Ms 1282 AHN, fol. 35v) (Ms 18305 BNE, fol. 31v)

27Le couple s’est probablement installé à Tudela, où Isabel del Espital, elle aussi, s’est définitivement fixée :

La otra hija de Bernardino de Espital y Catalina de Santangel caso dos veces, en Tudela de Nauarra : la primera, con Charles de Gues y ubieron hijos y hijas. Y muerto el dicho Charles de Gues, se caso la dicha Isauel de Espital alli en Tudela con un soldado llamado San Martin de la Sarte y tienen hijos. (Ms 1282 AHN, fol. 30v) (Ms 18305 BNE, fol. 64v)

28La navigation sur l’Èbre facilitait les échanges entre Tudela et Saragosse. Milia de Santa Fe, habitante de Saragosse, maria sa fille à Tudela :

La segunda vez, [Milia de Santa Fe] caso con Nicolao de Silos, que moraba en entrando en la moreria, y ubo una hija que se llamaba Eluira de Silos que fue casada, en Tudela de Nauarra, con un tal de Moros, cuyo hijo es micer Moros. (Ms 3090 BNE, fol. 20v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 32v) (Ms 1282 AHN, fol. 36v) (Ms 18305 BNE, fol. 84)

29Une petite fille de Juan Ortigas de Saragosse s’est également établie à Tudela :

La segunda [hija] llamada Ana de Arguis caso en Tudela de Nauarra y tienen hijos. (Ms 1282 AHN, fol. 47) (Ms 18305 BNE, fol. 130)

  • 13 La Cedacería (fr. : Tamiserie) était une rue de Saragosse, située dans la paroisse San Pablo. Elle (...)

30Une fille de l’apothicaire Gaspar Santuchos, apparenté au droguiste Miguel Esteban et à la famille de maestre Pedro Sánchez platero (fr. : orfèvre), épousa un garçon de Tudela qui vint s’installer dans la capitale aragonaise, très précisément dans la Cedaceria13 où d’autres membres de cette famille de boutiquiers possédaient leurs échoppes :

La hija mayor casa con Alonso de Argeles que viue en la cedaceria, natural de Tudela de Nauarra. (Ms 1282 AHN, fol. 46,53v) (Ms 18305 BNE, fol. 145, 161)

31Il est possible que ce jeune Navarrais, venu faire son apprentissage en Aragon, se soit marié avec la fille de son patron.

32Par contre, nous ignorons où s’est installé l’Aragonais Agustin de Santisteban qui a trouvé une épouse originaire de la partie nord du royaume de Navarre :

El Agustin de Santisteban caso con don[n]a Aldara de Mauleon, Nauarra, y tienen hijo. (Ms 1282 AHN, fol. 50v) (Ms 18305 BNE, fol. 145)

33L’accès à la Navarre était si facile que l’on pouvait aller et venir en franchissant sans encombre la frontière :

Joan de Spes, cuyo nombre de judio no supe, fuese de Zaragoza a Tudela de Navarra y de alli volvio aqui con hijo. (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 48)

34Les relations de proximité intervenaient également avec la Castille :

De las tres hijas de el dicho don In[n]igo de Bolea y de la dicha d[onn]a Madalena de Bolea, caso en Soria con Alonso de Torres y tienen hijos y hijas. (Ms 1282 AHN, fol. 37v) (Ms 18305 BNE, fol. 87)

35Mais les échanges pouvaient s’étendre à des régions plus lointaines :

La hija, llamada Ana Perez caso con Juan Lopez de Cordoua, mercader castellano que se abatio. (Ms 1282 AHN, fol. 17) (Ms 18305 BNE, fol. 20)

36Nous n’avons aucun renseignement sur le lieu d’origine du Castillan Hernández :

La Isabel Prior caso con el doctor Hernandez, castellano, tambien confeso, y tienen hijos y hijas. (Ms 1282 AHN, fol. 46v) (Ms 18305 BNE, fol. 127)

37Parfois, il pouvait s’agir d’un simple retour aux sources comme pour cette descendante de don Nuño Cabeza de Vaca, originaire de Medina del Campo :

El qual mosen Arin[n]o ubo de la dicha su muger a don Manuel de Arin[n]o y a otras dos hijas. La una de ellas caso en Castilla y ay hijos de ella. (Ms 3090 BNE, fol. 24v-25) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 34v-35) (Ms 1282 AHN, fol. 48)

38Dans les territoires de la Couronne d’Aragon, il apparaît que le royaume de Valence a attiré les Aragonais :

El Vicente Esteban caso en Valencia y tienen hijos. (Ms 1282 AHN, fol. 46)

39L’activité des marchands, favorisée par la prospérité de son port, pouvait se conclure par des alliances matrimoniales :

El Anton de Villanueba, mercader, caso con una valenciana y tiene hijo y hijas. (Ms 1282 AHN, fol. 51) (Ms 18305 BNE, fol. 148)

40C’est également en allant exercer des fonctions officielles que certains trouvaient leur bonheur :

Mosen Alonso Sanchez caso en Valençia con una hija de mosen Delmao, tambien conuersa. Fue mucho tiempo hasta su muerte, lugar teniente de el thesorero general en el reyno de Valençia. (Ms 3090 BNE, fol. 5-5v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 10) (Ms 1282 AHN, fol. 16) (Ms 18305 BNE, fol. 16)

El hijo se llamo Carlos Torrellas y fue alguacil real de Valençia y se caso alli con una valenciana y murio alli y dexo hijos y hijas. (Ms 1282 AHN, fol. 54v) (Ms 18305 BNE, fol. 165v)

41Le notaire Pedro Sánchez descendit l’Èbre jusqu’à Tortosa pour se marier avec une judéo-chrétienne :

Pedro Sanchez, que fue judio, fue notario y caso con una conuersa de la ciudad de Tortosa. (Ms 3090 BNE, fol. 3v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 7v) (Ms 1282 AHN, fol. 13v) (Ms 18305 BNE, fol. 7v)

42Un petit fils d’Abraham Cruyllas, de Teruel, micer Jayme Sánchez dont le frère condamné pour nécromancie échappa au bûcher en allant à Rome, trouva une épouse catalane mais semble être resté à Saragosse où la famille comptait plusieurs juristes :

El micer Jayme Sanchez, jurista, caso con la Crespa de Barcelona y ubieron un hijo y una hija. (Ms 1282 AHN, fol. 47) (Ms 18305 BNE, fol. 131v)

43La famille de Bonafos de la Cavallería avait de fortes attaches avec Barcelone puisque le père et le fils s’y sont mariés :

Otro hermano tubo el dicho Bonafos de La Caualleria que, siendo judio, se llamo Salomon y, despues de cristiano, se llamo Pedro de La Caualleria como su hermano, y caso en Barçelona con una cristiana nueba y ubo de ella dos hijos y dos hijas. Los hijos se llamaron mosen Pedro de La Caualleria y mosen Al[ons]o de La Caualleria. El mosen Pedro caso en Barçelona con Isauel Vidal y no ubo hijos de ella, la qual estando presa por la Inquisicion, murio en la Alxaferia. (Ms 3090 BNE, fol. 14v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 23v-24) (Ms 1282 AHN, fol. 27v) (Ms 18305 BNE, fol. 7v)

  • 14 Jacqueline Guiral-Hadziiossif, Meurtre dans la cathédrale. Les débuts de l’Inquisition espagnole, S (...)

44La noce de mosén Pedro de la Cavallería et d’Isabel Vidal, fille de Ramon Vidal, riche marchand de Barcelone, fut l’occasion d’un important déplacement de la famille et des amis du marié. Après la fastueuse cérémonie célébrée en janvier 1478 en l’église Sainte Marie de la Mer, paroisse des Vidal, les parents et des amis du marié demeurèrent cinq mois chez les Vidal. Les jeunes époux et leur suite ne reprirent le chemin de Saragosse qu’en mai 1478. Ceux qui avaient effectué le voyage à l’aller et au retour pour accompagner le fiancé, puis le jeune couple, avaient couvert quelques sept cents kilomètres14.

45Nous avons vu précédemment que la Sicile avait pu être une terre d’asile pour ceux qui fuyaient l’Inquisition. Mais elle pouvait présenter également un attrait économique :

De las tres hijas de los dichos maestre P[edr]o de la Cabra, el joben medico, y de Maria Sanchez : la mayor, llamada Gracia de la Cabra, caso con uno que no supe, porque se pasaron los dos coniuges a Sicilia y alli ay hijos y descendientes de ellos. (Ms 1282 AHN, fol. 49v) (Ms 18305 BNE, fol. 141)

46Plusieurs fondèrent une famille sur cette île :

Uno, llamado don Luis Martinez, casado en Sicilia y tiene hijos. (Ms 1282 AHN, fol. 61v).

El Juan de S[an]ta Cruz esta casado en Sicilia y tiene hijos. (Ms 1282 AHN, fol. 57) (Ms 18305 BNE, fol. 177)

47Nous remarquons que, seuls, les mariages d’Alonso Sánchez à Valence et de Pedro Sánchez à Tortosa sont cités dans la partie commune des quatre exemplaires du Libro Verde. Ce noyau commun décrit des généalogies jusque vers les années 1550-1560. Toutes les autres unions, avec des conjoints non aragonais, sont donc postérieures à ces dates. Il semble donc que, jusqu’à la moitié du xvie siècle, on se soit marié beaucoup plus entre Aragonais : les déplacements étaient peut-être moins fréquents et les occasions de contact avec l’extérieur plus rares. Le groupe des marchands, par exemple, est très présent dans les développements supplémentaires des Ms 1282 AHN et Ms 18305 BNE concernant la deuxième moitié du siècle. De fait, les mariages entre la population du royaume d’Aragon et des conjoints d’origine extérieure ne furent pas si nombreux en regard du nombre important d’individus mentionnés dans le Libro Verde.

48En ce qui concerne la noblesse, ces unions étaient encore plus exceptionnelles. Nous noterons, tout d’abord, le cas de doña Constancia de Francia. Fille du seigneur de Bureta, belle-sœur de celui de Botorrita, elle avait dû s’éloigner un peu de la frontière pour épouser, dans la proche Catalogne, le seigneur d’Alcarraz :

La don[n]a Costança de Francia caso con don Jeronimo de Resendi, sen[n]or de Alcarraz, de la Catalun[n]a, y ubieron una hija llamada don[n]a Francisca de Resendi. (Ms 1282 AHN, fol. 21, 21v) (Ms 18305 BNE, fol. 37-37v)

49C’est encore tout près des limites du royaume que le seigneur de Maella se maria avec une Catalane :

El don Juan Perez de Almaçan, s[enno]r de Maella, caso con d[onn]a Angela de Mendoça, hermana de el conde de Aytona, de Catalun[n]a. (Ms 1282 AHN, fol. 34) (Ms 18305 BNE, fol. 76v)

50Les relations concernaient également la Castille :

El don Luis de Torrellas caso con don[n]a Beatriz de Luna, castellana, y tienen hijos. (Ms 1282 AHN, fol. 64)

51Le mariage se réalisait parfois dans la “ Castille lointaine », à Séville :

Don Alonso de Gurrea caso en Castilla, en Sevilla, y tiene hijos. (Ms 1282 AHN, fol. 23) (Ms 18305 BNE, fol. 41v)

52Mais c’était dans la haute noblesse que les unions entraînaient les déplacements les plus lointains.

  • 15 José Navarro Latorre, Don Alonso de Aragón, la “ espada » o “ lanza » de Juan II. Esquema biográfic (...)

53La généalogie de don Alonso de Aragón occupe une place importante dans tous les manuscrits. don Alonso de Aragón, fils naturel du roi Jean II d’Aragon, guerroya toute sa vie au service de son père. Ses talents militaires lui méritèrent les qualificatifs de “ espada o lanza de Juan II ». Véritable chef des armées, il occupa pendant un certain temps (1433-1445) la fonction de grand Maître de l’Ordre de Calatrava, après quoi son père lui attribua le comté de Ribagorza et le duché de Villahermosa. Si le Ribagorza se situe au nord du royaume d’Aragon, le village de Villahermosa se trouve dans le royaume de Valence. Malgré ces deux titres prestigieux, ce personnage est le plus souvent désigné par celui de Maestre de Calatrava, qui le différencie clairement de ses homonymes. Le Libro Verde ne s’intéresse pas à ses exploits militaires mais simplement à sa descendance. Alors qu’il combattait en Catalogne, il fit la connaissance de María Junquers, fille du châtelain de Rosas. Il l’enleva dans son château de Benabarre où elle lui donna deux enfants naturels : don Juan et doña Leonor d’Aragon15. Il eut également pour maîtresse Estenga Conejo, fille d’Abiatar Conejo, fripier juif de Saragosse, dont il eut deux fils, don Alonso et don Fernando, qui occupèrent de hautes fonctions ecclésiastiques dans le royaume de Valence et en Catalogne :

El hijo segundo, don Alonso de Aragon, fue de la Iglesia y obispo de Tortosa muchos an[n]os y despues le mejoro el rey don Fernando el Catolico en el arçobispado de Tarragona. El tercero, llamado don Fernando, fue de la Orden de San Juan y fue prior de Catalunia y ubo un hijo que se llamo don Fernando de Aragon y fue cauallerio de la Orden de San Juan, comendador de Nouillas. (Ms 3090 BNE, fol. 27-27v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 2v) (Ms 1282 AHN, fol. 61v-62) (Ms 18305 BNE, fol. 189v-190)

54Par une habile manipulation, l’auteur du Libro Verde confond en une seule personne les deux maîtresses de don Alonso de Aragón, la chrétienne María Junquers et la belle juive Estenga Conejo :

La dicha Estengua, siendo su amiga, la llamaron muchos años la Maestresa y, después de cristiana, doña María. (Ms 3090 BNE, fol. 27) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 2-2v) (Ms 1282 AHN, fol. 61v) (Ms 18305 BNE, fol. 188v-189)

55Il attribue ainsi une ascendance juive aux quatre enfants naturels du Maestre de Calatrava. Or si les fils de la Juive Estenga, don Alonso et don Fernando, n’ont pas eu de descendance, celle des enfants de María Junquers, par contre, est longuement décrite.

56Don Juan prit le titre de comte de Ribagorza qu’il transmit à son fils, don Alonso de Gurrea y Aragón. Celui-ci se maria trois fois. De sa première union, avec doña Isabel de Cardona, fille du duc de Cardona, naquirent plusieurs filles. L’aînée, doña Aldonza de Aragón, épousa le vicomte d’Evol. Son fils, don Felipe de Castro, hérita du titre paternel et s’unit à doña Hipolita de Heredia, fille du comte de Fuentes, qui était veuve du comte de Belchite. La deuxième fille, doña María, se maria avec don Antonio Eril, fils du baron d’Eril, en Catalogne (Ms 3090 BNE, fol. 28v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 3v-4) (Ms 1282 AHN, fol. 62v) (Ms 18305 BNE, fol. 191-194v). Nous remarquons que ce sont principalement des titres de noblesse catalans qui sont cités ici. Sa deuxième épouse, doña Isabel de Fabia, décédée rapidement, ne lui donna pas d’enfant (Ms 3090 BNE, fol. 29) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 4-4v) (Ms 1282 AHN, fol. 63) (Ms 18305 BNE, fol. 196v). De son troisième mariage, avec doña Ana Sarmiento, sœur du comte de Salinas, titre de provenance basque, vont naître des héritiers mâles qui seront comtes de Ribagorza et ducs de Villahermosa (Ms 1282 AHN, fol. 63-63v) (Ms 18305 BNE, fol. 197-198). Mais c’est parmi les descendants de doña Leonor d’Aragon, fille du Grand Maître de Calatrava, que vont se trouver les seigneuries les plus éloignées du royaume d’Aragon, étant donné son mariage avec le comte d’Albaida, “ en el reino de Valencia ». Si le fils hérita du titre paternel, les huit filles firent des mariages dignes de leur rang en s’expatriant plus ou moins loin :

Y mas ubo ocho hijas que la mayor se caso en Portugal, y otra con el principe de Exquilache ; y las dos tienen hijos y hijas que, por no ser naturales de el reyno, no me pareçe que haçe al proposito reçitar sus descendencias. (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 3) (Ms 1282 AHN, fol. 62) (Ms 18305 BNE, fol. 190v)

  • 16 Óscar Villarroel González, Los Borgia. Iglesia y poder entre los siglos xvxvi, Madrid, Sílex Edi (...)

57Précisons tout d’abord que le titre italien de prince de Squilacce avait été accordé à Jofre de Borja par son père, le pape Alexandre VI, en 1494. Il épousa d’abord Sancha de Aragón qui décéda en 1506 sans lui donner d’enfant, puis il se remaria rapidement avec María del Milá dont descend toute la lignée des princes “ d’Esquilache »16. Par ailleurs, l’auteur du Ms 3090 AHN est le seul à décrire la descendance portugaise de doña Leonor d’Aragon qu’il dépeint en ces termes :

La hija, llamada don[n]a Leonor de Aragon, fue casada [con el] conde de Aluaida, en el reino de Valenzia, y deste ubo un solo hijo llamado d[o]n Christoual de Milan, que oi es conde de Aluaida. Y mas hubo ocho hijas, que la una casso en Portugal con d[o]n Juan Manuel. Y tubieron por hija a don[n]a Maria de Aragon, dama de la Emperatriz don[n]a Isauel, que casso con d[o]n Aluaro de Cordoua, hijo del conde de Cabra, el qual fue cauallerizo maior del rey d[o]n Phelipe Segundo, Nuestro Sen[n]or y tubieron por hijos : a don Antonio de Cordoua que casso en Toledo con don[n]a Polizena Lasso ; y a d[o]n Phelipe de Cordoua ; y a d[o]n Gonzalo de Cordoua, abad de Rute ; y a d[o]n Aluaro de Cordoua de la Camara del rey d[o]n Phelipe Terzero ; y a la condessa de Buendia ; y a la condessa de Gelues, madre del conde d[o]n Jorge Aluerto de Portugal, padre de la condessa de Gelues, don[n]a Leonor de Potugal, y herm[an]a de d[o]n Nun[n]o. (Ms 3090 BNE, fol. 27v)

  • 17 Gonzalo Fernández de Oviedo, Batallas y Quinquagenas, Madrid, Real Academia de la Historia, 1983, t (...)
  • 18 Claude Gaillard, Le Portugal sous Philippe III d’Espagne. L’action de Diego de Silva y Mendoza, Gre (...)

58Par son mariage avec don Nuño Manuel – et non don Juan Manuel comme l’indique le Ms 3090 BNE – une des filles introduisit donc une branche familiale au Portugal17. Y sont alors nommés les titres les plus prestigieux de comte de Cabra, d’abbé de Rute, des écuyers royaux puis, enfin, la comtesse de Buendía et celle de Gelves. Ils nous conduisent à des noms d’hommes politiques bien connus : don Jorge Alberto et don Nuño de Portugal, dont les cousins homonymes représentèrent la résistance portugaise à l’occupation hispanique à la fin du xvie et au début xviie siècle18.

  • 19 Monique Combescure, “ Les enjeux du Libro Verde de Aragón », dans Flocel Sabaté, Life and Religion (...)

59Ainsi, nous trouvons dans ce lignage les principaux représentants du parti fuerista qui défendait les libertés et privilèges du royaume d’Aragon contre le pouvoir royal et l’opposition portugaise. L’attribution d’une origine juive permettait de mieux discréditer ces adversaires du pouvoir royal19.

2 – Les marchands

60Les marchands constituaient une classe sociale qui voyageait souvent. Les généalogies du Libro Verde en comptent plusieurs qui traversèrent fréquemment les frontières dans le cadre de leur activité professionnelle. Mais que faut-il entendre exactement par “ mercader » ? Le mot peut désigner plusieurs catégories de marchands : depuis le plus petit colporteur transportant toute sa marchandise sur ses épaules jusqu’au gros négociant détenant des parts dans des bateaux. Entre ces deux extrêmes se situait tout l’éventail des boutiquiers possédant une échoppe plus ou moins importante.

61La famille Ribas, qui semble avoir appartenu à la classe aisée, a été attirée par la prospérité de Valence où plusieurs membres se sont installés :

El Gaspar de Ribas, mercader, se fue a vivir a Valençia y se caso alli y murio y dixo hijos y hijas. (Ms 1282 AHN, fol. 40v) (Ms 18305 BNE, fol. 99v)

El Pablo de Ribas, mercader, se fue a viuir a Valençia y se caso alli y tiene hijos y hijas y ay descendientes de ellos. (Ms 1282 AHN, fol. 40) (Ms 18305 BNE, fol. 97)

62Ce déplacement n’empêcha pas l’un d’eux de réaliser de mauvaises affaires :

El Fadrique de Ribas, mercader, caso con una hermana de Garçimoya y se fueron a viuir a Valencia y alli se abatio. Y tienen hijos y ay descendientes de ellos. (Ms 1282 AHN, fol. 40v) (Ms 18305 BNE, fol. 98)

  • 20 José Ángel Sesma Muñoz, Fernando II y la Inquisición. El establecimiento de los tribunales inquisit (...)
  • 21 Jaime Contreras, Jean Pierre Dedieu, “ Geografía de la Inquisición española : la formación de los d (...)

63Nous remarquerons que dans les échanges avec le royaume de Valence la région de Teruel n’apparaît jamais, alors que c’est son débouché naturel. Le groupe des conversos était bien intégré dans la société et certains faisaient partie de l’oligarchie urbaine qui régissait les institutions municipales et le commerce de la cité. Entre autres, les Ruiz, Santángel, Ram Puigmigá, Toledo, Besante, Sánchez, sont apparentés avec d’importants négociants d’Aragon, de Valence et de Catalogne20. Il ne faut pas s’étonner que le Libro Verde les ignore car son auteur présumé aurait été membre de l’Inquisition de Saragosse. Or, Teruel, pourtant en Aragon, ne faisait pas partie du secteur inquisitorial de Saragosse. Le Saint-Office était la seule administration qui recouvrait de façon uniforme l’ensemble de l’Espagne. Mais son découpage en districts ne tenait absolument pas compte des frontières traditionnelles21. Ainsi, Lérida, bien qu’en Catalogne dépendait du district de Saragosse.

64L’attrait de destinations plus lointaines pouvait faire rêver. Le dénommé Fajardo, aventurier-commerçant, d’extraction modeste, n’hésita pas à traverser l’océan pour faire fortune en Amérique :

La Isabel Perez caso con Fajardo, hijo de un çapatero, el qual traxo de las Indias mucho dinero ;tienen muchos hijos. (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 42v)

  • 22 Juan José Andreu Ocáriz, “ Aragón en el descubrimiento de América », dans Los Aragoneses en la empr (...)

65Cependant, l’accès aux Indes occidentales, réservé aux Castillans, était difficile pour les Aragonais. Aussi le Nouveau Monde n’apparaît-il que de façon anecdotique dans le Libro Verde. Il fallut attendre les Cortes de Monzón de 1593 pour que l’égalité entre Castillans et Aragonais soit rétablie22.

  • 23 Álvaro López Asensio, La judería de Calatayud. Sus casas, calles y barrios, Zaragoza, ed. Álvaro Ló (...)

66Un exemple typique de la mobilité des conversos nous est donné par la famille Paçagón-López issue de la juiverie de Calatayud. Calatayud, ville de la frontière méridionale, revient très souvent dans les généalogies du Libro Verde (39 occurrences). Elle occupait une position stratégique dans la vallée du Jiloca et contrôlait depuis le château d’Ayud, forteresse mère, les voies de communication allant vers Saragosse, Tolède, Valence, Soria et la Castille. Noyau très actif, au centre de relations commerciales entre l’Aragon et la Castille, comprenant des éléments entreprenants, des artisans de choix, qui pratiquaient l’importation et l’exportation, elle abritait une importante communauté juive très dynamique. Sa grande croissance économique et démographique en fit une belle ville musulmane, conquise en 1120 par Alfonso el Batallador23. Après les conversions de 1391 puis l’Expulsion de 1492, nombreux furent les judéo-convers qui y demeurèrent. Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait eu de nombreuses interférences entre cette localité et Saragosse. Calatayud est citée, par exemple, à l’occasion de mariages effectués dans les célèbres familles des trésoriers royaux Sánchez et la Cavallería :

Gabriel Sanchez, hijo de mossen Gabriel Sanchez y hermano de el susodicho mossen Luis Sanchez, tesorero, caso con Isauel de Granada, hija de mossen Granada de Calatayud y ay hijos. (Ms 3090 BNE, fol. 4) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 8v) 14v) (Ms 18305 BNE, fol. 11)

  • 24 Miguel Ángel Motis Dolader, “ Población, urbanismo y estructura politica de las aljamas judías de A (...)

67Le titre de mossen Paçagón laisse supposer que ce personnage occupait une place importante dans la communauté juive de cette ville. Sa conversion, ainsi que celle de sa famille, fut certainement consécutive à la fameuse “ Dispute de Tortosa », après laquelle la plupart des rabbins choisirent le baptême, ce qui provoqua la disparition de la majorité des aljamas juives en Aragon24. Le fils, Abraham Paçagón devenu Gabriel López de Villanova, prit le chemin de Saragosse pour y exercer sa profession de chiffonnier :

Mosen Paçagon, judio de Calatayud, hecho christiano, le dixeron Garci Lopez de Villanoba y dexo un hijo judio que le decian Abraham Paçagon y este, con otros, se baptiço ; y despues de christiano, el dicho Gabriel Lopez de Villanoba, que fue trapero, vino a morar a Zaragoça, en la plaça de San Xil. (Ms 3090 BNE, fol. 23v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 37) (Ms 1282 AHN, fol. 41) (Ms 18305 BNE, fol. 101v)

68L’activité commerciale se développa au gré des alliances matrimoniales :

El Jeronimo Lopez casó dos veces. La prim[er]a con hija de Juan de Torrijos, droguero, que viuia en la Cantonada de la Cedaceria, también confeso, y ubo de ella una sola hija llamada Luysa Lopez. Y, muerta la dicha su muger, se caso el dicho Jeronimo Lopez con la hija de Alonso Santangel, mercader, tambien confeso. (Ms 1282 AHN, fol. 43v)

  • 25 Jean-Pierre Barraqué, Saragosse à la fin du Moyen Âge. Une ville sous influence, Paris, L’Harmattan (...)

69Mais tous les descendants de mossen Paçagón ne restèrent pas dans le négoce. Ainsi, le docteur López devint prieur de Notre Dame du Pilar. On trouve également des membres de ce lignage dans le notariat ou les carrières juridiques. La famille prospéra dans la capitale aragonaise comme l’atteste la qualité de ciudadano de Zaragoza de Miguel López. Le ciudadano faisait partie de la classe supérieure des habitants de la ville. Il devait pouvoir équiper un cheval pour le combat et ne devait pas travailler de ses mains, exception faite pour les notaires que les fueros obligeaient à rédiger de leur main une partie des actes qu’ils enregistraient. Les artisans, qui constituaient la majeure partie de la population, étaient éliminés de ce groupe qui détenait le pouvoir pour l’administration de la ville25. D’autres membres essaimèrent dans tout l’Aragon et s’établirent à Tarazona, Huesca, Barbastro, Alcañiz, Mallén… À travers cette généalogie se dessine la formation d’un réseau commercial qui couvre tout le royaume, mais qui s’étend aussi au-delà des frontières. En effet, Juan López n’hésita pas à franchir les Pyrénées pour s’installer à Toulouse où il fit souche :

El hijo mayor, llamado Juan Lopez, mercader, se fue a viuir a Tolosa de Françia y se caso alla con una francesa y ubo de ella un hijo y una hija. (Ms 1282 AHN, fol. 43) (Ms 18305 BNE, fol. 111v)

  • 26 Théophile Malvezin, Histoire des Juifs à Bordeaux, Bordeaux, Charles Lefebvre, Libraire, 1875, p. 9 (...)

70Nous remarquons que “ de Tolosa », au fil du temps, avait fait partie intégrale du patronyme de cette branche, soit pour la différencier des autres membres de la famille portant souvent le même prénom, soit pour marquer son intégration dans cette ville. Montaigne n’en serait-il d’ailleurs pas un descendant par sa mère, Antoinette Loupès26 ? Le Libro Verde ne permet pas de répondre à cette question. Toutefois, les liens avec le pays d’origine restaient très forts puisque les enfants de Juan López de Tolosa épousèrent des conjoints aragonais.

Se caso la dicha Catalina Monçon con Juan Lopez de Tolosa, mercader, tambien confeso. (Ms 1282 AHN, fol. 40v) (Ms 18305 BNE, fol. 97v)

71Il est probable que Juan López ait profité de ses relations avec l’Aragon pour exporter vers la Péninsule le pastel du Lauragais nécessaire à la teinture de la laine.

72Pero López connut la réussite en se lançant dans le négoce international et alla vivre en Flandres :

El segundo [hijo] fue Pero Lopez, mercader, que viuio en Flandes […]. El Pero Lopez de Flandes murio sin hijos y fue rico y repartio toda su hacienda entre sus sobrinos. El Miguel Lopez se caso y con su muger ubieron un hijo llamado Jeronimo Lopez que viue en Flandes y esta casado alli y tiene hijos, que le dexo mucha parte de su hacienda el susodicho Pedro Lopez alla. (Ms 1282 AHN, fol. 41v) (Ms 18305 BNE, fol. 102v-103)

73Le commerce de la laine et des tissus entre l’Espagne et les Flandres était florissant. C’est probablement pour ne pas laisser dépérir une affaire très prospère que la veuve de feu Pero López épousa le frère de ce dernier, Miguel López. Ceci n’est pas sans rappeler la loi juive du lévirat qui stipulait que, si un homme mourait sans descendance masculine, sa veuve devait épouser le frère du défunt afin de perpétuer son nom et de conserver ses biens dans la famille.

74La généalogie des Pazagón-López de Villanoba nous a fait pénétrer dans le domaine du négoce de haut niveau. Le fils de l’ancêtre juif n’était pourtant qu’un modeste chiffonnier qui, venu de Calatayud, s’était installé à Saragosse. Mais au fil des générations, avec son réseau familial, qui s’étend sur tout l’Aragon, et ses implantations en France et dans les Flandres les descendants de Maïr Pazagón maîtrisaient toute la chaîne du commerce international de la laine et du drap. Les filles contractèrent des mariages qui leur assuraient une ascension sociale, soit en épousant des hommes de loi, soit en demeurant dans le domaine du commerce ou en s’introduisant dans quelques seigneuries. Ainsi, cette famille est, peut-être, la plus représentative qu’offre le Libro Verde de la brillante réussite sociale des descendants d’un modeste chiffonnier juif de Calatayud.

3 – Le clergé

75Pour les religieux, la notion de frontière n’existait pas. Ils pouvaient exercer leurs responsabilités indifféremment d’un côté ou de l’autre :

Y de esta muger ubo [Luis Sanchez] un hijo : al prior de Arguedas, que fue despues prior de Exea. (Ms 56-6-15 B. Colombina, fol. 6v) (Ms 1282 AHN, fol. 13) (Ms 18305 BNE, fol. 6v-7)

76De plus les ordres religieux sont internationaux. Ainsi :

El hijo mayor es frayle en Escala Dei. (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 51v. (Ms 1282 AHN, fol. 61) (Ms 18305 BNE, fol. 204)

  • 27 Ezequiel Gort Juan Pere, “ La cartoixa d’Escaladei i l’orde cartoixà », dans Scala Dei. Primera Car (...)

77La chartreuse de Scala Dei fondée au xiiie siècle dans les montagnes du Priorat, en Catalogne, non loin de l’important monastère de Poblet, fut la première implantation en Espagne de l’ordre des chartreux dont la maison-mère était en France dans le massif de la Grande Chartreuse, près de Grenoble. Cet ordre diffusa ensuite dans toute la Péninsule Ibérique27.

78C’est dans le royaume de Valence et en Catalogne que les deux fils de don Alonso de Aragón, Maître de l’Ordre de Calatrava et de la juive Estenga Conejo, occupèrent de hautes fonctions ecclésiastiques :

El hijo segundo, don Alonso de Aragon, fue de la Iglesia y obispo de Tortosa muchos an[n]os y despues le mejoro el rey don Fernando el Catolico en el arçobispado de Tarragona. El tercero, llamado don Fernando, fue de la Orden de San Juan y fue prior de Catalunia y ubo un hijo que se llamo don Fernando de Aragon y fue cauallero de la Orden de San Juan, comendador de Nouillas. (Ms 3090 BNE, fol. 27-27v) Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 2v) (Ms 1282 AHN, fol. 61v-62) (Ms 18305 BNE, fol. 189v-190)

79Leur nomination hors de l’Aragon n’était peut-être pas fortuite. En Catalogne et dans le royaume de Valence le souvenir de la belle juive Estenga Conejo était sans doute moins vif qu’à Saragosse.

80La réputation de l’université de Salamanque, la plus ancienne d’Espagne, et de ses nombreux établissements religieux a certainement motivé le voyage du jeune Guillen :

El Guillen Zaporta hiço profesion de frayle franciscano en Salamanca, el an[n]o de 1509. (Ms 1282 AHN, fol. 31)

81Le Ms 3090 BNE nous entraîne vers des destinations plus exotiques :

Samuel de la Caualleria, hermano de Bonifaz, despues de christiano, se llamo Pedro como su hermano. Fue theologo y, despues, prior de Goa. (Ms 3090 BNE, fol. 12v-13)

82Ce religieux n’est jamais allé dans la capitale des Indes portugaises. Si l’on en croit les autres manuscrits, il fut simplement prieur d’Ejea, en Aragon. Il s’agit d’un lapsus calami du copiste, familier du Portugal mais totalement ignorant de la géographie de l’Aragon. Il confond d’ailleurs “ Altabas » avec “ el Tamar » monastère, aujourd’hui disparu, qui se situait au Portugal dans la région de Tomar. Dans la phrase “ Las hijas mayores fueron monjas : la una en Gigena, la otra en Casuas » (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 29v) (Ms 1282 AHN, fol. 33v) (Ms 18305 BNE, fol. 74v), il remplace “ Casua », soit Casbas de Huesca, par “ Cascais » (Ms 3090 BNE, fol. 18v), port voisin de Lisbonne, très important au Siècle d’Or.

83Les membres du clergé, s’ils sortaient des limites de l’Aragon, restaient généralement en Espagne, sauf pour se rendre à Rome :

El hijo, llamado Luis de Santangel, clerigo, esta de presente en Roma. (Ms 1282 AHN, fol. 31v)

84Des problèmes théologiques pouvaient également inciter des civils a entreprendre le voyage vers la cité pontificale :

Y ubieron en hijos a don Juan de Albion que esta por casar y a sido por dispensacion a Roma para casarse con la hija de su hermana, don[n]a Mariana de Albion, que se llama don[n]a Jeronima Zaporta, tambien confesa, hija de Luis Zaporta y de la dicha don[n]a Mariana, su hermana de padre y madre. (Ms 1282 AHN, fol. 35-35v)

  • 28 Luis Suárez Fernández, Los Reyes Católicos. El camino hacia Europa, Madrid, Ediciones Rialp, 1989, (...)
  • 29 Bartolomé Leonardo Argensola, Alteraciones populares en Zaragoza, año 1591, Zaragoza, Institución “ (...)

85Si Jean d’Albion se rendit à Rome afin de demander une dispense papale pour son mariage avec sa nièce, il faut remarquer qu’il ne fut pas le premier de la famille à prendre le chemin de l’Italie. Déjà, en 1495, son ancêtre et homonyme, accompagné d’Antonio Fonseca, était allé à Rome, puis à Gênes, pour demander que cessent les hostilités contre le Saint-Père28. Presque un siècle plus tard, ce sont les ambassadeurs Jerónimo d’Albion et micer Romero qui rencontrèrent le pape Grégoire XIII, pour affaires d’état. Leur séjour dans la ville papale puis à Milan dura une année29.

4 - Raisons diverses

86Des motifs variés pouvaient amener à franchir la frontière. Poursuivre des études à l’étranger était l’un d’entre eux, d’autant plus que la fondation de l’Université de Saragosse fut tardive :

Este Blas de Spes, que caso Isabel Baptista, es medico y vino hecho doctor de Monpeller, huuo de su muger dos o tres hijas y un hijo. El hijo fue por ay adelante hecho soldado. (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 48v)

  • 30 Monique Combescure Thiry, “ Les assassins de l’inquisiteur Pedro Arbués », dans Françoise Cazal, Cl (...)
  • 31 Jean-Pierre Amalric, “ Philippe II et la France (1556-1598) », dans Ernest Belenguer Cebria (coord. (...)

87Certaines universités étrangères étaient très réputées et les Espagnols furent attirés par l’enseignement de qualité qu’on y dispensait. Des exemples de personnages célèbres illustrent cet engouement : Pedro Arbués à Bologne30, plus tard Ignace de Loyola à Paris… Mais pour la royauté, il était risqué de laisser partir à l’étranger des étudiants qui pouvaient s’imprégner d’idées plus ou moins orthodoxes. Afin d’éviter l’entrée de toute hérésie en Espagne, Philippe II, par la Pragmatique de 1559, interdit aux étudiants de passer la frontière pour parfaire leurs connaissances outre-Pyrénées où sévissait l’hérésie huguenote31.

III – Le franchissement des frontières pour le service de la royauté

88Peut-on parler de frontières dans le cas des proches du roi qui se devaient de vivre à la cour ? Sous le règne des Rois Catholiques, les Aragonais, souvent judéo-convers, y occupaient des postes importants :

La hija mayor [de Isauel Clemente] casada con Jeronimo de Luna, hijo de mi[cer] Xil de Luna, regente, que reside en la Corte. (Ms 1282 AHN, fol. 48v) (Ms 18305 BNE, fol. 136v)

  • 32 José Ángel Sesma Muñoz (coord.), Un año en la historia de Aragón. 1492, Zaragoza Caja de Ahorros de (...)

89Or cette cour était itinérante et parcourait toute l’Espagne. Ainsi, le trésorier royal Gabriel Sánchez termina sa vie à Ségovie où elle séjournait à ce moment-là et non dans son palais de Saragosse dont le roi disait, avec une pointe de jalousie : “ Muy gran jaula para tan pequeño pájaro »32 :

El susodicho mosen Gabriel Sanchez, thesorero, murio en Segovia a 10 de set[iembr]e de 1505. (Ms 3090 BNE, fol. 4) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 8v) (Ms 1282 AHN, fol. 14v) (Ms 18305 BNE, fol. 10v)

90Parmi les personnes qui suivaient la cour dans ses pérégrinations, les marchands-pourvoyeurs avaient un rôle important puisqu’il s’agissait de nourrir tout ce beau monde :

El Bernat de Ribas, mercader, que residia en la Corte de el rey don Fernando el Catolico, se abatio y ubo de su muger hijos y hijas. (Ms 1282 AHN, fol. 40) (Ms 18305 BNE, fol. 96v)

91Les courtisans n’étaient peut-être pas de bons payeurs puisque ce marchand fit faillite.

92S’ils n’étaient pas à la cour, certains exerçaient leur activité hors de l’Aragon :

Mosen Miguel Sanchez, hermano de el susodicho Gabriel Sanchez, tesorero, hijo de Pedro Sanchez que fue judio, fue maestre racional de Catalun[n]a. (Ms 3090 BNE, fol. 4v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 9) (Ms 1282 AHN, fol. 15v) (Ms 18305 BNE, fol. 13v)

93Les fonctions auprès d’un important personnage, tel que l’Amiral de Castille, n’étaient pas à négliger :

El Jayme Espital caso en Castilla y viue con el Almirante ; tienen hijos. (Ms 1282 AHN, fol. 57) (Ms 18305 BNE, fol. 177v)

94Le service du roi n’était pas seulement un rôle de représentation. L’ardeur déployée par les Aragonais pour repousser leurs limites territoriales ne s’est pas estompée au fil du temps. Ainsi, le Libro Verde mentionne-t-il plusieurs personnages qui, à des degrés divers, ont combattu avec courage pour défendre les places fortes de la Couronne d’Aragon et des possessions qui en dépendaient en terre étrangère. Leurs luttes acharnées ont d’ailleurs souvent modifié favorablement leurs frontières.

95Un acteur important de ces changements fut Jean d’Albion :

El Juan de Albion, hijo de el dicho Juan de Albion y nieto de el dicho rabi Usularquin, judio, fue alcayde de Perpin[n]an y caso con una hermana de Luis Coscon, de la qual ubo un hijo y cinco hijas. El hijo fue alcayde de Perpin[n]an como su padre. (Ms 3090 BNE, fol. 18-18v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 29-29v) (Ms 1282 AHN, fol. 33v) (Ms 18305 BNE, fol. 74v)

  • 33 Alcaide : gouverneur de forteresse.
  • 34 Jerónimo Zurita, Historia del rey don Hernando el Católico : de las empresas y ligas de Italia, Zar (...)
  • 35 Archives Départementales des Pyrénées-Orientales, 225b, 330b, 332b.
  • 36 Idem, 242a.
  • 37 Otis Howard Green, Vida y obras de Lupercio Leonardo de Argensola, Zaragoza, “ Institución Fernando (...)
  • 38 Juan Manuel Carretero Zamora, Cortes, monarquía y ciudades. Las Cortes de Castilla a comienzos de l (...)

96En fait, véritable ambassadeur du Roi Catholique, Jean d’Albion négocia la restitution des comtés du Roussillon et de Cerdagne à l’Espagne, ce qui se réalisa en 1493. Il fut nommé dès lors alcaide33 du Castillet puis du Grand Château de Perpignan, charge qu’il transmit par la suite à son fils34. Ce que passe sous silence le Libro Verde mais que nous apprennent les Archives Départementales des Pyrénées Orientales, c’est que plusieurs membres de cette famille défendaient les frontières de cette région nouvellement acquise par le Roi Catholique. Par exemple, le nom de Jacques d’Albion, lieutenant du capitaine du château de Perpignan, apparaît dans plusieurs actes datés de 1494, 1500 et 150435. Raphaël d’Albion, fils de feu Jean d’Albion, fit partie en 1528 de la compagnie dite “ des cinquante lances » en garnison à Perpignan36. Un certain Philippe d’Albion, frère de don Jerónimo d’Albion, chevalier de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, se distingua par les grands services qu’il rendit au château de Salses dont il était gouverneur37. Au plan international, on notera l’activité de Jacques d’Albion, ambassadeur de l’empereur Maximilien, qui participa à la Concorde de Blois de 150938. Cette famille nous conduit également en Italie, où les Aragonais se sont illustrés :

Las hijas del susodicho Jayme de Albion : la mayor, llamada Ana de Albion, caso con don Lorenço Fernandez de Heredia, virrey que fue de Cerden[n]a, y los dos murieron sin hijos. (Ms 1282 AHN, fol. 35) (Ms 18305 BNE, fol. 79)

97Nous y retrouvons également un frère du trésorier Gabriel Sánchez :

Francisco Sanchez, hermano del tesorero mosen Gabriel Sanchez susodicho, hijo de Pedro Sanchez que fue judio, fue despensero mayor de el Rey Catolico. Tubo un hijo que fue despensero mayor como el padre y murio en Napoles donde auia seruido muy bien en el tiempo de el Gran Capitan. (Ms 3090 BNE, fol. 5) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 10) (Ms 1282 AHN, fol. 16) (Ms 18305 BNE, fol. 15v-16)

  • 39 José Enrique Ruiz-Domenec, El Gran Capitán. Retrato de una época, Barcelona, Ediciones Península S  (...)
  • 40 Ibid., p. 184-400.

98Le despensero mayor (fr : grand dépensier) était le trésorier de l’armée qu’il suivait dans ses déplacements et son rôle était primordial39. C’est auprès du “ Gran Capitán » que le fils de Francisco Sánchez participa à la conquête du royaume de Naples. Au cours des batailles qui précédèrent la célèbre prise de Grenade par les Espagnols mettant fin en 1492 à plusieurs siècles d’occupation musulmane, s’était distingué par sa bravoure un jeune soldat, Gonzalo Fernández de Córdoba, plus connu sous le nom de “ Gran Capitán ». Le Roi Catholique lui confia par la suite la conquête du royaume de Naples (1501-1503), mission qu’il accomplit avec brio40. C’est à cette dernière campagne militaire que font référence les lignes précédentes.

99Les possessions nouvellement acquises par les Espagnols en terre italienne étaient, comme il se doit, étroitement surveillées par les nouveaux occupants. La présence, dans les généalogies du Libro Verde, d’un gouverneur de la forteresse de Messine apparaît donc tout à fait logique :

De las dos hijas de el susodicho Pedro de la Cabra, mercader, la mayor caso con Gonçalo de Torres, castellano, alcayde de Mecina. (Ms 1282 AHN, fol. 48v)

100Messine occupait une position stratégique exceptionnelle, contrôlant tout le passage entre la Sicile et le sud de la botte italienne. N’oublions pas le célèbre phare de Messine maintes fois cité dans les livres d’Histoire !

101Mais les exploits militaires du Gran Capitán et de ses troupes ne doivent pas nous faire oublier les vies consacrées de façon plus humble à la défense du pays et de ses frontières :

Y el otro hermano, llamado Pedro Ortal, es soldado en Italia. (Ms 3090 BNE, fol. 22v) (Ms 1282 AHN, fol. 39) (Ms 18305 BNE, fol. 92v)

102Le Ms 1282 AHN est le seul à exposer, de façon assez confuse, le cas d’une autre branche familiale des trésoriers Sánchez à la vocation militaire très marquée :

La don[n]a Juana Sanchez caso con Carlos Sanguesa, hijo de el comendador Sanguesa de la Orden de San Juan y de una griega, que la casaron con Charles, alcayde de Belchite. El hermano de esta, llamado Gabriel Sanchez, murio en Gelves, an[n]o de 1506. (Ms 1282 AHN, fol. 14)

103L’union du commandeur Sangüesa de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem avec une Grecque laisse à penser que les engagements militaro-religieux de ce personnage l’entraînèrent loin de l’Espagne. Ceci est confirmé par le décès d’un membre de la famille à Djerba (esp. : Gelves). Nous pouvons supposer que c’est en tant que soldat qu’il y mourut, car il y eut deux terribles défaites espagnoles sur cette île – l’une en 1510 et l’autre en 1560 – appelées toutes deux “ desastre de Gelves ». Étant donné que ce personnage est le descendant à la quatrième génération du trésorier royal Luis Sánchez – qui vécut à la fin du xve et au début du xvie siècle – nous penchons plutôt pour la date de 1560 qu’un lapsus calami du copiste aurait transformée en 1506.

IV – Les immigrations

104Alors que certains s’en allaient, fuyant au loin pour sauver leur vie, d’autres, au contraire, venaient s’établir en Aragon.

105Parfois, la région d’origine est simplement évoquée. Souvent c’est la Castille :

Rodrigo Sarrion, cambiador, es confeso de Castilla y estubo mucho tiempo preso por la Inquisicion […]. El hijo, llamado mosen Juan Sarrion, es racionero de el Aseo de Zaragoça y tiene un hijo y tres hijas bastardas. (Ms 3090 BNE, fol. 26) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 40v) (Ms 1282 AHN, fol. 57v) (Ms 18305 BNE, fol. 178v)

106Nous remarquons que l’intégration des nouveaux venus dans la société aragonaise est particulièrement réussie. Dans l’exemple précédent, le fils est racionero (fr. : prébendier) de la Seo. Dans les suivants, nous trouverons un ciudadano et un notaire de Saragosse. D’une alliance matrimoniale avec Alonso de la Cavallería naîtra micer Luis de la Cavallería :

El hijo, llamado Jeronimo Aduarte, es ciudadano de Zaragoça ; caso con una viuda, hija de Juan Beltran Deyçano, castellano, y la hija nacio en Aragon, en Aranda de el Conde, y tienen hijos y hijas. (Ms 1282 AHN, fol. 58) (Ms 18305 BNE, fol. 181)

La madre de Pedro Alfaxarin, notario de caxa de Zaragoça, era confesa de Castilla venida y muy propinqua de judia y asi, el dicho Pedro de Alfaxarin y el racionero de el Aseo y la Alfaxarina, que fue muger de Gonçalo de la Caualleria y madre de micer Luis de la Caualleria, descienden de padre y madre de judios castellanos. (Ms 3090 BNE, fol. 24v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 38) (Ms 1282 AHN, fol. 47v) (Ms 18305 BNE, fol. 132v)

107Galcerán Ferrer venait de Catalogne :

Galçeran Ferrer era confeso de Catalun[n]a ; ubo de su muger un hijo y dos hijas. El hijo, llamado Francisco Ferrer, caso en Huesca y tienen hijos y hijas. (Ms 1282 AHN, fol. 54) (Ms 18305 BNE, fol. 164v)

108Pour Gabriel Oller, lui aussi catalan, la localité d’origine est indiquée :

Gabriel Oller, notario de Lerida, fue penitenciado y reconciliado por hereje en 28 de março 1492. Deste descienden los Olleres de Zaragoça. (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 43-43v)

  • 41 Jaime Contreras, Jean Pierre Dedieu, op. cit., t. XL, p. 41, 48, 72.

109Nous préciserons que Lérida, bien que ville catalane, faisait partie du secteur inquisitorial du royaume d’Aragon41. C’est la raison pour laquelle est citée de façon précise – avec date à l’appui – la “ réconciliation » du protagoniste.

  • 42 Henry Kamen, La Inquisición española, Barcelona, Editorial Crítica, 1999, p. 22 ; Josep Xavier Munt (...)

110En ce qui concerne la famille des célèbres médecins royaux Aben Maya42, l’auteur ne pouvait pas méconnaître son lieu de provenance :

El padre de el primero de los Coscones que vino a Zaragoça fue judio de Tarreja, de los Aben Mayas, parientes de los Besefes de el lugar de Belpuch, de Catalun[n]a. (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 28) (Ms 1282 AHN, fol. 33) (Ms 18305 BNE, fol. 72v)

111La localité d’origine d’un membre de la célèbre famille Cabeza de Vaca ne pouvait pas non plus être ignorée :

Nuno Caueça de Vaca, sen[n]or de Melgar y Melgarejo, cabe Medina de el Campo, en una judia vasalla suya ubo un hijo que se llamo mosen Pedro Vaca que fue ayo de el arçobispo don Alonso y fue sen[n]or de la baronia de Figueruelas. (Ms 3090 BNE, fol. 21v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 34) (Ms 1282 AHN, fol. 38) (Ms 18305 BNE, fol. 88v)

112À deux reprises, le lignage des Levi, convertis en Santa María, est décrit dans tous les Libros Verdes et il prête à discussion. On lit d’abord :

Francisco de la Caualleria […] murio. Brianda Sanchez, su muger, y Francisco de la Caualleria, su hijo, casaron madre y hijo con padre y hija que fueron Gonçalo Garcia de Santa Maria y Violante de Santa Maria, hijo y nieta de Thomas Garcia de Santa Maria, que auia sido judio y se baptiço en Soria. (Ms 3090 BNE, fol. 2) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 5v) (Ms 1282 AHN, fol. 12) (Ms 18305 BNE, fol. 2v)

113Nous retrouvons cette famille quelques folios plus loin, où elle fait l’objet d’un paragraphe particulier dans le Ms 1282 AHN :

El linaje de los Leuis, judios de Soria de el reyno de Castilla, viene de uno que conuirtio con su muger, y le dixeron Thomas Garcia de Santa Maria, hermano de el obispo don Pablo de Burgos. (Ms 3090 BNE, fol. 19v) (Ms 56‒6‒15 B. Colombina, fol. 31) (Ms 1282 AHN, fol. 35v) (Ms 18305 BNE, fol. 81)

  • 43 Francisco Cantera Burgos, Alvar García de Santa María y su familia de conversos. Historia de la jud (...)

114L’auteur insiste sur le fait que ce lignage est originaire de Soria. Il argumente sa démonstration par “ Thomas Garcia de Santa Maria hermano del obispo don Pablo de Burgos », et c’est cela qui précisément fait problème, car don Pablo de Santa María, évêque de Burgos, qui était précédemment rabbin de cette ville sous le nom de Salomon ha-Lévi, baptisé à Burgos en 1390 avec femme et enfants, n’aurait jamais eu de frère s’appelant Tomás Garcia de Santa María43. Peut-être l’auteur a-t-il voulu simplement, par la mention du fameux évêque de Burgos, donner plus de notoriété à la judaïté, déjà établie par ailleurs, des Santa María de Saragosse ? Dans le Libro Verde où sont cités le prédicateur Saint Vincent Ferrier, le pape Benoît XIII et son médecin Jerónimo de Santa Fe, l’évêque Pablo de Santa María ne pouvait que trouver tout naturellement sa place.

115Nous relèverons que dans l’ensemble des généalogies n’est mentionné qu’une seule fois un immigrant venant d’outre Pyrénées, plus précisément un Gascon :

La segunda hija, llamada Ines de la Cabra, caso con Garcia de Santisteban, mercader gascon, y ubieron dos hijos y dos hijas. (Ms 1282 AHN, fol. 50) (Ms 18305 BNE, fol. 145)

  • 44 Christine Langé, La inmigración francesa en Aragón, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 199 (...)

116Pourtant, une forte immigration française est signalée en Aragon à cette époque44. Mais les nouveaux venus étaient des chrétiens, souvent de condition modeste qui n’intéressent pas le Libro Verde malgré la surveillance étroite que l’Inquisition exerçait sur eux afin d’éviter la propagation en Espagne de l’hérésie protestante.

Conclusion

117L’étude des généalogies du Libro Verde de Aragón montre que les échanges avec l’extérieur étaient fréquents. Dans les milieux conversos, l’une des principales raisons de départ était le danger que faisait peser l’Inquisition sur ce groupe de population. Le franchissement de la frontière était alors sans espoir de retour. Moins problématiques étaient les déplacements effectués pour des raisons familiales ou commerciales. Les frontières du royaume d’Aragon étaient très perméables et les familles, souvent implantées de part et d’autre des limites administratives, entretenaient des relations étroites. Des alliances matrimoniales étaient nombreuses. Ainsi, les échanges entre Saragosse et Tudela, en Navarre, n'étaient pas rares. En effet, aucun obstacle naturel n’entravait la circulation entre ces villes, et la navigation sur l’Èbre rendait les contacts encore plus faciles. C’était dans la haute noblesse et les familles bourgeoises les plus aisées que les déplacements concernaient les régions les plus lointaines. Les échanges commerciaux avec les régions voisines, Navarre, Catalogne, Castille et surtout royaume de Valence sont importants, mais les marchands aragonais ont également développé des réseaux internationaux avec la France et les Pays-Bas comme le montre l’exemple de la famille Paçagón-López. En raison du monopole castillan et des restrictions religieuses, les départs pour le continent américain sont anecdotiques. Par contre, l’ouverture de l’Aragon vers la Péninsule Italienne est manifeste.

Haut de page

Notes

1 Monique Combescure Thiry, Miguel Ángel Motis Dolader, Libro Verde de Aragón, Zaragoza, Libros Certeza, 2003, 291 p. ; Monique Combescure Thiry, “ Transcription annotée du manuscrit Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España », Les Cahiers de Framespa [en ligne], 16, 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, http://framespa.revues.org/2873. Précisons que le Libro Verde de Aragón est parvenu jusqu’à nous sous forme manuscrite. Nous avons étudié les quatre documents suivants : Manuscrit de la Biblioteca Colombina de Sevilla : Ms 56‒6‒15 B. Colombina ; Manuscrit n° 3090 de la Biblioteca Nacional de España : Ms 3090 BNE ; Manuscrit n° 18305 de la Biblioteca Nacional de España : Ms 18305 BNE ; Manuscrit n° 1282 de l’Archivo Histórico Nacional de España : Ms 1282 AHN. Ils sont les évolutions d’une partie commune qui décrit les généalogies de 1400 à 1550 environ, à laquelle s’ajoutent des prolongations parfois différentes. Ceci explique que les références des citations se trouvant dans notre exposé concerneront parfois les quatre documents mais d’autres fois seulement une partie d’entre eux.

2 Andrés Bernáldez, Memorias del reinado de los Reyes Católicos, Madrid, CSIC, 1962 (1° ed. ), p. 258.

3 Monique Combescure Thiry, “ Saint Pedro Arbués, l’inquisiteur assassiné », dans Marc Vitse (ed.), Homenaje a Henri Guerreiro. La hagiografía entre historia y literatura en la España de la Edad Media y del Siglo de Oro, Madrid, Universidad de Navarra, Editorial Iberoamericana, 2005, p. 405-420.

4 William Monter, La otra Inquisición. La Inquisición española en la Corona de Aragón, Navarra, el País Vasco y Sicilia, Barcelona, Editorial Crítica, 1992, p. 31-32.

5 Monique Combescure Thiry, Miguel Ángel Motis Dolader, op. cit., p. 211-217.

6 Danièle et Carol Iancu, Les Juifs du Midi. Une histoire millénaire, Avignon, Éditions A. Barthélemy, 1995, p. 79-82.

7 José Ángel Sesma Muñoz, Fernando II y la Inquisición. El establecimiento de los tribunales inquisitoriales en la Corona de Aragón (1479-1490), Madrid, Real Academia de la Historia, 2013, p. 136.

8 Vincent Parello, Les Judéo-convers. Tolède, xve-xvie siècles. De l’exclusion à l’intégration, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 90-105.

9 Henry Méchoulan, Le sang de l’autre. Indiens, juifs et morisques au temps de l’Inquisition, Paris, Berg International éditeurs, 2014, p. 55.

10 Christine Langé, Pouvoir royal, pouvoir foral. La capitainerie générale et le pleito du capitaine de guerre en Aragon, xvie-xviie siècles, Thèse de doctorat, Toulouse 2, 1997, p. 294.

11 Monique Combescure Thiry, Miguel Ángel Motis Dolader, op. cit., p. 211-217.

12 Béatrice Leroy, Les Juifs du Bassin de l’Èbre, Biarritz, J & D Éditions, 1997, 189 p.

13 La Cedacería (fr. : Tamiserie) était une rue de Saragosse, située dans la paroisse San Pablo. Elle porte actuellement le nom de “ Escuelas Pías ». Rosa María Blasco Martínez, Zaragoza en el siglo xviii (1700-1770), Zaragoza, Librería General, 1977, p. 142.

14 Jacqueline Guiral-Hadziiossif, Meurtre dans la cathédrale. Les débuts de l’Inquisition espagnole, Saint-Denis, Éditions Bouchène, 2012, p. 61.

15 José Navarro Latorre, Don Alonso de Aragón, la “ espada » o “ lanza » de Juan II. Esquema biográfico de uno de los mejores guerreros españoles del siglo xv, Zaragoza, Institución “ Fernando el Católico », 1983, p. 352.

16 Óscar Villarroel González, Los Borgia. Iglesia y poder entre los siglos xvxvi, Madrid, Sílex Ediciones, S L, 2005, p. 299.

17 Gonzalo Fernández de Oviedo, Batallas y Quinquagenas, Madrid, Real Academia de la Historia, 1983, t. I, p. 361-362 ; Félix Labrador Arroyo, La Casa Real en Portugal (1580-1621), Madrid, Ediciones Polifemio, 2009, p. 201-203.

18 Claude Gaillard, Le Portugal sous Philippe III d’Espagne. L’action de Diego de Silva y Mendoza, Grenoble, Université des Langues et Lettres de Grenoble, 1982, p. 126-130, 142, 152, 154, 157, 244, 320, 323-324, 354-357, 369, 371.

19 Monique Combescure, “ Les enjeux du Libro Verde de Aragón », dans Flocel Sabaté, Life and Religion in the Middle Ages, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2015, p. 363-389.

20 José Ángel Sesma Muñoz, Fernando II y la Inquisición. El establecimiento de los tribunales inquisitoriales en la Corona de Aragón (1479-1490), Madrid, Real Academía de la Historia, 2013, p. 76.

21 Jaime Contreras, Jean Pierre Dedieu, “ Geografía de la Inquisición española : la formación de los distritos (1470-1820) », dans Hispania, Madrid, CSIC, 1980, t. XL, p. 41, 48, 72.

22 Juan José Andreu Ocáriz, “ Aragón en el descubrimiento de América », dans Los Aragoneses en la empresa de Indias, Zaragoza, “ Institución Fernando el Católico », 1990, p. 59-71.

23 Álvaro López Asensio, La judería de Calatayud. Sus casas, calles y barrios, Zaragoza, ed. Álvaro López Asensio, 2003, p. 14-22, 45 ; ibid., Oficios de los judíos de Calatayud, Zaragoza, Libros Certeza, 2006, p. 188-193.

24 Miguel Ángel Motis Dolader, “ Población, urbanismo y estructura politica de las aljamas judías de Aragón en el siglo xv », dans Hispania, Madrid, Instituto Jerónimo Zurita, 1996, LVI/3, n° 194, p. 898-904.

25 Jean-Pierre Barraqué, Saragosse à la fin du Moyen Âge. Une ville sous influence, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 134-135.

26 Théophile Malvezin, Histoire des Juifs à Bordeaux, Bordeaux, Charles Lefebvre, Libraire, 1875, p. 98-106.

27 Ezequiel Gort Juan Pere, “ La cartoixa d’Escaladei i l’orde cartoixà », dans Scala Dei. Primera Cartoixa de la Peninsula Iberica i l’orde cartoixa, Actes del Congrés Internacional, setembre 1996, Analecta Cartusiana, n° 139, La Morera de Montsant-Scala Dei, 1999, p. 13-26.

28 Luis Suárez Fernández, Los Reyes Católicos. El camino hacia Europa, Madrid, Ediciones Rialp, 1989, p. 56, 61, 66-67, 69-70.

29 Bartolomé Leonardo Argensola, Alteraciones populares en Zaragoza, año 1591, Zaragoza, Institución “ Fernando el Católico », 1996, p. 165, 173-176 ; Martín Almagro Basch, Alteraciones de Teruel, Albarracín y sus comunidades para la defensa de sus fueros en el siglo xvi, Teruel, Instituto de Estudios Turolenses, 1984, p 99-100.

30 Monique Combescure Thiry, “ Les assassins de l’inquisiteur Pedro Arbués », dans Françoise Cazal, Claude Chauchadis, Carine Herzig, Pratiques Hagiographiques dans l’Espagne du Moyen Âge et du Siècle d’Or, Toulouse, Université Toulouse-Le Mirail, Méridiennes, 2005, p. 235-241.

31 Jean-Pierre Amalric, “ Philippe II et la France (1556-1598) », dans Ernest Belenguer Cebria (coord.), Felipe II y el Mediterráneo, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 1999, vol. IV, p. 250.

32 José Ángel Sesma Muñoz (coord.), Un año en la historia de Aragón. 1492, Zaragoza Caja de Ahorros de la Inmaculada, 1992, p. 159.

33 Alcaide : gouverneur de forteresse.

34 Jerónimo Zurita, Historia del rey don Hernando el Católico : de las empresas y ligas de Italia, Zaragoza, Diputación General de Aragón, 1989-96, t. I, p. 18-20, 28-29, 39, 52, 66, 148, 152, 159, 178, 186, 257, t. IV, p. 270, 307.

35 Archives Départementales des Pyrénées-Orientales, 225b, 330b, 332b.

36 Idem, 242a.

37 Otis Howard Green, Vida y obras de Lupercio Leonardo de Argensola, Zaragoza, “ Institución Fernando el Católico », 1945, p. 42.

38 Juan Manuel Carretero Zamora, Cortes, monarquía y ciudades. Las Cortes de Castilla a comienzos de la época moderna (1476-1515), Madrid, Siglo xxi de España Editores, S A, 1988, p. 230.

39 José Enrique Ruiz-Domenec, El Gran Capitán. Retrato de una época, Barcelona, Ediciones Península S A, 2002, p. 327, 390, 392.

40 Ibid., p. 184-400.

41 Jaime Contreras, Jean Pierre Dedieu, op. cit., t. XL, p. 41, 48, 72.

42 Henry Kamen, La Inquisición española, Barcelona, Editorial Crítica, 1999, p. 22 ; Josep Xavier Muntané i Santiveri, Fonts per a l’estudi de l’aljama jueva de Tàrrega, Barcelona, Catalonia Hebraica, VIII, 2006, p. 179, 181, 185-187, 195, 199, 201-210, 234, 237, 244-245, 250-253, 266-267, 273, 281, 286-287, 291, 304, 312, 315-319, 325.

43 Francisco Cantera Burgos, Alvar García de Santa María y su familia de conversos. Historia de la judería de Burgos y de sus conversos más egregios, Madrid, Instituto Arias Montano, 1952, p. 378-380.

44 Christine Langé, La inmigración francesa en Aragón, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 1991, 189 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Combescure Thiry et Christian Combescure, « La frontière dans les généalogies du Libro Verde de Aragón », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 20 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/3615 ; DOI : 10.4000/framespa.3615

Haut de page

Auteurs

Monique Combescure Thiry

Christian Combescure

Monique Combescure Thiry, docteur de l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Directrice d’école retraitée, membre associé au Laboratoire FRAMESPA, UMR 5136.
Christian Combescure : docteur de l’Université de Montpellier, ingénieur de recherche CNRS, retraité
combescure.thiry@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org