Navigation – Plan du site
Dossier : L’Espagne face aux hérésies : représentations et discours (Moyen-Âge et époque moderne)
IV. L'Inquisition et les « délits mineurs »

Hérésies populaires et diabolisation : dissidence, persécutions et réhabilitation des beatas de la Couronne de Castille (1480-1580)

Popular Heresy and Demonization: Dissent, Persecutions and the Rehabilitation of Beatas in the Crown of Castile (1480-1580)
Herejías populares y diabolización: disidencia, persecuciones y rehabilitación de las beatas de la Corona de Castilla (1480-1580)
Laurey Braguier

Résumés

Cet article entend étudier et approfondir l’hérésie des beatas à la lumière des procès inquisitoriaux menés par le Saint-Office entre la fin du xve siècle et le début du xviie siècle. Une grande partie de l’historiographie franco-espagnole s’étant plus particulièrement intéressée aux beatas à travers le prisme de la répression des sectes illuministes, il a semblé intéressant de revenir sur l’ensemble des procès impliquant ces communautés de laïques à la réputation sulfureuse. Après avoir dressé un premier constat quantitatif et étudié le profil des principales beatas, nous nous plongerons dans l’étude de deux procès inédits, ceux des beatas Mencía Suarez (1487-1490) et Juana de Ribera (1551-1559) au regard d’autres procès plus connus qui jalonnent le xvie siècle, représentatifs à la fois des maigres charges pesant contre ces femmes et d’une hétérodoxie diffuse qui se distingue profondément de celle des premiers mouvements des « alumbrados ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce travail s’inspire de mes dernières recherches et de ma thèse : Les beatas de la Couronne de Cast (...)
  • 2 Encore peu connues les beatas sont pourtant passées sous les feux de l’historiographie et les cherc (...)

Malgré un titre quelque peu provocateur, l’objet de cet article1 n’est pas de rendre justice à ces communautés de laïques souvent perçues par l’historiographie comme des femmes de petite vertu, marginales et dévoyées2, mais plutôt d’étudier, à la lumière d’une approche quantitative et de quelques études de cas, les accusations d’hérésie à l’encontre de ces femmes afin de les mettre en perspective et de porter un autre regard sur les rapports complexes entre ces foyers de spiritualité et le Saint-Office.

  • 3 Les chiffres des tribunaux des districts inquisitoriaux manifestent clairement une baisse des procè (...)
  • 4 Luis Martínez Kleiser, Refranero General ideológico español, Madrid, S. Aguirre Torre, 1953, p. 57. (...)

1Pour introduire brièvement les protagonistes de notre propos, les beatas sont des femmes laïques vivant comme des religieuses et qui se regroupent parfois en communauté de tertiaires séculières ou régulières dans la seconde moitié du xv siècle, sans pour autant professer ou prononcer les vœux solennels. Si le berceau des beatas castillanes se situe dans les royaumes de Tolède et de Nouvelle Castille, elles se développent progressivement dans l’ensemble de la Péninsule ibérique pour fonder près de 200 beaterios dans les premières décennies du xvie siècle. Initialement encouragées et soutenues financièrement par la royauté, la noblesse des villes et même le clergé séculier qui pourvoient aux nécessités des premières fondations, l’intégration des beatas dans la vie sociale et religieuse espagnole tient néanmoins à un équilibre fragile. L’irruption soudaine de la Réforme dans l’Empire en 1517 et le cordon sanitaire qui se met en place autour de l’Espagne pour la protéger d’éventuelles fuites de la doctrine de Martin Luther incite le Tribunal de la foi à demeurer vigilant, non plus uniquement à l’égard des nouveaux-chrétiens, cible privilégiée jusqu’alors, mais à veiller également sur les vieux-chrétiens3. Dans ce contexte où s’immiscent l’ère du soupçon et le contrôle des esprits, les femmes seules ou laïques sont mises en garde par les frères et les inquisiteurs, mais aussi raillées par les écrivains de l’époque qui s’illustrent particulièrement par leur misogynie et le portrait négatif qu’ils en dressent. « No hay beata que no sea lagarta », « Puta temprana, beata tardana » ou encore « A las beatas, el diablo las desata », sont quelques uns des proverbes circulant à l’époque4 et illustrant le désavœu qui s’abat sur ces femmes laïques vivant comme des religieuses.

2Le doute s’installe ainsi progressivement et les procès, relativement peu nombreux, mettent à jour de nouveaux profils fort distincts des premières communautés bien intégrées. En effet, les procès des beatas jugées à la fin du xve siècle et au cours du xvie siècle, tout comme les deux grands autodafés à Llerena le 14 juin 1579 et à Cordoue le 21 janvier 1590, condamnent des femmes souvent seules, autoproclamées beatas, issues de milieux sociaux plutôt défavorisés et très souvent analphabètes. Ils mettent en lumière l’existence de femmes suspectées de fausses révélations, de transports démoniaques, quand elles ne sont pas soumises à l’influence de clercs illuminés et charismatiques, à l’image d’Hernando Álvarez en Estrémadure ou du maestro Gaspar Lucas en Andalousie dans la seconde moitié du xvie siècle.

  • 5 Le premier grand procès connu, lié à la beata María de Santo Domingo, a été publié par les historie (...)

3C’est donc à la fois pour mieux saisir cette diversité qui rompt avec la généralisation tendancieuse de l’historiographie et pour déterminer plus précisément les accusations contre les beatas que nous proposons d’apporter ici quelques réflexions à la lumière de plusieurs procès inquisitoriaux inédits5. Après avoir dressé un premier constat quantitatif et étudié le profil des principales beatas, nous nous attarderons donc sur l’étude des procès des beatas Mencía Suarez (1487-1490) et Juana de Ribera (1551-1559), représentatifs à la fois des maigres charges pesant contre ces femmes et d’une hétérodoxie diffuse se distinguant profondément de celle des premiers mouvements illuministes.

1. Le temps des procès inquisitoriaux : aperçu global

  • 6 Jean Pierre Dedieu, Les mots de l’Inquisition, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002, p. (...)
  • 7 Archivo Histórico Nacional, Inq., Leg. 1856, s. f.
  • 8 Voir Mary Elysabeth Perry, « Beatas and the Inquisition in Early Modern Seville », dans, Peter Hali (...)
  • 9 Álvaro Huerga, Historia de los alumbrados, op. cit., vol. 4, p. 98.
  • 10 Ibid., p. 98-111.
  • 11 AHN Nacional, Inq., Libro 578, f. 341v° ; Leg. 2946/1, s. f. Cité par Álvaro Huerga, Historia de lo (...)
  • 12 Parmi 161 accusés, sur des témoignages des habitants, on compte 16 beatas dénoncées pour de fausses (...)
  • 13 Dans une lettre du 21 février 1575 adressée au Conseil de la Suprema, il annonçait « Entíendese que (...)

4Même si le nombre de jugements du Saint-Office contre les beatas n’a rien d’exponentiel, les procès marquèrent indubitablement les mentalités grâce à quelques autodafés, dont la traduction littérale, « mise en scène de la foi6 », souligne l’importance de leur orchestration et de leur retentissement dans l’espace public. Les trois grands autodafés contre les illuministes qui condamnent, au xvie siècle, une cinquantaine de beatas résument l’écart entre l’investissement dans la lutte acharnée contre la secte et l’absence de charges finalement retenues contre les beatas. Nous pourrions faire nôtre cette remarque d’un villageois au sujet de l’autodafé de Jaén en 1575 : « no se vertió la más mínima gota de sangre7 ». Beaucoup de bruit pour rien ? L’historiographie s’est pourtant plu à voir dans les procès successifs une réalité bien distincte, condamnant à tour de bras des beatas ayant sombré dans l’hétérodoxie8, n’obéissant ni aux hommes ni même à Dieu. Álvaro Huerga parle, en effet, dans l’un de ses chapitres qu’il intitule « La plaga de las beatas9 », de ce fléau sévissant dans la seconde moitié du xvie siècle et du « pullulement de cette épidémie » dans toute l’Andalousie10. Les chiffres et les procès que nous allons étudier démontrent pourtant le contraire. En effet, la part des beatas procesadas dans l’ensemble des procès contre les femmes, y compris au sein des sections alumbrados, ilusas et hechicería, où elles étaient les plus nombreuses, est dérisoire. Néanmoins, au cours du xvie siècle, en particulier entre les années 1525-1530 puis 1570-1590, la documentation inquisitoriale souligne l’intérêt des inquisiteurs pour mieux cerner ce phénomène, et appréhender la spiritualité et l’éventuelle déviance des beatas. Un rapport est d’ailleurs exigé dans le district de Séville pour les définir et les identifier. Ce seront les licenciés Carpio et Pazos qui s’en chargeront11, tandis que l’inquisiteur Alonso López rédigera une Relación de testificaciones en février 1575 sur les villes de Baeza, Úbeda et leurs environs, dans laquelle il consignera les dénonciations contre 16 beatas12 sur 161 cas, alors qu’il en annonçait plus d’un millier13.

  • 14 Les procès retentissants alimentèrent facilement la « légende noire ». Voir Isabelle Poutrin, Le vo (...)

5Malgré la faible part des procès contre les beatas, nous pouvons faire quelques remarques générales : tout d’abord, notons l’existence d’un très large spectre de chefs d’accusation qui ne témoigne pas d’une hétérodoxie clairement identifiée ou d’une déviance doctrinale singulière. Au contraire, hormis quelques similitudes avec l’illuminisme qui absorbe sous cette terminologie une kyrielle d’accusations, la multiplication et la diversité des charges retenues (judaizante, iludente, hechicería, palabras escandalosas) écartent la conception longtemps admise d’une persécution ciblée avec des condamnations en masse à travers une « chasse à la beata14 ». En outre, de profonds changements dans le profil social et le mode de vie des beatas apparaissent dans ces nouveaux procès qui répriment en particulier des beatas peu instruites, dans la mouvance et sous l’emprise de clercs guère scrupuleux.

  • 15 Les références des procès sont les suivantes : Mencía Suárez (dont le nom est aussi orthographié «  (...)
  • 16 Voir Julio Sierra, Proceso en la inquisición de Toledo (1575-1610), Manuscrito de Halle, Madrid, Ed (...)
  • 17 Adelina Sarrión, Beatas y endemoniadas…, op. cit., p. 46.
  • 18 Álvaro Huerga, Historia de los alumbrados, op. cit., vol. 4, p. 104 : « En la Relación del auto de (...)

6Partir du général pour aller au particulier, en se concentrant sur quelques procès inédits, nous a semblé un angle d’attaque classique mais pertinent pour évaluer et comprendre les condamnations et les enquêtes inquisitoriales des beatas, de la fin du xve siècle au début du xviie siècle. Notre travail de sondage, même s’il n’est pas exhaustif, met en évidence une soixantaine de procès inquisitoriaux (59 recensés) contre des femmes définies par les juges comme beatas, mais dont il est important de remarquer l’origine disparate : laïques dévotes, tertiaires régulières, tertiaires séculières, et même nonnes. D’un point de vue quantitatif, le catalogue de l’Archivo Histórico Nacional (AHN) porte à seulement six le nombre de procès instruits par le district tolédan contre des beatas entre 1487 et 1600. Il s’agit chronologiquement des beatas Mencía Suárez (1487-1490), Leonor Barzana (1530-1537), Francisca de San Agustín (1532-1535), Juana de Ribera (1550-1559), Francisca de los Apóstoles et Isabel Bautista (1574-1578)15. Si l’on comptabilise les procès contre les beatas tertiaires Isabel de la Cruz, Francisca Hernández et María Cazalla à partir de 1524, dans le cadre du procès des illuminés tolédans et ceux des célèbres María de Santo Domingo (1508) et Magdalena de la Cruz (1543), la part des beatas inquiétées par le Saint-Office reste néanmoins modeste dans cette région qui compte pourtant la plus grande densité de beaterios. Pour le dernier quart du xvie siècle, le manuscrit de Halle des relaciones de causas tolédanes confirme cette portion congrue puisque parmi les 1 177 relaciones de causas tolédanes relatives à la période entre 1575 et 1610, aucune « beata » n’est mentionnée comme telle16. À titre de comparaison, nous pouvons citer les chiffres établis par Adelina Sarrión dans son étude sur l’hétérodoxie féminine à Cuenca. Elle estime que douze procès concernent des beatas sur une période longue de plus de deux siècles, s’étendant entre 1499 et 170017, et seulement trois pour le xvie siècle. Enfin, pour ce qui devait être un « nid » à beatas, l’Andalousie, et en particulier la ville de Séville, Álvaro Huerga admet lui-même qu’il n’y eut pour l’année 1577 que trois beatas inquiétées dans la ville et qui défilèrent lors de l’autodafé du mois de février18. Quant aux deux grands pics inquisitoriaux liés à l’illuminisme à Llerena (1573-1579) puis à Jaén (1585-1590), ils mettent en évidence des enquêtes contre seulement une trentaine de beatas, alors que l’inquisition prévoyait d’endiguer un phénomène massif.

  • 19 Voir Francisco Avellá Cháfer, « Beatas y beaterios en la ciudad y arzobispo de Sevilla », Archivo H (...)
  • 20 Nous partageons, à cet égard, le point de vue de son biographe, l’historien américain Richard Kagan (...)
  • 21 Catalina de Melgar (1601), Jerónima de los Reyes (1608), Jerónima Noruega (1627), Juana Bautista (1 (...)
  • 22 Voir Annexe 1. Chefs d’accusations des procès inquisitoriaux et canoniques des beatas étudiées, par (...)

7Ces chiffres sont à manier toutefois avec une grande précaution et il serait intéressant de prolonger notre sondage sur l’ensemble du territoire espagnol. Par ailleurs, d’autres procès, postérieurs à notre période, se réfèrent à des beatas accusées de molinisme, jusqu’au xviiie siècle19. En outre, nous n’avons pas retenu le cas de Lucrecia de León, la célèbre prophétesse madrilène, emprisonnée en 1590, qui, malgré ses révélations, n’est pas reconnue comme une beata, car elle ne mène pas une vie de religieuse et ne porte pas d’habit de tertiaire20. Les beatas du xviie siècle ont aussi été exclues de notre recensement, comme celles appartenant au dernier foyer illuministe sévillan de 1626 (plus folklorique que religieux), mais il est pertinent de rappeler ici que le catalogue de l’AHN répertorie pour l’ensemble du district inquisitorial tolédan les procès de seulement sept beatas tertiaires au xviie siècle et deux au xviiie siècle21. Nous proposons donc le tableau situé en annexe en guise de synthèse22.

2. Les procès des beatas entre les pics d’illuminisme : quelques études de cas inédites et représentatives

8Les procès contre les beatas n’appartenant pas au mouvement illuministe sont donc plutôt réduits (une dizaine) et l’historiographie ne s’est à présent que peu attachée à ces dernières.

  • 23 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.
  • 24 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.
  • 25 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

9L’un des premiers procès portés à notre connaissance et conservés à l’AHN de Madrid, nous informe que la beata Mencía Suárez fut traduite devant le tribunal inquisitorial de Tolède en avril 1487. La jeune femme, âgée de trente ans, judéo-converse, est accusée d’avoir renoué avec son ancienne religion « guardando e siguiendo la ley de moises e sus ritos e ceremonias23 ». On la soupçonne, par ailleurs, de rejeter la portée symbolique des sacrements « non creia el santo sacramento del altar e creya e desya que eran pan e vino que no verdadero cuerpo de nuestro redentor24 » et de tenir des propos erronés sur la Vierge : « dixo que quando nuestra sennora la virgen santa maria fue a visitar a santa ysabel que no sabia nuestra sennora que yva prennada de nuestro sennor redentor Ihesu Christo25 ».

  • 26 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.
  • 27 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

10Portant la mention « judaizante » sur la page de garde, ce procès, qui s’échelonne entre 1487 et 1490 contre cette native d’Ocaña, nous en dit peu sur son statut de beata. Tout au plus apprend-on qu’elle se recueille parfois chez elle, et vit comme « una buena cristiana […] con grand devoçión como muger devota e de buena vida e syenpre fabla[r] cosas de nuestra santa fe con grande devoçión26 ». Face aux lourdes charges qui pèsent contre elle, la beata nie en bloc, accusant les témoins de s’être mépris sur ses propos (« a la persona que lo dixo contra mi no lo entendio bien como yo lo dixe mas dixolo al contrario retorciendo las palabras27 ».), tout en balayant les soupçons de crypto-judaïsme, puisqu’elle assure suivre la religion catholique et ses enseignements au pied de la lettre :

  • 28 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

yo no me acuerdo aver dicho ni menos dixe que non creya en el santo sacramento del altar e que era pan e vino e non verdadero cuerpo de nuestro redentor antes tengo e creo que despues de dichas las palabras de la consagraçion el pan se torna en carnal y el vino en sangre cuerpo verdadero de nuestro redentor Ihesu Christo como lo tiene e cree la santa madre iglesia por que lo dixo asi a sus discípulos que lo fisiesen asi en su memoria / […] que yo siempre he creido e tengo muy gran deuoçion en el santo sacramento del altar confesando e comulgando muchas veces e que tengo aconpañado el cuerpo de dios con lagrimas de rodillas espeçialmente el jueves de la çena siempre28.

  • 29 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.
  • 30 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

11Malgré cette défense et le témoignage d’une de ses voisines, une certaine Catalina, femme de Gómez de Córdova, qui assure que Mencía est « buena cristiana e tiene mucha fe en la santa fe católica29 », le fiscal Ruy González de Madrid entend l’inculper pour hérésie et apostasie en soulignant ses antécédents inquisitoriaux et les peines de prison dont elle a déjà écopé30.

  • 31 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

12Dès lors, la cause est entendue et le procureur demande, le 20 août 1487, l’excommunication et la confiscation de ses biens31 ».

  • 32 Adelina Sarrión, Beatas y endemonidadas…, op. cit., p. 139-144.
  • 33 Ibid., p. 144.

13Parmi les premiers procès antérieurs au xvie siècle, nous pouvons également citer celui de la beata Isabel Álvarez devant le tribunal de l’Inquisition de Cuenca, exhumé par Adelina Sarrión32. La beata est dénoncée le 18 août 149933 par une certaine Juana Díaz qui se présente devant l’inquisiteur Juan de Loaysa à Huete pour dénoncer Isabel Álvarez qu’elle a entendu réciter :

  • 34 Ibid.

una oración en que se contenían muchos nombres e que tenía un libro en que ella decía que estaban las palabras dichas e que las escrebía en una naranja e que la hechaba por do había de pasar quién ella quería e luego le facía venir. E que la dicha Isabel Alvarez dixo a una hija que le daría un cristo que un amigo tenía, aunque no quisiese, se casase con ella, e que se lo dio e se fue con la dicha su hija a ponerlo al dicho su amigo a su casa34.

  • 35 Archivo Diocesano de Cuenca, Leg. 30, Exp. 530, f. 2r°. Voir Adelina Sarrión, Beatas y endemonidada (...)

14Dans cette déclaration, la beata, apparemment une pieuse laïque, est décrite comme une femme qui connaît et pratique les conjurations amoureuses. La beata est ainsi mêlée à des pratiques hétérodoxes se référant aux sortilèges et aux rituels profanes des ensorceleuses. Quatre jours plus tard, Isabel Álvarez est convoquée et avoue ses conjurations et rites magiques35.

15Ces pratiques et sortilèges rapprochent la beata Isabel Álvarez de la beata Leonor Barzana, laquelle, trente années plus tard, entre 1530 et 1537, s’adonne elle aussi aux filtres magiques et aux incantations pour faire revenir les êtres chers et éloigner les mauvais esprits. Elle est condamnée une première fois en 1530 pour sept chefs d’accusation relativement légers : croire à l’astrologie, croire à la magie et aux sortilèges, se vanter d’être prophétesse, avoir des visions, être parjure et superstitieuse. En revanche, les accusations de son second procès qui s’ouvre en 1537 sont plus graves : elle aurait dérobé, dans la maison de María de Valdivia, une jarre et des hosties pour prononcer des incantations et obtenir les faveurs du chanoine Francisco Téllez :

  • 36 AHN, Inq., Leg. 82, Exp. 24, voir Julio Caro Baroja, Vidas mágicas e inquisición, op. cit., p. 89.

e vydo como la dicha Barzana tomo una jarra con agua e después un poco de ostia que dixo que era de las que dan por Pascua por pan bendito e lo echo al jarro y unos polvos negros que dixo la dicha Barzana era para que Francisco Tellez canónigo la quisiese bien36.

16Ces deux cas, qui mettent en scène des beatas seules et itinérantes, démontrent bien les errances de femmes somme toute marginales, profitant de leur aura et de la naïveté de leurs congénères.

  • 37 Voir sur ce point le dernier ouvrage de Massimo Firpo, Entre alumbrados y ‘espirituales’: estudios (...)
  • 38 Anne Milhou-Roudié « Hétérodoxie et condition féminine : le cas de María de Cazalla » dans Augustin (...)
  • 39 Voir Claire Guilhem « Dévaluation des discours féminins », dans Bartolomé Bennassar (dir.), L’Inqui (...)
  • 40 Voir Ángela Muñoz Fernández, « Madre y maestra, autora de doctrina. Isabel de la Cruz y el alumbrad (...)
  • 41 Alastair Hamilton, El proceso de Rodrigo Bolivar (1539), Madrid, FUE, 1979, p. 60.
  • 42 Voir Marie-Christine Barbazza, « Femmes et spiritualité. Médiations culturelles et spirituelles à t (...)
  • 43 Voir John Longhurst, « La beata Isabel de la Cruz... », art. cit., p. 198.
  • 44 AHN, Inq., Leg. 104, Exp. 15, voir Javier Pérez Escohotado, Antonio de Medrano, alumbrado epicúreo: (...)
  • 45 Pedro Ruiz de Alcaraz est embauché comme prédicateur laïque par le marquis de Villena, duc d'Escalo (...)
  • 46 Selon Julio Caro Baroja, il s’agit de petites querelles de femmes peu instruites s’étant laissées b (...)

17Contrairement aux procès contre les beatas du premier foyer illuministe, l’hétérodoxie ne repose sur aucun socle dogmatique sérieux ou de liens étroits avec la pensée valdésianiste37. On se souviendra que lors des procès contre les trois beatas accusées d’illuminisme à Tolède entre 1524 et 1530, Isabel de la Cruz, la fameuse « madre de los alumbrados », María Cazalla et Francisca Hernández, les inquisiteurs ont essayé de faire passer les trois beatas pour ce qu’elles ne sont pas : des ignorantes vaniteuses influencées par des clercs et des idées qui les dépassent38. En ce sens, nous rejoignons l’interprétation de Claire Guilhem sur certaines illuminées et ilusas selon laquelle l’Inquisition a cherché à marginaliser toute forme de piété féminine en s’attachant au caractère déviant et inculte de la nature féminine39. Lors de ces procès, les juges ont mis en exergue la naïveté et la bêtise d’Isabel de la Cruz : « Isabel de la Cruz es una mujercilla ignorante y soberbia [...] y fue inducida por algunos frayles simples y herejes40 ». La sentence de la beata María de Cazalla et de ses acolytes, son frère Juan de Cazalla et Rodrigo de Bivar, prononcée par les inquisiteurs, les qualifie de « idiotas sin letras41 ». Or, les accusations et les différents témoignages prouvent le contraire42 : Isabel de la Cruz est accusée de citer la Bible en latin tandis que María commentait les Épitres de saint Paul et le Flos Sanctorum. Lors de sa déposition, Isabel reconnaîtra sans ambages les cours de catéchisme qu’elle dispensait à des laïcs43. De son côté, Francisca Hernández, selon les dépositions d’Antonio de Medrano et Francisco Ortiz, détenait d’étonnantes capacités d’exégète et commentait la Bible44. Enfin, les multiples relations de ce groupe de beatas avec le patriciat urbain et l’aristocratie45 attestent l’intérêt suscité par ces communautés chez une élite attentive aux courants humanistes et religieux qui traversent l’Europe à cette époque, et dont l’écho et la diffusion ne se limitèrent pas à un quartier ou à un petit cénacle de femmes faussement inspirées et illuminées, au sens propre, comme ce fut le cas lors des procès que nous venons d’étudier. Ainsi, les fausses révélations, les sorts jetés et les quelques conjurations prononcées à la légère par les beatas Barzana et Álvarez pour impressionner les voisines, ou séduire des hommes grâce à des filtres d’amour, sont dénués de solides fondements hétérodoxes. Les deux accusées en question proviennent d’ailleurs de milieux défavorisés et appartiennent à ce que Julio Caro Baroja nomme sommairement « mundo de mujeres46 ».

18Le procès de la beata Juana de Ribera qui s’ouvre en 1550 semble présenter un profil différent. Cette beata qui vit en partie chez sa mère est une tertiaire franciscaine de Almendral accusée d’avoir prononcé et défendu des théories personnelles erronées sur le Christ, la Trinité, la Vierge, et sur l’institution ecclésiastique, comme l’indique sa déposition :

  • 47 AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1, s. f.

En badajoz a veinte e tres dias del dicho mes e año ante el dicho señor regidor parecio presente la dicha Juana de Ribera e dixo que quanto a lo que el otro dia confeso que creia ella que el hijo de dios no fue sin principio sino que començo a ser cuando encarno y le fue preguntado si savia que la iglesia tenia lo contrario [...] Ytem dixo que delante de algunas personas se acuerda que ella a dicho que nuestra señora no fue conçevida de simiente de varon e esto lo dixo delante de Rui Gonzalez su hermano e de su madre e de otros de su casa47.

  • 48 AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1, s. f. « vio e oyo como la dicha beata Juana de Ribera dixo que mas qu (...)

19Accusée d’hérésie en 1550, la beata se voit également reprocher par le clerc Juan García ses préférences douteuses pour les grandes hosties plutôt que pour les petites48. La beata finalement « admitida a reconciliación », devra abjurer de levi et sera recluse un an dans un couvent tout en s’acquittant, au préalable, de la somme de soixante ducats. En étudiant plus attentivement le procès, on remarque que la beata tient très tôt des propos incohérents et outranciers. Elle aurait affirmé que l’église n’était pas la maison de Dieu mais celle du diable, et que l’hostie serait divisée selon la Sainte-Trinité avec Dieu dans la partie haute, le fils au milieu et le Saint-Esprit dans le bas :

  • 49 AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1, s. f.

quando oya tañer la canpana para ir a misa o a vixilia o a las ave marias dezia esta que declare por la iglesia que no hera casa de dios sino casa del diablo e que los ministros della heran ministros del diablo y que esto lo dezia con el enojo que tiene dicho. […] Y que ansy mesmo dixo por entonçes a lo que le paresçe que el padre estaba en la parte alta de la ostia y el hijo en el medio y el espiritu santo abaxo y que el sitio de la trinidad estaba en el medio y que agora se acuerda que lo dixo cree que ante Juan Garcia clerigo49.

  • 50 La communication de Stéphanie Wekko, « Folie et Inquisition dans l'Espagne moderne », présentée au (...)

20À nouveau, les propos et les erreurs doctrinales s’apparentent davantage à des interprétations personnelles de certains sacrements mal compris, plutôt qu’à une interprétation consciemment contraire aux Saintes Écritures et à leur diffusion à grande échelle. Dans le cas de la beata Juana de Ribera, l’explication probable de ses propos hétérodoxes peut, sans doute aussi, provenir de sa folie. Ses frères, Ruy González et Sancho Martín, se présentent d’ailleurs à l’audience pour souligner le manque de discernement notoire de leur sœur au moment des faits. Si feindre la folie était une technique risquée, parfois utilisée par certains accusés pour s’épargner une sévère condamnation50, il semble que les sens et la raison de la beata Juana soient véritablement altérés et justifient ses théories peu convaincantes sur l’hostie et la communion :

  • 51 AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1, s. f.

Juana de Ribera nuestra hermana aver estado y esta loca y furiosa y sin juicio ni entendimiento alguno de cinco años a esta parte y mas tiempo especialmente […] y su furor es tan notorio y publico que lo sabe y tiene por cosa cierta en la dicha villa y mas en la vezindad por que asi sea continua esta dando muy grandes / bozes y gritos hablando palabras desatinadas riñendo con muchas personas sin ninguna cabsa y mas con clerigos queriendo y diziendo que la confiesen y viendo que no la quieren confesar les llama de villanos51.

21Les derniers folios du procès semblent donner raison aux deux frères et valident la folie furieuse dont est atteinte leur sœur, laquelle empire graduellement au fil du procès, à cause de ses longues et nombreuses détentions dans les geôles inquisitoriales. En effet, lors de la réouverture du procès en 1557, au cours duquel la mère et les frères de l’accusée espèrent laver leur honneur en demandant le retrait du sanbenito infamant de l’église, nous apprenons que Juana est décédée après avoir été enchaînée dans sa cellule :

  • 52 AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1, s. f.

muy magníficos señores
a […] de abril de 1557 muy pº senor la madre y hermanos de Juana de Ribera [dans l’interligne : beata] defunta vecina de la villa del Almendral del obispado de Badajoz dizen que ya Vuestra Alteza tiene notiçia como por los ynquisidores del santo ofiçio del partido de Llerena fue penitençiada la dicha Juana de Ribera y echadole un abito el qual despues se le mando quitar y le fue quitado por que por informaçion bastante consta que hera muger loca y fuera de juicio natural y ansy lo estovo siempre y atada en cadenas hasta que murio
52.

  • 53 Nous reprenons cette expression (saintes vivantes) au titre du célèbre ouvrage de Gabriela Zarri, L (...)
  • 54 BNE, ms. 6176, f. 296r° : « tenia unas grietas en las manos y en el costado y que las enseñaba por (...)

22D’autres procès, non point rattachés seulement à des propos mais à des comportements jugés hétérodoxes, conduisent les beatas María de Santo Domingo et Magdalena de la Cruz devant le tribunal de la Suprema. Ces deux procès, dont celui, canonique de la beata de Piedrahita, sont bien plus connus et ont reçu une attention plus particulière chez les chercheurs. Nous reviendrons brièvement sur celui de Magdalena de la Cruz, beata du couvent de Sainte Isabelle de Cordoue qui est soupçonnée de charlatanisme et de fausses révélations au début des années 1540. On lui attribue pourtant la prophétie de la victoire impériale de Pavie, des miracles et des guérisons. Elle affirme avoir vécu de nombreuses extases et se nourrir uniquement de pain eucharistique. Son prestige est extraordinaire pendant un temps : l’inquisiteur Manrique de Lara se déplace pour aller la voir, l’impératrice Isabelle fait de même et, à la naissance du prince Philippe, on met sur son berceau des langes touchés par la beata. Même si cette dernière n’est pas une laïque séculière, puisqu’elle appartient à la communauté franciscaine de Santa Isabel, elle est décrite comme beata et incarne bien ces « sante vive53 », dont l’aura et l’admiration déplacent les foules. Malheureusement pour elle, les délations des sœurs de son couvent et les recherches plus poussées de l’Inquisition entraînent l’ouverture d’une enquête entre 1543 et 1544 qui démasque une véritable imposture. Le Saint-Office l’enferme en 1544 et recueille des témoignages plus précis ; Magdalena de la Cruz finit par avouer non seulement ses fausses révélations, mais, plus grave, l’usurpation d’une réputation de sainteté. Le 3 mai 1546, elle défile lors de l’autodafé de Cordoue, la bougie à la main, une laisse autour du cou et un bâillon, avant d’entendre la sentence qui la condamne à finir ses jours dans un couvent d’Andújar et à ne pas communier pendant trois ans. Parmi ses faits d’armes : avoir menti pendant plus de trente ans sur de faux stigmates et une plaie factice sous les côtes54.

  • 55 BNE, ms. 6176, f. 296v°: « Yten que llevando un dia una cesta de cerezas en las manos iban algunas (...)
  • 56 BNE, ms. 6176, f. 296v° : « Yten que una vez llevaba unos huevos en las mangas y se le cayeron y no (...)

23Elle admet finalement la mise en scène de faux miracles (des cerises gâtées qui deviennent fraîches à son contact55, des œufs qui ne se brisent pas malgré leur chute56) et confesse avoir menti sur son jeûne miraculeux (onze ans !) puisque des sœurs lui auraient apporté de l’eau et du pain en secret dans sa cellule :

  • 57 BNE, ms. 6176, f. 296v°.

Yten dixo mas que habia onze años que no abia comido lo qual era mentira porque los siete primeros habia comido pan y agua que le trayan unas monjas que ella criava en su celda los cuatro avia comido otras cosas lo qual confeso por su boca57.

3. Conclusion

  • 58 BNE, ms. 6176, f. 298r°.

24Ces quelques rares procès démontrent que les beatas ne furent pas des schismatiques qui auraient exercé une spiritualité communément partagée et diffusée par la majorité d’entre elles. Tout au plus, les fausses visions d’Isabel Álvarez, les incantations de la Barzana, les palabras escandalosas de la beata Francisca de San Agustín (1532-1535) dont le procès est inachevé, comme les parjures de Juana de Ribera contre l’Église ou de Magadalena de la Cruz, selon laquelle « todos los abades y frayles tenian mancebas y que esto no hera pecado ni se ofendia a dios en ello58 », témoignent d’une quête de religiosité plus personnelle et d’un rejet de la médiation cléricale. Ils permettent néanmoins de tirer de précieux enseignements.

  • 59 Je renvoie ici à l’étude présentée dans ma thèse au chapitre 3 « Étude sociologique des beatas », p (...)
  • 60 Voir Michel Boeglin, L’inquisition espagnole au lendemain du concile de Trente, Le tribunal du Sain (...)
  • 61 Álvaro Huerga, Historia de los alumbrados, op. cit., vol. 4, p. 8.
  • 62 Au sujet du dernier foyer illuministe sévillan, Álvaro Huerga évoque une certaine forme de décadenc (...)

25Tout d’abord, les beatas accusées correspondent peu au profil des beatas de haut lignage du xve siècle qui fondèrent les premiers beaterios. Souvent pecheras, originaires de petits villages et de zones rurales, les beatas inculpées pour leurs visions se différencient de leurs consœurs nobles en aspirant à un statut et à une reconnaissance qu’elles n’ont pu acquérir par leur naissance, et qu’elles comblent par le mensonge et de faux miracles. C’est d’autant plus vrai pour les beatas accusées d’illuminisme dans les foyers de Llerena (1574‑1580) et de Jaén (1585-1590), puisque la plupart d’entre elles, à de très rares exceptions près, sont de basse extraction et travaillent comme servantes, sont filles d’ouvriers et de petits artisans des villes59. Ces dernières sont majoritairement accusées de mettre en scène de fausses apparitions et de feindre des possessions démoniaques avec la complicité de clercs condamnés pour solicitación. Les derniers procès d’alumbrados sévillans s’y apparentent fortement. Ils citent à comparaître des beatas ayant participé à la grotesque « confrérie de la Granada » dirigée par le curé Méndez, lequel organisait des célébrations où il se dénudait au milieu d’un « cénacle de beatas60 ». Les derniers soubresauts et vestiges dissidents de la spiritualité beateril laisseront alors définitivement place à un « alumbradismo barroco lleno de vida y de color con sus ribetes de farsa y folklore religioso, con sus escenas tragicómicas61 », sans grand rapport avec les premières communautés de beatas des xve et xvie siècles, ni même avec le procès des beatas Isabel de la Cruz et María Cazalla des années 1524-1530. Les deux mouvements illuministes d’Estrémadure et d’Andalousie illustrent une marginalisation sociale et une légèreté de mœurs : les principales accusées semblent savoir à l’avance qu’elles ne paieront pas de leur vie leurs débordements mystico-sexuels62.

  • 63 Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers, trad. de Monique Aymard, Paris, Flammarion, 1980, p. 175.
  • 64 Voir Ana Cristina Cuadro García, « Tejiendo una vida de reliquia. Estrategias de control de concien (...)
  • 65 Diego Pérez de Valdivia, Aviso de gente recogida ..., Barcelone, Hieronymo Genoves y Jaume Cendrat, (...)

26Notons aussi que les pratiques hétérodoxes sont marginales et les peines généralement clémentes : une abjuration de levi, quelques coups de fouets et une réclusion dans un couvent ou une maison pendant quelques années. Les interprétations personnelles sur la foi et l’Eucharistie ne sont pas sans nous rappeler celles, à la même époque, du paysan Menocchio (1532-1560), mises en évidence par Carlo Ginzburg. L’historien italien avait ainsi identifié, dans la condamnation inquisitoriale de ce meunier du Frioul, l’existence d’une culture populaire qui déforme les métaphores bibliques et les associe à la trivialité des angoisses et pensées quotidiennes. Menocchio, qui savait lire et écrire, confessa, comme auraient pu le faire ces premières beatas : « j’ai le cerveau subtil et j’ai voulu réfléchir sur les choses élevées que je ne connaissais pas63 ». Enfin, dans l’univers religieux du xvie siècle, marqué par l’irruption du miraculeux et du surnaturel, la course à la sainteté à laquelle se livrent les beatas, comme plus tard les mystiques et les religieuses, attise les rivalités et décuple les manifestations visibles, comme les impostures conscientes et inconscientes. La réputation de sainteté pouvait ainsi assurer une ascension sociale vertigineuse, faille-t-il pour cela mettre en péril l’engagement d’une vie consacrée à Dieu au profit d’apparitions fictives. La question oratoire de l’historienne Ana Cristina Cuadro García dans un récent article sur Magdalena de la Cruz prend ici tout son sens : qui aurait pu imaginer que l’humble pechera Magdalena, née en 1487 dans le village d’Arenas avec deux doigts estropiés, pourrait un jour côtoyer l’impératrice Isabelle et finir abbesse du couvent de Sainte Isabelle de Cordoue64 ? Sa fausse sainteté l’y aida grandement et, sans nul doute, les procès reflètent aussi la volonté du Saint-Office d’enquêter plus sérieusement sur les visions de ces beatas auto-proclamées. Finalement, pour reprendre notre point de départ, la diversité et la richesse des affaires, souvent piquantes, et la mise en scène savamment orchestrée par le Tribunal de la Suprema, ne sauraient occulter la rareté des procès. La remarque d’un Diego Pérez de Valdivia (1525-1589), contemporain des deux foyers illuministes et fervent défenseur des beatas à cette époque, est d’une frappante lucidité : quelques beatas égarées ne doivent pas nous faire oublier toutes celles qui sont demeurées pieuses : « que por una sin seso no se infamasse tanta buena65 ».

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Chefs d’accusations des procès inquisitoriaux et canoniques des beatas étudiées, par ordre chronologique de date de première dénonciation devant les tribunaux.

Nom de la beata

Localité citée en procès

Délit, accusation(s)

Date

Mencía Suárez

Ocaña

Judaizante

1487

Isabel Álvarez

Huete

Hechicería

1499

María de Santo Domingo (ou beata de Piedrahita)

Piedrahíta

Revelaciones

1508

Francisca Hernández

Salamanca

Alumbrada

1524

Isabel de la Cruz

Guadalajara

Alumbrada

1524

María de Cazalla

Palma del Río

Alumbrada

1525

Leonor Barzana

Toledo

Hechicería

1530

Francisca de San Agustín

Arenas

Ilusa, alumbrada

1532

Magdalena de la Cruz

Aguilar de Campoó

Falsas revelaciones, Ilusa

1543

Juana de Ribera

Almendral

Palabras erróneas y escandalosas, heregía

1552

Juana Sánchez

Valladolid

Luteranismo

1559

Ana Vázquez

Zafra

Alumbrada

1574

Catalina de Valdivieso

Zafra

Alumbrada

1574

Catalina López

Almendral

Alumbrada

1574

Catalina Rodríguez de la Vega

Barcarrota

Alumbrada

1574

Francisca de los Apóstoles (ou Francisca de Ávila)

Toledo

Ilusa, alumbrada

1574

Inés Sánchez

Zafra

Alumbrada

1574

Leonor López

Zafra

Alumbrada

1574

Leonor Sánchez

Llerena

Alumbrada

1574

María Sánchez

Fuente del Maestre

Alumbrada, se subió al púlpito del clérigo y predicó palabras contra la Santa fe

1574

Marina Macías

Jerez de los Caballeros

Alumbrada

1574

Ana de Herrera

Baeza

Habla con Dios de asuntos sobre el papa y tiene revelaciones

1575

Catalina de Segura

Úbeda

Revelaciones, veía a Nuestra Señora

1575

Catalina de Sena

Úbeda

palabras erróneas

1575

Catalina Godínez

Beas de Segura

Revelaciones y milagros

1575

Inés Martínez

Villanueva del Arzobispo

Revelaciones, declara el Evangelio

1575

Isabel Bautista de San Jerónimo

Toledo

Alumbrada

1575

Isabel Porcel

Úbeda

Palabras escandalosas, dice que tiene más consolación comiendo más ostias

1575

Leonor de Molina

Baeza

Palabras escandalosas, dice que la beata Ana de Herrera es santa

1575

Lucía López

Albánchez de Úbeda

Alumbrada, revelaciones

1575

Annexe 2 (suite). Chefs d’accusations des procès inquisitoriaux et canoniques des beatas étudiées, par ordre chronologique de date de première dénonciation devant les tribunaux.

Nom de la beata (suite)

Localité citée en procès

Délit, accusation(s)

Date

Luisa de la Peña

Baeza

Oración mental, no reza el rosario

1575

Luisa de Medina

Baeza

Revelaciones, dice que hay tres profetas en el mundo uno en Sevilla otro en Baeza y otro en Jerusalén

1575

Luisa Rodríguez

Baeza

Revelaciones durante el santo sacramento

1575

Luisa Ruiz

Úbeda

Dice que es santa

1575

María de Molina

Baeza

Revelaciones

1575

María de Molina

Úbeda

Palabras escandalosas

1575

María de Robles

Baeza

No comulga, le dan el santo sacramento en su casa

1575

Marina Copada

Úbeda

Revelaciones

1575

Mencía Rodríguez de la Vega

Barcarrota

Alumbrada

1576

Francisca de Guzmán

Sevilla

Alumbrada, dice que Dios le dijo que se quedase en cama en vez de ir a misa

1577

Francisca Hernández

Sevilla

Alumbrada

1577

Francisca Rodríguez

Frenegal de la Sierra

Alumbrada (absuelta post mortem)

1577

María de Zúñiga

Sevilla

Alumbrada, veía la divinidad de Nuestro Señor, celebró misa

1577

Ana de Jesús

Jaén

Alumbrada

1586

Ana Lucas

Jaén

Alumbrada

1586

Antonia Rodríguez

Huévar

Alumbrada

1586

Catalina de la Cruz

Jaén

Alumbrada

1586

Catalina de Zavallos beata puis nonne au monastère de Santa Clara de Jaén

Jaén

Alumbrada

1586

Elvira López

Jaén

Alumbrada

1586

Francisca de la Cruz

Jaén

Alumbrada

1586

Ginesa de Quesada

Jaén

Alumbrada

1586

Isabel de Jesús

Jaén

Alumbrada

1586

Isabel de la Cruz

Villagordo

Alumbrada

1586

Isabel de Quesada

Jaén

Alumbrada

1586

María de Bilches

Jaén

Alumbrada

1586

María Romera

Jaén

Alumbrada

1586

Mariana de Jesús

Jaén

Alumbrada

1586

Melchora de los Reyes

Jaén

Alumbrada

1586

Quiteria Martínez

Jaén

Alumbrada

1586

María Martínez

Huete

Hechicería

1587

Haut de page

Notes

1 Ce travail s’inspire de mes dernières recherches et de ma thèse : Les beatas de la Couronne de Castille, étude prosopographique, pratiques spirituelles et intégration sociale (1450-1600), soutenue à l’Université de Rennes 2 le 12 décembre 2014. Sa publication aux Presses Universitaires de Rennes dans la collection « Histoire » est prévue pour le printemps 2016.

2 Encore peu connues les beatas sont pourtant passées sous les feux de l’historiographie et les chercheurs ont précisément jeté leur dévolu sur leurs pratiques hétérodoxes. Depuis l’Historia de los heterodoxos españoles, de Marcelino Menéndez y Pelayo publiée à la fin du xixe siècle (Marcelino Menéndez y Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles, 3 vols., Madrid, F. Maroto e hijos, 1880-1882, en particulier, vol. 2, Livre 5, chap. I), aux premières recherches dans les années 1930-1945 sur la beata de Piedrahíta, María de Santo Domingo (Bernardino Llorca Vives, Die spanische Inquisition und die « Alumbrados », Berlin, F. Dümmler, 1933, éd. espagnole, La Inquisición espalñola y los alumbrados, Barcelone, Labor, 1936 ; Vicente Beltrán de Heredia, Historia de la Reforma de la Provincia de España, Rome, Institutum historicum F. F. Predicatorum, 1939 ; du même auteur, Las corrientes de espiritualidad entre los dominicos de Castilla durante la primera mitad del siglo xvi, Salamanque, Couvent de San Esteban, 1941) aux travaux plus récents (María Carmen Carlé, « La sociedad castellana del siglo xv, la inserción de la Iglesia », Anuario de Estudios Medievales xv, 1985, p. 367-414. Carmen Soriano Triguero, « Inquisición, beatas y falsarios en el siglo xvii: pautas del Santo Oficio para examinar visiones y apariciones », dans Antonio Mestre Sanchís, et Enrique Giménez López, (éd.), Disidencias y exilios en la España moderna, Actas de la iv reunión científica de la Asociación española de historia moderna, (Alicante, 27-30 mai 1996), Alicante, Universidad de Alicante, 1997, p. 253‑262. Adelina Sarrión, Beatas y endemoniadas, mujeres heterodoxas ante la Inquisición, siglos xvi a xix, Madrid, Alianza Editorial, 2003), l’étude des beatas a été envisagée majoritairement sous l’angle dogmatique et répressif (Lázaro Sastre, « El Proceso de la beata de Piedra Hita », Archivo Dominicano, n° 11, 1990, p. 359-402, et n° 12, 1991, p. 337‑ 386 ; María Palacios Alcalde, « Las Beatas ante la Inquisición », Hispania Sacra, n° 40, 1988, p. 107-131 ; María Helena Sánchez, Flagelantes, licenciosos y beatas consentidoras, Historia 16, nº 41, 1979, p. 37‑54 ; María-Milagros Rivera Garretas, « Las beguinas y beatas, las trovadoras y las cátaras: el sentido libre del ser mujer », dans Isabel Morant Deusa (dir.), Historia de las mujeres en España y América Latina, 4 vols., Madrid, Cátedra, 2005, vol. 1, p. 745-767 ; María Laura Giordano, « Al borde del abismo: “falsas santas” e “ilusas” madrileñas en la vigilia de 1640 », Historia social, nº 57, 2007, p. 75-98). Certains auteurs ont d’ailleurs perçu chez ces femmes « mi-laïques mi-religieuses, mi-saintes mi-démones » les avatars de sorcières, de fausses mystiques, en privilégiant une vision mystérieuse et légendaire à la réalité des faits historiques. La parution en 2012 d’un roman historique intitulé Tiempo de Beatas y alumbrados parachève cette représentation sulfureuse présente dans l’imaginaire de certains de nos contemporains et qui a nourri la veine parfois sensationnaliste d’une partie de l’historiographie (Manuel de León de la Vega, Tiempo de beatas y alumbrados, Barcelone, Andamio, 2012). Ce roman historique a d’ailleurs remporté le prix littéraire « Adán », le 11 mars 2012.

3 Les chiffres des tribunaux des districts inquisitoriaux manifestent clairement une baisse des procès contre les anciennes hérésies (crypto-judaïsme et mahométisme en tête) et un intérêt accru pour les déviances des vieux chrétiens (protestantisme, sorcellerie, bigamie, illuminisme...), voir par exemple pour le district tolédan les chiffres établis par Jean Pierre Dedieu, L’administration de la foi. L’Inquisition de Tolède (xvie-xviiie siècles), Madrid, Casa de Velázquez (1e éd. 1989), 1992, op. cit., p. 240. Les causes de foi pour judaïsme et mahométisme représentent 88 % des cas au cours de la période 1483-1530, puis seulement 33 % entre 1530-60, et 24 % entre 1560-1620.

4 Luis Martínez Kleiser, Refranero General ideológico español, Madrid, S. Aguirre Torre, 1953, p. 57. Voir également, Sebastián de Horozco, Teatro Universal de proverbios, [vers 1580], éd. utilisée, 2e éd. de José Luis Alonso Hernández, Salamanque, Universidad de Salamanca, 2005 et Gonzalo Correas, Vocabulario de refranes y frases proverbiales y otras fórmulas comunes de la lengua castellana en que van todos los impresos antes y otra gran copia, que juntó el Maestro, ms., [vers 1627], éd. utilisée, Madrid, Jaime Ratés, 1906.

5 Le premier grand procès connu, lié à la beata María de Santo Domingo, a été publié par les historiens Bernardino Llorca et Vicente Beltrán de Heredia dans leurs monographies respectives de 1933 et 1939 (Bernardino Llorca, Die spanish inquisition…, op. cit., et Vicente Beltrán de Heredia, Historia de la Reforma…, op. cit.) puis, plus récemment, par Lázaro Sastre, « Proceso de la beata de Piedrahíta », Archivo Dominicano, n° 11, 1990, p. 359‑402 et « Proceso de la beata de Piedrahíta II », Archivo Dominicano, n° 12, 1991, p. 337‑386. Les procès du premier mouvement illuministe qui mettent en scène les beatas tertiaires Francisca Hernández, Isabel de la Cruz et María Cazalla ont déjà fait l’objet de très nombreuses études et de publications de textes, nous renvoyons donc, pour ne pas alourdir les notes de bas de page, à la bibliographie que nous citerons plus après lors de notre développement. Enfin, Álvaro Huerga a publié dans son Historia de los Alumbrados, 4 vols., Madrid, FUE, 1978-1994, nombre de pièces d’archives sur les alumbrados espagnols qui comptent dans leurs rangs des beatas, même si ces dernières n’ont pas fait l’objet de recherches plus poussées, hormis dans l’article d’une vingtaine de pages de María Palacios Alcalde en 1988 : « Las beatas ante la inquisición », art. cit. Enfin, Adelina Sarrión (Beatas y endemoniadas…, op. cit.) a étudié les archives de Cuenca et a mis en lumière une série de procès pour proposer une réflexion sur quelques études de cas de beatas, comme Maria Laura Giordano sur la beata Francisca de los Apóstoles (« Proyecto político y aspiraciones reformadoras en las cartas de una beata del siglo xvi », Manuscrits : Revista d’història moderna, no 17, 1999, p. 57-68.) et Julio Caro Baroja sur la beata Leonor Barzana (Vidas mágicas e Inquisición, 2 vols., Madrid, Istmo, 1990, vol. 2). De notre côté, nous avons exhumé plusieurs procès du district tolédan et dépouillé, en particulier, deux liasses correspondant aux procès inédits des beatas Mencía Suárez (Archivo Histórico Nacional, Inquisición, Legajo 158, Expediente 25) et Juana de Ribera (AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1) dont nous retranscrivons de larges extraits.

6 Jean Pierre Dedieu, Les mots de l’Inquisition, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002, p. 12.

7 Archivo Histórico Nacional, Inq., Leg. 1856, s. f.

8 Voir Mary Elysabeth Perry, « Beatas and the Inquisition in Early Modern Seville », dans, Peter Haliczer (dir.), Inquisition and Society in Early Modern Europe, Londres, Croom Helm, 1987, p. 147-168.

9 Álvaro Huerga, Historia de los alumbrados, op. cit., vol. 4, p. 98.

10 Ibid., p. 98-111.

11 AHN Nacional, Inq., Libro 578, f. 341v° ; Leg. 2946/1, s. f. Cité par Álvaro Huerga, Historia de los alumbrados, op. cit., vol. 4, p. 99-100.

12 Parmi 161 accusés, sur des témoignages des habitants, on compte 16 beatas dénoncées pour de fausses révélations, blasphèmes, spiritisme, possession démoniaque, etc. Dans le détail, il s’agit des beatas suivantes, à Alvánchez : Lucía López ; à Baeza : Ana de Herrera, Catalina de Sena, Leonor de Molina, Luisa de la Peña, Luisa de Medina, Luisa Rodríguez, María de Molina, María de Robles ; à Beas : Catalina Godínez ; à Úbeda : Catalina de Segura, Isabel Porcel, Luisa Ruiz, María de Molina, Marina Copada ; à Villanueva del Arzobispo : Inés Martínez. Voir la Relación de las testificaciones e informaciones que se recibieron de la visita que el doctor Alonso López; inquisidor de Cordoba hizo en fin del año de 1574 y principios del de 1575 en las ciudades de Úbeda y Baeza y otros lugares comarcanos, AHN, Inq., Leg. 1856/ 1, s. f., voir Álvaro Huerga, Historia de los alumbrados, op. cit., vol. 2, p. 478-506.

13 Dans une lettre du 21 février 1575 adressée au Conseil de la Suprema, il annonçait « Entíendese que en sola Baeza hay más de mill beatas », AHN, Inq., Leg. 1856/1, s. f.

14 Les procès retentissants alimentèrent facilement la « légende noire ». Voir Isabelle Poutrin, Le voile et la plume, Autobiographie et sainteté féminine dans l’Espagne moderne, Madrid, Casa de Velázquez, 1995, p. 46.

15 Les références des procès sont les suivantes : Mencía Suárez (dont le nom est aussi orthographié « Juárez » sur la page de garde du procès et dans le catalogue de l’AHN), AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25 ; Leonor Barzana, AHN, Inq., Leg. 82, Exp. 24 ; Francisca de San Agustín, AHN, Inq., Leg. 209, Exp. 7 ; Juana de Ribera, AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1 ; Francisca de los Apóstoles (ou Francisca de Ávila) et Isabel Bautista, AHN, Inq., Leg. 113, Exp. 5.

16 Voir Julio Sierra, Proceso en la inquisición de Toledo (1575-1610), Manuscrito de Halle, Madrid, Editorial Trotta, 2005.

17 Adelina Sarrión, Beatas y endemoniadas…, op. cit., p. 46.

18 Álvaro Huerga, Historia de los alumbrados, op. cit., vol. 4, p. 104 : « En la Relación del auto de fe que se celebró en Sevilla el 10 de febrero de 1577 hay una sección dedicada a los penitenciados por cosas de la secta de los Alumbrados el grupo no es muy numeroso ya que sólo figuran tres beatas ».

19 Voir Francisco Avellá Cháfer, « Beatas y beaterios en la ciudad y arzobispo de Sevilla », Archivo Hispalense, n° 198, 1982, p. 99-132, voir en particulier p. 117, le cas de la beata María de los Dolores López : « El año 1781 tuvo lugar en la Iglesia del convento de San Pablo un auto de fe en el cual María de los Dolores López, sevillana conocida como la beata ciega fue declarada incursa en las heregías de Molinos y de los flagelentes ».

20 Nous partageons, à cet égard, le point de vue de son biographe, l’historien américain Richard Kagan : « There is no indication that Lucrecia aspired to be beata », voir Richard Kagan, Lucrecia’s Dreams. Politics and Prophecy in Sixteenth-century Spain, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, [1990], 2e éd., 1995, p. 18.

21 Catalina de Melgar (1601), Jerónima de los Reyes (1608), Jerónima Noruega (1627), Juana Bautista (1636), Isabel de Briñas (1639), Catalina Ruiz (1645), Ana de Bella, (1654), Manuela Ramos (1708), Agustina Salgado (1777).

22 Voir Annexe 1. Chefs d’accusations des procès inquisitoriaux et canoniques des beatas étudiées, par ordre chronologique de date de première dénonciation devant les tribunaux.

23 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

24 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

25 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

26 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

27 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

28 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

29 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

30 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

31 AHN, Inq., Leg. 158, Exp. 25, s. f.

32 Adelina Sarrión, Beatas y endemonidadas…, op. cit., p. 139-144.

33 Ibid., p. 144.

34 Ibid.

35 Archivo Diocesano de Cuenca, Leg. 30, Exp. 530, f. 2r°. Voir Adelina Sarrión, Beatas y endemonidadas…, op. cit., p. 139-144 : « tomó una candela e la pegó en una pared y se desnudó en cuero y sin tocas e se volvió ansí a la sombra e decía estas palabras: sombra, cabeza tienes como yo, cabello tienes como yo, cuerpo tienes como yo, todos los miembros tienes como yo. Yo te mando que ansí como traeis mi sombra verdadera, que tu vayas a Fray Ambrosio y le traigas para mí. Que no pueda comer ni beber ni hacer ningún placer hasta que venga a mi querer. E dadme lo que tuviere e dadme lo que supiere... y si me lo traxeres, yo te bendiré, si no me lo traxeres, yo te maldeciré ».

36 AHN, Inq., Leg. 82, Exp. 24, voir Julio Caro Baroja, Vidas mágicas e inquisición, op. cit., p. 89.

37 Voir sur ce point le dernier ouvrage de Massimo Firpo, Entre alumbrados y ‘espirituales’: estudios sobre Juan de Valdés y el valdesianismo en la crisis religiosa del ‘500 italiano, trad. espagnole de Daniela Bergonzi, Madrid, FUE, 2000, en particulier p. 67-125.

38 Anne Milhou-Roudié « Hétérodoxie et condition féminine : le cas de María de Cazalla » dans Augustin Redondo (dir.), Images de la femme en Espagne aux xvie et xviie siècles. Des traditions aux renouvellements et à l’émergence d’images nouvelles, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1994, p. 269-278.

39 Voir Claire Guilhem « Dévaluation des discours féminins », dans Bartolomé Bennassar (dir.), L’Inquisition Espagnole, xve-xixe siècles, Paris, Hachette, 1979, p. 192-236. En particulier, p. 231 : « L’inquisition espagnole ne s’est pas laissée prendre à ce type de pratiques, qui ne sont pour elle que sorcelleries, ‘hechicerías’, produit de l’imagination débridée de femmes impressionnables », et p. 194 : « Par un singulier processus, l’hérétique apostate est devenue une individualité inclassable que les inquisiteurs se refusent à juger et renvoient dans un ailleurs inqualifiable : la démence ».

40 Voir Ángela Muñoz Fernández, « Madre y maestra, autora de doctrina. Isabel de la Cruz y el alumbradismo toledano del primer tercio del siglo xvi », dans Cristina Segura Graiño (dir.), De leer a escribir i. La educación de las mujeres ¿Libertad o subordinación?, Madrid, Al Mudayna, 1996, p. 99-122, citation p. 102.

41 Alastair Hamilton, El proceso de Rodrigo Bolivar (1539), Madrid, FUE, 1979, p. 60.

42 Voir Marie-Christine Barbazza, « Femmes et spiritualité. Médiations culturelles et spirituelles à travers le rôle des beatas en Espagne à l’époque moderne », dans Cahiers d’Études du Religieux. Recherches interdisciplinaires, n° 3, 2008 [en ligne], disponible sur <http://cerri.revues.org/276>, archive du 4 juillet 2008, en particulier la sous-partie « La doctrine d’Isabel de la Cruz » qui insiste sur le caractère réformateur de la spiritualité des beatas du premier illuminisme, et Antonio Márquez, Los alumbrados: orígenes y filosofía (1525-1559), Madrid, Taurus, 1972, en particulier, p. 120 : « La rebelión de Isabel de la Cruz y de Alcaraz se extiende tanto a los superiores regulares y ortodoxos de la Orden de San Francisco, como a los reformadores de la misma: a la versión erasmista del Obispo Cazalla (que según Isabel no predicaba amor, sino arte) y a la visionaria de Olmillos; al ascetismo de Ortiz y al misticismo pietista de Osuna […]. Tanto para Isabel como para Alcaraz no hay más pobreza que la interior ».

43 Voir John Longhurst, « La beata Isabel de la Cruz... », art. cit., p. 198.

44 AHN, Inq., Leg. 104, Exp. 15, voir Javier Pérez Escohotado, Antonio de Medrano, alumbrado epicúreo: proceso inquisitorial (Toledo, 1530), Madrid, Verbum, 2003, p. 595.

45 Pedro Ruiz de Alcaraz est embauché comme prédicateur laïque par le marquis de Villena, duc d'Escalona, et touche une rente annuelle de trente-cinq mille maravédis. Le marquis se fait d'ailleurs dédicacer le Tercer abecedario de Francisco de Osuna et est véritablement séduit par la piété intérieure des alumbrados. Pedro Ruiz de Alcaraz est plus tard mis en relation avec la noblesse castillane, en travaillant, par exemple, comme trésorier du marquis de Priego avec lequel il entretient d’étroites relations.

46 Selon Julio Caro Baroja, il s’agit de petites querelles de femmes peu instruites s’étant laissées berner par la beata Barzana et son fort charisme, voir Vidas mágicas e inquisición, op. cit., p. 78.

47 AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1, s. f.

48 AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1, s. f. « vio e oyo como la dicha beata Juana de Ribera dixo que mas querria ella comulgarse con una ostia grande que no con una particular ».

49 AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1, s. f.

50 La communication de Stéphanie Wekko, « Folie et Inquisition dans l'Espagne moderne », présentée au séminaire Calem de Rennes, en février 2014, mentionne plusieurs cas de folies feintes pour alléger une peine et obtenir la clémence des inquisiteurs ; néanmoins les accusés déclarés fous n’étaient que très rarement relâchés et finissaient leurs jours en prison. Voir également les travaux de sa directrice, Hélène Tropé, Locura y sociedad en la Valencia de los siglos xv al xvii: los locos del Hospital de los Inocentes (1409-1512) y del Hospital General (1512-1699), Valence, Diputación de Valencia, 1994 ; « La Inquisición frente a la locura en la España de los siglos xvi xvii. Manifestaciones, tratamientos y hospitales », AEN, n° 106, 2010, p. 291-310 ; Folie et littérature dans l’Espagne des xvie et xviie siècles, Paris, L’Harmattan, 2014.

51 AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1, s. f.

52 AHN, Inq., Leg. 4567, Exp. 1, s. f.

53 Nous reprenons cette expression (saintes vivantes) au titre du célèbre ouvrage de Gabriela Zarri, Le sante vive. Profezie di corte e devozione femminile tra’ 400 e ’ 500, Turin, Rosenberg et Sellier, 1990.

54 BNE, ms. 6176, f. 296r° : « tenia unas grietas en las manos y en el costado y que las enseñaba por milagro y que traia una abertura en la tunica para enseñar la llaga del costado y que todo lo mostraba por ser tenida por santa pero que estas señales no las tenia de continuo sino algunos dias señalados y que heran de tal manera que cuando las tenia en las manos no las tenia en el costado y al contrario ».

55 BNE, ms. 6176, f. 296v°: « Yten que llevando un dia una cesta de cerezas en las manos iban algunas podridas y las lavo en el alberca y como se lavaron parecian frescas y dixo que era milagro y que por tal se tuvo entre las monjas ».

56 BNE, ms. 6176, f. 296v° : « Yten que una vez llevaba unos huevos en las mangas y se le cayeron y no se quebraron y dixo que habia sido por milagro por lo qual ella se holgaba y la causa porque no se quebraron fue porque cayeron sobre una mezcla ».

57 BNE, ms. 6176, f. 296v°.

58 BNE, ms. 6176, f. 298r°.

59 Je renvoie ici à l’étude présentée dans ma thèse au chapitre 3 « Étude sociologique des beatas », p. 171-211, voir également le tableau 15 en Annexe 3, p. 994.

60 Voir Michel Boeglin, L’inquisition espagnole au lendemain du concile de Trente, Le tribunal du Saint-Office de Séville (1560-1700), Montpellier, Presses de l’Université, 2003, éd. épuisée, [en ligne], disponible sur < http://www.univ-montp3.fr/boeglin/>, p. 400.

61 Álvaro Huerga, Historia de los alumbrados, op. cit., vol. 4, p. 8.

62 Au sujet du dernier foyer illuministe sévillan, Álvaro Huerga évoque une certaine forme de décadence morale et la crainte déclinante des accusés et des habitants face au Saint-Office, « ya nadie teme que vaya a correr la sangre », voir Álvaro Huerga, Historia de los alumbrados, op. cit., vol. 4, p. 10 et Antonio Domínguez Ortiz, Autos de la Inquisición de Sevilla (siglo xvii), Séville, Ayuntamiento de Sevilla, 1981, p. 28.

63 Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers, trad. de Monique Aymard, Paris, Flammarion, 1980, p. 175.

64 Voir Ana Cristina Cuadro García, « Tejiendo una vida de reliquia. Estrategias de control de conciencias de la santa diabólica Magdalena de la Cruz », Chronica Nova, n° 31, 2005, p. 307-326, en particulier p. 325.

65 Diego Pérez de Valdivia, Aviso de gente recogida ..., Barcelone, Hieronymo Genoves y Jaume Cendrat, 1585, éd. récente de Juan Esquerda Bifet et Álvaro Huerga, Salamanque, Universidad Pontificia de Salamanca, 1977, f. 333r°.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurey Braguier, « Hérésies populaires et diabolisation : dissidence, persécutions et réhabilitation des beatas de la Couronne de Castille (1480-1580) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 20 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/3601 ; DOI : 10.4000/framespa.3601

Haut de page

Auteur

Laurey Braguier

Laurey Braguier, agrégé d’espagnol, docteur en études hispaniques, rattaché à l’Équipe d’Accueil CELLAM de l’Université de Rennes 2, est actuellement ATER à l’Université de Caen Basse-Normandie. Il a soutenu en 2014 une thèse intitulée Recherches sur les beatas de la Couronne de Castille : étude prosopographique, pratiques spirituelles et implication sociale (1450-1600). Il a dirigé, avec Florence Piat, Normes et transgressions dans l’Europe de la première modernité, Rennes, PUR, 2013.
laureynzo@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org