Navigation – Plan du site
Dossier : L’Espagne face aux hérésies : représentations et discours (Moyen-Âge et époque moderne)
I. Entre infidélité et hérésie au Moyen-Âge

Unité chrétienne menacée et justification des actions des croisés : représentation et fonction des hérésies dans la Grant estoria de Ultramar

Threatened Christian Unity and Justification of Crusaders' Actions: Representation and Function of the Heresies in the Grant estoria de Ultramar
Unidad cristiana amenazada y justificación de las acciones de los cruzados: representación y funciones de las herejías en la Grant estoria de Ultramar
Julia Roumier

Résumés

La question de l’unité de la Chrétienté, sa force d’expansion et ses relations avec ses ennemis sous-tend la Grant estoria de Ultramar. La curiosité envers ce texte se centre généralement sur la Chanson d’Antioche et les origines mythiques du lignage de Godefroy de Bouillon mais, si la dimension épique de la Grant estoria de Ultramar offre la mise en scène de confrontations violentes entre chrétiens et musulmans, on y trouve des situations d’échange plus complexes avec les Grecs byzantins, les chrétiens d’Orient, nestoriens, Arméniens, comme, par exemple, le cas du rattachement des maronites… L’impératif de la croisade s’appuie sur l’affirmation de la décadence morale du monde chrétien, et le rappel des conciles au fil de l’itinéraire souligne la menace de divisions internes et la nécessité de sanctionner les hérésies.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pascual de Gayangos, La Gran Conquista de Ultramar que mandó escribir el rey don Alfonso el Sabio, (...)

1La question de l’unité de la Chrétienté, de sa force d’expansion et des relations avec ses ennemis sous-tend la Grant estoria de Ultramar (1258-1295)1. La curiosité envers ce texte se centre généralement sur la Chanson d’Antioche et les origines mythiques de Godefroy de Bouillon ; toutefois, au-delà des affrontements propres à la dimension épique du texte, cette chronique castillane des croisades offre aussi des situations d’échange plus complexes avec les Grecs byzantins, les chrétiens d’Orient, nestoriens, Arméniens, jacobites, maronites… Les formes diverses du christianisme sont ainsi mises en scène dans l’économie narrative des croisades.

  • 2 Il s’agit de la version de 1503 publiée par l’imprimeur salmantin Hans Giesser qui lui donne le tit (...)
  • 3 Cristina González, op. cit., Rafael Ramos, El caballero del Cisne y las Mocedades de Godofredo: Edi (...)
  • 4 Et ceci, même si les manuscrits 1187 et 1920 de la Bibliothèque nationale de Madrid attribuent cett (...)

2Si nous devons le seul exemplaire complet qui nous soit parvenu à l’influence du succès des textes arthuriens et de l’Amadis de Gaule, la Grant estoria ne peut être réduite à sa dimension chevaleresque2. Pour Cristina González3, ce texte à visée propagandiste et épique correspond à l’obsession de la croisade présente dans la correspondance et les testaments d’Alphonse X4, sous le règne duquel il aurait été commencé.

  • 5 John V. Tolan, Les Sarrasins : l’Islam dans l’imagination européenne au Moyen Âge, Paris, Aubier, 2 (...)

3Le début du xive siècle signe l’échec des tentatives missionnaires. Si représenter l’islam comme une hérésie de débauchés permettait de nier sa nouveauté et de le reléguer à un statut subalterne, une agressivité nouvelle se manifeste par « l’expression d’une supériorité culturelle justifiant la conquête et l’hégémonie européenne »5. Dans ce contexte d’incitation à la croisade, la mise en scène des hérétiques faite dans ce texte rappelle la nécessité de se protéger efficacement contre ce solvant destructeur de l’unité chrétienne. La narration des croisades est utilisée dans cette chronique comme un outil de dénonciation des hérésies, d’assimilation entre hérétiques et infidèles et de justification des actions des croisés.

4Nous verrons d’abord comment l’itinéraire dépeint par la Grant estoria est jalonné des mentions faites aux conciles et comment celles-ci permettent de marteler la dénonciation des hérésies minant l’unité de la Chrétienté, sa force face aux menaces infidèles. Nous éclairerons ensuite la fusion opérée entre l’hérétique, le chrétien et le musulman, en particulier à travers le terme de « descreído ». Trois questions clefs permettront enfin d’étudier la mise en scène par l’auteur des relations des croisés aux hérésies : le rattachement des hérétiques maronites, les chrétiens byzantins comme ennemis de la vraie foi et, enfin, la prétendue libération des chrétiens d’Orient encensée dans une narration justifiant les violentes exactions commises par les croisés.

1. Rappel des conciles et dénonciation des hérésies

  • 6 Grant estoria, p. 8.

5L’impératif de la croisade s’appuie sur l’affirmation de la décadence morale du monde chrétien qui est puni de ses péchés par les victoires musulmanes : « el mundo todo era vuelto e mucho empeorado de lo que solía ser ». La description de cet état de péché généralisé insiste sur la nécessité d’agir pour « corriger » une Chrétienté en déréliction : « fe e virtud era alli desfallecida por ende […] mucho era meneester de enmendar la Cristiandad »6. Pour cela il est primordial de récupérer la terre de naissance du christianisme : « era destruida é tornada como enemiga en aquella tierra do ella comenzara primero ». Il s’agit de se réapproprier le berceau du christianisme pour lui redonner pureté et vigueur.

  • 7 Grant estoria, chap. XXVII, p. 14, colonne B.

6L’exemplum de la source (« Ejemplo  de la Fuente ») souligne la menace pour l’ensemble de la Chrétienté d’une perte de la Terre Sainte, la réduction du débit de ses eaux étant le reflet métaphorique de l’état de la Foi : « si la fe menguase en la tierra de Ultramar que no podria ser que por todo el mundo no falleciese »7.

7Si l’hérésie ne naît que suite aux décisions proclamées par le concile qui la déclare telle, le cheminement des croisés est pour l’auteur l’occasion de rappeler ces croyances divergentes en lien avec les lieux où elles furent condamnées. Certaines de villes traversées, connues pour la tenue d’un concile, cristallisent dans le fil narratif un rappel de l’erreur passée et de la nécessité de s’en prémunir. La mention des divisions fragilisant la Chrétienté est un appel à l’unité face à l’ennemi infidèle et le trajet des croisés est le signe du chemin de croix d’une foi malmenée par les divisions internes. Ainsi s’articulent la géographie et l’histoire dans les mentions faites à deux reprises au concile de Chalcédoine (451), ainsi qu’aux conciles de Nicée (325 et 787).

8Le premier fut l’occasion de condamner la doctrine monophysite, mais il marqua surtout le premier choc au sein de l’unité de la Chrétienté :

  • 8 Grant estoria, p. 119. Le Concile œcuménique de Chalcédoine, quatrième concile célébré, s’est tenu (...)

É fueron á posar cabo la ciudad que ha nombre Calcedonia; é ésta es aquella de que hablan las historias antiguas en que fue hecho el gran concilio en tiempo del papa León é del emperador Marcian; así que, cuenta que fueron ayuntados allí tres mil é trescientos treinta y seis délos mejores perlados del mundo; é este concilio fué fecho señaladamente para destruir una herejia que levantó un monje que habia nombre Euticio, é era en aquella creencia el patriarca Alejandre Diostanus, é por eso fueron ambos dados por herejes en aquel concilio8.

9L’auteur rappelle ici que l’hérésiarque dont il est question est un moine, soulignant ainsi sa trahison vis-à-vis du corps clérical auquel il appartient. Le vocabulaire employé est celui de la rébellion politique et individuelle ce qui accentue la menace que fait peser cette divergence idéologique sur l’unité sociale. Le concile est alors célébré dans le but spécifique de détruire cette hérésie (« este concilio fue fecho señaladamente para destruir una herejia ») défendue ardemment par Eutychès et Dioscore d’Alexandrie, ici confondu par l’auteur avec le Patriarche Alexandre Diosthène. Cette confusion des deux personnages semble propice à une condamnation plus générale de l’autorité religieuse grecque qui s’inscrit dans un contexte de méfiance et de ressentiment dont nous verrons plus tard l’écho persistant dans le texte.

10La mention de la ville de Nicée est l’occasion de citer le premier concile de Nicée (325) qui formula la condamnation de l’arianisme et le second (787), convoqué par l’impératrice Irène, qui rejeta l’iconoclasme :

  • 9 Grant estoria, p. 127.

Saber debéis cómo la ciudad de Niquea fué antiguamente muy gran cosa, é en tiempo que era de cristianos era del arzobispado de Nícomedia; mas el emperador Constantino la sacó de poder de aquel arzobispado, é hizola que estuviese por sí; é esto fué porque uno de los cuatro concilios grandes allí fueron9.

  • 10 Idem, p. 126.

11Le but de l’hérésiarque semble être, selon l’auteur, de dissoudre le lien et l’unité qui fondent le religieux, déstabilisant la communauté des vrais croyants en semant le doute sur les fondements de la foi. Pour cela il scrute et conteste les points de la loi, ce qui par essence doit être accepté sans questionnement. Son discours est une menace de taille car il réussit à convaincre, et ses adeptes, privés de raison, confondent erreur et vérité ; ils sont devenus fous, contaminés par cette parole vénéneuse : « levantóse un cristiano falso que trababa en los puntos de la ley por deshacerla, é andaban en pos del cristiano todos hechos locos, creyendo que era verdad lo que él decía »10. Les multiples termes péjoratifs soulignent la perversion de l’hérétique, faux, menteur, mauvais croyant, il cherche à détruire la religion, à en abattre l’édifice.

12À l’individu isolé, et dont la parole est pour cela même invalidée, s’oppose le groupe, la communauté. On observe l’insistance particulière sur le nombre des trois cent dix-huit prélats réunis à cette occasion et sur l’intensité de leurs discussions qui concordent sur une nette condamnation qui le prive de sa vie comme de ses biens. L’importance du corps collectif réuni pour le concile permet de rehausser la marginalité infamante de l’hérésiarque :

  • 11 Ibidem.

E per eso fizo el Padre Santo ayuntar gran concilio en la cibdad de Niquea; asi que, bien fueron trescientos é diez é ocho perlados, é allí disputaron mucho sobre lo que decía aquel descreído; pero al cabo diéronle por hereje, de manera que hobo de perder el cuerpo é cuanto havia. Después desto, en tiempo de otro emperador Constantin, que fue fijo de Ireno, fue fecho allí otro concilio, é era entonce papa en Roma Accio, é patriarca de Hierusalen otro que llamaban Garato; é en aquel concilio fué destruida una manera de herejía que se levantaba entonce nuevamente, de unos que decían que todos aquellos que facían imágenes en la santa Iglesia, que las facian contra la ley é que eran cristianos falsos ellos é los que las consentían hacer11.

13Dans l’allusion au second concile de Nicée par l’auteur, les hérétiques sont encore stigmatisés dans leur marginalité et leur faiblesse numérique face à la communauté (« unos » versus « todos aquellos »). Les termes accusatoires sont repris à l’identique pour énoncer brièvement la nature de l’hérésie iconoclaste ; cela souligne une symétrie troublante, l’accusation de fausseté et d’erreur étant mutuelle : « unos que decían que todos aquellos que facían imágenes en la santa Iglesia, que las facian contra la ley é que eran cristianos falsos ellos é los que las consentían hacer ».

14L’auteur se saisit de l’occasion du passage par la ville conciliaire de Nicée pour rappeler le dogme à ses lecteurs à propos de la double nature du Christ :

  • 12 Idem, p. 456, chap. CCC.

Estonces entraron en Bitinia, que es la primera tíerra de la partida de Asía, é fincaron sus tiendas delante la ciudad de Calcedonia; é aquella es una de las cibdades antiguas o fué uno de los grandes concilios, en que fueron ayuntados seiscientos é treinta é seis prelados, en el tiempo de Maximiano, emperador, é del apostóligo Leon. E estonces condemnaron la herejía de un abbad que dician Eutice, que Jesucristo non había habido sinon una natura sola. Mas la fe de la cristiandad es esta, que él fué verdaderamientre Dios é home12.

15Le rappel du dogme et de la nécessaire unité chrétienne accompagne le récit de la Grant estoria. Cela conforte le bien fondé de la démarche des croisés qui bénéficient du soutien papal. De telles assertions et le rappel des conciles correspondent au tournant pris par les croisades elles-mêmes. À l’objectif de récupération de la Terre Sainte s’est en effet substituée progressivement la latinisation de l’outre-mer avec expulsion des prêtres grecs, la lutte contre les melkites (chrétiens orthodoxes) et les hérétiques (nestoriens).

  • 13 Idem, p. 216, chap. LXIV.

16Cette latinisation prit des formes extrêmes et violentes. Lors de la prise de Jérusalem de 1099 la population fut massacrée (musulmans, juifs, et chrétiens melkites). La rage des croisés s’exerce alors contre les prêtres chrétiens orientaux (Grecs, Géorgiens, nestoriens, Arméniens) qui selon une longue tradition officiaient ensemble dans l’église du Saint-Sépulcre et en sont expulsés. Il s’agit de justifier a posteriori ces excès dont la violence et la radicalité serait susceptible d’entacher ou d’invalider l’action croisée. Dans les appellations utilisées au fil du texte de la Grant estoria, on voit combien cette condamnation est systématique, ces groupes étant en premier lieu désignés sous les termes de mauvais chrétiens : « pecharon entre sí muchos dineros á armenios é á surianos é á otros malos cristianos que hí andaban, que les hiciesen saber el hecho de la hueste »13.

2. De l’importance de croire juste. « Descreído » : l’hérétique, le chrétien et le musulman

  • 14 Idem, p. 102, CLXVII. Ou aussi p. 209 : « Arquílis, el rey de Antioca, cuando esto vio, hobó tan gr (...)

17Pour décrire l’hérétique, le terme usuel de « descreído » revient fréquemment et exprime l’idée de déviance, de rupture, d’arrachement à la communauté. Dans un intéressant effet de réciprocité, c’est également le terme employé dans le texte par les musulmans eux-mêmes pour décrire les chrétiens. C’est par exemple le cas dans les prédictions de la reine Halabra qui prédit à Corbalan l’arrivée des croisades (« falló que un pueblo descreído ha de venir de allende la mar »…), ainsi que les recommandations du calife suite à ces révélations : « que trabajéis en tomar muchas mujeres para hacer hijos que defiendan la tierra para adelante, é guerreen con aquellas gentes descreídas »14.

  • 15 « descreído traidor, ya no séran por vuestra mano muertos los cristianos », « vil gente es e descre (...)
  • 16 « [Pedro el Ermitaño] se durmió sobre las losas de mármol que estaban ante el sepulcro e semejole q (...)

18Le même terme revient pour désigner les musulmans coupables d’occuper indignement la Terre Sainte et l’adjectif est alors couplé avec des termes péjoratifs comme vils, traîtres ou l’accusation d’association avec le diable lui-même15. La présence des musulmans est décrite comme une impureté souillant la Terre Sainte comme on peut le relever en particulier dans les termes de la vision de Pierre l’Hermite qui présente la croisade comme une entreprise de purification16. Pourtant face aux appels à l’exclusion et aux sanctions radicales, on observe également la possibilité d’une démarche didactique suivie de la conversion et de la réintégration des hérétiques.

3. La mise en scène du rattachement des hérétiques maronites

19Au cours d’une cérémonie célébrée en 1181 en présence d’Amaury, patriarche d’Antioche, l’Église maronite se plaça sous l’autorité de Rome tout en gardant sa hiérarchie et ses rites et apporta un appui militaire avec ses archers. Les maronites furent donc admis dans la bourgeoisie franque des états de Terre Sainte dont ils partagèrent les privilèges. Une partie de l’Église arménienne fit de même en 1198.

20Ce rattachement est décrit dans la Grant estoria sous les termes de la conversion, une mutation radicale qui les arrache à l’hérésie dans laquelle ils étaient plongés de longue date :

  • 17 Idem, p. 543, chap. XCVI.

Una compañía de gentes que dician surianos que vivían en tierra de Fenicia á derredor de las tierras del monte Libano, mudaron su estado é su manera, é comenzaron a creer en otra guisa que non solian facer17.

  • 18 Ibidem.
  • 19 Henri Charles Lea, Salomon Reinach (trad.), Histoire de l’Inquisition, Grenoble, Villon, 2000, p. 1 (...)

21L’hérésie pèse en effet sur eux depuis environ cinq cents ans et par la faute d’un hérésiarque, leur saint patron, un moine chrétien de Syrie nommé Maron responsable de les avoir « mis » en hérésie et de les y avoir laissés. La culpabilité individuelle du fauteur de trouble, de l’incitateur à la déviance collective est nettement soulignée par la Grant estoria, même si les maronites sont responsables d’avoir persévéré dans l’erreur : « ca bien habia quinientos años pasados que fue un popilicant que llamaban Maron é por aquel eran ellos llamados maroniques, por la secta en que los dejara él e la mantovieran »18. Soulignons le terme employé pour désigner l’hérésiarque Maron « popilicant », qui doit être rapproché du terme utilisé dans l’imprimé, « popiliente », alors qu’on trouve dans le texte latin de Guillaume de Tyr, « haeresiarca ». Ce terme plus connu sous la forme de « popelicans » désigne l’hérésie d’origine bulgare du bogomilisme, diffusée par l’intermédiaire de l’Italie. Les croisés rencontrèrent les Pauliciens en Orient, sans doute lors de la prise de Constantinople (1204) et rapportèrent ce mot sous la forme corrompue de publicani ou popelicans, selon Geoffroi de Villehardouin19.

22Cette hérésie maronite se manifeste en premier lieu selon la Grant estoria par des rituels distincts, un écart différentiel qui les exclut de la communauté chrétienne : « e a tiempo tomaron costumbre de cristianos é facian sacrificios apartados ». La réconciliation des maronites est présentée comme déclenchée par la Grâce, comme une œuvre divine qui leur permet de s’arracher à l’erreur. On voit toutefois le rôle clef des décideurs, une poignée d’hommes de haute condition mus par des impératifs pragmatiques liés à l’arrivée des croisés :

  • 20 Grant estoria, p. 543, chap. XCVI.

Estonces envio nuestro señor gracia sobr’ellos é partiéronse del error en que estaban é fuéron homnes buenos dellos al patriarca de Antioca é demetieron é partiéronse de la creencia en que los dejara Maron é recebieron la fe de Jesuscristo segun manda la iglesia de Roma20.

23L’abandon de l’hérésie est symptomatiquement marqué par le respect de l’orthodoxie romaine. Cette réconciliation apporte aux croisés un renfort bienvenu, ici estimé à 60 000 hommes et surtout des hommes aux qualités militaires précieuses dans ce contexte : « eran gentes muy ardides é muy buenas en fecho de armas ». La fin de l’hérésie est source de joie mutuelle et apparaît ici comme le fruit de l’action des clercs qui mènent le peuple à la conversion, guident ses pas hors de l’erreur jusqu’à atteindre une salutaire « solidité » de la foi, ce qui rachète les errements passés :

  • 21 Idem, p. 543-544.

Muy allegres fueron por aquel fecho todas las gentes de Suria cuando sopieron por cierto que eran tornados a la nuestra fe. Ellos habían habido patriarcas é obispos de su ley, que se convirtieron antes que non ellos; é así como les habían mostrado la creencia del error, así les mostraron después la carrera de la verdad, fasta que fueron bien firmes en la fe católica21.

24Cet épisode de réconciliation de l’hérésie dans le giron de la foi montre une certaine efficacité de la présence croisée, son rôle rédempteur étant ainsi valorisé. Mais le récit met aussi en valeur les actions hostiles d’un ennemi de fait que durent affronter les croisés sur le chemin de la Terre Sainte.

4. Les chrétiens byzantins : ennemis de la vraie foi ?

25Le christianisme, religion de l'unité souhaitée, est fragilisé par les divisions causées par les schismatiques, hérétiques séparés et concurrents, suite au rejet de l’obédience commune. Un long chemin jalonné d’éloignement et d’incidents conduisit ainsi à la consommation de la séparation en 1054 des églises d’Orient et d’Occident. Les croisades, en particulier la quatrième en 1204, contribuèrent fortement à renforcer cette scission. Le passage des troupes sur les terres byzantines fut accompagné d’excès et de violences innombrables. Les croisades qu’on aurait pensé propres à réunir les chrétiens contre un ennemi commun et en vue de la récupération de la Terre Sainte renforcèrent en réalité des inimitiés et rancœurs dont la Grant estoria porte la trace.

  • 22 Idem, p. 11.

26Les chrétiens byzantins sont avant tout présentés dans la Grant estoria comme des voisins et des parents si on se reporte au discours tenu par le patriarche de Jérusalem à Pierre l’Hermite22, mais des parents qui ne sont pas en mesure de prêter l’aide qu’on serait en droit d’espérer de leur part. Après un récit de l’oppression et des vexations dont souffrent les chrétiens de Terre Sainte, récit abondamment arrosé de larmes, le patriarche conclut sur l’inutilité des chrétiens byzantins, incapables d’apporter une quelconque aide, puisque, détruits et amoindris, ils sont incapables de se protéger eux-mêmes :

  • 23 Ibidem.

Ca vos vedes bien que de los griegos ni de los del imperio de Constantinopla, que son nuestros vecinos é nuestros parientes, que no podremos dellos haber ayuda ninguna, ca ellos son como destruidos é no tienen poder de defender á sí mesmos23.

  • 24 Idem, p. 116.
  • 25 « aquel convite hacían ellos con traición […] temiéndose de la su enemiga é falsedad ». Idem, p. 11 (...)

27Le récit de la Grant estoria souligne que très vite les troupes de Godefroy de Bouillon sont confrontées à une hostilité inattendue, ou du moins est-elle présentée comme telle. L’auteur insiste en effet sur l’apparent paradoxe de la foi commune et de l’attitude inamicale, voire franchement adverse, des chrétiens byzantins, les croisés étant rapidement amenés à regretter la confiance dont ils ont fait preuve et qui se solde par une trahison aux effets dévastateurs : « e porque los griegos eran cristianos no pensaron que les farian ningunt mal é entraron por la tierra seguramente é reposaron allí […] mas los de la tierra prendiéronlos todos é enviaronlos al emperador de Constantinopla »24. Le texte de la Grant estoria dresse en réalité un portrait à charge de l’empereur Alexis 1er Comnène, une critique mordante qui paraît venir justifier a posteriori les défaites subies par ce dernier : « era en aquel tiempo emperador en Contantinopla un griego que había nombre Alexio Comain, é era hombre falso e desleal á maravilla ». Ce jugement si hostile s’explique par le mauvais accueil finalement fait aux troupes des croisés par l’empereur. Alexis 1er Comnène avait en effet réussi à nouer des relations diplomatiques apaisées avec le pape Urbain II, élu en 1088. Ce dernier appelle les chrétiens, lors du concile de Plaisance, à s’engager à secourir l’empire de Constantinople. Toutefois, l’arrivée de troupes bien plus nombreuses qu’escomptées transforme le secours en menace et inquiète l’empereur qui craint, sans doute à juste titre, la convoitise de ces hommes peu ordonnés et les dégâts occasionnés. Ces efforts pour encadrer l’arrivée des croisés, leur fournir de la nourriture en évitant le pillage et, surtout, sa volonté de les faire partir au plus vite, sont dépeints dans la Grant estoria sous le jour le plus sombre, l’auteur présentant cela comme une véritable trahison preuve d’une inimitié radicale25. Pourtant, non sans une certaine objectivité informative, le texte présente aussi avec clarté les griefs justifiés des Grecs envers les croisés dont la présence entraîne des nuisances bien réelles :

  • 26 Idem, p. 118.

Eran en demasía muy grande las voces e los llantos que vinian a facer las gentes de Grecia ante el emperador de Constantinopla por los robos e los males que les facian los peregrinos que destruian toda la tierra, matando los hombres, e robando cuanto fallaban e quemaban las villas e las aldeas26.

  • 27 Idem, p. 121.

28Mais cette mention brève et unique signale la faiblesse de cet argument matériel aux yeux de l’auteur dans le contexte d’une mission sacrée telle que la croisade. Cela ne peut suffire à expliquer l’hostilité à laquelle sont en butte les croisés de la part des chrétiens, et l’expression de l’incompréhension, de la protestation domine le texte. La question est posée clairement à des prisonniers grecs par Bohémond de Tarente qui souligne l’antinomie et l’absurdité d’être ennemis et chrétiens : « preguntóles que, pues eran Cristianos assí como ellos, por qué los querian matar »27.

  • 28 Idem, p. 124.

29Ces épisodes conflictuels entre chrétiens marquent les esprits de façon durable et créent des divisions irréconciliables : « esta fue una de las cosas por qué los de la hueste hobieron después mala voluntad contra el emperador é contra los griegos »28.

30Ces chrétiens grecs seraient-ils les ennemis des chrétiens croisés au même titre que les infidèles eux-mêmes ? La Grant estoria fut rédigée à un moment où le schisme était bel et bien consommé. Ainsi le portrait dressé des chrétiens byzantins est-il d’une hostilité virulente. Leur comportement envers les croisés latins se caractérise essentiellement par la cruauté, la traîtrise et la méchanceté.

  • 29 « El emperador Quirzac pues que mandara descabezar a los peregrinos, los homes querianlo facer muy (...)

31Mais cette cruauté trouve son fondement dans une hostilité religieuse réciproque. Les Latins sont eux aussi hérétiques aux yeux des Byzantins, et cela justifie leur meurtre au nom de Dieu et de la vraie foi. Le texte se complaît dans la noirceur du portrait d’un empereur ordonnant les meurtres par décapitation d’innocents pèlerins et le plaisir pris par les Grecs à commettre ces meurtres sur des Latins détestés, considérés avec autant d’hostilité que les musulmans. Considérer les Latins comme des hérétiques fait de leur meurtre un acte pieux, une manière d’honorer Dieu29.

  • 30 « […] como el soldán de Persia venció al emperador de Constantinopla e lo tomó preso.[…] Mas al fin (...)
  • 31 Idem, chap. XVII, p. 9.

32Les multiples épisodes narratifs incluant des chrétiens grecs parachèvent ce portrait à charge et ne manquent jamais de souligner leurs vices. Ils sont présentés comme de mauvais combattants, des couards, perdant face à l’ennemi le souvenir même de leur loi, de leur foi, ou le désir de défendre leur terre30. L’empereur prisonnier est humilié, et c’est présenté dans la texte comme le châtiment logique d’une conduite condamnable qui, en divisant les chrétiens, conduit avant tout à affaiblir la Chrétienté, à la déshonorer pour reprendre les termes du texte : « Todo por deshonra de la fe de nuestro señor Jesucristo e del Imperio »31.

33Une telle description permet à l’auteur de la Grant estoria de justifier les défaites et le déclin mérité de l’empire romain d’Orient ainsi que les actes de violence commis par les croisés à leur égard. Mais qu’en est-il des chrétiens d’Orient et de leurs réactions face à l’arrivée des croisés ?

5. Les chrétiens d’Orient : une libération grâce aux croisés ?

34Dans la Grant estoria, les communautés de chrétiens d’Orient sont fréquemment citées sous la forme de listes, ce qui souligne leur diversité face à une église romaine cohérente. Ils sont généralement dépeints comme des commerçants et des artisans, pacifiques et peu aptes au combat, réduits à une humiliante situation de servage (« siervos ») par leurs dominateurs musulmans. Ici, le commerce et le désir de paix qui lui est afférent apparaissent comme une tare conduisant les chrétiens d’Orient à renier leur foi dans une proximité pacifique avec les ennemis de la Chrétienté :

  • 32 Idem, p. 228.

Desta gente de cristianos que moraban entre los moros, dellos habia armenios é dellos surianos, é otros á quien llaman jacobanos, otros nastorínes; é sin estos, habia otros de tierra de India, pero todos vivían así como siervos, é no osaban mantener su ley públicamente nin defenderse por armas, nin facer otra cosa sino labrar é servir32.

  • 33 Idem, p. 448.

35Le travail, la recherche du profit et, en particulier, les activités commerçantes sont implicitement présentés comme facteurs d’asservissement puisqu’ils privent la population d’un groupe de combattants, bras armé indispensable : « fincaron yent de caldeos é de armenios, é estos eran yentes que non sabían de armas nin eran usados de guerra, ca non se trabajaban sinon de mercadurías »33.

  • 34 « Mas aquellos armenios é griegos a quien los turcos apremiaban mucho antes, que los tenian sojuzga (...)

36Dans le cas d’Antioche, à l’arrivée des croisés, voyant que la ville est encerclée, les Arméniens et les Grecs prennent enfin les armes contre ceux qui les opprimaient depuis pourtant bien longtemps « plus que des serfs », au point qu’ils n’étaient maîtres ni de leurs corps, ni de leurs femmes, ni de leurs fils34. Le récit souligne la dimension tardive de cette prise de conscience et de cette révolte. Peut-on lire dans ce passage un reproche contre cette rébellion trop tardive, au moment où la victoire contre les musulmans est garantie par la présence des croisés ? Puisqu’ils parviennent à les tuer eux-mêmes, ils auraient aussi bien pu le faire plus tôt, mais seule l’arrivée des croisés leur en offre l’occasion adéquate :

  • 35 Ibidem.

É membrándoseles todo este mal que recebian, estaban esperando tiempo en que se pudiesen vengar; e por ende, cuando cupieron que la gran hueste de los cristianos venía, tovieron armas aparejadas para cuando las hobiesen menester35.

37Leur courage et leur audace (« atrevimiento ») paraissent donc bien circonstanciels et réduits puisque cette intervention extérieure leur était nécessaire :

  • 36 Ibidem.

E luego que vieron los cristianos tenian la villa cercada é que los turcos se acogian al alcazar, tovieron mas atrevimiento e fuerónseles a parar delante é matáranlos a todos asi que no quedo ninguno, e después que lo hobieron hecho, cortárosles las cabezas é echároslas fuera a los que tenian la villa cercada, e abrieron las puertas a ellos e acogieronlos dentro con muy gran alegria36.

38Cette violence excessive excite le courroux des musulmans qui préparent une riposte sanglante à laquelle les croisés devront faire barrage. Encore une fois la narration dévalorise l’action des chrétiens d’Orient.

39Certains personnages de la Grant estoria se distinguent et incarnent le comble de cette hostilité des chrétiens d’Orient envers les barons de Terre Sainte. C’est en particulier le cas du personnage odieux de Melier l’Arménien, présenté comme mauvais et déloyal et dont la caractéristique sert de titre de chapitre : « del mal que buscaba a los cristianos ». L’opposition est mise en avant entre son identité chrétienne et son désir de nuire aux croisés, une haine qui en fait un ennemi de l’intérieur dont il fallait autant se prémunir que des musulmans eux-mêmes :

  • 37 Idem, p. 526.

Maguer que era Cristiano de tal manera aborreció los cristianos que les buscaba cuanto mal podia é cada que podia é les acaescia con ellos en campo facíales mucho mal, é los que podia prender enviábalos a tierra de moros á vender […]; non podian haber peor vecino […] ca él, que era crisitano, e que debia tener con ellos érales tan mal enemigo que peor non podria ser aunque fuese moro, é tan bien habían á guardar sus fortalezas é sos castiellos dél como de los enemigos de la fe37.

40Là encore le personnage de l’hérétique haineux offre des péripéties mettant en valeur l’héroïsme des croisés.

41D’autres anecdotes montrent l’œuvre de latinisation réalisée par les croisés dans sa dimension didactique et pacifique. Le récit dévoile en effet la possibilité pour les hérétiques d’être réconciliés au travers de la figure d’un Arménien convaincu par l’exposé des textes. Dans ce cas précis, la réconciliation définitive est entérinée par un passage par la ville mère, Rome :

  • 38 Idem, p. 443.

[…] hicieron concilio en la iglesia de Monte Sion é hicieron allí sos leyes, cuales entendieron que eran en pro do la cristiandad, é en aquel concilio fué un armenio que había poder é sennorio, asi como el Patriarca, sobre todos los prelados de Capadocia é de Media, é de Persia é de las dos Armenias, ó llamábanle en su lenguaje católico é la yente que era en su subjeción desacordaran en algunos articules de la fe; mas tantas razones de Escríptura le mostraron, que prometió que d'alli adelante que faria en su tierra tener la fe de Jesucristo, asi como la iglesia de Roma la mostraba. Después desto aquel legado fuese por Acre, é entró hi en la mar ó fuese pora Roma38.

6. Conclusion

42Ce texte épique remémore avec une emphase élogieuse la geste des croisés et y joint le rappel des hérésies menaçant l’unité de la Chrétienté. Cette mention alliée à l’expression de la nécessité d’un châtiment exemplaire s’insère avec justesse au gré de l’évocation de l’itinéraire, s’incorpore à la géographie de la Méditerranée, comme un rappel de l’attachement au dogme et à sa vérité, seule garante d’une identité chrétienne cohérente. Les mentions des conciles au fil de l’itinéraire jalonnent l’espace parcouru en marquant les entailles faites à la tunique sans couture du Christ, rappelant le danger de ces divisions face à la menace musulmane.

43Le récit souligne, par ailleurs, la réconciliation exemplaire des chrétiens maronites ou d’autres chrétiens orientaux comme autant de victoires supplémentaires dues au mérite des croisés et qui esquissent la direction d’une Histoire conduisant à une unité recouvrée. Quant aux efforts d’union entre Latins et Byzantins, ils restèrent vains, comme lors du IIe Concile de Lyon (1274) et les croisades laissèrent une rancœur tenace que la Grant estoria met en scène et entérine dans son récit. Nous avons pu montrer ici que les diverses figures de l’hérésie sont pleinement intégrées à la trame narrative pour y revêtir des fonctions d’opposants et orchestrer des péripéties et retournements qui articulent une géopolitique plus complexe que l’opposition manichéenne entre Chrétienté et Islam. La réciprocité des termes employés, comme « descreído », et les comparaisons formulées établissent des parallèles entre hérétiques et musulmans, ces derniers présentés parfois comme plus dangereux qu’un ennemi de l’intérieur dont l’hostilité et la traîtrise sont parfois plus menaçantes.

44La Grant estoria souligne que les chrétiens grecs tout comme les chrétiens d’Orient constituent ainsi des épreuves supplémentaires sur le chemin des croisés dont l’héroïsme est rehaussé par l’hostilité et les violences qu’ils doivent affronter. Celles-ci justifient de surcroît les mesures radicales de latinisation qu’ils prirent en Terre Sainte. La condamnation des hérésies martelée par le texte correspond ainsi à la façon dont le cheminement des croisés s’est peu à peu tourné vers un objectif radical de latinisation de l’outre-mer avec, en particulier, la lutte contre les melkites et les nestoriens. Les attaques récurrentes dans le texte contre la traîtrise des chrétiens byzantins ou la perfidie de certains chrétiens d’Orient permettent en outre de justifier les débordements et violences dont furent coupables les croisés, sur leur chemin et en Terre Sainte.

Haut de page

Notes

1 Pascual de Gayangos, La Gran Conquista de Ultramar que mandó escribir el rey don Alfonso el Sabio, Biblioteca de Autores Españoles, t. XLIV, Madrid, Ediciones Atlas, 1951. Désormais Grant estoria. La Grant estoria traduit, à travers une version française intermédiaire, la chronique latine de croisades rédigée par Guillaume de Tyr (c. 1130-1184). Cette traduction française, la Conqueste d’outremer, fut continuée jusqu’en 1275 par un auteur anonyme qui ajouta trois livres aux vingt-trois préexistants. On en conserve quatre manuscrits, le plus ancien datant de 1295 (Manuscrit 1187 recopié entre 1295 et les débuts du xive siècle, Madrid, Biblioteca Nacional ; ms. 1920 et 2454. Salamanque, Biblioteca Universitaria, ms. 1968). Fernando Gómez Redondo, Historia de la prosa medieval castellana, I. La creación del discurso prosístico: el entramado cortesano, Madrid, Cátedra, 1998, p. 1034-1038. Consulter également Cristina González, La tercera crónica de Alfonso X: La Gran Conquista de Ultramar, Londres, Tamesis Books, 1992, p. 25-37.

2 Il s’agit de la version de 1503 publiée par l’imprimeur salmantin Hans Giesser qui lui donne le titre sous lequel le texte est passé à la postérité. Il s’agit bien d’une chronique aux sources multiples : La anónima gesta francorum et les chroniques des croisades d´Albéric d’Aix, Historia Francorum qui ceperunt Jerusalem de Raymond d'Aguilers, les œuvres de Foulque de Chartres et de Baudri de Bourgueil. Toutefois, la Grant estoria est, de façon surprenante, une source d’informations justes sur l’Islam, puisque le traducteur castillan a corrigé certains passages de la chronique de Guillaume de Tyr. Serait-ce le signe d’une meilleure connaissance des pratiques musulmanes ?

3 Cristina González, op. cit., Rafael Ramos, El caballero del Cisne y las Mocedades de Godofredo: Edición y estudio, Salamanca, Universidad de Salamanca, Facultad de Filología, Departamento de Literatura española, 1993.

4 Et ceci, même si les manuscrits 1187 et 1920 de la Bibliothèque nationale de Madrid attribuent cette œuvre à Sanche IV. Testament fait à Séville le 21 janvier 1284 (Margarita Peña, Alfonso el Sabio. Antología, México, Editorial Porrúa, 1973, p. 212) : « o otrosi mandamos que luego que finaremos que nos saquen el corazón e lo lleven a la sancta tierra de Ultramar e que lo sotierren en Ierusalem en el monte calvario alli do yacen algunos de nuestros abuelos e si llevar non lo pudiesen, que lo pongan en algund lugar dó este fasta que Dios quiera que la tierra se gane o se pueda levar en salvo ».

5 John V. Tolan, Les Sarrasins : l’Islam dans l’imagination européenne au Moyen Âge, Paris, Aubier, 2003, Collection historique, p. 373.

6 Grant estoria, p. 8.

7 Grant estoria, chap. XXVII, p. 14, colonne B.

8 Grant estoria, p. 119. Le Concile œcuménique de Chalcédoine, quatrième concile célébré, s’est tenu du 8 octobre au 1er novembre 451. Y furent traitées en particulier des questions christologiques et les discussions aboutirent à la condamnation du monophysisme d’Eutychès et à une redéfinition de la notion de personne (hypostase). Le Christ est ainsi, selon les définitions de ce concile, à la fois vrai Dieu et homme véritable, une seule personne en deux natures, sans mélange et sans confusion. Le monophysisme est ainsi le courant doctrinal de formes variées qui remet en cause cette double nature christique, au profit de la nature divine. La doctrine opposée, le nestorianisme, avait quant à elle été condamnée lors du concile d’Éphèse, en 431. En dépit de ces condamnations, le monophysisme a continué d’accroître son influence, en particulier dans les provinces byzantines, comme en témoigne aujourd’hui le rattachement à cette doctrine des églises arméniennes, jacobites et coptes.

9 Grant estoria, p. 127.

10 Idem, p. 126.

11 Ibidem.

12 Idem, p. 456, chap. CCC.

13 Idem, p. 216, chap. LXIV.

14 Idem, p. 102, CLXVII. Ou aussi p. 209 : « Arquílis, el rey de Antioca, cuando esto vio, hobó tan gran pesar, que comenzó á mesarse las barbas é torcer las manos é llamarse cativo é mezquino, é maldecir á Mahoma porque no acorría su gente é los dejaba así morir á manos de cristianos descreídos ».

15 « descreído traidor, ya no séran por vuestra mano muertos los cristianos », « vil gente es e descreída ». Idem, p. 172. Et p. 174, lorsque l’évêque Jean encourage les croisés : « aquellos moros no eran nada, ni gente a quien debiesen temer, porque eran vasallos del diablo é hombres descreídos ».

16 « [Pedro el Ermitaño] se durmió sobre las losas de mármol que estaban ante el sepulcro e semejole que veía ante sí a nuestro Señor Jesucristo que fablaba con él: […] E desde hoy mas es tiempo que la santa cibdad sea alimpiada desta gente descreída, é el mi pueblo salga del su poder ». Idem, p. 12. Également chap. CLXVII, p. 275 : « é establecieron clérigos que sirviesen aquella iglesia é las otras; é que guardasen los santos lugares limpiamente, é que los moros desleales é descreídos de Dios los habían todos ensuciado ».

17 Idem, p. 543, chap. XCVI.

18 Ibidem.

19 Henri Charles Lea, Salomon Reinach (trad.), Histoire de l’Inquisition, Grenoble, Villon, 2000, p. 130. Le bogomilisme est un mouvement chrétien hétérodoxe apparu en Bulgarie au xe siècle et dont l’étymologie est liée au pope bulgare Bogomil. Le paulicianisme est une religion d'origine chrétienne orientale liée au culte particulier rendu à saint Paul. Apparue en Asie mineure à la fin du viie siècle, elle a été considérée comme hérétique par les Églises catholique et orthodoxe.

20 Grant estoria, p. 543, chap. XCVI.

21 Idem, p. 543-544.

22 Idem, p. 11.

23 Ibidem.

24 Idem, p. 116.

25 « aquel convite hacían ellos con traición […] temiéndose de la su enemiga é falsedad ». Idem, p. 117.

26 Idem, p. 118.

27 Idem, p. 121.

28 Idem, p. 124.

29 « El emperador Quirzac pues que mandara descabezar a los peregrinos, los homes querianlo facer muy de grado, ca desamaban a los cristianos que eran latinos, asi bien como si fuesen moros […] e aquello ficieron los griegos muy de grado, ca tenian ellos a los francos por herejes e cuedaban facer muy gran placer a Dios por matar un latino ». Idem, p. 586.

30 « […] como el soldán de Persia venció al emperador de Constantinopla e lo tomó preso.[…] Mas al fin no pudieron los griegos sofrir la muchedumbre de los turcos e comenzaron a huir; así que nunca se acordaron de la ley santa que tenían, ni de la lealtad que debian facer con su señor, con quien entraran en la batalla, ni con las tierras donde eran naturales, las cuales debían defender por derecho; é fuyeron tan desesperadamente que ninguno tornaba la cabeza por otro, ante punnaban en acogerse a los lugares do entendian que mas ahina podian escapar de manos de sus enemigos », Grant estoria, chap. XVII, p. 9.

31 Idem, chap. XVII, p. 9.

32 Idem, p. 228.

33 Idem, p. 448.

34 « Mas aquellos armenios é griegos a quien los turcos apremiaban mucho antes, que los tenian sojuzgados mas que siervos; asi que no eran señores de los cuerpos, ni de las mugeres, ni hijos, ni de cosa que habian ». Idem, p. 153.

35 Ibidem.

36 Ibidem.

37 Idem, p. 526.

38 Idem, p. 443.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Roumier, « Unité chrétienne menacée et justification des actions des croisés : représentation et fonction des hérésies dans la Grant estoria de Ultramar », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 20 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/3464 ; DOI : 10.4000/framespa.3464

Haut de page

Auteur

Julia Roumier

Julia Roumier est maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne, AMERIBER EA 3656. Spécialiste de littérature espagnole médiévale et de civilisation de l’Espagne médiévale et classique, elle a soutenu en 2011 une thèse intitulée Les représentations de l'étranger dans les récits de voyages hispaniques à la fin du Moyen Âge : à la confluence de l'imaginaire, de l'érudition et de l'expérience (xive-xve siècles) et publié depuis plusieurs articles sur la littérature de voyage.
jroumier@u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org