Navigation – Plan du site
Dossier : L’Espagne face aux hérésies : représentations et discours (Moyen-Âge et époque moderne)

Introduction au dossier « L’Espagne face aux hérésies : représentations et discours (Moyen-Âge et époque moderne) »

Vincent Parello

Texte intégral

1 Cet ouvrage collectif fait suite au colloque sur « L’Espagne face aux hérésies : représentations et discours (Moyen-Âge et époque moderne) » organisé à Bordeaux les 4 et 5 décembre 2014, avec le soutien de l’équipe d’accueil AMERIBER (composante EREMM) de l’Université Bordeaux Montaigne, et de l’Instituto Cervantes. Il a pu voir le jour grâce à l’efficacité de toute l’équipe de rédaction des Cahiers de Framespa, revue en ligne d’histoire sociale et d'histoire des sociétés, fondée en 2005 et éditée par l’UMR 5136 de l’Université Toulouse-Jean Jaurès/CNRS.

2 Les onze contributions ont été regroupées en trois parties qui embrassent le phénomène de l’hérésie en Espagne et, accessoirement, dans les territoires du Nouveau Monde, depuis le Moyen-Âge jusqu’à l’époque moderne.

1) De l’infidélité à l’hérésie dans l’Espagne médiévale

3 Ghislaine Fournès analyse les notions d’orthodoxie et d’hérésie à la lumière du culte marial dans les miniatures du Códice Rico et, plus particulièrement, dans les Cantigas de Santa María d’Alphonse X de Castille. L’infidèle, qu’il soit juif ou musulman, est celui qui rejette le culte marial.

4 Julia Roumier se penche sur les hérésies dans La grant estoria de Ultramar, récit de croisades rédigé à la fin du règne de Sanche IV, qui met en scène des affrontements violents entre chrétiens et musulmans, mais également des situations d’échanges plus complexes avec les chrétiens byzantins, les chrétiens d’Orient, les Nestoriens, les Arméniens, les Maronites, etc.

2) Les hérésies « majeures » dans l’Espagne moderne

5 Isabelle Poutrin propose une étude du De Bello Sacro, traité de José Esteve rédigé au tout début du xviie siècle. Pour répondre à la question « Est-il permis de tuer son père hérétique ou de le dénoncer à l’Inquisition ? », l’évêque d’Orihuela recourt à la littérature exégétique du xve siècle afin de trouver une solution pragmatique qui, d’une part, n’offense pas les auteurs proches des milieux inquisitoriaux et, d’autre part, soit compatible avec l’assimilation des morisques de son diocèse.

6 Dans la Vida de San Jerónimo (1595) de fray José de Sigüenza, le moine hiéronymite s’emploie à restaurer le portrait de saint Jérôme, outragé, selon lui par Érasme dans la Vita Hieronymi publiée en 1516. Le docteur de l’Église apparaît à la fois comme la sentinelle d’une Église assiégée et comme le partisan d’une approche plus ouverte de l’orthodoxie (Pauline Renoux-Caron).

7 Un pamphlet antipapiste daté du mois de septembre 1559 est placardé, tout d’abord, dans les rues de Tolède et, ensuite, dans celles d’Avila et de Séville. Cette découverte suscite aussitôt les foudres de l’Inquisition. L’étude du texte, attribué au prêtre-imprimeur Sebastián Martínez, met bien en évidence la rupture entre le catholicisme et le protestantisme qu’il convient de combattre et d’anéantir (Ricardo Saez).

8 Dans le cycle des épopées savantes latino-américaines, le pirate luthérien (pirata luterano) est un héros profondément ambivalent qui suscite aussi bien l’admiration de ses contemporains que la condamnation de ses actions et de ses discours subversifs (Lise Segas).

9 En s’appuyant sur les travaux d'Eugenio Asensio, de José Antonio Maravall, d'Ildefonso Adeva Martín, de Ricardo Saez et d'Anne Milhou-Roudié, Marc Zuili démontre que l’influence d’Érasme sur les écrits de l’humaniste tolédan Alejo Venegas n’est pas aussi forte que ce que Marcel Bataillon voulait le faire entendre dans son Érasme et l’Espagne.

3) Les hérésies « mineures » dans l’Espagne moderne

10 L’étude des procès inquisitoriaux des beatas Mencía Suarez (1487-1490) et Juana de Ribera (1551-1559) ainsi que d’autres procès qui jalonnent le xvie siècle permet de relativiser l’hérésie de ces femmes dont la spiritualité diffuse se distingue profondément de celle des premiers mouvements d’alumbrados découverts dans les provinces de Guadalajara et de Tolède au début du xvie siècle (Laurey Braguier).

11 Dans son traité Lingua, publié en 1525 et traduit en castillan en 1533 par Bernardo Pérez de Chinchón, Érasme aborde la question des « péchés de la langue », à savoir les blasphèmes, les propos anticléricaux, les jurons, etc., qui feront l’objet d’une sévère répression inquisitoriale à la suite du Concile de Trente (Elvezio Canonica).

12 Le procès intenté en 1671 par le tribunal inquisitorial de Tolède à l’encontre de la gitane Isabel María de Montoya nous permet de pénétrer dans cet univers de croyances superstitieuses et populaires où le sacré se mêle au profane et les saints alternent avec les démons. Il conforte l’hypothèse de Gustav Henningsen selon laquelle il n’y eut pas, dans l’Espagne moderne, de « chasse aux sorcières » comme partout ailleurs en Europe (Vincent Parello).

13 Joseph Pérez, professeur émérite de l’Université Bordeaux Montaigne et lauréat 2014 du prestigieux prix Príncipe de Asturias, revient sur le débat entre docteurs et spirituels dans l’Espagne du xvie siècle. Trois dates marquent, à son avis, les étapes de cette évolution : la mort de Cisneros en 1517 ; l’édit de l’Inquisition contre les alumbrados de Tolède en 1525 ; et l’index de l’inquisiteur général Valdés en 1559.

  • 1 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana o española, 1611. Sur l’hérésie en général (...)

EREJE. En sinificación ampla, vale tanto como el que tiene alguna opinión o sigue alguna secta, de donde se restringió a sinificar, cerca de los teólogos y canonistas, el que sigue alguna secta diversa y apartada de la verdadera religión. El que la instituye se llama haeresiarcha, el que la enseña dogmatizante, y, según esto, eregía sinificará una opinión tenaz y confirmada de alguna doctrina o sentencia que ayamos elegido, en la qual nos afirmamos y perseveramos [...] y en restricta sinificación, apud nos catholicos, haeresis est dogma contra id quod Ecclesia Catholica Romana docet et tenet1....

  • 2 Diccionario de Autoridades, Ed. facsímil, Madrid, Editorial Gredos, 1963.

HEREGE. El que se aparta y opone en todo o en parte con pertinacia a las cosas de la Fe Catholica, y a lo que cree y confiessa la Santa Madre Iglesia, Lat. Haereticus, i. Recop. Lib. 8. Tit. 3. 1. Herege es todo aquel que es Christiano bautizado, y no cree los Artículos de la Santa Fé Catholica, o algunos de ellos2...

  • 3 Emilio Mitre Fernández, « Cristianismo medieval y herejía », Clio & Crimen, n°1 (2004), p. 22-41 ; (...)
  • 4 Ignasi Fernández Terricabras, Felipe II y el clero secular: la aplicación del concilio de Trento, M (...)
  • 5 Joseph Pérez, « L’idéologie de l’État », dans Le premier âge de l’État en Espagne (1450-1700), Pari (...)

14 Avec la conversion du roi Récarède et de son frère Herménégilde en 589, l’arianisme fut définitivement abandonné en Espagne au profit du catholicisme romain qui devint alors la religion d’État. Pendant la période wisigothique, on assiste à une étroite imbrication des pouvoirs politique et religieux3. Pour paraphraser les paroles de Léandre de Séville, prononcées lors du troisième concile de Tolède, il est question d’assurer la stabilité du royaume terrestre et de préparer la félicité du royaume céleste. Dans le prolongement de la Reconquête, qui était également une croisade contre l’Infidèle, la collaboration entre l’Église et l’État ne fit que s’intensifier tout au long du Moyen-Âge. Sous le règne des Rois Catholiques, la tentation théocratique fut portée à son point culminant. Les souverains, soucieux de réaliser le royaume de Dieu en ce bas monde, confièrent des responsabilités politiques à certains de leurs évêques, participèrent activement à la réforme de la discipline ecclésiastique et à la défense de l’orthodoxie en instaurant une unité religieuse autour du catholicisme. À la suite du rêve frustré de « monarchie universelle » caressé par Charles Quint et certains conseillers de la cour impériale, l’Espagne de Philippe II se mit au service de la Contre-Réforme en considérant que le rôle de l’État était d’assurer l’unité de la Chrétienté à l’extérieur et de préserver l’orthodoxie à l’intérieur de ses frontières4. Les traités de Westphalie, en 1648, vinrent mettre un terme cependant à cette mission providentielle en consacrant la victoire de la Réforme sur le catholicisme et le triomphe des puissances du Nord – France, Hollande, Angleterre – sur l’Espagne, condamnée désormais à n’être plus qu’une nation marginale et de second ordre5.

  • 6 Joseph Pérez, Crónica de la Inquisición en España, Barcelone, Martínez Roca, 2002.

15 L’Espagne connut un phénomène de métissage ethno-culturel sans précédent dans l’histoire de la Chrétienté latine occidentale. Pendant tout le Moyen-Âge, trois communautés clairement différenciées cohabitèrent dans la péninsule ibérique : 1) la communauté chrétienne d’origine celtibère ; 2) la communauté musulmane d’origine arabo-berbère ; 3) la communauté juive dont la présence millénaire remontait à l’époque romaine. À la suite des conversions forcées des xive et xve siècles, chacune de ces communautés adopta le catholicisme, ce qui donna naissance à un nouveau type social, le nouveau-chrétien, qui désignait aussi bien le converti de juif (converso) que le converti de maure (morisco). Toutefois, ce que l’on a coutume d’appeler l’Espagne médiévale des trois religions ne fut jamais une Espagne de la tolérance religieuse mais une Espagne de la cohabitation forcée. Chaque communauté pensait détenir la vérité et estimait que son credo religieux était incompatible avec les autres. Ce qui favorisa la présence de communautés mudéjares dans les royaumes chrétiens, de communautés mozarabes dans les royaumes islamiques et de communautés juives dans l’ensemble de la péninsule ibérique, ce ne fut pas l’esprit de tolérance mais les nécessités et les contraintes de l’économie6.

  • 7 Joseph Pérez, Historia de una tragedia. La expulsión de los judíos de España, Barcelone, Crítica, 1 (...)

16 L’époque moderne ne pouvait concevoir la neutralité de l’État face à des croyances religieuses distinctes et n’admettait pas que la foi religieuse pût être indépendante de la « nationalité ». Les mesures entreprises par les Rois Catholiques marquaient une véritable rupture par rapport au passé de l’Espagne médiévale. Dorénavant, les souverains ne toléraient plus la présence de communautés religieuses diversifiées dans leurs royaumes. Avec la fin de la Reconquête, disparaissaient également les circonstances qui avaient permis ce formidable métissage médiéval. Au cours de l’année 1492, les Rois Catholiques entraient dans Grenade et expulsaient les juifs. Cette décision n’avait rien de surprenant car, en fin de compte, l’Espagne redevenait un pays comme les autres dans le concert des nations européennes7.

  • 8 Jean Pierre Dedieu, L’administration de la foi. L’Inquisition de Tolède (xvie-xviie siècles), Madri (...)
  • 9 Miguel Jiménez Monteserín, Introducción a la Inquisición española. Documentos básicos para el estud (...)

17 Pour traquer le crime d’hérésie et d’apostasie (herética pravedad) dans ses territoires, la monarchie hispanique disposait d’un instrument d’une redoutable efficacité : l’Inquisition dite moderne ou royale. Le tribunal du Saint-Office, créé à la demande des Rois Catholiques en 1478, entra en activité à Séville trois ans plus tard avant de s’étendre à l’ensemble des territoires de la couronne de Castille et à l’Aragon. À la différence de l’Inquisition médiévale qui avait réprimé, au xiiie siècle notamment, le manichéisme cathare dans le sud de la France, l’Inquisition espagnole était une juridiction autonome et un tribunal mixte – spirituel et temporel – qui relevait à la fois de la monarchie et de la papauté. En vertu du droit de présentation, les inquisiteurs constituaient un corps de hauts fonctionnaires de l’État choisis par la couronne et acquis aux objectifs idéologiques de la monarchie8. En tant que tribunal de la foi, l’Inquisition avait la possibilité de réconcilier ou d’exclure à jamais les individus qui avaient porté atteinte à la religion catholique. Les hérétiques pénitents ayant fait acte de contrition ou amende honorable étaient réintégrés au sein du corps mystique de l’Église à travers la levée de l’excommunication (peine de « réconciliation »), tandis que les impénitents et les relaps ayant refusé de s’amender ou de collaborer avec le tribunal étaient remis au bras séculier et exécutés sur le bûcher à l’issue de la cérémonie de l’autodafé (peine de « relaxation »)9.

18 Les hérétiques, dont le pape Innocent III, n’hésitaient pas à déclarer qu’ils étaient pires que les Sarrasins, pouvaient revêtir de multiples visages et devenir tour à tour apostats, hérésiarques, schismatiques, agitateurs théologiques... Dans les Partidas d’Alphonse X, les hérétiques étaient présentés comme des fous qui essayaient, par tous les moyens, de déformer les paroles du Christ en leur donnant un sens différent de celui que leur attribuaient les Pères de l’Église :

  • 10 Miguel Jiménez Monteserín, Introducción a la Inquisición española. Documentos básicos para el estud (...)

Herejes son una manera de gente loca que se trabajan de escatimar las palabras de nuestro Señor Jesuchristo, e les dan otro entendimiento contra aquel que los Santos Padres les dieron e que la Eglesia de Roma cree e manda guardar. Onde, pues que en el título ante deste fablamos de los moros, queremos aquí decir de los herejes. E demostrar por qué han ansí nome. E cuantas maneras son dellos. E que daño viene a los omes de su compañía. E quien los puede acusar, e ante quien, e que pena merecen después que les fuere probada la herejía10.

  • 11 Máximo Diago Hernando, « Ortodoxia y herejía entre la Antigüedad y el Medievo », Hispania Sacra, vo (...)

19 En droit canon, l’hérétique était celui qui, au-delà du baptême, niait obstinément ou remettait en cause certaines vérités que l’on devait croire avec une foi divine et catholique. C’était également celui qui défendait des opinions contraires aux enseignements de la Bible, des Évangiles, de la Tradition et du magistère. L’apostat, quant à lui, avait totalement déserté la foi chrétienne pour embrasser une nouvelle religion. Le schismatique, pour sa part, ne reconnaissait pas l’autorité du Pape et refusait de se soumettre au pouvoir spirituel de l’Église romaine. D’un point de vue historique et social, l’hérétique était celui qui, par choix individuel ou collectif, n’adhérait pas à certaines valeurs théologiques et morales admises officiellement par la communauté des fidèles, et mettait en doute leurs fondements ou leurs applications. À ce titre, l’hérésie impliquait une rupture avec l’ordre établi, incarnait une opinion divergente par rapport au dogme de l’Église catholique, apostolique et romaine, une erreur signalée, assumée avec ténacité et opiniâtreté11.

20 Dans la pratique, les inquisiteurs du Saint-Office faisaient la différence entre les hérésies dites majeures (herejías mayores) et les hérésies dites mineures (herejías menores).

  • 12 Julio Caro Baroja, Los judíos en la España moderna y contemporánea, 3 vols., Madrid, Arion, 1961 ; (...)
  • 13 Louis Cardaillac, Morisques et chrétiens. Un affrontement polémique (1492-1640), Paris, Klincksieck (...)
  • 14 Michel Boeglin, L’Inquisition espagnole au lendemain du Concile de Trente. Le Tribunal du Saint-Off (...)

21 Au rang des premières, on compte le judaïsme12, le mahométisme13 et le protestantisme14. Les chrétiens passés au judaïsme et les juifs qui, convertis au christianisme, embrassaient à nouveau la loi mosaïque, étaient considérés comme hérétiques et devaient être punis comme tels :

  • 15 Nicolau Eymerich, Francisco Peña, Le manuel des inquisiteurs, Paris, Albin Michel, 2001, p. 103.

Les uns et les autres ont renié la foi du Christ qu’ils avaient embrassée par le baptême. S’ils veulent abjurer le rite judaïque mais n’acceptent d’abjurer le judaïsme ni de faire pénitence, ils seront poursuivis en tant qu’hérétiques impénitents par les évêques et par les inquisiteurs, qui les livreront au bras séculier pour être brûlés15.

22 Le mahométisme recouvrait diverses réalités : en premier lieu, l’observance de la foi musulmane chez les morisques baptisés ; en second lieu, les tentatives de certains nouveaux-chrétiens de maures de franchir le détroit de Gibraltar pour se rendre en terre d’Islam (pasar a Berbería) et revenir à la loi de Mahomet ; en troisième lieu, le cas des renégats, ces chrétiens qui avaient embrassé la foi musulmane en Afrique du Nord, par conviction religieuse, ou par pur opportunisme, pour échapper à la mort ou à la servitude. Le protestantisme représentait la troisième hérésie majeure. Les luthériens, les calvinistes, les anglicans et autres réformés que les inquisiteurs désignaient sous le vocable générique de luteranos furent considérés tour à tour comme des hérétiques et des schismatiques, dans la mesure où ils s’étaient mis volontairement en marge de l’Église catholique romaine. Les peines réservées à ces hérétiques se caractérisaient par leur extrême rigueur : confiscation des biens des condamnés et châtiment par le feu pour les relaps (ceux qui rechutaient dans l’hérésie) et les negativos (ceux qui niaient les faits ou refusaient de collaborer avec les inquisiteurs).

  • 16 Michel Boeglin, «Moral y control social: el tribunal de la Inquisición de Sevilla (1560-1700)», His (...)
  • 17 Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne, Paris, Droz, 1998.
  • 18 Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, Paris, Hachette, 1979. On lira plus particulièrement (...)

23 Les hérésies mineures englobaient une foule d’attitudes et de conceptions, parfois très éloignées les unes des autres qui relevaient tantôt de déviances religieuses, tantôt de conduites considérées comme immorales ou inconvenantes par rapport aux valeurs de la société. Sous le règne de Philippe II et au cours de la présidence de l’inquisiteur général Fernando de Valdés (1547-1568), l’Inquisition commença à réprimer les hérésies mineures des vieux-chrétiens et les conduites déviantes des ecclésiastiques, dont certains, par exemple, n’hésitaient pas à profaner le sacrement de la pénitence en séduisant leurs ouailles (délit de sollicitation). Il s’agissait de « rechristianiser » en profondeur les premiers et de moraliser la vie des derniers. C’est ainsi que le Saint-Office se mit progressivement au service de la Contre-Réforme dans la deuxième moitié du xvie siècle16. À partir de 1560, on assiste, en effet, à une augmentation des causas menores au détriment des causas mayores. Par causes mineures, il faut entendre les délits de paroles (blasphèmes, propositions hérétiques, blagues anticléricales, etc.) ; les pratiques superstitieuses et magiques qui venaient concurrencer la manipulation du sacré, réservée en principe aux hommes d’Église ; les mouvements spirituels jugés hétérodoxes comme l’alumbradismo qui apparut autour de 1520 ou le molinosisme qui fleurit à la fin du xviie siècle ; les délits liés à la sexualité, comme la bigamie, la fornication, la bestialité et la sodomie dans les tribunaux inquisitoriaux de la couronne d’Aragon, etc17. Cette variété des délits met bien en valeur le rôle clé joué par l’institution inquisitoriale qui essaya d’imposer l’orthodoxie de la pensée la plus stricte aux populations espagnoles, de définir une nouvelle morale sexuelle et d’exalter la chasteté des religieux18.

24 Ce sont essentiellement les vieux-chrétiens qui firent les frais de la répression de ces hérésies mineures qui visait à asseoir et à diffuser le système de valeurs morales et religieuses issu du concile de Trente. La peine de mort n’était jamais requise pour ce genre de délits – hormis pour la sodomie – mais les peines infamantes et les châtiments corporels, tels que le fouet ou les galères, furent massivement utilisés pour inculquer le credo qu’il n’y avait point de salut en dehors de l’Église.

25Dans l’Espagne médiévale et moderne, l’hérésie portait atteinte au corps mystique de l’Église catholique et, par contiguïté métonymique, au corps mystique civil de la République. La blessure sacrilège de l’hérésie venait s’ajouter aux plaies de la Passion du Christ et menacer la stabilité de la société d’ordres dans son ensemble. L’ennemi du dogme catholique était le détracteur de l’ordre social et le sujet déloyal par antonomase. Aux yeux des défenseurs de l’orthodoxie, l’hérésie s’apparentait à un crime de lèse-majesté divine, dont la répression relevait à la fois des pouvoirs religieux et civil jusqu’à l’instauration des tribunaux de l’Inquisition en Espagne à la fin du xve siècle. Un État, une religion, un roi, c’est ce vers quoi tendait la démarche inquisitoriale...

Haut de page

Notes

1 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana o española, 1611. Sur l’hérésie en général, on lira Marie-Dominique Chenu, « Orthodoxie et hérésie. Le point de vue du théologien », Annales ESC, 18, 1963, p. 75-80 ; Jacques Le Goff (dir.), Hérésies et sociétés dans l’Europe pré-industrielle. xie-xviiie siècles, Paris, Mouton, 1968 ; Léon Garzend, L’Inquisition et l’hérésie. Distinction de l’hérésie théologique et de l’hérésie inquisitoriale, Paris, Desclée de Brouwer, 1912 ; André Vauchez, Les hérétiques au Moyen-Âge. Suppôts de Satan ou chrétiens dissidents ?, Paris, CNRS, 2014 ; Monique Zerner, « Hérésie », dans Dictionnaire du Moyen-Âge, Claude Gauvard, Alain de Libéra, Michel Zink (dirs.), Paris, Quadrige-PUF, 2002, p. 667-671. Pour le cas de l’Espagne, voir : Jaime Contreras Contreras, « Entre tradición y autoridad: la invención de la herejía », dans Vivir el Siglo de Oro: poder, cultura, e historia en la época moderna. Homenaje al profesor Ángel Rodríguez Sánchez, Salamanque, Université de Salamanque, 2003, p. 123-1444 ; Bernardino Llorca, « Herejías en España », dans Diccionario de Historia eclesiástica, 5 vols., Quintín Aldea, Tomás Marín Martínez, José Vives Gatell (dirs.), II, Madrid, CSIC, 1972-1987, p. 1082-1083 ; Michel Boeglin et Vincent Parello, Lexique historique de l’Espagne moderne, Strasbourg, 2009 (ouvrage en ligne hébergé sur le site de l’UOH de Strasbourg. Entrée «Hérésie »).

2 Diccionario de Autoridades, Ed. facsímil, Madrid, Editorial Gredos, 1963.

3 Emilio Mitre Fernández, « Cristianismo medieval y herejía », Clio & Crimen, n°1 (2004), p. 22-41 ; id., Las grandes herejías de la Europa cristiana, Madrid, Istmo, 1983 ; id., « Herejías en la Europa medieval: disidencia religiosa y protesta social », Historia 16, n° 62, 1981, p. 63-69 ; Adeline Rucquoi, L’Espagne médiévale, Paris, Les Belles Lettres, 2002.

4 Ignasi Fernández Terricabras, Felipe II y el clero secular: la aplicación del concilio de Trento, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2000.

5 Joseph Pérez, « L’idéologie de l’État », dans Le premier âge de l’État en Espagne (1450-1700), Paris, CNRS, 1989, p. 191-216.

6 Joseph Pérez, Crónica de la Inquisición en España, Barcelone, Martínez Roca, 2002.

7 Joseph Pérez, Historia de una tragedia. La expulsión de los judíos de España, Barcelone, Crítica, 1993.

8 Jean Pierre Dedieu, L’administration de la foi. L’Inquisition de Tolède (xvie-xviie siècles), Madrid, Casa de Velázquez, 1989 ; Ricardo García Cárcel, Herejía y sociedad en el siglo xvi, Barcelone, Península, 1980 ; Ricardo García Cárcel, Doris Moreno Martínez, Inquisición. Historia crítica, Madrid, Temas de Hoy, 2000 ; Henry-Charles Lea, Historia de la Inquisición española, 3 vols., Madrid, Fundación Universitaria Española, 1983 ; Joaquin Pérez Villanueva et Escandell Bonnet, Historia de la Inquisición en España y América, Madrid, Taurus, 1984.

9 Miguel Jiménez Monteserín, Introducción a la Inquisición española. Documentos básicos para el estudio del Santo Oficio, Madrid, Editora Nacional, 1980.

10 Miguel Jiménez Monteserín, Introducción a la Inquisición española. Documentos básicos para el estudio del Santo Oficio, op. cit., p. 38-39.

11 Máximo Diago Hernando, « Ortodoxia y herejía entre la Antigüedad y el Medievo », Hispania Sacra, vol. 56, n° 113, 2004, p. 388-399.

12 Julio Caro Baroja, Los judíos en la España moderna y contemporánea, 3 vols., Madrid, Arion, 1961 ; Antonio Domínguez Ortiz, Los judeoconversos en la España moderna, Madrid, Mapfre, 1992 ; Israel S. Revah, « L’hérésie marrane dans l’Europe catholique des xve et xviiie siècles », dans Jacques Le Goff (dir.), Hérésies et Société, Paris, Mouton, 1968, p. 327-337.

13 Louis Cardaillac, Morisques et chrétiens. Un affrontement polémique (1492-1640), Paris, Klincksieck, 1977 ; Louis Cardaillac, Les Morisques et l’Inquisition, Paris, Publisud, 1990 ; Antonio Domínguez Ortiz, Bernard Vincent, Historia de los moriscos, Madrid, Biblioteca de la Revista de Occidente, 1978.

14 Michel Boeglin, L’Inquisition espagnole au lendemain du Concile de Trente. Le Tribunal du Saint-Office de Séville (1560-1700), Montpellier, Presses Universitaires, 2003 ; Ernst Schäfer, Beiträge zur Geschischte des spanischen Protestantismus un der Inquisition in sechzenten Jahrun dert, 3 vols., Güterloh, C. Betelsmann, 1902, traduction espagnole : Protestantismo e Inquisición en el  siglo xvi, 3 vols., Séville, 2014 ; José Ignacio Tellechea Idígoras, « El protestantismo castellano (1558-1559). Un “topos” (Marcel Bataillon) convertido en “tópico historiográfico”, dans El erasmismo en España, Santander, Sociedad Menéndez Pelayo, 1986, p. 305-332.

15 Nicolau Eymerich, Francisco Peña, Le manuel des inquisiteurs, Paris, Albin Michel, 2001, p. 103.

16 Michel Boeglin, «Moral y control social: el tribunal de la Inquisición de Sevilla (1560-1700)», Hispania Sacra, vol. 55, n° 112, 2003, p. 501-534.

17 Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne, Paris, Droz, 1998.

18 Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, Paris, Hachette, 1979. On lira plus particulièrement l’article de Jean Pierre Dedieu, p. 263-303.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Parello, « Introduction au dossier « L’Espagne face aux hérésies : représentations et discours (Moyen-Âge et époque moderne) » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 20 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/3449

Haut de page

Auteur

Vincent Parello

Vincent Parello est professeur de civilisation et de littérature du Siècle d’Or à l’Université Bordeaux Montaigne. Membre de l’équipe AMERIBER. Auteur, entre autres, de : Les judéo-convers de Tolède (xve-xvie siècles). De l’exclusion à l’intégration, Paris, L’Harmattan, 1999 ; La Catalogne de Cervantès. Texte et contexte, Montpellier, PULM, 2006 ; Des réfugiés espagnols de la Guerre civile dans le département de l’Hérault (1937-1939), Perpignan, PUP, 2010.
parellov@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org