Navigation – Plan du site

Espace résidentiel et intégration sociale : le cas des administrateurs coloniaux de Saint-Domingue au XVIIIe siècle

Zélie Navarro

Texte intégral

Introduction

1L’île de Saint-Domingue est, au XVIIIe siècle, la colonie la plus riche du royaume de France. Or, l’économie de plantation a, depuis l’essor de la colonisation, organisé et structuré l’espace géographique comme l’espace social. Saint-Domingue a donc connu un aménagement spécifique de son territoire et présente, au XVIIIe siècle, une organisation spatiale caractéristique des sociétés coloniales, notamment antillaises.

2En effet, l’espace urbain ne semble pas connaître de véritable catégorisation des quartiers en raison du fait que le centre-ville et la périphérie ne sont pas eux-mêmes clairement délimités. Mais alors de quelle façon l’occupation de l’espace traduit-elle le degré d’intégration dans la société créole des administrateurs coloniaux débarqués de métropole ?

3Il semble que, si la sectorisation de l’espace urbain ne permet pas une évaluation de la qualité de l’intégration des individus, ce n’est pas pour autant que le territoire colonial n’est pas producteur de classification. C’est dans la dualité de l’espace urbain et de l’espace rural que celle-ci s’exprime. L’intégration sociale des administrateurs se révèle, en effet, dans leur inscription territoriale et leur rapport à l’espace, mais, dans un système contraire à celui que connaissent les élites urbaines métropolitaines.

4C’est dans cette opposition entre l’espace clos et l’espace ouvert, entre l’espace construit et l’espace cultivé, entre l’espace cosmopolite et l’espace créole que se dessine l’intégration sociale des agents de l’Etat.

La résidence urbaine comme marqueur d’affectation temporaire

  • 1  Le plan des cités coloniales suit un schéma quadrillé où le croisement à angle droit des artères p (...)
  • 2  SAINT-VIL Jean, « Villes et bourgs à Saint-Domingue au XVIIIe siècle », Conjonction, n° 138, mai 1 (...)
  • 3  GEGGUS David, « Urban development in XVIIIth century Saint-Domingue », Bulletin du Centre d’Histoi (...)

5La ville coloniale en général, et la ville dominguoise en particulier, doit uniquement son existence à l’importation du modèle métropolitain en raison, soit de l’absence d’urbanisme soit de la présence d’un schéma « urbain » indien radicalement différent des cités européennes modernes. A cette première spécificité s’ajoute un second élément, marquant le caractère « artificiel » des agglomérations dominguoises, qui est la mise en place de centres urbains d’après la volonté royale de créer des établissements devant permettre l’organisation de l’exploitation du territoire. Ainsi, toutes les cités appartiennent à une seule génération, soulignée par une structure identique. Il s’agit d’un secteur organisé géométriquement (plan en damier1), entretenant des rapports plus ou moins étroits avec l’environnement rural2. Enfin, l’économie de plantation développée sur le territoire ne nécessite pas un réseau urbain dense et hiérarchisé comme en métropole, mais a essentiellement besoin de ports commerciaux. De fait, leur implantation est avant tout littorale et leur sectorisation spatiale témoigne des préoccupations commerciales de la colonie : la partie Nord de la capitale administrative, Port-au-Prince, ou le front de mer, est ainsi essentiellement consacrée aux activités portuaires et de négoce où aux côtés des magasins du roi se tiennent commerces et riches résidences, la partie centrale, développée autour de la « place d’armes », est consacrée aux bâtiments administratifs et militaires (bureaux du gouvernement, Conseil supérieur, casernes), et la partie Sud est quant à elle peu urbanisée car récente. Or, ce dernier élément est l’une des caractéristiques des cités coloniales à savoir, un tissu urbain de moins en moins dense au fur et à mesure que l’on s’éloigne du port3.

Plan de la ville, des rades et des environs du Port-au-Prince, 1785

Plan de la ville, des rades et des environs du Port-au-Prince, 1785

Moreau de Saint-Méry, Louis-Médéric-Elie, Description topographique, physique, civile politique et historique de la partie française de Saint-Domingue, nouv. Ed. entièrement revue et complétée sur le manuscrit, accompagnée de plans et d’une carte hors-texte, suivie d’un index de personnes, par Blanche Morel et Etienne Taillemite, Paris, Société d’Histoire des Colonies françaises, Librairie Larose, 1958, t. II.

Plan de la ville du Cap-Français, Isle St-Domingue, avril 1779

Plan de la ville du Cap-Français, Isle St-Domingue, avril 1779

« Plan de la ville du Cap-Français, Isle St-Domingue, avril M DCC LXXIX », Voyage aux îles d’Amérique, exposition de la direction des Archives de France, n° 306.

La répartition territoriale des villes et bourgs de Saint-Domingue au XVIIIe siècle

La répartition territoriale des villes et bourgs de Saint-Domingue au XVIIIe siècle

Carte de la partie française de Saint-Domingue, Moreau de Saint-Méry, Louis-Médéric-Elie, Description topographique..., op. cit., t. III.

  • 4  Sur 50 centres à la fin du XVIIIe siècle, 35 sont situés sur la côte et moins d’une dizaine à plus (...)
  • 5  Toutes les cités dominguoises du XVIIIe siècle ont en effet une fonction portuaire, hormis La Bomb (...)

6En ce qui concerne les bourgs, ils connaissent en règle générale le même plan d’urbanisation que les villes insulaires, bien qu’habituellement développés autour d’une église lorsqu’ils se situent dans les terres et tout comme les cités, ils affichent une implantation essentiellement littorale4. Cette distribution est, certes, liée à l’activité commerçante de la colonie mais également à l’existence d’un grand nombre de plaine littorales plus ou moins isolées les unes des autres et ne pouvant de ce fait que communiquer entre elles par le biais du cabotage5

Reliefs et plaines littorales de Saint-Domingue

Reliefs et plaines littorales de Saint-Domingue

GIROD François, De la société créole, Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, coll. La vie quotidienne, 1972, p. 81.

7Ainsi, la cité coloniale est à la fois un centre administratif et économique à l’image des villes métropolitaines. Cependant, la comparaison s’arrête là. Alors que la résidence traduit en France le rang et le statut de ses occupants il apparaît qu’à Saint-Domingue cette hiérarchisation sociale traduite dans la pierre soit plus ténue. Car si l’espace résidentiel se fait marqueur identitaire, cela s’exprime moins dans la facture des bâtis que dans les rapports noués entre les résidents et leurs résidences.

La résidence urbaine

8Les administrateurs coloniaux sont, en vertu de leur fonction, des citadins par excellence. Ils résident de fait dans les principales cités de l’île que sont le Cap-Français et l’exemple suivant, la capitale administrative, Port-au-Prince.

Port-au-Prince : quartiers du front de mer et du gouvernement

Port-au-Prince : quartiers du front de mer et du gouvernement

Le tracé bleu défini le périmètre du quartier du gouvernement ; les tracés jaunes soulignent le quartier du « front de mer ».

Moreau de Saint-Méry, Louis-Médéric-Elie, Description topographique..., op. cit., t. II.

  • 6  BARRE de SAINT-VENANT Jean, Des colonies modernes sous la zone torride et particulièrement de cell (...)
  • 7  MOREAU de SAINT-MERY Louis-Médéric-Elie, Description topographique..., op. cit.

9Le gouvernement colonial, composé du gouverneur général, de l’intendant et de leurs bureaux respectifs, se situe dans la ville de Port-au-Prince et plus particulièrement dans le quartier dit « du gouvernement ». Or, tandis que l’activité urbaine et la richesse qu’elle génère se concentrent sur le front de mer, c’est-à-dire dans le port et dans les rues allant du quai à la place d’armes, ainsi qu’en témoignent les constructions (magasins du roi, entrepôts, commerces, maisons de particuliers à étage avec balcon), le palais du gouvernement se dresse en retrait de cette zone d’activité, soit au centre de la cité, face à la place d’armes, autour de laquelle s’ordonnent également le Conseil supérieur de Port-au-Prince et la caserne du régiment de la ville. Ainsi, si le quartier administratif occupe une place centrale dans la cité, il n’en compose cependant pas le cœur. En effet, il semble d’après les écrits des contemporains6, qu’il s’agit d’un secteur relativement inhabité, impression accentuée par le petit nombre de maisons particulières et par le voisinage immédiat de la partie sud de la ville qui s’apparente à un immense terrain vague ponctué de quelques cases. Enfin, lorsque le régiment part en manœuvre et que le Conseil supérieur suspend son activité, le quartier administratif apparaît comme un « véritable désert »7.

10Or, si le lieu d’exercice des administrateurs est excentré par rapport aux zones d’activité, la répartition de la richesse urbaine conforte un peu plus leur place « en retrait » dans la cité. Tandis que les gens de couleur libres et les négociants forment les deux premiers groupes de propriétaires immobiliers, les magistrats n’arrivent qu’en troisième position au même titre que les planteurs, quant aux officiers militaires, la part de ces derniers est infime. La raison en est fort simple : si les magistrats doivent se loger par leurs propres moyens et louent généralement des maisons proches de leur lieu de travail, les officiers militaires ont des logements de fonction (palais du gouvernement, intendance, casernes, etc...). C’est ainsi que les administrateurs sont peu fréquemment des propriétaires urbains et sont avant tout des locataires. De fait, leur mode de logement souligne le caractère professionnel et temporaire de leur affectation à Saint-Domingue de même que le bâti des résidences.

11Celui-ci, généralement mauvais, est fonction des contraintes locales. Les toits, majoritairement de tuiles, affichent des ardoises côté rue et des essentes côté cours, l’ornementation extérieure des façades est quasi inexistante, quant au premier étage, son élévation ne stimule en rien la créativité architecturale. Il se résume, généralement, à une reproduction identique du rez-de-chaussée lorsqu’il ne s’agit pas uniquement d’une chambre haute dite « tour d’équerre ».

12Ainsi, l’espace urbain occupé et la qualité du bâti résidentiel, s’ils ne mettent pas véritablement en lumière le rang et le statut des administrateurs, ils marquent néanmoins un trait identitaire fort : leur origine métropolitaine.

Mentalité et comportements

  • 8  D’après un corpus de 253 individus, dont l’origine géographique des hommes nous est connue pour 52 (...)
  • 9  GIROD François, De la société créole, Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, coll. La v (...)

13L’origine métropolitaine8 se traduit, entres autres facteurs d’identification, par une résidence urbaine, et plus particulièrement par l’occupation d’un logement de fonction, ou d’une location, et par son aménagement intérieur sur lequel le témoignage du comte de Malouet, de voyage à Saint-Domingue, est sans appel : « Entrez dans les maisons de ces hommes, elles ne sont ni commodes ni ornées. Ils n’ont pas le temps, ce n’est pas la peine, voilà leur langage. Dans les cités, la commodité, la salubrité manquent aux locaux d’habitation parce qu’on n’y met rien de ce qui peut plaire, séduire, attacher, tous ne songent qu’à les quitter, chacun se hâte, se dépêche, ils ont l’air de marchands dans une foire9. » Alors que l’identité métropolitaine des hommes pouvait se traduire par un confort et un ameublement reproduisant les pratiques usitées en France, il n’en est rien. Bien au contraire, elle se traduit par l’inconfort et un mobilier peu nombreux, majoritairement d’essence locale (« bois du pays », « bois équarri », rotin) et généralement usagé. D’après les inventaires après décès, rien ne semble être prévu pour l’agrément. Les bibliothèques sont peu fréquentes, les tableaux et tapisseries peu nombreux, seules les tables de jeux (cartes, trictrac, damier) semblent adoucir l’ordinaire du quotidien.

14Cette volonté de ne pas investir dans la colonie s’accompagne, également, d’une tentative de conservation du mode de vie métropolitain, dans la sphère publique, favorisé par l’urbanité. En d’autres termes : une résidence exclusivement urbaine, une fréquentation des lieux de sociabilité ouverts (vaux-hall, théâtre, comédie, bal public, estaminets, etc...) et une insertion sociale avant tout d’ordre professionnel.

15Ces officiers, qui ne se considèrent que comme « de passage », marquent ainsi leur identité métropolitaine dans une installation précaire, soulignée par l’absence d’attaches financières dans l’île. Toutefois, tous les administrateurs ne se perçoivent pas comme d’éternels migrants et certains « expatriés » tentent de s’adapter momentanément à leur lieu d’affectation.

Métropolitains ou « habitants » ? Habitant des villes, propriétaires des champs

Un mode de vie à la croisée des identités

  • 10  NAVARRO-ANDRAUD Zélie, Les élites urbaines de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe sièc (...)

16Alors que le premier groupe se replie sur son identité métropolitaine en usant de diverses stratégies, un deuxième groupe tente de s’insérer, même pour un temps déterminé, dans la société dominguoise. Ce désir d’insertion se traduit par un mode de vie, un quotidien, empreint de mixité. Tandis que l’officier exerce dans une structure étatique métropolitaine, il évolue en parallèle dans une sociabilité bipolaire, oscillant entre conservation des liens métropolitains et création de relations créoles. La correspondance, la procuration, la transaction et le crédit témoignent de réseaux de sociabilité établis entre l’île et le continent. L’étude prosopographique du groupe socioprofessionnel des administrateurs coloniaux menée dans ma thèse de doctorat10 fait effectivement état de relations étroites entretenues par delà l’Atlantique, et ce malgré la séparation géographique qu’il impose. De plus, contre toutes attentes, les lieux dominguois de sociabilité institutionnalisée ne comptent pas parmi leurs membres ces mêmes officiers. Il semble en effet que leurs relations privilégient un développement en marge des cercles formels.

17Ainsi, cette catégorie d’administrateurs, située dans l’entre-deux monde, se révèle délicate à cerner. Sa bivalence sociale et économique fait apparaître un groupe partagé entre un héritage identitaire métropolitain et l’assimilation de valeurs coloniales. Il se révèle comme le point de confluence de deux cultures. Or, c’est dans l’appropriation de l’espace colonial que se traduit véritablement cette double identité.

Urbanité et identité métropolitaine

18À l’image du précédent groupe, les administrateurs de ce deuxième ensemble habitent essentiellement dans les principales cités de Saint-Domingue. L’une des différences réside alors dans le mode de logement. Si certains ont recours au logement de fonction ou à la location, d’autres, en revanche, acquièrent à titre privé une résidence urbaine. Toutefois, il semble que les officiers préfèrent investir, non pas dans l’immobilier urbain, mais dans les « meubles meublant ». La qualité des matériaux (chêne, acajou, bois de rose, marbre), leur état de conservation, leur préciosité (marqueterie, cristal, meubles d’importation) et leur nombre traduit le désir de conserver un cadre de vie métropolitain. Enfin, ce sentiment est accentué par le nombre et la qualité de la vaisselle. Porcelaine de chine et argenterie ne sont pas rares de même que les services composés de plusieurs centaines de pièces. Il ressort des inventaires un confort et un luxe plus prononcé que ce qui se pratique ordinairement dans la colonie.

19Ainsi, le mode d’occupation de l’espace urbain et les comportements qu’il induit met en relief un trait identitaire par la similitude qui se dégage des modes de vie, métropolitains et coloniaux, comme des cadres de vie, toutes proportions gardées. Or, la colonie ne se résume pas à ses agglomérations et l’occupation du reste du territoire témoigne plus particulièrement du syncrétisme des mentalités en terre dominguoise.

Ruralité et mentalité créole

20Majoritairement locataires en ville les administrateurs de ce deuxième groupe sont également majoritairement propriétaires dans le plat pays dominguois. C’est donc, ici, dans l’investissement foncier et immobilier, dans l’appropriation de l’espace rural, que les officiers font preuve de leur adaptation à la société coloniale. En se livrant à la double activité d’administrateur et de planteur, ils font leurs les valeurs coloniales dont la production agricole et le mode d’exploitation spécifique, le commerce à l’exportation et la valeur sociale accordée à la fortune sont autant de caractéristiques.

  • 11  Un carreau équivaut, environ, à un hectare.
  • 12  « Morne » est le mot créole désignant les montagnes.

21Cependant, cette appropriation de l’espace n’implique pas une intégration pleine et entière des individus dans la société locale. La taille des exploitations est généralement moyenne (entre 100 et 200 carreaux11), elles semblent souvent se situer sur des terrains de moyenne qualité (proches des mornes12) et sont habituellement données en gérance à un procureur d’habitation. Enfin, l’acquisition de terre n’entrave en rien le retour définitif en métropole des propriétaires quelques années plus tard.

22L’occupation de l’espace, ses modes d’appropriation et son usage rendent, ainsi, véritablement, compte de la double identité de ces administrateurs qui tentent d’inventer leur propre culture en réalisant un syncrétisme à la fois culturel et social. Toutefois, aux côtés de ce deuxième groupe évolue un troisième et dernier groupe d’administrateurs dont la territorialisation traduit, quant à elle, un degré d’insertion sociale plus élevé, voire un processus d’intégration achevé.

La résidence rurale comme preuve de créolisation

23En ce qui concerne l’espace rural, comme espace d’habitation, celui-ci est occupé de façon extrêmement variable suivant les contraintes physiques et climatiques du territoire.

La répartition de la population à Saint-Domingue en 1789

La répartition de la population à Saint-Domingue en 1789

Densité au km² :
Faible 0-14
Moyenne 15-29
Forte 30-39
Très forte > 40

Fond de carte tiré de LAURENT-ROPA Denis, Haïti, une colonie française 1625-1802, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 12-13.

24Si les mornes ne connaissent que peu d’infrastructures agricoles, certaines plaines sont, également, faiblement peuplées en raison de la faiblesse des précipitations ; une situation climatique aggravée par une hydrographie défectueuse. D’autre part, certains quartiers sont des zones de contrebande ainsi que l’objet de contestations des limites frontalières de la part de la colonie voisine espagnole, Santo-Domingo. De fait, ces derniers secteurs peuvent être perçus comme dangereux et donc répulsifs.

25A contrario, d’autres quartiers présentent une forte densité démographique. Cela tient au fait qu’il s’agit des premières régions mise en valeur par la plantation de cannes à sucre où, de plus, les versants des mornes, plantés en café, ont attiré et fixé une multitude de petites exploitations rentables. D’une façon générale, l’exploitation agricole des plaines fertiles semble justifier l’importance du degré d’implantation humaine.

26Les caractéristiques de l’espace rural dominguois, et son exploitation, influent donc indéniablement sur son occupation démographique. De fait, il apparaît que le cadre qu’il impose agit à son tour sur le rapport à l’espace qu’entretient la population.

Quelques marqueurs de créolisation

27L’un des principaux marqueurs du métissage culturel des administrateurs est l’exploitation directe d’une propriété agricole, soit d’une habitation. Ce mode de gestion, caractéristique des créoles dominguois, se situe, dans le monde colonial, à l’exact opposé du mode d’administration généralement usité par les propriétaires français. Cette conception de l’exploitation de la propriété induit et souligne la créolisation des mentalités des propriétaires métropolitains. En effet, elle suppose de faire de l’habitation le lieu de résidence principal et donc de développer un art de vivre spécifique.

  • 13  Parmi la nombreuse production relative à l’économie de plantation et à l’exploitation elle-même vo (...)

28Le terme « d’habitation », désigne non seulement la plantation mais également l’ensemble des bâtiments élevés sur la propriété (« grand case », « cases de nègres », ateliers, moulin, etc.), les terres non cultivées (savane, bois), la main d’œuvre servile et l’ensemble du mobilier composé des bestiaux et des outils de travail13.

Schéma d’une habitation sucrière au XVIIIe siècle « habitation » sucrière type de la Capesterre.

Schéma d’une habitation sucrière au XVIIIe siècle « habitation » sucrière type de la Capesterre.

M.M. : maison du maître
CE : cases des esclaves
M : moulin à eau
S : sucrerie
P : parc à bœufs
o : office
p : purgerie
m : magasins
e : étuve

D’après la description du Père Labat, 1720, Document reproduit d’après la thèse du Pr. Guy LASSERRE, La Guadeloupe, Etude Géographique, Bordeaux, 1961, 2 vol. 

  • 14  A Saint-Domingue, la superficie d’une habitation moyenne est de 200 carreaux mais des superficies (...)

29Quoi qu’il en soit, la superficie des exploitations14 dessine un paysage rural, certes construit par la culture des terres et leur aménagement, mais surtout relativement clairsemé. Or, il semble que les créoles ne cherchent pas véritablement à briser leur isolement. En effet, la sociabilité dans les plaines, telle qu’elle se pratique dans la cité, se révèle peu ou pas existante. D’une façon générale, le mode de vie sur les plantations se révèle être relativement « rustique ». Peu nombreux sont les réceptions et les bals. Les habitants semblent vivre uniquement dans leur entre-soi familial, l’exploitation de l’habitation et sa rentabilité mobilisant les corps et les esprits.

30Si la sociabilité est un marqueur, important, permettant d’évaluer l’intégration sociale des individus elle ne préjuge cependant pas véritablement de la créolisation culturelle des hommes. Celle-ci, alors qu’elle s’exprime, dans un premier temps, à travers le mode d’exploitation direct des habitations, elle prend, sans aucun doute dans un second temps, toute sa dimension dans le cadre de vie des administrateurs et donc, dans leur quotidien de planteur.

L’habitation : cadre de vie, mode de vie

Élévation arrière de la grand’case de l’habitation sucrière, Union, au Lamantin (Martinique), 1796

Élévation arrière de la grand’case de l’habitation sucrière, Union, au Lamantin (Martinique), 1796

CHARLERY Christophe, « Maisons de maître et habitations coloniales dans les anciens territoires français de l’Amérique tropicale », In Situ Revue de l’inventaire, n° 5, décembre 2004. (revue en ligne, http://www.revue.inventaire.culture.gouv.fr/​insitu)

Plan du rez-de-chaussée de la grand’case, sucrerie Union, Lamantin, Martinique

Plan du rez-de-chaussée de la grand’case, sucrerie Union, Lamantin, Martinique

CHARLERY Christophe, « Maisons de maître..., op. cit.

  • 15  La « grand’case » qui est une construction coloniale est, au XVIIIe siècle, bâtie en maçonnerie re (...)

31L’habitation, ou plus précisément la « grand’case15 », est généralement une bâtisse longue, basse et flanquée d’appentis que le besoin a disposé autour d’elle. Devant la façade, une galerie couverte fait office de véranda. La « salle de compagnie » (salle à manger-salon) est la pièce principale sur laquelle s’ouvrent ordinairement quatre chambres avec leur cabinet, le tout carrelé sous comble d’assemblage, couvert de tuiles.

32Côté aménagement intérieur, les murs sont généralement passés à la chaux ; quant au mobilier, il se révèle être similaire, dans sa composition, à celui recensé dans les demeures urbaines. C’est dans sa qualité, sa facture et sa valeur que se révèle le processus de métissage dont ont été l’objet les administrateurs coloniaux. En effet, leur attachement à l’habitation, strictement financier dans un premier temps, mue au fil des années et des récoltes en un lien plus personnel, plus intime, caractérisé par un métissage culturel et identitaire. Le moyen de production se fait patrimoine familial et se dote, en tant que tel, de tous ses attributs : ornementation extérieure de la grand-case (belle véranda, terrasse), confort, modernité (salle de bain, ventilation), mobilier précieux, résidence multi-générationnelle, etc... ; attributs à mettre en perspective, toutefois, dans l’univers colonial... L’habitation n’est plus alors un outil de spéculation mais une propriété à caractère identitaire. Les hommes ne se considèrent plus comme « de passage » mais bel et bien comme des « habitants ».

33L’île de Saint-Domingue est donc productrice de catégorisation sociale. En effet, la résidence des administrateurs, qu’elle soit urbaine ou rurale, se révèle être l’un des principaux marqueurs de l’intégration sociale des agents de l’Etat d’origine métropolitaine.

34Or, si l’inscription territoriale des individus témoigne de leur insertion, ou non, dans la société qu’ils régissent ; leur rapport à l’espace met, quant à lui, plus finement en lumière la qualité de leur intégration. Après avoir été l’objet d’une politique d’exploitation spécifique, et donc façonné en ce sens, l’espace devient un élément structurant de la société coloniale. Alors que l’inscription spatiale des administrateurs souligne leur insertion sociale, le rapport qu’ils entretiennent avec l’espace habité met en relief des comportements caractéristiques des sociétés coloniales. De fait, leur assimilation, voire leur appropriation, se fait alors le marqueur du métissage social et culturel des administrateurs.

35Ainsi, les modes d’appropriation de l’espace dominguois et l’usage qu’en font les officiers du roi témoignent de leur identité, oscillant entre métropole et colonie, entre européanisme et créolisation.

Haut de page

Notes

1  Le plan des cités coloniales suit un schéma quadrillé où le croisement à angle droit des artères principales relativement larges (10-20 mètres) découpe des îlets assez étendus (1 400 à 6 000 m²), îlets eux-mêmes subdivisés en îlots (300 à 600 m²).

2  SAINT-VIL Jean, « Villes et bourgs à Saint-Domingue au XVIIIe siècle », Conjonction, n° 138, mai 1978, p. 5-32.

3  GEGGUS David, « Urban development in XVIIIth century Saint-Domingue », Bulletin du Centre d’Histoire des Espaces Atlantiques, n° 5, 1990, p. 197-228.

4  Sur 50 centres à la fin du XVIIIe siècle, 35 sont situés sur la côte et moins d’une dizaine à plus de 30 km à vol d’oiseau de la mer.

5  Toutes les cités dominguoises du XVIIIe siècle ont en effet une fonction portuaire, hormis La Bombarde.

6  BARRE de SAINT-VENANT Jean, Des colonies modernes sous la zone torride et particulièrement de celle de Saint-Domingue..., Paris, Brochot frères et compagnie, an X (1802), 516 p. ; MOREAU de SAINT-MERY Louis-Médéric-Elie, Description topographique, physique, civile politique et historique de la partie française de Saint-Domingue, nouv. éd. entièrement revue et complétée sur le manuscrit, accompagnée de plans et d’une carte hors-texte, suivie d’un index de personnes, par Blanche Morel et Etienne Taillemite, Paris, Société d’Histoire des Colonies françaises, Librairie Larose, 1958, 3 t. ; WIMPFEN Alexandre-Stanislas, baron de, Voyage à Saint-Domingue pendant les années 1788-89 et 90, présenté et annoté par Pierre Pluchon, Haïti au XVIIIe siècle : richesse et esclavage dans une colonie française, Paris, Karthala, 1993, 317 p.

7  MOREAU de SAINT-MERY Louis-Médéric-Elie, Description topographique..., op. cit.

8  D’après un corpus de 253 individus, dont l’origine géographique des hommes nous est connue pour 52,5 % d’entre eux, 73,7 % des administrateurs sont des métropolitains.

9  GIROD François, De la société créole, Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, coll. La vie quotidienne, 1972, p. 81.

10  NAVARRO-ANDRAUD Zélie, Les élites urbaines de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : la place des administrateurs coloniaux (1763-1792), thèse de doctorat de l’Université de Toulouse, 2007, 2 t.

11  Un carreau équivaut, environ, à un hectare.

12  « Morne » est le mot créole désignant les montagnes.

13  Parmi la nombreuse production relative à l’économie de plantation et à l’exploitation elle-même voir entre autres : BEGOUEN-DEMEAUX Maurice, Mémorial d’une famille du Havre, 3 t., Paris, Société française d’histoire d’outre-mer, 1982, BUTEL Paul, Commerce et plantation dans la Caraïbe XVIIe-XIXe siècles, Bordeaux, Maison des Pays Ibériques, 1992, 260 p., CAUNA, Jacques de, « Les propriétés Navailles à Saint-Domingue, caféières du Petit Saint-Louis et de la Montagne de Port-de-Paix, 1777-1814 », Revue de la Société Haïtienne d’Histoire et de Géographie, a 63, vol. 46, n° 158-159, 1988, p. 3-30, DEBIEN Gabriel, « Comptes et profits, esclaves et travaux de deux sucreries à Saint-Domingue », Revue de la Société Haïtienne d’Histoire et de Géographie, octobre 1944 et janvier 1945, 60 p., MAURO Frédéric, « La plantation atlantique : ses structures économiques, 1500-1800 », dans colloque de Bordeaux 1983, L’Atlantique et ses rivages 1500-1800, Bordeaux, Association des historiens modernistes de l’université, 1984, p. 155-179.

14  A Saint-Domingue, la superficie d’une habitation moyenne est de 200 carreaux mais des superficies de 300 carreaux et plus ne sont pas rares.

15  La « grand’case » qui est une construction coloniale est, au XVIIIe siècle, bâtie en maçonnerie remplissant les intervalles entre les montants et traverses de bois élevant les murs. Il est à noter que les fenêtres ne comportent pas de vitre en raison des tremblements de terre récurrents mais sont closes par du papier huilé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan de la ville, des rades et des environs du Port-au-Prince, 1785
Crédits Moreau de Saint-Méry, Louis-Médéric-Elie, Description topographique, physique, civile politique et historique de la partie française de Saint-Domingue, nouv. Ed. entièrement revue et complétée sur le manuscrit, accompagnée de plans et d’une carte hors-texte, suivie d’un index de personnes, par Blanche Morel et Etienne Taillemite, Paris, Société d’Histoire des Colonies françaises, Librairie Larose, 1958, t. II.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Plan de la ville du Cap-Français, Isle St-Domingue, avril 1779
Crédits « Plan de la ville du Cap-Français, Isle St-Domingue, avril M DCC LXXIX », Voyage aux îles d’Amérique, exposition de la direction des Archives de France, n° 306.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre La répartition territoriale des villes et bourgs de Saint-Domingue au XVIIIe siècle
Crédits Carte de la partie française de Saint-Domingue, Moreau de Saint-Méry, Louis-Médéric-Elie, Description topographique..., op. cit., t. III.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Reliefs et plaines littorales de Saint-Domingue
Crédits GIROD François, De la société créole, Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, coll. La vie quotidienne, 1972, p. 81.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/343/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Port-au-Prince : quartiers du front de mer et du gouvernement
Légende Le tracé bleu défini le périmètre du quartier du gouvernement ; les tracés jaunes soulignent le quartier du « front de mer ».
Crédits Moreau de Saint-Méry, Louis-Médéric-Elie, Description topographique..., op. cit., t. II.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/343/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre La répartition de la population à Saint-Domingue en 1789
Légende Densité au km² : Faible 0-14Moyenne 15-29Forte 30-39Très forte > 40
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/343/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Schéma d’une habitation sucrière au XVIIIe siècle « habitation » sucrière type de la Capesterre.
Légende M.M. : maison du maître CE : cases des esclaves M : moulin à eau S : sucrerie P : parc à bœufs o : office p : purgerie m : magasins e : étuve
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/343/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Élévation arrière de la grand’case de l’habitation sucrière, Union, au Lamantin (Martinique), 1796
Légende CHARLERY Christophe, « Maisons de maître et habitations coloniales dans les anciens territoires français de l’Amérique tropicale », In Situ Revue de l’inventaire, n° 5, décembre 2004. (revue en ligne, http://www.revue.inventaire.culture.gouv.fr/​insitu)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/343/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Plan du rez-de-chaussée de la grand’case, sucrerie Union, Lamantin, Martinique
Légende CHARLERY Christophe, « Maisons de maître..., op. cit.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/343/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zélie Navarro, « Espace résidentiel et intégration sociale : le cas des administrateurs coloniaux de Saint-Domingue au XVIIIe siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/343 ; DOI : 10.4000/framespa.343

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org