Navigation – Plan du site
Recension

Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour, filles et lieux de plaisir à Paris au xixe siècle, Paris, Vendémiaire, 2015.

Agathe Roby
Référence(s) :

Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour, filles et lieux de plaisir à Paris au XIXe siècle, Paris, Vendémiaire, 2015.

Texte intégral

  • 1 Notamment par Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs : les manières de jouir du siècle des Lumières (...)

1La prostitution est souvent considérée comme une activité anhistorique, tant elle est présente dans toutes les sociétés, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Pourtant, l’activité prostitutionnelle s’est profondément modifiée au fil des siècles, s’adaptant aux changements politiques, sociaux, économiques, mais aussi urbains de son époque. C’est ce que montre l’historienne Lola Gonzalez-Quijano dans Capitale de l’amour, filles et lieux de plaisir à Paris au xixe siècle. L’ouvrage, issu de sa thèse, explique en effet comment, avec les évolutions urbaines qui bouleversèrent Paris au xixsiècle, la prostitution parisienne s’est fortement transformée, notamment grâce au développement des loisirs et des lieux de divertissement. Au fil du siècle, ces derniers se multiplient et se diversifient et, du fait de leur fréquentation essentiellement masculine, les prostituées y affluent en nombre. La restructuration de Paris entraîne alors une redéfinition des lieux de prostitution et, plus largement, dessine une nouvelle géographie morale de la capitale. L’auteure jette ici un regard neuf sur la prostitution parisienne d’avant-guerre, pourtant largement étudiée1 : en s’intéressant aux modifications de l’espace et à son partage genré, elle déplace le regard et montre comment la prostitution évolue avec Paris, et non uniquement en fonction des désirs masculins bourgeois, comme cela avait été avancé.

2Cette transformation de la prostitution est décrite au long de dix chapitres, au moyen de sources variées, allant des registres de police à la littérature de l’époque. L’ouvrage détaille l’évolution de la prostitution et son éclatement en des formes multiples et variées, répondant chacune à des espaces et des populations différentes. Afin d’expliquer l’avènement de cette prostitution bourgeoise, l’auteure remonte jusqu’au Moyen-Âge, pour décrire ce qui la précédait : une activité prostitutionnelle s’exerçant dans des rues bordelières, délimitées par les autorités. Au xixe siècle, les travaux haussmanniens transforment le tissu urbain : dans plusieurs secteurs, la percée des boulevards et le réaménagement de quartiers force les prostituées à se déplacer vers l’extérieur de la ville. À l’inverse, lorsque le quartier n’est pas modifié par des travaux, les rues bordelières subsistent. La prostitution évolue également avec l’avènement du système réglementariste et de ses maisons de tolérances. Apparues au début du xixsiècle, elles sont destinées à lutter contre la propagation de la syphilis et à contenir l’activité vénale dans des espaces bien délimités. Réparties de manière diffuse dans la capitale, elles connaissent un certain succès jusqu’au milieu du siècle. Alors que les tolérances situées au cœur de la capitale sont destinées aux clients aisés, celles placées en périphérie, généralement accompagnées d’un débit de boisson leur donnant le nom de bordel à estaminet, sont fréquentées par une clientèle plus populaire. Mais, à partir du milieu du xixe siècle, le nombre de maisons de tolérance diminue, seules les maisons luxueuses résistent, grâce à leur exotisme et aux prestations particulières qu’elles proposent. Les maisons de tolérances ont perdu leur image de lieux de divertissement et laissent place à une multitude d’espaces de prostitution.

3Le déclin des tolérances se fait en partie au profit des maisons de rendez-vous ; souvent décrites dans la littérature de l’époque comme des maisons destinées à accueillir les rencontres adultérines, elles hébergent en réalité principalement des prostituées. Difficiles à repérer, tant elles ressemblent à n’importe quel appartement parisien, ces maisons échappent la plupart du temps à la Préfecture de police. Elles se situent dans l’ensemble de la capitale, la plupart se concentrant sur la rive droite dans les VIIIe et IXe arrondissements. Leur clientèle et leur localisation varie en fonction des prix qu’elles affichent. À l’inverse des tolérances, ces maisons sont destinées à accueillir les passes, les femmes qui s’y prostituent n’y résident pas et passent la plupart de leur temps sur les trottoirs des boulevards. Ces prostituées, appelées asphalteuses ou boulevardières, sont présentes dès l’après-midi jusqu’à tard dans la nuit. L’après-midi, elles se placent dans les parcs, les jardins, près des transports et dans les quartiers d’affaires, à l’heure de la sortie du travail. La nuit, le développement de l’éclairage public les rend davantage visibles, en témoignent les plaintes à leur égard qui se multiplient.

4Les maisons de rendez-vous ne sont pas les seuls lieux où les prostituées ramènent leurs clients. D’autres exercent leur activité dans des hôtels garnis : ce sont des chambres meublées généralement louées à la passe, la prostituée paye entre 40 centimes et 5 francs, et doit s’acquitter d’un supplément si le rapport dure plus longtemps. Présents dans l’ensemble de la capitale, les hôtels garnis accueillant des prostituées sont pour la plupart concentrés dans le IXe arrondissement. L’auteure constate que les lieux de prostitution et les zones de résidence des prostituées sont liés ; la plupart d’entre elles habitent à quelques rues de l’hôtel garni où elles se prostituent. Ainsi, l'auteure minimise la migration des prostituées d’extramuros à intramuros, décrite par d’autres historiens.

5La deuxième partie de l’ouvrage se concentre sur les liens qui existent entre prostitution et espaces de divertissement – débits de boisson, théâtres, café-concert, bals, etc. – et montre comment la transformation des premiers entraîne inexorablement l’évolution de la seconde. De nombreux espaces de loisirs se développent à partir du xixe siècle et deviennent des espaces spécifiquement dédiés à un public masculin, les femmes honnêtes ne pouvant s’y rendre qu’accompagnées, en prenant le risque de voir leur réputation entachée. Ainsi, alors que les cafés, les brasseries à femmes et autres débits de boisson, se développent considérablement dans le nouveau Paris des loisirs, ils deviennent, l’après-midi et le soir, des espaces de racolage importants. Les restaurants sont, quant à eux, fréquentés par les femmes galantes. Ces derniers connaissent également un essor considérable au xixe siècle : désormais, le repas des bourgeois ne se déroule plus à l’intérieur du foyer mais à l’extérieur, en tout cas pour les hommes. Ainsi, les bourgeois, afin de s’aligner sur le temps de la galanterie, retardent leur repas, entraînant la réhabilitation du souper, qui se déroule à la sortir du bal ou du théâtre et, par là même, l’apparition d’une nouvelle forme de prostitution galante, avec l’arrivée des soupeuses. Ces dernières divertissent leurs hôtes au restaurant, et les ramènent ensuite chez elles une fois qu’ils ont payé l’addition. Le commerce charnel dans les restaurants se fait à l’aide d’intermédiaires, les serveurs font office d’entremetteurs et les restaurateurs profitent de ce commerce fructueux : les repas pris avec les soupeuses se faisant la plupart du temps dans des cabines privées, où les tarifs sont deux fois plus chers que dans la salle. La forte présence de prostituées dans ces établissements de consommation s’achève au xxe siècle, avec la féminisation de la fréquentation des restaurants, brisant ainsi un entre soi masculin qui entraînait la présence des femmes de mauvaise vie.

6Le théâtre est souvent décrit comme un bordel à ciel ouvert, et ce jusqu’au xxsiècle. Comme dans les établissements de consommation, les femmes ne peuvent s’y rendre seules, sauf si elles se placent dans les loges, sorte de reconstitution de l’espace privé auquel elles sont destinées, laissant le reste de l’espace libre pour les femmes galantes. En plus des femmes galantes présentes dans la salle, les actrices sont également désignées comme des femmes vénales, souvent contraintes de se prostituer en plus de leur activité d’actrice pour payer les charges au théâtre ainsi que leurs costumes. Ainsi, le monde du spectacle et le demi-monde sont intrinsèquement liés, et pas uniquement au théâtre, puisque les prostituées gravitent autour de tous les autres lieux de spectacle : bals, café-concert, et particulièrement les Folies-Bergères, dancing, music-hall, aucun espace de loisirs qui se développe dans Paris n’échappe au commerce charnel. Ville du divertissement par excellence, Paris attire de nombreux touristes, venus de province ou de pays étrangers, désireux de découvrir la capitale autant pour ses loisirs que pour sa réputation sulfureuse. Ainsi, les touristes ont l’occasion d’acheter des bottins leur indiquant les bonnes adresses de la capitale pour obtenir du bon temps. Ce tourisme sexuel se développe particulièrement lors des Expositions universelles, le nombre de bordels de la capitale augmente alors considérablement.

7Ainsi, l’intérêt de l’ouvrage de Lola Gonzalez-Quijano est double : en plus de présenter les formes multiples de la prostitution parisienne, il permet également de découvrir l’évolution d’un Paris de loisirs et, par là même, de comprendre comment la prostitution agit comme un prisme sur la ville, et permet d’en découvrir les multiples facettes et le développement.

Haut de page

Notes

1 Notamment par Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs : les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Paris, Perrin, 2007. Les Filles de noce : misère sexuelle et prostitution : xixe siècle, Paris, Flammarion, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Roby, « Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour, filles et lieux de plaisir à Paris au xixe siècle, Paris, Vendémiaire, 2015. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 19 | 2015, mis en ligne le 07 octobre 2015, consulté le 24 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/3417

Haut de page

Auteur

Agathe Roby

Agathe Roby est doctorante médiéviste au laboratoire FRAMESPA (CNRS UMR 5136).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org