Navigation – Plan du site
Varia

L'exaltation d'une figure historique au théâtre : le général Spinola dans la comedia El Sitio de Bredá de Calderón

The Exaltation of a Historical Figure in Drama : General Spinola in the Comedia El sitio de Breda by Calderon
La exaltación de una figura dramática en el teatro : el general Spínola en la comedia El Sitio de Bredá, de Calderón
Cyril Merique

Résumés

Si Calderón a fortement été inspiré par les événements et par les personnages historiques de la reddition de Breda pour composer sa pièce El sitio de Bredá, il a également eu recours à de nombreux procédés poétiques afin d’élaborer ses personnages dramatiques, et plus particulièrement la figure du général Spinola. Comme le travail de reconstruction du dramaturge a certainement contribué à accroître la dimension héroïque de Spinola dans la pièce, nous examinons les liens qui se tissent entre discours historique et traitement fictionnel des personnages par le dramaturge, ainsi que la façon dont Calderón à mis en théâtre le discours historique de ses personnages dans le but de glorifier la magnanimité des vainqueurs.

Haut de page

Texte intégral

Diego Velázquez, La reddition de Breda (vers 1634)

Diego Velázquez, La reddition de Breda (vers 1634)

Diego Velázquez, La reddition de Breda (vers 1634), 3.67 m x 3.07 m, Musée du Prado, Madrid.

©Musée du Prado, Madrid.

  • 1 Pour une analyse approfondie du tableau de Vélasquez, voir Bartolomé Bennassar, Les lances de Bred (...)

1Immortalisée par Vélasquez dans l’un de ses tableaux les plus célèbres, La rendición de Breda (ca. 1634)1, cette victoire espagnole majeure du règne de Philippe IV, survenue le 5 juin 1625, assura le prestige de la très catholique Espagne, mais aussi tout d'abord la renommée de son acteur principal, le général Ambroise Spinola, stratège originaire de Gênes qui sut mener à bien le long siège conduisant à la victoire. La comedia de Calderón, qui précède de quelques années la toile de Vélasquez, ne se contente pas d’immortaliser la défaite du défenseur malheureux de Breda, Justin de Nassau, au moment où il remet les clefs de sa ville au général Spinola, elle s'applique surtout à peindre Spinola dans une attitude pleine de magnanimité envers l'adversaire auquel il épargne l’humiliante prosternation du vaincu.

  • 2 La critique diverge sur la question des dates de la composition de la comedia caldéronienne El si (...)

2 La vision idéalisée et très théâtrale du tableau peint par Vélasquez près d’une dizaine d’année après les événements pourrait devoir beaucoup, c'est notre hypothèse, à une influence directe de la comedia de Calderón, El sitio de Breda, dont la date de rédaction se situe, selon les spécialistes, entre 1626 et 16282. Calderón avait choisi de conclure spectaculairement sa pièce par l'épisode où le général Spinola, loin de manifester l'arrogance d'un vainqueur, se montre généreux et plein d'humilité face au vaincu. Comme le dramaturge recrée en partie, pour les besoins de sa pièce, la figure historique de Spinola, l'analyse des procédés de mise en théâtre du personnage permettra de donner la mesure de l'influence que la comedia a pu exercer sur la conception du célèbre tableau. Les procédés rhétoriques et dramatiques employés par le dramaturge pour exalter la figure du stratège génois concourent, de surcroît, à enrichir ce que nous savons de l'idéologie du jeune Calderón et à éclairer les enjeux de cette théâtralisation de l'histoire espagnole.

3 Ce n'est pas seulement dans la conclusion de la comedia mais dans tout son déroulement que nous mettrons en lumière l'entreprise laudative de Calderón, qui, tout au long de la pièce, souligne les qualités de stratège de Spinola, aussi bien à travers le discours dramatique du héros, qu'à travers les louanges que lui adresse son entourage. Nous citerons également, chaque fois que ce sera possible, les termes employés par la chronique historique de l'époque, afin de mieux mesurer l'originalité du traitement fictionnel opéré par Calderón.

  • 3 Herman Hugo, Sitio de Bredá rendida a las armas del Rey don Phelipe IV. A la virtud de la Infanta (...)

4 Dès le début de sa pièce, Calderón manifeste le souci constant de présenter Spinola comme un homme de terrain, expérimenté en matière de stratégie militaire. Tout le début du premier acte semble fidèle à la chronique historique publiée en espagnol en 1627 par le jésuite Herman Hugo3, peu après la reddition de Breda. Dans la partie liminaire de la pièce, Spinola, s'adressant à ses soldats, feint d'abord de faire marcher les troupes espagnoles sur la ville de Grave, en disposant ses hommes à l'arrière-garde, tandis que les garnisons étrangères occuperaient les postes d’avant-garde. Ce projet provoque les protestations des troupes espagnoles, bien décidées à ne pas céder aux autres nations les honneurs de la victoire. Aussi, lorsque le capitaine espagnol Alonso Ladrón, qui assume dans la pièce l'un des rôles comiques, s’insurge contre cette décision du général et déclare bruyamment son désir d'affronter l'ennemi en premières lignes (« […] ¿Cuándo, señor / en la retaguardia han ido / españoles que se ofrecen ? » [v. 375-377]), le général Spinola le réprimande et dévoile du même coup sa véritable stratégie, selon laquelle, dans le mouvement de troupes prévu, l'arrière-garde se retrouvera ensuite en position d'avant-garde :

Spínola

Basta, capitán Ladrón,

que yo sé en toda ocasión,

honrarlos como merecen. (v. 378-380)

[…] y avisad

que cuando ya marche el campo

a Grave, la retaguardia

venga la vuelta a Bredá,

pues con aquesto vendrá

entonces a ser vanguardia,

y a ser Bredá la cercada ;

que yo solo he pretendido,

con la muestra que he fingido,

que dejen desamparada

aquella fuerza, enviando

a Grave, con falso intento,

municiones y sustento. (v. 387-399)

5 Le dramaturge choisit le mode épique pour évoquer en détail, souvent au cours d'une longue tirade, les manœuvres militaires qui conduisirent Spinola à la victoire. Mais Calderón prend soin aussi d’attribuer systématiquement au général un rôle de personnage œuvrant avant tout par fidélité au roi d’Espagne, comme le montrent, par exemple, les paroles qui parachèvent la réplique suivante de Spinola :

Spínola […]

siempre imaginando

que este es el fin de una hazaña

tal, que a mí me ha de costar

la vida o ha de quedar

Bredá por el rey de España. (v. 400-404)

6 Le thème de la fidélité de Spinola au roi d’Espagne devient, dans la pièce, un véritable leit-motiv, au point que le dramaturge, dans son entreprise louangeuse, invente tout un épisode qui permet de lancer le deuxième acte de la comedia. On y voit Spinola lire une Gazette qui informe, entre autres événements, d'un soulèvement à Gênes, patrie d'origine du général. Ému et préoccupé par la menace que représente l’armée française pour Gênes, Spinola est tenté d'apporter son soutien sur ce front, mais après avoir brièvement hésité, le personnage fait passer son devoir de militaire avant ses intérêts personnels :

Spínola

Y aunque supiera también

que bastara a defenderlo

mi persona, no dejara

la empresa que en Flandes tengo,

por mi patria, por mi honor,

ni por mi vida. No puedo

al Rey servirle con más,

ni agradecerle con menos.

Génova tiene su amparo,

pues, ¿qué temor, qué recelo

puede ocuparla, si solo

el nombre de España ha puesto

terror al mundo, tocando

con sus manos sus extremos ? (v. 1059-1072)

7 Dans cet épisode, Calderón fait coup double : il replace, d’une part, le siège de Breda dans l’histoire récente de l’Espagne, en évoquant un événement historique réel : l’avancée de l’armée française sur Gênes. Mais, d’autre part, il crée dans la comedia une résonance entre les événements se déroulant en Italie et ceux qui se produisent en Hollande, afin d’exalter le choix vertueux du général de défendre avant tout les intérêts de la couronne espagnole. L’insertion dans l'argument de la pièce de cet « élément perturbateur » – la menace française sur Gênes –, est là pour créer un bref suspense, mais sutout pour souligner efficacement la noblesse du comportement de Spinola.

  • 4 Plusieurs fois dans la pièce les deux personnages comiques, Barlanzón et Alonso Ladrón, font allu (...)

8 Même si la pièce n'adopte jamais le ton du fanatisme religieux, on ne peut manquer de relever l’influence contreréformiste qui s’exerce sur le langage du dramaturge. Dès les premiers vers de la comedia, la formule « Liga católica » (v. 21), pour se référer aux troupes du général Spinola, vient contraster fortement avec l’expression ouvertement péjorative « aposentados con Lutero » (v. 56), désignant les populations hollandaises réformées. Mais c’est de préférence dans la bouche de deux personnages comiques, Alonso Ladrón et Barlanzón, que le dramaturge place les formulations les plus virulentes qualifiant les opposants protestants à la Couronne espagnole : « Un auto de inquisición / he de hacer destos herejes » (v. 343-344), s’exclame Barlanzón. Quant à Alonso Ladrón, il multiplie les termes péjoratifs à l’égard des adversaires : « ¡Oh, qué maldita canalla ! / […] / y tanto gusto me daba / verlos arder, que decía, / atizándoles las llamas : / “Perros, herejes, ministro / soy de la Inquisición santa” » (v. 824-830)4.

9 Une fois seulement au cours de la représentation, le dramaturge fait s’exprimer clairement le général Spinola sur la dimension religieuse du siège de Breda : « espero que el cuello dome / a esta herética arrogancia, / religión dañada y torpe » (v. 220-222). Mais les propos que Calderón prête à Spinola, significativement, s’avèrent plus mesurés que ceux des deux personnages comiques, la volonté du dramaturge étant de ne pas représenter le général sous les traits d’un fanatique. Pour cette raison, le Spinola de la pièce ne s’adresse pas de façon dénigrante à ses opposants, même si le dramaturge lui laisse parfois l'occasion de prononcer des propos clairement méprisants envers les réformés.

  • 5 Georges Güntert, op. cit., p. 74-75.
  • 6 Teresa J. Kirschner, « El discurso bélico en El asalto de Mastrique y El sitio de Bredá », dans C (...)
  • 7 L’on trouve très exactement ces paroles dans la pièce à propos de la réaction du Roi lorsque lui (...)

10 Nous ne suivons pas Georges Güntert5 lorsqu'il rejette la thèse de Teresa Kirschner selon laquelle « […] Calderón presenta la guerra de Flandes como una guerra santa glorificada en la que Dios y los cielos están claramente del bando del rey de España »6, et préférons penser, comme Teresa Kirschner, que la volonté du dramaturge est très nettement de glorifier la religion catholique. En témoigne, dans la pièce, l’allusion finale à la Fête-Dieu qui coïncide avec la victoire de Spinola (v. 3092)7, comme l’attestent les faits historiques, la victoire des Espagnols ayant eu réellement lieu le 5 juin 1625, juste avant les célébrations de la Fête-Dieu. Le triomphe de Spinola, la veille de la fête catholique par excellence, au cours de laquelle les fidèles célèbrent la victoire de leur religion sur l’hérésie protestante, est, comme on s'y attend, théâtralisé par le dramaturge comme le résultat de la Providence divine, le stratège génois devenant ainsi l'instrument des desseins de Dieu.

11 En revanche, nous restons plus prudent que Teresa Kirschner lorsqu'elle affirme, à la suite des propos cités précédemment, que l'adversaire protestant est diabolisé par le dramaturge :

  • 8 Teresa J. Kirschner, op. cit., p. 270.

La conflagración se configura además maniqueamente con la deificación de los españoles defensores del catolicismo y la representación demoníaca del enemigo protestante. El discurso en pro de la guerra es dominante y se sublima mediante la obtención de la fama8.

12 Remarquons tout d’abord que Calderón, qui n’écrira pourtant pas moins de 80 autos sacramentales, n’a jamais réécrit sous cette forme littéraire El sitio de Bredá, dont l’argument aurait parfaitement convenu pour représenter de façon manichéenne et allégorique l’affrontement entre catholiques et protestants, avec un dénouement qui survient, de surcroît, le jour de la Fête-Dieu. Teresa Kirschner a peut-être tendance à accorder trop d’importance à l’environnement religieux dans lequel se déroule l’histoire de la pièce. Si nous analysons la figure de Spinola dans cette comedia, il apparaît que le dramaturge cherche avant tout à mettre en avant les qualités d’homme vaillant, loyal et généreux du général, des qualités qui l'éloignent de tout fanatisme religieux face aux protestants. Les rebelles hollandais, dans la pièce, reconnaissent en Spinola un personnage noble : le comte Frédéric-Henri de Nassau, général hollandais qui a participé aux événements du siège de Breda aux côtés de son demi-frère Justin de Nassau, représenté dans la célèbre toile de Vélasquez, décrit ainsi Spinola, au cours du premier acte :

[…] noble ginovés

[…] altivo General

que al Rey de España convida

con la hacienda y con la vida

animoso y liberal. (v. 1487-1494)

  • 9 Herman Hugo, op. cit., p. 95.

13 Employant des mots très voisins, le chroniqueur jésuite Herman Hugo écrit que Frédéric-Henri de Nassau était « instruido en las artes de la milicia, y gran cortesano »9. Dans le passage de la pièce cité précédemment, Calderón fait donc exprimer au général hollandais son profond respect pour son adversaire au moyen d'une surabondance d'adjectifs louangeurs, « noble », « altivo », « animoso » et « liberal ». Tout ce passage est, d’une certaine manière, annonciateur du dénouement de la pièce, où vainqueurs et vaincus manifesteront de façon éloquente leur respect mutuel. Calderón ne met donc pas en scène des personnages guidés aveuglément par leur zèle religieux, mais bien plutôt de nobles personnages qui agissent suivant le code de l’honneur.

14 Mais c’est un autre personnage de la pièce, le Prince de Pologne, Vladislav Sigismond, qui prononce les paroles les plus flatteuses à l’intention de Spinola. Alors qu’il visite le camp des assiégeants, le prince exprime avec emphase sa profonde admiration envers le général :

Vivas, oh Ambrosio, cuyo brazo fuerte

es repetido Marte en la campaña,

dando al mundo terror, miedo a la muerte,

a Génova opinión y honor a España.

Vivas la edad del sol, en quien se advierte

un fénix, que en rayos baña

las plumas, con que nueva vida adquiere,

pues en ti nace cuanto en otros muere.

Que yo después de haberte conocido

ni glorias más, ni más honor deseo ;

que en tu presencia sólo he conocido

más triunfos que en imperios mil poseo.

¡Felice patria aquella que ha tenido

siempre tan celebrado su trofeo !

¡Felice por sus hijos su decoro ! (v. 1619-1633)

  • 10 Antonio Rodríguez Villa, auteur d’une volumineuse biographie sur Spinola assure que : « visitó al (...)

15 La forme poétique savante (il s’agit d’octavas reales), le ton hyperbolique, les comparaisons mythologiques entre Spinola et successivement le dieu Mars, puis le Phénix, la succession de phrases exclamatives, l’éloge constant du général et de sa patrie, tout dans ce passage contribue à glorifier l’image de Spinola qui est ainsi reconnu glorieusement par un Prince étranger pour ses qualités militaires. Cette vision poétique sublimée que l'on trouve dans ce passage de la pièce de Calderón permet de renforcer encore le portrait héroïque du général Spinola. Le Prince de Pologne s’est effectivement rendu dans le camp des assiégeants en 1624 pour y examiner toutes les défenses et fortifications mises en œuvre par Spinola et ses troupes mais, en revanche, rien ne nous est dit, dans les chroniques historiques, sur les paroles exactes qu’il aurait adressées en cette occasion à Spinola10. Ainsi, ce passage résume parfaitement à lui tout seul le ton à la fois épique et louangeur de la composition.

16 Le passage de la pièce sur lequel nous avons attiré l'attention dès le début de cette analyse, afin de mettre en lumière les motivations du dramaturge, reste cependant l’épisode de la capitulation finale, qui constitue à la fois la conclusion et le point culminant de la représentation dramatique. Spinola, qui vient de triompher après un long siège de neuf mois, est présenté sous les traits d’un homme au cœur généreux, en pleine démonstration de ses vertus de charité et d’humilité chrétiennes. L’échange célèbre entre Justin de Nassau vaincu et un Spinola qui sait vaincre sans triomphalisme est sans conteste le passage de la pièce doté du plus fort potentiel de théâtralité :

Justino

Aquestas las llaves son

de la fuerza, y libremente

hago protesta en tus manos

que no hay temor que me fuerce

a entregarla, pues tuviera

por menos dolor la muerte.

Aquesto no ha sido trato,

sino fortuna que vuelve

en polvo las monarquías

más altivas y excelentes.

Spínola

Justino, yo las recibo,

y conozco que valiente

sois, que el valor del vencido

hace famoso al que vence.

Y en el nombre de Filipo

Cuarto, que por siglos reine,

con más victorias que nunca,

tan dichoso como siempre,

tomo aquesta posesión. (v. 3190-3208)

  • 11 Diccionario de Autoridades (Aut.), « trato » : « Figuradamente se toma por traición oculta, e infi (...)
  • 12  Selon Vinaver, le niveau élevé de « bouclage » entre deux répliques (c'est-à-dire, la proportion d (...)

17 Dans la comedia, Justin de Nassau, désespéré mais courageux, remet les clefs de sa forteresse (« fuerza ») à Spinola, et confesse à son vainqueur que la mort lui serait plus douce et qu’il n’a pas trahi les siens (« Aquesto no ha sido trato11 »), car c’est bien le destin qui en a décidé ainsi (« sino fortuna »), le jeu de la guerre ayant donné cette fois-ci la victoire à Spinola. L’attitude digne et vaillante du vaincu est aussitôt mise en exergue dans les répliques du camp des vainqueurs. La présence d'un spectaculaire polyptote « valiente » / « valor », dans les premiers vers de la réponse de Spinola, fait écho au polyptote « fuerza » / « fuerce » de la réplique précédente de Justin de Nassau, traduisant en miroir la dignité conférée au vaincu. Calderón place aussi dans la bouche de Spinola le célèbre lieu commun selon lequel honorer l'adversaire revient à s’honorer soi-même (« que el valor del vencido / hace famoso al que vence ») utilisant à nouveau un somptueux polyptote sur un mode binaire, « vencido » / « vence », pour désigner le Hollandais. Ces paroles de Spinola font aussi écho à celles qu'a prononcées plus tôt le personnage de Justin de Nassau, au moment d’entamer la négociation avec les vaincus : « y puesto que ella [Breda] se humilla, / no hay que apretar demasiado, / que mayor nobleza ha sido tener lástima al vencido / que verle desestimado / con arrogancia » (v. 2693-2698). La grandeur d’âme de Spinola n’apparaît donc pas mise en théâtre seulement au tout dernier moment de la représentation, mais c’est tout au long de la pièce que le dramaturge prête à son personnage principal un discours héroïque préparant l’épisode final de la capitulation. Dans tout l’échange ultime, des effets d’échos se multiplient à l'envi entre les deux interventions des personnages. Par exemple, les mots « Aquestas llaves » qui ouvrent la réplique de Justin de Nassau sont presque repris littéralement par les termes « aquesta posesión » qui referment la réplique de Spinola. Le « bouclage » (pour reprendre un terme employé par Michel Vinaver12), entre les répliques est presque parfait, puisque la grande majorité du contenu sémantique de la réplique de Justin de Nassau se retrouve ensuite dans celle de Spinola (Justin de Nassau : remise des clefs / discours courageux du vaincu / discours sur le sort qui fait et défait les grandes monarchies // Spinola : acceptation des clefs / discours sur le courage manifesté par le vaincu / discours sur les honneurs revenant à Philippe IV et à la monarchie espagnole). Le rythme binaire donné par les polyptotes réitérés sert à marquer une puissante opposition entre les deux camps tout en plaçant les adversaires dans un rapport presque égal, les vainqueurs n’écrasant pas moralement les vaincus. Les éléments de mise en scène choisis par Calderón renforcent cette idée. La didascalie qui précède cet échange indique, en effet : « Salgan todos los que pudieren por una parte, y por otra, entrando los españoles, y después a la puerta Justino con una fuente, y en ella las llaves ». C’est cette composition dramatique de Calderón, aussi riche sur le plan de l’expressivité visuelle que sonore, que Vélasquez nous semble avoir reflétée dans son tableau La reddition de Breda.

18 Dans l’épisode final de la pièce, les paroles qu'échangent Justin de Nassau et Spinola, et qui contribuent à renforcer la figure héroïque du général génois, sont de l'invention littéraire du dramaturge. Cela signifie-t-il que l’image laissée à la postérité par le général Spinola est seulement le fruit d’une reconstruction artistique menée à bien successivement par Calderón, Vélasquez, et d’autres après eux ? Ce serait oublier la chronique du Père Herman Hugo, qui décrit en ces termes le moment de la reddition :

  • 13 Herman Hugo, op. cit., p. 120.

[El general saludó] cortésmente (humaniter salutans) a cada uno de los Capitanes que pasaban, y en particular al Gobernador Nassau, venerable por sus canas, a su mujer e hijos, al de Don Emanuel de Portugal, y dos naturales del Principe Mauricio ; volviendo ellos a saludarle con semblante y palabras que declaraban su constancia (compositis in constantiam vultibus vocibusque) : inclinaron modestamente las banderas. No se oyó ninguna voz afrentosa de parte a parte ; callados se sonreían (vultus taciti arridebant) […] el general admitió los oficios de la común benevolencia con igual modestia y gusto13.

19Le jésuite a même ajouté en marge, au sujet de l’attitude du général Spinola : « A quien [a Justino] se mostrómuy humano […] y no menos modesto en los parabienes que recibía ».

  • 14 Simon Anselmus Vosters, op. cit.,p. 35. Simon Vosters met en doute le récit de la remise des clefs (...)
  • 15 Ibid., p. 37. Cette citation tirée de la chronique du Père Hugo est rapportée par le chercheur ho (...)

20 L'esprit de cette source chronistique, qui comme toute entreprise similaire est susceptible de magnifier elle-même la réalité, a pu inspirer à Calderón l'atmosphère de sa pièce, où la préoccupation principale n’est pas tant la réalité historique que l’esprit chevaleresque et charitable dont on ne doute pas qu'était aussi animé le Spinola historique14. Le Père Hugo, en sa qualité de confesseur du général Spinola, avait du reste mis en garde celui-ci contre les dangers de l'esprit de vengeance : « es mayor ganancia del tiempo, que de los despojos, o ignominia del enemigo : pues debe el General tener más en cuenta con la Magestad, que con su propia gloria, evitando la avaricia […] »15, ajoutant dans la marge :

  • 16 Ibid., p. 37-38. Ces différentes citations tirées de la chronique d'Herman Hugo sont rapportées p (...)

Pero el Marqués, entendiendo que saben más los que más blandamente castigan, y que es la opinión de la clemencia mejor que el nombre de la severidad, […] tenía por mayor ganancia aun el mínimo espacio del tiempo, que los despojos no grandes de toda Breda ; o alguna ignominia del enemigo que se había defendido valerosamente […] y juzgó asimismo que debía más tener cuenta con la clemencia, y Magestad de su Rey, cuyas partes hacía en este lugar, que con su propia gloria o venganza […]16.

21Même si Calderón s’écarte de la stricte vérité historique, il dut y avoir à Breda un climat de respect mutuel entre les chefs de guerre principaux des deux armées, Justin de Nassau et Spinola, réalité mise en théâtre avec efficacité par la puissante scène finale. Mais peut-être Calderón force-t-il le trait en réinterprétant les sentiments des généraux présents sur le champ de bataille à Breda. Cette réinterprétation, plutôt que re-création, est directement mise au service de la monarchie, l’attitude humble de Spinola permettant au vainqueur d’apparaître encore plus noble et généreux qu’il ne l’était peut-être réellement, et au vaincu de ne pas être rabaissé dans son honneur. La Monarchie et l’Église sont ainsi glorifiées, la religion catholique n'apparaissant pas sous des traits fanatiques puisque le général fait preuve de vertu chrétienne, en se montrant clément envers des réformés. Comme l’écrivait Juan Eugenio Hartzenbusch au xixe siècle : « [dans la pièce El sitio de Bredá] aparecen dos hombres distintos : Calderón español y católico del siglo xvii, Calderón caballero y filósofo de todos los siglos ».

  • 17 Vélasquez, dans son tableau La Reddition de Breda, traduit très bien l’idée d’ordre du côté des E (...)

22 L’ultime tableau de la pièce, dans cette spectaculaire scène reprise plus tard par Vélasquez, révèle bien au spectateur la signification principale de l’œuvre dramatique. Ce n’est pas l’intrigue qui compte dans cette comedia puisque la fin est connue des spectateurs dès les premiers vers et que l’action elle-même est très secondaire. Calderón se sert avant tout des personnages, et surtout de la figure de Spinola, pour faire en sorte que, sur scène, l’ordre triomphe du chaos17 : c’est par le biais d’une figure pétrie de vertu chrétienne et de générosité chevaleresque que les desseins de la Providence se réalisent.

23 Une première mise en mots de l'épisode historique par le chroniqueur jésuite, suivie d'une mise en théâtre au fort pouvoir imageant par un grand dramaturge ont permis de créer une synergie inspirant cette puissante synthèse visuelle du tableau de Vélasquez où s'exprime, sans désormais avoir recours au langage articulé, la politique monarchique de respect du vaincu et l'héroïcité d'un général, quasi sanctifié dans son attitude humble et magnanime.

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse approfondie du tableau de Vélasquez, voir Bartolomé Bennassar, Les lances de Breda, de Vélasquez, Paris, Armand Colin, 2008. Le présent article ne se situe pas sur le terrain des sources graphiques proprement dites. Voir, à ce sujet, le récent et très documenté article de Bonaventura Bassegoda, où il est suggéré que, pour la composition de ce tableau, Vélasquez s'est inspiré d'une gravure de l'atelier de Frans Hogenberg (ca. 1535-1590), où l'on représente une rencontre amicale entre Ambroise  Spinola et Maurice de Nassau, en février 1608, nouvelle source graphique qui s'ajoute à celle que l'on connaissait jusque-là, l'œuvre du graveur Bernard Salomon (ca. 1506-1561), montrant la rencontre entre Melchisédech et Abraham, dans un livre de Claude Paradin (ca. 1510-1573), Quadrins historiques de la Bible, Lyon, Jean de Tournes, 1553.

2 La critique diverge sur la question des dates de la composition de la comedia caldéronienne El sitio de Bredá. D’un côté, Emilio Cotarelo y Mori, Luis Ignacio Feijoo et Shirley Whitaker pensent que Calderón a composé sa pièce immédiatement après la reddition de la ville de Breda (survenue le 5 juin 1625). Mais les arguments donnés par les chercheurs ne nous semblent guère convaincants. Le jeune Calderón, dont la renommée restait pourtant à faire, aurait eu accès à tous les détails concernant le siège de Breda grâce aux secrétaires du Comte-Duc d’Olivares. Aucun document ne vient pourtant confirmer cette hypothèse. Il semble préférable de penser, à l’instar de Johanna Schrek et de Simon Anselmus Vosters, que Calderón aurait puisé tous les détails concernant le siège de Breda dans la chronique rédigée par un témoin oculaire, le Père Herman Hugo (confesseur de Spinola), dont l’editio princeps, en latin, date de 1626, et la version espagnole de 1627. De plus, comme le suggère Vosters, Calderón aurait pu faire représenter sa pièce en 1628 au palais du Marquis de Spinola, lors de son séjour madrilène (mars-juin 1628). Il n'est d'ailleurs pas rare, au siècle d'Or, que la publication d'un ouvrage en prose, chronique ou fiction, entraîne la composition d'une pièce de théâtre sur le même sujet. Sur ces questions, voir Emilio Cotarelo y Mori, Ensayo sobre la vida y obras de D. Pedro Calderón de la Barca, Madrid, Boletín de la Real Academia Española, 1922, p. 123 ; Pedro Calderón de la Barca, Comedias I. Primera parte de comedias, 2006, p. xlii ; Shirley B. Whitaker, « The first performance of Calderón’s El sitio de Bredá » dans Renaissance Quarterly, XXXI, 1978, p. 515-531 ; Johanna R. Schrek, El sitio de Bredá de Don Pedro Calderón de la Barca, edición crítica con introducción y notas, Utrecht, Mémoire de Doctorat, 1957 ; Simon Anselmus Vosters, La rendición de Bredá en la literatura y arte de España, Londres, Tamesis Books, 1973, p. 122 ; Georges Güntert, La comedia de Calderón : discurso social y sabiduría poética, Santiago de Compostela, Editorial Academia del Hispanismo, 2011, p. 62-64.

3 Herman Hugo, Sitio de Bredá rendida a las armas del Rey don Phelipe IV. A la virtud de la Infanta Isabel. Al valor del Marqués Ambr. Spinola. Iustificacion de las acciones de España, Anvers, Plantin, 1627, [s. l.], [s. n.]. Voir l'édition digitalisée recensée sur le site http://www.lib.uchicago.edu/e/su/hist/taveratitles.html, Obras clásicas sobre los Austrias. Siglo xvii [CD-Rom] DP170.8 .O373 1998 JMedia CDRom.

4 Plusieurs fois dans la pièce les deux personnages comiques, Barlanzón et Alonso Ladrón, font allusion aux Hollandais en tant qu'adversaires religieux : « ¿Qué piensan estos perros luteranos ? » (v. 957) ; « Sin duda quieren quemarse / los herejes » (v. 2595-2596) ; « No espanta el fuego a un hereje » (v. 2933) ; etc.

5 Georges Güntert, op. cit., p. 74-75.

6 Teresa J. Kirschner, « El discurso bélico en El asalto de Mastrique y El sitio de Bredá », dans Calderón 2000. Homenaje a Kurt Reichenberger en su 80 cumpleaños, ed. Ignacio Arellano, Pamplona, 2002, vol. 2, p. 270.

7 L’on trouve très exactement ces paroles dans la pièce à propos de la réaction du Roi lorsque lui est annoncée la reddition de Breda : « Alegrose con la nueva, / y dice, señor, que quiere / oír la primera misa / que en la villa se celebre, / y que la diga su Obispo / día del Corpus, con solene / fiesta » (v. 3084-3093). 

8 Teresa J. Kirschner, op. cit., p. 270.

9 Herman Hugo, op. cit., p. 95.

10 Antonio Rodríguez Villa, auteur d’une volumineuse biographie sur Spinola assure que : « visitó al ejército sitiador el Príncipe de Polonia y Suecia, Ladislao Segismundo, a quién hospedó Spínola con regio aparato y magnificencia, y después de recorrer y examinar todas las defensas y fortificaciones, no pudo menos de manifestar que habían echado suertes los dos mayores capitanes, Spínola y Mauricio, y que en ellas se perdería la reputación del uno ». En note, l’auteur cite même l’extrait d’une lettre qui corrobore ces affirmations. Antonio Rodríguez Villa, Ambrosio Spínola, primer Marqués de los Balbases, Madrid, Real Academia de la Historia, 1905, p. 425.

11 Diccionario de Autoridades (Aut.), « trato » : « Figuradamente se toma por traición oculta, e infidelidad, con que faltando a la fe debida, se ofrece entregar alguna Plaza, Ciudad, o Fortaleza al enemigo ».

12  Selon Vinaver, le niveau élevé de « bouclage » entre deux répliques (c'est-à-dire, la proportion de termes d'une réplique directement régis par ceux de la précédente), peut servir, par exemple, à exprimer efficacement les liens d'estime ou de dépendance entre les personnages. Voir Michel Vinaver, Écrits sur le théâtre, Lausanne, Éditions de l'Aire, 1982 ; Écritures dramatiques, Arles, Actes Sud, 1993.

13 Herman Hugo, op. cit., p. 120.

14 Simon Anselmus Vosters, op. cit.,p. 35. Simon Vosters met en doute le récit de la remise des clefs de la forteresse qui n’apparaît que dans une lettre de l’époque peu fiable, car cette habitude n’avait de toute façon pas cours aux Pays-Bas.

15 Ibid., p. 37. Cette citation tirée de la chronique du Père Hugo est rapportée par le chercheur hollandais dans son étude consacrée à la Reddition de Breda.

16 Ibid., p. 37-38. Ces différentes citations tirées de la chronique d'Herman Hugo sont rapportées par le chercheur hollandais.

17 Vélasquez, dans son tableau La Reddition de Breda, traduit très bien l’idée d’ordre du côté des Espagnols, tandis que le camp des Hollandais est représenté plastiquement de façon plus chaotique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Diego Velázquez, La reddition de Breda (vers 1634)
Légende Diego Velázquez, La reddition de Breda (vers 1634), 3.67 m x 3.07 m, Musée du Prado, Madrid.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Merique, « L'exaltation d'une figure historique au théâtre : le général Spinola dans la comedia El Sitio de Bredá de Calderón », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 19 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/3385 ; DOI : 10.4000/framespa.3385

Haut de page

Auteur

Cyril Merique

Cyril Merique, membre associé de FRAMESPA (LEMSO), agrégation et doctorat d'espagnol, spécialité : théâtre espagnol religieux du XVIe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org