Navigation – Plan du site
Document

Mémoire et sources de l'immigration en Lot-et-Garonne

Sandrine Lacombe

Résumé

Le fleuve Garonne a, au fil des décennies, apporté avec lui, sur les terres de ses vallées, nombre d'individus venus d'ailleurs ou de loin. L'association « Ancrage en partage», qui édite la revue Ancrage née en 2002, poursuit, selon ses objectifs et statuts, la constitution d'un fonds mémoriel sur les courants migratoires de la région, composé de documents écrits, iconographiques et sonores. La mémoire de l'immigration maghrébine y tient toute sa place. En complément de ces histoires vivantes qui construisent leur mémoire, les Archives départementales, par leur collecte d'archives administratives, apportent un autre type de matériau pour l'écriture de cette histoire. Les territoires fortement marqués par l'immigration permettent, en effet, d'opérer des choix servant les enjeux de cette mémoire.

For decades, the Garonne River has brought into its valleys numerous people from elsewhere and far away. The association ‘Ancrage en partage’, which publishes the journal Ancrage, founded in 2002, and in line with its objectives and bylaws, goes on developing local data archives on the migratory movements in the area. These archives are composed of written, iconographic, and audio documents. The memory of the North-African immigration has a major role. In addition to these living stories which build their memory, the local archives service, by collecting administrative records, provides a different kind of material for the writing of the history of these movements. Indeed, areas heavily impacted by immigration enable to make choices which are useful when the issues of this memory are concerned.

Con el paso de las décadas, el río Garona atrajo hasta las tierras de sus valles a numerosos individuos venidos de otras regiones o de tierras más lejanas. La asociación « Ancrage en partage», editora de la revista Ancrage nacida en 2002 pretende constituir, de acuerdo con sus objetivos y estatutos, un fondo conmemorativo sobre las corrientes migratorias de la región compuesto de documentos escritos, iconográficos y sonoros. En este contexto, la memoria de la inmigración magrebí desempeña un papel señero. Como complemento de las historias vivas que construyen su memoria, los Archivos departamentales proporcionan, mediante la recopilación de archivos administrativos, otro tipo de material para la escritura de su historia. En efecto, los territorios fuertemente impactados por la inmigración permiten seleccionar datos de mucha utilidad para la valoración de dicha memoria.

Haut de page

Texte intégral

1Le Lot-et-Garonne est un département d’Aquitaine traversé par le fleuve Garonne dont la particularité, comme la rivière Lot, est de drainer dans sa vallée une importante population venue d'ailleurs.

  • 1 Aquitains d'ici et d'ailleurs, apports et enjeux des immigrations pour le développement de l'Aquit (...)

2En Aquitaine, l'immigration maghrébine est essentiellement marocaine. En 20091, les Portugais (37 000 personnes environ) tenaient le premier rang des immigrés présents devant les Espagnols (29 000) et les Marocains (28 000), au troisième rang. La population maghrébine constituait 21,7 % des immigrés (pour 30,4 % au niveau national). La population marocaine d'Aquitaine, surtout présente dans les départements de Gironde et de Lot-et-Garonne ne représentait cependant que 4,2 % des Marocains installés sur le sol national.

Fig. 1. Zined Bouzaboune, Algérie

Fig. 1. Zined Bouzaboune, Algérie

© Photo Ancrage, s. d., droits réservés

  • 2 Chiffres du bureau de la nationalité et des étrangers de la préfecture du département. Il n'y a pa (...)

3En Lot-et-Garonne, au 31 décembre 19952, sur 18 136 étrangers (de 79 nationalités), les 7 645 Marocains se plaçaient au premier rang (soit 29 %). Suivaient les Italiens (2 798), les Portugais (1 960), les Espagnols (1 529), les Algériens (1 072), les Britanniques (917) ; les Tunisiens, parmi les autres nationalités moins significatives se trouvant au-delà du dixième rang. De fait, dans la région comme dans le département, les Tunisiens sont très peu nombreux.

4Dans ce territoire fortement marqué par une longue tradition d'immigration, des initiatives contribuant à la mémoire de ce phénomène ont vu le jour, encouragées et reconnues par les pouvoirs publics.

La revue Ancrage3 : une initiative originale

  • 3 Précisons qu'il ne s'agit pas de l'association Ancrages (avec un s final) qui œuvre à la mémoire d (...)
  • 4 Le RAHMI a été fondé en 2007 dans la continuité de la création de la CNHI dont il est partenaire. (...)

5Née en 2002, Ancrage est une revue trimestrielle fondée par un groupe d'anciens journalistes régionaux, parrainée par Claude Julien, ex-directeur du Monde diplomatique, sa femme Jacqueline et Pierre Sansot, écrivain et universitaire. Tirée à 600 exemplaires (dont 450 diffusés par abonnement), elle a pour partenaires l'Agence pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSÉ), la Cité nationale de l'histoire de l'immigration (CNHI), la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Aquitaine, le Conseil régional, le Conseil général de Lot-et-Garonne, des communautés de communes, la Ligue de l'enseignement, le Réseau aquitain d'histoire et mémoire de l’immigration (RAHMI)4, etc.

  • 5 Propos tenus par Joël Combres dans une conversation avec l'auteur.

6Selon son rédacteur en chef, Joël Combres, dont je cite les propos, « Ancrage est une métaphore illustrant le rassemblement en un même port, le Lot-et-Garonne, des équipages divers venus du monde entier »5. Le sous-titre initial de la revue était « la mémoire des communautés de Lot-et-Garonne », devenu depuis 2006 « la mémoire des métissages du Sud-Ouest ». Toujours selon Joël Combres, « c'est une évolution purement géographique liée à l'audience d'Ancrage qui a progressivement été sollicitée par d'autres institutions et des sujets hors département, ainsi la maison d'Elne, les Roms de Bordeaux, les tirailleurs du Gers, les Justes de Moissac, etc. De plus, la ligne éditoriale se reconnaissait mieux dans le terme de métissages que dans celui de ‘communautés’, du fait notamment du glissement possible vers l'idée de communautarisme ».

7Depuis 2011, le comité de rédaction a été entièrement renouvelé et la revue est portée par l'association « Ancrage en partage ». À travers la publication de portraits, elle donne la parole aux protagonistes de la première à la troisième génération issues de l'immigration. Elle constitue ainsi, au gré de ces rencontres, un fonds mémoriel sur les courants migratoires de la région rassemblant documents écrits, photographies et enregistrements. Ancrage a pu participer à un programme de collecte de la mémoire orale en partenariat avec le RAHMI, la CNHI et les Archives départementales de Lot-et-Garonne. Elle soutient les collectivités territoriales et les associations travaillant sur les thématiques migratoires ou citoyennes en participant à leur démarche, à l'animation de débats ou tables rondes. Elle se veut présente partout où l'on combat le racisme et la discrimination et s'inscrit dans un réseau rassemblant des mouvements tels que le Réseau éducation sans frontières, Amnesty international, Attac, la Ligue des droits de l'homme, le Comité catholique contre la faim et pour le développement. Jusqu'en 2011, ses membres animaient des ateliers d'écriture dans les établissements scolaires du département, en particulier dans le bassin industriel du Fumélois : les élèves partaient à la découverte de leurs propres origines ou de celles de leur entourage et la revue éditait le fascicule réalisé intitulé « D'un pays à l'autre ».

  • 6 Lot-et-Garonnais du monde entier, Agen, Conseil général de Lot-et-Garonne, 2014.

8Avec peu de moyens, Ancrage essaie d'être un témoin et un élément capital dans la construction de la mémoire des phases migratoires de la région et travaille à l'élaboration de deux expositions itinérantes : l'une classique, à partir de panneaux photos et de portraits, l'autre sous forme interactive en faisant usage des nouvelles technologies. C'est à partir des ressources d'Ancrage en partage qu'une publication récente du Conseil général de Lot-et-Garonne6 présente au grand public les métissages qui forment la population de ce territoire.

  • 7 Cf. Revue Ancrage, n° 8, 10, 12, 15, 17, 20-23, 25-26, 33, 35-38, 40-41.

9L'immigration maghrébine a fait l'objet de plusieurs numéros7. La Tunisie n'a été évoquée qu'une fois, à travers le portrait d'un Français d'origine tunisienne engagé ici comme là-bas dans les mouvements d'avancées démocratiques. Si la touche tunisienne de la mosaïque a été si peu mise à l'honneur, c'est le reflet d'une présence très minoritaire sur le sol lot-et-garonnais.

10Le Maroc a été abordé dans deux reportages portant sur les personnes venues travailler dans les hauts-fourneaux de Fumel et sur les tirailleurs et par les portraits d'un natif du Maroc saharien, d'un joueur de rugby professionnel en Lot-et-Garonne et membre de l'équipe nationale marocaine, d'un jeune lycéen expulsé, de l'auteur Ahmed Dich, d'une jeune fille issue de l'immigration marocaine, étudiante en langues étrangères, dont l'occitan qu'elle parle parfaitement. Du fait de son importance sur le territoire local, l'histoire de l'immigration marocaine mériterait sans doute encore d'être approfondie.

  • 8 « Il y a cinquante ans : Algérie, l’indépendance et l’exil », Ancrage, n° 42, octobre 2012.

11Une place prépondérante a été donnée à l'Algérie. Douze articles présentent soit des migrants sortis de l'ombre (portraits croisés de trois comédiens de Lot-et-Garonne venant d'Algérie, portrait de Mokhtar Kachour, alors inspecteur d'académie de Lot-et-Garonne), soit les divers protagonistes d'une immigration non choisie (harkis et pieds-noirs), ou encore ceux qui s'en sont fait proches et peuvent témoigner de l'histoire de ces populations (ainsi le docteur Jammes, médecin des harkis de Bias de 1970 à 2000 et Denise Bourgois, ancienne assistante sociale dans le même camp). Le numéro spécial d’octobre 20128 a fait écho aux initiatives commémorant la fin de la guerre d'Algérie.

Fig. 2. Atelier couture au camp de harkis de Bias

Fig. 2. Atelier couture au camp de harkis de Bias

© Collection privée, s. d., droits réservés

Collecter et valoriser, le rôle des Archives départementales

12Les Archives départementales de Lot-et-Garonne souhaiteraient être un des lieux ressources garants de la mémoire de l'immigration.

  • 9 À laquelle a succédé le Service interministériel des Archives de France.
  • 10 Les étrangers en France. Guide des sources d’archives publiques et privées xixe-xxe siècles, Pari (...)
  • 11 Devenu Office français de l'immigration et de l'intégration (OFFI), dont il n'existe plus d'antenn (...)

13L'état des sources sur les étrangers publié en 1999 par la Direction des Archives de France9 et l'association Génériques10 est déjà un précieux outil mais nécessite des mises à jour du fait des versements contemporains effectués depuis. Nous avons donc le projet de compléter et d'actualiser cet instrument de recherches. D'une manière générale, on peut considérer comme principales sources les archives de l'état civil et du recensement de population, les archives des communes et des hôpitaux, les archives d'organismes tels le SSAE (Service social d'aide aux émigrés)11. Parmi les archives publiques, les archives préfectorales (cabinet du préfet et bureau de la nationalité et des étrangers) comme les archives policières des renseignements généraux et des commissariats de police sont parmi les plus riches pour l'histoire de l'immigration.

14Une importante opération de collecte a démarré en 2013 auprès du bureau de la nationalité et des étrangers de la préfecture de Lot-et-Garonne. À la faveur de l'intervention de nouveaux chefs de bureaux plutôt jeunes, ayant une conscience des archives ou confrontés au problème de place, nous avons pu apporter des préconisations en terme d'archivage et une aide à la préparation des versements et des éliminations. En plus des versements concernant les naturalisations, nous en avons pris un en charge, constitué de réglementation, registres de délivrance de titres de séjour, statistiques, dossiers de régularisation d'étrangers (notamment les régularisations massives de 1981) ou concernant des réfugiés et d'autres problématiques particulières de l'immigration. Nous avons également réussi à récupérer un énorme fichier alimenté des années 1930 jusqu'au milieu des années 1980. En outre, plusieurs agents de ce service ont effectué un tri dans le local de pré-archivage en fonction de la DUA (durée d'utilité administrative) des dossiers déterminée par l'administration productrice.

Fig. 3. Fichier des étrangers

Fig. 3. Fichier des étrangers

© Archives départementales du Lot-et-Garonne

15C'est à la suite de ce premier tri qu'interviennent les archivistes pour opérer un tri d'ordre historique qui, au bout du compte, donnera lieu à un versement conséquent aux Archives départementales de dossiers de demandes de titres de séjour des étrangers et à une non moins conséquente élimination. Il s'agit donc de constituer les archives définitives. En raison de l'énorme production de papier des administrations et du manque de place, il n'est pas possible de tout garder. Ainsi, nous ne pourrons malheureusement pas réaliser la collecte d'envergure de nos collègues des Hautes-Pyrénées qui ont pu tout recueillir, soit 345 mètres linéaires de dossiers et fichiers. La conjoncture est ici en cause, la préfecture ne pouvant attendre plus longtemps pour effectuer cette opération d'archivage et les locaux des Archives départementales de Lot-et-Garonne ne pouvant accueillir l'ensemble des dossiers. C'est ainsi que se prépare l'histoire, sans bénéficier de l'exhaustivité des matériaux pour l'écrire. Il manquera toujours des documents qui, pour une raison ou une autre, ont été détruits. Les archives demeurent un spécimen, autrement dit une image malgré tout assez fiable de l'histoire, même si celle-ci n'apparaît pas dans son entier, car l'archiviste, aidé par la réglementation et les courants de la recherche historique, procède à un échantillonnage pour préparer le matériau des historiens d'aujourd'hui, pour l'histoire immédiate, et de demain. Grande est la responsabilité de l'archiviste contemporain, effectuant son travail au carrefour entre histoire et mémoire, sans être jamais sûr de bien faire.

16Dans le cas du tri historique au bureau de la nationalité et des étrangers, face à la grande masse de dossiers d'étrangers n'ayant pas été naturalisés, nous avons déterminé nos propres critères. Il semblait primordial de conserver des dossiers reflétant ou illustrant les différentes phases migratoires dans le département : Italiens de l'entre-deux-guerres, réfugiés espagnols, Portugais des années 1960, Marocains des années 1970, Indochinois et Algériens arrivés après les conflits de la décolonisation, Britanniques et Polonais des années 1990, etc., ainsi que les dossiers les plus anciens, ceux de personnes présentes pendant les deux guerres mondiales ou illustrant des parcours de résistants, mais également ceux relatifs à des nationalités singulières, peu représentées, ou reflétant un autre type de réalité sociologique (par exemple, la présence, en cette terre d'Ovalie, de joueurs de rugby professionnels étrangers, ou encore le recrutement de membres du clergé étrangers), sans oublier les dossiers les plus épais susceptibles de mettre en lumière des parcours ou problématiques particuliers. Nous tâchons ainsi de restituer une photographie aussi proche que possible de la réalité migratoire locale au xxe siècle.

Dynamiques conjointes et soutien des pouvoirs publics

  • 12 Le Lot-et-Garonne à l'heure des accords d'Évian, Agen, Archives départementales de Lot-et-Garonne, (...)
  • 13 Voir le témoignage du docteur Patrick Jammes, Médecin des harkis au camp de Bias, 1970-2000, Paris (...)

17La mémoire passe par une exploitation et une valorisation des archives et un soutien aux initiatives qui vont en ce sens. Des liens d'amitié et de confiance se tissent, les échanges peuvent se faire aussi à partir des réseaux. Les Archives départementales ont ainsi souhaité soutenir une toute jeune association, Zeitoun, qui entend faire connaître l'histoire de la guerre d'Algérie et la mémoire des harkis de Lot-et-Garonne en constituant un centre d'informations et de documentation, et en promouvant la culture originelle (par des ateliers cuisine, danse, théâtre). Pour l'inauguration de ses locaux, elle s'est rapprochée des Archives pour recueillir des informations et emprunter des panneaux de l'exposition de 2012 sur les accords d'Évian, vus du département. L'élaboration de cette exposition associée à une publication12 demeure une expérience forte. Il s'agissait de restituer au public l'histoire des relations entre l'Algérie et le Lot-et-Garonne, dont la guerre et ses conséquences (et notamment le camp pour harkis de Bias encore trop méconnu)13, en essayant d'ouvrir une voie de réconciliation des différentes mémoires. Au cours des visites commentées, divers protagonistes de cette guerre ont apporté des témoignages touchants en ce sens.

  • 14 En lien notamment avec le RAHMI.
  • 15 Comme les expositions sur les travailleurs indochinois requis pendant la Seconde Guerre mondiale, (...)

18La revue Ancrage comme les Archives départementales de Lot-et-Garonne sont chacune porteuses d'une part de la mémoire des immigrations, elles sont aussi partenaires et témoins de la construction de cette mémoire. Les Archives peuvent fournir aux rédacteurs le matériau nécessaire à l'élaboration d'articles de fond et de hors-séries, tandis que, dans le cadre de la conservation de la mémoire14, l'équipe de la revue y dépose désormais les entretiens oraux de migrants qu'elle réalise. Nous sommes là à la croisée de l'histoire immédiate et de la préparation des outils pour l'historien de demain. Le lien est encore plus évident depuis que deux archivistes ont rejoint le comité de rédaction de la revue ; Ancrage se fait alors l'écho des actions de valorisation des Archives départementales15.

19Le Lot-et-Garonne étant particulièrement concerné par la présence de populations immigrées, le Conseil général a soutenu assez vite l'action d'Ancrage et reconnu le rôle que pouvaient jouer les Archives départementales dans la préservation de la mémoire. Ainsi, ces deux structures ont-elles été pressenties par la collectivité territoriale pour être auditionnées par le Conseil économique, social et environnemental régional (CESER) d'Aquitaine en mai 2013. Dans un souci de rendre compte des apports et enjeux de l'immigration pour la région, sa commission « Cadre de vie et solidarités » a procédé à un audit de tous les départements afin de rédiger un rapport sur le territoire. Le Conseil général de Lot-et-Garonne a fait appel aux Archives départementales pour y participer.

20Enfin, le CESER d'Aquitaine a ouvert un plan d'action régional pour l'intégration des immigrés (PARI) où Ancrage comme les Archives départementales ont leur place, en particulier dans l'axe « Mémoire et connaissance comme outils d'intégration ». La production de nouveaux instruments de recherche et la valorisation des fonds sont ainsi de mise.

21Remontant essentiellement aux trente ou quarante dernières années du xxsiècle, les immigrations maghrébines sont, finalement, assez récentes. Elles ont donc, pour l'heure, moins suscité la curiosité et la recherche que celles espagnoles et italiennes, plus anciennes, qui ont pris une part conséquente dans la construction du paysage économique et social (Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, développement agricole du territoire, etc.). L'enjeu de cette mémoire transparaît dans l'angle d'attaque de l'audit mené par le CESER, celui des apports de l'immigration à la région. Certains en ont conscience, d'autres pas, il peut donc être capital d'apporter ces éléments d'histoire, sachant que le champ de la recherche sur l'immigration maghrébine dans notre région est largement ouvert et que tout, ou presque, reste à faire.

Haut de page

Notes

1 Aquitains d'ici et d'ailleurs, apports et enjeux des immigrations pour le développement de l'Aquitaine, Bordeaux, Conseil économique social et environnemental régional d'Aquitaine, Conseil régional, juillet 2013.

2 Chiffres du bureau de la nationalité et des étrangers de la préfecture du département. Il n'y a pas pour l'instant d'éléments plus récents dans les versements effectués aux Archives départementales.

3 Précisons qu'il ne s'agit pas de l'association Ancrages (avec un s final) qui œuvre à la mémoire des migrations en région PACA et qui est une structure relativement importante avec des moyens conséquents.

4 Le RAHMI a été fondé en 2007 dans la continuité de la création de la CNHI dont il est partenaire. Composé de différents collèges (associations, collectivités territoriales, médias, universitaires, monde de l’entreprise, partenaires institutionnels et établissements culturels) qui mutualisent leurs compétences au service de l’histoire et de la mémoire des migrants, il est un lieu de dialogue, de réflexion, d’échanges et de co-construction entre ces différentes composantes, les associations membres ayant une place majeure en tant qu’acteurs de terrain.

5 Propos tenus par Joël Combres dans une conversation avec l'auteur.

6 Lot-et-Garonnais du monde entier, Agen, Conseil général de Lot-et-Garonne, 2014.

7 Cf. Revue Ancrage, n° 8, 10, 12, 15, 17, 20-23, 25-26, 33, 35-38, 40-41.

8 « Il y a cinquante ans : Algérie, l’indépendance et l’exil », Ancrage, n° 42, octobre 2012.

9 À laquelle a succédé le Service interministériel des Archives de France.

10 Les étrangers en France. Guide des sources d’archives publiques et privées xixe-xxe siècles, Paris, Génériques / Direction des Archives de France, 1999-2005, 4 vols.

11 Devenu Office français de l'immigration et de l'intégration (OFFI), dont il n'existe plus d'antenne locale à Agen depuis le début des années 2000. La CIMADE (comité inter-mouvements auprès des évacués) qui exerce une solidarité active avec les migrants, les demandeurs d'asile et les réfugiés, est présente dans le département. Cependant, ce petit groupe, dépendant des antennes régionales de Bordeaux et Toulouse, ne semble pas produire d'archives. Les archives de la CIMADE sont gérées nationalement et déposées à la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine).

12 Le Lot-et-Garonne à l'heure des accords d'Évian, Agen, Archives départementales de Lot-et-Garonne, septembre 2012.

13 Voir le témoignage du docteur Patrick Jammes, Médecin des harkis au camp de Bias, 1970-2000, Paris, L'Harmattan, 2013 ; ou à partir des témoignages des membres de sa famille à Bias : Dalila Kerchouche, Mon père ce harki, éditions Jacques Duquesne ; Katia Khemache, 1975, la révolte harkie : l'émergence de la seconde génération, mémoire de master ; thèse de doctorat en cours de Katia Khemache sous la direction de Guy Pervillé sur la question des relations entre les pouvoirs publics et les harkis de Bias.

14 En lien notamment avec le RAHMI.

15 Comme les expositions sur les travailleurs indochinois requis pendant la Seconde Guerre mondiale, les cinquante ans de fin de la guerre d'Algérie, les cinquante ans du rapatriement d'Indochine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Zined Bouzaboune, Algérie
Crédits © Photo Ancrage, s. d., droits réservés
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 2. Atelier couture au camp de harkis de Bias
Crédits © Collection privée, s. d., droits réservés
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 3. Fichier des étrangers
Crédits © Archives départementales du Lot-et-Garonne
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Lacombe, « Mémoire et sources de l'immigration en Lot-et-Garonne », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 19 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/3362 ; DOI : 10.4000/framespa.3362

Haut de page

Auteur

Sandrine Lacombe

Sandrine Lacombe est archiviste à la section des archives privées aux Archives nationales puis, depuis 2007, dans le pôle archives contemporaines aux Archives départementales de Lot-et-Garonne. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Ancrage depuis 2011.
sandrine.lacombe47@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org