Navigation – Plan du site

Quelles sources, quelle échelle d’analyse, pour quels résultats ?

L’exemple des fouilles de Vilarnau (Perpignan)
Olivier Passarrius

Texte intégral

1L’étude de la naissance villageoise et plus particulièrement du « village ecclésial » n’était alimentée, il y a peu de temps encore, que par les sources écrites obligeant à aborder le sujet à partir de problématiques issues de la seule analyse des textes. En l’absence de fouilles exhaustives, les sondages archéologiques ou les fouilles partielles n’avaient alors pour objectif que de vérifier certains modèles ou de fournir une image matérielle à une réalité historique qui n’était pas celle de l’archéologie.

  • 1  Passarrius, Donat, Catafau 2008.

2La fouille du site de Vilarnau, qui s’est déroulée de 1996 à 2003, fournit une autre vision, archéologique cette fois-ci, de la formation du village groupé autour de l’église1. Vilarnau (Perpignan, Pyrénées-Orientales) est mentionné pour la première fois dans les textes au XIe siècle et se structure rapidement en trois pôles nettement distincts mais proches les uns des autres de moins de 500 m : un pôle castral tenu en fief pour les seigneurs de Canet (Vilarnau d’Avall), un pôle ecclésial organisé autour de l’église Saint-Christophe et de son cimetière (Vilarnau d’Amont) et enfin un deuxième pôle castral (Vilarnau d’Amont), situé à environ 300 m de l’église et tenu en fief pour l’abbaye cistercienne de Vallbone.

3La fouille de sauvetage réalisée en 1998 sur un tracé routier a concerné une partie du village castral de Vilarnau d’Avall ; elle a été rapidement suivie par une fouille archéologique préventive, transformée en opération programmée, du village de Vilarnau d’Amont, de son église et de son cimetière. Ces recherches ont permis de mieux comprendre le processus de formation villageoise, le rôle de l’église, du cimetière et du château dans le regroupement des populations. Elles ont permis d’appréhender également la structure et l’équipement domestique des maisons paysannes.

  • 2  Étude réalisée par Aymat Catafau (Passarrius, Donat, Catafau 2008).

4L’étude archéologique quasi exhaustive de ce village polynucléaire permet d’en retracer l’histoire, depuis sa naissance au IXe siècle autour de l’église jusqu’à son abandon au début du XIVe siècle. Les données de terrain sont enrichies par une analyse des documents écrits conservés en archives : rares pour les XIe-XIIIe siècles, ils deviennent plus abondants à la fin du Moyen Âge2.

Les échelles d’analyses spatiales : apports et limites des différentes approches

  • 3  Cette recherche a été menée sur les villages actuels de Sainte-Marie-de-la-Mer, Canet-en-Roussillo (...)

5Tout au long de l’avancée de la fouille, alors que les vestiges se faisaient progressivement plus compréhensibles, nombre d’interprétations, de conclusions, ont été revues, modifiant parfois radicalement l’histoire du site. Dans le cadre de cette étude, l’approche microscopique du site de Vilarnau contraste avec les études menées sur les villages situés en périphérie où les hypothèses historiques émises sur le développement de ces noyaux villageois ne reposent toujours que sur des données lacunaires : quelques textes trouvés dans les registres mis en relation avec les vestiges architecturaux encore visibles sur le terrain ou avec la trame cadastrale du village3.

  • 4  Lepetit 1996.

6Il va alors de soi que l’approche microscopique permet plus facilement d’éviter les pièges conduisant à des schématisations théoriques, des modèles, obligeant l’historien à modifier ses interprétations en leur opposant la diversité de la réalité : le local est assimilé au réel et retient alors contre toute tentation trop théorisante4. La construction historique à petite échelle induit obligatoirement un processus d’abstraction par une sélection des termes communs et par une perte de la singularité, des détails qui sont sacrifiés, mais qui peuvent parfois constituer des variations pertinentes aux conséquences importantes. L’historiographie des études menées sur le site de Vilarnau, avant et pendant la fouille, est tout à fait édifiante et donne parfaitement la mesure des erreurs possibles si la recherche s’était arrêtée soit à l’étude historique et aux prospections pédestres, soit dès la phase de reconnaissance archéologique ou au bout de la première ou de la deuxième campagne de fouille.

7En 1995, peu avant la découverte du site, la localisation de Vilarnau restait encore très imprécise et le site était parfois situé le long de la route de Canet à Saint-Nazaire, à près de 4 km du Mas Miraflors, sur le lieu-dit Saint-Christophe, réminiscence cadastrale supposée du vocable de l’église paroissiale (fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Carte des environs de Vilarnau avec localisation des anciens lieux de peuplement du Moyen Âge.

8Les premières reconnaissances menées durant les étés 1995 et 1996 et les recherches dans les fonds d’archives ont fixé définitivement l’emplacement du village disparu et permis d’en cerner approximativement sa physionomie. Deux pôles, distants d’environ 250 m sont apparus et la description des textes a permis aisément de les distinguer (fig. 2). Pourtant, à cette époque, l’histoire de la genèse du site puis de son développement était bien différente de celle que nous connaissons aujourd’hui. L’église Saint-Christophe n’apparaît pas dans la documentation avant 1228 tout comme la bipolarisation du site en Vilarnau d’Amont et d’Avall. Certes, cette mention tardive n’excluait aucunement l’existence d’une église plus ancienne, mais la mention relativement précoce d’une famille de Vilarnau, que l’on retrouvait dès le XIe siècle dans l’entourage du seigneur de Canet ou du comte, laissait alors supposer une fortification éponyme autour de laquelle aurait pu se fonder le village : la construction de l’église n’intervenant que dans un second temps, peut-être lors du partage du site à la suite d’un héritage survenu dans le courant du XIIIe siècle. C’est en tout cas cette hypothèse qui était privilégiée dans un premier temps.

Figure 2

Figure 2

Carte topographique du plateau de Vilarnau avec localisation des trois pôles de peuplement.

  • 5  Catafau, Coupeau, Passarrius 1997, p. 149-167.

9L’apparition au XIVe siècle d’un nouveau château, dit de Vilarnau d’Amont, souleva de nouvelles interrogations et donna lieu à d’autres hypothèses. Lors des diagnostics archéologiques réalisés en 1996 autour de l’église, un mur puissant fut mis au jour. Son mode de construction, sa largeur, nous incitaient alors à l’interpréter comme le vestige probable de cette fortification, fondée par l’abbaye de Vallbone. Le château, donjon ou maison-forte se serait ainsi installé sur un état du cimetière désaffecté5. Pour autant, ces maigres vestiges et la physionomie du site ne correspondaient pas à la description des textes qui faisaient état d’une fortification sur motte, ceinturée d’un fossé. En 1998, une nouvelle analyse des textes nous orienta vers une autre explication : le château de Vilarnau d’Amont n’existait probablement pas et les mentions que l’on retrouvait au XIVe siècle étaient tout simplement le fruit d’une confusion par les scribes entre d’Avall et d’Amont, induits en erreur par la proximité des deux noyaux de peuplement. Cette hypothèse était confortée, à tort d’ailleurs, par l’existence d’un vide documentaire au XIVe siècle où aucun seigneur dit de Vilarnau d’Avall n’était mentionné dans les textes.

10C’est sur ces nouvelles hypothèses que s’acheva la campagne de juillet/août 1999 autour de l’église Saint-Christophe de Vilarnau d’Amont. La genèse du site s’était bien faite autour du château de Vilarnau d’Avall dont la basse-cour est enserrée dès le XIe siècle d’un puissant fossé flanqué d’un rempart de pierres et de terre (fig. 3). La construction de l’église a eu lieu dans un second temps et son origine était alors à rechercher dans la bipolarisation du site qui intervient peu avant 1250. Cette hypothèse était séduisante et plaçait la dynamique de la genèse de Vilarnau en dehors des schémas théoriques couramment établis pour expliquer la naissance du village roussillonnais. Pourtant, elle ne tiendra que peu de temps et la découverte par M. Cibaud d’une construction médiévale à l’arrière du Mas Miraflors (fig. 4 et 5), sur une butte dominant la Salanque, nous obligea à revoir nos interprétations en procédant à un réexamen de l’ensemble de la documentation archéologique et textuelle. À première vue, le site découvert par M. Cibaud, recouvert d’une dense végétation et inclus à l’intérieur d’une propriété privée qui n’avait pu être prospectée, semblait très comparable au site de Vilarnau d’Avall dans sa disposition et sa morphologie (tour, fossé, mur, aspect « en motte ») : il pouvait donc très bien correspondre à ce « château de Vilarnau d’Amont » des sources écrites et dont la description s’appliquait parfaitement aux vestiges qui étaient visibles au sommet de cet éperon barré. Le château de l’abbé de Vallbone était bien là et la découverte fortuite de murs et de céramiques médiévales sous le domaine Miraflors, à l’emplacement supposé de sa basse-cour, ne laissait plus aucun doute sur l’existence d’un habitat organisé à ses pieds.

Figure 3

Figure 3

Plan du village castral de Vilarnau d’Avall durant la première phase d’occupation (XIe-XIIe siècles).

Figure 4

Figure 4

Vue aérienne du plateau de Vilarnau avec localisation des pôles.

Cliché P. Alessandri

Figure 5

Figure 5

Le mas Miraflors et à l’arrière, dans le maquis, les vestiges du château de Vilarnau d’Amont détenu en fief pour l’abbaye cistercienne de Vallbone.

Cliché O. Passarrius

  • 6  Cette interprétation allie deux éléments de nature différente l’un daté par l’archéologie (église (...)
  • 7  Alart, C.M., t. S, p. 226, manuel de P. de Candell, notaire, A.D.P.-O., 3E1/968, fol. 52 (63, nouv (...)
  • 8  … cum mota eius castri (Catafau 1998, p. 267).
  • 9  intus villam de vilarnaudo superiori quoddam patuum quod antiquitus solebat esse domus et affronta (...)

11La description de cette fortification dans les textes est d’ailleurs tout à fait intéressante. Le château de Vilarnau d’Amont apparaît pour la première fois dans la documentation en 1405 et est détenu pour l’abbaye de Vallbone. Cette fortification, qui succède au réduit fortifié ecclésial installé en un endroit peu stratégique, marque l’intégration au domaine de Vallbone du lieu de Vilarnau d’Amont6. En 1430, un cortal est vendu à Vilarnau d’Amont7. Ce dernier touche une maison, une rue, le chemin appelé la clusa et la mota licarum castri de Vilarnaldo. On retrouve plus tard une mention très proche concernant la vente d’une terre située inter motam castri de Villarnaldo superiori. Ce terme de mota, que l’on rencontre aussi à Château-Roussillon en 14128, définit une forme de fortification bien particulière, utilisant une éminence naturelle, ici un éperon dominant la Salanque, ceinturé pour partie par un fossé comme le confirme la vente d’un patuum en 1399 qui se trouve à l’intérieur de la villa de Vilarnau d’Amont et qui touche le fossé du château9. Ce château n’a plus rien à voir avec les fortifications sur motte du premier âge féodal mais renvoie peut-être à une image archaïque, celle d’une fortification d’un autre temps, vétuste ou en tout cas passée de mode.

12Autour de l’église, la fouille se poursuit et la construction d’une déviation routière en 2001 permit la mise au jour du sanctuaire, situé jusqu’alors sous une route goudronnée desservant plusieurs propriétés agricoles. Déjà à cette époque, la découverte de plusieurs silos et de fosses contenant du mobilier de la fin du Xe siècle ou du XIe siècle avait attiré notre attention et laissait supposer une origine plus ancienne du site ecclésial. Cette hypothèse sera confirmée par la fouille de l’édifice de culte et du cimetière qui permettra de dater la construction de l’église des IXe-Xe siècles, au moins un siècle avant l’apparition du château de Vilarnau d’Avall, et près de trois siècles avant la première mention de Saint-Christophe (fig. 6). Mais les apports de l’archéologie ne se limiteront pas à cet aspect et la transformation du cimetière et de l’église en un puissant réduit fortifié dans le courant du XIIIe siècle fera apparaître l’existence d’un autre lieu de pouvoir, d’un troisième lieu fortifié à la durée d’utilisation très courte, probablement de moins d’un siècle (fig. 7).

Figure 6

Figure 6

Vue partielle du site ecclésial de Vilarnau d’Amont avec les ruines de l’église fortifiée Saint-Christophe et une partie du cimetière

Cliché O. Passarrius

Figure 7

Figure 7

Proposition de reconstitution en images de synthèse du noyau fortifié de Vilarnau d’Amont (église et cimetière) au XIVe siècle. L’installation de maisons contre le rempart témoigne de l’abandon du caractère défensif de l’ensemble.

Images de synthèse : F. Vinolas

13Après neuf ans de fouille et des semaines de dépouillement en archives, comment ne pas se poser cette question : si la fouille s’était arrêtée au bout de seulement quelques campagnes, et si elle s’était limitée aux seules tranchées de reconnaissance ou à une seule prospection complétée par une étude des textes et intégrée ensuite dans une analyse à petite échelle des villages médiévaux de cette partie du Roussillon, quelle aurait été alors la validité des hypothèses historiques qui en auraient découlé ?

  • 10  Lepetit 1996, p. 83.
  • 11  Zadora-Rio 2003b, p. 6-9.
  • 12  Hubert 2000, p. 583-599.

14À Vilarnau, l’analyse des résultats et des hypothèses émises après les premières années de recherche nous permet aujourd’hui de mesurer l’importance de l’accumulation de facteurs multiples biaisant notre connaissance historique du village. Mais ces facteurs, imputables à une vision trop partielle du site ou à l’utilisation d’une source unique, qu’elle soit archéologique ou textuelle, ont pu être décelés, corrigés, au fur et à mesure de l’avancée de la fouille. L’historiographie médiévale regorge d’études à petite échelle sur le peuplement ou sur la genèse villageoise, enserrant de vastes territoires et regroupant un important corpus de villages, dont peu, voire aucun, ne bénéficie d’une vision historique et archéologique approfondie. Ces études de cas partielles, aboutissant à de vastes synthèses, pourraient, à la lumière de Vilarnau, avoir accumulé des facteurs de distorsion mettant en péril la validité même de leurs conclusions. Pourtant, rien de bien évident, car à Vilarnau l’application stricte des modèles théoriques de la formation villageoise ne nous aurait pas forcément induits en erreur. Le site se constitue bien autour d’une église et de son cimetière avant que le château n’attire auprès de lui l’habitat : seules les chronologies diffèrent sensiblement mais peut-être pas assez pour remettre en cause le modèle. Ainsi, selon l’échelle, on corrige l’optique et le niveau d’information, mais rien ne dit que les grands phénomènes structurants changent radicalement si le regard que l’on a sur eux se modifie10. Pourtant, le modèle est indéniablement réducteur et ne retient de l’objet étudié que certaines dimensions ou aspects, générant ainsi un effet de lissage en uniformisant une réalité souvent plus complexe à l’origine11. L’approche intensive, mêlant intimement textes et archéologie, présente le grand intérêt de mettre en lumière, mieux que les sources écrites ne permettaient de le faire, les modalités du processus théorique et sa complexité12.

  • 13  Ekeland 1995.
  • 14  Lepetit 1996.
  • 15  Lurçat 1999.
  • 16  Lepetit 1996.
  • 17  Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ?, Annales ESC, n° 43, 1988, p. 291-293. Lepet (...)

15L’apport de la fouille de Vilarnau est probablement ailleurs, et réside dans l’étude des interactions aléatoires entre des situations locales multiples qui ont concouru à fabriquer le site. À Vilarnau, la construction villageoise est loin d’être linéaire et subit les soubresauts de l’histoire de l’aristocratie locale dont les choix, les mariages, les héritages vont marquer profondément la matrice même du village. Le village pourrait alors apparaître plus comme une cellule élémentaire à l’évolution anarchique en fonction de paramètres non maîtrisables que comme le modèle réduit d’une dynamique générale. Le développement villageois, qui est déterminé par de multiples facteurs, semble dépendre plus du hasard ou d’options privées que d’une quelconque règle et pourrait alors être assimilé à un système chaotique, comme certains modèles mathématiques, pourtant simples, mais qui font intervenir des éléments qui produisent chacun par eux-mêmes du hasard sans avoir recours à des sources extérieures13. On est là bien loin du modèle déterministe et du système linéaire et il est alors difficile de construire le général à partir d’une simple addition ou juxtaposition de situations particulières14. Et pourtant, si l’instabilité de l’atmosphère dans un coin du globe est susceptible de modifier, sur la base de l’évolution d’un système chaotique, le temps qu’il fait à un autre endroit de la planète, il reste que le système s’équilibre et qu’il est peu probable de voir la France recouverte de neige au mois de juillet ou connaître les températures de Bamako en plein mois de janvier15. Il en est de même pour la petite ou les petites histoires qui ont contribué à construire et à structurer tant Vilarnau que les autres villages et qui auraient pu (même dû !) constituer un corpus de cas particuliers où la généralisation par addition et multiplication aurait été impossible. Il n’en est presque rien et le modèle ou les modèles historiques du développement villageois sont toujours nettement lisibles à partir d’échelles d’analyses plus pertinentes que d’autres pour appréhender certaines problématiques et tester des hypothèses à plus petite échelle. Encore faut-il bien connaître ou apprendre à reconnaître les conséquences provoquées par les variations d’échelle afin de définir la pertinence, et surtout les limites pour la connaissance historique, des modèles théoriques16. Sans pour autant promouvoir les vertus heuristiques de la microstoria17, il est important de redonner aux analyses de cas, à la monographie, toute leur place et de les faire avancer conjointement avec les études à petite échelle, afin d’éviter que ces dernières ne se résument trop à un processus d’abstraction en lissant ou en uniformisant une réalité dont la complexité ne peut être entraperçue que par des études de cas approfondies.

Les échelles d’analyses temporelles : le temps des historiens des textes, le temps des archéologues

16C’est un fait, les historiens des textes et les archéologues ne travaillent pas et ne raisonnent pas sur la même échelle d’analyse temporelle. Le texte est daté, parfois précisément, parfois à partir d’éléments permettant de le replacer à l’intérieur d’une fourchette généralement assez limitée. L’artefact archéologique, la construction ou le silo bénéficient rarement d’une date calendaire et la construction ou l’abandon de ces structures sont datés de façon assez large, parfois à l’intérieur d’une phase qui associe alors des vestiges plus ou moins homogènes en constituant un ensemble chronologique et fonctionnel pertinent, délimité par des modifications ou des événements de portée générale.

  • 18  Zadora-Rio 2003b, p. 8.

17Les textes ne livrent que rarement les clés pour l’interprétation des vestiges archéologiques18 et, lorsqu’ils le font, la précision temporelle de leur description ou de l’événement qu’ils relatent oblige l’archéologue à la plus grande prudence. En 1343, les troupes de Pierre IV d’Aragon mirent le siège devant Vilarnau « et brûlèrent tout ! ». Voici un texte passionnant relatant un événement qui devrait être inscrit dans la terre. C’est sûrement le cas car la fouille a permis de montrer que la plupart des maisons qui s’installent sur le fossé rebouché du château de Vilarnau d’Avall sont détruites par un incendie qui provoque l’effondrement des superstructures piégeant une foule d’objets de la vie quotidienne, manifestement interrompue soudainement (fig. 8 et 9). La datation de ces vestiges, en fait du mobilier céramique, et la découverte de deux monnaies de Pierre IV d’Aragon, l’une découverte sur le sol d’une maison et l’autre dans les couches d’effondrement de la toiture et des charpentes calcinées, permettent de cerner un abandon dans le courant de la première moitié du XIVe siècle, vraisemblablement avant 1350. Ici, l’événement historique semble s’illustrer concrètement sur le terrain, mais la différence d’échelle temporelle entre les deux sources oblige, on l’a vu, à une certaine prudence dans le discours. Elle repose tout d’abord sur le problème de la conservation des documents écrits : ce texte est parvenu jusqu’à nous mais combien d’autres eux ont disparu ou combien d’événements ne trouveront jamais d’écho dans la documentation ? C’est bien le problème de la représentativité des sources qui se pose et qui rend alors impossible le croisement formel entre les deux, notamment pour l’étude d’un phénomène ponctuel, celui du siège de Vilarnau. La confrontation du temps archéologique et du temps des textes est impossible et rien ne dit que les traces matérielles observées sur la fouille ne sont pas liées à un événement tout aussi tragique intervenu quelques décennies avant ou après, et oublié des textes.

Figure 8

Figure 8

Plan du village castral de Vilarnau d’Avall au XIVe siècle.

Figure 9

Figure 9

Vestiges d’une maison de Vilarnau d’Avall, incendiée durant la première moitié du XIVe siècle.

Cliché P. Alessandri

  • 19  Analyses réalisées par le Professeur Drancourt et le Docteur Aboudahram (Unité des Rickettsies - F (...)

18Le problème de la désertion du site offre également un exemple intéressant. L’archéologie fournit les traces d’un abandon rapide illustré par des indices assez forts. Dans la seconde moitié du XIVe siècle, la totalité des maisons incendiées de Vilarnau d’Avall, signe d’une expansion sans précédent du village qui déborde alors de son enceinte, sont abandonnées et ne seront pas reconstruites. Il semble en être de même aux abords de l’église où les deux habitations installées peu de temps avant contre le mur de clôture du cimetière ne sont plus occupées avant 1350. Dans le cimetière, dix-neuf personnes sont inhumées à deux ou trois par fosse. Cela peut sembler insignifiant à l’échelle du village et du nombre total de tombes, mais ce n’est jamais arrivé auparavant et le fait que ces sépultures simultanées soient toutes situées dans la phase ultime du cimetière, qu’elles ne soient pas recoupées par d’autres tombes, témoigne d’un événement particulier (fig. 10). On pense bien entendu à la Peste de 1348 ou à l’un des épisodes de peste de la seconde moitié du XIVe siècle, qui aurait durement éprouvé ce petit village de la plaine roussillonnaise. La plupart des sujets présents à l’intérieur de ces sépultures simultanées a fait l’objet d’un diagnostic bactériologique par PCR à partir des restes d’A.D.N. contenus dans les pulpes dentaires19. Seule la sépulture 5039, une femme adulte, a livré un échantillon utilisable pour l’analyse. Les résultats montrent qu’elle est décédée de Yersinia pestis, agent de la peste. Deux datations radiocarbones ont été réalisées sur les individus de cette tombe triple, permettant de dater l’inhumation des corps dans le courant du XIVe siècle. Le village n’a semble-t-il jamais été confronté auparavant à une catastrophe de cette ampleur, aucune sépulture simultanée n’a en effet été découverte dans les niveaux attribués aux phases chronologiques précédentes. Par contre, ces tombes scellent le cimetière et correspondent aux ultimes inhumations dans le cimetière.

Figure 10

Figure 10

Sépulture simultanée triple (XIVe siècle) contenant les corps de deux femmes et d’un enfant décédés de la peste.

Cliché R. Donat

19Il semble aujourd’hui acquis que les tombes simultanées de Vilarnau correspondent en fait à des sépultures de catastrophe, à l’échelle du village, répondant à l’un des épisodes de peste du milieu ou de la seconde moitié du XIVe siècle, peut-être la Peste Noire de 1348. Ces sépultures simultanées répondent à la nécessité d’inhumer des personnes décédées le même jour ou en tout cas dans un intervalle suffisamment court, ce qui doit de toute façon être considéré comme exceptionnel au vue de la taille du village de Vilarnau et du nombre supposé d’habitants. Ces sépultures de catastrophe impliquent l’existence d’un nombre inconnu mais probablement important de sépultures individuelles qui gravitent autour d’elles et dont les individus seraient décédés pour les mêmes raisons.

20L’archéologie donne l’image d’une désertion brutale en désaccord complet avec les textes où l’abandon du site est étalé dans le temps et relève d’un processus manifestement plus complexe. Ici aussi, les deux sources fournissent des informations différentes qu’il ne faut en aucun cas opposer mais au contraire utiliser en complémentarité. Les données fournies par les textes ne concernent quasiment pas la topographie et la démographie villageoise, excepté le décompte des feux fiscaux qu’il convient de manier avec prudence et la mention, ponctuelle, presque anecdotique, d’une maison en ruine en 1534 à Vilarnau d’Avall ou de quelques informations laissant entrevoir la déprise progressive du lieu. Les textes, à la différence de l’archéologie, nous renseignent bien plus sur les vicissitudes de l’aristocratie locale, des propriétaires du sol dont l’évolution des sources de revenus, de la gestion du terroir n’a plus rien de comparable avec le Moyen Âge classique et ne peut plus être utilisé comme le reflet direct du dynamisme villageois.

Haut de page

Bibliographie

Catafau 1998 : CATAFAU (A.) - Les celleres et la naissance du village en Roussillon (Xe-XVe siècles), Llibres del Trabucaire, Presses Universitaires de Perpignan, Col.leccio Historia, 1998, 717 p.

Ekeland 1995 : EKELAND (I.) – Le chaos, Dominos, Flammarion, Paris, 1995, 127 p.

Lurçat 1999 : LURCAT (F.) – Le chaos, Que sais-je ?, Presses Universitaires de France, Paris, 1999, 127 p.

Hubert 2000 : HUBERT (É) - L’incastellamento dans le Latium. Remarques à propos de fouilles récentes, Annales, Histoire, Sciences Sociales, Éditions de l’école des hautes études en sciences sociales, 55e année, n° 3, Armand Colin, Paris, mai-juin 2000, p. 583-599.

Lepetit, Revel 1992 : LEPETIT (B.), REVEL (J.) - L’expérimentation contre l’arbitraire, Annales E.S.C., 47 (1), 1992, p. 261-265.

Lepetit 1995a : LEPETIT (B.) dir. – Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Albin Michel, Paris, 1995, 337 p.

Lepetit 1995b : LEPETIT (B.) – Le présent de l’histoire, dans Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, sous la direction de Lepetit (B.), Albin Michel, Paris, 1995, p. 273-298.

Lepetit 1996 : LEPETIT (B.) – De l’échelle en histoire, dans Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, sous la direction de Revel (J.), Hautes Études, Gallimard, Le Seuil, Paris, 1996, p. 71-95.

Passarrius 2006 : PASSARRIUS (O.) – Vilarnau. Étude archéologique d’un village et d’un cimetière paroissial en Roussillon (IXe-XVe s.), Thèse de doctorat de nouveau régime, Université François Rabelais de Tours, 4 volumes, Tours, 2006, 913 pages.

Passarrius, Donat, Catafau 2008 : PASSARRIUS (O.), DONAT (R.), CATAFAU (A.) dir. – Vilarnau, un village du Moyen Âge en Roussillon, Éditions Trabucaire, Collection Archéologie Départementale, 2008, 520 p.

Zadora-Rio 2003 : ZADORA-RIO (É.) – L’archéologie de l’habitat rural et la pesanteur des paradigmes, in Les Nouvelles de l’Archéologie, n° 92, 2e trimestre 2003, Éditions Errance, Paris, 2003, p. 6-9.

Haut de page

Notes

1  Passarrius, Donat, Catafau 2008.

2  Étude réalisée par Aymat Catafau (Passarrius, Donat, Catafau 2008).

3  Cette recherche a été menée sur les villages actuels de Sainte-Marie-de-la-Mer, Canet-en-Roussillon, Château-Roussillon, Villelongue-de-la-Salanque ou encore sur les villages ou lieux médiévaux désertés de Sant-André de Bigaranes, Saint-Michel de Furques, Sainte-Thècle ou le Puig Soutré (Passarrius 2006).

4  Lepetit 1996.

5  Catafau, Coupeau, Passarrius 1997, p. 149-167.

6  Cette interprétation allie deux éléments de nature différente l’un daté par l’archéologie (église fortifiée), l’autre par le « premier texte » (château de Vilarnau d’Amont).

7  Alart, C.M., t. S, p. 226, manuel de P. de Candell, notaire, A.D.P.-O., 3E1/968, fol. 52 (63, nouvelle foliotation) v°.

8  … cum mota eius castri (Catafau 1998, p. 267).

9  intus villam de vilarnaudo superiori quoddam patuum quod antiquitus solebat esse domus et affrontat ex ua parte in via publica et ex duabus partibus in tenencia bernardi aucelli infrascripto textor perpiniani et ex alia parte intus vallo castri dicti loci de vilarnaldo. A.D.P.-O., 3E1/517, notule de Pierre Ornos, notaire, folio 88.

10  Lepetit 1996, p. 83.

11  Zadora-Rio 2003b, p. 6-9.

12  Hubert 2000, p. 583-599.

13  Ekeland 1995.

14  Lepetit 1996.

15  Lurçat 1999.

16  Lepetit 1996.

17  Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ?, Annales ESC, n° 43, 1988, p. 291-293. Lepetit, Revel, 1992, p. 261-265.

18  Zadora-Rio 2003b, p. 8.

19  Analyses réalisées par le Professeur Drancourt et le Docteur Aboudahram (Unité des Rickettsies - Faculté d’Odontologie de Marseille), in Passarrius, Donat, Catafau 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte des environs de Vilarnau avec localisation des anciens lieux de peuplement du Moyen Âge.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/336/img-1.png
Fichier image/png, 490k
Titre Figure 2
Légende Carte topographique du plateau de Vilarnau avec localisation des trois pôles de peuplement.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/336/img-2.png
Fichier image/png, 547k
Titre Figure 3
Légende Plan du village castral de Vilarnau d’Avall durant la première phase d’occupation (XIe-XIIe siècles).
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/336/img-3.png
Fichier image/png, 261k
Titre Figure 4
Légende Vue aérienne du plateau de Vilarnau avec localisation des pôles.
Crédits Cliché P. Alessandri
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/336/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Figure 5
Légende Le mas Miraflors et à l’arrière, dans le maquis, les vestiges du château de Vilarnau d’Amont détenu en fief pour l’abbaye cistercienne de Vallbone.
Crédits Cliché O. Passarrius
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/336/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Figure 6
Légende Vue partielle du site ecclésial de Vilarnau d’Amont avec les ruines de l’église fortifiée Saint-Christophe et une partie du cimetière
Crédits Cliché O. Passarrius
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/336/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 7
Légende Proposition de reconstitution en images de synthèse du noyau fortifié de Vilarnau d’Amont (église et cimetière) au XIVe siècle. L’installation de maisons contre le rempart témoigne de l’abandon du caractère défensif de l’ensemble.
Crédits Images de synthèse : F. Vinolas
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/336/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 8
Légende Plan du village castral de Vilarnau d’Avall au XIVe siècle.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/336/img-8.png
Fichier image/png, 189k
Titre Figure 9
Légende Vestiges d’une maison de Vilarnau d’Avall, incendiée durant la première moitié du XIVe siècle.
Crédits Cliché P. Alessandri
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/336/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Figure 10
Légende Sépulture simultanée triple (XIVe siècle) contenant les corps de deux femmes et d’un enfant décédés de la peste.
Crédits Cliché R. Donat
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/336/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Passarrius, « Quelles sources, quelle échelle d’analyse, pour quels résultats ? », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/336 ; DOI : 10.4000/framespa.336

Haut de page

Auteur

Olivier Passarrius

Docteur en histoire. Pôle Archéologique Départemental – CG 66. Ce travail est élaboré à partir d’un mémoire de thèse de 3e cycle soutenu en 2006 sous la direction d’Élisabeth Zadora-Rio (Directrice de recherches au C.N.R.S, Université de Tours).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org