Navigation – Plan du site

À l’étendard !

D’Orléans à Jérusalem, itinéraires d’un hymne johannique
Julie Deramond

Texte intégral

  • 1  Denis Léon, Jeanne d’Arc medium, Paris, Librairie des Sciences Psychiques, 1910, p. 69

« Le beffroi, vieux témoin du siège, le même qui signalait les Mouvements des Anglais, tinte de quart d’heure en quart d’heure. Ses vibrations sonores s’étendent sur la cité ; elles glissent dans les rues étroites et tortueuses du vieil Orléans, pénètrent au fond des demeures, réveillent dans tous les cœurs le souvenir de la délivrance. Bientôt, à son appel, toutes les cloches des paroisses s’ébranlent. Leurs voix de bronze montent dans l’espace ; elles forment un puissant concert, que dominent les notes graves du beffroi et qui impressionne l’âme rêveuse1 »

  • 2  Le chanoine Vié (Escrennes (Loiret) 1849 – Pont-Levoy 1918) est ordonné prêtre en 1872. Licencié e (...)
  • 3  L’abbé Marcel Laurent (Courtenay 1860-Orléans 1921) est ordonné prêtre en 1887. Il devient maitre (...)
  • 4  Au cours de notre enquête, on l’a par exemple entendu, fredonné par un curé bibliothécaire à Vanne (...)
  • 5  Berthelot M. cité par P. M. Brun, « À l’étendard » et ses auteurs », Bulletin de l’Association des (...)
  • 6  Piguet Jean-Claude, « Philosophie et musique, trois approches philosophiques de la musique, la phé (...)

1Les cloches annoncent la cérémonie de l’étendard. Nous sommes au soir du 7 mai à Orléans. Le maire, comme tous les ans depuis 1855, va remettre à l’évêque pour le temps des fêtes le symbole de la geste libératrice de Jeanne d’Arc. Pour accompagner le rituel, un chant s’élève. C’est le cantique À l’étendard, écrit par les abbés Vié2 et Laurent3, pour la fête de 1899. Chaque année depuis, le morceau résonne, entonné par les sociétés chantantes et les fanfares municipales. Depuis lors, À l’étendard connaît un succès ininterrompu et c’est encore l’un des seuls airs johanniques connus4. Surtout, pendant les vingt années qui suivent sa création, il change de statut en même temps qu’il suit les méandres d’un itinéraire remarquable. D’abord lié à Orléans, il se désolidarise de sa ville natale pour devenir hymne johannique puis national. Comment peu à peu, en quelques vingt ans, À l’étendard devient-il « une espèce de Marseillaise johannique5 », selon le mot de M. Berthelot, ancien directeur du Conservatoire d’Orléans, chantée partout, d’Orléans à Jérusalem, de Paris à Rome ? A travers cet exemple, nous essaierons de montrer que « la musique mesure l’espace à partir du temps6 » selon la belle expression de Jean-Claude Piguet. Quelles variations connaît cet hymne selon les espaces qu’il traverse pour son intégration sociale ? Notre étude ne s’appesantira donc pas sur l’analyse musicologique du chant en lui-même, mais s’intéressera avant tout à la « mise en espace » et en « société », de la chanson à travers son itinéraire d’Orléans à Jérusalem.

À l’étendard, un lieu de mémoire… ?

  • 7  Cérémonie créée en 1855 sur l’instigation de Mgr Dupanloup, l’évêque d’Orléans et de M. Genteur, l (...)

2Depuis que Jeanne d’Arc a libéré Orléans, réduite à l’état de siège par les Anglais en 1429, les habitants de la ville la célèbrent presque sans discontinuer, tous les ans lors de fêtes qui lui sont dédiées. Alors, elle s’empare littéralement de la cité, puisque processions, cavalcades et autres mises en scènes y redessinent son empreinte. Les habitants se réapproprient alors leur ville, tout en évoquant leur libératrice. Depuis le milieu du XIXe siècle, une cérémonie marque le début des festivités, le soir du 7 mai : c’est la remise de l’étendard7 du maire à l’évêque :

  • 8  René Agnès, Les fêtes d’Orléans du mois de mai 1868 à l’occasion du concours régional de la fête d (...)

Mais bientôt nous touchons au moment solennel.
Le maire d’Orléans, de l’illustre guerrière
Aux mains de notre évêque a remis la bannière ;
Des deux autorités la touchante union
De tous les assistants fait l’admiration8 

  • 9  Cf. Illustration 1. La prise d’Orléans par Jeanne d’Arc, de Jules Lenepveu, Panthéon.

3On rend alors hommage au « drapeau », véritable métonymie de Jeanne d’Arc. Il faut dire que l’évocation et la représentation de Jeanne d’Arc, en guerrière, son étendard à la main fait d’elle « l’Orléanaise », quand celle de la paysanne au caraco lacé et au regard s’évadant vers les cieux fait d’elle la « Lorraine ». Chaque visage de Jeanne s’ancre dans un territoire. L’étendard devient donc un des objets « marqueurs de l’identité johannique dans son rapport avec la ville9. En invoquant son drapeau, on convoque la libératrice.

Figure 1

Figure 1

Jules Lenepveu, La prise d’Orléans par Jeanne d’Arc, panthéon, Paris. Gravure tirée de l’Album Jeanne d’Arc, Paris, Œuvre des orphelins apprentis d’Auteuil, 1909. Conservé au Centre Jeanne d’Arc (folio H 256).

  • 10  Cf. Illustration 6. Première de couverture d’À l’étendard, par les abbés Vié et Laurent, Orléans, (...)

4À travers son image, c’est l’héroïne elle-même que l’on invite pour le temps des cérémonies. Pour l’événement, toute la ville se rassemble, le long de la rue Jeanne d’Arc, devant le Parvis de la Cathédrale Un espace soigneusement délimité, à portée de voix et de lumières, espace intercalaire entre mondes laïc et catholique. C’est justement cette cérémonie que les abbés Vié et Laurent ont décidé d’illustrer de leur musique en composant À l’étendard10.

Figure 2

Figure 2

Fêtes de Jeanne d’Arc à Orléans, 8 mai 1909. Parvis de la cathédrale. Photographie tirée de l’Album Jeanne d’Arc, ibid.

  • 11   Brun P. M., « À l’étendard » et ses auteurs, op. cit., p. 31.
  • 12  Brun P. M., ibid., p. 32.
  • 13  Cf. Illustration 3. L’abbé Laurent dirigeant la Ballade des dames guerrières.

5Pourquoi en 1899, alors que le maire remet l’étendard symbole à l’évêque depuis 1855 a-t-on besoin d’un nouveau cantique ? Plusieurs hypothèses sont à envisager. D’abord, les acteurs de la cérémonie tentent d’en faire un événement. Au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, on ajoute donc peu à peu des ingrédients visant à lui donner de l’éclat, alors qu’au départ, en 1855, « ce geste avait été conçu comme très sobre 11 ». La musique participe donc de plus en plus activement du rituel : la petite fanfare s’accompagne bientôt d’une chorale et à partir des années 1890, on cherche à lui associer un grand chœur. En 1895, on entonne le chœur des soldats du Faust de Gounod « Gloire immortelle de nos aïeux », en 1896 on crée une cantate « composite », Jeanne d’Arc sur un air ancien du même compositeur12. À l’étendard ne constitue que le résultat logique d’une évolution visant à donner toute son ampleur aux festivités. Il faut dire qu’on réunit généralement à cette époque, de grands moyens pour renforcer cet effet13.

Figure 3

Figure 3

L’abbé Laurent dirigeant la ballade des dames guerrières. Mai 1909. Carte postale conservée dans la Collection Rigaud, A. D. Loiret, n° 7292.

  • 14  Brun P. M. ibid., p. 32.
  • 15  « Programme musical de la fête de Jeanne d’Arc. Jeudi 7 mai 1908 », Le Patriote Orléanais, 2 mai 1 (...)

Pour la première, en 1899, sont rassemblés cinq cent chanteurs et deux cent instrumentistes14. En 1908 encore, le même nombre de chanteurs est mobilisé, avec le concours des membres des sociétés musicales d’Orléans et pour les accompagner, trois musiques militaires15. Le succès est immédiat, la cantate devient dès lors indissociable et indissociée du cérémonial ordinaire.

  • 16  Cf. Illustrations 7 et 8. Partition d’ À l’étendard.

6Seconde hypothèse, l’air adopté et associé au rite se doit d’être au diapason de la ville16.

Figure 4

Figure 4

Fête solennelle de la Bienheureuse Jeanne d’Arc, 30 mai 1917. Rouen, Imp. De la Vicomté, 1917. Tract (recto et verso) conservé au Centre Jeanne d’Arc à Orléans : n° 74-12-4480.

Figure 5

Figure 5

Fête solennelle de la Bienheureuse Jeanne d’Arc, 30 mai 1917. Rouen, Imp. De la Vicomté, 1917. Tract (recto et verso) conservé au Centre Jeanne d’Arc à Orléans : n° 74-12-4480.

  • 17  En cela, À l’étendard répond au canon de ces musiques « de la République comme (…) de l’Eglise [qu (...)
  • 18  Francfort Didier, ibid., p. 88.
  • 19  Francfort Didier, ibid., p. 88.

Il semble justement que ce soit là un des éléments moteurs de l’adoption définitive d’À l’étendard à Orléans. Le cantique devient très vite un reflet de l’hommage des Orléanais à leur libératrice. Il est en adéquation avec la cérémonie. On comprend dès lors que le chœur des soldats de Faust, pourtant doté de grandes qualités musicales – contrairement à celles d’À l’étendard17 – n’ait pas été adopté définitivement. On ne se contente pas ici d’un « hymne de rechange 18 » et il semble important -- contrairement à ce qui se fait alors d’après l’enquête de Didier Francfort19 -- que la musique interprétée ait été composée spécialement pour la circonstance.

  • 20  La Revue musicale, février 1909, p. 79.
  • 21  Évoquons notamment le grand nombre de complaintes orléanaises écrites au XIXe siècle à propos de J (...)
  • 22  Vié Abbé, Laurent Abbé, « À l’étendard », Emile Huet, ibid., p. 57.

7Comment se marque une telle corrélation entre ce chant et la cérémonie ? D’abord, par ses auteurs, deux personnalités ecclésiastiques du cru. Ensuite, parce qu’il a été composé tout spécialement pour Jeanne d’Arc. Le cantique composé par les deux abbés Laurent et Vié se met au diapason de la signalétique héroïque adoptée par l’héroïne à l’étendard : le rythme est habilement scandé, la mélodie adopte un ton triomphal, et les paroles ne font que souligner cette cinétique couramment utilisée en cette fin de XIXe siècle : « Sonnez Fanfares triomphales, tonnez Canons ! ». La valorisation patriotique se lit dans les mots, les notes et la pulsation du chant. « Il est simple, facile mais robuste » le décrit P. Chassang, le critique de la Revue Musicale. « Taillé en hercule, il a de l’acier dans ses muscles. Il bondit, il exulte, il est puissamment héroïque. Des sonneries de clairons jettent sur ses mâles phrases un reflet martial et lui donnent une allure guerrière qui les corse et les décore admirablement20. » Et puis, comme de nombreuses complaintes21 au XIXe siècle, ce cantique sert de livre d’histoire, rappelant à tous les grands moments de l’épopée johannique. Bien entendu, pour mieux tisser ses liens avec la ville, À l’étendard se consacre essentiellement à la geste libératrice de Jeanne et notamment à la bataille décisive des Tourelles qui permet d’emporter la victoire au soir du 7 mai 1429 et d’entrer dans la ville assiégée. « Étendard de la délivrance, A la victoire il mena nos aïeux (…) Quels jours fameux tu nous rappelles : A pareille heure et dans ce lieu, Jeanne vint après les tourelles te déposer près de son Dieu. (…) Le voilà tel que la Pucelle le fit flotter dans les combats22 ».

  • 23  Prost Antoine, « Jeanne à la fête », La France démocratique, mélanges offerts à Maurice Agulhon, P (...)
  • 24  Cf. Illustration 2. Fêtes de Jeanne d’Arc, 1909. Parvis de la cathédrale.
  • 25  Voir notamment la définition donnée par le Grove : « Cantique », Grove music online, ed. L. Macy ( (...)
  • 26  Vié et Laurent abbés, À l’étendard, 3e couplet, édition orléanaise, op. cit.
  • 27  Laurent et Vié abbés, À l’étendard, op. cit., second couplet, édition orléanaise.
  • 28  Prost Antoine, « Jeanne à la fête », op. cit., p. 385.

8De plus, À l’étendard ne se contente pas de reprendre les caractéristiques de l’héroïne qu’il honore. Ses auteurs en ont fait un récépissé des caractéristiques du lieu dans lequel il s’inscrit. Se crée une adéquation entre le cantique et l’espace de la cérémonie. Rappelons que la passation de l’étendard se fait devant la cathédrale, l’un des quatre pôles structurant de la commémoration, avec les Tourelles, lieu de victoire, la place du Martroi au cœur de la ville et toute proche, la mairie23. Plus précisément, l’événement prend place sur le parvis24., espace intercalaire entre Église et Cité, véritable orée catholique. Le choix du parvis donne une dimension hautement symbolique à l’événement. Surtout quand le Conflit des Deux France est à son comble et que la mémoire de Jeanne d’Arc fait l’objet de hautes luttes. Parce que Jeanne d’Arc, c’est justement l’héroïne de l’entre deux que l’on peut récupérer d’un côté ou de l’autre. À l’étendard est donc écrit dans l’interstice catholique et patriotique. Marche militaire par sa forme, cantique25 religieux par son genre et par ses auteurs, À l’étendard prône le rassemblement. Par la mise en spectacle, la ritualisation et la cérémonie du don, les organisateurs des festivités cherchent à échapper – du moins apparemment - aux conflits d’intérêt. « C’est sous ses plis [l’étendard] que l’Église et la France viennent toujours, comme autrefois, renouveler leur antique alliance, sur le parvis de Sainte-Croix. 26 » Comme les fêtes d’Orléans qui, par leur ancienneté comme par leur esprit, prônent la trêve, le chant se veut apaisant. L’inscription au sein du cantique de la référence aux Tourelles27 assoit le chant du côté des chants de guerre, plus généralement du côté des chants patriotiques, très à l’honneur depuis 1870. La référence à la cathédrale vient bien entendu rappeler le pan religieux de l’événement. Quant aux nombreuses allusions aux « enfants », il s’agit bien des enfants du pays, des Orléanais. Texte et musique redisent ce que symbolise le lieu du cérémonial, sur le parvis de la cathédrale : un lieu de frontière, à la lisière du patriotique, du local et du religieux. À l’étendard reste comme la fête qui la reçoit, à cette époque, une cantate « indissociablement civile, militaire et religieuse 28 ».

Figure 6

Figure 6

Abbés Vié et Laurent, À l’étendard, Orléans, Herluison, s.d. Partition conservée au Centre Jeanne d’Arc à Orléans, 9.224.

  • 29  Dès 1899, le texte du cantique est imprimé au dos du programme des festivités. À l’étendard, chant (...)
  • 30  René Agnès, ibid., p. 10-11.

9Non content d’appartenir aux festivités, en étant, dès sa création partie prenante du programme29, il structure le rituel. Poème musical il contribue à circonscrire l’espace de la cérémonie. À l’étendard contribue à interpeller les habitants d’Orléans, les invitant à rejoindre le lieu des solennités. Le prélude composé par l’abbé Laurent sert davantage à cette fin de signal que pour une quelconque valeur musicale. Il est en effet confié à des instruments à large portée : trompette, clairons. Ce « prologue » instrumental ne fait en cela que remplacer la salve qui servait à indiquer, lors des festivités précédentes le début véritable de la cérémonie quand « des tambours, des clairons, les sons répercutés annon[çaie]ent le départ de nos autorités30 ». Ce n’est que quand la foule est réunie, l’attention du public enfin obtenue, que la voix prend le relais des instruments et peut s’élever, haut et fort.

  • 31  Cheyronnaud Jacques, « La parole en chantant, musique et cultures politiques », Protée, vol. 30, n (...)
  • 32  Voir certaines illustrations, accompagnant le compte-rendu de la fête. Par exemple, Le Monde illus (...)
  • 33  Corbin Alain, Les cloches de la terre, paysage sonore et culture sensible dans les campagnes du XI (...)

10En même temps, À l’étendard, comme la cérémonie qui l’invite, a une fonction très claire de rassemblement. En ce sens on peut le considérer comme un exemple typique d’ « hymnodie cérémonielle 31 » pour reprendre l’expression de Jacques Cheyronnaud. Le cantique participe de la volonté de construire un espace commun. Si une page de journal peut redessiner les contours et frontières de la ville en retraçant à grands traits le parcours de la cavalcade32, le son délimite un lieu de mémoire. C’est bien la recréation d’un territoire qui relève avant tout du sensible, comme les cloches dans les campagnes. « Le territoire circonscrit par le son de la cloche [comme de la fanfare] répond au code classique du beau, aux schèmes du berceau, du nid et de l’alvéole. Il se réduit à un espace clos, ordonné par la sonorité du centre33. » Finalement, tous les habitants, les visiteurs d’un soir ou d’un jour, tous ceux qui n’ont pu s’approcher suffisamment de la manifestation, sont impliqués. L’espace de la cérémonie s’élargit au champ circonscrit par les voix et les instruments. Leur portée délimite tout simplement le territoire de la célébration, inscrivant l’auditoire dans une atmosphère propice à la remémoration et à l’émotion :

  • 34  Denis Léon, op. cit., p. 70-71.

Cinq cent voix entonnent l’Hymne à l’étendard (…). Un frémissement, un souffle puissant passe sur la foule attentive, recueillie. Les fronts s’inclinent devant la blanche bannière fleurdelisée, qui monte lentement les degrés et disparaît sous les voûtes, semblable au fantôme de la vierge lorraine revenant dans la nuit de son anniversaire34.

11Au-delà des sons, les paroles de ce « cantique-récit » participent également de l’élaboration de l’espace cérémoniel. Plus qu’une musique- accessoire, bien au-delà de notes et de mots vides, insignifiants, ce cantique réécrit l’événement, inscrivant l’espace au cœur du texte. La parole et le geste sont mêlés dans la composition. La fanfare entonne, la foule reprend un hymne qui ne fait que récapituler l’action en train de se dérouler :

  • 35  Vié Gustave-Victor et Laurent Marcel, À l’étendard chant populaire en l’honneur de Jeanne d’Arc po (...)

Quels jours fameux tu nous rappelles :
À pareille heure et dans ce lieu,
Jeanne vint après les Tourelles
Te déposer près de son Dieu.
Reprends ce soir, ta marche triomphale,
Escorté de nos cris joyeux,
Entre avec nous, entre à la cathédrale,
Drapeau trois fois victorieux35

  • 36  Cheyronnaud Jacques « Hymnodie de pèlerinage (1873-1969) et air pérégrin, regards sur la singulari (...)
  • 37  Voir Deleuze Gilles, Cours Vincennes : sur la musique, 3 mai 1977, http://www.webdeleuze.com, cons (...)

12« Lieux portés par le récit et lieu d’où l’on récite, événement raconté, jalonné d’invocations : il y a adéquation entre un dire et un faire ; le pèlerin en procession [comme l’Orléanais en fête] est en train de faire ce qu’il chante, de chanter ce qu’il fait 36 » pour reprendre les mots de Jacques Cheyronnaud à propos d’un cantique de pèlerinage à Lourdes. En fredonnant en chœur l’hommage à Jeanne d’Arc, la foule s’approprie la ville. Comme elle foule de ses pas le 8 mai l’ensemble de la ville, elle scande la ritournelle, elle s’approprie l’espace, le transforme territoire37. Les abbés Laurent et Vié écrivent un chant en adéquation avec lui, proposant un miroir sans tain et sans heures à ses habitants. La cérémonie sort du temps pour mieux s’ancrer dans le lieu mémoriel et dans l’espace du rituel : peu importe l’année d’exécution, elle s’inscrit dans le lieu festif de la commémoration. A travers cet appel aux Orléanais, s’établit une sorte de pont entre les époques. Les paroles appellent à la contraction de l’espace-temps : un même lieu de spectacle, un même thème et les Orléanais se retrouvent dans la ville de leurs ancêtres. Tous sont convoqués pour lui rendre hommage, comme le rappelle le texte d’ À l’étendard :

  • 38  Vié et Laurent abbés, « À l’étendard, édition orléanaise », op. cit., dernier couplet.

Les anciens Francs, les Preux du Moyen Âge,
Et les braves des temps nouveaux,
À Jeanne d’Arc rendent le même hommage
Et lui présentent leurs drapeaux38.

13Les assistants sont donc associés dans ce hic et nunc orléanais à leurs ancêtres, dans l’invocation et l’évocation johannique grâce aux paroles de l’hymne. Finalement, À l’étendard a la même fin que le cortège qui prend lieu et place dans les rues de la ville le 8 mai, cortège pendant lequel, selon Mgr Touchet,

  • 39  Touchet Mgr, « Lettre pastorale de Mgr l’Évêque d’Orléans sur le dernier pèlerinage à Rome », Supp (...)

on s’en allait communiant au même souvenir, au même culte : le souvenir et le culte de la Sainte Libératrice ; on suivait sa trace ; on reprenait le chemin que les aïeux avaient suivi depuis cinq siècles bientôt ; l’Orléans du présent se reliait à l’Orléans du passé.39

14Se noue donc un lien symbolique entre À l’étendard et la communauté d’habitants d’Orléans. On ne pourrait imaginer qu’un tel hymne puisse s’exporter en dehors de l’espace orléanais. Et pourtant…

À l’étendard, dans toute la France ?

  • 40  Par exemple lors du Triduum des fêtes de béatification à Boismorand le 19 septembre 1909 après la (...)

15Très vite, sans doute l’année même de la création du cantique, À l’étendard se voit doté par l’abbé Vié son auteur, d’une « version nationale ». Le chant est voué à l’exportation en dehors des murs de sa création. Dans la première décennie du XXe siècle, il est encore entonné dans les environs d’Orléans40, mais rapidement il va s’ouvrir aux confins nationaux.

  • 41  Après Orléans, ce n’est qu’au XIXe siècle que les autres villes se dotent de fêtes johanniques de (...)

16À mesure que l’air devient populaire il se désolidarise de sa ville de naissance pour être « adopté » partout. Peu à peu, suivant le même mouvement que le culte johannique en général, les Français se mettent à entonner l’hymne des abbés Vié et Laurent. Après Orléans, l’hommage se répand d’abord aux autres villes johanniques41, villes-étapes sur le parcours de Jeanne d’Arc au XVe siècle, puis à leur région, créant ce qu’on peut appeler des « territoires johanniques ».

  • 42  Cf. Illustrations 4 et 5. Tract pour les Fêtes solennelles de la bienheureuse Jeanne d’Arc, Rouen, (...)
  • 43  La semaine de la bienheureuse Jeanne d’Arc, Cathédrale de Rouen, 22-30 mai 1913, édité par le « Bu (...)
  • 44  Fête solennelle de la Bienheureuse Jeanne d’Arc, 30 mai 1917, Rouen, imp. De la Vicomté, 1917. Tra (...)

17À l’étendard s’adapte à ces nouvelles terres d’accueil. C’est ainsi que l’on trouve une version arrangée – l’auteur des nouveaux couplets n’est pas précisé – d’À l’étendard pour la région rouennaise42. Remarquons que seuls les derniers couplets ont été retouchés. Cette version est conservée dans l’opuscule servant de programme pour les fêtes rouennaises de mai 1913. La cantate est notamment chantée au moment de l’office du 30 mai, juste avant la sortie43. On la trouve également au dos du tract-programme pour les fêtes de mai 191744. Comme par hasard, on retrouve des références au passage de Jeanne en Normandie, précisions totalement absentes des deux versions « classiques » écrites par l’abbé Vié :

  • 45  À l’étendard, [version « normande »], ibid. p. 41. Exemplaire conservé à la bibliothèque diocésain (...)

Rouen tu vis rougir ton sol !
Au ciel, son âme à grands coups d’aile,
Colombe blanche, prit son vol. 
Vieille cité, témoin muet du crime,
Ne crains pas : ton passé reste grand,
Et près de Dieu, la vaillante victime,
Protège le pays normand45.

18À l’étendard associe au visage de la libératrice celui de la martyre, à l’espace orléanais, l’espace rouennais.

  • 46  Elle est canonisée en mai 1920.
  • 47  On lui consacre une fête nationale, pendant au 14 Juillet, en juillet 1920.

19Mais assez vite, À l’étendard s’exporte au-delà des régions johanniques grâce à la version nationale écrite également par l’abbé Vié. Ce mouvement est bien entendu à rapprocher de l’extension du culte de Jeanne : déclarée Vénérable en 1894, elle est béatifiée en 1909. En 1920, elle parvient à l’acmé de sa popularité, élevée au rang de sainte catholique46 et nationale47.

  • 48  Ribac François, La circulation et l’usage des supports enregistrés dans les musiques populaires en (...)
  • 49  On peut penser aux recueils de l’abbé Cochard ou d’Emile Huet par exemple.
  • 50  Pensons aux différents recueils de l’abbé Vié.
  • 51  Par exemple dans le numéro spécial consacré à « Jeanne d’Arc et la chanson » dans La Bonne Chanson (...)
  • 52  Par exemple, dans Le directoire des pèlerins du Pèlerinage du diocèse de Chalons à Domremy, mercre (...)

20Premier moyen de diffusion, mais réservé à une part négligeable de la population, la partition. On peut en effet considérer avec François Ribac que la partition participe de la « conquête universelle des territoires, ou pour le dire dans le langage actuel, [de] l’exportation et la délocalisation de la musique48. » Celle d’À l’étendard se diffuse rapidement dans des recueils de chansons49, de cantiques50 ou dans des revues51. Les paroles sont également parfois reproduites sans la musique52, sorte d’aide-mémoire pour ceux qui se souviennent de l’air, mais oublient les paroles exactes.

Figure 7

Figure 7

Partition d’À l’étendard, tirée du recueil des Marches chantées dans le diocèse d’Orléans. Centre Jeanne d’Arc à Orléans. (n° 8, 2p.)

Figure 8

Figure 8

Partition d’À l’étendard, tirée du recueil des Marches chantées dans le diocèse d’Orléans. Centre Jeanne d’Arc à Orléans. (n° 8, 2p.)

  • 53  Ribac François, « La circulation et l’usage des supports enregistrés… ». op. cit., p. 11.
  • 54  Cf. Illustrations 9 et 10. Pochette et enregistrement tirés du disque À l’étendard par Payan. L’aé (...)
  • 55  Disque à aiguille, À l’étendard chanté par Payan, Aérophone, s.d. [avant 1925], collection particu (...)
  • 56  Ribac François, « La circulation et l’usage des supports enregistrés… », op. cit., p. 14.

21Un autre relais médiatique, plus puissant sans doute, est le phonographe. En effet, « le phonographe devint une sorte de représentant in vivo de la musique, le médium par lequel les instrumentistes se faisaient entendre au-delà des concerts par les auditeurs53. » Au début du XXe siècle, avant 1925 en tout cas, À l’étendard est en effet enregistré54 sous forme de disque acoustique à aiguille (gravure latérale) par la firme « l’Aérophone » et le chanteur Payan55. Il comporte alors trois couplets et le refrain, tous pris dans l’édition nationale d’À l’étendard. Un peu plus tard sans doute, le chanteur Maguenat reprendra l’hymne pour Pathé quand Weber le fera pour Idéal. Le disque permet d’aller au-delà du bouche à oreille. Chacun peut entendre quand il le désire l’air qu’il a apprécié, puisque « le public, ce [n’est] plus seulement les gens qui se retrouv[ent] devant une scène de concert ou devant un kiosque, c’[est] aussi la communauté des auditeurs assemblés autour des phonographes 56 ». La musique re-territorialise, recrée un petit Orléans dans le cadre intime du chez soi, pour ceux qui connaissent bien la ville, et ont pu assister aux fêtes. C’est-à-dire que par la musique, l’auditeur associe À l’étendard à ses souvenirs orléanais. Bien entendu, cela n’est valable qu’un temps.

Figure 9

Figure 9

Pochette du disque À l’étendard, disque l’Aérophone, chanté par Payan. Collection Particulière. Aimablement mis à disposition par Jean-Luc Fradet. Voir http://pagesperso-orange.fr/​jlf

  • 57  Programme publié à Jenzat en 1909, par l’imprimerie régionale M. Fontenay-Laruas. Conservé à la BN (...)
  • 58  Bulletin Paroissial de St Thomas d’Aquin, n° 6, juin 1911, p. 8. Cité par Hervé Cabezas, Le culte (...)
  • 59  « L’hommage de Jeanne d’Arc à la basilique de St-Denys », La semaine religieuse de Paris, samedi 2 (...)
  • 60  Voir le site des Anciens du Collège de Saint Etienne, Strasbourg. http://anciens.stetienne.free.fr (...)

22À l’étendard figure à partir de 1909 et la béatification de Jeanne d’Arc, comme un incontournable des fêtes catholiques organisées dans toute la France, en mai. Alors le pont tissé par l’imaginaire de l’auditeur entre la mélodie et sa ville est minoré. On surajoute de nouvelles valeurs à l’hymne orléanais. En décembre 1909, il apparaît accompagné d’une autre chanson la Bourbonnaise de Jeanne d’Arc, dédiée explicitement à cet espace local, pour mieux s’ancrer dans les terroirs. Les deux chants sont publiés au dos du programme des fêtes de la paroisse de Jenzat57. A Paris, il est chanté le dimanche 28 mai 1911 lors de la fête organisée par la paroisse de Saint Thomas d’Aquin (VIIe arr.). Il marque la fin des solennités, après la procession58. En 1923, c’est la Paroisse Saint Denys qui commémore l’héroïne, et ce sont les enfants de Marie cette fois qui chantent en l’honneur d’une Jeanne figurée par une jeune fille de la paroisse en prière, accompagnés par les « sonneries guerrières alternant avec la forte voix du grand orgue59. » On retrouve un même hommage chanté en l’honneur de la Sainte de la Patrie60, le 16 mai 1920, lors de l’office solennel célébré à Strasbourg, au collège de Saint Etienne.

  • 61  Selon une lettre de Mgr Touchet à Mgr Vié, citée dans la seconde édition du Manuel de piété à Jean (...)

23À mesure qu’il s’éloigne de sa ville natale, l’hymne se fait davantage cantique. À l’étendard est considéré comme un excellent moyen de valoriser le culte catholique de Jeanne. Il permet en effet, selon Mgr Touchet, de « répandre et d’enflammer le culte de la plus suave, de la plus pure, de la plus aimable, d’un mot, de la plus sainte des héroïnes.61 » Pour cela, les paroles de la version nationale se font des plus partisanes.

  • 62  Vié Abbé, « Troisième couplet », À l’étendard, op. cit.

À ton aspect, que la France reprenne
Sa vieille foi, sa vieille ardeur,
En t’acclamant, que son peuple devienne,
Plus fort, plus croyant et meilleur !62

24C’est dire s’il manifeste ardemment les idées religieuses. C’est pourquoi, il est entonné par de nombreux pèlerins. La musique a fonction de prière collective, rassemblant tous les cœurs, toutes les voix en un appel unique à Dieu, comme le rappelle ce compte-rendu des chants entonnés à l’Institut Catholique de Lille en 1909 :

  • 63  Annales religieuses du diocèse d’Orléans, 1909, p. 616.

L’ampleur des chants liturgiques avait quelque chose d’impressionnant ; quand tout le monde chante, tout le monde prie ; on sent que l’église alors a une âme qui monte en haut et un cœur qui bat pour Dieu, pour sa Sainte Mère, pour la Bienheureuse Jeanne et pour la France63.

  • 64  Pèlerinage du diocèse de Chalons à Domremy, op. cit., p. 5.
  • 65  Ibid., p. 11.

25Il est alors avant tout, entonné dans un contexte de dévotion. Il n’est pas chanté pour « le plaisir », mais pour « accomplir un acte de piété ». C’est ainsi que l’entend l’organisateur du pèlerinage du Diocèse de Châlons à Domrémy organisé en juillet 1912 : « On sanctifiera le trajet par la prière et le chant des cantiques 64 ». Et les pèlerins d’entonner justement A l’Etendard, selon le programme édicté, quand le train part de Pagny sur Meuse à 8h53 pour remonter la vallée et approcher de Domremy, puis au retour vers 17h65. Ici c’est bien la dimension religieuse qui réclame À l’étendard.

  • 66  Mauvif de Montergon Adolphe, Les Angevins à Rome, souvenirs du pèlerinage de 1902, Angers, Germain (...)
  • 67  Arifon Abbé, « Des cantiques populaires (suite) », La musique sacrée, revue mensuelle de plain-cha (...)
  • 68  Arifon Abbé, ibid., p. 10.
  • 69  C’est-à-dire qu’il peut être chanté par des chanteurs amateurs, sans pratique vocale régulière pui (...)
  • 70  Même s’il ne se distingue pas par son sérieux, étant d’allure trop « fanfaresque » pour reprendre (...)
  • 71  Voir le dernier couplet de la version nationale d’À l’étendard.

26En même temps c’est bien l’idée de répandre la musique, comme on répand la bonne parole qui est mise en application ici. Comme si on étendait le territoire de la dévotion à Jeanne d’Arc, en cadençant son hommage. C’est justement une pensée qui semble de plus en plus admise au sein de l’Église depuis la fin du XIXe siècle. Pour attirer les fidèles tout autant qu’encourager leur piété, les clercs s’empressent de les faire chanter. Le chant de cantiques à l’occasion de pèlerinages, de missions ou de retraites se répand en effet particulièrement. « Ce n’est plus assez, ici, de confesser sa foi, il faut la proclamer, la chanter ! Un credo à Saint Pierre de Rome est comme une préface du Sanctus éternel…66 » rappelle Adolphe Mauvif de Montergon à propos d’un pèlerinage angevin à Rome en 1902. C’est une façon d’étendre le territoire de l’Église. Et les prêtres-musiciens de remarquer au début du XXe siècle : « Il y a déjà des progrès. La foule n’est plus dans nos églises la grande muette que nous avons connue. Elle chante à Lourdes, à Paray-Le-Monial, à Montmartre, et pour peu qu’on veuille s’en donner la peine, elle fait de même un peu partout à l’occasion des missions et des retraites pascales67. » Les croyants s’habituent peu à peu à chanter régulièrement et les clercs font tout pour les pousser dans ce sens. On ne s’étonnera pas de trouver À l’étendard dans la plupart des célébrations johanniques, parce qu’il est facile à retenir, et surtout facile à interpréter pour « une foule [qui] n’est pas artiste 68 » : son rythme (noire pointée- croche) est caractéristique des marches militaires, son ambitus est restreint69, il comporte peu de modulations, de vocalises ou d’intervalles importants, sans compter qu’il peut être chanté avec ou sans accompagnement. Il se distingue donc par ses qualités de facilité et de bonne facture70 comme le réclame l’abbé Arifon dans ses articles sur le cantique populaire pour la Musique Sacrée. Un chant qui permet de manifester bien haut les nouvelles valeurs de l’Église : réconcilier religion et patrie71.

À l’étendard en guerre…

27En 1914, quand commence la guerre, À l’étendard semble donc déjà célèbre partout en France, toujours davantage associé à un contexte de piété. On voit de plus en plus en Jeanne d’Arc la Sainte de la Patrie, celle qui grâce à ses voix a pu sauver la France, et donc l’intercesseur privilégié en cette période de troubles. La guerre ne va donc pas revenir sur cette évolution, mais bien au contraire la renforcer.

  • 72  Savatier Henri (1855-1952), Correspondance de guerre (aout 1914- février 1917), http://savatier.co (...)
  • 73  Alexandre-Louis Jacqueau (1877-1915) sous-lieutenant catholique originaire de la région parisienne
  • 74  « Lettre d’Alexandre-Louis Jacqueau à sa femme », Le sous lieutenant Alexandre-Louis Jacqueau, Boi (...)
  • 75  Jacqueau Alexandre-Louis, Lettre du 16 mai 1915. ibid.

28Pendant la guerre, l’hymne prend une place toute naturelle dans le cœur des croyants. On retrouve le cantique, parfois seulement intitulé « Cantate de Jeanne d’Arc » dans nombre de messes ou de moments de prière collective. Henri Savatier, un soldat d’origine poitevine, témoigne justement dans sa correspondance avoir assisté à une messe de Noël, le 25 décembre 1914 à 10h et avoir chanté À l’étendard, « accompagné de sonneries de clairons »72 en l’église de St-Martin-Langueau. Elle est située à proximité de Beauvais, non loin de la région rouennaise, terre johannique. Le 13 mai 1915, Alexandre-Louis Jacqueau73, soldat caché dans les tranchées au nord de Verdun raconte dans une lettre à sa femme, « avec quel cœur nos hommes entonnent les cantiques 74 ». Trois jours plus tard, il donne un exemple concret : le 16 mai 1915, pour rendre hommage à Jeanne d’Arc, les hommes de la section H. R. s’organisent en chœur et chantent à l’Etendard75. Le chant est lié ici à la messe, dite dans une grange par un prêtre infirmier peu éloquent. Remarquons là encore que ce poilu n’est pas originaire d’une des grandes villes johanniques, et n’est pas non plus en territoire johannique. Il connaît À l’étendard, et le chante dans un contexte particulier, celui de la fête en l’honneur de Jeanne. C’est bien leur dévotion qui pousse ces hommes à chanter.

  • 76  Voir notamment Jean-Yves Le Naour, Claire Ferchaud, la Jeanne d’Arc de la grande guerre, Paris, Ha (...)
  • 77  Lavédan Henri, L’Illustration, 8 mai 1915, p. 460.
  • 78  Lagny Michelle, « L’image de Jeanne d’Arc en Lorraine », Annales de l’Est, 1978, n° 1 p. 25-72.

29Jeanne d’Arc connaît une grande popularité76 depuis 1914, puisqu’elle apporte espoir et réconfort, tant à l’arrière qu’au front. Pour Henri Lavédan en 1915, « il nous apparaît tout à coup dans une illumination surnaturelle, que Jeanne d’Arc est la Protectrice, indispensable et sainte, vers laquelle doivent se tourner, en ces moments de confiante angoisse, nos regards et nos pensées77. » En 1918, le livre d’or de Domremy ne compte pas moins de 30 000 signatures78, preuve s’il en est du succès remporté par l’héroïne lorraine. A l’Etendard devient donc pendant la guerre une prière à voix haute envers cette ambassadrice, cet intercesseur qu’est Jeanne d’Arc.

  • 79  Fraisse P. Oléron G. et Paillard J., « Les effets dynamogéniques de la musique. Étude expérimental (...)

30Et puis rappelons que la musique a également des vertus « dynamogéniques » c’est-à-dire qu’elle a des « effets moteurs 79 », ce qui permet d’expliquer pourquoi À l’étendard a été chanté aussi régulièrement dans ce nouveau contexte :

  • 80  Kastner Georges, Manuel général de musique militaire à l’usage des armées françaises, [Paris, Firm (...)

Ce qui permet avant tout de la considérer comme un art éminemment utilise c’est la suprême faculté qu’elle possède de faire naitre les sentiments belliqueux, de réveiller le courage, d’exciter la bravoure, d’inspirer à tous ceux qui combattent pour la patrie une noble émulation un saint enthousiasme, et de substituer dans leur âme, à la crainte du péril à l’idée de la mort à toutes les vagues et funestes appréhensions auxquelles ils pourraient s’abandonner au moment du danger, une fermeté inébranlable une confiance salutaire et cette généreuse exaltation cette sublime intrépidité qui fait les héros et assure la victoire80.

31On ne s’étonnera donc pas que le cantique des abbés Vié et Laurent, composé dans un style éminemment martial, puisse avoir des vertus motivantes et stimulantes sur le moral comme sur le courage des troupes fatiguées.

  • 81  Deleuze Gilles, « Sur la musique, 3 mai 1977 », op. cit., p. 4.
  • 82  http://pagesperso-orange.fr/bochet.facteur. Consulté le 27 janvier 2008.
  • 83  René Agnès, Les fêtes d’Orléans du mois de mai 1868, op. cit., p. 9.

32Dernier élément important en ces temps troublés, la musique est également un réconfort important. À l’étendard est de l’ordre de la « ritournelle » pour reprendre les termes de Deleuze et de Guattari. « Un temps pulsé, c’est toujours un temps territorialisé ; régulier ou pas (…). Chaque fois que je parcours ou hante un territoire, chaque fois que j’assigne un territoire comme mien, je m’approprie un temps pulsé, ou je pulse un temps. Je dirais que la forme musicale la plus simple du temps pulsé, (…) c’est la petite ritournelle. La petite ritournelle de l’enfant 81 ». À l’étendard permet, par la répétition des mêmes motifs, par la scansion renouvelée des mêmes rythmes, de créer un espace familier autour de celui qui entend la musique, ou chante, seul, le refrain. Le chasseur Joseph Bochet porte dans ses affaires, parmi d’autres, une chanson à Jeanne d’Arc, « bouclier de la patrie 82 » en guise de réconfort. La musique rassure. Elle permet à chacun de se remémorer son passé : elle peut, à travers les temps, les formes et les styles, rappeler des souvenirs heureux, comme la cloche le faisait pour Agnès René : « la cloche a pour nous tous, un intime langage, qui touche notre cœur, nous reporte au village, où nous avons passé jeunes insoucieux, au foyer paternel nos jours les plus heureux83. »

Hymne national

  • 84  Supplément aux Annales religieuses du diocèse d’Orléans, samedi 20 mars 1909, p. 215.

33Chantée à Orléans depuis 1899, chantée à Lourdes, cette cantate a l’entrain, l’accent qui conviennent à un « hymne national ». Or un « hymne national » ne se fait pas sur commande, ni ne se décrète par autorité : la voix du peuple suffit pour qualifier ainsi tout chant, qui l’entraîne et le ravit.84 » Elle le devient d’autant plus lorsqu’elle est entonnée, lors de grandes occasions, à l’extérieur du territoire français.

  • 85  Touchet Mgr, « Lettre pastorale de Mgr l’Évêque d’Orléans sur le dernier pèlerinage à Rome », Supp (...)
  • 86  Voir notamment « La béatification de Jeanne d’Arc à Rome », Je sais tout, 15 avril-15 mai 1909, p. (...)
  • 87  « Chronique romaine », Annales religieuses du diocèse d’Orléans, 22 mai 1909, p. 390.
  • 88  Il est nécessaire de rappeler que les cantiques populaires « sont interdits durant le cours des of (...)

34Lors des fêtes de béatification à Rome, À l’étendard est repris plusieurs fois en chœur par les pèlerins réunis dans la basilique Saint-Pierre. L’église nationale, cette « gracieuse » église de Saint-Louis-Des-Français est trop petite pour accueillir les milliers de croyants rassemblés pour célébrer la bienheureuse : « Cette supplication solennelle de trois jours, les 20, 21, 22 avril à la gloire de la bienheureuse Jeanne d’Arc ne pouvait avoir d’autre théâtre que notre église nationale, trop étroite sans contredit pour la conjoncture 85 ». La célébration s’installe donc en la prestigieuse basilique Saint-Pierre, immense monument en plein cœur du Vatican. Les Français rassemblés sentent le besoin de créer un espace mémoriel, un territoire symbolique. Cette reterritorialisation passe là encore, par la musique des voix. Les comptes-rendus des festivités de béatification insistent généralement sur ces cantiques entonnés à plein poumons par les presque quarante mille pèlerins – si ce n’est soixante mille - qui se sont rassemblés en avril 190986. « Même dans les chants, les Romains retrouvaient la furia francese d’antan. En effet, sous les voûtes de Saint-Pierre des chants retentissaient. (…) On ne saurait croire l’impression produite par ces chants, pourtant d’un usage si ordinaire exécutés par un chœur formidable de 30 ou 40 000 voix, sous les voûtes de la basilique87. » Tant et si bien que Pie X malgré le réquisitoire d’un chanoine italien surpris88, se laisse envahir par l’émotion et laisse ces chants extra-liturgiques – dont À l’étendard - s’élever lentement.

35Le cantique des abbés Vié et Laurent ne prend pas place au hasard dans la cérémonie, chanté anonyme parmi les autres. Daniel Bertrand de Laflotte, assistant au pèlerinage, relate qu’il s’élève comme un « cri du cœur », devant le tableau de la guerrière béatifiée :

  • 89  Bertrand de Laflotte, Daniel, Aux pieds de Jeanne d’Arc : Rome, avril 1909, souvenirs d’un pèlerin(...)

Des cliquetis de baïonnettes et des blancheurs d’acier, des crosses qui tombent en cadence sur les dalles, tout un appareil militaire qui encadre, souhaite le triomphe de la Guerrière et le complète, comme à Orléans lors de la Fête traditionnelle. Mais voilà que frappés, entraînés sans doute par cette ressemblance et ce souvenir, les pèlerins d’Orléans, tout à coup, au milieu d’un banal cantique, entonnent cette marche de l’Étendard si populaire sur les bords de la Loire, qu’Orléans chante chaque année, le 7 mai au soir, lorsque la blanche bannière apparaît devant le parvis de la Cathédrale89.

36Alors, il décrit avec précision toute l’émotion contenue dans ce morceau de chant. Les auditeurs n’écoutent plus passivement, mais grâce au refrain qui passe de bouche à oreille, participent à la cérémonie activement, efficacement :

  • 90  Ibid. p. 41.

Sous les voûtes sonores, le rythme prend une ampleur, un entrain, inaccoutumés. L’air se propage de groupes en groupes, électrise la foule. Après la seconde strophe, le refrain est à peine commencé qu’il est reconnu par tous. L’air vole de bouche en bouche ; il court sur toutes les lèvres, et au bout de quelques instants, la marche est chantée, non plus par un groupe, mais par toute la foule, par ces cinquante mille personnes entraînées par son allure martiale. Et l’hymne À l’étendard monte vers la Gloire. C’est tout un peuple qui le chante : c’est la France, le meilleur de la France !90

  • 91  Gino Stefani cité par Ivo Supicic, « Musique et fête : note sur le sacré et le profane », Internat (...)

37La musique use de tous ses charmes et une « famille » invisible semble en émaner. Malgré les nationalités, malgré les différences, ces individus se rapprochent, se lient, comme portés par la musique. « On ne demandera pas à la musique… quel est son statut autonome. Elle est l’instrument de communion, comme la fête elle-même…91 » La musique participe donc du vaste dispositif qui crée la communauté : communauté de pensée, communauté de geste. C’est une petite France qui construit son territoire en chantant dans la basilique. Camille Bellaigue, le célèbre critique musical et croyant fervent, assiste également à ce moment d’exaltation. Sa conclusion est à l’avenant. La communauté rassemblée recrée par ses chants « l’âme nationale ». La cérémonie n’est plus romaine mais bien française. Pas besoin de longs discours pour enchanter la foule et mettre en scène le théâtre de la patrie, quand de simples chants y suffisent amplement :

  • 92  Bellaigue Camille, Pie X et Rome, notes et souvenirs, (1903-1914), Paris, Nouvelle librairie natio (...)

En vérité, l’âme nationale était là ; cette âme seule, cette âme pure, immortelle et comme affranchie du corps malade qui l’opprime et la tourmente aujourd’hui. (…) Oui, dans le sanctuaire par excellence, dans le Saint des Saints, tout était la France. On reconnaissait la patrie à son visage, au chant de ses cantiques, à l’accent et au son de sa voix92

  • 93  T.C. « Le Culte de Jeanne d’Arc s’universalise », Annales religieuses du diocèse d’Orléans, juille (...)
  • 94  Dubois Colette et Soumille Pierre, Des chrétiens à Djibouti en terre d’Islam, XIXe-XXe siècles, Pa (...)

38Peu à peu le culte johannique s’universalise pour reprendre un titre adopté par les Annales Religieuses du diocèse d’Orléans93. Des festivités s’organisent de part le monde pour rendre hommage à Jeanne d’Arc. On fonde une association sous sa tutelle à Lucques en Toscane, comme on la fête à Buenos Aires en 1909. Jeanne d’Arc est désormais associée à la France, et au culte catholique. Elle est à la fois représentante de l’Autel et de la Patrie. C’est à ce titre qu’elle s’exporte. Ainsi donne-t-elle son nom au premier lieu de culte catholique élevé à Djibouti, inauguré en 1922, comme elle avait donné son nom à une église élevée à Tunis en 1911-1912 au cœur du quartier résidentiel français, signes matériels de « l’empreinte du catholicisme94 » et de la France en terre d’Islam. Jeanne d’Arc est perpétuellement associée lors des missions, des constructions voire des réceptions, au territoire qui l’a vu naître.

  • 95  Trimbur Dominique, « Sainte-Anne : lieu de mémoire et lieu de vie français à Jérusalem », Chrétien (...)
  • 96  Trimbur Dominique, ibid., p. 48.
  • 97  Trimbur Dominique, ibid., p. 48

39A l’étranger, À l’étendard participe d’un mouvement général qui vise à transformer certains sites à l’étranger en lieux de mémoire français. Le cantique n’est alors dans l’imaginaire des auditeurs comme des chanteurs, guère plus associé à Orléans. C’est un symbole de la France. C’est le cas notamment pour ce qui concerne les monuments appartenant à la France, mais que l’on cherche d’autant plus à « franciser » qu’ils se trouvent éloignés du territoire métropolitain. C’est le cas notamment pour ce qui est des territoires de mission. Dominique Trimbur exploite justement le cas de la basilique Sainte Anne de Jérusalem, cédée à la France en 1856, véritable enclave nationale et « lieu de mémoire français95 ». Cette terre de mission se trouve rapidement devenir une vitrine de la France à l’étranger. Il est donc important de la colorer toujours davantage d’une patine « nationale » tant par la restauration que par des gestes symboliques. On essaie de créer en ce lieu de réunion et de passage, un site résolument politique et religieux, national. Dès la fin du XIXe siècle, « Sainte-Anne des Français96 » accueille régulièrement des pèlerinages. L’important alors n’est pas de mêler au site exotisme et couleur locale mais au contraire de faire de l’endroit une enclave française. « La France qui passe » et « la France qui reste97 » ne cherchent pas le dépaysement, mais une petite patrie.

40Pour rappeler « cette patrie absente », pour invoquer l’esprit français, nous ne nous étonnerons pas de retrouver Jeanne d’Arc. En 1913, le journal de Saint-Anne, qui contient de nombreux détails sur la vie du séminaire revient sur le désormais célèbre cantique de l’abbé Vié et du chanoine Laurent, joué par la fanfare des Pères Blancs.

  • 98  ASAJ, 2al. La vie du séminaire, des origines à la guerre de 14-18 (inclus) Boîte 2 : Diaire du pet (...)

Dès les premières mesures de l’ « Étendard » de Jeanne d’Arc, c’est un vrai délire qui saisit la foule et prêtres et fidèles littéralement « se tordent la bouche » comme pour dominer, par le chant des paroles bien connues, le son des instruments. Et plusieurs de dire tout haut : « Mais on est en France chez vous, et même ... mieux qu’en France 98 !

  • 99  Francfort Didier, Le chant des nations, op. cit., p. 93.
  • 100  Chantée notamment lors du pèlerinage de juin 1896, selon D. Trimbur, ibid., p. 49.
  • 101  ASAJ, Cahier I, 1924-31 déc. 1926, entrée du 5 mai 1925, cité par D. Trimbur, ibid., p. 52.

41« La musique contribue à fonder un espace public perçu comme emblématique de l’espace national99. » Le cantique célèbre partout, véritable relais de la Marseillaise100, suffit grâce à l’émotion partagée, à recréer un espace mémoriel et national, pour rapprocher pèlerins et expatriés de la métropole. On ne s’étonnera pas qu’il devienne un des éléments favoris – si ce n’est incontournable – du programme de la fanfare du Séminaire. Il faut dire que la colonie redouble de ferveur à l’encontre de Jeanne d’Arc et obtient même en 1925 le monopole de sa célébration101. Le culte johannique devient dès lors un véritable culte à la France.

  • 102  A ce propos voir notamment Relinger Jean, « L’art et la mémoire de la guerre », L’art, mémoire de (...)
  • 103  « Selon la tradition lexicographique, « hymne » s’emploie ordinairement au féminin en parlant des (...)

42À l’étendard s’avère donc être un chant d’une grande densité idéologique. Il participe de la construction de la mémoire collective, et en cela, contribue à maintenir, dans la cohésion, l’identité de la nation102. Véritable lieu de mémoires, il invoque par surimpressions successives celles de Jeanne d’Arc, celle d’Orléans et celle de la France. Joué à dans sa ville natale, à Paris ou à Jérusalem, son message n’est pas le même. Alors, nouvelle Marseillaise ? Certes, il a pu rivaliser en quelques rares occasions avec l’hymne national, mais sa postérité n’est guère comparable. Après les années 1920 et la canonisation de Jeanne, il reste de plus en plus circonscrit à l’aire religieuse quand il n’est pas joué à Orléans. Plus qu’un hymne peut-être, une hymne103.

Haut de page

Bibliographie

Brun P. M., « À l’étendard » et ses auteurs », Bulletin de l’Association des Amis du Centre Jeanne d’Arc, n° 4, 1981.

Cabezas Hervé, Le culte de Jeanne d’Arc dans les églises de Paris, étude archéologique, thèse de Troisième cycle, soutenue à l’Université de Paris-Sorbonne en 1992, sous la direction de M. le professeur Philippe Bruneau, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 1993, 608 p.

Cheyronnaud Jacques, « Hymnodie de pèlerinage et air pérégrin (1873-1969) », in Les saints et les stars, le texte hagiographique dans la culture populaire, (J. C. Schmitt ed.), Paris, Beauchesne, 1983, p. 222-245.

Cheyronnaud Jacques, « Eminemment français, nationalisme et musique », Terrain, 17, 1991, p. 91-102.

Cheyronnaud Jacques, « La parole en chantant, musique et cultures politiques », Protée, VIII-2, 2002, p. 79-94.

Corbin Alain, Les cloches de la terre, paysage sonore et culture sensible dans les campagnes du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, 361 p.

Deleuze Gilles, Cours Vincennes : sur la musique, 3 mai 1977, http://www.webdeleuze.com.

Deramond Julie et Leterrier Sophie-Anne, « Scène lyrique et histoire, Jeanne d’Arc au XIXe siècle », Monitor ZSA, vol. VIII, n° 1-2, 2006, p. 57-77.

Deramond Julie, « Jeanne d’Arc, une mère de la patrie en musique au XIXe siècle », Caen, Cahiers de la MRSH, n° 45, 2006, p. 147-160

Deramond Julie, « Jeanne d’Arc et ses voix, dans deux œuvres lyriques, Verdi et Honegger », Clio, n° 25, mai 2007, p. 125-142.

Deramond Julie, « Jeanne d’Arc, la musique de l’histoire », Bulletin des amis du Centre Jeanne d’Arc, 2004, p. 143-163.

Deramond Julie, « Jeanne d’Arc tout contre la vie parisienne », Congrès de la SERD, site étudesromantiques.org (à paraître).

Deramond Julie, « Chanson johannique, chanson politique », Eidolon, 2008 (à paraître).

Dubois Colette et Soumille Pierre, Des chrétiens à Djibouti en terre d’Islam, XIXe-XXe siècles, Paris, Karthala éditions, 2004, 373 p.

Fraisse P., Oléron G. et Paillard J., « Les effets dynamogéniques de la musique. Étude expérimentale », L’année psychologique, 1953, n° 53-1, p. 1-34.

Francfort Didier, Le chant des nations, musiques et cultures en Europe, 1870-1914, Paris, Hachette, 2004, 462 p.

Lagny Michelle, « L’image de Jeanne d’Arc en Lorraine », Annales de l’Est, 1978, n° 1, p. 25-72.

Le Naour Jean-Yves, Claire Ferchaud, la Jeanne d’Arc de la grande guerre, Paris, Hachette, 2006, 285p.

Leterrier Sophie-Anne, « La symbolique politique dans la musique : les hymnes nationaux », La France démocratique, mélanges offerts à Maurice Agulhon, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 449-455.

Le trésor de la langue française informatisé, http://atilf.atilf.fr

Maisonneuve Sophie, « De la « machine parlante » à l’auditeur », Terrain, n° 37, 2001, p. 11-28.

Mariot Nicolas, « Nos fleurs et nos cœurs », La visite présidentielle en province comme événement institué », Terrain, n° 38, 2002, p. 79-96.

Piguet Jean-Claude, « Philosophie et musique, trois approches philosophiques de la musique, la phénoménologie, le pythagorisme et la philosophie du langage », Musique et philosophie, Actes du colloque organisé avec la Sté Bourguignonne de philosophie, (Jean Ferrari dir.), Dijon, ed. Société Bourguignonne de Philosophie et Sté Poitevine de Philosophie, 1985, p. 144-158.

Prost Antoine, « Jeanne à la fête », La France démocratique, mélanges offerts à Maurice Agulhon, (Christophe Charle, Jacqueline Lalouette, Michel Pignenet et Anne-Sophie Sohn éd.) Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 379-396.

Relinger Jean, « L’art et la mémoire de la guerre », L’art, mémoire de la guerre, l’art mémoire de l’indicible, Actes du colloque de Péronne, 1996, Amiens, Imp. Yvert, 1999, p. 213-222.

Ribac François, « La circulation et l’usage des supports enregistrés dans les musiques populaires en île de France », Recherche menée pour le programme interministériel « Culture et territoires en île de France », Le bureau des Écritures de la direction de la Musique, du théâtre et de la danse du ministère de la Culture et le conseil Général de Seine Saint Denis, 2006-2007, 245p. http://culture-et-territoires.fr/IMG/pdf/rapport_F_Ribac.pdf

Sadie S., Tyrrell J., Macy L. et Lloyd S., The new grove dictionary of music and musicians, http://www.grovemusic.com

Supicic Ivo, « Musique et fête : note sur le sacré et le profane », International Review of the Aesthetics and sociology of music, vol. 21, n° 2, 1990, p. 179-187.

Trimbur Dominique, « Sainte-Anne : lieu de mémoire et lieu de vie français à Jérusalem », Chrétiens et Sociétés XVIe-XXe siècles, n° 7, 2000, p. 39-69.

Haut de page

Document annexe

  • À l’étendard (audio/ogg – 3,0M)

    Enregistrement du disque À l’étendard, disque l’Aérophone, chanté par Payan. Collection Particulière. Aimablement mis à disposition par Jean-Luc Fradet. Voir http://pagesperso-orange.fr/jlf

Haut de page

Notes

1  Denis Léon, Jeanne d’Arc medium, Paris, Librairie des Sciences Psychiques, 1910, p. 69

2  Le chanoine Vié (Escrennes (Loiret) 1849 – Pont-Levoy 1918) est ordonné prêtre en 1872. Licencié es-lettres, il devient professeur au Petit Séminaire d’Orléans puis de la Chapelle Saint Mesmin, dont il devient le supérieur en 1886. En 1906, il est supérieur à Pont-Levoy dans le Loir et Cher avant d’être promu évêque de Monaco en avril 1916.

3  L’abbé Marcel Laurent (Courtenay 1860-Orléans 1921) est ordonné prêtre en 1887. Il devient maitre de la chapelle de la Cathédrale Sainte-Croix d’Orléans en 1890. En 1909 il devient chanoine honoraire. Il compose d’autres œuvres en l’honneur de Jeanne d’Arc : la Ballade des dames guerrières, l’Ave Maria de Jeanne d’Arc ou Les voix de Jeanne d’Arc, mais c’est À l’étendard qui le rend célèbre.

4  Au cours de notre enquête, on l’a par exemple entendu, fredonné par un curé bibliothécaire à Vannes, comme par un trompettiste amateur à Toulouse… On trouve également actuellement, sur internet divers enregistrements libres de ce cantique, pour chœur ou instruments.

5  Berthelot M. cité par P. M. Brun, « À l’étendard » et ses auteurs », Bulletin de l’Association des Amis du Centre Jeanne d’Arc, n° 4, 1981, p. 31.

6  Piguet Jean-Claude, « Philosophie et musique, trois approches philosophiques de la musique, la phénoménologie, le pythagorisme et la philosophie du langage », Musique et philosophie, Actes du colloque organisé avec la Sté Bourguignonne de philosophie, (Jean Ferrari dir.), Dijon, Société Bourguignonne de Philosophie et Sté Poitevine de Philosophie, 1985, p. 154.

7  Cérémonie créée en 1855 sur l’instigation de Mgr Dupanloup, l’évêque d’Orléans et de M. Genteur, le maire, pour le soir du 7 mai.

8  René Agnès, Les fêtes d’Orléans du mois de mai 1868 à l’occasion du concours régional de la fête de Jeanne d’Arc, de l’exposition d’horticulture et de la visite de leurs majestés l’empereur et l’impératrice, Beaugency, Félix Renou imprimeur, 1868, p. 4.

9  Cf. Illustration 1. La prise d’Orléans par Jeanne d’Arc, de Jules Lenepveu, Panthéon.

10  Cf. Illustration 6. Première de couverture d’À l’étendard, par les abbés Vié et Laurent, Orléans, s.d.

11   Brun P. M., « À l’étendard » et ses auteurs, op. cit., p. 31.

12  Brun P. M., ibid., p. 32.

13  Cf. Illustration 3. L’abbé Laurent dirigeant la Ballade des dames guerrières.

14  Brun P. M. ibid., p. 32.

15  « Programme musical de la fête de Jeanne d’Arc. Jeudi 7 mai 1908 », Le Patriote Orléanais, 2 mai 1908.

16  Cf. Illustrations 7 et 8. Partition d’ À l’étendard.

17  En cela, À l’étendard répond au canon de ces musiques « de la République comme (…) de l’Eglise [qui] doivent captiver l’intelligence et toucher les cœurs, mais ni trop, ni trop peu, en respectant toujours une forme de mediocritas », comme le Remarque Dider Francfort d’après Julien Tiersot, Le chant des nations, Paris, Hachette, 2004, p. 278.

18  Francfort Didier, ibid., p. 88.

19  Francfort Didier, ibid., p. 88.

20  La Revue musicale, février 1909, p. 79.

21  Évoquons notamment le grand nombre de complaintes orléanaises écrites au XIXe siècle à propos de Jeanne d’Arc recensées par Emile Huet dans Jeanne d’Arc et la musique, bibliographie musicale, Orléans, Marcel Marron, 1909.

22  Vié Abbé, Laurent Abbé, « À l’étendard », Emile Huet, ibid., p. 57.

23  Prost Antoine, « Jeanne à la fête », La France démocratique, mélanges offerts à Maurice Agulhon, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 381.

24  Cf. Illustration 2. Fêtes de Jeanne d’Arc, 1909. Parvis de la cathédrale.

25  Voir notamment la définition donnée par le Grove : « Cantique », Grove music online, ed. L. Macy (consulté le 22 janvier 2008), http://grovemusic.com

26  Vié et Laurent abbés, À l’étendard, 3e couplet, édition orléanaise, op. cit.

27  Laurent et Vié abbés, À l’étendard, op. cit., second couplet, édition orléanaise.

28  Prost Antoine, « Jeanne à la fête », op. cit., p. 385.

29  Dès 1899, le texte du cantique est imprimé au dos du programme des festivités. À l’étendard, chant populaire en l’honneur de Jeanne d’Arc pour le soir du 7 mai ; Programme de la fête au verso. Orléans, Paul Pigelet imp., 1899, conservé aux Archives départementales du Loiret : 10 Fi 4-7.

30  René Agnès, ibid., p. 10-11.

31  Cheyronnaud Jacques, « La parole en chantant, musique et cultures politiques », Protée, vol. 30, n° 1, 2002, p. 79 : « Je propose d’entendre par hymnodie, ce principe de programmations discursives en « mode poético-musical » mais encore à mécanisme rythmique de scansion (slogans par exemple) ordonnées à l’accomplissement d’actions collectives de chant finalisées dans l’établissement de référents communs et servant ainsi à la cohésion, à la représentation unitaire et à la capacité démonstrative d’un groupe (disons, sa détermination « à faire pression »). »

32  Voir certaines illustrations, accompagnant le compte-rendu de la fête. Par exemple, Le Monde illustré, 13 mai 1876, p. 308.

33  Corbin Alain, Les cloches de la terre, paysage sonore et culture sensible dans les campagnes du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, p. 99.

34  Denis Léon, op. cit., p. 70-71.

35  Vié Gustave-Victor et Laurent Marcel, À l’étendard chant populaire en l’honneur de Jeanne d’Arc pour le soir du 7 mai, [édition orléanaise], second couplet, Orléans, Herluison, 1899. Conservé à la Médiathèque d’Orléans, H 823.1.

36  Cheyronnaud Jacques « Hymnodie de pèlerinage (1873-1969) et air pérégrin, regards sur la singularité et l’ubiquité d’une mélodie », in Les saints et les stars, Le texte hagiographique dans la culture populaire, (J.-C. Scmitt dir.), Paris, Beauchesne, 1983, p. 224.

37  Voir Deleuze Gilles, Cours Vincennes : sur la musique, 3 mai 1977, http://www.webdeleuze.com, consulté le 28 janvier 2008.

38  Vié et Laurent abbés, « À l’étendard, édition orléanaise », op. cit., dernier couplet.

39  Touchet Mgr, « Lettre pastorale de Mgr l’Évêque d’Orléans sur le dernier pèlerinage à Rome », Supplément aux Annales religieuses du diocèse d’Orléans, mai 1909, p. 308.

40  Par exemple lors du Triduum des fêtes de béatification à Boismorand le 19 septembre 1909 après la bénédiction de la statue de la Bienheureuse par Vermare et la procession dans le village, ou le même jour à Erceville, par la population entière réunie pour l’occasion.

41  Après Orléans, ce n’est qu’au XIXe siècle que les autres villes se dotent de fêtes johanniques de grande ampleur. En 1820 à Domremy, Paris depuis 1878, Rouen à peu près à la même époque, Reims de façon discontinue à partir des années 1880.

42  Cf. Illustrations 4 et 5. Tract pour les Fêtes solennelles de la bienheureuse Jeanne d’Arc, Rouen, 1917.

43  La semaine de la bienheureuse Jeanne d’Arc, Cathédrale de Rouen, 22-30 mai 1913, édité par le « Bulletin Religieux de l’Archidiocèse de Rouen », p. 8. Exemplaire conservé à la bibliothèque diocésaine de Rouen (biographie, Jeanne d’Arc).

44  Fête solennelle de la Bienheureuse Jeanne d’Arc, 30 mai 1917, Rouen, imp. De la Vicomté, 1917. Tract conservé au Centre Jeanne d’Arc à Orléans, n° 74-12-4480.

45  À l’étendard, [version « normande »], ibid. p. 41. Exemplaire conservé à la bibliothèque diocésaine de Rouen (biographie, Jeanne d’Arc).

46  Elle est canonisée en mai 1920.

47  On lui consacre une fête nationale, pendant au 14 Juillet, en juillet 1920.

48  Ribac François, La circulation et l’usage des supports enregistrés dans les musiques populaires en île de France , Recherche menée pour le programme interministériel « Culture et territoires en île de France », Le bureau des Écritures de la direction de la Musique, du théâtre et de la danse du ministère de la Culture et le conseil Général de Seine Saint Denis, 2006-2007, p. 10.

49  On peut penser aux recueils de l’abbé Cochard ou d’Emile Huet par exemple.

50  Pensons aux différents recueils de l’abbé Vié.

51  Par exemple dans le numéro spécial consacré à « Jeanne d’Arc et la chanson » dans La Bonne Chanson, revue mensuelle du foyer, 15 avril 1911.

52  Par exemple, dans Le directoire des pèlerins du Pèlerinage du diocèse de Chalons à Domremy, mercredi 3 juillet 1912. Conservé à la BNF : 8 LK7 38984.

53  Ribac François, « La circulation et l’usage des supports enregistrés… ». op. cit., p. 11.

54  Cf. Illustrations 9 et 10. Pochette et enregistrement tirés du disque À l’étendard par Payan. L’aérophone.

55  Disque à aiguille, À l’étendard chanté par Payan, Aérophone, s.d. [avant 1925], collection particulière.

56  Ribac François, « La circulation et l’usage des supports enregistrés… », op. cit., p. 14.

57  Programme publié à Jenzat en 1909, par l’imprimerie régionale M. Fontenay-Laruas. Conservé à la BNF : Tolbiac 4 WZ 9504.

58  Bulletin Paroissial de St Thomas d’Aquin, n° 6, juin 1911, p. 8. Cité par Hervé Cabezas, Le culte de Jeanne d’Arc dans les églises de Paris, étude archéologique, thèse de Troisième cycle, soutenue à l’université de Paris-Sorbonne en 1992, sous la direction de M. le professeur Philippe Bruneau, p. 453.

59  « L’hommage de Jeanne d’Arc à la basilique de St-Denys », La semaine religieuse de Paris, samedi 23 juin 1923, p. 930-931.

60  Voir le site des Anciens du Collège de Saint Etienne, Strasbourg. http://anciens.stetienne.free.fr/histoire.htm#chapitre3. Consulté le 28 janvier 2008.

61  Selon une lettre de Mgr Touchet à Mgr Vié, citée dans la seconde édition du Manuel de piété à Jeanne d’Arc, A l’autel de Sainte Jeanne d’Arc par S. G. Mgr Vié, Orléans, Marcel Marron, 1920, p. VI.

62  Vié Abbé, « Troisième couplet », À l’étendard, op. cit.

63  Annales religieuses du diocèse d’Orléans, 1909, p. 616.

64  Pèlerinage du diocèse de Chalons à Domremy, op. cit., p. 5.

65  Ibid., p. 11.

66  Mauvif de Montergon Adolphe, Les Angevins à Rome, souvenirs du pèlerinage de 1902, Angers, Germain et G. Grassin, 1902, p. 7.

67  Arifon Abbé, « Des cantiques populaires (suite) », La musique sacrée, revue mensuelle de plain-chant et de musique religieuse, mars 1905.

68  Arifon Abbé, ibid., p. 10.

69  C’est-à-dire qu’il peut être chanté par des chanteurs amateurs, sans pratique vocale régulière puisque les notes ne sont ni très graves ni très aiguës.

70  Même s’il ne se distingue pas par son sérieux, étant d’allure trop « fanfaresque » pour reprendre l’expression de l’abbé Arifon. Voir justement l’abbé Arifon, « Des cantiques populaires (suite) », op. cit., mars 1905, p. 10.

71  Voir le dernier couplet de la version nationale d’À l’étendard.

72  Savatier Henri (1855-1952), Correspondance de guerre (aout 1914- février 1917), http://savatier.com. Consulté le 28 janvier 2008.

73  Alexandre-Louis Jacqueau (1877-1915) sous-lieutenant catholique originaire de la région parisienne.

74  « Lettre d’Alexandre-Louis Jacqueau à sa femme », Le sous lieutenant Alexandre-Louis Jacqueau, Bois-Colombes, Imp. Courtois, 1921. http://etienne.jacqueau.free.fr/15Mai.htm. Site consulté le 30 janvier 2008.

75  Jacqueau Alexandre-Louis, Lettre du 16 mai 1915. ibid.

76  Voir notamment Jean-Yves Le Naour, Claire Ferchaud, la Jeanne d’Arc de la grande guerre, Paris, Hachette, 2006, p. 77-85.

77  Lavédan Henri, L’Illustration, 8 mai 1915, p. 460.

78  Lagny Michelle, « L’image de Jeanne d’Arc en Lorraine », Annales de l’Est, 1978, n° 1 p. 25-72.

79  Fraisse P. Oléron G. et Paillard J., « Les effets dynamogéniques de la musique. Étude expérimentale », L’année psychologique, 1953, n° 53-1, p. 1.

80  Kastner Georges, Manuel général de musique militaire à l’usage des armées françaises, [Paris, Firmin Didot frères, 1848], Genève, Minkoff reprint, 1973, p. 1.

81  Deleuze Gilles, « Sur la musique, 3 mai 1977 », op. cit., p. 4.

82  http://pagesperso-orange.fr/bochet.facteur. Consulté le 27 janvier 2008.

83  René Agnès, Les fêtes d’Orléans du mois de mai 1868, op. cit., p. 9.

84  Supplément aux Annales religieuses du diocèse d’Orléans, samedi 20 mars 1909, p. 215.

85  Touchet Mgr, « Lettre pastorale de Mgr l’Évêque d’Orléans sur le dernier pèlerinage à Rome », Supplément aux Annales religieuses du diocèse d’Orléans, mai 1909, p. 306.

86  Voir notamment « La béatification de Jeanne d’Arc à Rome », Je sais tout, 15 avril-15 mai 1909, p. 602.

87  « Chronique romaine », Annales religieuses du diocèse d’Orléans, 22 mai 1909, p. 390.

88  Il est nécessaire de rappeler que les cantiques populaires « sont interdits durant le cours des offices solennels » voir « Des cantiques populaires », La musique Sacrée, revue mensuelle de plain-chant et de musique religieuse, n° 1 et 2, janvier et février 1905, p. 7.

89  Bertrand de Laflotte, Daniel, Aux pieds de Jeanne d’Arc : Rome, avril 1909, souvenirs d’un pèlerin, 1911, Orléans, Marcel Marron éditeur, p. 40-41.

90  Ibid. p. 41.

91  Gino Stefani cité par Ivo Supicic, « Musique et fête : note sur le sacré et le profane », International Review of the Aesthetics and sociology of music, vol. 21, n° 2, 1990, p. 181.

92  Bellaigue Camille, Pie X et Rome, notes et souvenirs, (1903-1914), Paris, Nouvelle librairie nationale, 1916, p. 121.

93  T.C. « Le Culte de Jeanne d’Arc s’universalise », Annales religieuses du diocèse d’Orléans, juillet 1909, p. 580.

94  Dubois Colette et Soumille Pierre, Des chrétiens à Djibouti en terre d’Islam, XIXe-XXe siècles, Paris, Karthala éditions, 2004, p. 142-143.

95  Trimbur Dominique, « Sainte-Anne : lieu de mémoire et lieu de vie français à Jérusalem », Chrétiens et Sociétés XVIe-XXe siècles, n° 7, 2000, p. 42.

96  Trimbur Dominique, ibid., p. 48.

97  Trimbur Dominique, ibid., p. 48

98  ASAJ, 2al. La vie du séminaire, des origines à la guerre de 14-18 (inclus) Boîte 2 : Diaire du petit séminaire 1900-1914, Cahier T, journal de Sainte Anne, 1907-1914, entrée du 12 mai 1913. Cité par Dominique Trimbur, ibid, p. 49.

99  Francfort Didier, Le chant des nations, op. cit., p. 93.

100  Chantée notamment lors du pèlerinage de juin 1896, selon D. Trimbur, ibid., p. 49.

101  ASAJ, Cahier I, 1924-31 déc. 1926, entrée du 5 mai 1925, cité par D. Trimbur, ibid., p. 52.

102  A ce propos voir notamment Relinger Jean, « L’art et la mémoire de la guerre », L’art, mémoire de la guerre, l’art mémoire de l’indicible, Actes du colloque de Péronne, 1996, Amiens, Imp. Yvert, 1999, p. 213.

103  « Selon la tradition lexicographique, « hymne » s’emploie ordinairement au féminin en parlant des hymnes qu’on chante à l’église », voir la définition du terme dans le Trésor de la langue française. http://atilf.atilf.fr. Site consulté le 1er février 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Jules Lenepveu, La prise d’Orléans par Jeanne d’Arc, panthéon, Paris. Gravure tirée de l’Album Jeanne d’Arc, Paris, Œuvre des orphelins apprentis d’Auteuil, 1909. Conservé au Centre Jeanne d’Arc (folio H 256).
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 2
Légende Fêtes de Jeanne d’Arc à Orléans, 8 mai 1909. Parvis de la cathédrale. Photographie tirée de l’Album Jeanne d’Arc, ibid.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/331/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 3
Légende L’abbé Laurent dirigeant la ballade des dames guerrières. Mai 1909. Carte postale conservée dans la Collection Rigaud, A. D. Loiret, n° 7292.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/331/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 4
Légende Fête solennelle de la Bienheureuse Jeanne d’Arc, 30 mai 1917. Rouen, Imp. De la Vicomté, 1917. Tract (recto et verso) conservé au Centre Jeanne d’Arc à Orléans : n° 74-12-4480.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/331/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 5
Légende Fête solennelle de la Bienheureuse Jeanne d’Arc, 30 mai 1917. Rouen, Imp. De la Vicomté, 1917. Tract (recto et verso) conservé au Centre Jeanne d’Arc à Orléans : n° 74-12-4480.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/331/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 6
Légende Abbés Vié et Laurent, À l’étendard, Orléans, Herluison, s.d. Partition conservée au Centre Jeanne d’Arc à Orléans, 9.224.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/331/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 7
Légende Partition d’À l’étendard, tirée du recueil des Marches chantées dans le diocèse d’Orléans. Centre Jeanne d’Arc à Orléans. (n° 8, 2p.)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/331/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 8
Légende Partition d’À l’étendard, tirée du recueil des Marches chantées dans le diocèse d’Orléans. Centre Jeanne d’Arc à Orléans. (n° 8, 2p.)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/331/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 9
Légende Pochette du disque À l’étendard, disque l’Aérophone, chanté par Payan. Collection Particulière. Aimablement mis à disposition par Jean-Luc Fradet. Voir http://pagesperso-orange.fr/​jlf
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/331/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Deramond, « À l’étendard ! », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 23 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/331 ; DOI : 10.4000/framespa.331

Haut de page

Auteur

Julie Deramond

ATER à l’université Toulouse II, doctorante en histoire contemporaine, rattachée au laboratoire Framespa, équipe 9 « diasporas »

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org