Navigation – Plan du site
Dossier : Les immigrations maghrébines dans le Sud-Ouest de la France

Les Juifs du Maghreb à Toulouse des années 1950 à nos jours. Une insertion réussie ?

The Jews from the Maghreb in Toulouse from the 1950s to the Present : A Successful Insertion ?
Los Judíos del Maghreb en Toulouse desde los años 50 hasta la actualidad. ¿Una inserción lograda ?
Colette Zytnicki

Résumés

L’article analyse les transformations de la société juive à Toulouse suscitées par l’arrivée des Juifs du Maghreb à partir des années 1960. Il étudie les processus d’insertion sociale, les recompositions identitaires, tant sur le plan de l’espace intime que sur la scène publique toulousaine.

Haut de page

Texte intégral

1- Introduction

1Longtemps restée ultra minoritaire, marquée par une grande discrétion, la judaïcité toulousaine de la fin des années 1950 n’en était pas moins le résultat de migrations multiples, à tel point que celle en provenance d’Afrique du Nord semblait, à première vue, s’insérer dans une histoire vieille de presque deux siècles. Or il n’en fut rien. L’arrivée des Juifs du Maghreb a profondément modifié non seulement les contours démographiques et socioprofessionnels du groupe, mais également son mode d’être dans l’espace public. Une autre manière de vivre le monde et le judaïsme a été apportée d’outre-Méditerranée. Ce sont bien ces évolutions  qui tiennent aussi aux transformations que la société française a connues depuis près de cinquante ans  que nous tenterons de saisir ici.

  • 1 Voir en particulier les travaux de Doris Bensimon-Donath, L’intégration des Juifs nord-africains en (...)
  • 2 On peut consulter leurs travaux dans : « Le ‘‘moment philanthropique’’ des Juifs de France (1800-19 (...)
  • 3 Frédéric Abécassis, Karima Dirèche, Rita Aouad, La bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulman (...)

2Si les études sur les Juifs d’Afrique du Nord se sont multipliées dans les années qui ont suivi leur migration1, principalement menées par des sociologues, on peut regretter que les historiens se soient peu emparés du sujet. Il y a certes aujourd’hui toute une cohorte de jeunes chercheurs qui se sont lancés dans le décryptage des mécanismes d’insertion des Juifs venus de l’autre rive méditerranéenne2. Leurs travaux privilégient toutefois un cadre soit parisien, soit national3. À notre connaissance, les migrations juives maghrébines à Marseille, Lyon, ou Bordeaux restent autant de pages d’histoire à écrire.

  • 4 Archives départementales de la Haute-Garonne, série W relative au rapatriement des Français d’Algér (...)
  • 5 Archives du Fonds social juif unifié (FSJU), organisme social créé à la fin des années 1940 avec l’ (...)
  • 6 Enquête menée en 1993 avec Chantal Bordes-Benayoun, auprès de 165 personnes sous forme d’un questio (...)
  • 7 Enquêtes orales menées sous forme d’entretiens semi-directifs démarrées en 1991 jusqu'en 2011. 21 l (...)

3Pour comprendre ce qui s’est passé à Toulouse, nous avons mobilisé de nombreuses archives collectées depuis plus de vingt ans : sources administratives qui concernent l’accueil et l’insertion des rapatriés parmi lesquels se trouvaient les Juifs algériens4 ; sources communautaires5 ; enquêtes orales menées depuis 1991 jusqu’à nos jours réalisées en coopération avec Chantal Bordes-Benayoun6 ou par nos soins7 ; sans compter la presse (juive, nationale ou locale, ou bien la presse quotidienne). C’est, en quelque sorte, un bilan des recherches poursuivies sur cette thématique que nous proposons ici, analysant à la fois les mouvements migratoires, l’insertion des nouveaux venus dans le monde toulousain et les transformations induites par ces processus sur les individus et sur le groupe en son ensemble, après avoir rappelé le cadre dans lequel cette histoire s’est déroulée.

2- Les Juifs à Toulouse : une minorité en forme de mosaïque

  • 8 Gérard Nahon, Métropoles et périphéries séfarades d’Occident : Kairouan, Amsterdam, Bayonne, Bordea (...)
  • 9 Jacques Blamont, Le lion et le moucheron. Histoire des Marranes de Toulouse, Paris, Odile Jacob, 20 (...)
  • 10 Dépendante du Consistoire de Bordeaux ou de Bayonne, elle se présente sous la forme d’un conseil de (...)
  • 11 Monique-Lise Cohen, Ephraïm Mikhaël et son temps (la poésie symboliste dans l’ère industrielle), To (...)

4Avant la Révolution française, les Juifs ne pouvaient résider à Toulouse. Le royaume de France ne les tolérait qu’en Lorraine, en Alsace, à Bayonne ou à Bordeaux (et encore ceux-là ont-ils marranisé jusqu’à la fin du xviiie siècle)8. L’intolérante capitale du Languedoc avait chassé la petite communauté venue d’Espagne via Bordeaux qui s’était installée au milieu du xviie siècle, les condamnant par contumace au bûcher9. Il fallut attendre que la citoyenneté leur fût concédée en 1790 et 1791 pour que les Juifs puissent rester de façon durable et officielle à Toulouse. Le recensement organisé en 1808 révèle10 une judaïcité essentiellement composée de petites gens originaires de l’Est de la France ou du Comtat venaissin. L’on connaît bien peu de choses sur eux et sur leurs descendants qui édifièrent la première synagogue en 1857 rue Palaprat (qui croise la rue de La Colombette), un quartier populaire un peu à l’écart de ce qui était alors le centre-ville. On y pratiquait le culte portugais dont on retrouve aujourd’hui encore les échos dans certains offices. Au cours du xixe siècle, l’embourgeoisement est manifeste. Mais les transformations économiques s’y font à pas lent. À Toulouse, la richesse vient de la terre mais, pour les Juifs, du commerce et de quelques activités artisanales. Les fortunes s’édifient au fil du temps et restent modestes. La brève carrière d’Éphraïm Mikhaël dont le buste conserve la mémoire dans le jardin de la place Wilson en témoigne. Héritier des humbles immigrants du début du siècle, il appartient au groupe de ces bourgeois, qui fous de poésie dès le lycée, ne rêvent que de gloire littéraire11. Il fut un des brillants pionniers du mouvement symboliste, fugace également, car il mourut fort jeune, à 24 ans, en 1890.

  • 12 Florence Lohou, Approche de la Communauté juive de Toulouse de 1900 à 1940, mémoire de maîtrise, Un (...)
  • 13 Ibid.

5Le dernier tiers du xixe siècle marque un tournant important. Depuis cette période et jusqu’aux années 1960, la judaïcité toulousaine se renouvelle tous les vingt ou trente ans par des flux migratoires qui infléchissent le cours de son histoire. Après la défaite de 1870 et l’annexion de leur région, des familles d’Alsace et de Lorraine s’installent dans la ville rose et deviennent bientôt ces « Israélites français » qui feront les notables de la communauté12. Commerçants ou petits industriels, ils assurent la direction des institutions et détiennent en même temps des responsabilités dans les organisations professionnelles ou politiques de la ville. Tel est le cas des familles Alexandre et Mayer. Ainsi, lorsque Gaston Mayer (qui dirigeait une importante imprimerie) meurt en 1935, ses obsèques prennent un caractère solennel. Les notables de la ville rendent hommage au républicain convaincu, au franc-maçon et au bienfaiteur de ses concitoyens13.

  • 14 Colette Zytnicki, « De l’Ukraine au Languedoc : des étudiants russes à Toulouse à la veille de la G (...)
  • 15 Jean Estèbe, Les Juifs à Toulouse et dans le Midi toulousain au temps de Vichy, Toulouse, Presses U (...)

6Arrivent également, à la fin du siècle, quelques étudiants russes qui, soumis à un régime discriminatoire dans leur pays d’origine, choisissent de suivre leurs études à Toulouse. Ce n’est pas tant la médecine qui les attire, malgré la notoriété de la capitale languedocienne dans ce domaine, que ses instituts techniques. L’Institut électrotechnique qui vient d’ouvrir ses portes compte 8 étudiants juifs russes sur une promotion de 30 élèves en 191014. Sévèrement contrôlés par la police, ils n’en sont pas moins, pour certains, de fervents révolutionnaires. Quelques-uns font le choix de s’installer par la suite dans la ville et deviennent des cadres de sociétés industrielles locales. Après-guerre, des étudiants polonais, roumains, lithuaniens, suivent le même itinéraire universitaire et politique que leurs aînés russes. « Avant-garde à la fois politique et culturelle15 », ils participent activement à la création d’un des premiers ciné-clubs de la ville, dont les comptes sont tenus un temps en yiddish. Ils contribuent à faire connaître aux Toulousains le jazz et le surréalisme.

  • 16 Ibid.

7Vers 1900 arrivent les premiers Juifs séfarades originaires de Turquie. Ils s’installent à côté de la synagogue. Formant un groupe assez homogène de petits commerçants et de marchands-forains, ils ne fréquentent guère les Israélites français. Les rites les séparent bien sûr, mais surtout leur statut social respectif. Avec la venue des réfugiés allemands qui fuient le nazisme, la population juive de Toulouse, bien que réduite, offre l’aspect caractéristique d’une « mosaïque16 », dont les différentes pièces se jouxtent sans trop se mêler. La question du nombre reste un problème délicat. Le recensement effectué en 1808 comptabilisait 110 juifs dans la ville. Fort de 400 à 500 personnes au moment de l’Affaire Dreyfus, on peut estimer le groupe à environ 2 500 à 3 000 individus avant l’arrivée des Juifs d’Afrique du Nord.

8L’un des ciments de la mosaïque est l’organisation communautaire. Aux fragiles institutions héritées de la période napoléonienne succède en 1906 l’ACIT (Association Cultuelle Israélite de Toulouse). Elle a pour vocation l’entretien et l’exercice du culte dans les départements de la Haute-Garonne et avoisinants. Elle est dirigée par les familles de notables, dignes représentants locaux des Israélites français : Manuel, Cohn, Lyon, Hirsch, Alexandre, etc. Au fil des années, les « Turcs », d’abord simplement représentés dans le conseil d’administration, prennent ensuite des postes de direction qu’ils partagent avec les membres des vieilles familles.

  • 17 Éric Malo, « De Vichy à la IVe République : le camp de Noé 1943-1945 », Annales du Midi, juillet-dé (...)
  • 18 Pour cette période, voir Les juifs à Toulouse et dans le Midi toulousain au temps de Vichy, op. cit

9La Seconde Guerre mondiale modifie en profondeur ce tableau. Toulouse, située en zone libre, voit affluer des milliers de réfugiés. Cinq mille d’entre eux à peu près sont juifs. Victimes de la politique de discrimination et d’exclusion de Vichy, ils forment le groupe le plus défavorisé, le plus exposé à la répression. Celle-ci s’illustre par les camps d’internement de sinistre mémoire qui ceinturent la ville. D’abord conçus pour rassembler les Républicains espagnols, l’État français y place les Juifs avant de les acheminer vers les camps d’extermination. Ils ont pour nom Le Récébédou, Noé, Saint-Sulpice, Le Vernet ou Brens, etc.17. Mais la région est aussi un haut lieu de la Résistance au sein de laquelle les Juifs prennent une large part. Ils participent à des mouvements nationaux comme la MOI (Main-d’œuvre Immigrée), représentée localement par l’unité FTP-MOI 35e brigade, dite après sa mort, brigade Marcel-Langer, qui se lance en 1943 dans des actions de guérillas urbaines farouchement réprimées par les autorités de Vichy. La particularité de Toulouse est d’être l’un des berceaux d’une Résistance juive qui prend différentes formes. L’une d’entre elles est le sauvetage des enfants dans lequel officie les EI (Éclaireurs Israélites) regroupés dans des domaines agricoles comme à Lautrec, l’OSE (Organisation de Secours aux Enfants) ou le réseau Garel. Le SER (Service d’Évasion et de Regroupement) mis sur pied à Toulouse par Jacques Roitman et le SERE (Service d’Évasion et de Regroupement des Enfants) s’attachent à faire passer enfants et adultes en Espagne. Parmi la Résistance juive, il faut souligner le rôle local des sionistes, présents dans les deux organisations déjà citées et dans l’AJ (Armée juive), créée à Toulouse par David Knout en 1940. On retrouve en 1944 ces différentes composantes parmi des maquis du Tarn : l’AJ est incorporée dans les FFI d’Albi, tandis que les EI se regroupent dans la compagnie Marc Haguenau18.

10La période qui suit immédiatement la guerre tranche avec celle qui la précède. Non seulement la communauté s’accroît en nombre (environ 5 000 personnes), mais elle fait preuve d’une vitalité inconnue jusque-là. Une volonté farouche de reconstruire le plus rapidement les bases d’une vie juive et d’en assurer la transmission aux jeunes générations émerge. Une véritable ferveur anime les survivants qui pansent les plaies des victimes de la persécution et font renaître des institutions qui avaient failli disparaître dans la tourmente de la guerre. L’ACIT se reconstitue en 1947. Cette ferveur collective dure peu. Avec les années cinquante, la communauté toulousaine semble renouer avec l’atmosphère d’avant-guerre. La population juive diminue et les réfugiés arrivés au début du conflit repartent peu à peu. L’assistance à la synagogue s’amoindrit, il n’y plus de rabbin de 1953 à 1955. Les uns se lancent à corps perdu dans le travail et la vie familiale, d’autres  ce sont peut-être les mêmes  dans l’engagement politique. Les Israélites français quittent la direction des institutions et les Ashkénazes, venus dans l’entre-deux-guerres, les y remplacent. Telle est la marque tangible de leur insertion sociale, voire de leur réussite. C’est une communauté languissante qui voit donc arriver les premiers Juifs d’Afrique du Nord.

3- L’arrivée des Juifs d’Afrique du Nord

11Des liens s’étaient établis entre Toulouse et le Maghreb depuis l’entre-deux-guerres. Entre la rive sud de la Méditerranée et la ville rose, hommes et femmes, commerçants et étudiants surtout, avaient commencé à circuler. Les mouvements s’intensifient remarquablement à la fin des années 1950. La migration qui débute à la fin de la décennie occupe néanmoins une place singulière dans l’histoire des migrations juives. Englobée dans le vaste mouvement issu de la décolonisation, elle place les Juifs au cœur d’un exode qui ne leur est pas propre. Les Juifs d’Algérie sont alors considérés, en tant que français, comme des rapatriés, au même titre que leurs voisins d’origine bretonne ou languedocienne. Le départ des Juifs de Tunisie et du Maroc s’inscrit tout autant dans le contexte de la fin de l’Empire français. Les uns et les autres quittèrent une terre où avaient vécu leurs ancêtres, souvent dans l’arrachement, poussés par une lame de fond historique qui dépasse le cadre du destin singulier des Juifs.

12Le fait que le rythme de cette immigration soit orchestré par les événements qui ont agité le Maghreb des années cinquante et soixante apparaît clairement dans le tableau ci-dessous.

3a- Chronologie des arrivées

Arrivées (en chiffres) à Toulouse selon les dossiers du FSJU

Arrivées (en chiffres) à Toulouse selon les dossiers du FSJU

© source FSJU.

  • 19 Parmi les 682 dossiers, nous avons des renseignements à peu près complets sur 530 hommes et 584 fem (...)
  • 20 Elle a eu pour base le registre des kétoubot (mariages religieux) enregistrés de 1959 jusqu'en 1989 (...)

13L'étude de la chronologie des arrivées a été faite à partir des dossiers du FSJU (Fonds social juif unifié)19 et des données de l'enquête menée par Jean-Paul Lévy et son équipe dans les années 1990 sur les juifs d'Afrique du Nord20.

  • 21 Voir Une communauté toujours recommencée..., op. cit.

14Jusqu'en 1956, c'est un nombre réduit, mais régulier de familles qui s'installe dans la région21. Elles proviennent surtout d'Algérie, témoignant, non de l'insécurité outremer, mais de relations normales entre une colonie et sa métropole. L'indépendance des protectorats (1956) provoque les premiers frémissements de l'exode. L'année suivante, c'est presque toute la rive sud-méditerranéenne qui est représentée. Des Égyptiens trouvent refuge dans la région, à la suite de la crise de Suez d'octobre-novembre 1956. En Algérie, la situation commence à se détériorer et l'émigration se renforce cette année-là, tandis qu'elle continue dans les deux pays voisins. De 1958 à 1960, le courant en provenance de l'Algérie se stabilise.

  • 22 La crise se noue autour de la base navale de Bizerte en Tunisie, restée française après l’indépenda (...)
  • 23 Voir Jean-Jacques Jordy, De l'exode à l'exil, Paris, L'Harmattan, 1993, p. 34. Il évoque les quelqu (...)

151961 marque un tournant. Le chiffre des arrivées s'envole. Certes, les événements de Bizerte22 ont joué leur rôle puisqu’une douzaine de familles de Tunisie quitte le pays à ce moment-là, tandis qu'un nombre égal part du Maroc. Mais c'est d'Algérie que vient l'essentiel des effectifs : 44 familles, soit, si l'on applique le coefficient de 5 personnes par familles, 220 personnes au moins. Une partie importante de la judaïcité algérienne, le tiers à peu près des effectifs arrivés en 1961-1962, a anticipé son installation en France, à Toulouse comme ailleurs. L’assassinat (non élucidé) en 1961 du chanteur constantinois très en vogue Cheikh Raymond donne le signal du départ aux Juifs de la ville23.

16En 1962, toutefois, comme pour l'ensemble des rapatriés, l'essentiel des migrations se fait pendant l'été. Le flux décroît dans les années qui suivent (il ne se tarit vraiment, en provenance d'Algérie, qu'après 1967). En 1963, survient une catégorie particulière. Les malades et infirmes qui résidaient en institution sont évacués à cette date. Puis, peu à peu, s'installent les derniers irréductibles. Pendant cette période, le flot venant de Tunisie se stabilise à quelques arrivées par an. Le flux provenant du Maroc s'enfle régulièrement, nourri par les étudiants, puis les familles qui, en 1967, préfèrent fuir devant les mouvements suscités par la Guerre des Six Jours. À partir de cette date, l'émigration générale connaît une décrue rapide, sauf le flux en provenance du Maroc qui se maintient, même après le début de la décennie soixante-dix.

17Ainsi apparaît-il qu'en amont et en aval du « coup de sirocco » de 1962, un courant continu est venu grossir la judaïcité de Toulouse et de sa région.

  • 24 Partie construite sur les réponses aux questions 29 de l'enquête sur les juifs d'Afrique du Nord (« (...)

18Qu'est-ce qui a pu pousser une famille à s'installer à Toulouse, ville qui n'était pas particulièrement réputée pour l'intensité de sa vie juive, sans néanmoins en être totalement dépourvue24 ? Décidé souvent dans l'urgence, le choix du point de chute en métropole n'obéit pas aux raisons classiques de l'immigration juive du début du siècle. Il ne se calque pas non plus tout à fait sur celui des rapatriés non-juifs, pour qui Toulouse est parfois un retour aux origines de la famille.

19Le hasard du rapatriement a joué son rôle. Pendant le mois de juin 1962, par exemple, nombre de personnes n'ont pas sélectionné leur destination. Des témoins des enquêtes que nous avons menées racontent comment ils se sont retrouvés à Toulouse parce qu'ils avaient pris le premier avion qui partait ! Il y a aussi le hasard des rencontres, le pari sur un lieu plutôt que sur un autre. Viennent ensuite des raisons plus explicites, au nombre desquelles le fait d’y avoir trouvé un emploi. C'est le cas des fonctionnaires, ou assimilés, mutés à Toulouse ou dans sa région. M. B*, travaillant dans l'armée, est affecté d'abord à Bordeaux puis à Toulouse. On peut ranger dans cette catégorie ceux qui avaient déjà des rapports avec la ville et choisissent de s'y établir au moment venu. Toulouse, au cœur d'une grande région textile, était le lieu d'approvisionnement de certains commerçants algériens. Tel est le cas de M. U* qui déclare y passer alors 50 % de son temps à la fin des années cinquante. À la suite des liens qu'il a noués dans la ville, il la choisit naturellement comme point de chute en 1961. Par ailleurs, la région toulousaine attire les investissements agricoles. Dès 1957, 600 propriétés foncières avaient déjà été achetées par des « colons d'Algérie ». La famille d'un témoin, dont le père était commerçant dans le sud algérien, alertée à la fois par ce qui se passait en Algérie, mais aussi par les évènements de Tunisie, décide d'acheter une propriété agricole dans le Tarn, deux ans à peu près avant l'exode. Les manifestations de juillet 1962 la poussent à partir pour se replier sur les terres acquises en France. Enfin, on trouve la cohorte d'anciens étudiants qui avaient suivi leur cursus universitaire à Toulouse. L'Algérie coloniale comptait au moins une université, celle d'Alger. Elle fut fréquentée par les jeunes issus des classes moyennes juives. Mais dès cette époque, certains préféraient déjà faire leurs études en métropole soit qu'ils y jugeaient le niveau plus élevé, soit pour échapper à une société coloniale dans laquelle ils étouffaient. Dans les années cinquante, un certain nombre de ces jeunes choisirent Toulouse pour faire du droit ou de la médecine. Tous n'y restèrent pas et, une fois leurs études terminées, retournèrent en Afrique du Nord. Mais en 1961-1962, au moment de l’exode, la ville rose s’est alors imposée. Dans les années 1960, arrivèrent des étudiants marocains. Leur installation préluda souvent à celle de la famille tout entière.

  • 25 Entretiens réalisés dans les années 1990 à Toulouse. Voir Une communauté toujours recommencée..., o (...)

20En dehors des raisons liées au travail ou aux études, le choix de Toulouse s’explique par des stratégies familiales. M. F*, vivant dans l'ouest algérien, découvrit la région à la fin de l'été 1962. Il y rejoignit un oncle, venant du Maroc, installé à Toulouse depuis trois ans, et une sœur aînée, devenue toulousaine depuis quelques années. Madame D25*, partie d'Oran en juillet 1962, élut domicile d'abord à Nîmes, où s'était repliée une partie de sa famille, puis Paris. N'y trouvant ni logement ni travail, elle profita de l'invitation d'une tante, pour s'établir définitivement dans la ville rose.

21Toulouse, comme nous avons pu le constater dans l’enquête statistique menée en 1993, bénéficiait d’une assez bonne image parmi les Juifs d’Afrique du Nord. Elle apparaissait comme une ville « cosmopolite », une « cité commerçante », une ville « moyenne qui rappelle par ses conditions de vie l’Algérie » pour l'un, et qui « évoque le Maroc » pour un natif du royaume chérifien. Elle était aussi définie comme « la grande métropole la plus proche », sous-entendu du Maroc.

22L'attrait principal de Toulouse, à côté des raisons liées au statut professionnel, paraît bien être le regroupement familial au sein d'une ville qui, par bien des côtés, pouvait évoquer « là-bas ». D'où ces trajets en ligne brisée à travers la France, en particulier des fonctionnaires, qui ont cherché, peut-être plus que la réussite sociale, à se rapprocher des leurs. À partir d'un noyau initial, arrivé au cours de la décennie cinquante ou au début des années soixante pour ceux qui viennent d'Algérie (ou encore plus tard pour les Marocains), s'est agrégée une population que n'attirait pas forcément les perspectives économiques de la ville, mais la certitude d'y retrouver une partie des siens. Ainsi s'est constituée la quatrième communauté juive de France.

3b- « Comme dans un jardin plein de fleurs mélangées »

  • 26 Cette zone ouest a accusé la plus forte progression entre 1962 et 1968 ; à l’échelle de toute la vi (...)
  • 27 Jacques Leclerc, Les rapatriés d’Algérie dans la région Midi-Pyrénées, Mémoire de stage, ÉNA, 1962.

23En découvrant la ville, les nouveaux arrivants furent très étonnés de l’aspect du Toulouse d’alors. Ils furent frappés par la noirceur des immeubles, leur vétusté, leur état d’inconfort. Le parc immobilier était ancien, souvent peu rénové. Pour ceux qui venaient du Maroc ou même d’Algérie, le contraste était grand entre le centre de Toulouse, certes non dépourvu de charme, mais ancien, et les villes et quartiers relativement récents, puisque datant de l’époque coloniale, où ils vivaient au Maghreb. Mais si le cœur de la ville offrait peu de logements aux normes modernes, la périphérie était de son côté en plein développement. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour faire face à l’exode rural, l’État avait pris l’initiative d’un programme de constructions d’habitations à loyer modéré dans les quartiers nord et sud-ouest de la ville. À titre d’exemple, 2 189 appartements avaient été construits depuis 1945 à Bagatelle, 626 étaient en cours d’achèvement à la fin de l’année 1962, 1 300 en projet pour la période 1963-1965. Jouxtant cette zone, au Mirail, 6 150 habitations HLM étaient prévues pour la première moitié des années soixante26. C’est donc vers ces logements que furent dirigés les rapatriés. D’autant que pour faire face aux urgences de l’heure, le gouvernement réserva 30 % des HLM en leur faveur en 1962, proportion réduite à 10 % deux ans plus tard. Un plan spécial de construction est mis en route dès cette même année, qui prévoyait la construction de 1 500 logements HLM en Haute-Garonne, programme qui constituait une sorte d’avance sur la part de logements publics attribués aux Français d’Afrique du Nord. La moitié de ces habitations se situait dans le seul quartier de Bagatelle. De la même manière, l’État mit en place un système de prime aux promoteurs s’engageant à donner la priorité aux rapatriés27. C’est ainsi qu’au nord de la ville la cité Amouroux en accueillit en grand nombre.

  • 28 On ne pouvait parler à Toulouse de quartier juif, même si les comptoirs et commerces se regroupaien (...)

24Alors que les Juifs anciennement installés se logeaient plutôt dans le centre de la ville28, ceux d’Afrique du Nord habitèrent les quartiers neufs. Jusqu’au début des années soixante-dix, ils s’y retrouvent mêlés aux pieds noirs non juifs, avant de se disperser dans l’espace urbain au fur et à mesure de leur insertion. Le quartier de Bagatelle au sud-ouest, ceux de la Roseraie et des Minimes au nord de la ville accueillirent les nouveaux venus. Mais la répartition des juifs ne coïncide pas exactement avec l’ensemble des rapatriés. Les contraintes religieuses contrarient légèrement le mouvement de dispersion dans l’espace urbain. La proximité de la synagogue, de même qu’un certain nombre de services juifs (Maison communautaire, bain rituel, commerces, etc.), explique qu’une partie des rapatriés juifs ait fait le choix d’habiter le centre-ville, malgré parfois des conditions de logement médiocres. La conséquence la plus remarquable du mouvement migratoire des années soixante est, en dépit de cette nuance, la multiplication des lieux de résidence, rendue tangible par la diversité des lieux de culte. À côté de la vieille synagogue de la rue Palaprat, de l’oratoire ashkénaze de la rue Jules Chalande et de celui de la rue Alsace-Lorraine, le cœur de la ville s’enrichit de la Vieille Nouvelle Synagogue (VNS). Cette dernière est installée dans le centre communautaire, inauguré au début des années soixante, rue du Rempart-Saint-Etienne, dans lequel sont regroupés, outre l’oratoire, divers services sociaux et culturels selon le modèle des maisons communautaires américaines. Cette VNS est l’œuvre des Constantinois qui ont amené avec eux les objets rituels de la synagogue de leur cité d’origine. Les habitants des quartiers périphériques fondèrent leurs propres lieux de culte, comme à Bagatelle ou à la Roseraie. Car les nouveaux venus apportaient avec eux des exigences en termes rituels : des commerces cachères se créèrent alors qu’il n’en existait pas jusque-là. Les synagogues se remplirent lors des fêtes religieuses. Une telle ferveur séduisit le rabbin en poste, l’ashkénaze Rozen, qui sut faire des « Constantinois » des alliés dans sa volonté de convaincre ceux qu’il appelait avec humour les Polonais sceptiques de revenir à un judaïsme plus fervent religieusement.

  • 29 Entretien réalisé au début des années 1990.

25L’expérience des années passées dans les grands ensembles de la périphérie n’a pas été forcément ressentie de façon négative. Dans le contexte particulier des années soixante, l’accès à ces logements neufs, pourvus de tout le confort moderne, était considéré comme une chance. L’installation dans la ville s’est souvent déroulée en plusieurs étapes, la première se faisant dans des conditions parfois difficiles : habitations incommodes et chères, entassement des familles dans un même logement. L’attribution d’un appartement HLM apparut alors comme un progrès et le gage d’un retour à la normale. Au-delà des conditions matérielles agréables, les nouveaux venus ont apprécié de se retrouver entre eux. « À Bagatelle », nous rapporte un témoin de cette période, « on se sentait entre Pieds noirs… C’était comme un ghetto, des HLM faits exprès pour les Pieds noirs. Il y avait de tout : des Algérois, des Constantinois, des Oranais... Ça se passait en famille à Bagatelle. Voilà, nous étions une masse de rapatriés différents, comme dans un jardin plein de fleurs mélangées29. » Certes, le quartier n’avait pas toujours bonne réputation, mais ses habitants ne s’y sentaient pas mal. Car ils y ont perpétué « quelque chose de là-bas », dans leur mode de vie, leur convivialité et leurs rites. Le fait est bien analysé par les acteurs eux-mêmes : « Cristal Résidence était considérée comme un lieu d’attente. Par la suite, chacun selon ses moyens, achetait, bâtissait…Tout Cristal Résidence a changé… » Aujourd’hui largement désertés par cette population, ces quartiers peuvent apparaître à l’observateur extérieur comme une sorte de sas entre l’Afrique du Nord et l’installation définitive dans la société française.

4- S’insérer : des faits à leurs représentations

26Le dépouillement des dossiers constitués par le FSJU révèlent les grandes tendances de l’insertion professionnelle.

Statut matrimonial des usagers du FSJU en chiffres

Statut matrimonial des usagers du FSJU en chiffres

© source FSJU.

  • 30 Michel Taillefer, La nouvelle histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, 2002.
  • 31 L’Alliance israélite universelle a été fondée en 1860 pour participer à l’œuvre de « régénération » (...)

27Entre la société juive toulousaine des années cinquante, où les indépendants dominaient, et celle des années quatre-vingt, où les professions libérales et supérieures attiraient une part sensible des jeunes, les années soixante ont constitué une étape importante. Même si le chômage était chose rare à cette période que l’on assimile volontiers au cœur des Trente Glorieuses, le contexte toulousain n’était pas alors des plus favorables à l’absorption rapide de plusieurs dizaines de milliers de nouveaux venus. La ville était encore marquée par son passé d’une petite industrie qui avait, certes, assuré une prospérité relative jusque-là, mais qui connaissait des signes de crise indubitable30. Et la Toulouse high tech en était à ses commencements. Par ailleurs, s’il est vrai que les Juifs d’Afrique du Nord, francophones, passés par les écoles françaises ou celles de l’Alliance israélite universelle31 en Tunisie et au Maroc, n’ont pas rencontré les problèmes d’acculturation ressentis par leurs coreligionnaires ashkénazes au début du xxe siècle ou leurs anciens voisins maghrébins musulmans, nombre d’entre eux offraient toutefois un profil socioprofessionnel peu compatible avec la société toulousaine. Comment donner du travail à la cohorte de bijoutiers « indigènes », de coiffeurs pour hommes, d’artisans traditionnels ? Un intense effort de réinsertion (dont les sources communautaires permettent de suivre sur plusieurs années le processus) leur a été demandé dans un environnement, on l’a dit, pas aussi dynamique qu’on pourrait le penser.

  • 32 Doris Bensimon-Donath, L’intégration des Juifs nord-africains en France, Paris / La-Haye, Mouton, 1 (...)
  • 33 Entretien en 1993 avec le Rabbin‑Rozen qui exerça à Toulouse de 1958 à 1967.

28Toujours est-il que l'arrivée d'un groupe important de petites gens, employés modestes, petits fonctionnaires, ouvriers, etc., a complètement renouvelé le profil sociologique de la judaïcité locale, comme elle l’a fait à l’échelle nationale32. Ces catégories sont elles-mêmes au cœur d'un phénomène qui a touché l'ensemble des rapatriés, le glissement vers le salariat. Voulu et encouragé par l'État, dans le cadre général de la modernisation de l'économie française, il est tout à fait lisible dans les sources du FSJU. Les catégories d’artisans et de commerçants d'Afrique du Nord, même en tenant compte des lenteurs de la réinsertion de ces groupes, voient fondre leurs effectifs une fois arrivées en France. En revanche, le groupe assez important de petits et moyens fonctionnaires (un phénomène qui reflétait l'accession à une scolarité moyenne des personnes nées dans les années 1920-1930), se maintient. En plaisantant, le rabbin Rozen33 rapporte que si tout le personnel juif des PTT avait chômé le samedi, la poste à Toulouse n'aurait guère fonctionné dans les années soixante. Les employés modestes du secteur privé sont aussi bien représentés. Mais, contrairement aux fonctionnaires, ils ont connu une réinsertion difficile. Leur stabilisation professionnelle a pu prendre plusieurs années. Les ouvriers et le personnel de service regroupent une part importante de la population des nouveaux venus. Ils se retrouvent dans toutes les branches, de l’artisanat, de la confection aux métiers de bouche, mais encore dans les secteurs plus modernes de l'activité économique : le bâtiment, la mécanique automobile, la chimie ou l’aéronautique. Ce sont presque tous des hommes jeunes, nés après 1910, voire même plus tard pour les Marocains. Certains se tournent aussi vers le commerce en se lançant dans des secteurs relativement neufs comme les pressings ou les soins esthétiques.

  • 34 Données extraites de l’enquête sur les kétoubot menée par Jean-Paul Lévy.

29Quinze ans après, le pourcentage d'ouvriers a considérablement chuté34. Cette prolétarisation a été, pour beaucoup, un phénomène passager. Parmi les ouvriers envisagés plus haut, venus du monde de l’artisanat ou des bureaux au Maghreb, ce statut n'était pour eux qu'un pis-aller dans la situation difficile de la réinsertion. On peut imaginer que le comptable devenu manutentionnaire, ou l'ancien commerçant qui a accepté un emploi de ce type, a tenté de retrouver au plus vite son ancien statut.

30La question de l’insertion ne se mesure pas seulement au fait de retrouver du travail et un logement. Elle dépend de facteurs beaucoup plus subtils et moins concrets. Interrogés sur ce point, les responsables communautaires dans les années 1990 et aujourd’hui sont d’accord pour estimer que passées les heures difficiles de l’exode, la réinsertion de la majorité des Juifs d’Afrique du Nord s’est réalisée sans grande difficulté socioprofessionnelle. Madame Lassy, l’assistance sociale qui a œuvré au cours des années 1960, établissant un bilan en 1970, affirme qu'à cette date, il n'y avait plus de gros problèmes : pas de chômeurs, pas de suicides, pas de délinquance juvénile. Pour elle, le « coup de feu », pour reprendre son expression, a duré 4 à 5 ans. Puis lui a succédé un travail social routinier, « normal ». Mademoiselle Bensoussan, qui a pris sa suite, affirme qu'en 1975, la majorité était intégrée. M. Zrihen, responsable de la délégation régionale du FSJU dans les années 1960 est encore plus catégorique :

  • 35 Une communauté toujours recommencée..., op. cit.

Non, il n'y pas eu de problèmes. Pour ceux qui n'étaient pas français, on a fait des demandes, ça s’est arrangé... Les gens ont trouvé du travail au fur et à mesure. On n'a pas tellement connu de chômeurs… Au début, on aidait ceux qui arrivaient et après, ils s'inséraient... J'ai fait toute la région, les gens ne se plaignaient pas, ils étaient bien installés… Les juifs n'ont pas eu de problèmes. Les personnes âgées, bien sûr, mais on les a aidées. La communauté était bien heureuse, car le Fonds social l'a soulagée de ce côté-là35.

31Si le jugement est aussi positif, c'est qu'au-delà des faits objectifs, l'institution cherche également à valoriser son action. Ainsi, le bilan de la réinsertion est bien celui du travail du FSJU, celui d'une action communautaire qui a permis à cet organisme de se déployer, localement et nationalement. Ces assertions s’appuient néanmoins sur une réalité tangible.

  • 36 De cette base de données, nous avons extrait celles concernant exclusivement les mariés nés en Afri (...)

32Dans les années 1990, la montée de l’échelle sociale est nettement visible dans les données extraites du registre des kétoubot (les registres de mariages du Consistoire). À partir de 1980, des renseignements concernant les professions des mariés et de leurs parents respectifs y apparaissent. Ces données permettent de délimiter un groupe de 137 pères et 289 enfants36. On y trouve à peu près tous les groupes socio-professionnels. Concernant les pères, les couches populaires dominent très largement. Elles représentent, si on additionne les petits commerçants, les employés et cadres moyens et les ouvriers, 72 % du total. L'étude du groupe des enfants permet de percevoir très nettement le mouvement d'ascension sociale du groupe, même si 12 % des effectifs sont encore aux portes du monde professionnel. On remarque parmi eux le recul des classes les plus modestes : ouvriers, petits commerçants et, en moindre mesure, employés et cadres moyens (40 % des enfants pour 72 % des pères). Corrélativement, on note l'essor des catégories les plus élevées, celles auxquelles on accède par le savoir (ce qui explique le nombre de personnes encore en études au moment du mariage). Professions libérales et cadres supérieurs regroupent 45 % des enfants et seront encore renforcés par une part non négligeable des étudiants.

33Cette montée dans l'échelle sociale s'effectue par un transfert des catégories, liées au commerce et à l'artisanat, vers les professions intellectuelles. Si l’on prend la catégorie « petits et gros commerçants » et « industriels » chez les pères (comparaison entre la profession du père et celle des enfants), seul le cinquième seulement des enfants suivent les traces paternelles. Dans le groupe des pères ouvriers et employés, le mécanisme d'ascension sociale se laisse également entrevoir. Le quart seulement des enfants continue la voie du père, 51 % sont déjà cadres supérieurs ou professions libérales, auxquels il faudra, par la suite, ajouter une bonne part des 35 % d'étudiants.

34Ainsi, dans les années 1990, les enquêtés, parmi lesquels dominaient des actifs issus des classes moyennes, faisaient un bilan « globalement » positif sur leur insertion. Les trente et quelques années qui les séparaient du grand courant migratoire permettaient d’avoir un recul suffisant pour en évaluer les résultats. Ce qui motivait leur jugement n'était pas seulement économique, le reflet d'une installation réussie, il traduisait le sentiment d'un enracinement qui s'est rapidement réalisé.

  • 37 Question 36 : « Avez-vous rencontré des difficultés lors de votre installation en France ? Si oui, (...)
  • 38 Réponses à la question 36 : « Je n'ai pas eu de gros problèmes » (41 %) ; « Oui, quelques difficult (...)

35Des questions avaient été posées, qui tournaient sur l'opinion que se faisaient les intéressés de leur réinstallation37 : 50 % se prononçaient pour un succès complet (« totalement réussie ») ; le pourcentage atteint les 84 %, si on y ajoute ceux qui se montraient un peu plus nuancés dans leur constat (34 % se décidaient pour « en partie réussie »). Ce jugement satisfait était corroboré par les 83 %38 qui pensaient n'avoir rencontré que « quelques difficultés » ou pas de « gros problèmes ». Algériens et Marocains avaient des réponses à peu près similaires.

  • 39 L'âge des enquêtés joue aussi dans ce cas. Ce sont ceux qui étaient déjà adultes dans les années so (...)

36Ce jugement positif est tout de même à moduler. Logiquement, ceux qui sont arrivés dans la période du grand flot (entre 1956 et‑1967) faisaient état de plus de difficultés que ceux qui se sont installés avant ou après. Les problèmes professionnels de la catégorie des personnes âgées de plus de quarante ans dans les années soixante, apparaissent également. Ce qui ne les empêche pas, par ailleurs, d'avoir un point de vue aussi positif que les autres classes d'âge sur leur réinstallation. Les quelques représentants des catégories les plus modestes considéraient ne pas s’être bien réinsérés : ouvriers, employés, petits commerçants et des femmes sans travail lors de l'enquête. L'opinion se colorait aussi selon les générations. Les témoins estimaient avoir globalement mieux réussi que leurs parents (4 % de « pas du tout réussi » pour eux-mêmes contre 9 % pour leurs parents)39. Et plus de 80 % pensaient que l'installation de leurs propres enfants est une totale réussite.

37Le constat d’une insertion réussie ne repose pas uniquement sur des faits économiques. Le jugement tient implicitement compte de l'ensemble de la famille (ascendants et descendants) et se situe dans une perspective de trajectoire familiale. Autrement dit, je peux dire que mon installation a été réussie parce qu'elle le fut plus que celle de mes parents. Mais elle n'aurait pas été telle, si celle de mes enfants n'avait pas été plus éclatante que la mienne.

38L'exode apparaît bien comme un phénomène à double face. Il est la fin d'un monde, plus ou moins brutalement quitté. Pour les vieillards qui n’ont pas retrouvé leur place de l'autre côté de la Méditerranée ou les travailleurs sans qualification, le choc fut des plus rudes. Mais il est aussi analysé par ceux qui étaient jeunes, bien formés, comme une chance, surtout pour leurs enfants promis à un avenir économique meilleur.

39Alors, insertion réussie ? Oui, répondaient les différents acteurs dans les années 1990. Oui, disaient les dirigeants du FSJU parce que leur responsabilité était engagée et qu'ils jugeaient autant leur action que le fait en soi. Oui, enfin, répondaient les intéressés, car l'installation en France a permis non seulement de conserver un statut antérieur, mais surtout de lancer les enfants sur la voie de l'ascension sociale. Resterait à savoir l’opinion de ces enfants aujourd’hui arrivés à l’âge adulte.

5- Une judaïcité de classe moyenne, à l’image de la ville

40Les Juifs venus du Maghreb ont profité du développement de la ville devenue depuis les années 1960 un grand pôle universitaire et technologique pour s’élever dans l’échelle sociale. Le mouvement était très nettement visible dans les années 1990, on l’a vu, et il a perduré jusqu’à aujourd’hui. Ceci n’empêche évidemment pas le chômage d’un certain nombre. Le service social de la communauté enregistre plusieurs dizaines familles en grande difficulté. Mais contrairement aux années cinquante (et fidèle en cela à l’ensemble de la judaïcité française), la classe moyenne qu’ils constituent est de plus en plus composée de professions liées au savoir plutôt qu’au commerce et à l’artisanat : les métiers de professeurs, d’ingénieurs et de médecins sont ainsi devenus des métiers « séfarades ». Le rôle des universités locales a compté dans cette évolution.

41On peut mesurer ce processus par la répartition des lieux de culte dans l’agglomération toulousaine. La création d’une synagogue est le signe tangible d’une densité relative de population juive, la chose est évidente. Or, la dispersion des oratoires dans les banlieues middle classes est tout à fait remarquable. Quelques années après l’arrivée à Toulouse, les familles venues du Maghreb ont quitté les grands ensembles, au fur et à mesure que progressait leur réintégration socioprofessionnelle. Suivant les milieux, le degré de piété, on préféra les zones pavillonnaires ou le centre-ville où se trouvaient les synagogues, le centre communautaire et les commerces cachères. Les années 1970-1980 révèlent ainsi les premiers départs significatifs vers la banlieue. Ce mouvement s’accéléra par la suite. Les nouvelles générations arrivées à l’âge adulte suivirent le mouvement général des catégories socioprofessionnelles auxquelles elles appartenaient et choisirent les banlieues peuplées de classes moyennes comme Balma et Tournefeuille. Le processus s’inscrit dans la logique d’évolution d’une agglomération dont les banlieues ne sont pas des « zones sensibles », mais l’habitat des classes moyennes et supérieures. Le choix de s’établir hors de Toulouse se révèle une manière de concilier à la fois des choix sociologiques (des endroits calmes, desservis par de bonnes écoles par exemple) et religieux (proximité d’un oratoire, d’un talmud torah pour les enfants). La création depuis les années quatre-vingt d’une association cultuelle pour Balma et Tournefeuille en est la confirmation.

  • 40 Dominique Schnapper, Juifs et Israélites, Paris, Gallimard, 1980.

42Sur le plan institutionnel, la communauté se présente aujourd’hui comme un conglomérat d’organisations de nature diverse où les séfarades dominent dans les postes à responsabilité : ACIT (Association Cultuelle Israélite de Toulouse), autour de laquelle tourne toute une série de structures plus politiques comme le CRIF Midi-Pyrénées, plus sociale comme le FSJU, le CASIT (Centre d’Action Sociale Israélite de Toulouse), des mouvements de jeunesse, une représentation de l’Agence juive, mais aussi des associations sportives et culturelles. Mais il ne faudrait pas résumer la judaïcité toulousaine à ces institutions. D’une part, elles ne regroupent pas, loin de là, l’ensemble des Juifs de la ville et il existe, d’autre part, des structures qui gravitent à leurs marges comme le Mouvement juif libéral. Les différentes tendances du judaïsme sont donc présentes à Toulouse, depuis les orthodoxes loubavitch jusqu’aux Juifs périphériques décrits en son temps par Dominique Schnapper, qui ne cotisent à aucune organisation communautaire tout en affirmant leur judéité40. Aujourd’hui, comme dans toute la France, un renouveau identitaire traverse le groupe. Le mouvement se manifeste par la multiplication des lieux de culte, on l’a vu, et l’ouverture d’écoles juives comme le lycée Ozar Hatorah, devenu Or Torah après les meurtres qu’y commit Mohammed Merah en 2012. Les raisons qui conduisent les parents à y inscrire leurs enfants révèlent un éventail de motivations qui vont de l’engagement religieux à la volonté d’échapper au système public, jugé soit plutôt médiocre en certains endroits ou parfois hostile. L’Espace du judaïsme, situé rue Riquet à Toulouse, centre à la fois cultuel et culturel, tente de polariser le monde juif toulousain, en insistant plus qu’on ne le faisait dans les années 1970 sur la dimension cultuelle.

  • 41 Dominique Schnapper, Chantal Bordes-Benayoun, Freddy Raphaël, La condition juive en France. La tent (...)

43Pendant longtemps  et encore aujourd’hui , les Juifs toulousains partageaient le sentiment d’être dans une ville un peu particulière où comme le dit l’un d’entre eux, « il n’y a jamais eu de guerre. Et il y a un peu l’esprit méditerranéen, une tolérance, une acceptation des autres. Les Juifs ont toujours été bien perçus à Toulouse ». Toutefois, la montée d’un antisémitisme qui s’est manifesté depuis la seconde Intifada et par les meurtres de trois enfants et d’un professeur de l’école juive, ne manque pas de susciter crainte et tentation du « repli sur soi »41. La tendance est à l’œuvre partout en France, y compris à Toulouse, nuançant le climat convivial qui prévalait jusqu’à la fin des années 1990. Elle est néanmoins contrebalancée par une affirmation sans complexe d’une judéité dans l’espace public combinée avec un attachement aux valeurs républicaines. Les enquêtes menées à Toulouse, comme à Paris et à Strasbourg montrent également que le vote à gauche reste majoritaire parmi les Juifs, même si une érosion certaine est palpable.

6- Conclusion

44Au total, on peut dresser aujourd’hui le portrait d’une judaïcité toulousaine dominée par les Juifs venus du Maghreb et leurs descendants. Il est indéniable que leurs pratiques cultuelles plus affirmées que celles des anciens Juifs français ont participé au renouveau religieux et rendent compte, en partie, de la multiplication des lieux de culte, voire de celle des écoles communautaires. Mais les transformations sociologiques et politiques que l’on a pu détecter tiennent aussi au contexte local et national. Les Juifs d’Afrique du Nord arrivés à Toulouse en période de plein emploi, parlant français et souvent bien formés, ont pu profiter de l’essor que connut Toulouse depuis 1960. Les enfants de classes modestes ont gravi les échelons professionnels et se sont dispersés dans l’espace urbain. Et la tendance à l’affirmation identitaire, individuelle et collective, s’inscrit bien aussi dans une lame de fond qui traverse toute la société française où le modèle républicain est débattu.

45Cinquante ans après ce qui est parfois vécu comme un exil, que reste-t-il du monde juif maghrébin à Toulouse ? Par le biais des mariages entre Juifs d’origines diverses ou avec des non-juifs, la culture héritée des ancêtres, au sens large du terme, doit trouver des formes inédites pour se perpétuer. Elle persiste toutefois dans la cuisine, pendant les fêtes familiales, dans le souvenir d’une langue, l’arabe, partagée avec les musulmans. Elle ressurgit lors des offices religieux qui ont conservé les rites de « là-bas ». Et parfois dans la nostalgie du Maghreb. Car une insertion réussie n’étouffe pas la mémoire du passé…

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier les travaux de Doris Bensimon-Donath, L’intégration des Juifs nord-africains en France, Paris-La-Haye, Mouton, 1971 et Claude Tapia, Les Juifs sépharades en France (1965-1985). Études psychosociologiques et historiques, Paris, L’Harmattan, 1986. Parmi les travaux récents sur la question du retour des Français d’Algérie, voir Yann Scioldo-Zurcher, Devenir métropolitain. Politique d’intégration et parcours de rapatriés d’Algérie en métropole (1954-2005), Paris, EHESS, 2010.

2 On peut consulter leurs travaux dans : « Le ‘‘moment philanthropique’’ des Juifs de France (1800-1940) », Archives Juives, vol. 44, 2011/1 ; « Le ‘‘travail social’’ en milieu juif français après 1945 », Archives Juives, vol. 45, 2012/1 et dans Colette Zytnicki (coord.), Terre d’exil, terre d’asile, Migrations juives en France aux xxee et xixe siècles, Paris, Éditions de l’Éclat, 2010. Voir aussi l’ouvrage de Laura Hobson-Faure, Un « Plan Marshall juif » : la présence juive américaine en France après la Shoah, 1944-1954, Paris, Armand Colin, 2013.

3 Frédéric Abécassis, Karima Dirèche, Rita Aouad, La bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb, xve - xxe siècle, Casablanca, La Croisée des Chemins / Paris, Karthala, 2012.

4 Archives départementales de la Haute-Garonne, série W relative au rapatriement des Français d’Algérie, du Maroc et de Tunisie. Pour plus de détails voir mon ouvrage : Colette Zytnicki, Une communauté toujours recommencée. Les Juifs à Toulouse, entre 1945 à 1970, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1998.

5 Archives du Fonds social juif unifié (FSJU), organisme social créé à la fin des années 1940 avec l’aide des Juifs américains. Voir Laura Hobson-Faure, Un « Plan Marshall juif »..., op. cit. Une délégation régionale a vu le jour en 1963 à Toulouse. Madame Lassy puis Madame Bensoussan y ont travaillé comme assistantes sociales. Le FSJU a apporté une aide complémentaire aux Juifs rapatriés d’Algérie ou pris en charge les Juifs du Maroc ou de Tunisie qui, n’étant pas français, ne pouvaient prétendre aux mesures déployées par la loi de décembre 1961 en faveur des rapatriés. Ces archives se présentent sous forme de dossiers que nous avons pu consulter en respectant l’anonymat et ne les traitant que sous forme statistique.

6 Enquête menée en 1993 avec Chantal Bordes-Benayoun, auprès de 165 personnes sous forme d’un questionnaire traité de manière statistique. Pour la description précise, voir Une communauté toujours recommencée..., op. cit.

7 Enquêtes orales menées sous forme d’entretiens semi-directifs démarrées en 1991 jusqu'en 2011. 21 l’ont été entre 1990 et 1995 ; une dizaine après cette date et 2012 pour la rédaction d’articles variés.

8 Gérard Nahon, Métropoles et périphéries séfarades d’Occident : Kairouan, Amsterdam, Bayonne, Bordeaux, Jérusalem, Paris, CERF, 1993.

9 Jacques Blamont, Le lion et le moucheron. Histoire des Marranes de Toulouse, Paris, Odile Jacob, 2000.

10 Dépendante du Consistoire de Bordeaux ou de Bayonne, elle se présente sous la forme d’un conseil de la Communauté dirigée par les notables locaux.

11 Monique-Lise Cohen, Ephraïm Mikhaël et son temps (la poésie symboliste dans l’ère industrielle), Toulouse, Bibliothèque municipale de Toulouse, 1986.

12 Florence Lohou, Approche de la Communauté juive de Toulouse de 1900 à 1940, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1992.

13 Ibid.

14 Colette Zytnicki, « De l’Ukraine au Languedoc : des étudiants russes à Toulouse à la veille de la Grande Guerre », Slavica Occitania, n° 7, Toulouse, 1998, p. 217-224.

15 Jean Estèbe, Les Juifs à Toulouse et dans le Midi toulousain au temps de Vichy, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1996, p. 21.

16 Ibid.

17 Éric Malo, « De Vichy à la IVe République : le camp de Noé 1943-1945 », Annales du Midi, juillet-décembre 1992.

18 Pour cette période, voir Les juifs à Toulouse et dans le Midi toulousain au temps de Vichy, op. cit.

19 Parmi les 682 dossiers, nous avons des renseignements à peu près complets sur 530 hommes et 584 femmes. Si l’on applique le ratio de 4 personnes pour chaque dossier (qui était ouvert au nom d’une famille), on a ainsi un aperçu sur 2 728 personnes. Ce qui donne un excellent échantillon, me semble-t-il, sur la population arrivée à cette date.

Professions en Afrique du Nord et en France en chiffres

Image 10000000000001C200000069115CEFA4.jpg

© source FSJU.

20 Elle a eu pour base le registre des kétoubot (mariages religieux) enregistrés de 1959 jusqu'en 1989, célébrés par le rabbin Rozen, le rabbin Haïk et son remplaçant entre 1981 et 1984. Les données livrées comportent les noms et prénoms des futurs époux, leur date et lieu de naissance, leur lieu de résidence au moment de la déclaration du mariage, la date de celle-ci et enfin, la mention de leur ascendance. Les données socioprofessionnelles (concernant les époux et leurs ascendants directs) n'apparaissent qu'à partir de 1989. Le fichier apporte donc un éclairage sur les stratégies matrimoniales, tant sur le plan géographique que social. Il rassemble 768 mariages, ce qui représente un corpus d'environ 4 600 personnes. L'âge moyen est de 28 ans pour les hommes et de 23,7 ans pour les femmes. 71,5 % des époux sont majoritaires d'Afrique du Nord (47,5 % d'Algérie, 19,5 % du Maroc et 4,5 % de Tunisie). 19,5 % sont originaires de la région toulousaine. Les autres conjoints proviennent principalement d'Europe occidentale (0,8 %), d'Europe orientale (0,8 %), et pour des pourcentages moindres d'Égypte, Israël, Afrique noire, Turquie, Amérique latine et Liban. Il reste toutefois 6,5 % de cas non identifiés. Le lieu de résidence est d'abord Toulouse (80 %) ou Toulouse et sa région (84 % pour les deux). Le reste de la France représente 14 % de l'échantillon, tandis que le vaste monde est présent par l'intermédiaire d'abord d'Israël, du Maghreb. Le reproche principal est évidemment de nous offrir des données uniquement sur les juifs non périphériques que nous avons contourné dans notre travail en menant des enquêtes auprès d’un échantillon plus large. Voir note ci-dessous et enquêtes orales personnelles.

21 Voir Une communauté toujours recommencée..., op. cit.

22 La crise se noue autour de la base navale de Bizerte en Tunisie, restée française après l’indépendance du pays. Après une période de combats en juillet 1962, la base est évacuée. La tension a suscité le départ de milliers de Français pendant l’été. Parmi eux, se trouvaient nombre de Juifs.

23 Voir Jean-Jacques Jordy, De l'exode à l'exil, Paris, L'Harmattan, 1993, p. 34. Il évoque les quelques dizaines de milliers de personnes arrivant en 1961 à Marseille, mais c'est près de 700 000 qui y débarquent pour la seule année 1962.

24 Partie construite sur les réponses aux questions 29 de l'enquête sur les juifs d'Afrique du Nord (« Dans quelles conditions vous-même  ou votre famille  avez-vous quitté l'Afrique du Nord ? Racontez en quelques mots ») et (« Et pourquoi Toulouse ? ») de l'enquête sur les juifs d'Afrique du Nord, ainsi que sur les témoignages oraux recueillis par moi-même.

25 Entretiens réalisés dans les années 1990 à Toulouse. Voir Une communauté toujours recommencée..., op. cit.

26 Cette zone ouest a accusé la plus forte progression entre 1962 et 1968 ; à l’échelle de toute la ville, bien entendu.

27 Jacques Leclerc, Les rapatriés d’Algérie dans la région Midi-Pyrénées, Mémoire de stage, ÉNA, 1962.

28 On ne pouvait parler à Toulouse de quartier juif, même si les comptoirs et commerces se regroupaient alors dans le cœur historique de la ville, en particulier autour de la place de la Bourse, centre du commerce de gros.

29 Entretien réalisé au début des années 1990.

30 Michel Taillefer, La nouvelle histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, 2002.

31 L’Alliance israélite universelle a été fondée en 1860 pour participer à l’œuvre de « régénération », tel était le vocabulaire de cette période, des Juifs de la Méditerranée. Dans les écoles créées par l’institution, l’enseignement se faisait en français ou celui-ci était largement utilisé. Voir André Kaspi (coord.), Histoire de l’Alliance israélite universelle de 1860 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2010.

32 Doris Bensimon-Donath, L’intégration des Juifs nord-africains en France, Paris / La-Haye, Mouton, 1971.

33 Entretien en 1993 avec le Rabbin‑Rozen qui exerça à Toulouse de 1958 à 1967.

34 Données extraites de l’enquête sur les kétoubot menée par Jean-Paul Lévy.

35 Une communauté toujours recommencée..., op. cit.

36 De cette base de données, nous avons extrait celles concernant exclusivement les mariés nés en Afrique du Nord. Nous avons ici exclu les mères, assez peu présentes sur le marché de l'emploi, alors que les filles le sont autant que les garçons et leurs pères. Les phénomènes de migrations socioprofessionnelles sont envisagés à partir de la comparaison enfants/père.

37 Question 36 : « Avez-vous rencontré des difficultés lors de votre installation en France ? Si oui, quelles ont été ces difficultés ? Votre installation est-elle réussie ? Et celle de vos parents ? Celle de vos enfants ? »

38 Réponses à la question 36 : « Je n'ai pas eu de gros problèmes » (41 %) ; « Oui, quelques difficultés passagères » (42 %) ; « Oui, énormément » (16 %).

39 L'âge des enquêtés joue aussi dans ce cas. Ce sont ceux qui étaient déjà adultes dans les années soixante, qui avaient donc des parents âgés, qui considèrent que l'insertion a été difficile pour ces derniers.

40 Dominique Schnapper, Juifs et Israélites, Paris, Gallimard, 1980.

41 Dominique Schnapper, Chantal Bordes-Benayoun, Freddy Raphaël, La condition juive en France. La tentation de l’entre-soi, Paris, PUF, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Arrivées (en chiffres) à Toulouse selon les dossiers du FSJU
Crédits © source FSJU.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3309/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Titre Statut matrimonial des usagers du FSJU en chiffres
Crédits © source FSJU.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Zytnicki, « Les Juifs du Maghreb à Toulouse des années 1950 à nos jours. Une insertion réussie ? », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 19 | 2015, mis en ligne le 02 octobre 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/3309 ; DOI : 10.4000/framespa.3309

Haut de page

Auteur

Colette Zytnicki

Colette Zytnicki est professeur d’histoire contemporaine à l'Université - Jean Jaurès de Toulouse, membre du Laboratoire FRAMESPA (CNRS UMR 5136). Elle travaille en particulier sur l’histoire et l’historiographie des Juifs de France et du Maghreb à l'époque coloniale.
colette_zytnicki@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org