Navigation – Plan du site
Dossier : Les immigrations maghrébines dans le Sud-Ouest de la France

L'arrivée des familles d'anciens supplétifs dans la région Midi-Pyrénées après 1962. État des lieux

The Arrival of Families of Former Auxiliaries in the Midi-Pyrénées Region after 1962. Current Situation
La llegada de las familias de antiguos auxiliares a la región Midi-Pyrénées a partir de 1962. Panorama
Abderahmen Moumen

Résumés

Cet article se propose de dresser un état des lieux de l'installation des harkis dans la région Midi-Pyrénées. Il revient sur le contexte des rapatriements des Français d'Algérie et des harkis à l'échelle nationale et régionale, et présente ensuite les espaces d'installation des familles d'anciens supplétifs en Midi-Pyrénées : le camp du Larzac et les hameaux de forestage.

Haut de page

Texte intégral

1- Introduction

  • 1 Jean-Jacques Jordi, « Les rapatriés, une histoire en chantier », Le Mouvement Social, 2001/4, n°  (...)
  • 2 Par ordre chronologique : Benjamin Stora, La gangrène et l’oubli. La mémoire de la guerre d’Algér (...)
  • 3 Jean-Marie Guillon, Pierre Laborie, Mémoire et histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995, (...)
  • 4 Raphaëlle Branche, La Guerre d'Algérie : une histoire apaisée ?, Paris, Seuil, 2005. Pour une app (...)

1Le sujet de recherche portant sur les « harkis » constitue aujourd'hui un thème dynamique dans les sciences humaines et sociales. Néanmoins, ce sujet a longtemps été considéré comme « illégitime » en histoire, à l'instar de l'immigration, jusqu'au milieu des années 1980. De même que les recherches sur les rapatriés d'Algérie, les travaux concernant les harkis relevaient, durant les années 1980 et 1990, d'une « histoire en chantier »1. Ce sont d'abord les médecins qui se sont consacrés aux premières recherches sur les harkis et les incidences de leur migration en France après l'indépendance de l'Algérie, suivis des géographes, puis des sociologues pour qu'enfin, à partir des années 1980, les historiens s'intéressent à la question2. Plus d'une génération s'était écoulée pour que finalement les harkis deviennent un « objet scientifique froid »3, dans le contexte d'ouverture des archives et le processus d'historicisation de la guerre d'Algérie et ses suites4.

  • 5  Edwige Garnier, Territoire et migration : le rôle de la territorialisation dans la construction id (...)
  • 6 Colette Zytnicki, Juifs à Toulouse, entre 1945 et 1970. Une communauté toujours recommencée, Toul (...)
  • 7 Jacques Leclerc, Les rapatriés d’Algérie dans la région Midi-Pyrénées, mémoire de stage de l'ÉNA, (...)
  • 8 Charef Guername, 1962-1975, l'existence des harkis en France. Cadre, conditions et évolution : l' (...)
  • 9  Aude Lanoizelez, La Cité d’Accueil de Rapatriés Algériens (CARA) de Bias, du camp au ghetto : soci (...)

2Aujourd'hui, si les mémoires et thèses sur la question des rapatriés d'Algérie sont assez nombreux5 à l'échelle nationale, les monographies régionales ou locales le sont moins. La région Midi-Pyrénées, objet de cet article, en est un exemple. Quelques travaux d’historiens sur les rapatriés d'Algérie en Midi-Pyrénées constituent des fondations importantes, comme les recherches de l'historienne Colette Zytnicki6 ou soutenues sous sa direction. Il faut aussi rappeler l'existence des mémoires de stage de l'École nationale d'administration (ÉNA), sources historiques pour les historiens, dont certains avaient pour sujet l'installation des rapatriés d'Algérie dans les départements de la région7. Sur les harkis précisément, quelques travaux, soutenus dans les années 1990, concernent la région Midi-Pyrénées8 ; néanmoins la présence du camp de Bias dans le Lot-et-Garonne (région Aquitaine) a focalisé l'attention des chercheurs s'intéressant à ce sujet9.

3Cet article se propose de dresser un état des lieux de l'installation des harkis dans la région Midi-Pyrénées. D'une part, je reviendrai sur le contexte des rapatriements des Français d'Algérie et des harkis à l'échelle nationale et régionale. D'autre part, je présenterai les espaces d'installation des familles d'anciens supplétifs en région Midi-Pyrénées : le camp du Larzac, lieu d'histoire et de mémoire de la guerre d'Algérie en France, et les hameaux de forestage.

2- De l'Algérie à la région Midi-Pyrénées. Contexte des rapatriements et du transfert des harkis

  • 10 Il est important de préciser qu'en 1962, la région Midi-Pyrénées comptait les actuels département (...)
  • 11 Jean-Jacques Jordi, De l'exode à l'exil, rapatriés et pieds-noirs en France, Paris, L'Harmattan, (...)

4Dans le contexte des migrations issues de la décolonisation, 1962 constitue un choc démographique pour la région Midi-Pyrénées10 avec l'arrivée massive des rapatriés d'Algérie11. Ceux que l'on va désigner par le terme générique de « harkis », même s'ils ont été l'objet d'un encadrement étatique important, sont cependant moins visibles.

2a- L’arrivée des rapatriés d'Algérie : un choc démographique

  • 12 Jacques Leclerc, op. cit.

5Dans le contexte de la décolonisation, si les rapatriés d’Indochine, du Maroc et de Tunisie s'installent progressivement durant les années 1950, l’arrivée massive et imprévue des Français d’Algérie constitue un choc démographique. Le sud de la France est le territoire de prédilection d’installation des Français d’outre-mer, particulièrement de ceux que l'on nomme aussi les « repliés d’Algérie ». En décembre 1962, en s'appuyant sur les chiffres des préfectures, le nombre de rapatriés d'Algérie par départements est ainsi estimé : environ 40 000 rapatriés en Haute-Garonne, 12 000 en Tarn-et-Garonne, 8 000 dans le Tarn, 4 700 dans les Hautes-Pyrénées, 3 600 dans le Gers, 3 200 en Ariège, 2 800 dans le Lot et 900 en Aveyron12.

  • 13  Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), recensement général de la p (...)
  • 14 49 778 500 habitants en comprenant les militaires de carrière ou du contingent stationnés hors mé (...)

6D’après le recensement de 196813sur une population totale de la France métropolitaine évaluée au 1er mars 1968 à 49 800 000 habitants14, 926 880 sont désignés par l’appellation « rapatriés ». Les régions qui abritent ainsi le plus grand nombre de rapatriés après la région Provence Alpes-Côte d’Azur (223 800 personnes) sont la région parisienne (159 140 personnes), Rhône-Alpes (99 780 personnes), le Languedoc-Roussillon (83 080 personnes), Midi-Pyrénées (73 900 personnes) et l’Aquitaine (60 700 personnes). Les autres régions comptent moins de 50 000 rapatriés d’Algérie. Ainsi, les rapatriés d’Algérie s’installent massivement dans le Sud de la France : Provence Alpes‑Côte d’Azur et Corse, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, soit 40,9 % du total. Et ce, pour diverses raisons : l’attrait géographique avec un climat proche de celui de l’Algérie ; les regroupements familiaux, qui après une arrivée éparse sur le territoire français, entraînent une concentration dans les régions du Sud ; enfin, le phénomène de migration qui implique souvent une installation sur le lieu de débarquement, ou un lieu proche. Ces installations constituent plus de la moitié de la croissance démographique de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon, et plus d’un tiers de celle de la Provence. Toujours en 1968, suite au recensement, la ville de Toulouse compterait à elle seule 21 579 Français de naissance nés en Algérie.

  • 15 Fatima Besnaci-Lancou, Abderahmen Moumen, Les harkis, op. cit.

7Parmi ces flux migratoires, celui des harkis constitue néanmoins un mouvement de moindre importance. Mais, en premier lieu, qui sont ces hommes, ces femmes, ces enfants que l’on désigne comme « harkis » ? Derrière ce mot se profile un monde confus15.

2b- Les harkis, un monde derrière un mot

  • 16   François-Xavier Hautreux, L'armée française et les supplétifs « Français musulmans » pendant la (...)

8« Harki » est un terme générique souvent utilisé pour désigner tous les « musulmans français »/Algériens qui étaient pour diverses raisons aux côtés de l’armée française durant la guerre d’Algérie. Cependant, en réalité, ce terme ne désigne qu’une catégorie de supplétifs. Cinq catégories de formations supplétives civiles ont contribué au « maintien de l’ordre » durant ce que l’on appelait les « événements » : les GMPR (Groupes Mobiles de Police Rurale), transformés ensuite en groupes mobiles de sécurité (GMS) ; les mokhaznis (ou moghaznis) chargés de la protection des SAS (Sections Administratives Spécialisées) ; les assès (gardiens) des Unités territoriales et les groupes d’autodéfense (bénévoles et pour moitié armés). Concernant les harkis, les premières harkas sont officiellement constituées en avril 1956. Le terme harka est antérieur à la colonisation. Il signifie, en arabe, mouvement. Après l'indépendance, les militaires algériens de l’armée française ou les appelés, les élus, les hauts fonctionnaires, les officiers et les notables musulmans (caïds, aghas, bachaghas) sont parfois aussi, bien malencontreusement, assimilés aux harkis, malgré des différences sociales importantes16.

9Après les Accords d'Évian, entre mars 1962 et 1965, environ 42 000 supplétifs et membres de leurs familles ont été transférés en France par les autorités militaires, ainsi qu’entre 5 000 et 8 000 engagés. À ces derniers, s’ajoutent plusieurs milliers d’autres qui ont pu être rapatriés clandestinement ou par leurs propres moyens. Les pouvoirs publics estiment finalement à 66 000 le nombre d’anciens harkis et membres de leurs familles, considérés comme rapatriés. Mais nous pouvons évaluer, compte tenu des « clandestins » ou par le biais de l'immigration algérienne, qu’environ 85 000 personnes se sont installées en France. Les regards et les représentations se sont longtemps focalisés sur les espaces de concentration (camps, hameaux forestiers...), il faut néanmoins préciser que ces familles vivent pourtant très majoritairement, et ce dès la fin des années 1960, dans des espaces intégrés et non ségrégués.

  • 17 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Fayard, 1994.

10Enfin, le groupe social « harkis » est exemplaire par la complexité de la façon dont il est désigné par les pouvoirs publics. Une complexité qui a finalement des répercussions dans les représentations que l’on se fait de cette population. Sont-ils des immigrés, issus d’une migration politique, ou des rapatriés ? Sont-ils des Algériens ou des Français ? Par le décret du 23 juillet 1962, les Français musulmans de statut de droit local, dont bien entendu les anciens supplétifs et leurs familles, perdent la nationalité française. Pour (re)devenir français, ils doivent effectuer, sur le territoire français, une déclaration recognitive de nationalité française, devant un juge. La position explicite du général de Gaulle, alors chef de l’État, ne fait que confirmer ce postulat : « le terme de rapatriés ne s’applique évidemment pas aux musulmans : ils ne retournent pas dans la terre de leurs pères ! Dans leur cas, il ne saurait s’agir que de réfugiés !17 ». Les termes employés dans les archives des ministères de l’Armée, de l’Intérieur ou du Secrétariat (puis du ministère) chargé des rapatriés interpellent aussi par le flottement sémantique concernant ces « musulmans » : transfert, repliement, rapatriement, hésitant souvent entre « rapatriés musulmans » et « réfugiés musulmans ». Dans les diverses correspondances, ils sont désignés comme « réfugiés musulmans », « réfugiés harkis », « musulmans harkis », « musulmans réfugiés », « musulmans rapatriés », voire, pour certains, afin d’éviter toute erreur, « musulmans algériens harkis » ! poursuivant en cela les catégorisations effectuées dans la presse qui tantôt incorpore les harkis dans des articles ayant trait aux rapatriés, tantôt dans d’autres concernant l’afflux de la main-d’œuvre algérienne en France. Les divers recensements et autres statistiques effectués par les préfectures poursuivent cette logique. Les anciens harkis et leurs familles sont ainsi soit incorporés dans les statistiques relatives à l’ensemble des rapatriés, mais désignés comme rapatriés musulmans ou ex-harkis et ainsi séparés des rapatriés dits européens, soit cités avec les Algériens, mais signalés comme ex-harkis.

  • 18 Abderahmen Moumen, « Reçus en harkis, traités en parias », dans Driss El‑Yazami, Yvan Gastaut et (...)

11La question de la dénomination de ce groupe social est, de ce fait, prétexte à tous les amalgames. De 1962 au début des années 1980, une succession de qualifications souligne la difficulté des pouvoirs publics à cerner cette population, ce que les médias reprennent. Ces usages ne sont d’ailleurs pas sans rappeler une sémantique de l’ère coloniale où s’entremêlent ainsi des termes aux connotations à la fois politiques, juridiques, religieuses, voire d’origine géographique : aux « musulmans français » et/ou aux « Français musulmans », s'ajoutent les « Français de Souche Islamique Rapatriés d’Afrique du Nord » (FSIRAN), puis les « Français Rapatriés de Confession Islamique » (FRCI), puis l’éphémère FMR (Français Musulmans Rapatriés) des années 1970-1980, et pour terminer, à partir des années 1980 et jusqu’à nos jours, les « Rapatriés d’Origine Nord-Africaine » (RONA)18.

3- Des harkis en région Midi-Pyrénées : le camp du Larzac

Figure 1. Les camps de harkis en France

Figure 1. Les camps de harkis en France

© Abderahmen Moumen

  • 19 Achevé en 1902, le camp d'entraînement militaire, situé sur la commune de La Cavalerie, occupe une (...)
  • 20 Les camps de regroupement en Algérie sont la première étape par laquelle les familles transitent (...)

12La mise en place du camp du Larzac19, dans le département de l'Aveyron, pour les « réfugiés musulmans » s'explique par le contexte de violences de l'année 1962 et la méfiance à l'endroit d'une population jugée suspecte. À l'instar de nombreux préfets en France, certains, comme celui du Tarn, s'opposent à l'installation de familles d'anciens supplétifs dans leur département. Ils craignent la poursuite des violences de la guerre d'Algérie sur leur territoire, avec l'installation massive de pieds-noirs, la présence importante d'Algériens et d'une ossature du Front de libération nationale et avec le maintien de certains commandos de l'Organisation armée secrète (OAS). Les pouvoirs publics essaient de remédier à ces refus en isolant, dans un premier temps, les familles réfugiées en France en provenance des camps de regroupement en Algérie, gérés par l'institution militaire20.

13En France, le gouvernement sollicite le ministère des Armées pour aménager des camps militaires en camps de transit et de reclassement pour quelques milliers de personnes. Les prévisions des pouvoirs publics envisagent le règlement de cette question en un été, avec peu de « réfugiés musulmans » au reclassement rapide. Néanmoins, cet objectif est rapidement démenti devant les afflux de réfugiés toujours plus nombreux. Lors d’une réunion du 25 juin 1962, présidée par le représentant du ministre des Armées, il est précisé que

la totalité du camp ne serait pas évacuée pour le début de l’hiver. Il est indispensable que les bâtiments du camp qui abritent 1 000 FSNA [Français de souche nord-africaine] (4 500 sont logés sous tentes) soient réparés et susceptibles d’être chauffés : l’hiver au Larzac est particulièrement long et rude. De plus, ces bâtiments, occupés pendant plus de deux ans par des détenus FLN [Front de libération nationale], sont en mauvais état.

  • 21 Service historique de la défense (SHD) : 14 T 92. Général de division De Guilleron, commandant de (...)

14Sont donc prévus « des travaux de remise en état du camp bâti, occupé par les familles de FSNA, en vue de la période des pluies et de l’hiver21 ».

  • 22 SHD : 7 T 253. Note 1034/EMIA/ORG.2/N.148 du 26 mai 1962.
  • 23 Centre des archives contemporaines (CAC) : 19910467, article 1.
  • 24 Archives départementales du Vaucluse (AD84) : 176 W 594. Circulaire télégraphique du ministre de (...)
  • 25 AD84 : 176 W 594. Circulaire télégraphique n° 367/0839 du secrétariat d’État aux rapatriés (avenu (...)

15Le 26 mai 1962, le chef d’État major de l’armée reçoit pour mission d’héberger au camp du Larzac les supplétifs et civils FSNA menacés22. Par la note du 15 juin, les modalités de cette action sont précisées. Le camp du Larzac ouvre ses portes le 15 juin 1962 (jusqu’au 15 octobre). Par courrier du 20 juin 1962, le secrétariat d’État aux rapatriés fait connaître au ministre de l’Intérieur que l’autorité militaire a mis à sa disposition les installations du camp de Bourg-Lastic pour recevoir les « Français musulmans rapatriés d’Afrique du Nord23 ». La gestion de celui-ci est remise à l’autorité militaire. Le ministre de l’Intérieur, Roger Frey, demande que lui soient envoyés tous les « Harkis en situation d’attente ». Il exige des préfets de le prévenir lorsqu'arriveraient d'anciens supplétifs « sans que l’accueil ait été prévu ou lorsque les comités d’accueil vous paraîtront politiquement dangereux »24. Tous les anciens supplétifs venus en dehors des transports officiels de l’armée doivent être reçus au camp du Larzac, surtout ceux n’ayant ni travail ni logement ou dont la sécurité ne serait pas assurée. Tous les préfets de métropole doivent cependant s’assurer de la qualité d’anciens supplétifs (harkis ou moghaznis). Ils ne peuvent les envoyer dans les camps qu’après accord du secrétariat d’État aux rapatriés, en précisant le nombre de personnes à transporter. À Millau, un service d’accueil est ainsi organisé25.

16La mise en place des camps d’hébergement et de reclassement pour les « supplétifs musulmans » nécessite une coordination entre divers services et ministères : le préfet Pérony qui gère la question des Français musulmans et d’Indochine, les inspecteurs au secrétariat d’État aux rapatriés (Revol et Attyasse), le ministère des Armées, le ministère des Finances, le ministère de l’Agriculture, le bureau interarmées des écoles.

17À l’intérieur du camp du Larzac, les anciens supplétifs sont parfois employés pour divers travaux et rémunérés en partie par l’Armée et surtout par le secrétariat d’État aux rapatriés. Concernant l’encadrement des familles d’anciens supplétifs, le choix d’une certaine connaissance de cette population est demandé par le ministère des Armées. Dans un message daté du 30 mai 1962, il est ainsi demandé :

  • 26 SHD : 7 T 253.

attention attirée sur nécessité choix encadrement permanent en raison particularité mission - Encadrement sera à réaliser primo pour moitié avec personnels ayant bonne connaissance supplétifs et si possible langue arabe provenant de SAS ou du SFJA [Service de formation des jeunes en Algérie] ou régiments tirailleurs, secundo pour autre moitié par cadres n’appartenant pas aux catégories ci-dessus26.

18La compagnie 1/9e RTM (Régiment de tirailleurs marocains) est chargée de l'encadrement des familles d'anciens supplétifs. Elle devient une compagnie de camp avec 4 officiers, 16 sous-officiers et 135 hommes de troupe dont 8 sous-officiers et 110 composés d’hommes de troupe marocains.

  • 27 SHD : 14 T 92.
  • 28 SHD : 1 H 1260-2. Courrier du ministre des Armées au ministre d’État chargé des Affaires algérien (...)
  • 29 SHD : 19 T 195. Lettre du 17 août du Général commandant la 5e région militaire à l’État major de (...)

19Devant l’afflux de réfugiés, un deuxième camp est ouvert à Bourg-Lastic le 24 juin 1962, dans le département du Puy-de-Dôme. Très rapidement, ce sont plus de 10 000 réfugiés qui sont regroupés dans ces camps. Concernant les flux, à la date du 26 juin 1962, le camp du Larzac a reçu environ 5 000 personnes (harkis et familles), plus quelques dizaines de « musulmans repliés » que les préfets ont envoyés au camp en raison des menaces du FLN qui pesaient sur eux. Le 26 juin 1962, environ 400 personnes arrivent en gare de Millau. Ce qui fait atteindre au camp l'effectif de 5 500 personnes27. Au 30 juin, l’effectif passe à 5 750 personnes. À la date du 19 juillet 1962, 11 486 personnes sont hébergées dans ces deux camps : 5 894 au Larzac et 5 592 à Bourg-Lastic28. Le 16 août 1962, 5 295 personnes sont recensées dans le camp du Larzac dont 1 326 hommes à recaser, malgré le reclassement de 706 hommes, dont 320 chefs de famille, ayant entraîné le départ de 1 930 personnes29.

20Avec ces arrivées massives, la capacité normale du camp étant d’environ 3 000 hommes, la présence de familles a conduit à cloisonner les bâtiments en dur. Un camp extérieur sous tentes est aménagé. Avec le froid de septembre, seul le camp en dur est susceptible d’abriter des familles (soit seulement 1 500 personnes). Le nombre de femmes et d’enfants est très élevé. On compte en moyenne une naissance tous les deux jours. L’armée assure l’hébergement et la nourriture des repliés, et fournit le noyau du service médical et les installations sanitaires. Le secrétariat d’État aux rapatriés relève progressivement l’armée de ses tâches médico-sociales particulièrement dans le domaine femmes-enfants (gynécologie, pédiatrie, embauche de sages-femmes et d’infirmières), prend en charge les questions administratives (dossiers de rapatriés, sécurité sociale) et assure le reclassement définitif en trouvant des emplois.

  • 30 Jusqu’en décembre 1962, nombre d’anciens supplétifs sont menacés par des membres du FLN dans les (...)

21La fermeture des camps ne se déroule pas selon les prévisions du secrétariat d’État aux rapatriés. Les flux de réfugiés sont continuels, et surtout le reclassement s’effectue lentement du fait des problèmes de sécurité des anciens supplétifs30, les réticences des employeurs ou de certains syndicats, les difficultés de logement, l’afflux massif des « rapatriés européens d’Algérie » mettant au second plan celui des « rapatriés musulmans ». Ne pouvant maintenir des milliers de famille sous l’hiver rigoureux de l’Aveyron, le camps du Larzac, ainsi que celui de Bourg-Lastic d'ailleurs, ferment leurs portes en septembre 1962. Les réfugiés sont transférés à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales, septembre 1962 - 31 décembre 1964) et Saint-Maurice l’Ardoise (Gard, 29 octobre 1962 - 1er décembre 1963). À la date du 1er octobre 1962, 4 200 personnes sont en cours de transfert du Larzac vers Rivesaltes. Durant l'été 1962, 3 356 personnes ont été reclassées à partir du camp du Larzac dans différents départements en France, essentiellement les hameaux forestiers et les bassins d'emplois du Nord et de l'Est de la France.

4- Les hameaux forestiers : des harkis en milieu rural

4a- La mise en place des hameaux forestiers en Midi-Pyrénées

  • 31 SHD : 1 H 4341/4. Note de service n° 957/RT/CAC/3°/PH du 6 avril 1962, signée par le général de d (...)

22Dès le premier semestre 1962, l’éventualité de l’accueil de plusieurs milliers d’anciens supplétifs accompagnés de leurs familles soulève le problème de leur recasement en France. L’idée de créer des implantations de groupes homogènes, constituées de familles d’anciens supplétifs, dans des villages abandonnés ou en voie de dépeuplement de certaines régions françaises a germé bien avant les premiers transferts. Ainsi, le Général commandant la région territoriale de Constantine entreprend des sondages auprès de familles, avec la désignation de chefs de groupe parmi les officiers ou sous-officiers, préfiguration des futurs hameaux de forestage31.

  • 32 SHD : 1 H 2996/8. Exposé à la commission parlementaire du 21 mai 1962, 3e bureau - PH, Constantin (...)

Il serait hautement souhaitable de ne pas dissocier les collectivités et de les installer dans des villages abandonnés de métropole, dont les caractéristiques se rapprochent de celles du pays qu’elles quittent32.

23Lors d’une réunion à Marseille le 29 mars 1962, Robert Boulin demande à certains préfets du sud de la France, dont ceux de la région Midi-Pyrénées, de rechercher des possibilités d’accueil et d’implantation dans leurs départements pour des groupes de « Français de souche musulmane ». Le fonctionnement serait le suivant :

  • 33 Archives départementales des Alpes de Haute-Provence (AD04) : 1020 W 57. Courrier du secrétaire d (...)

Chacun de ces chantiers devrait comporter 25 travailleurs, accompagnés de leur famille ; chaque chantier est placé sous l’autorité du Conservateur des Eaux et Forêts qui aura la responsabilité des travaux engagés ; pendant une première période de six mois environ qui correspondra d’ailleurs essentiellement avec la durée de réfection des maisons abandonnées ou de construction de nouvelles habitations, le groupe de harkis sera encadré par un sous-officier de carrière assisté de un ou plusieurs moniteurs du bâtiment, actuellement sous les drapeaux33.

24L’Association des Anciens des Affaires Algériennes (AAAA), présidée par Nicolas d’Andoque, est sollicitée pour rechercher des villages et fournir l’encadrement parmi d’anciens du service ou momentanément sans affectation.

25Le ministère de l’Agriculture appuie cette initiative tant pour permettre de revivifier certaines régions en déshérence, que pour lutter contre les incendies de forêt qui ont ravagé la forêt méditerranéenne en 1962. Les hameaux de forestage permettaient de réunir plusieurs conditions indispensables à l’installation des familles : outre une solution de reclassement assez rapide par le biais de l'Office national des forêts (ONF), la sécurité face aux menaces de certains membres du FLN en France, la surveillance de ces hommes durant une certaine période par un encadrement militaire. Le choix des communes d’accueil ne se fit pas sans incident. Si certaines voyaient d’un bon œil l’implantation de ces familles par les conséquences positives que cela procurerait pour leurs finances ou la vitalité du village (subventions, terrains viabilisés construction de logements pouvant être récupérés après le départ des familles, agrandissement de salles de classe, emploi des anciens supplétifs dans des travaux d’aménagement communaux…), d’autres s’opposent catégoriquement à leur venue par des pétitions d’habitants ou un vote au conseil municipal. La crainte de l’arrivée d’une population étrangère et les conséquences immédiates (démographiques, sécuritaires, politiques…) constituent les principaux arguments avancés. L’acceptation par une commune de ces nouveaux habitants est cependant étroitement associée à certaines conditions : le renforcement de la présence de la gendarmerie et un encadrement de ces familles.

  • 34 La majorité des hameaux de forestage ouvrent entre septembre 1962 et décembre 1963. Hameaux qui n (...)

26Les hameaux sont aussi considérés comme une continuité de la vie communautaire de l’Algérie. Ainsi, le choix des familles dans les camps de transit s’effectue souvent selon l'origine régionale en Algérie. À la fin du mois d’août 1962, une première liste de hameaux de forestage est constituée. Ceux-ci sont en partie construits par la main-d’œuvre que constituent les anciens supplétifs. Sur l'ensemble du territoire national, 75 hameaux forestiers sortent de terre34 : 2 189 emplois sont crées, 2 043 logements construits et environ 10 000 personnes y sont envoyées. Dans la région Midi-Pyrénées, plusieurs hameaux de forestage sont ainsi créés : Montoulieu dans l'Ariège ; Brusque et Saint-Rome de Cernon dans l'Aveyron ; Juzet d'Izaut en Haute-Garonne ; Mirande dans le Gers ; et surtout dans le département du Tarn, les implantations d'Arfons, Puycelsi, Anglès et Vaour.

  • 35 Ces sahariens sont d'ailleurs issus de la même « tariqa » ou confrérie religieuse que Cheikh Hamz (...)
  • 36 CAC : 19920149/2. Service d’accueil et de reclassement des Français d’Indochine et des Français m (...)

27La majorité des familles installées dans ces hameaux forestiers proviennent du camp de Rivesaltes et parfois du camp du Larzac pour les hameaux crées à partir de septembre 1962. Ainsi en est-il de ceux du hameau de Saint-Rome de Cernon, composé de kabyles et de sahariens35. En septembre et octobre 1964 s’effectuent les départs des dernières familles de harkis « reclassables » du camp de Rivesaltes36: 22 familles rejoignent le chantier de forestage de Vaour dans la semaine du 10 au 20 octobre 1964. Il y a parfois aussi des retours vers les camps de transit. Ainsi, le 31 janvier 1963, 13 anciens harkis et leurs familles, soit 70 personnes, sont dirigés du hameau forestier de Saint-Rome de Cernon vers le camp de Rivesaltes, après des conflits avec les kabyles du village.

  • 37 Parcours de vie d'Ali Tebib issu de l'ouvrage de Fatima Besnaci-Lancou, Treize chibanis harkis, o (...)

28Ali Tebib, ancien harki qui s'est engagé dans l'armée après les Accords d'Évian pour venir en France, retrouve sa famille un an après au camp de Rivesaltes. Il témoigne de son arrivée, avec sa famille, au hameau forestier de Puycelsi37 :

Ce camp, tout neuf, est moins sinistre. Il accueille seulement trente-deux familles, originaires de la même région. « Nous sommes tous de Guelma et de ses environs. Ce lien nous sauve. Il y a vraiment de la solidarité entre nous ». Mais, en arrivant, Ali est déçu. Le hameau, aujourd'hui transformé en logements sociaux, est caché au milieu de la forêt, loin du petit village traditionnel de Puycelsi. Loin de tout. Une heure de marche aller-retour pour faire des commissions. Ils sont comme cachés à la vue des Français, à qui les pouvoirs publics dissimulent la vérité sur le rapatriement de milliers de harkis.

Les villageois de Puycelsi, très attachés à leurs terres, ne sont pas très contents de voir arriver tous ces rapatriés qui représentent désormais près de 20 % de la population locale. Personne ne les a prévenus de la venue de ces harkis dont ils ne connaissent pas l'histoire, pas plus qu'ils ne savent ce qui s'est passé pendant les « événements d'Algérie ».

Malgré cet accueil glacial, la grande famille Tebib s'organise de nouveau. Les femmes aux fourneaux, les hommes dans les bois aux alentours, embauchés par les Eaux-et-Forêts pour débroussailler. La vie reprend. La mère d'Ali plante un peuplier devant leur petit deux-pièces cuisine au rez-de-chaussée. Une façon symbolique d'enraciner sa famille en France.

4b- Relégation et tutelle sociale

  • 38 CAC : 19920149/1. Note d'Yves Pérony, Service d’accueil et de reclassement des Français d’Indochi (...)

29Les hameaux de forestage sont ainsi construits à la périphérie des communes, constituant autant d’isolats marginalisés. Le préfet Yves Pérony avance comme argument la difficulté à les installer au sein de la société française : « Il est inexact de soutenir que nous ne voulons pas incorporer ces supplétifs dans la communauté française et que nous les cachons dans des zones à faible densité de population et pauvres ». Le fait de les éclater dans diverses municipalités qui les prendraient en charge serait désastreux selon lui : rémunérations dérisoires pour des personnes sans qualifications, logements indécents. Les chantiers correspondent « aux aptitudes et aux possibilités d’une grande partie de ces harkis à vocation montagnarde ou pastorale38 ». Néanmoins, cette relégation aux marges de la vie communale avait pour avantage pour les pouvoirs publics d’allier sécurité – des familles d’anciens supplétifs comme des villageois  et contrôle de cette population.

30L’éloignement des communes diffère selon les hameaux de forestage. Si pour certains, la mise en marge s’effectue seulement par le biais de la construction d’un hameau à la périphérie immédiate du village, d’autres sont retirés de quelques kilomètres. Néanmoins, certains sont complètement isolés des communes environnantes comme Puycelsi (Tarn) au centre de la forêt de Gresigne et situé à deux kilomètres d’un village peuplé de 100 âmes !

31Cet éloignement géographique entraîne une vie de « l’entre soi » avec une scolarisation interne au hameau. Cette situation est parfois accentuée par l’insuffisance des bâtiments scolaires communaux, voire le refus des villageois d’accueillir les enfants d’anciens supplétifs dans l’école communale. À Puycelsi, la première année, les enfants sont scolarisés au village dans une classe à part. Il s'agissait encore une fois d'une phase de transition et de suspicion, par crainte d'éventuelles tensions, avant de permettre aux enfants d'anciens supplétifs de se mêler à ceux des autochtones.

  • 39 CAC : 19920149/1. Note d'Yves Pérony, SFIM, août 1962.
  • 40 Plusieurs termes sont parfois utilisés : monitrice de promotion sociale, monitrice de préformatio (...)
  • 41 AD84 : 176 W 592.

32La particularité des hameaux de forestage est d’être aussi soumis à un régime d’exception tant dans l’encadrement que dans la réglementation. Un chef de hameau et une monitrice de promotion sociale exercent une tutelle sociale sur les familles d’anciens supplétifs, tutelle qui n'est que le prolongement d'Algérie en France d'une gestion militaire et coloniale de cette population. Les premiers responsables des hameaux, militaires en activité, sont progressivement remplacés par des agents civils, choisis le plus souvent parmi d’anciens officiers ou sous-officiers qui encadraient les anciens supplétifs en Algérie. Le chef de hameau est le représentant permanent des administrations chargées des anciens supplétifs et il assure la liaison avec les représentants des autorités locales. Fort de cette autorité, il a la responsabilité de l’ordre, de la tranquillité et de la salubrité du hameau, « il est un peu le garde-champêtre, le gestionnaire de la petite cité, le conseiller des habitants et leur interprète auprès des services publics39 ». Prolongement d’une certaine gestion coloniale, le chef de hameau est considéré comme le remplaçant du Caïd de l'époque coloniale, connaissant l’Algérie et la « mentalité musulmane », et parlant parfois arabe voire berbère. Tout comme la monitrice de promotion sociale40 qui est choisie le plus souvent parmi les pieds-noirs d’Algérie, prétextant de leur proximité historique avec les « musulmans ». Elle a le rôle « d’éduquer » les familles des hameaux de forestage : formation familiale et ménagère, puériculture, langue française, activités sociales avec les femmes et les jeunes41...

  • 42 CAC : 19920149/1. Comptes-rendus de tournées dans les départements : décembre 1962-décembre 1965. (...)

33Les familles d’anciens supplétifs sont soumises à un règlement intérieur, véritable régime disciplinaire, et tenues de le respecter sous peine d’expulsion du hameau. Les obligations portent sur l’hygiène, la propreté, l’assiduité au travail, le respect du chef de hameau, les visites familiales limitées, l’interdiction de jouer aux jeux d’argent... Si dans certains hameaux, les relations entre les habitants et le chef de hameau sont relativement cordiales, dans d’autres, des situations conflictuelles rythment parfois la vie quotidienne. Ces incidents se soldent le plus souvent par l’expulsion des contestataires, dont certains dénoncent la « tyrannie » du chef de hameau. D’autres abus ponctuent aussi l’histoire des hameaux de forestage comme le détournement des prestations familiales, les connivences entre le chef de hameau et les commerçants à proximité au détriment des familles d’anciens supplétifs, le contrôle du courrier, le détournement du mobilier et des vêtements destinés aux familles42

  • 43 SHD : 14 T 92. Commission de travail du 28 juin pour étudier les problèmes d’ordre financier posé (...)

34Outre ces hameaux forestiers dispersés sur l'ensemble de la région Midi-Pyrénées, on peut retrouver des petites « communautés » de familles d'anciens harkis installées dans différentes communes du Sud-Ouest. Les quelques tentatives d'installation d'anciens supplétifs dans le domaine de l'agriculture ou de l'élevage ont été cependant globalement un échec, malgré l’objectif premier des pouvoirs publics de les diriger vers le domaine agricole : logement dans des maisons rurales abandonnées, orientation des jeunes des écoles pour des stages de préformation « à l’issue desquels les élèves les plus doués seraient placés dans diverses écoles d’agriculture pour devenir des ouvriers spécialisés43 ». Quelques anciens supplétifs sont embauchés de façon transitoire par des agriculteurs, souvent rapatriés d'Algérie. On retrouve aussi des familles, issues des mêmes villages en Algérie, reconstituant en cela les communautés villageoises algériennes. Ainsi, des personnes originaires de la région du Chenoua, des communes de Cherchell, Gouraya et Novi, s'installent aux alentours de Castelnaudary ou de Villefranche de Lauragais.

5- Conclusion

35La présence des « familles de harkis » dans la région Midi-Pyrénées est ainsi attestée dès les premiers transferts de ces « réfugiés musulmans » en 1962. La constitution du camp du Larzac, et bien entendu, par la suite, de celui de Rivesaltes, joue un rôle déterminant dans l'implantation de nombreuses familles dans la région. Midi-Pyrénées constitue aussi une région de prédilection dans la mise en place des hameaux de forestage, autant de lieux d'implantation de plusieurs centaines de familles, dont certaines resteront dans ces petites communes ou s'installeront à proximité. La question « harkis » en Midi-Pyrénées ne se différencie cependant pas des considérations nationales liées à cette population, avec les enjeux de mémoire et d'histoire d'une question toujours considérée comme socialement vive. Dans le contexte des résurgences mémorielles, les camps et hameaux de forestage constituent un référent important dans la mémoire collective du groupe social harkis. Ces espaces sont devenus des lieux de mémoire à ciel ouvert, où s'organisent des « pèlerinages de mémoire » vers ces espaces des premiers pas en France. Les inaugurations de plaques surgissent et les commémorations de ce vécu à la fois individuel et collectif se suivent. Puicelsy, Arfons, Saint-Rome de Cernon, Le Larzac ont désormais leurs plaques, inaugurées dans les années 2000 en présence des représentants des pouvoirs publics, et en souvenir du passage de ces familles dans ces lieux. La nomination de Kader Arif comme ministre délégué aux Anciens combattants en 2012, descendant d'un ancien supplétif et ayant vécu au hameau d'Arfons puis à Castres, a aussi contribué à focaliser l'attention sur la question des harkis dans cette région.

36Finalement, cet état des lieux général de l'installation des harkis dans la région Midi-Pyrénées est aussi une incitation à multiplier les recherches régionales fondées, entre autres, sur l’exploitation des documents d’archives. Des recherches qui permettraient de mieux saisir les spécificités des immigrations en provenance d'Algérie dans les différentes régions, départements ou communes.

Haut de page

Notes

1 Jean-Jacques Jordi, « Les rapatriés, une histoire en chantier », Le Mouvement Social, 2001/4, n° 197, p. 3-7.

2 Par ordre chronologique : Benjamin Stora, La gangrène et l’oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 1991 ; Mohand Hamoumou, Et ils sont devenus harkis, Paris, Fayard, 1993 (bien que sociologue, l'auteur fit sa thèse sous la direction de l'historienne Lucette Valensi) ; Gilles Manceron, Hassan Remaoun, D’une rive à l’autre. La guerre d’Algérie, de la mémoire à l’histoire, Paris, Éditions Syros, 1993 ; Charles-Robert Ageron, « Les supplétifs algériens dans la guerre d’Algérie », Vingtième siècle. Revue d'histoire, n° 48, décembre 1995, p. 3-20 ; Jean-Jacques Jordi, Mohand Hamoumou, Les harkis, une mémoire enfouie, Paris, Autrement, 1999 ; François-Xavier Hautreux, La guerre d'Algérie des harkis, 1954-1962, Paris, Perrin, 2013.

3 Jean-Marie Guillon, Pierre Laborie, Mémoire et histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995, p. 15.

4 Raphaëlle Branche, La Guerre d'Algérie : une histoire apaisée ?, Paris, Seuil, 2005. Pour une approche historiographique de ce sujet, voir l'introduction de ma thèse : Abderahmen Moumen, Rapatriés, pieds-noirs et harkis dans la vallée du Bas-Rhône. Des défis de l’installation aux quêtes identitaires des années cinquante à nos jours. Éléments pour une histoire nationale, Paris, EHESS, 2010 (thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Colette Dubois, Université de Provence, 2006).

5  Edwige Garnier, Territoire et migration : le rôle de la territorialisation dans la construction identitaire et culturelle d'un groupe social se vivant en exil. Les pieds-noirs aujourd'hui, thèse de géographie sous la direction d'Hervé Gumuchian, Université de Grenoble I, 2005 ; Abderahmen Moumen, Rapatriés, pieds-noirs et harkis..., op. cit. ; Yann Scioldo-Zürcher, Devenir métropolitain. Politique d'intégration et parcours de rapatriés d'Algérie en métropole, 1954-2005, Paris, EHESS, 2010 (thèse à l'École des hautes études en sciences sociales sous la direction de Nancy Green, 2006) ; Emmanuelle Comtat, Les pieds-noirs et la politique : 40 ans après le traumatisme du rapatriement, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 (thèse en Sciences politiques sous la direction de Pierre Brechon, Université de Grenoble II, 2006).

6 Colette Zytnicki, Juifs à Toulouse, entre 1945 et 1970. Une communauté toujours recommencée, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1998.

7 Jacques Leclerc, Les rapatriés d’Algérie dans la région Midi-Pyrénées, mémoire de stage de l'ÉNA, décembre 1962 ; Louis Schweitzer, La réinstallation des agriculteurs rapatriés dans le Gers, mémoire de stage de l'ÉNA, 1967.

8 Charef Guername, 1962-1975, l'existence des harkis en France. Cadre, conditions et évolution : l'accueil, l'attentisme, la révolte, mémoire de maîtrise d'histoire sous la direction de Jean Sié, Université de Toulouse - Le Mirail, 1999 ; Zohra Mokadem, Les itinéraires des anciens supplétifs de la guerre d'Algérie et de leur famille : du rapatriement à leur arrivée dans le département de la Haute-Garonne, mémoire de maîtrise d'histoire sous la direction de Djamila Amrane, Université de Toulouse - Le Mirail, 1997.

9  Aude Lanoizelez, La Cité d’Accueil de Rapatriés Algériens (CARA) de Bias, du camp au ghetto : socio-histoire d’un lieu d’hébergement de Harkis oublié (1963-2000), mémoire de master sous la direction de Nadine Picaudou, Université de Paris I, 2008 ;Katia Khemache, La relation entre les pouvoirs publics français et la population harkie lot-et-garonnaise de 1962 à nos jours. Regards sur des pratiques administratives postcoloniales, thèse d'histoire sous la direction de Guy Pervillé, Université de Toulouse, 2014. Des témoignages sur la présence des familles d'anciens supplétifs au camp de Bias ont aussi été publiés depuis les années 2000 : Boussad Azni, Harkis, crime d'État. Généalogie d'un abandon, Paris, Éditions Ramsay, 2001 ; Dalila Kerchouche, Mon père, ce harki, Paris, Seuil, 2003 ; Patrick Jammes, Médecin des harkis au camp de Bias, 1970-2000, Paris, L'Harmattan, 2012 ; Fatima Besnaci-Lancou a aussi recueilli les témoignages publiés d'anciens harkis, leurs épouses ou leurs enfants qui ont transité par le camp de Bias et qui peuvent se retrouver dans les ouvrages suivants : Nos mères, paroles blessées. Une autre histoire de harkis, Léchelle, Éditions Zellige, 2006 ; Treize chibanis harki, Paris, Éditions Tiresias, 2006 ; Des vies - 62 enfants de harkis racontent, Ivry-sur-Seine, Éditions de l'Atelier, 2010.

10 Il est important de préciser qu'en 1962, la région Midi-Pyrénées comptait les actuels départements de la région, à ceux-ci s'ajoutaient les Basses-Pyrénées, l’Aude et les Pyrénées-Orientales. Concernant cet article sur les harkis, je me focaliserai sur les départements actuels de la région Midi-Pyrénées.

11 Jean-Jacques Jordi, De l'exode à l'exil, rapatriés et pieds-noirs en France, Paris, L'Harmattan, 1994 ; 1962, l'arrivée des pieds-noirs, Paris, Autrement, 2002 ; Fatima Besnaci-Lancou, Abderahmen Moumen, Les harkis, Paris, Le Cavalier bleu, 2008 ; Yann Scioldo-Zürcher, Devenir Métropolitain..., op. cit.

12 Jacques Leclerc, op. cit.

13  Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), recensement général de la population de 1968. Sont ainsi classées comme « rapatriés d’Algérie » les personnes qui résidaient en France métropolitaine au 1er mars 1968 et en Algérie au 1er janvier 1962, à l’exclusion des musulmans français nés en Algérie et des nationaux algériens. Les enfants nés entre le 1er janvier 1962 et le 1er mars 1968 sont considérés comme rapatriés si leur mère est elle-même rapatriée (que la naissance ait eu lieu avant ou après la migration de la mère et où qu’elle se soit produite). Leur nombre est ainsi évalué à 926 880, mais arrondi à 900 000 rapatriés à la suite de diverses erreurs. Néanmoins, ce décomptage a été l'objet de nombreuses critiques, et ne donne finalement qu'une tendance. Nous renvoyons à ce sujet à l'article de Michèle Guillon, « Les rapatriés d'Algérie dans la région parisienne », Annales de géographie, volume 83, n° 460, 1974, p. 644-675.

14 49 778 500 habitants en comprenant les militaires de carrière ou du contingent stationnés hors métropole, qui avaient une résidence personnelle en France ; 49 800 000 en comprenant tous les militaires français (de carrière ou du contingent) stationnés hors métropole.

15 Fatima Besnaci-Lancou, Abderahmen Moumen, Les harkis, op. cit.

16   François-Xavier Hautreux, L'armée française et les supplétifs « Français musulmans » pendant la guerre d'Algérie (1954-1962) : expérience et enjeux, Paris, Perrin, 2013 (thèse d'histoire sous la direction de Didier Musiedak, Université de Paris X, 2010).

17 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Fayard, 1994.

18 Abderahmen Moumen, « Reçus en harkis, traités en parias », dans Driss El‑Yazami, Yvan Gastaut et Naïma Yahi (dirs.), Générations : un siècle d’histoire culturelle des maghrébins en France, Paris, Gallimard, 2008, p. 117-123.

19 Achevé en 1902, le camp d'entraînement militaire, situé sur la commune de La Cavalerie, occupe une large part du plateau du Larzac, avec une superficie d'environ 3 000 hectares, et culminant à une altitude de 900 mètres. Durant la Seconde Guerre mondiale, le camp accueille les combattants républicains espagnols intégrés dans les régiments de Marche des Volontaires Étrangers (RMVE), ainsi que la 41e compagnie de travailleurs étrangers (CTE), composée essentiellement d'exilés espagnols. Durant la guerre d'Algérie, le camp du Larzac est ainsi mis à disposition du ministère de l'Intérieur par le ministère des Armées. Après des mois de travaux, le Larzac devient le plus grand centre d'assignation à résidence surveillée (CARS) du pays. Ouvert le 8 avril 1959, le camp accueille plus de 3 000 internés dès le mois de décembre. Au 31 mars 1962, après le cessez-le-feu, ils sont encore 1 679. Finalement, durant toute la période du camp d'assignation, et d'après les registres d'écrou, 4 898 Algériens ont été libérés en France et 4 786 transférés en Algérie. Je renvoie aux travaux sur les usages du camp du Larzac : Stéphane Leroy, « Les exilés républicains espagnols des Régiments de Marche des Volontaires Étrangers. Engagement, présence et formation militaire (janvier 1939-mai 1940) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2010/6, mis en ligne le 24 janvier 2010. URL : http://ccec.revues.org/3285 ; Marc Bernardot, « Être interné au Larzac. La politique d'assignation à résidence surveillée durant la guerre d'Algérie (1958-1962) », Politix, n° 69, 2005/1, p. 39-61 ; Jean-Philippe Marcy, « Le Larzac, 1959-1962. Entre une politique répressive et le pouvoir du FLN », dans Sylvie Thénault (dir.), L'internement en France pendant la guerre d'indépendance algérienne. Matériaux pour l'histoire de notre temps, n° 92, oct.-déc. 2008, p. 25-32 ; Jean-Philippe Marcy, « L'aide aux internés : La Cimade au camp du Larzac (1959-1961) », dans Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault, La France en guerre 1954-1962, Expérience métropolitaine de la guerre d'indépendance algérienne, Paris, Autrement, collection mémoire/histoire, n° 142, 2008, p. 380-389 ; Mekhloufi Kevin, Les rapports de force au sein du Centre d'assignation à résidence surveillée de Larzac durant la guerre d'Algérie (1959-1962), mémoire de master 2 d'histoire sous la direction de Jean-Noël Luc, Université de Paris IV, 2011.

20 Les camps de regroupement en Algérie sont la première étape par laquelle les familles transitent avant leur transfert en France. Certaines sont auparavant rassemblées dans des lieux protégés, pour éviter les exactions de combattants de l’Armée de libération nationale (ALN), comme celles de la région de Palestro qui se sont regroupées dans une ancienne ferme abandonnée. Les premiers camps que connaissent véritablement les familles d’anciens supplétifs, dans cette nouvelle situation proche de celle de réfugiés, sont d’abord en Algérie avant le départ : Tefeschoun près d’Alger, Mers-El-Kébir ou Zéralda évoquent déjà les premiers espaces de transit.

21 Service historique de la défense (SHD) : 14 T 92. Général de division De Guilleron, commandant de la 5e région militaire au ministre des Armées, Toulouse, 2 juillet 1962.

22 SHD : 7 T 253. Note 1034/EMIA/ORG.2/N.148 du 26 mai 1962.

23 Centre des archives contemporaines (CAC) : 19910467, article 1.

24 Archives départementales du Vaucluse (AD84) : 176 W 594. Circulaire télégraphique du ministre de l’Intérieur n° 347 du 8 juin 1962.

25 AD84 : 176 W 594. Circulaire télégraphique n° 367/0839 du secrétariat d’État aux rapatriés (avenue Charles Floque Paris 7e) à tous les préfets, datée du 16 juin 1962.

26 SHD : 7 T 253.

27 SHD : 14 T 92.

28 SHD : 1 H 1260-2. Courrier du ministre des Armées au ministre d’État chargé des Affaires algériennes, 19 juillet 1962.

29 SHD : 19 T 195. Lettre du 17 août du Général commandant la 5e région militaire à l’État major de l’armée de terre (EMAT), dans Rapport d’information sur l’hébergement des harkis au camp du Larzac, Corps du contrôle de l’administration de l’Armée, le 15 octobre 1962, p. 10.

30 Jusqu’en décembre 1962, nombre d’anciens supplétifs sont menacés par des membres du FLN dans les lieux de forte implantation de migrants algériens, interdisant ainsi l’envoi massif dans certains départements.

31 SHD : 1 H 4341/4. Note de service n° 957/RT/CAC/3°/PH du 6 avril 1962, signée par le général de division Ducournau. Tant l’expression « hameaux de forestage » que celle de « hameaux forestiers » sont employés dans les correspondances administratives.

32 SHD : 1 H 2996/8. Exposé à la commission parlementaire du 21 mai 1962, 3e bureau - PH, Constantine, le 19 mai 1962.

33 Archives départementales des Alpes de Haute-Provence (AD04) : 1020 W 57. Courrier du secrétaire d’État aux rapatriés au préfet des Basses-Alpes, 2 juillet 1962.

34 La majorité des hameaux de forestage ouvrent entre septembre 1962 et décembre 1963. Hameaux qui ne furent cependant jamais en activité simultanément. À partir de 1966, le nombre de hameaux diminua constamment par la fermeture de chantiers, le redéploiement d’autres ou le mauvais état des infrastructures.

35 Ces sahariens sont d'ailleurs issus de la même « tariqa » ou confrérie religieuse que Cheikh Hamza Boubekeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, qui leur apporte son soutien.

36 CAC : 19920149/2. Service d’accueil et de reclassement des Français d’Indochine et des Français musulmans (SFIM), Note à l’attention du préfet Perony, 30 septembre 1964.

37 Parcours de vie d'Ali Tebib issu de l'ouvrage de Fatima Besnaci-Lancou, Treize chibanis harkis, op. cit.

38 CAC : 19920149/1. Note d'Yves Pérony, Service d’accueil et de reclassement des Français d’Indochine et des Français musulmans (SFIM), août 1962.

39 CAC : 19920149/1. Note d'Yves Pérony, SFIM, août 1962.

40 Plusieurs termes sont parfois utilisés : monitrice de promotion sociale, monitrice de préformation sociale, monitrice d’action sociale, monitrice d’initiation sociale ou assistante socio-administrative.

41 AD84 : 176 W 592.

42 CAC : 19920149/1. Comptes-rendus de tournées dans les départements : décembre 1962-décembre 1965. Situation aussi relevée dans le rapport de Marwan Abi Samra et François-Jérôme Finas, Regroupement et dispersion, réseaux et territoires des Français musulmans, rapport pour la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), Lyon, 1987, p. 77-79.

43 SHD : 14 T 92. Commission de travail du 28 juin pour étudier les problèmes d’ordre financier posés par l’hébergement et le reclassement des supplétifs musulmans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les camps de harkis en France
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3294/img-1.png
Fichier image/png, 232k
Crédits © Abderahmen Moumen
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3294/img-2.png
Fichier image/png, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderahmen Moumen, « L'arrivée des familles d'anciens supplétifs dans la région Midi-Pyrénées après 1962. État des lieux », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 19 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/3294 ; DOI : 10.4000/framespa.3294

Haut de page

Auteur

Abderahmen Moumen

Abderahmen Moumen est docteur en histoire, chercheur associé au Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes (CRHISM) de l'Université de Perpignan et chargé de mission ONACVG - Mémoire de la Guerre d’Algérie.
abdermoumen@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org