Navigation – Plan du site
Dossier : Les immigrations maghrébines dans le Sud-Ouest de la France

Introduction au dossier « Les immigrations maghrébines dans le Sud-Ouest de la France »

Introduction to the special issue "Immigrations from the Maghreb to Southwestern France"
Introducción al dossier « Las inmigraciones maghrebíes en el Suroeste de Francia »
Laure Teulières et Abderahmen Moumen

Texte intégral

Affiche de la Journée d'étude du 22 novembre 2013, laboratoire FRAMESPA, université de Toulouse II-Le Mirail (actuelle université Toulouse-Jean Jaurès)

Affiche de la Journée d'étude du 22 novembre 2013, laboratoire FRAMESPA, université de Toulouse II-Le Mirail (actuelle université Toulouse-Jean Jaurès)

© FRAMESPA

1Ce dossier est le fruit d’une journée d’étude éponyme qui s'est tenue le 22 novembre 2013 à l’Espace des diversités et de la laïcité de la Ville de Toulouse. Organisée par le laboratoire FRAMESPA (UMR CNRS 5136 / Université Toulouse 2-Jean Jaurès) et l’association Génériques (Paris), elle s'inscrivait dans le cadre des manifestations scientifiques et culturelles accompagnant la présentation au Musée des Jacobins de l’exposition « Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France ».

2La rencontre s'articulait autour de trois orientations initiales – aborder les migrations maghrébines dans leur ensemble et donc dans leur diversité ; croiser les approches disciplinaires entre l'histoire, la sociologie, l'anthropologie ; cibler le cadre régional récepteur de ces mouvements de populations, en l'occurrence celui de Midi-Pyrénées – avec l'ambition d’effectuer un point d’étape entre spécialistes investis dans ce domaine. Quel état des lieux de la recherche sur les immigrations maghrébines dans la région ? Quels champs déjà explorés ou méritant d’être investis ? Quelles études en cours ? De par le lieu où elle s'est tenue, ouvert au grand public, la rencontre comportait aussi une dimension civique, visant à partager le savoir scientifique afin d’étayer le débat social et de contribuer à contrecarrer les stéréotypes, amalgames et polémiques si fréquents sur le sujet. Elle se clôturait d'ailleurs par une table-ronde élargie à des acteurs culturels et associatifs.

  • 1 À l'exemple de la thèse pionnière de la sociologue Andrée Michel, Les travailleurs algériens en F (...)
  • 2 Benjamin Stora, Ils venaient d'Algérie. L'immigration algérienne en France : 1912-1992, Paris, Fa (...)
  • 3 Elkbir Atouf, Aux origines historiques de l'immigration marocaine en France, 1910-1963, Connaissa (...)
  • 4 Abdellali Hajjat et Ahmed Boubaker (coords.), Histoire politique des immigrations (post)coloniale (...)

3À l’échelle nationale, les immigrations maghrébines n'ont pas été délaissées par la recherche, loin de là. On sait combien certains travaux de sociologie, à partir de ce terrain là, ont régulièrement contribué à renouveler l'étude des migrations en général1. En histoire, c'est dès la première génération des chercheurs investissant le sujet de l'immigration en France que ce sont déployées des études sur l'immigration algérienne, en lien à la question de la guerre d'Algérie et ses séquelles2 ; d'autres investigations ont par exemple porté sur les origines de la présence des Marocains3 ; sans parler de travaux mettant en perspective la place et la contribution des Maghrébins et de leurs descendants au sein de la société française4.

  • 5 « Histoire des immigrations. Panorama régional », Hommes et migrations, volume 1, n° 1273, mai-ju (...)

4L'attention au périmètre régional s’inscrivait dans la continuité du marché d'étude de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSÉ) sur « Histoire et mémoire des immigrations en région, xixe-xxe siècles ». Visant à documenter systématiquement l'état des connaissances pour chaque espace de France métropolitaine et d'outremer, les rapports ont fait l'objet de publications de synthèse5. En décentrant la perspective et en l'ancrant sur des territoires socio-spatiaux singuliers, l'ensemble a finalement permis de mieux saisir la complexité de cette histoire en chantier.

  • 6 Laure Teulières, Histoire des immigrations en Midi-Pyrénées, XIXe-XXe siècles, Toulouse, Loubatiè (...)

5Si on tente de la qualifier à gros traits, Midi-Pyrénées présente la configuration6 d'une région de forte immigration dès les années 1920. Marquée par l'existence de pôles industriels (Nord-Aveyron, Tarn, Pyrénées, etc.) qui furent autant de creusets ouvriers, mais où la désindustrialisation a parfois pointé dès la fin des années 1960, son histoire sociale et économique tient aussi beaucoup au poids conservé aux campagnes et au secteur agricole, expliquant l'originalité d'une immigration rurale importante. La concentration progressive de la population étrangère sur la métropole toulousaine ne doit de ce fait pas masquer la part prise dans cette histoire par les espaces périphériques et les localités secondaires.

  • 7 Voir l'aperçu historiographique in Laure Teulières (coord.), Histoire et mémoire des immigrations (...)
  • 8 Colette Zytnicki, « L’administration face au rapatriement des Français d’Algérie : l’exemple de l (...)
  • 9 À l'exemple de Jean Faury, Les Maghrébins de Castres, des années 1950 à nos jours, Castres, Amica (...)

6Sans surprise, l'historiographie de l'immigration dans la région7 s'est orientée préférentiellement sur les vagues massives d'origines européennes, avec bien sûr et précocement beaucoup d'études sur les Espagnols, en particulier l'exil républicain de la Retirada, mais aussi sur les Italiens, Polonais ou Portugais. Relativement récentes en comparaison, les immigrations maghrébines ont fait l'objet d'explorations éparses. On dispose d’éléments détaillés sur les rapatriements et l’implantation des Pieds-noirs dans la région8, quant à l'inverse la condition des Algériens à Toulouse durant la guerre d’indépendance n'a été qu'ébauchée (activités et sociabilité, quartiers de résidence ou relations au FLN). Parmi les monographies locales, de qualité variable, très peu ont été éditées9. La période des années 1980-1990, pourtant riche de mobilisations sociales, n’a pas fait l’objet d’une attention poussée. Quelques éléments émergent cependant de mémoires de sociologie ou de géographie urbaine consacrés au Mirail, au festival « Racines », à l’association Vitécri des quartiers nord ou au groupe Zebda et à la candidature des Motivé-e-s aux élections municipales de 2002.

7Le présent dossier ne constitue pas à proprement parler les actes de la journée d'étude du 22 novembre 2013, toutes les communications n'ayant pas pu être rassemblées, notamment parmi celles présentées par des sociologues et anthropologues. Seuls deux articles suivent finalement cette approche de façon assez disjointe et on ne peut que regretter l'absence de développements socio-historiques qui avaient pourtant nourris les débats. La perspective historique est, par contre, articulée par trois auteurs abordant en parallèle mais aussi de façon connectée des courant migratoires façonnés par l'héritage colonial et la matrice de la décolonisation. La question des migrations sous contrainte ou forcées en provenance d’Algérie se trouve ainsi finalement au coeur du dossier, dans une région ayant été le troisième pôle d’accueil (après Marseille et l’Ile-de-France) des rapatriés de 1962.

8Les premiers temps de l’immigration marocaine en Midi-Pyrénées ont été reconstitués par Arthur Baylac (Université Toulouse – Jean Jaurès) à l'occasion d'un master d'histoire contemporaine. Les premiers arrivants sont issus des flux très différents des étudiants attirés par le site universitaire toulousain et des ouvriers agricoles employés pour l'arboriculture en cours d'intensification dans la plaine de la Garonne. Ce réseau de recrutement a été précocement amorcé par des Français rapatriés d'Afrique du Nord investis dans le secteur agricole après leur établissement en métropole.

9Colette Zytnicki, professeur d’histoire contemporaine (Framespa/Université Toulouse – Jean Jaurès), revient sur l'immigration des juifs du Maghreb à partir des années 1950-1960, majoritairement d’Algérie. Elle analyse les processus d'insertion sociale et de recompositions identitaires, tant sur le plan de l’espace intime que de la scène publique locale, et réciproquement les transformations de la société juive toulousaine sous l'effet de leur arrivée. Et de conclure sur l'insertion réussie de cette population qui pourtant « n’étouffe pas la mémoire du passé ».

10Chercheur associé au CRHiSM (Université de Perpignan Via Domitia), Abderahmen Moumen dresse un état des lieux du passage dans la région, après 1962, des anciens supplétifs d'Algérie, à travers le camp du Larzac dans l’Aveyron, où transitèrent environ 6000 de ces « harkis » et membres de leurs familles, et les nombreux hameaux de forestage implantés dans les massifs de la région. Autant d’espaces qui, à la suite des résurgences mémorielles des années 1990-2000, deviennent des référents importants dans la mémoire collective du groupe social harki.

11Ce sont plus largement les enjeux de mémoire autour de l'expérience historique liant la France et l'Algérie qu'expose Maylis Kydjian, doctorante en sociologie (Lisst-Cers/UT2J). À partir d'entretiens biographiques auprès de témoins issus des différents groupes sociaux concernés, elle dévoile le poids des effets de catégorisation – » pieds-noirs », « harkis », « algériens », mais également « arabe », « maghrébin », voire « musulman » – pour réinterroger les notions de territoire et de nationalité dans l'expérience de chaque migrant ou descendant de migrant.

12Le dossier comporte enfin le résultat d'une enquête de terrain sur un courant migratoire actuel : celui des mineurs isolés, essentiellement d'origine maghrébine, passant d'Espagne en France, de Saragosse à Toulouse. Chercheur associé à l’Université de Saragosse, c'est en sociologue mais aussi comme travailleur social que Chabier Gimeno explore les circulations de ces jeunes et décortique l’évolution de leur imaginaire migratoire au fil des différentes étapes (en contexte d’origine, de transit et à destination), mettant en évidence comment ils renégocient leurs projets et leurs attentes durant leur parcours.

Haut de page

Notes

1 À l'exemple de la thèse pionnière de la sociologue Andrée Michel, Les travailleurs algériens en France, Paris, CNRS, 1956 ; des publications bien sûr d'Abdelmalek Sayad, L'immigration, ou les paradoxes de l'altérité, Bruxelles, Éditions Universitaires De Boeck, 1991 et La Double absence, Des illusions de l’immigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999 ; ou de l'approche engagée à l'Université de Toulouse 2 par Alain Tarrius.

2 Benjamin Stora, Ils venaient d'Algérie. L'immigration algérienne en France : 1912-1992, Paris, Fayard, 1992.

3 Elkbir Atouf, Aux origines historiques de l'immigration marocaine en France, 1910-1963, Connaissances et Savoirs, 2009.

4 Abdellali Hajjat et Ahmed Boubaker (coords.), Histoire politique des immigrations (post)coloniales. France, 1920-2008, Paris, Éditions Amsterdam, 2008.

5 « Histoire des immigrations. Panorama régional », Hommes et migrations, volume 1, n° 1273, mai-juin 2008 et volume 2, n° 1278, mars-avril 2009.

6 Laure Teulières, Histoire des immigrations en Midi-Pyrénées, XIXe-XXe siècles, Toulouse, Loubatières, 2010.

7 Voir l'aperçu historiographique in Laure Teulières (coord.), Histoire et mémoire des immigrations en région Midi-Pyrénées, XIXe-XXe siècles, Rapport de recherche pour l'ACSÉ, juin 2007, p. 7-20.

8 Colette Zytnicki, « L’administration face au rapatriement des Français d’Algérie : l’exemple de la région Midi-Pyrénées (1962-1964) », Annales du Midi, octobre-décembre 1998, p. 501-521 ; Colette Zytnicki, « Du Sud vers le Nord : les rapatriés d’Afrique du Nord en Midi-Pyrénées », dans Terres et hommes du Sud, Actes du 126e congrès du Comité des travaux historique et scientifique, avril 2001.

9 À l'exemple de Jean Faury, Les Maghrébins de Castres, des années 1950 à nos jours, Castres, Amicale laïque de Castres, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Affiche de la Journée d'étude du 22 novembre 2013, laboratoire FRAMESPA, université de Toulouse II-Le Mirail (actuelle université Toulouse-Jean Jaurès)
Crédits © FRAMESPA
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3292/img-1.png
Fichier image/png, 442k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Teulières et Abderahmen Moumen, « Introduction au dossier « Les immigrations maghrébines dans le Sud-Ouest de la France » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 19 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/3292

Haut de page

Auteurs

Laure Teulières

Laure Teulières est maître de conférences en histoire contemporaine à l'université Toulouse - Jean Jaurès, codirectrice de la revue Diasporas et membre du laboratoire FRAMESPA (CNRS UMR 5136).
laure.teulieres@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Abderahmen Moumen

Abderahmen Moumen est docteur en histoire, chercheur associé au Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes (CRHISM) de l'université de Perpignan.
abdermoumen@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org