Navigation – Plan du site

Pêcher dans les étangs du Roussillon et de Cerdagne au Moyen Âge

Découper l’espace, partager les droits
Élisabeth Bille

Texte intégral

  • 1  L’étang de Salses-Leucate s’étend sur environ 5800 hectares entre Corbières et Méditerranée. Limit (...)
  • 2  Les massifs du versant nord de la Cerdagne sont couverts de petits étangs qui, par endroits, const (...)
  • 3  À l’opposé, les dépressions fermées qui parsemaient la plaine du Roussillon (Bages, Ponteillà, Can (...)

1Dans le cadre de cette journée d’études consacrée à la « quête d’espaces », l’objectif de cette recherche est d’analyser les productions spatiales propres aux espaces collectifs en prenant comme poste d’observation un type d’espace particulier, les étangs dans une perspective comparative entre plaine et montagne. Deux aires d’enquête ont été sélectionnées pour ce premier positionnement de la question : l’étang de Salses-Leucate, dans la plaine littorale du Roussillon1, et les étangs de montagne du Carlit et du Puymorens, en Cerdagne2. Bien que situés dans des milieux orographiques et climatiques différents, les étangs du littoral et les lacs de Cerdagne ont néanmoins un point commun susceptible de légitimer la confrontation : il s’agit de pièces d’eau qui, en raison de leur étendue, en Roussillon, ou de leur localisation, en Cerdagne, ne firent pas l’objet de politiques de drainage de telle ampleur qu’elles aient conduit au rétrécissement ou à la disparition pure et simple de l’étang3. Ces étangs se présentent comme une zone d’étude particulièrement féconde par la complexité même du milieu lacustre. De manière très schématique, ceux-ci peuvent se découper en quatre espaces aux potentialités différentes : l’étendue d’eau, la terre sur l’eau (les îlots), les bords de l’étangs où terre et eaux se mélangent au gré de l’avancée et du recul des flots et enfin les terrains autour de l’étang. Au Moyen Âge, comme dans les périodes antérieures ou postérieures, les étangs étaient donc des espaces en partage, des espaces à partager entre des utilisateurs proches ou plus lointains.

2Cette approche comparée entre plaine et montagne devrait permettre d’interroger les constructions spatiales liées aux étangs dans leurs dimensions juridictionnelles, juridiques et socio-économiques. Toutefois, la documentation recueillie dans cette première étape de la rechercheest bien trop lacunaire pour prétendre esquisser une réponse quelque peu solide à cette question au demeurant fort vaste. Aussi avons-nous choisi de recentrer le sujet sur l’activité la mieux documentée, en l’occurrence la pêche.

3Dans cette optique, nous analyserons d’abord certaines constructions territoriales liées à la pêche puis nous présenterons les lignes principales des partages communautaires et privés des espaces et des ressources piscicoles. Enfin, nous tenterons de poser quelques jalons sur la question des cadres d’appropriation, communautaires et seigneuriaux, de ces étangs.

Les espaces de la pêche

  • 4  C.Puig, « Les ressources de la mer et de l’étang dans la partie occidentale du Golfe du Lion (XIe- (...)

4Au Moyen Âge, les populations ont tiré des étangs des ressources piscicoles abondantes et variées (poissons, mollusques, crustacés)4. En plaine comme en montagne, la pêche constituait ainsi une activité importante pour les habitants des villages alentours.

  • 5  La documentation est conservée aux Archives Départementales des Pyrénées-Orientales (AD66) sous le (...)

5Restituer quelque chose des manières dont se définissaient les zones de pêche nécessite d’appréhender les modes de découpage dans leurs dimensions spatio-temporelles. Faute de documentation idoine pour la Cerdagne, les paragraphes suivants s’appuient essentiellement sur un dossier documentaire concernant la communauté de Saint-Laurent-de la Salanque, un village situé sur les bords de l’étang de Salses5.

Un partage saisonnier de l’étang

6L’exploitation des ressources piscicoles reposait sur des calendriers saisonniers. Sur l’étang de Salses-Leucate, deux chartes datées de 1279 et 1320 montrent que la construction de ces calendriers prenait en compte deux éléments. D’abord le type de poisson : la pêche aux anguilles était ainsi prohibée des fêtes de Pâques à la Saint-Michel de Septembre dans l’étang et les canaux. Ensuite, le type de technique utilisée par les pêcheurs. En 1279, trois hommes de Frontignan furent autorisés à planter des casiers au lieu-dit Matamolar de Juillet à Saint-Michel de Septembre. En 1320, la pêche « ab amplanes », terme désignant sans doute des barques à fond plat, était interdite pendant l’hiver (c’est-à-dire de la Saint-Michel de Septembre à la Saint-Vincent de Mars).

7Ces calendriers définissaient donc des espaces-temps modulables qui s’imbriquaient sur l’étang et les zones palustres l’entourant. Tout au long de l’année, l’étang s’ouvrait ou se fermait aux pêcheurs en fonction de calendriers dont l’élaboration relevait de la communauté d’habitants.

Un découpage en fonction des techniques employées

  • 6  Pour une solide description des différentes techniques de pêche : C.Puig, « Les ressources de la m (...)

8On peut tenir pour assuré que les populations locales aient pratiqué le ramassage des coquillages, la pêche à la ligne et à la fouëne ou encore la capture des crustacés6. Bien que d’un indispensable appoint pour les économies domestiques, ce pan de l’activité piscicole n’était pas formalisé per cartam de telle sorte que la question des découpages spatiaux vécus au quotidien échappe à notre connaissance. En revanche, deux techniques furent étroitement canalisées à la fois par la seigneurie et par l’université : la pêche au filet et la pêche aux casiers.

9La pêche au filet se pratiquait en mer ou sur l’étang au moyen de filets plantés dans l’eau ou tirés par des embarcations. Ces deux pratiques induisaient donc, théoriquement, des constructions spatiales différentes. L’espace de la pêche en barque était défini à partir d’un centre lui même mobile, la barque, et d’un rayon incarné par le mouvement du filet. Pour schématiser à l’extrême, les mouvements conjoints de la barque et du poisson faisaient l’aire de pêche laquelle se définissait comme un espace à géométrie variable. En revanche, la pose de filets en un endroit fixe et pour un temps déterminé induisait de facto une appropriation temporaire de l’étendue d’eau et, par conséquent, un zonage de l’espace.

  • 7  Carole Puig souligne combien il est ardu de définir à quel(s) type(s) de matériel renvoient les te (...)
  • 8  1280 : « duodecim bordigols in stagno quod vocatur de Salsis in loco vocato a la Puntat de la Rama (...)
  • 9  Nous suivons en ce sens les observations de Christine Rendu concernant les formes mouvantes que pr (...)

10La pêche aux casiers (bordigues, managueres, ballistes) se pratiquait le long du rivage ou dans les canaux sillonnant les zones palustres autour de l’étang. Poissons et anguilles s’engouffraient dans chaque casier dont l’ouverture se refermait à leur passage, pour finir emprisonnés dans une nasse7. À intervalles réguliers, le pêcheur venait relever le poisson ainsi capturé. À l’image des parcelles, ces casiers étaient localisés par rapport à un lieu-dit et délimités par des confronts8. Ce procédé de localisation pose la question de la mise en espace des casiers. Les marqueurs choisis participaient d’un double registre celui de la limite (les casiers jouxtaient d’autres casiers ou le grau) et celui de l’ouverture sur un espace à prendre (les casiers avaient pour confronts des îles, l’étang ou encore la mer). Scrupuleusement bornée sur la terre mesurée et mesurable (rives de l’étang et flèche de sable), la zone de casiers paraissait en revanche extensible côté eau, sur l’étendue ouverte à l’exploitation intercommunautaire9. En outre, le choix des notaires relevait sans doute davantage d’une volonté d’inscrire les casiers dans un espace social, celui du voisinage, que d’un souci de localisation géographique. La construction de casiers déboucha, progressivement, sur un zonage d’une partie de l’étang en secteurs de bordigols et de managueres mitoyens exploités par des familles de pêcheurs seules ou organisées en sociétés de pêche.

11Aux XIIIe et XIVe siècles, les partages des ressources piscicoles entre individus s’inscrivant dans des cadres communautaires différents débouchèrent sur des constructions territoriales qui articulaient trois variables : le temps, le volume des prises et l’étendue. Au regard de cette lecture des textes, deux questions se posent plus particulièrement. D’abord, quelles mises en forme les notaires utilisèrent-ils pour définir des constructions territoriales recouvrant une dimension spatio-temporelle ? Aux XIIIe-XIVe siècle, la pratique faisait encore l’espace, générant par la même une co-spatialité basée sur des relations de dominium différentes. Ainsi, en 1279, trois pêcheurs de Frontignan, une bourgade située à quelques kilomètres de l’étang de Thau, obtinrent du roi l’exclusivité de la construction de casiers au lieu-dit Matamolar, entre l’Agly et l’étang. Mais, la concession royale n’interdisait en rien, pour les habitants de Saint-Laurent, la pêche à la ligne, le ramassage des coquillages ou la prise de crustacés dans le même espace.

12Par ailleurs, quel(s) type(s) de représentation faudrait-il adopter pour cartographier ces espaces-temps ? Une représentation de type euclidien montre ici ses limites pour trois raisons au moins.

    • 10  J.Lévy et M.Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 200 (...)
    • 11  Nous reprenons ici une expression de Jean-Paul Cheylan dans sonr article « Les processus spatio-te (...)

    De manière tout à fait théorique, les acteurs, les pratiques, les statuts juridiques définissaient des espaces qui se superposaient, s’imbriquaient et s’enchevêtraient sur une même étendue10. En d’autres termes, l’espace de la pêche se définissait comme une « collection d’entités »11, de constructions soumises à des jeux de pouvoir différents. Mieux, ces découpages étaient d’autant plus complexes que les cadres d’appropriation s’avéraient mouvants dans le temps, oscillant entre privé et collectif.

  1. Quels espaces ces textes éclairent-ils ? Pour restituer quelque chose des constructions territoriales, il conviendrait d’identifier l’ensemble des territoires de la pêche dans un étang donné. Or, les sources écrites ne nous livrent au mieux qu’un pan de ces découpages. Sur l’étang de Salses-Leucate, les tensions se cristallisèrent sur l’étendue comprise entre bords de l’étang et l’eau où la pose de casiers nécessitait un zonage, c’est-à-dire sur un espace en rupture avec les cadres collectifs d’appropriation.

    • 12  J.P.Cheylan, « « Les processus spatio-temporels… », p. 3.

    Enfin, la notion de mouvement s’avère bien difficile à restituer dans toutes ses dynamiques12.

  • 13  E.Bille, « Remarque sur les modes de spatialisation des droits et des pratiques sur les vacants en (...)

13Mis bouts à bouts, ces textes donnent à voir les manières dont s’articulaient les modalités concrètes d’exploitation des ressources piscicoles et les formes juridiques d’appropriation. En d’autres termes, ils ne renvoient en rien une « carte » du découpage de l’étang, mais transcrivent un « rapport de pouvoir cristallisé en un moment donné»13.

Les étangs entre communautés et maisons

  • 14  J.Heers, La ville au Moyen Âge en Occident, Paris, 1997, p. 148-175 et p. 183-185.

14Au cours du Moyen Âge et de l’époque Moderne, les étangs ont fait l’objet d’appropriations multiples de la part d’utilisateurs différents, locaux (les communautés riveraines ) ou étrangers, qui exploitaient des ressources nombreuses et variées (poissons, mollusques, crustacés, sel, eau, plantes, herbages, oiseaux, gibiers) au moyen de techniques diverses et dans le cadre de sphères économiques différentes (activité domestique ou activité intégrée dans les circuits commerciaux articulés sur les villes14.

15La documentation rassemblée est encore trop lacunaire pour prétendre une analyse exhaustive des partages juridictionnels et socio-économiques de toutes ces ressources. Aussi nous a-t-il semblé plus opportun de centrer notre questionnement sur quelques aspects de l’appropriation et de la gestion des activités piscicoles par les communautés d’habitants dans leurs dimensions collectives et privées.

Les communautés et la gestion de l’étang

  • 15  Ce terme emprunté au vocabulaire languedocien désigne les terres marécageuses bordant l’étang et c (...)

16Au bas Moyen Âge, les étangs se présentaient comme des zones largement anthropisées. Sur le littoral, une poignée d’habitatsceinturait l’étang de Salses-Leucate, qu’elles fussent installées à l’intérieur des terres ou nichées au milieu des sagnes15. En montagne, les villages et les hameaux installés sur le piémont exploitaient les étangs plantés au cœur des estives. La plupart des sources utilisées montrent que la gestion de l’étang relevait pleinement des communautés d’habitants qui en fixaient les calendriers d’exploitation, encadraient les opérations de captage et de drainage de l’eau ou encore assuraient l’entretien de points stratégiques (passes et confluents). Quelques textes dévoilent avec davantage de précisions certaines facettes du rôle de ces communautés.

  • 16  « …daysso que costara de clausir lo dit grau se dega levar de so que hauren de homens estrayns et (...)

17Le premier, daté de 1310, est une Ordinatio royale adressée aux universités de Saint Hippolyte et Saint-Laurent-de-la-Salanque et portant sur la fermeture et l’entretien de la passe faisant communiquer l’étang avec la mer. Les informations que livre cette charte peuvent s’ordonner autour de quelques points. Premièrement, la répartition des coûts d’entretien était du ressort, non pas des officiers du roi, mais des probi homines, en l’occurrence trois représentants choisis par village16. Deuxièmement, les conditions d’accès à l’étang s’effectuaient sur la base d’un double clivage. Le premier distinguait les locaux (« homens dels dits locz ») des forains (« homens estrayns ») qui devaient s’acquitter d’un cens dont le montant était le double de celui des hommes du lieu . Le deuxième clivage était intra-communautaire : l’entrée dans l‘étang était calculée en fonction du type d’embarcations et du nombre d’hommes embarqués dans chacune d’entre elles. Une barque traînant un filet (« barcha de bolig ») et une barque à fond plat («gata de canal »), embarquant toutes deux huit pêcheurs, payaient pour huit hommes. En revanche, une « barcha de pareyl » était seulement imposée pour deux hommes. Socialement, ce principe de proportionnalité se calquait manifestement sur la hiérarchie du tissu de maisons. Qui possédait une barque s’acquittait ainsi des frais d’entretien et participait aux travaux de réparation. Qui gérait l’étang se voyait sans nul doute reconnaître une certaine prééminence au sein de la communauté. Spatialement, ce règlement révélait des niveaux d’intégration manifestement différents des maisons.

18Un second aspect du poids et du rôle de l’université dans la gestion des étangs apparaît assez clairement dans deux autres Ordinationes royales relatives à la pêche à la tartane. En février 1313, celle-ci fut interdite avant d’être à nouveau autorisée dès octobre 1315. Cependant, en 1320, les consuls de Saint-Laurent-de -la Salanque adressèrent une supplique aux officiers du roi demandant à ce que l’Ordinatio de 1313 soit rétablie. L’ordre d’apparition de ces actes dans le registre de la Procuration Royale du Roussillon permet de cerner une partie des enjeux sous-jacents à la rédaction de ces actes : ebn effet, la charte de 1320 précède les dispositions prises en 1313 et 1315 dont l’énoncé fait fonction de pièce justificative à la requête des habitants de Saint-Laurent-de-la Salanque. À notre sens, le fondement du problème se logeait dans les relations à l’espace qu’induisait la pêche à la tartane. Par la longueur et la complexité des parcours, par le volume des prises, ce type de pêche transcendait les partages intra et inter-communautaires en mer comme sur l’étang. Dans ce cas, on peut raisonnablement supposer que des embarcations foraines s’aventuraient régulièrement dans l’étang provoquant l’ire des pêcheurs locaux et leur intervention auprès du roi en sa double qualité de seigneur du village et de souverain. À l’heure où les produits de la pêche alimentaient un commerce lucratif, la question de la mise en défens, ou du moins du contrôle, des zones de pêche communautaires se posait comme un enjeu essentiel.

  • 17  Au bas Moyen Âge, la vallée du Carol avait le statut de baylie royale. Au cours du XIIIe siècle, l (...)
  • 18  Nous reviendrons dans un prochain paragraphe sur la revendication d’ordre juridictionnel qui était (...)
  • 19  ADPO, 1B160, f°6 ; transcription dans : F.Valls i Taberner, Privilegis i ordinacions de les Valls (...)
  • 20  « et eas inter vos dividere et partire… »
  • 21  E.Bille et M.Conesa, « Les territoires de l’herbe en Cerdagne du XIIIe au XVIIIe siècle. D’une com (...)
  • 22  « attendentes honorabilem procuratorem regium comitatuum predictorum seu ejus locumtenentem licent (...)
  • 23  AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. H, p. 416 « non petita licentiam in stagnis et aquis nev (...)

19Notre dernier coup de projecteur nous transporte en Cerdagne sur les montagnes ceinturant la vallée du Carol. Dans les années 1390-1420, un contentieux opposa l’université de la vallée du Carol aux officiers du roi, seigneur du lieu, au sujet des droits de pêche dans la rivière l’Aravó et dans l’étang d’Evoll17. Les fondements de ce litige apparaissent à l’articulation de deux chartes émanant du souverain et rédigées entre 1395 et 142318. L’enjeu premier semble avoir été de contrôler l’organisation du captage et de la distribution de l’eau des torrents par le biais de canaux19. Le règlement de ce différend mobilisa plusieurs niveaux d’appartenance. À l’échelle inter-communautaire, il était interdit aux habitants de la baylie d’utiliser l’eau du canal royal qui traversait la vallée et desservait la ville de Puigcerdá. Parallèlement, la prise d’eau dans les torrents était elle régulée à l’échelon intra-communautaire. La charte de 1395 confirmait le droit, pour l’université, de gérer en interne le captage ; les consuls obtinrent alors le droit de construire des resclauses et des taparades ; et la distribution de l’eau entre les exploitants20. Enfin, le contrôle de la pêche semble avoir constitué un des volets, et non des moindres, de ces revendications villageoises. D’une part, les consuls cherchèrent manifestement à canaliser l’ouverture des étangs et rivières aux habitants extérieurs à la baylie21.En 1423, ces derniers dénoncèrent auprès du roi le droit de pêche accordé par ses officiers à un habitant de Puigcerdà22. En tant que dépositaire du droit de ban, le roi, par l’intermédiaire de son procureur, avait en effet toute licence pour autoriser un étranger à pêcher dans les eaux de la baylie. En obtenant, en 1423, l’exercice du droit de ban, l’université de Carol contrôlait dès lors l’accès aux ressources piscicoles de la vallée. D’autre part, la pose d’engins de pêche (casiers, filets fixés à des pieux…) dans les étangs et les rivières constituait un autre pôle de tensions. Même si elle s’inscrit dans un cadre régional, la charte royale de 1382 statuant sur la pêche en eau douce visait manifestement à dénoncer le fait suivant : sans autorisation royale préalable, des habitants avaient posé, dans les étangs et les eaux nivales, plus d’engins de pêche qu’ils n’étaient autorisés à le faire23. Par le mode d’appropriation de l’espace aquatique et le volume des prises, la pêche aux casiers ou aux filets fixes suscitait manifestement des tensions au sein même de la communauté.

Des pêcheurs et des poissons : les maisons et l’étang

20Au demeurant, le règlement concernant l’entretien des passes entre mer et étang a montré que la communauté d’habitants ne saurait être envisagée comme une cellule homogène. Comprendre comment se partageaient les ressources des étangs implique de déplacer notre regard vers les maisons du village, vers ces familles de pêcheurs qui vivaient là.

  • 24  Pour une vision plus large de l’articulation entre tenure et terre collective : R.Viader, « Maison (...)
  • 25  Th.N.Bisson, Fiscal Accounts of Catalonia Under the early Count-Kings (1151-1213), vol. 2 (Apendix (...)
  • 26  AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. IV , p. 326.
  • 27  En 1555, l’héritière de Joan Sadurní d’Enveig déclarait tenir en fief du roi « pescatam XV dierum (...)

21Une première remarque concerne l’unité juridique qui légitimait, à l’échelle de la famille, le droit d’accès à l’étang. Deux mécanismes semblaient fonctionner en étroite imbrication. D’une part, la possession d’une tenure (manse, borde ou parts de ceux-ci) donnait un droit d’accès aux espaces collectifs24. En 1151, les tenanciers de la baylie royale de Llívia (Cerdagne) devaient chaque année, au titre de quinze manses et dix bordes, mille-cent truites salées aux officiers du roi25. Ces salmonidés étaient manifestement versés au titre de droit de pêche dans les torrents et les étangs de la face est du Carlit. En 1357, Pere Galin d’Abiell, un hameau de la vallée du Carol, déclarait verser annuellement au roi douze truites au titre de droit de pêche dans l’étang d’Évoll26. Parallèlement, en plaine comme en montagne, la pose de casiers (bordigols, managueres, ballistes), de pieux (canats) ou de certains types de filets (retibus, boligs) semblait être extraite de ce droit général puisqu’elle relevait d’une autorisation seigneuriale accordée à l’échelle privée. Concrètement, la définition des droits de pêche accordés à chaque famille fonctionnait sur un principe de partition. Au regard de notre documentation, les droits de chaque maison paraissaient fixés soit en volumes de poissons capturés, soit en nombre de journées de pêche27.

  • 28  Le dossier a fait l’objet d’une double analyse par Carine Coupeau et Carole Puig (voir bibliograph (...)
  • 29  AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. G, p. 223-224.

22À compter du XIIIe siècle au moins, l’exploitation des étangs souleva des tensions assez vives entre les utilisateurs locaux et les forains. Le conflit qui opposa l’université de Saint-Laurent de la Salanque à une famille de pêcheurs de Frontignan dit assez bien les tensions nées du partage des ressources piscicoles28. Étalé sur plus de vingt ans, cet affrontement peut se découper en quatre étapes (voir carte ci-jointe). 1) En 1279, Bernard Saland et deux autres habitants de Frontignan s’associèrent pour poser des casiers dans la zone palustre entre Matamolar et l’Agly. Dans un deuxième temps, Bernard Saland et son frère Jean se constituèrent en une société de pêche et reçurent du roi l’autorisation de planter des casiers à Maraxella, entre la pointe de Coudalère et les vieux bordigols de deux habitants de Saint Laurent, Bartolomé Ysarn et Pere Eymeric. À l’aube du XIVe siècle, la pêche aux casiers était une activité suffisamment lucrative pour que des familles disposant de liquidités financières se constituent ainsi en sociétés. 2) En 1284, les frères Saland prirent comme associé Bartolomé Ysarn. Les parts de cette société se distribuaient de la manière suivante : deux tiers en indivision entre les deux frères et un tiers à Bartolomé Ysarn. 3) En 1301, ces pêcheurs obtirent du roi le droit d’étendre leur zone de pêche de la pointe de Coudalère à celle de la Courège. Leurs casiers s’étalaient alors sur plus de dix kilomètres de rivage entre la mer et l’étang. Or, en 1299, l’université de Saint-Laurent avait acquis, elle aussi par charte royale, le droit de poser des casiers entre Maraxella et la Courège29. En d’autres termes, le cordon dunaire séparant l’étang de la mer était un espace en partage et donc, partant, un espace convoité. 4) Le décès de Bernard Saland (après 1301) enclencha une nouvelle redistribution des espaces de pêche aux casiers. L’affaire se noua en deux temps. D’abord, les héritiers de Bernard Saland vendirent les parts de ce dernier à deux habitants de Saint-Laurent (Arnau Reulli et Cleyrano Velleri). Toutefois, le procureur du roi cassa rapidement cette vente et concéda ces parts à l’université du lieu. Dans un second temps, Jean Saland céda ses droits sur le cordon sableux, ne conservant que des droits à Maraxella. Envisagés dans un cadre plus général, ces textes mettent en lumière un mouvement de concentration sur deux plans différents. Sur le plan socio-économique : la constitution de sociétés de pêche permettait aux élites villageoises de capter une partie importante des produits de la pêche Du point de vue spatial, cela se traduisait par le quadrillage des bords de l’étang et le cordon dunaire par des zones de casiers appartenant à des individus organisés ou non en sociétés. Au-delà de la bataille juridique sur la transmission des parts de la société de pêche, l’enjeu était manifestement double pour l’université de Saint-Laurent. D’une part, la pression exercée sur les frères Saland montre assez bien la volonté de la communauté de contrôler la pêche aux casiers. D’autre part, si l’enveloppe de l’université servit de cadre d’appropriation, les redistributions internes des zones de pêche sont exclues des canons de l’écrit. Or, qui d’autres tenaient les rênes des institutions municipales si ce n’étaient les chefs des ces grandes maisons, les familles Ysarn ou Eymeric ? À n’en point douter, ces élites locales jouèrent de leurs attributions municipales pour verrouiller, à leur profit, la pêche aux casiers. En récupérant parts après parts les droits de la famille Saland et en empêchant que d’autres familles (les Reulli et les Velleri) s’immiscent dans le circuit, elles s’assurèrent, derrière l’écran de l’appropriation et de la gestion communautaires, un certain monopole de la pêche.

23La mise en perspective de ces dossiers livre plusieurs informations. La gestion des ressources piscicoles passait par deux canaux, la communauté et la maison. D’un côté, les instances communautaires définissaient et se chargeaient de faire appliquer des réglementations concernant tout type de pêche dont beaucoup échappèrent d’ailleurs à la formalisation per cartam. En revanche, les maisons contrôlaient directement tout un pan de l’activité, celui lié à la pêche effectuée avec des engins, casiers ou filets, plantés dans l’eau. Par ailleurs, l’accès aux produits de la pêche, et plus largement aux ressources liées aux étangs, reposait sur des droits d’origine diverse. Alors que l’accès des forains à l’étang passait par l’obtention d’un droit par le seigneur du lieu. l’accès des familles locales paraissait lui subordonné à la possession d’une tenure. Enfin, l’insertion des produits piscicoles dans les circuits commerciaux provoqua, à n’en point douter, des tensions autour du partage des droits de pêche et du découpage des espaces entre les différents utilisateurs. Un des objectifs majeurs des communautés semblent avoir été de subordonner, ou du moins de canaliser, l’accès des forains à l’étang. Ces élites locales qui constituaient le tissu des grandes maisons exerçaient une forte emprise sur l’activité piscicole. Sur le littoral comme en montagne, l’organisation de l’espace de la pêche reposait donc sur un système caractérisé par une hiérarchisation de l’accès aux lieux et aux ressources - entre locaux et forains, entre petites et grandes maisons du villages – et par une régulation des partages par le canal de la seigneurie. Même s’ils ne livrent qu’une facette de l’exploitation des étangs, les textes utilisés montrent assez bien que les différents espaces de la pêche se construisirent à la croisée de deux discours politiques : celui des seigneurs et celui des communautés.

Les étangs entre seigneurs et communautés : des chartes mais pour quoi faire ?

24La question programmatique qui a guidé les deux premières parties de ce travail était la suivante : comment et en fonction de quels enjeux se partager les ressources des étangs ? L’analyse des productions spatiales et des partages socio-économiques des ressources piscicoles a livré, nous semble-t-il, quelques pistes sur la fonction de la seigneurie et de l’université dans la construction du territoire communal au cours des derniers siècles du Moyen Âge.

Les communautés et leurs étangs 

  • 30  J.L.Abbé, B.Jaudon, « Enjeux et gestion des milieux humides… », p. 31-32.
  • 31  C.Puig, « Étangs et marais roussillonnnais au Moyen Âge… », p. 54sq.

25Un premier enjeu concerne le degré de maîtrise dont disposait la communauté et les maisons qui la composaient vis-à-vis des espaces collectifs . À ce propos, on ne peut que noter, à la suite de Jean Loup Abbé, pour le bas Languedoc30 et de Carole Puig, pour le Roussillon31, combien l’action des communautés d’habitants a finalement laissé peu de traces écrites. Néanmoins, un certain nombre d’indices, collectés de-ci de-là, ouvrent quelques perspectives intéressantes.

  • 32  C.Puig, « Étangs et marais roussillonnnais au Moyen Âge… », p. 55.
  • 33  Les tarifs des leudes perçues dans les ports de la côte, comme Collioure (C.Puig, « Les ressources (...)
  • 34  Le transfert de mille charges de llagostins entre l’étang de Canohès et celui de Villeneuve-de-la- (...)

26Le dossier constitué sur l’étang de Salses-Leucate peut servir de point de départ à l’enquête. Dans plusieurs travaux, Carole Puig analyse l’évolution des modes d’appropriation et de gestion de cet étang sur la base du schéma suivant. Aux XIIIe-XIVe siècles, le seigneur-roi, en délivrant une charte, permettait ou non l’accès des communautés d’habitants aux diverses ressources aquacoles32. Au fil des ans, les exploitants, locaux et forains, se succédèrent ainsi sur un même espace, les uns destituant les autres par le truchement du seigneur. Enfin, les dispositions énoncées par le seigneur et visant à limiter volumes des prises et activités s’inscrivaient dans le cadre d’une exploitation toujours plus intensive des ressources, exploitation qui occasionnait la raréfaction de certaines espèces. Certes, il n’est nullement dans notre intention de minimiser l’essor économique qui se fit jour après l’an Mille. Les produits piscicoles alimentaient, non seulement les foyersmais aussi les marchés installés dans les villes (Perpignan, Puigcerdà) et les bourgades (Llívia) et au-delà le commerce inter-régional33. En ce sens, on peut supposer que la mise en place d’un maillage de places commerciales suscita un « drainage » des prises et un intérêt accru pour certaines espèces34.

  • 35  À l’époque moderne, les communautés usaient des Criées qui faisaient figure de véritables règlemen (...)
  • 36  À la fin du XIIIe siècle, des cortals occupaient la cuvette aux alentours de l’étang de Font Viva, (...)
  • 37  En 1292, Les enfants de feu Pere Eymeric déclaraient tenir en fief du roi, seigneur de Saint-Laure (...)
  • 38  En 1299, le roi accorda aux habitants de Saint Laurent le droit de faire un planterium sur l’île d (...)

27Toutefois, il semble difficile, à bien des égards, de considérer que les communautés d’habitants ne purent exploiter les diverses ressources des étangs qu’après en avoir acquis autorisation de leurs seigneurs. À notre sens, le droit délivré per cartam par le souverain ou le seigneur du lieu ne doit pas s’entendre comme une rupture entre un avant (un espace ou des ressources interdits à la communauté) et un après la charte (un espace ou des ressources ouverts à la communauté). Au demeurant, il n’est pas illégitime de penser que l’appel au seigneur, c’est-à-dire à la preuve écrite fondant le droit, servit à légitimer aux yeux de l’autre (étrangers ou autres membres de la communauté) une nouvelle forme d’appropriation du sol, un nouveau partage, dans le temps et dans l’espace, des ressources. Cette mécanique juridique fonctionnait à deux niveaux, collectif et individuel. 1) Le recours à la concession seigneuriale donnait légitimité à une réglementation prise par l’assemblée des habitants. La formalisation du calendrier de la pêche à l’anguille, dont on peut légitimement supposer qu’il fut arrêté par les pêcheurs, en faisait dès lors un règlement communautaire applicable à tous. En d’autres termes, la « voix du seigneur » donnait force de loi à des pratiques et à un consensus local face à de possibles revendications qu’elles soient extérieures ou internes à la communauté. Ces quelques remarques invitent par la même à s’interroger sur la place qu’occupèrent ces chartes dans la construction des règlements communautaires. Celles-ci semblent s’inscrire dans une première étape de la mise en place des institutions communales, grosso modo entre 1250 et 1430, précédant en ce sens les Ordinationes de la deuxième moitié du XVe siècle35. 2) Ce canal seigneurial fut symétriquement utilisé afin d’extraire des espaces du cadre d’exploitation communautaire. L’organisation de la pêche aux casiers constitue à cet égard un bon exemple. Planter des casiers et poser des filets à des pieux , ce qui revenait à quadriller une partie de l’étang de structures en élévation de même que construire une cabane sur les terres voisines, qu’on la dise baraque à Salses-Leucate ou cortal autour du Lanós36 , transformaient le mode juridique d’appropriation du sol et de l’eau. Les biens, et les espaces qu’ils définissaient, étaient extraits des cadres de gestion collectifs pour tomber dans les patrimoines des maisons. Les casiers avaient en effet le statut de biens privés et, à ce titre, se vendaient ou s’acensaient et entraient dans les héritages37. La baraque et ses casiers faisaient figure de véritables unités d’exploitation. De la même manière, ajoutons que la coupe des roseauxet autres ajoncs destinés à la construction des matériaux de pêche était également canalisée par le recours à l’autorisation du seigneur38. Plus largement, l’on peut dès lors se demander si la possession d’une cabane sur les bords de l’étang n’ouvrait pas dans les faits l’accès à des ressources autres que piscicoles (terres, plantes aquatiques,pâtures).

28Sur l’étang et les canaux adjacents, les activités piscicoles s’inscrivaient donc dans des cadres juridictionnels différents suivant les techniques utilisées. De manière très schématique, deux pôles apparaissent clairement. La pêche à la ligne ou à la foëne et le ramassage des coquillages étaient sans nul doute régulés par les instances communautaires sans que les partages inter et intra-communautaires fussent formalisés par un acte écrit. En revanche, la pose de casiers ou de filets fixés à des poteaux passait par l’obtention, à titre communautaire ou privé, d’un droit de pêche auprès du seigneur, droit qui sanctionnait en quelque sorte l’appropriation privée d'un espace géré collectivement.

29Au regard de nos textes, il semble bien que le découpage de l’étang fut l’œuvre des communautés riveraines qui, en jouant des juridictions seigneuriales, verrouillèrent l’accès à certains espaces pour mieux s’approprier les produits de la pêche.

Le contrôle des droits de seigneurie sur les étangs

  • 39  En bas Languedoc, « …l’étang est d’abord un bien seigneurial intégré au domaine propre » : J.Abbé (...)

30Au bas Moyen Âge, les étangs paraissaient pleinement intégrés dans la seigneurie en montagne comme en plaine39. Certes, la question est trop vaste et trop épineuse pour que nous en fassions ici le cadrage historiographique et archivistique. Toutefois, notre documentation permet d’exposer quelques pistes en la matière.

  • 40  En 1392, le souverain lança une grande enquête sur les espaces mis en défens, à titre individuel o (...)
  • 41  AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. H, p. 416.
  • 42  Notons cependant que les étangs n’apparaissent pas implicitement dans l’article 72 des Usages de B (...)

31Une première concerne la définition des territoires sous juridiction de la puissance publique. Au cours des XIIIe-XIVe siècles, les souverains régnant en Catalogne renforcèrent, en tant que dépositaire d’un pouvoir régalien, leur juridiction sur les étangs et les eaux courantes. Les grandes enquêtes ordonnées par Pierre III d’Aragon40 pour la Cerdagne et la vallée voisine du Capcir livrent la trame de cette politique royale de contrôle des eaux. Le souverain rappela à quelques reprises et avec force le caractère régalien des eaux : « stagni aquecurrentes et specialiter aquenevales sunt regali nostre et corone nostre » est-il écrit, non sans majesté, dans le protocole intial de l’ordonnance de 138241. Les étangs semblaient ainsi ressortir du domaine de la Couronne42.

  • 43  En Roussillon : C.Puig, F.Mazières, V.Ropiot, « Approche chronologique comparée de l’occupation hu (...)
  • 44  En 1298-1300, Llívia se fit reconnaître par le roi ses droits sur les lieux suivants : « pascuis d (...)
  • 45  En 1298, l’abbaye de Poblet à l’université de Puigcerdà vendit ses droits sur une partie du Carlit (...)
  • 46  En 1395, Pierre d’Enveig, déclarait tenir en fief du roi le « stagnum de Lenos » (AD66, B.Alart, C (...)
  • 47  F.Valls i Taberner, Privilegis i ordinacions…, Apendix n° 4.
  • 48  J.L.Abbé, « Enjeux et gestion des milieux humides… » : « le seigneur du village n’est donc pas for (...)
  • 49  M.Conesa, « Muntanyes a la venda... ».
  • 50  Confer notes 44 et 45 : le quartier d’estives de Sobirans, sur lequel Puigcerdà et Lliviá déclarai (...)

32Toutefois, cette affirmation d’un statut régalien des pièces d’eau exprimée par un État monarchique en pleine construction butait sur la réalité une distribution des droits de seigneurie qui se caractérisait par un éparpillement certain. En Roussillon comme en Cerdagne, l’exercice du droit de ban ; en un mot le droit de rendre la justice, de percevoir les amendes et les redevances ; relevait de différentes personnes : le roi, les membres de lignages de plus ou moins grand rayonnement, les établissements religieux ou encore les communautés d’habitants. Au-delà de ce panorama, quelques points méritent une attention particulière. 1) En Roussillon, les étangs se présentaient, comme des domaines seigneuriaux cohérents pour les étangs de l’intérieur de la plaine43 alors que la juridiction était, semble-t-il partagée entre différents seigneurs pour les étangs côtiers. En Cerdagne en revanche, ils constituaient rarement un espace autonome puisqu’ils sont fréquemment cités comme un des éléments, avec les rochers ou les arbres, des quartiers d’estives. 2) En Cerdagne, la distribution des droits s’avérait assez contrastée. La juridiction sur les étangs de la face est du Carlit était partagée entre les deux bourgs de la plaine, Llívia44 et Puigcerdà45. Pour l’étang du Lanós, la situation semble moins nette puisque le lignage des Enveig46 et la ville de Puigcerdà déclaraient détenir juridiction sur cette pièce d’eau. Enfin, l’étang d’Évoll, dans la haute vallée du Carol, bascula, en 1423, de la juridiction royale à celle de l’université de la vallée47. La distribution était tout aussi complexe pour l’étang de Salses-Leucate où le droit de ban était exercé par les seigneurs des villages riverains, le roi à Saint-Laurent-de-la Salanque et à Salses, les Templiers à Saint-Hippolyte. La détention des droits de seigneurie sur un village n’entraînait donc pas mécaniquement l’exercice du droit de ban sur l’étang voisin48. 3) Enfin, notons que le partage des juridictions sur les étangs paraissait flottant dans le temps. Sur la face est du Carlit par exemple, la situation observée en 171549 n’est pas celle qui prévalait en 1298-1300. Plus encore, on observe une certaine porosité des interfaces comme le montre le cas des étangs de Sobirans sur lesquels Llívia et Puigcerdà déclaraient détenir des droits50.

  • 51  B.Cursente, « Autour de Lézat : emboîtements, cospatialités, territoires (milieu Xe-milieu XIIIe s (...)
  • 52  En 1292, les héritiers de Pere Eymeric déclaraient devoir verser au roi un cens annuel de six deni (...)
  • 53  Le petit nombre d’acte et la diversité des monnaies rend impossible toute corrélation entre cens a (...)
  • 54  Un texte relatif au prélèvement sur la pêche dans l’étang d’Agde mérite une attention particulière (...)

33Dans un second temps, il importe de se demander que recouvrait, juridiquement et juridictionnellement, cette cascade d’autorisations seigneuriales que l’on observe dans les registres à partir des XIIe-XIIIe siècles. Concrètement, que signifiait, pour un seigneur, acenser une partie d’étang ou autoriser la pose d’engins de pêche ? Émanant du seigneur, la charte était avant tout l’outil de la construction et de la projection, à l’échelon local, d’un pouvoir sur le sol, l’eau et les hommes. À compter du XIIIe siècle, les seigneurs tentèrent de faire entrer dans les cadres de la seigneurie certains espaces relevant de l’appropriation collective. Qu’il s’agisse d’étangs, de bois ou de pâturages, la mécanique juridique en œuvre était la suivante. Avec la diffusion de concepts juridiques romanisants, l’exercice du droit de ban fut rattaché à un territoire défini par une surface et des limite et sur lequel s’appliquait une juridiccio uniforme51. Pour les communautés comme pour les seigneurs, l’enjeu était donc de concilier cette « idéologie » de l’espace imposée par les juristes avec les pratiques spatiales des individus. En intégrant les étangs dans la seigneurie, le détenteur du droit de ban s’offrait là, une source non négligeable de revenus. Faute de documentation suffisamment abondante, il s’avère impossible de dire ce que représentait cette ponction et pour le seigneur, et ses officiers, et pour les foyers. Toutefois, trois éléments méritent d’être soulignés. 1) Le prélèvement était segmenté par type d’activités. Sur l’étang de Salses-Leucate, le produit de la pêche aux casiers était grevé de redevances. Au cens proportionnel, qui oscillait entre la moitié et un tiers des prises, s’ajoutaient un droit d’entrée (intrata) et parfois la dîme52. En revanche, il n’est nulle trace de ponction sur les autres types de pêche. 2) Le versement d’une intrata, qu’elle fût levée sur une communauté ou un individu, s’imposa comme une pratique courante à partir des XIIe-XIIIe siècles. Outre le montant non négligeable de la ponction, l’enchaînement des contrats dans le temps fournissait une rente fixe53. 3) Enfin, les constructions de l’espace du prélèvement seigneurial répondait à des schémas assez complexes. Ces découpages se définissaient d’abord sur un mode binaire : hors et dans la seigneurie. Suivant les techniques de pêche, les saisons, les espèces, les lieux ou le statut des individus, les activités piscicoles s’inséraient ou non dans la seigneurie54. Par ailleurs, l’espace était défini à partir d’un point fixe (la baraque en plaine ou le cortal en montagne quand il était lié à une exploitation de l’étang) où les pêcheurs venaient livrer les redevances en poissons et à partir duquel se définissait une aire de perception correspondant à la zone de casiers ou de filets posés ou encore au trajet de la barque.

34Au niveau des étangs, les seigneurs menèrent donc, avec plus ou moins de succès d’ailleurs, une politique de restructuration de la seigneurie en insérant dans ses cadres une partie des activités piscicoles, les terres gagnées, définitivement ou temporairement, sur les étendues palustres ou encore divers aménagements tels les canaux ou les moulins. Deux éléments de cette politique de déploiement de la seigneurie méritent, à notre sens, une attention particulière. Une première remarque concerne la pratique de la pêche au filet ou aux casiers c’est-à-dire au moyen de structures en bois plantées dans l’eau. À bien des égards, les zones de pêche aux casiers et les cortals de montagne (les bâtiments ,les terres l’entourant et les droits) présentent une homologie certaines tant au niveau des agencements spatiaux (ils articulaient étendues collectives et parcelles), de l’architecture juridique de l’appropriation (celle-ci était légitimée par la reconnaissance du statut de tenure) ou de la chronologie (les acensements apparaissent massivement après 1250). Un fait semble assuré : une partie des tensions entre seigneurs et exploitants résidait dans la conversion du statut juridique de la terre et de l’eau exploitées collectivement. Pour le seigneur comme pour la communauté, il importait de canaliser, le plus strictement possible, la construction d’unité bâties sur les espaces communs. Plus largement, le partage de l’eau apparaît, à compter du XIIIe siècle, comme un enjeu majeur. D’un côté, le souverain rappelait avec force le statut public des eaux courantes alors que les détenteurs du droit de ban renforçaient leurs prérogatives. De leur côté, les communautés rurales tentèrent de conserver le contrôle du droit de captage et de distribution de l’eau, et également des droits de pêche.

35Passés au révélateur de quelques petits dossiers, les étangs apparaissent comme des territoires complexes par la diversité des ressources exploitées ; par la ductilité, dans le temps et dans l’espace, des cadres d’appropriation socio-juridiques ; par la multiplicité des enjeux sous-jacents à leur exploitation. Le comparatisme régional, par sa capacité à dépasser les « déterminismes liés au milieu », permet de formuler quelques observations générales sur les rapports entre les sociétés villageoises et leurs espaces.

36Le milieu palustre était constitué de territoires imbriqués ou emboîtés, objets d’appropriation multiples et mouvantes dans le temps. À bien des égards, les constructions spatiales liées à l’activité piscicole ne sont qu’une facette du système régissant tout type d’espaces ouverts à l’appropriation collective. Les diverses ressources que recèlaient ces pièces d’eau étaient exploitées par de nombreux individus qui accédaient à cet espace en fonction de divers critères d’appartenance, possession d’une tenure, qui fixait vraisemblablement le statut d’ayant-droits de plein droit, et autorisation seigneuriale pour les forains. Avec toute les nuances que cela induit, deux points paraissaient cruciaux pour les communautés d’habitants : contrôler l’accès des étrangers à leurs espaces collectifs et réguler, à l’échelon intra-communautaire, le partage des ressources.

37Enfin, il importe de noter que ces tensions liées à l’appropriation des ressources aquacoles s’inscrivaient dans un temps assez resserré, grosso modo les années 1250-1400, marqué par quelques grandes tendances : un essor commercial inter-régional, qui cristallisa les appétits des élites locales ; une politique de construction d’un État monarchique ; une recomposition de la seigneurie sur des bases juridiques pour une part nouvelles et enfin la naissance des universités villageoises. Par -delà ces trajectoires locales, l’analyse des rapports entre seigneurs, communautés et maisons montre combien les uns et les autres manipulèrent les cadres juridiques et juridictionnels pour contrôler les espaces.

Haut de page

Bibliographie

J.L. Abbé, B. Jaudon, « Enjeux et gestion des milieux humides. Les étangs asséchés de la vallée de l’Hérault au cours du dernier millénaire », Annales du Midi, Étangs et marais. Les sociétés méridionales et les milieux humides de la Protohistoire au XIXe siècle, T.119, janvier-mars 2007, p. 27-40.

J. Abbé, « L’eau et la terre. Les transformations de milieu humide en Languedoc méditerranéen au Moyen Âge », 21e colloque des Archives d’Agde, .juin 2005.

J.L.Abbé, À la conquête des étangs. L’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen (XII-XVe siècle), Toulouse, PUM, Coll. Tempus, 2006.

E. Bille, « Remarques sur les modes de spatialisation des droits et des pratiques sur les vacants en Cerdagne (XIIe-XIVe siècles) », Les ressources naturelles des Pyrénées du Moyen Âge à l’époque moderne. Actes du colloque Resopyr, (Font Romeu novembre 2002), Perpignan, PUP, 2005, pp. 239-252.

E. Bille, Seigneurs, maisons et vacants. La Cerdagne du Xe au XIVe siècle, Thèse de doctorat, Université-Toulouse-Le Mirail , 2004, 2 volumes.

E. Bille, M. Conesa et R. Viader, «L’appropriation des espaces communautaires dans l’Est des Pyrénées médiévales et modernes : enquête sur les cortals », Les espaces collectifs dans les campagnes XIe-XIXe siècle (dir. P. Charbonnier, P. Couturier, A. Follain et P. Fournier), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2007, p.

J.P. Cheylan, « Les processus spatio-temporels : quelques notions et concepts préalables à leur représentation », M@ppemonde 87 (2007.3) http://mappemonde.mgm.fr/num15/articles/art07303.html.

M.Conesa, « Muntanya a la venda ! A l’entorn de 1715 a l’est del Pirineu. El Carlit, el veguer i la frontera », Afers. Fulls de recerca i pensament, dossier « Notaris, homes i papers. El Nord català als segles XIII-XVIII » (coord. Joan Peytavi Deixona), n°58, Valencià, 2007.

C. Coupeau, Salses, des collines à l’étang. Histoire et archéologie d’un terroir au Moyen Âge (IX-XIVe siècle), Université de Perpignan, Mémoire de maîtrise, 1998.

J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003.

C. Puig, « Les ressources de la mer et de l’étang dans la partie occidentale du Golfe du Lion (XI-XIVe siècle) », L’homme et l’animal. 4e journées du CHRISM, (dir. M. C. Marandet), Perpignan, 2000, p. 93-121.

C.Puig, « Étangs et marais roussillonnnais au Moyen Âge. Jeux de pouvoir et usages collectifs entre le XIIIe et la première moitié du XIVe siècle » », Les espaces collectifs dans les campagnes XIe-XIXe siècle (dir. P. Charbonnier, P. Couturier, A. Follain et P. Fournier), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2007, p. 41-59.

C. Puig, F. Mazières, V. Ropiot, « Approche chronologique comparée de l’occupation humaine en bordure des étangs de l’intérieur en Roussillon de la protohistoire au Moyen Âge », Annales du Midi, Étangs et marais. Les sociétés méridionales et les milieux humides de la Protohistoire au XIXe siècle, T.119, janvier-mars 2007, p. 11-25.

R. Viader, « Maisons et communautés dans les sociétés montagnardes », Montagnes médiévales, Paris, 2004.

Haut de page

Notes

1  L’étang de Salses-Leucate s’étend sur environ 5800 hectares entre Corbières et Méditerranée. Limité à l’Est par un étroit cordon de sable, il est parsemé d’îlots, dont certains minuscules, et communique avec la mer par des passes, les graus. Les documents cartographiques de l’époque Moderne laissent planer quelques doutes sur le nombre et la localisation de ces graus. L’étang est ainsi cartographié comme fermé (1704 et 1764) ou ouvert par un (1706 et carte de Cassini) ou deux graus (1650 et 1660) : http://ventmarin.free.fr/voiles_catalanes/carte_st_hipolis.jpg.

2  Les massifs du versant nord de la Cerdagne sont couverts de petits étangs qui, par endroits, constituent de véritables constellations. Implantés entre 1800 et 2600 mètres d’altitude, ces pièces d’eau, d’étendue somme toute modeste (leur superificie oscille bien souvent entre 500 ares et 4 hectares) sont incrustées dans des cuvettes aux sols rocailleux ou recouverts de pelouses.

3  À l’opposé, les dépressions fermées qui parsemaient la plaine du Roussillon (Bages, Ponteillà, Canohès, Cabestany…) peuvent, nous semble-t-il, être mises en regard avec les molleres plantées en quelques parties de la plaine cerdane et des vallées transversales.

4  C.Puig, « Les ressources de la mer et de l’étang dans la partie occidentale du Golfe du Lion (XIe-XIV siècle) », L’homme et l’animal. 4e journées du CHRISM, (dir.M.C.Marandet), Perpignan, 2000, p. 93-121.

5  La documentation est conservée aux Archives Départementales des Pyrénées-Orientales (AD66) sous les côtes suivantes : 1279 : B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. C, p. 221-223 (ex. AD66, 1B219 f°131). 1280 : B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. H, p. 4 (ex AD66, 1B350, f°70). 1292 : B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. IV, p. 315. 1299 : B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. G, p. 223-224 (ex. AD66, 1B219, f°129). 1304 : B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. G, p. 230-233 (ex AD66, 1B219, f°131). 1310 : B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. B, p. 459-461). 1320 : B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. B p. 365. Le dossier a été assemblé par Carine Coupeau dans le cadre d’une maîtrise puis repris par Carole Puig dans différents articles (voir bibliographie en annexe).

6  Pour une solide description des différentes techniques de pêche : C.Puig, « Les ressources de la mer et de l’étang… », p. 106 sq. En Cerdagne, un texte de 1382 évoque plusieurs matériaux et techniques : les tenedonibus sive canats (le canat est défini comme un « especie de canal feta de canyes llargues, plana i ampla i tapada per l’altre extrem que és la part estreta i serveix per a pescar en aigua corrent » : Alcover, Diccionari català, valencià, balear, Palma de Majorque, 1983, 2a edició)) ; les retibus (filets) ; les boliguis sive exanaguis (le terme bolitxa désigne un artet, unfilet à pêche : Alcover, Diccionari…) ou encore divers artificis (AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. H, p. 416).

7  Carole Puig souligne combien il est ardu de définir à quel(s) type(s) de matériel renvoient les termes bordigols, managueres et ballistes. Elle propose dès lors une définition a minima que nous reprenons sous la forme synthétique de pêche aux casiers. Il s’agissait d’un « labyrinthe de claies » terminés d’un côté par une nasse (C.Puig, « Les ressources de la mer et de l’étang… », p. 98).

8  1280 : « duodecim bordigols in stagno quod vocatur de Salsis in loco vocato a la Puntat de la Ramada …qui bordigols affrontant ab oriente in gradu de Salsis a meridie et ab occidente in dicto stagno ab septentrione in insula ». 1292 : les bordigols de la famille Eymeric confrontaient « in gradu, in fonte de Salsis, in canali et in bordigols Bartolomei Isarni ».

9  Nous suivons en ce sens les observations de Christine Rendu concernant les formes mouvantes que prenaient les limites sur les territoires relevant de l’appropriation collective.

10  J.Lévy et M.Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 214 : « l’espace est multicouche », chaque couche correspondant à une « action spatiale » (article Cospatialité).

11  Nous reprenons ici une expression de Jean-Paul Cheylan dans sonr article « Les processus spatio-temporels : quelques notions et concepts préalables à leur représentation », M@ppemonde 87 (2007.3) http://mappemonde.mgm.fr/num15/articles/art07303.html.

12  J.P.Cheylan, « « Les processus spatio-temporels… », p. 3.

13  E.Bille, « Remarque sur les modes de spatialisation des droits et des pratiques sur les vacants en Cerdagne aux XIIe-XIVe siècles », Les ressources naturelles des Pyrénées du Moyen Âge à l’époque moderne. Actes du colloque Resopyr, (Font Romeu novembre 2002), Perpignan, PUP, 2005, p. 242. Pour l’époque Moderne : Marc Conesa « l’hypothèse que les mots puissent être sources d’espaces et que les textes fassent aussi les territoires paraît…envisageable » (M.Conesa, « Muntanya a la venda ! A l’entorn de 1715 a l’est del Pirineu. El Carlis, el veguer i la frontera », Afers. Fulls de recerca i pensament, « Notaris, homes i papers. El Nord català als segles XIII-XVIII (coord. Joan Peytavi Deixona), n° 58, 2007.

14  J.Heers, La ville au Moyen Âge en Occident, Paris, 1997, p. 148-175 et p. 183-185.

15  Ce terme emprunté au vocabulaire languedocien désigne les terres marécageuses bordant l’étang et couvertes de plantes arbustives s(alicorne, ajoncs, roseaux et autre tamaris).

16  « …daysso que costara de clausir lo dit grau se dega levar de so que hauren de homens estrayns et so que romandra a pagar los homens dels dits locs. Els homens estrayns paguen dos tants quels homens dels dits locs… ». La passe était fermée durant l’hiver par un barrage de pieux et de treillage de roseaux afin de piéger les poissons dans l’étang. Dans les dépressions pacustres de l’intérieur de la plaine, la construction et l’entretien des canaux était également l’objet de tractations entre les riverains et les seigneurs (C.Puig, F.Mazières, V.Ropiot, « Approche chronologique comparée de l’occupation humaine en bordure des étangs de l’intérieur en Roussillon de la protohistoire au Moyen Âge », Annales du Midi, Étangs et marais. Les sociétés méridionales et les milieux humides de la Protohistoire au XIXe siècle, T.119, janvier-mars 2007, p. 23).

17  Au bas Moyen Âge, la vallée du Carol avait le statut de baylie royale. Au cours du XIIIe siècle, les habitants de la quinzaine de villages et hameaux installés sur les terrasses de l’Aravó se dotèrent de consuls élus annuellement (E.Bille, Seigneurs, maisons et vacants…, vol. .II, p. 309-311).

18  Nous reviendrons dans un prochain paragraphe sur la revendication d’ordre juridictionnel qui était de fixer qui, du seigneur ou de l’université, exerçait le droit de ban sur ces eaux.

19  ADPO, 1B160, f°6 ; transcription dans : F.Valls i Taberner, Privilegis i ordinacions de les Valls Pirinenques : Vall d’Aneu, Vallferrera i Vall de Querol, Barcelone, 1988, Apendix, n° 6.

20  « et eas inter vos dividere et partire… »

21  E.Bille et M.Conesa, « Les territoires de l’herbe en Cerdagne du XIIIe au XVIIIe siècle. D’une communauté d’usages à une fermeture socio-spatiale », Prés, prairies et pâturages dans l’Europe médiévale et moderne, 28° journées internationales d’Histoire, Flaran, 15-16 septembre 2006 (actes sous presse).

22  « attendentes honorabilem procuratorem regium comitatuum predictorum seu ejus locumtenentem licentiam dedisse et concessisse Guillermo Vilalta ville Podiiceritani piscandi in stagno de Evol et in riparia Aravonis… » : F.Valls i Taberner, Privilegis i ordinacions de les Valls Pirinenques…, Apendix, n° 4. En 1418, Bartolomeo Mirallès accorda à un habitant d’Iravals, Ramon Paschall, le droit de pêcher « cum retibus et quibuscumque aliis artificiis » dans l’étang d’Évoll et dans les autres étangs et eaux vives de Cerdagne : AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. G, p. 239.

23  AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. H, p. 416 « non petita licentiam in stagnis et aquis nevalibus ultra quel debent cum tenedonibus sive canars et retibus et quam boliguiis sive exaneguiis et aliis artificiis... ».

24  Pour une vision plus large de l’articulation entre tenure et terre collective : R.Viader, « Maisons et communautés dans les sociétés montagnardes », Montagnes médiavales, 2004, p. 289-290.

25  Th.N.Bisson, Fiscal Accounts of Catalonia Under the early Count-Kings (1151-1213), vol. 2 (Apendix), Berkeley, 1984, p. 22-23 . En 1184, la Maison du Temple percevait vingt truites dans la vallée de Carol et deux cents dans la villa de Llívia, cent salées et cent fraîches(T.Bisson, Fiscal Accounts…, vol. II, p. 124-126).

26  AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. IV , p. 326.

27  En 1555, l’héritière de Joan Sadurní d’Enveig déclarait tenir en fief du roi « pescatam XV dierum in stagno de Lanos » (AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. IV , p. 438).

28  Le dossier a fait l’objet d’une double analyse par Carine Coupeau et Carole Puig (voir bibliographie en annexe).

29  AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. G, p. 223-224.

30  J.L.Abbé, B.Jaudon, « Enjeux et gestion des milieux humides… », p. 31-32.

31  C.Puig, « Étangs et marais roussillonnnais au Moyen Âge… », p. 54sq.

32  C.Puig, « Étangs et marais roussillonnnais au Moyen Âge… », p. 55.

33  Les tarifs des leudes perçues dans les ports de la côte, comme Collioure (C.Puig, « Les ressources de la mer et de l’étang… », p. 108-113), et les cols de montagne, comme celui du Puymorens (F.Valls i Taberner, Privilegis i ordinacions…, Apendix n° 3 : « tota carrega de pex fresch o salat »), soulignent l’importance du commerce du poisson au XIIIe et XIVe siècles. Par ailleurs, les années 1340-1400 sont marquées par la création des Loges de Mer à Barcelone puis à Perpignan dont les consuls règlementaient la navigation commerciale (Llibre del Consolat de Mar, Fundació S.Vivès Casajuana, 1982 (vol.I et II) et 1984 (vol.III)).

34  Le transfert de mille charges de llagostins entre l’étang de Canohès et celui de Villeneuve-de-la-Raho nous semble davantage lié à une valeur spéculative de l’espèce, ces prises constiuant un revenu pour les pêcheurs de Villeneuve, qu’à une volonté de préserver un milieu naturel surexploité (C.Puig, F.Mazières, V.Ropiot, « Approche chronologique comparée de l’occupation humaine en bordure des étangs… », p. 223).

35  À l’époque moderne, les communautés usaient des Criées qui faisaient figure de véritables règlements de police rurale (M.Conesa, « Muntanyes a la venda... »).

36  À la fin du XIIIe siècle, des cortals occupaient la cuvette aux alentours de l’étang de Font Viva, une petite pièce d’eau situé un peu en aval de l’étang du Lanós (E.Bille, M.Conesa et R.Viader, « L’appropriation des espaces communautaires dans l’Est des Pyrénées médiévales et modernes : enquête sur les cortals », Les espaces collectifs dans les campagnes XIe-XIXe siècle (dir.P.Charbonnier, P.Couturier, A.Follain et P.Fournier), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2007, p. 183).

37  En 1292, Les enfants de feu Pere Eymeric déclaraient tenir en fief du roi, seigneur de Saint-Laurent-de-la Salanque, une mansata et des bordigols (AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. A, p. 597). En 1371, des habitants de Perpignan vendirent des bordigols appelés den Aymerich dans l’étang de Salses (AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. D, p. 643).

38  En 1299, le roi accorda aux habitants de Saint Laurent le droit de faire un planterium sur l’île de Dosdiles et de couper des branches dans le territoire voisin de Salses pour fabriquer leurs ballistes. Par ailleurs, le règlement de 1310 concernant l’entretien, par les pêcheurs de Saitn-Laurent et de Saint Hippolyte, de la passe stipulait que les familles concernées devraient « enscamar la ramada », c’est-à-dire de s’occuper des branches.

39  En bas Languedoc, « …l’étang est d’abord un bien seigneurial intégré au domaine propre » : J.Abbé et B.Joudon, « Enjeux et gestion des milieux humides… », p. 31.

40  En 1392, le souverain lança une grande enquête sur les espaces mis en défens, à titre individuel ou communautaire, dans la vallée du Capcir (AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol H, p. 216-232.

41  AD66, B.Alart, Cartulaire manuscrit, vol. H, p. 416.

42  Notons cependant que les étangs n’apparaissent pas implicitement dans l’article 72 des Usages de Barcelone connu aussi sous le nom de loi Stratae : « Stratae et vie publice aque currentes et fontes vivi prata pascue silve et garrice et roche in hac patria fundate sunt de potestatibus ut non habeant per alodium vel teneant in dominio sed sint omni tempore ad emparamentum cuncto illorum populo sine ullius contrarietatis obstaculo et sine constituto servicio » (L.Assier Andrieu, Le peuple et la loi. Anthropologie historique des droits paysans en Catalogne française, Paris, 1987, p. 24).

43  En Roussillon : C.Puig, F.Mazières, V.Ropiot, « Approche chronologique comparée de l’occupation humaine en bordure des étangs… », p. 22-24. En bas Languedoc : J.L.Abbé, À la conquête des étangs…

44  En 1298-1300, Llívia se fit reconnaître par le roi ses droits sur les lieux suivants : « pascuis de Bones Hores et de la Bolosa et de Calçada et de Sobirans et de Roda et de Cisteles e de Cardit et de Colomera » (C.Baraut, El llibre ferrat. Privilegis i ordinacions de la vila de Llivià, Llivía, Patronat de Museu de Llivià, 1985, n° 8).

45  En 1298, l’abbaye de Poblet à l’université de Puigcerdà vendit ses droits sur une partie du Carlit à savoir « omnes portus et pasturas seu pasturalia sive paschua vocatos et vocatas de Valy Merans er de Roda et de Lanos cum vallis vocatis de Stornel et de Sperver et de la Losa et de Sobirans » (S.Galceran i Vigué, « Els privilegis de la vila de Puigcerdà. El Llibre Vert i el seu trasllat », Urgellia 1, n° 21).

46  En 1395, Pierre d’Enveig, déclarait tenir en fief du roi le « stagnum de Lenos » (AD66, B.Alart, Carulaire manuscrit, vol. IV, p. 437-438). Notons qu’aucune des chartes conservées ne fait mention d’une co-seigneurie sur cet étang.

47  F.Valls i Taberner, Privilegis i ordinacions…, Apendix n° 4.

48  J.L.Abbé, « Enjeux et gestion des milieux humides… » : « le seigneur du village n’est donc pas forcément le seigneur de l’étang » (p. 31).

49  M.Conesa, « Muntanyes a la venda... ».

50  Confer notes 44 et 45 : le quartier d’estives de Sobirans, sur lequel Puigcerdà et Lliviá déclaraient toutes deux détenir des droits, se situait à l’interface des deux zones d’estives exploitées par les hommes de ces deux bourgs.

51  B.Cursente, « Autour de Lézat : emboîtements, cospatialités, territoires (milieu Xe-milieu XIIIe siècle », Le territoire du médiéviste, Paris, 2006, p. 158 sq.

52  En 1292, les héritiers de Pere Eymeric déclaraient devoir verser au roi un cens annuel de six deniers de Melgueil pour des bordigols : ce cens fixe pourrait bien provenir d’une conversion de cens, phénomène fréquent à cette période.

53  Le petit nombre d’acte et la diversité des monnaies rend impossible toute corrélation entre cens annuel et intrata.

54  Un texte relatif au prélèvement sur la pêche dans l’étang d’Agde mérite une attention particulière. Non taxés jusqu’en 1338, les poissons pris à la ligne et avec des hameçons furent alors soumis au prélèvement levé par l’évêque d’Agde (C.Puig, « Les ressources de la mer et de l’étang... », p. 108). Ce dernier a peut-être cherché, avec ces nouvelles dispositions, à rationnaliser le cadre matériel du prélèvement sur les produits de la pêche, une ponction en bloc étant plus facile à lever qu’un prélèvement segmenté.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Bille, « Pêcher dans les étangs du Roussillon et de Cerdagne au Moyen Âge », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 24 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/329 ; DOI : 10.4000/framespa.329

Haut de page

Auteur

Élisabeth Bille

Laboratoire Framespa, équipe 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org