Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Louis Guereña (coord.), Sexualités occidentalesxviiie - xxie siècles

Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2014, 540 p.
Taline Garibian
Référence(s) :

Jean-Louis Guereña (coord.), Sexualités occidentalesxviiie - xxie siècles, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2014, 540 p.

Texte intégral

1L’histoire de la sexualité est un champ de recherche historique qui s’est largement développé durant les vingt dernières années. L’ouvrage, Sexualités occidentalesxviiie - xxie siècles, dirigé par Jean-Louis Guereña, propose un panorama de recherches récentes menées dans ce domaine. Ce volume fait suite à un colloque qui s’est tenu à l’Université François Rabelais de Tours en 2011, intitulé « Penser les sexualités dans l’histoire ». Sans prétention exhaustive, l’ouvrage réunit une vingtaine d’articles aux perspectives variées. Les analyses littéraires et cinématographiques côtoient ici des travaux historiques ou méthodologiques.

2Bien que la période couverte soit conséquente et que les articles aient recours à des approches différentes, c’est une division thématique qui a été privilégiée pour structurer l’ouvrage. C’est autour de quatre axes que s’articulent les contributions. Cette division thématique n’empêche en rien les contributions des différentes parties de se faire écho, puisqu’un certain nombre d’entre elles abordent des sujets, des périodes ou des types de sources similaires. Notons encore que, bien que le titre suggère l’étude d’une zone géographique et culturelle vaste  l’« Occident » près de la moitié des contributions portent sur le monde hispanophone.

3C’est la dimension historique des normes de la féminité et de la masculinité qui constitue le premier axe développé dans cet ouvrage. Les cinq contributions réunies ici montrent la diversité des sources susceptibles d’être exploitées. Les normes de la féminité et de la masculinité, ainsi que les enjeux qu’elles soulèvent, sont visibles notamment dans des sources de type juridique, comme le montre Marie Walin dans son article consacré à l’annulation des mariages pour cause d’impuissance en Espagne. Nerea Aresti propose quant à elle une étude des discours progressistes en matière de sexualité tenus en Espagne dans les années 1920 et 1930. Elle montre bien les ambiguïtés qui guettent les réformateurs sexuels attachés à l’idée de progrès tant social que scientifique. Marie-Aline Barrachina se penche ensuite sur les discours, notamment médicaux, relatifs à la maternité et à la féminité durant la même période. Comme dans la contribution précédente, les enjeux éminemment politiques de ces discours sont finement décryptés. Enfin, Richard Cleminson et Bernard Banoun questionnent les normes de la masculinité telle qu’elle est représentée dans deux mondes différents. Le premier s’intéresse à une revue ouvrière espagnole parue entre 1923 et 1936, tandis que le second propose une lecture comparative de deux romans allemands, Berlin Alexanderplatz et Quarante jours. C’est donc sur l’importance de la dimension culturelle des normes de l’identité que se clôt cette première partie.

4La deuxième partie réunit des contributions qui portent sur les homosexualités et les amours interdites. Fabienne Giuliani s’intéresse aux relations incestueuses consentantes dans la France du xixe siècle et révèle toute la difficulté des études historiques portant sur des sujets tabous. Francisco Vásquez García revient ensuite sur un scandale qui a ébranlé le monde politique espagnol en 1898, sur fond de prostitution masculine. L’épisode a, semble-t-il, peu intéressé les historiens jusque-là, pourtant il révèle la dimension politique que peut revêtir une telle affaire, ainsi que sa propension à modifier les représentations culturelles dans un temps plus long. La question de la représentation culturelle liée à la sexualité est également au cœur de l’article de Susan Clayton. En effet, elle propose une analyse des enjeux sous-jacents à l’énonciation de l’homosexualité dans les littératures française et britannique, en soulignant finement la dimension structurante de la terminologie disponible. Geoffroy Huard propose ensuite de revenir sur la répression de l’homosexualité à Barcelone sous la dictature de Franco. En s’appuyant notamment sur des dossiers d’archives judiciaires, il montre que la répression de l’homosexualité touchait plus spécifiquement les classes populaires, mais qu’une certaine vie homosexuelle était tolérée. Il montre ainsi que l’étude minutieuse des sources permet de nuancer l’idée selon laquelle les années soixante-dix constitueraient une rupture radicale en terme de libération homosexuelle, puisqu’une subculture est déjà observable avant. En s’intéressant aux mouvements des minorités LGBTQ (Lesbian Gay Bisexual Transgender Transsexual Two-spirited Queer) aux États-Unis, des années soixante à nos jours, Antoine Servel propose une histoire de l’activisme qui croise héritage militant, options théoriques et stratégiques politiques. C’est également une lecture politique que nous propose Émilie Marolleau dans son article consacré au New Queer Cinema qui émerge au début des années quatre-vingt-dix. En effet, ce mouvement culturel vise à ébranler les normes ; non seulement celles de la représentation, mais aussi celles de la production cinématographique.

5La troisième partie est consacrée au sexe tel qu’il est représenté à l’écrit et par l’image. Patricia Mauclair propose tout d’abord une analyse de l’ouvrage de Nicolás Fernández de Moratín datant de 1772 et consacré à la prostitution. C’est ensuite une lecture, ou plutôt une relecture de l’œuvre de Leopold von Sacher-Masoch que fait José Amícola, puisqu’il mobilise un concept récent, celui de queerness, pour analyser le travail ainsi que la réception de cet auteur du xixe siècle. C’est au discours et plus particulièrement au discours médical que s’intéresse ensuite Jean-Louis Guereña. Son travail, qui porte sur les collections populaires d’éducation sexuelle en Espagne entre la fin du xixe et le premier tiers du xxe siècles, montre que ces publications sont exemplaires d’un mouvement de mise en discours de la sexualité. En étudiant l’industrie de l’obscénité à Paris entre 1855 et 1930, Maxence Rodemacq s’intéresse non seulement à la production de discours ou de représentations visuelles de la sexualité, mais aussi à la structure et aux contraintes du marché qui la régit. En ce sens, son travail conjugue habilement histoire culturelle, sociale et économique, et permet de penser l’histoire de la sexualité en tant que secteur d’activité lucratif comme un autre. Deux articles sont ensuite consacrés à des analyses littéraires. Phillippe Chardin s’intéresse à la jalousie dans l’œuvre de Marcel Proust, tandis que Gersende Camenen se penche sur l’érotisme dans l’œuvre de l’écrivain argentin Alan Pauls. Enfin, une contribution d’Anne-Gaëlle Ferrandi-Regueillet propose une réflexion théorique et méthodologique sur la question de la sexualité dans l’Espagne du premier franquisme.

6La quatrième et dernière partie regroupe des contributions qui adoptent une perspective intersectionnelle et croisent problématiques sexuelles et problématiques raciales. Christelle Taraud mobilise un corpus photographique tiré d’un ouvrage sur « l’œuvre médicale française au Maroc » pour questionner la mise en image de l’altérité dans le cadre de l’entreprise coloniale, et notamment de son versant hygiéniste. Les apports d’une lecture intersectionnelle des rapports de domination sont ensuite détaillés dans l’article de Mónica Zapata. Claudine Raynaud s’intéresse, pour sa part, aux écrits autobiographiques des militants noirs américains et montre que ces récits mettent en lumière une histoire subjective de la sexualité et donnent notamment à voir des points de vue qui n’ont pas forcément été retenus par la grande Histoire. Le dernier article examine les représentations de la sexualité dans des œuvres dramaturgiques africaines contemporaines, dans lesquelles l’outrance le dispute au grotesque. Christine Ramat note que ces représentations caricaturales participent d’une forme de subversion en heurtant délibérément leurs spectateurs.

7Parce qu’il présente de nombreuses approches différentes pour appréhender la sexualité dans une perspective historique et sociale, cet ouvrage est utile. Réunir des contributions qui émanent de « traditions scientifiques » différentes n’est pas chose aisée et comporte certains risques. Si l’on peut saluer l’effort de structuration de l’ouvrage en parties thématiques, il faut noter que la distribution des articles dans ces parties semble parfois bancale. Par ailleurs, il est possible que l’hétérogénéité des contributions rebute certains lecteurs. Pourtant, ce type de volume contribue à désenclaver les disciplines et encourage à penser en dehors du cadre strict qui les régit parfois. Certaines des contributions réunies ici montrent bien comment les sexualités et leurs représentations s’inscrivent dans une histoire à la fois sociale, culturelle et scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Taline Garibian, « Jean-Louis Guereña (coord.), Sexualités occidentalesxviiie - xxie siècles », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 18 | 2015, mis en ligne le 26 juin 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/3284

Haut de page

Auteur

Taline Garibian

Taline Garibian est historienne, elle s'intéresse à l'histoire de la médecine, du genre et des sexualités. Elle effectue une thèse de doctorat sur l'histoire de la sexologie en Suisse romande (1890-1970).
Taline.Garibian@chuv.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org