Navigation – Plan du site
Dossier : Analyse historique et réseaux. Réflexion sur la représentation graphique

Introduction au dossier « Analyse historique et réseaux. Réflexion sur la représentation graphique »

Introduction to the special issue "Historical Analysis and Networks. A Study of Graphic Representation"
Introducción para el dossier "Análisis histórico y redes. Reflexión sobre la representación mediante grafos"
Émilie Senmartin et Michel Bertrand

Texte intégral

1 Terrain de recherche en pleine expansion depuis un certain nombre d’années, l’analyse des réseaux en histoire permet de porter un nouvel éclairage sur un grand nombre de thématiques, en particulier sur les relations personnelles et les structures de pouvoir. Dans ce contexte, la représentation graphique a souvent été mise de côté par les historiens à cause de sa difficulté mais aussi, parfois, de son manque de lisibilité et de son incapacité à refléter la diachronie des réseaux étudiés. Par nature, les réseaux sont évolutifs alors que leur représentation graphique se réduit à n’être qu’une photographie prise à un moment donné. Une fois ce constat posé, il convient de se demander si l’on ne peut pas porter un nouveau regard sur l’utilisation du graphe, au-delà de ces contraintes fortes. Et ce d’autant plus que de nouveaux outils informatiques sont venus faciliter l’élaboration des graphes.

2 Ce dossier reprend plusieurs communications réalisées lors d’une journée d’étude au sein de l’Université Jean-Jaurès à Toulouse. Cette journée s’inscrit dans l’opération 6 du Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux) en lien avec les thématiques 1 et 4 du laboratoire FRAMESPA, à savoir « Fronteras - Espaces et échanges dans les mondes ibériques et latino-américains » et « Acteurs, sociétés et économies », auxquelles appartiennent les coordinateurs du dossier Michel Bertrand et Émilie Senmartin. Le « laboratoire d’excellence » SMS associe des chercheurs de 10 Unités de Recherche en sciences humaines et sociales de Toulouse. Son objectif central est de développer une conception renouvelée des formes de structuration des mondes sociaux. Afin de renforcer les dynamiques existantes a été créé le groupe RES-HIST visant à favoriser le dialogue entre les historiens travaillant sur les réseaux et à promouvoir le recours à des outils à la fois conceptuels et méthodologiques partagés et adaptés à notre discipline. Il est destiné autant à faire le point sur les recherches en cours qu’à lancer des opérations scientifiques collectives et transpériodes, tout en assurant aussi des séances de formation aux outils mobilisables pour les analyses de réseaux (valorisation et formation). L’opération 6 est organisée autour des « Analyses historiques de réseaux sociaux dans leurs rapports avec les structures de pouvoir ». Cette journée répond donc à une des finalités du Labex relative à l’application des réseaux en histoire.

3 La journée d’Étude a fait l’objet d’un appel à communication sur Calenda, permettant la réunion de chercheurs de différents horizons géographiques et thématiques. Les contributions qui suivent considèrent le graphe non plus comme un objet répondant aux objectifs fixés par le chercheur mais comme une source de questionnements permettant d’élaborer des pistes de recherche. La diversité des intervenants révèle la pluralité des usages du graphe qui n’est plus réservé aux travaux portant sur les périodes les plus récentes.

4 Anthony Andurand est assistant de recherche, PLH-ERASME/LabEx SMS à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse. Dans son article, il propose d’évaluer la pertinence du graphe comme outil d’exploration d’une œuvre littéraire et son apport dans la compréhension du phénomène de la Seconde Sophistique. Conscient des limites inhérentes au graphe, il mène une réflexion sur le graphe le mieux adapté pour représenter des liens complexes (liens synchroniques, liens diachroniques, liens plus ou moins durables, positifs ou négatifs) entre personnages lettrés de l’Antiquité et empereurs romains à partir de notices biographiques.

5 Émilie Senmartin, doctorante à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse, à travers l’exemple précis du système de vénalité espagnol au début du xviiie siècle propose une application des différentes méthodes mathématiques pour analyser un graphe et voir le questionnement qui en découle. Il s’agit d’un exercice méthodologique visant à montrer comment utiliser un graphe sur un réseau restreint mais aussi à déceler les limites d’un tel procédé.

6 Éric Hassler, agrégé d’Histoire et docteur en Histoire (Paris I), enseigne actuellement au Gymnase Jean Sturm et à l’Université de Strasbourg. Il est chercheur associé à l’IHMC (Paris I-ENS-CNRS). Dans sa contribution, il démontre que la mise en graphe des listes des participants aux courses de traîneaux de 1726, puis le jeu sur les échelles des réseaux font apparaître des réseaux aristocratiques maintenus invisibles par les autres types de sources. Il est ainsi possible de restituer une histoire des réseaux familiaux et politiques actifs à la Cour de Vienne rompant avec l’histoire traditionnelle des partis pour proposer de nouvelles polarisations socio-politiques et éclairant d’un jour neuf les structurations politiques de la monarchie des Habsbourg à l’époque moderne.

7 Vivien Faraut, doctorant au Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, Université de Nice Sofia Antipolis, se tourne vers l’analyse graphique pour mieux comprendre la préparation de la conspiration du 19 août 1820 et les liens unissant les protagonistes. Ces derniers semblent tout d’abord former trois groupes bien distincts (les militaires, les politiques et les étudiants). Le graphe met en lumière des liens complexes, plus ou moins forts entre ces différents groupes. Ainsi les liens entre les militaires et les politiques apparaissent plus forts que ceux qui existent entre les politiques et les étudiants, alors que ces derniers constituent le vivier des groupes politiques. Par ailleurs, le graphe permet d’analyser plus en détails le rôle des principaux protagonistes en proposant une représentation graphique à deux niveaux, celui de l’individu et celui de l’organisation.

8 L’analyse des représentations graphiques se situe donc bien au cœur de l’étude des réseaux et du travail des chercheurs, en particulier des historiens. Comme le souligne Florent Hautefeuille le graphe fait le lien entre le non concret (la matrice) et le discours de l’historien (concret). Cependant, elle comporte aussi des limites liées essentiellement aux données qui composent les matrices (sont-elles suffisantes pour établir un lien ? Pour définir son intensité ? Quelle objectivité dans le choix du chercheur ?...) sur lesquelles il sera sûrement nécessaire de revenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Senmartin et Michel Bertrand, « Introduction au dossier « Analyse historique et réseaux. Réflexion sur la représentation graphique » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 18 | 2015, mis en ligne le 26 juin 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/3280

Haut de page

Auteurs

Émilie Senmartin

Doctorante en histoire moderne à l’Université de Toulouse II-Jean Jaurès, prépare une thèse sur les élites de Puebla en Nouvelle Espagne sous la direction de Michel Bertrand (Université de Toulouse II-Jean Jaurès, FRAMESPA)
emiliesenmartin@gmail.com

Articles du même auteur

Michel Bertrand

Historien, professeur à l'Université de Toulouse II-Jean Jaurès, membre de l'Institut Universitaire de France et du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136 du CNRS), est actuellement directeur de la Casa de Velázquez. Spécialiste des sociétés coloniales et postcoloniales d'Amérique latine, ses recherches actuelles portent sur les élites sociales de Nouvelle Espagne, tout particulièrement dans le cadre de la ville de Puebla. Afin de dépasser les interprétations réductrices qui tendent à enfermer les acteurs dans des catégories sociales à vocation identitaire (telles que créoles versus péninsulaires), il développe des analyses relationnelles pour reconstituer la complexité des jeux sociaux au sein de ces élites urbaines coloniales.
michel.bertrand@casadevelazquez.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org