Navigation – Plan du site
Dossier : Analyse historique et réseaux. Réflexion sur la représentation graphique

Mettre en lumière des réseaux invisibles pour les historiens : la bipolarisation d’un réseau aristocratique à la cour de Vienne, 1685-1740

Materialize Invisible Networks: How the Graph is Able to Show a Bipolarization of the Aristocratic Networks at the Viennese Court, 1685-1740
Materializar redes invisibles: cómo el grafo permite poner en evidencia una bipolarización de las redes aristocráticas en la corte de Viena (1685-1740)
Éric Hassler

Résumés

Les réseaux aristocratiques viennois se présentent comme un enchevêtrement d’individus et de familles tel qu’ils n’ont jamais fait l’objet d’une étude approfondie dépassant le cadre des partis. L’historiographie la plus récente a toutefois montré l’obsolescence de la configuration partisane tant les recompositions sont permanentes au gré des intérêts particuliers, ce qui n’est pas sans complexifier encore la capacité de l’historien à comprendre l’articulation des relations sociales à l’œuvre. La mise en graphe des listes des participants aux courses de traîneaux de 1726, puis le jeu sur les échelles des réseaux font apparaître des réseaux aristocratiques maintenus invisibles par les autres types de sources. Il est ainsi possible de restituer une histoire des réseaux familiaux et politiques actifs à la Cour de Vienne et de proposer de nouvelles polarisations socio-politiques qui éclairent d’un jour neuf les structurations politiques de la monarchie des Habsbourg à l’époque moderne.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

corte, grafo, nobleza, red, siglo XVIII
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Archives des Affaires Étrangères (Paris), Mémoires et Documents, Autriche, 3, 17b : « Description d (...)
  • 2 Henry Frederick Schwarz, The Imperial Privy Council in the seventeenth Century, Cambridge, Universi (...)

1« La cour de Vienne est composée d’un assemblage infini de ministres parfaitement désunis entre eux et également éloignés du vray bien et de l’honneur de leur maître » peut-on lire dans l’un des mémoires destiné à l’information des envoyés du roi de France auprès de l’empereur Charles VI (1711-1740)1. Et de fait, influencée par les sources diplomatiques, l’historiographie présente généralement les ministres de l’Empereur comme une suite d’individualités qui s’assemblent et se divisent au gré des intérêts propres à chacun. Certaines études ont toutefois cherché à identifier d’éventuels partis actifs dans l’environnement immédiat de l’empereur, notamment dans le cadre étroit du Conseil intime, sans arriver à réellement mettre en lumière de segmentations durables dans les milieux aristocratiques2.

  • 3 Je reprends ici le sens donné à « nébuleuses » par Jean Duma, dans Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvr (...)
  • 4 Wilhelm Roscher, « Die österreichische Nationalökonomik unter Kaiser Leopold I », Jahrbücher für Na (...)
  • 5 Thomas Winkelbauer, Ständefreiheit und Fürstenmacht Länder, t. 1., Ueberreuter, Wien, p. 183-188 ; (...)

2De facto, ces « nébuleuses » aristocratiques viennoises3 se présentent comme un enchevêtrement d’individus et de lignages tel qu’ils n’ont jamais fait l’objet d’une étude approfondie. Les historiens, non sans arrière-pensées politiques, ont longtemps soutenu la thèse d’un Gesamtadel, c’est-à-dire d’une noblesse autrichienne globalisée qui, à force de mariages et d’acquisitions de terres dans d’autres entités territoriales de la monarchie, aurait produit un groupe homogène4. Il faut ici rappeler que la cour de Vienne conjugue des noblesses issues des différentes possessions du patrimoine habsbourgeois, d’abord des archiduchés autrichiens qui en constituent le cœur, mais également des royaumes de Bohême ou de Hongrie, ainsi que des possessions italiennes ou flamandes à certaines périodes. À ce vaste ensemble, il faut encore ajouter la noblesse immédiate du Saint-Empire qui vient chercher à Vienne, sinon la fortune puisque le Habsbourg est réputé pauvre et peu généreux dans ses rétributions, tout du moins une vitrine pour exposer leur souveraineté relative censée leur donner la préséance sur toute autre noblesse européenne médiate. L’homogénéité supposée du groupe reléguant au second plan la question d’éventuelles structurations, les études sur les élites nobiliaires se sont donc essentiellement portées sur des configurations parentélaires conjoncturelles, liées à des vues politiques divergentes, voire opposées, à différentes phases de l’histoire d’une monarchie autrichienne tiraillée entre sa vocation impériale et les priorités territoriales orientales, notamment face à la puissance ottomane5.

  • 6 Je reprends ici les éléments de définition qu’en donne Claire Lemercier dans Claire Lemercier, « An (...)
  • 7 Éric Hassler, Une cour sans empereur. Les chambellans de l’empereur dans l’espace résidentiel. Vien (...)

3Pourtant, en changeant la méthode d’observation, il est possible de mettre au jour des permanences structurelles sur la longue durée. Plutôt que de considérer l’organisation réticulaire des lignages aristocratiques d’en haut, avec toutes les difficultés que leur nombre (entre cinquante et deux cents selon les critères retenus) et leur complexité présentent, inverser la focale en partant du micro, en l’occurrence d’un individu, constitue une alternative viable. Étudier les connexions entre les individus à un moment « t » et dans une situation active permet également de contourner le problème des réseaux passifs dont la réalité sociale peut être surinterprétée6. Un travail de recherche entrepris sur un corpus de listes de participants à des courses de traîneaux, organisées à Vienne par quelques grands lignages dans le second quart du xviiie siècle, a laissé fortuitement apparaître une fracture au sein des réseaux familiaux ainsi reconstitués. Partant de là, cette investigation a permis, par la confrontation avec des arbres généalogiques, de déboucher sur une vaste structuration réticulée de familles alliés, désalliées ou non-alliées selon des critères de reconnaissance mutuelle et d’exercice de charges politiques ou curiales7. En d’autres termes, il s’agit ici d’observer un réseau fonctionnant à deux échelles, celle de l’individu et celle de la maison aristocratique dont les logiques propres tendent à structurer plus largement le monde aristocratique viennois de façon bipolaire, autour de deux familles dont les liens matrimoniaux, sans être totalement exclusifs, n’en définissent pas moins deux systèmes distincts.

1. Les courses de traîneaux : enjeux politiques et sociaux des élites nobiliaires viennoises

  • 8 Pour une description approfondie du divertissement et de ses origines et une synthèse bibliographiq (...)
  • 9 Julius Bernhard von Rohr, Einleitung zur Ceremonial Wissenschaft der Privat-Personen, Berlin, 1728, (...)
  • 10 Le chapelain de l’ambassade de France à Vienne décrit ainsi la course organisée le 12 janvier 1716  (...)
  • 11 Pour une orientation des fonds d’archives : Stefan Seitschek, « Karussel und Schlittenfahrt im Spei (...)

4Divertissement hivernal organisé à l’initiative des souverains, les courses de traîneaux ont été incluses dans le cérémonial des cours d’Europe centrale dès le début du xviiie siècle8, à tel point que les manuels de cérémonial publiés dans l’espace germanique en font un outil de représentation monarchique à part entière9. Elles sont bien documentées dans le cadre viennois puisqu’outre les descriptions qu’on en a conservées10, les archives du grand maître de la cour en détaillent les participants dès lors qu’elles sont organisées par le pouvoir impérial et en communiquent ensuite fréquemment la liste aux éditeurs de la Gazette de Vienne (Wienerische Diarium) qui les publient dans des suppléments dont l’objectif est nettement propagandaire11.

  • 12 Cité dans « Denkschriften des Fürsten Wenzel Kaunitz-Rittberg », Anton Beer (éd.), Archiv für öster (...)

5Ces occurrences curiales se voient concurrencées à partir des années 1715 par des courses à l’initiative d’aristocrates, totalement vidées de toute référence au souverain, mais en tout point identiques, tant dans le parcours adopté que dans le faste déployé. De surcroît, certaines d’entre-elles convoquent un nombre de participants plus important que leurs cousines impériales. Ce processus de réappropriation pose la question d’un éventuel dérèglement du cérémonial princier symptomatique d’une période de flottement de l’autorité monarchique, comme le suggèrent l’allongement des mandats des aristocrates au pouvoir, tant dans les fonctions curiales que politiques, le retrait du souverain qui paraît moins impliqué dans la vie politique de la monarchie et les difficultés qu’il connaît dans la reconnaissance des droits de succession de sa fille aînée, l’archiduchesse Marie-Thérèse. Ce processus est identifié et condamné par le chancelier Kaunitz dans une note à destination de Marie-Thérèse12.

  • 13 1718 : 6 occurrences ; 1723 : 1 ; 1726 : 5 ; 1729 : 6 ; 1731 et 1740 : 2 occurrences chaque fois.

6Ces courses nous sont donc seulement connues par la publication des listes des participants dans la Gazette de Vienne (Wienerische Diarium), sur le modèle impérial là encore, accompagnée d’une description laudative de la course et de son commanditaire. Dans certains cas, est même spécifié le parcours du cortège. La volonté de reprendre le modèle monarchique, voire de le concurrencer est donc ici d’autant plus manifeste que ces courses privatisent d’une certaine manière l’espace public viennois. Vingt-trois occurrences s’échelonnent entre 1718 et 1740 et présentent un nombre d’invités assez variable, oscillant entre 26 et 69 participants issus de lignages aristocratiques, avec une croissance régulière imputable à la surenchère ostentatoire dont font preuve des maisons aristocratiques en concurrence13.

7Parmi ces courses de traîneaux, deux retiennent particulièrement l’attention en raison de leur faste et de leur proximité chronologique : les deux courses de traîneaux organisées par le prince Liechtenstein et le comte Starhemberg, respectivement les 23 et 30 janvier 1726. Les organisateurs sont deux personnalités éminentes de la cour dans les années 1720, mais aux profils très différents. Le prince Joseph Johann Adam Liechtenstein, né en 1690, n’a plus grand chose d’autre que ses nom et titre, prestigieux, et son énorme patrimoine en 1725. Militaire, puis commissaire impérial auprès de la diète de Moravie, ses titres auliques les plus élevés sont ceux de conseiller intime et de toisoniste. Le comte Gundacker Thomas Starhemberg, né en 1663, est l’homme fort des finances de la monarchie depuis les années 1710. Il a été président de la Chambre aulique jusqu’en 1715, il est encore président de la banque générale et ministre de la Conférence. Il bénéficie manifestement de la confiance de l’Empereur, même si la réputation véhiculée dans les rapports d’ambassade est celle d’un arriviste. Leur principal point commun est d’appartenir à deux des familles les plus illustres de l’archiduché de Basse-Autriche et, en conséquence, de susciter l’attrait matrimonial des autres familles, captivées par le nom comme par les biens accumulés. Étudier en détail la composition de leurs courses et les relations entre invités peut être particulièrement fertile dans la compréhension des réseaux aristocratiques viennois. Une mise en graphe s’avère ici très utile.

2. Mise en graphe et jeux d’échelles

2a Mise en graphe

  • 14 En particulier Johann Hübner, Genealogische Tabelle, nebst deren darzu gehörigen Genealogischen Fra (...)

8La première opération de mise en graphe a consisté à reconstituer les liens entre les participants aux deux occurrences dans une perspective égo-centrée pour évaluer la densité des liens entre l’organisateur et ses invités. Il a donc fallu identifier la nature des liens et établir une éventuelle parenté à l’aide de sources généalogiques, essentiellement des recueils d’arbres généalogiques publiés14. Ces deux graphes (fig. 1 et 2) ont donc été élaborés en restituant les liens matrimoniaux (traits doubles) ou généalogiques ascendants ou descendants (traits simples) entre les participants (encadrés).

Figure 1. Liens parentélaires des participants à la course de traîneaux du prince Liechtenstein, organisée le 23 janvier 1726

Figure 1. Liens parentélaires des participants à la course de traîneaux du prince Liechtenstein, organisée le 23 janvier 1726

Graphe égo-centré construit à partir de l’organisateur. Les participants sont signalés par un cadre, les liens d’ascendance par un trait simple, les liens d’ascendance sur plusieurs générations par un trait discontinu, les mariages par un trait double.

© Éric Hassler

Figure 2. Liens parentélaires des participants à la course de traîneaux du comte Starhemberg, organisée le 30 janvier 1726

Figure 2. Liens parentélaires des participants à la course de traîneaux du comte Starhemberg, organisée le 30 janvier 1726

Graphe égo-centré construit à partir de l’organisateur. Les participants sont signalés par un cadre, les liens d’ascendance par un trait simple, les liens d’ascendance sur plusieurs générations par un trait discontinu, les mariages par un trait double.

© Éric Hassler

9Sont alors apparus des intermédiaires qui ne prennent pas part au carrousel, mais assurent le lien entre les participants. Dans quelques cas, il a fallu matérialiser une parenté plus éloignée par des traits pointillés ou une connexion généalogique complexe par une flèche et une mention simplifiée des participants (fig. 1).

  • 15 Essentiellement l’inscription dans une clientèle liée à la participation à un organe décisionnel ou (...)
  • 16 Par parenté proche, nous entendons le cercle des parents inscrits dans une proximité d’un (parenté, (...)

10Contrairement aux graphes obtenus pour les courses de traîneaux organisées par d’autres lignages, qui faisaient prévaloir les liens politiques sur les liens familiaux15, ces deux graphes montrent assez clairement que la majorité des individus conviés à la course de traîneaux sont liés à son organisateur par des liens familiaux (filiation ou mariages) étroits ou distendus. En traquant les alliances, en remontant les ascendances jusqu’au début du xvie siècle, il est possible de restituer l’arborescence parentélaire du prince Liechtenstein comme du comte Starhemberg et de mettre en lumière un vaste réseau d’individus dans lequel chacun des deux puise les individus qu’il va ensuite convier : 22 individus sur 42 sont en parenté proche du premier et 11 en parenté éloignée, soit les trois-quarts des invités ; 28 des 45 invités du comte Starhemberg sont en parenté proche, soit les deux tiers16.

  • 17 Éric Hassler, Une cour sans empereur, op. cit., ch. VII ; id., « Les Harrach face à la disgrâce, Le (...)
  • 18 Citons par exemple des familiers du comte Althann, favori de Charles VI mort en 1722, qui continuen (...)

11La connaissance généalogique particulièrement poussée des familles et leur savante maîtrise de leur ascendance, en raison de la conception cognatique des alliances matrimoniales en Empire et en Europe centrale ne laisse aucun doute sur le fait que ces individus sont bien considérés comme des « parents », et non seulement comme des « amis »17. On y repère d’abord la parentèle immédiate des Starhemberg et des Liechtenstein et les familles directement alliées, présentes ici en raison du prestige qu’elles procurent à la liste des participants. Mais il s’agit aussi d’aller chercher plus loin dans la parenté des deux maisons aristocratiques d’autres individus susceptibles d’honorer de leur présence le maître de cérémonie et de lui procurer un crédit plus grand : il s’agit d’incontournables (23/62 qui se retrouvent dans les deux listes) issus des familles princières, apostoliques ou rodolphines en connexion étroite avec des personnages importants de la monarchie18.

  • 19 Pour une synthèse des articulations entre les noblesses impériales : Christophe Duhamelle, « Les no (...)
  • 20 Liste dans le Libelle Polheim qui distingue les familles les plus illustres, dites « apostoliques » (...)

12Le choix des invités met enfin en lumière des tropismes spécifiques à chacun des deux lignages : le Saint-Empire pour les Liechtenstein, la Basse-Autriche pour les Starhemberg. Le premier expose en effet ses connexions avec la noblesse immédiate d’Empire qui constitue un graal pour la noblesse médiate autrichienne dans la mesure où les lignages immédiats bénéficient certes d’une voix (individuelle ou collective) à la diète de Ratisbonne, mais aussi d’un statut de semi-régnants qui leur procurent un prestige et des prérogatives auxquels ne peuvent prétendre les lignages médiats19. Les Starhemberg ne bénéficient pas d’un statut comparable, même s’ils sont théoriquement comtes d’Empire depuis 1643. Contrairement aux Liechtenstein, les Starhemberg n’ont pas accès aux délibérations de la diète et ne se positionnent en conséquence qu’en marge de la noblesse d’Empire qui, de ce fait, rechigne à envisager des alliances matrimoniales avec eux. Ils se rabattent sur l’évocation de leur immémorialité en collectant les liens avec les lignages les plus illustres de l’archiduché, et d’abord ceux du banc des seigneurs de la diète de Basse-Autriche qui se considère comme le noyau politique de l’archiduché et plus globalement du patrimoine de la maison d’Autriche puisque l’empereur réside en sa capitale, Vienne20. L’élaboration de hiérarchies nobiliaires rétroactives, qui tentent de fermer le groupe au moyen de barrières chronologiques infranchissables, permet à ces lignages bas-autrichiens d’affirmer leur appartenance à une caste aristocratique qui prétend avoir le pas sur les autres lignages autrichiens présents à Vienne et qui entend préserver l’illustration des lignages apostoliques éteints par la recherche de la proximité généalogique et la mise en exergue de liens anciens avec ces familles (1/3 des apostoliques). Médiatisés par la Gazette, ces discours produisent des identités aristocratiques qui s’inscrivent en concurrence et entendent légitimer la prééminence des deux lignages au sein de la société de cour.

13L’emploi de ce type de graphe trouve cependant sa limite dans la représentation de la position de l’individu au sein du réseau. Il ne permet pas de bien cerner les questions de proximité ou d’éloignement des individus. Ce problème peut être résolu par une mise en graphe en tenant compte des rangs d’éloignement, qui permet de dessiner des réseaux parentélaires plus circonscrits.

2b Proximité ou éloignement et activité du réseau

14Ces deux graphes (fig. 3 et 4) simplifient les précédents en édulcorant les mentions individuelles et le type de lien au profit du seul degré de proximité.

Figure 3. Degré de proximité entre les participants à la course de traîneaux du prince Liechtenstein

Figure 3. Degré de proximité entre les participants à la course de traîneaux du prince Liechtenstein

Graphe simplifié de la fig. 1 ne conservant comme variable que le degré de proximité entre les participants.

© Éric Hassler

Figure 4. Degré de proximité entre les participants à la course de traîneaux du comte Starhemberg

Figure 4. Degré de proximité entre les participants à la course de traîneaux du comte Starhemberg

Graphe simplifié de la fig. 2 ne conservant comme variable que le degré de proximité entre les participants.

© Éric Hassler

15Le rapport entre éloignement et caractère opérationnel du réseau, et notamment le rôle des intermédiaires, en sont plus lisibles et dessinent une véritable géographie des réseaux parentélaires. Ces intermédiaires produisent une double intermédiarité à l’intérieur de chacun des deux réseaux, qui surmonte leur fracture. On distingue en effet trois niveaux de connexion : 1. des individus issus de la parenté étroite des deux organisateurs (noyau familial) ; 2. dans leur périphérie « intégrée », des individus s’inscrivent dans une proximité parfois maintenue par plusieurs liens parentélaires ; 3. des extensions à d’autres réseaux, plus éloignés mais procurant du prestige. Des intermédiaires sont ainsi indispensables pour solidariser ces individus avec l’organisateur et sa parentèle directe. Ils relativisent le caractère plus lâche du réseau avec l’éloignement parentélaire en maintenant des interrelations étroites malgré l’éloignement familial.

16Au-delà des individus se dessine donc un système réticulaire associant des maisons, plus que de simples individus, mais aussi des fragmentations puisque les graphes montrent la discontinuité des réseaux des deux organisateurs. Il faut donc, dans un dernier temps, poser la question du réseau à l’échelle des maisons.

2c L’échelle des maisons aristocratiques

17Jouer sur les échelles, et non seulement sur les informations retenues pour réaliser les graphes, permet de mettre en lumière d’autres phénomènes en dépassant les limites imposées par tel type de représentation. Il s’agit cette fois-ci de considérer les alliances entre familles sur la durée. Les récurrences matrimoniales observées suggèrent alors la proximité entre les lignages. Ces derniers sont considérés dans leur intégralité, à moins que les sources généalogiques laissent apparaître des fractures anciennes et durables qui rompent la solidarité lignagère. Retravaillés à l’échelle des familles, les graphes amoindrissent le caractère égotique au profit du collectif. Dans le cas présent, ils mettent effectivement en évidence les grandes lignes structurelles de la société aristocratique qui conditionnent les occurrences aristocratiques étudiées jusqu’à présent. Ils permettent donc de les replacer dans le temps plus long des pratiques interactionnelles des familles, et notamment de l’élaboration des alliances matrimoniales.

18Un graphe intermédiaire (fig. 5), qui conserve une présentation égo-centrée sur les deux familles organisatrices durant la période (alliances contractées dans les dix ans qui précèdent l’occurrence et sur quinze ans après), permet de rendre visible une structuration beaucoup plus fragmentée que l’historiographie ne l’avait proposé jusqu’ici.

Figure 5. Interpénétration des réseaux matrimoniaux des Liechtenstein et des Starhemberg (1715-1740)

Figure 5. Interpénétration des réseaux matrimoniaux des Liechtenstein et des Starhemberg (1715-1740)

Graphe égo-centré croisant les réseaux matrimoniaux des deux lignages. Les lignages communs aux deux réseaux sont mis en évidence selon leur importance, les intermédiaires encadrés en pointillés. L’épaisseur des traits matérialise la multiplicité des mariages.

© Éric Hassler

19On a ici opéré le choix de différencier les alliances matrimoniales entre chacun des deux lignages organisateurs et leurs lignages alliés respectifs (trait plein, épaisseur selon le nombre d’alliances) et les alliances matrimoniales entre ces lignages alliés (trait pointillé) afin de simplifier la lecture du graphe et de mettre en valeur les relations directes entre lignages. Figurent également trois lignages (cadre pointillé) qui n’ont pas noué d’alliance directe avec les Liechtenstein et les Starhemberg, mais qui présentent une certaine densité d’alliances avec les lignages alliés aux deux familles. Starhemberg et Liechtenstein apparaissent ici très peu liés, chacune des deux familles disposant de son réseau matrimonial. Quatre familles centrales jouent le rôle d’intermédiaires (points serrés) entre les deux cercles d’alliances. Cette position s’explique par leur statut particulier qui conjugue plusieurs des critères de la distinction à Vienne : ancienneté du lignage, service du prince (politique, aulique, militaire), présence et visibilité à Vienne, possession de demeures urbaines, mais aussi exercice de charges provinciales en particulier dans les diètes. Enfin, les Althann, les Lamberg et les Sinzendorf (cadre pointillé) assurent la liaison entre les deux cercles d’alliances qui, à l’exception des quatre familles intermédiaires, sont imperméables. Un graphe (fig. 6) sur la période précédente (1685-1715), construit de façon similaire, confirme cette première analyse et montre que cette structuration dépasse le cadre temporel des années 1720.

Figure 6. Interpénétration des réseaux matrimoniaux des Liechtenstein et des Starhemberg (1685-1715)

Figure 6. Interpénétration des réseaux matrimoniaux des Liechtenstein et des Starhemberg (1685-1715)

Graphe égo-centré croisant les réseaux matrimoniaux des deux lignages. Les lignages communs aux deux réseaux sont mis en évidence selon leur importance, les intermédiaires encadrés en pointillés. L’épaisseur des traits matérialise la multiplicité des mariages.

© Éric Hassler

20On décèle une nette bipolarisation de nébuleuses aristocratiques autour des deux familles Liechtenstein et Starhemberg, bipolarisation que les sources connues et exploitées ne permettaient pas de mettre en lumière jusqu’à présent. Il convient cependant de s’assurer que cette bipolarisation ne peut être un effet d’optique produit par la configuration égo-centrée.

  • 21 Éric Hassler, Une cour sans empereur ?, op. cit., p. 34 et 41.

21Modifier la configuration en considérant désormais la totalité des alliances nouées par plusieurs lignages permet de vérifier les conclusions précédentes en atténuant les possibles effets d’optique liés à la présentation égo-centrée. Dix lignages, dont les Liechtenstein et les Starhemberg, ont été retenus pour leurs caractéristiques semblables et leur éminence politique qui en font un « noyau aristocratique » au sein de la noblesse présente à Vienne21. Ont été restituées leurs alliances mutuelles, mais aussi les autres alliances tissées simultanément par ce noyau aristocratique avec des familles de moindre illustration que nous qualifierons de « secondaires », ainsi que les alliances entre ces familles secondaires. Les périodisations ont été conservées. Les graphes obtenus (fig. 7 et 8) mettent en lumière plusieurs phénomènes : 1. Apparaît d’abord la complexité des réseaux familiaux à l’œuvre. L’enchevêtrement des réseaux matrimoniaux produit une nette impression de confusion. Toutefois, les réseaux tissés par certaines familles apparaissent plus ou moins ouverts. Ceci n’est pas forcément lié à l’importance numérique de la descendance, mais aussi à des pratiques singulières, par exemple l’homogamie mise en œuvre par plusieurs lignages bohême. 2. Si plusieurs polarisations apparaissent, la bipolarisation Liechtenstein/Starhemberg est relativement nette pour la première période, beaucoup plus encore pour la seconde. 3. Un très net resserrement des alliances autour de quelques familles est à l’œuvre après 1715, ce qui confirme le processus de fermeture du groupe envisagé auparavant.

Figure 7. Alliances matrimoniales du noyau aristocratique viennois, 1715-1740

Figure 7. Alliances matrimoniales du noyau aristocratique viennois, 1715-1740

Graphe croisant les réseaux matrimoniaux de dix lignages aristocratiques éminents. Les alliances nouées entre ces dix lignages sont différenciées du reste de leurs réseaux matrimoniaux respectifs, tissés avec des familles de moindre importance. L’épaisseur des traits matérialise la multiplicité des mariages. Ce graphe fait apparaître la fracture entre les deux pôles matrimoniaux, matérialisée par des pointillés.

Figure 8. Alliances matrimoniales du noyau aristocratique viennois, 1685-1715

Figure 8. Alliances matrimoniales du noyau aristocratique viennois, 1685-1715

Graphe croisant les réseaux matrimoniaux de dix lignages aristocratiques éminents. Les alliances nouées entre ces dix lignages sont différenciées du reste de leurs réseaux matrimoniaux respectifs, tissés avec des familles de moindre importance. L’épaisseur des traits matérialise la multiplicité des mariages.

Image 10000000000002780000006F3833CF66.png© Éric Hassler

3. Mise en perspective

  • 22 Johann Hübner, Genealogische Tabelle..., op. cit., t. I : princes Liechtenstein, tab. 247-248 ; t.  (...)
  • 23 Liechtenstein : trois alliances avec les Puchheim, une avec les Losenstein ; Starhemberg : quatre a (...)

22La polarisation des pratiques matrimoniales dessine donc bien deux réseaux matrimoniaux distincts, dont seules quelques familles assurent le rôle d’intermédiaires. Cette fracture, jamais identifiée dans l’historiographie, demeure pour l’instant inexpliquée par l’histoire des deux familles qui ne fait, dans l’état de nos connaissances, pas apparaître de net antagonisme, au-delà d’une vraisemblable concurrence. Les résultats obtenus grâce à la mise en graphe incitent à replacer la question des alliances dans le temps plus long. Avant le xvie siècle, les alliances des deux maisons sont relativement bien documentées22. Il faut ainsi remonter au xve siècle pour trouver la mention d’alliances entre les deux familles : les deux seules unions contractées entre les deux familles datent de 1478 et 1490. Il s’agit d’un double mariage entre deux Liechtenstein et les deux filles de Johann IV Starhemberg. Outre ces deux unions directes, les deux familles comptent huit lignages en commun. Au xvie siècle, ils ne sont plus que six. Par ailleurs, on observe une fragmentation du groupe des familles « apostoliques » jusque-là assez solidaires : au xve siècle, seuls les Strein cultivaient l’alliance exclusive des Liechtenstein ; au xvie siècle, les Puchheim et les Losenstein font de même, évitant les Starhemberg, tandis que cinq autres privilégient l’alliance Starhemberg. Quant aux Polheim, ils glissent de l’un à l’autre au cours du siècle23. Au xviie siècle, seuls les princes Dietrichstein assument la fonction d’intermédiaire et plus aucune alliance entre les Liechtenstein et les autres lignages apostoliques n’est nouée, à l’exception des comtes Salm-Reifferscheidt. Les Starhemberg capitalisent désormais les alliances apostoliques et le capital symbolique afférent, comme nous avons pu le voir dans le discours déployé lors de la course de traîneaux.

23Plusieurs hypothèses peuvent être évoquées à cette ignorance réticulaire. On pense bien évidemment à une concurrence précoce entre les deux lignages. Ils optent en effet pour deux trajectoires d’intégration à la cour différentes. Les Liechtenstein occupent une place dominante à la cour bien avant les Starhemberg. Johann Ier occupe la charge de maître de la cour ducale d’Autriche dès le milieu du xive siècle, prouvant la fidélité de son lignage à la nouvelle dynastie régnante – les Habsbourg ne s’installent en Autriche qu’à la fin du xiiie. Entre 1600 et 1720, la maison princière compte trois grands maîtres de la cour. Son prestige est apparemment tel qu’ils ont accédé à cette charge sans accomplir le cursus honorum classique. Les Starhemberg ne comptabilisent quant à eux qu’un emploi de cour avant 1740 : un grand maréchal, dont le maintien est certes remarquable (1637-1672) alors que la fonction tourne en principe fréquemment. Ils sont en revanche plus présents dans les charges provinciales que les Liechtenstein qui n’en exercent pas, mais sont moins représentés en comparaison d’autres lignages apostoliques qui exercent fréquemment les charges de Statthalter ou de Maréchal de Basse-Autriche. La logique s’inverse à partir du début du xviiie siècle, nous l’avons vu, quand les Starhemberg prennent l’ascendant à la cour et que les Liechtenstein se retirent, mais la fracture entre les deux familles est manifestement plus ancienne.

24Pour construire leur illustration, les deux lignages chassent aussi sur deux terrains matrimoniaux différents. Les Liechtenstein diversifient leurs alliances dès le xvie siècle en enracinant leur ancrage dans le royaume de Bohême par des alliances avec quelques vieilles familles bohêmes et en renforçant leur position dans le Saint-Empire à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle à la faveur d’acquisitions territoriales et surtout de l’élévation princière de 1623. Les Starhemberg, en revanche, campent sur leurs positions autrichiennes et cultivant les alliances bas-autrichiennes et leurs réseaux viennois. La fermeture des alliances bas-autrichiennes à partir des années 1600 en réaction aux vagues d’anoblissement successives des souverains leur profite vraisemblablement et leur permettent de devenir l’une des figures de proue de cette noblesse « ancienne ».

Conclusion

25La mise en graphe gagne ici à jouer sur les échelles de réseaux : le micro des individus organisateurs ; le méso de l’analyse égo-centrée du lignage qui met en exergue le capital relationnel ; le macro de l’analyse structurale de la nébuleuse aristocratique par la confrontation des systèmes relationnels des deux groupes cohésifs mis en lumière, ici les alliances matrimoniales. Dans le cas présent, le passage de l’égo-centrisme au collectif met en évidence des structures a priori invisibles pour les historiens, mais qui conditionnent les interactions de l’individu avec le collectif. Il est évident que le réseau égo-centré présente des limites méthodologiques intrinsèques pour la reconstitution d’un réseau complet. Le croisement de deux sources égo-centrées essaie ici de pallier ces limites, mais il est nécessaire ici de jouer sur les échelles pour confirmer des résultats qui ne pourraient être qu’un effet d’optique.

  • 24 John F. Padgett, « Marriage and elite structure in Renaissance Florence, 1282-1500 », Redes, 2011, (...)

26La mise en graphe permet donc, par le jeu d’échelles, d’affiner l’étude des interrelations aristocratiques. Dans une société aristocratique structurée par une multiplicité de contraintes sociales – hiérarchies, endogamie, reconnaissance mutuelle et réciproque –, la mise en graphe des réseaux permet de mettre en lumière la capacité d’arbitrage entre des appartenances matérialisées par des réseaux concurrents au gré de la conjoncture et des besoins. On perçoit d’une part une tension dans le choix de l’identité de mobilisation, à échelle de l’occurrence étudiée et du système matrimonial. On observe également une altération des choix matrimoniaux à l’échelle micro, les « ennemis » devenant des « amis » par nécessité du paraître. Se retrouve donc ici la plasticité des réseaux selon les conjonctures et l’« intérêt »24. Il s’agit non seulement de reconfigurations progressives des réseaux matrimoniaux, ici tendant vers une fermeture, mais aussi de superposition de réseaux aux utilités diverses, plus ou moins soumises aux contraintes de l’exposition du lignage au sein d’un réseau d’acteurs obligés ou incontournables.

Haut de page

Notes

1 Archives des Affaires Étrangères (Paris), Mémoires et Documents, Autriche, 3, 17b : « Description de la cour de Vienne », s.d., fol. 145.

2 Henry Frederick Schwarz, The Imperial Privy Council in the seventeenth Century, Cambridge, University Press, 1943 ; Jean Bérenger, Finances et absolutisme autrichien dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 1975 ; Stefan Sienell, Die Geheime Konferenz unter Kaiser Leopold I. Personnelle Strukturen und Methoden zur politischen Entscheidungsfindung am Wiener Hof, Frankfurt/Main, Peter Lang, 2001.

3 Je reprends ici le sens donné à « nébuleuses » par Jean Duma, dans Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793). Une nébuleuse aristocratique au xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

4 Wilhelm Roscher, « Die österreichische Nationalökonomik unter Kaiser Leopold I », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, Jena, 1864, n° 2/1, p. 31 : voulant démontrer la réalité d’un État national dès le règne de Léopold Ier, l’auteur faisait de la constitution d’une noblesse « globale » la condition sine qua non de toute unité autrichienne. Selon lui, une noblesse « globale » (Gesamtadel) préexistait indubitablement à la « Nation » autrichienne (österreichische Gesamtnation), consacrant la thèse d’un groupe non seulement homogène, mais de surcroît antérieur à l’idée d’État centralisé.

5 Thomas Winkelbauer, Ständefreiheit und Fürstenmacht Länder, t. 1., Ueberreuter, Wien, p. 183-188 ; Andreas Pečar, Die Ökonomie der Ehre. Der höfische Adel am Kaiserhof Karls VI (1711-1740), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003, en particulier p. 73-92 ; Mark Hengerer, Kaiserhof und Adel in der Mitte des 17. Jahrhunderts. Eine Kommunikationsgeschichte der Macht in der Vormoderne, Konstanz, Universitätsverlag Konstanz, 2004.

6 Je reprends ici les éléments de définition qu’en donne Claire Lemercier dans Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine (RHMC), 2005, n° 52/2, p. 88-112, à savoir que l’appartenance à un réseau est subordonnée à une utilisation active par les sujets des liens tissés et non seulement à un lien passif ; je remercie également Élie Haddad et Mathieu Marraud pour leurs précieux éclairages sur les utilisations problématiques de ce concept dans l’historiographie.

7 Éric Hassler, Une cour sans empereur. Les chambellans de l’empereur dans l’espace résidentiel. Vienne 1683-1740, th. doctorat, Paris I, 2010, ch. VII.

8 Pour une description approfondie du divertissement et de ses origines et une synthèse bibliographique : Éric Hassler, « Construction et reconstruction d’une identité aristocratique. L’exemple des courses de traîneaux des grandes familles de la noblesse à Vienne au début du xviiie siècle », dans Les aristocraties en Europe du Moyen Âge à nos jours, Patrick Werly (dir.), Strasbourg, Presses Universitaires, 2011, p. 203-221.

9 Julius Bernhard von Rohr, Einleitung zur Ceremonial Wissenschaft der Privat-Personen, Berlin, 1728, IV, IX, p. 834-838 ; Johann Christian Lünig, Theatrum Ceremonial Historico-politicum oder Historisch und Politischer Schau-Platz alle Ceremonien, Leipzig, 1720, XXVII, p. 1189-1190, 1202-1203, 1207-1208.

10 Le chapelain de l’ambassade de France à Vienne décrit ainsi la course organisée le 12 janvier 1716 : « Les traîneaux, tous différents, resplendissaient d’or, les chevaux, richement caparaçonnés dont celui du prince Schwarzenberg, d’or et d’argent. Tiré par un cheval, chaque équipage était accompagné de deux écuyers. Les dames, semblablement vêtues, portaient un long manteau écarlate à la mode hongroise. Lorsque le cortège atteignit le Marché Haut, il stoppa, laissant le grand écuyer qui fit trois fois le tour de la place sur laquelle s’étaient assemblés une dizaine de milliers de spectateurs, puis fut suivi des autres traîneaux, qui reprirent leur parcours. », cité dans Ludwig Böck, Die Minoriten Georg König von Solothurn Wiener Reise. Abschrift nach dem in der Kantonsbibliothek zu Solothurn befindlichen Original-Manuskript, 1902, p. 12.

11 Pour une orientation des fonds d’archives : Stefan Seitschek, « Karussel und Schlittenfahrt im Speigel der Zeremonialprotokolle-nicht mehr als höfische Belustigungen », dans Der Wiener Hof im Spiegel der Zeremonialprotokolle (1652-1800). Eine Annäherung, Irmgard Pangerl, Martin Scheutz et Thomas Winkelbauer (dirs.), Wien, Oldenburg, 2007, p. 427

12 Cité dans « Denkschriften des Fürsten Wenzel Kaunitz-Rittberg », Anton Beer (éd.), Archiv für österreichische Geschichte, 1872, n° 48, p. 115.

13 1718 : 6 occurrences ; 1723 : 1 ; 1726 : 5 ; 1729 : 6 ; 1731 et 1740 : 2 occurrences chaque fois.

14 En particulier Johann Hübner, Genealogische Tabelle, nebst deren darzu gehörigen Genealogischen Fragen zur Erlauterung der Politischen Historie, 3 t., Leipzig, Gleditsch Sohn, 1725-1728.

15 Essentiellement l’inscription dans une clientèle liée à la participation à un organe décisionnel ou consultatif politique que l’organisateur préside ou la détention de charges curiales placées sous l’autorité de l’organisateur.

16 Par parenté proche, nous entendons le cercle des parents inscrits dans une proximité d’un (parenté, filiation ou alliance) ou de deux degrés de parenté (ascendance ou descendance au 2e degré ou alliés à un parent au premier degré de l’organisateur). Les autres participants ayant un lien de parenté de plus de deux degrés (essentiellement par alliance) avec l’organisateur sont donc considérés comme des parents éloignés. Ne peuvent être considérés ici les liens de dilection.

17 Éric Hassler, Une cour sans empereur, op. cit., ch. VII ; id., « Les Harrach face à la disgrâce, Les stratégies matrimoniales d’un lignage aristocratique autrichien à la fin du xviie siècle », RHMC, 2014, n° 61-2, p. 176-201.

18 Citons par exemple des familiers du comte Althann, favori de Charles VI mort en 1722, qui continuent à bénéficier de la faveur impériale, le maréchal de Basse-Autriche Harrach, le président de la chambre des comptes Ursini-Rosenberg, le grand maître de la cour Sinzendorf ou le grand maître de la Poste Paar.

19 Pour une synthèse des articulations entre les noblesses impériales : Christophe Duhamelle, « Les noblesses du Saint empire du milieu du xvie au milieu du xviie siècle », RHMC, 1999, n° 46/1, p. 146-170.

20 Liste dans le Libelle Polheim qui distingue les familles les plus illustres, dites « apostoliques » dont participent les Liechtenstein et les Starhemberg, de la noblesse « rodolphine » intégrée avant 1620 et enfin des familles d’agrégation plus récente, de moindre prestige (Franz Carl Wissgrill, Schauplatz des landsässigen nieder-österreichischen Adels, Wien, Seizer, 1794). Toutes les familles invitées par les Starhemberg sont apostoliques ou rodolphines, à l’exception des comtes Paar.

21 Éric Hassler, Une cour sans empereur ?, op. cit., p. 34 et 41.

22 Johann Hübner, Genealogische Tabelle..., op. cit., t. I : princes Liechtenstein, tab. 247-248 ; t. III : comtes Starhemberg, tab. 729-736. Cf. également : Evelin Oberhammer (dir.), « Der ganzen Welt ein Lob und Spegel ». Das Fürstenhaus Liechtenstein in der frühen Neuzeit, Wien, Oldenbourg, 1990 ; Johann Schwerdling, Geschichte des Hauses Stahremberg, Linz, Feichtinger, 1830.

23 Liechtenstein : trois alliances avec les Puchheim, une avec les Losenstein ; Starhemberg : quatre alliances avec les Zelking, deux avec les Scherfenberg, trois avec les Rogendorf, une avec les Rappach et les Zinzendorf. Les Polheim nouent une alliance avec les deux familles au début du xvie siècle, puis quatre exclusives avec les Starhemberg ensuite.

24 John F. Padgett, « Marriage and elite structure in Renaissance Florence, 1282-1500 », Redes, 2011, n° 21, p. 33-41.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Liens parentélaires des participants à la course de traîneaux du prince Liechtenstein, organisée le 23 janvier 1726
Légende Graphe égo-centré construit à partir de l’organisateur. Les participants sont signalés par un cadre, les liens d’ascendance par un trait simple, les liens d’ascendance sur plusieurs générations par un trait discontinu, les mariages par un trait double.
Crédits © Éric Hassler
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Figure 2. Liens parentélaires des participants à la course de traîneaux du comte Starhemberg, organisée le 30 janvier 1726
Légende Graphe égo-centré construit à partir de l’organisateur. Les participants sont signalés par un cadre, les liens d’ascendance par un trait simple, les liens d’ascendance sur plusieurs générations par un trait discontinu, les mariages par un trait double.
Crédits © Éric Hassler
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3265/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Figure 3. Degré de proximité entre les participants à la course de traîneaux du prince Liechtenstein
Légende Graphe simplifié de la fig. 1 ne conservant comme variable que le degré de proximité entre les participants.
Crédits © Éric Hassler
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3265/img-3.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 4. Degré de proximité entre les participants à la course de traîneaux du comte Starhemberg
Légende Graphe simplifié de la fig. 2 ne conservant comme variable que le degré de proximité entre les participants.
Crédits © Éric Hassler
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3265/img-4.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure 5. Interpénétration des réseaux matrimoniaux des Liechtenstein et des Starhemberg (1715-1740)
Légende Graphe égo-centré croisant les réseaux matrimoniaux des deux lignages. Les lignages communs aux deux réseaux sont mis en évidence selon leur importance, les intermédiaires encadrés en pointillés. L’épaisseur des traits matérialise la multiplicité des mariages.
Crédits © Éric Hassler
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3265/img-5.png
Fichier image/png, 135k
Titre Figure 6. Interpénétration des réseaux matrimoniaux des Liechtenstein et des Starhemberg (1685-1715)
Légende Graphe égo-centré croisant les réseaux matrimoniaux des deux lignages. Les lignages communs aux deux réseaux sont mis en évidence selon leur importance, les intermédiaires encadrés en pointillés. L’épaisseur des traits matérialise la multiplicité des mariages.
Crédits © Éric Hassler
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3265/img-6.png
Fichier image/png, 108k
Titre Figure 7. Alliances matrimoniales du noyau aristocratique viennois, 1715-1740
Légende Graphe croisant les réseaux matrimoniaux de dix lignages aristocratiques éminents. Les alliances nouées entre ces dix lignages sont différenciées du reste de leurs réseaux matrimoniaux respectifs, tissés avec des familles de moindre importance. L’épaisseur des traits matérialise la multiplicité des mariages. Ce graphe fait apparaître la fracture entre les deux pôles matrimoniaux, matérialisée par des pointillés.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3265/img-7.png
Fichier image/png, 136k
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3265/img-8.png
Fichier image/png, 9,5k
Titre Figure 8. Alliances matrimoniales du noyau aristocratique viennois, 1685-1715
Légende Graphe croisant les réseaux matrimoniaux de dix lignages aristocratiques éminents. Les alliances nouées entre ces dix lignages sont différenciées du reste de leurs réseaux matrimoniaux respectifs, tissés avec des familles de moindre importance. L’épaisseur des traits matérialise la multiplicité des mariages.
Crédits © Éric Hassler
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3265/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3265/img-10.png
Fichier image/png, 7,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Hassler, « Mettre en lumière des réseaux invisibles pour les historiens : la bipolarisation d’un réseau aristocratique à la cour de Vienne, 1685-1740 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 18 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/3265 ; DOI : 10.4000/framespa.3265

Haut de page

Auteur

Éric Hassler

Éric Hassler est agrégé d’Histoire et docteur en Histoire (Paris I). Il enseigne actuellement au Gymnase Jean Sturm et à l’Université de Strasbourg. Il est chercheur associé à l’IHMC (Paris I-ENS-CNRS).
eric.hassler279@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org