Navigation – Plan du site
Dossier : Analyse historique et réseaux. Réflexion sur la représentation graphique

Maîtres et élèves dans les Vies des sophistes de Philostrate : essai d’approche relationnelle

Teachers and Pupils in Philostratus' Lives of the Sophists: A Relational Approach
Profesores y alumnos en las Vidas de los sofistas de Filóstrato: un intento de análisis relacional
Anthony Andurand

Résumés

Les Vies des sophistes, un recueil de biographies composé dans les années 230 ap. J.-C. par le sophiste grec Philostrate, constituent une source privilégiée pour étudier, dans le contexte de la Seconde Sophistique, les formes et les pratiques de la sociabilité savante durant la période impériale. En abordant la question des relations entre maîtres et élèves, la présente enquête vise à interroger les filiations et les traditions intellectuelles qui structurent le « cercle des sophistes », tel qu’il est mis en scène dans le modèle philostratéen. Dans sa dimension exploratoire, elle se propose de mobiliser les notions et les outils de l’analyse de réseaux pour étudier l’espace relationnel décrit dans la trame narrative de l’œuvre de Philostrate, comme chroniqueur et continuateur de la Seconde Sophistique.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Abrégé infra VS.
  • 2 Sur le parcours de Philostrate : Ewen Bowie, « Philostratus : the Life of a Sophist », dans Philo (...)
  • 3 Glen W. Bowersock, Greek Sophists in the Roman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1969 ; Glen W. Bo (...)
  • 4 Sur cet aspect du phénomène, voir notamment: Graham Anderson, The Second Sophistic: a Cultural Ph (...)
  • 5 Graham Anderson, « The pepaideumenoi in Action: Sophists and their Outlook in the Early Empire », (...)
  • 6 Tim Whitmarsh, « Philostratus », dans Narrators, Narratees, and Narratives in Ancient Greek Liter (...)

1Les Vies des sophistes1, un recueil de biographies composé dans les années 230 par Philostrate (ca. 170-240 ap. J.-C.), constituent une source documentaire privilégiée pour aborder l’histoire de ce que les spécialistes ont pris l’habitude d’appeler, à la suite du sophiste grec, la Seconde Sophistique2. Dans le sillage des travaux de Glen W. Bowersock3, philologues et historiens se sont appliqués à ressaisir, à la lumière du témoignage philostratéen, les implications culturelles, sociales et politiques d’un phénomène longtemps réduit à sa seule dimension rhétorique et littéraire. Depuis plusieurs décennies, les recherches sur l’œuvre de Philostrate ont ainsi contribué à inscrire la Seconde Sophistique, envisagée comme performance et promotion de la culture des élites de la période impériale4, dans l’environnement et les dynamiques de l’Empire romain. Parallèlement, l’enquête sur les codes et les pratiques propres à l’univers de la Seconde Sophistique – abordés, par exemple, en termes de construction des identités culturelles ou de présentation de soi5 –, s’est accompagnée, plus récemment, d’une réflexion sur les procédés et les stratégies à l’œuvre dans la narration et l’écriture biographique philostratéennes6.

2Articulant les deux niveaux d’analyse, Kendra Eshleman a ainsi souligné, dans une monographie publiée en 2012, la place des relations interpersonnelles dans le fonctionnement de la communauté mise en scène dans les Vies, autant que dans la construction et le statut du récit de Philostrate :

  • 7 Kendra Eshleman, The Social World of Intellectuals in the Roman Empire, Cambridge, Cambridge Univ (...)

Relationships among sophists – students and teachers, relatives, allies, friends, rivals – are a constant preoccupation of the work. At stake is not only the position of particular sophists but also the status of their biographer, Philostratus, with whom our understanding of the Second Sophistic is inextricably bound up7.

3Prolongeant cette perspective, la présente contribution, centrée sur le tissu de liens sociaux décrit dans les Vies, vise à interroger les structures et les dynamiques qui façonnent le modèle proposé par Philostrate, comme chroniqueur et héritier de la Seconde Sophistique. Les biographies réunies dans cette œuvre se présentent en effet comme des biographies croisées, faisant intervenir et mettant en relation, à travers les rencontres, les anecdotes ou les épisodes rapportés dans le récit philostratéen, une série de personnages récurrents. L’espace textuel et narratif des Vies peut par conséquent être envisagé comme un espace relationnel, que nous nous proposons d’explorer, à titre d’exercice heuristique, au moyen des notions et des outils développés dans le domaine de l’analyse de réseaux.

2. Présentation du corpus

  • 8 Il n’est pas lieu de revenir ici sur le sens de la notion durant la période impériale, en particu (...)
  • 9 Phil., VS, 484. Philostrate évoque aussi à deux reprises (VS, 479 et 492), pour décrire ces perso (...)
  • 10 Phil., VS, 481.
  • 11 Phil., VS, 481.

4Le recueil rassemble les biographies de 58 sophistes ou orateurs du monde gréco-romain. Sous une même appellation de « sophistes8 » (sophistai), Philostrate réunit en fait, selon le programme esquissé dans le prologue et au début du premier livre, trois catégories de personnages. La première séquence de Vies évoque, pour commencer, ces philosophes (philosophoi) auxquels les Anciens (hoi palaioi), parce qu’ils exposaient leurs théories avec aisance et fluidité, donnaient également le nom de sophistes (sophistas epônomazon)9. Ce parcours commence avec Eudoxe de Cnide, philosophe grec du ive siècle av. J.-C., et s’achève avec Favorinos d’Arles, actif durant la première moitié du iie siècle ap. J.-C. La deuxième série de biographies concerne les représentants de ce que Philostrate appelle l’«  ancienne sophistique10 » (arkhaia sophistikè), autrement dit les sophistes et orateurs grecs des vet ive siècles av. J.-C., de Gorgias à Eschine. Le dernier groupe de Vies – qui est aussi le plus important quantitativement – retrace le parcours de plusieurs représentants de la « nouvelle » ou « seconde11 » sophistique (nea, deutera sophistikè), actifs entre la seconde moitié du ier siècle ap. J.-C. et le début du iiie siècle ap. J.-C. Cette série est inaugurée par la biographie de Nicète de Smyrne et se termine par celle du sophiste Aspasius, originaire de Ravenne.

  • 12 Pour plus de détails sur la forme et le contenu des notices biographiques : Graham Anderson, Phil (...)

5L’analyse portera ici sur un corpus de 43 biographies, incluant l’ensemble des biographies de la troisième série et deux biographies issues de la première, celles de Dion de Pruse (ca. 40-110) et de Favorinos d’Arles (ca. 80-150), tous deux contemporains de la Seconde Sophistique. Les Vies concernées sont d’une longueur très variable – de quelques lignes ou paragraphes seulement à plusieurs dizaines de pages, pour la biographie du rhéteur grec Hérode Atticus (101-177). Si la structure de ces notices biographiques n’obéit pas à un schéma homogène, plusieurs motifs sont repris au fil des Vies12. L’auteur mentionne généralement la cité d’origine et les ascendances familiales du personnage dont il retrace le parcours, ainsi que les maîtres auprès desquels il accomplit une partie de sa formation et les élèves qu’il forma à son tour. La plupart des biographies sont également l’occasion de rappeler le style oratoire du sophiste concerné, la réputation dont il jouissait auprès de ses contemporains, les charges qu’il a exercées ou les honneurs dont il a pu bénéficier. Une part substantielle de la matière des Vies, enfin, consiste en une série de micro-récits liés au parcours et à l’activité de chaque personnage, évoquant sa place dans l’univers des sophistes ou les épisodes au cours desquels il s’est illustré (discours publics, procès, ambassades…).

  • 13 Kendra Eshleman, op. cit., p. 128-129.
  • 14 Aux personnages que nous avons mentionnés, il conviendrait d’ajouter, parmi les acteurs mis en sc (...)

6La confrontation des Vies permet de dégager un tableau d’ensemble relativement cohérent. Les 43 notices retenues font intervenir près de 120 personnages, identifiables au moins par un nom et une qualité, que l’on peut répartir dans deux catégories. La première, qui représente les deux tiers environ des personnages, réunit les hommes de lettres mis en scène dans le récit philostratéen (sophistes, orateurs, grammairiens, philosophes…). Les sophistes, qu’ils fassent ou non l’objet d’une notice biographique, forment l’essentiel de ce premier groupe. Ce ne sont, à vrai dire, que les personnages les plus en vue de la Seconde Sophistique qu’évoque Philostrate : les Vies ne font intervenir qu’une partie – substantielle, certes, mais limitée – des centaines de sophistes, actifs durant les premiers siècles de la période impériale, que la prosopographie et l’épigraphie ont permis de répertorier13. Les magistrats locaux, les représentants de l’administration impériale ou les empereurs, de Domitien à Caracalla, constituent le second groupe. Les relations entre sophistes et empereurs – les noms de Trajan, Hadrien ou Marc Aurèle sont probablement ceux qui reviennent le plus fréquemment –, du reste, apparaissent comme l’un des thèmes de prédilection de l’écriture philostratéenne14.

  • 15 Kendra Eshleman, op. cit., p. 126-127.
  • 16 L’expression est utilisée par Philostrate (VS, 587) à propos d’un élève de Chrestos, dont il ne m (...)
  • 17 L’expression figure à trois reprises dans le récit philostratéen : VS, 514, 608 et 625.

7Comme l’a souligné Kendra Eshleman15, l’image qui se dégage du recueil, centré sur les figures les plus éminentes de la Seconde Sophistique, est celle d’un groupe autonome, auto-régulé, au sein duquel les positions et les statuts sont négociés et validés par le jugement des « pairs ». Le regard que Philostrate porte sur les sophistes de l’époque impériale, par ailleurs, est celui d’un insider : c’est en tant qu’expert et praticien, ayant lui-même embrassé la « carrière de la sophistique16 » (peri tous sophistas dromos), que l’auteur ambitionne de raconter la vie et les exploits de ses prédécesseurs. Les autres personnages mis en scène dans les Vies, dans cette perspective, font pour ainsi dire figure d’outsiders : les cités semblent réduites au rôle de spectatrices, tandis que les empereurs sont décrits tantôt comme des admirateurs des sophistes et de leurs prouesses, tantôt comme les arbitres de leurs rivalités. Les titres et les honneurs attribués à l’un ou l’autre de ces maîtres de l’éloquence semblent liés à un statut négocié à l’intérieur de la sphère sophistique elle-même. On devine par conséquent l’importance que revêtent, dans le modèle philostratéen, les relations qui structurent le « cercle des sophistes17 » (kuklos tôn sophistôn), dans son organisation comme dans son évolution.

  • 18 La succession des Vies laisse ainsi entrevoir toute l’étendue du réseau épistolaire d’un personna (...)
  • 19 Euodianos (VS, 596) et Hermocrate (VS, 609) sont ainsi présentés comme des descendants, respectiv (...)
  • 20 Partie intégrante du métier de sophiste, la querelle (diaphora) est même présentée, dans certains (...)

8L’espace relationnel décrit dans les Vies fait apparaître une pluralité de liens entre ces personnages, inscrits dans une multiplicité de registres. Le paramètre de la durée constitue un premier critère pour identifier et qualifier ces relations. Le texte philostratéen fait ainsi intervenir, au fil des notices biographiques, des formes d’interaction ponctuelle entre deux sophistes – une rencontre ou, plus généralement, tout épisode impliquant un échange –, mais aussi des relations plus pérennes, inscrites dans une certaine durée : c’est le cas, en particulier, des liens de correspondance, fréquemment évoqués dans le récit de Philostrate18, ou des liens de parenté19. Plusieurs passages des Vies, par ailleurs, permettent de préciser la qualité des relations qui unissent deux personnages. S’il est possible d’extraire du recueil des liens de familiarité ou d’affinité, d’estime ou d’admiration, on peut également répertorier une série de relations d’inimitié : la critique, la rivalité, la querelle ou la mésestime se présentent en effet comme des éléments régulateurs de l’univers décrit par Philostrate, régi par une compétition féroce20. Enfin, si l’on envisage les Vies – nous reviendrons sur ce point – comme l’histoire de générations successives de sophistes, deux types de liens peuvent être identifiés : des liens que l’on pourrait qualifier de « synchroniques », unissant deux sophistes appartenant à une même génération, et des liens « diachroniques », inter-générationnels. C’est dans cette seconde catégorie que peuvent s’inscrire les relations entre maîtres et élèves.

  • 21 Phil., VS, 616.

9Le recueil dessine donc un réseau multiplexe de relations, qu’il semble difficile d’embrasser dans une même démarche. Il importe donc, si l’on s’applique à réunir les données disséminées dans la succession des notices biographiques, d’opérer un travail de formalisation capable de produire de l’intelligibilité, sans sacrifier la richesse et la finesse de l’information contenue dans l’analyse philostratéenne. Nous nous proposons de centrer l’enquête sur les relations entre maîtres et élèves, afin de dégager, au moyen des outils de l’analyse de réseaux, les traditions intellectuelles que tisse, dans le modèle élaboré par Philostrate, le récit des trajectoires individuelles. Le microcosme philostratéen, de ce point de vue, apparaît certes comme un univers fermé et fortement concurrentiel : il se présente, pour ainsi dire, comme une arène, une scène – la sociologie bourdieusienne parlerait de « champ » –, sur laquelle les ambitions personnelles et la maîtrise du capital symbolique que représentent la rhétorique et la paideia définissent les stratégies et les statuts. Le métier (tekhnè) de sophiste, comme le fait dire Philostrate au Thessalien Hippodromos21, est un métier dont l’exercice réclame égoïsme (philautia) et vantardise (alazoneia). Sans négliger cet aspect du témoignage philostratéen, l’approche relationnelle que nous souhaitons mettre en œuvre s’appuie sur l’hypothèse que le monde mis en scène dans les Vies, régi par la compétition, les ambitions et les rivalités personnelles, est également structuré par des filiations et des fidélités qui définissent, dans la diachronie, des traditions intellectuelles.

3. Les relations entre maîtres et élèves dans le récit philostratéen : réseaux et graphes

  • 22 Songeons, par exemple, à l’évocation du fameux Clepsydrion (VS, 585-586), ce cénacle où se réunis (...)
  • 23 Phil., VS, 620.

10Les relations entre maîtres et élèves apparaissent comme l’une des composantes structurantes de l’univers décrit par Philostrate. Nombre de récits ou de descriptions réunis dans les Vies22 sont en effet susceptibles de renseigner l’historien sur l’organisation et le contenu des pratiques pédagogiques sur lesquelles s’appuie la transmission des codes, des savoir-faire et des manières d’être qui caractérisent, durant la période impériale, l’exercice du métier de sophiste. Dans l’écriture philostratéenne, en outre, le « pedigree » intellectuel de chaque sophiste est envisagé comme une donnée constitutive de l’identité individuelle et comme l’indice de la valeur personnelle. La mention des maîtres fréquentés figure dans l’immense majorité des notices biographiques : seuls les personnages jugés indignes de la communauté des sophistes, suggère Philostrate au moment d’évoquer le souvenir d’un certain Varus de Laodicée23, n’ont pas besoin de voir le nom de leurs maîtres ou de leurs élèves rappelé.

11La construction du réseau des relations entre maîtres et élèves, tel qu’il s’inscrit dans la trame textuelle du corpus, s’effectue en plusieurs étapes. La première consiste à associer, à partir du témoignage de Philostrate, chaque maître au(x) élève(s) qu’il a formé(s). Le résultat de ce travail peut être représenté sous la forme d’un graphe.

Figure 1

Figure 1

Maîtres et élèves dans les Vies de Philostrate

© Anthony Andurand

  • 24 La plupart des relations de ce type sont exprimées, dans le texte grec, au moyen des substantifs (...)

12Les sommets, sur ce premier graphe, correspondent aux 43 sophistes identifiés précédemment. Les personnages ne faisant pas l’objet d’une notice biographique dans les Vies n’ont pas été pris en compte. Les relations entre maîtres et élèves, non-réciproques et asymétriques, sont représentées par un arc, orienté du maître vers son ou ses élève(s)24. Les liens qui ne sont pas explicitement formulés dans le texte ou sont présentés comme douteux par Philostrate n’ont pas été retenus. Aucune donnée extérieure au témoignage philostratéen, par ailleurs, n’a été intégrée dans le réseau.

  • 25 Il s’agit des sophistes Varus de Pergé, Hermogène, Hermocrate, Varus de Laodicée et Héliodore.

13À l’exception de cinq personnages25, pour lesquels l’information n’est pas mentionnée, l’ensemble des sophistes dont Philostrate propose une notice biographique s’insèrent dans une ou plusieurs relation(s) de maître à disciple. Le réseau ainsi élaboré demeure assez peu dense (50 arcs au total, pour une densité de 2,7 %) : il décrit des relations qu’on pourrait qualifier de choisies ou d’électives.

14Ce premier graphe orienté, dont les sommets sont disposés de manière à limiter le croisement des arcs, présente toutefois deux inconvénients : il s’avère peu lisible et ne permet pas de restituer la nature « diachronique » du réseau, dont les protagonistes, de Nicète à Antipater, sont actifs sur près d’un siècle et demi. Un autre mode de visualisation peut donc être mis au point.

  • 26 Kendra Eshleman propose également (op. cit., p. 130), à titre illustratif et sur la base des obse (...)

15Une possibilité serait de disposer les sommets du graphe selon l’ordre chronologique, en retenant par exemple, en ordonnée d’un repère, la date de naissance des sophistes auxquels ils correspondent. Sur ce point, toutefois, l’information dont dispose l’historien s’avère hétérogène et parfois imprécise. Une autre solution consiste à envisager le réseau comme une succession de générations. La notion de « génération » n’est pas entendue ici au sens chronologique ou sociologique : elle a seulement vocation à exprimer l’idée de succession et de transmission qu’implique la relation entre maître et élève. La seule hypothèse que vérifie cette nouvelle configuration est que si A est désigné dans le texte comme le maître de B, alors il appartient à une génération antérieure (de degré 1 au moins) à celle de B. Le produit de cette opération est figuré par un deuxième graphe, qui décrit, sur le modèle d’un arbre généalogique26, un réseau de 8 générations de sophistes.

Figure 2

Figure 2

Maîtres et élèves dans les Vies de Philostrate (générations)

© Anthony Andurand

16Malgré ce qu’il peut comporter d’arbitraire, ce nouveau mode de visualisation, plus lisible que le premier, semble globalement cohérent avec les données de la chronologie et l’agencement du récit philostratéen. Il rend également plus manifeste le caractère « acyclique » du réseau, à savoir qu’aucune relation ne saurait « remonter le temps » et qu’un sophiste ne saurait être le maître d’un sophiste d’une génération antérieure. Précisons enfin que les 5 personnages dont les maîtres ou les élèves ne sont pas mentionnés ont été placés dans la génération à laquelle le texte philostratéen semble autoriser à les rattacher.

  • 27 La méthode a notamment été développée, à la fin des années 1980, par Norman P. Hummon, Patrick Do (...)
  • 28 Dans le logiciel Pajek, cette méthode est accessible via la commande Citation Weights > Search Pa (...)

17La dernière étape consiste à déterminer les personnages et les relations clés de ce réseau, afin d’identifier, sur la base des liens entre maîtres et élèves, les traditions intellectuelles à partir desquelles s’organise le modèle philostratéen. Pour ce faire, nous avons choisi de mobiliser une méthode issue des études de scientométrie, connue sous le nom d’ « analyse par chemins principaux » (main path analysis)27. Cette méthode est notamment utilisée pour appréhender, à partir des publications scientifiques et des réseaux de citations qu’elles décrivent, l’évolution dans le temps d’une communauté académique, d’un domaine ou d’une thématique de recherche. Appliquée à un réseau de citations – que l’on peut se représenter comme un ensemble de canaux transportant de l’information scientifique –, elle permet de mesurer l’importance d’une publication ou d’une citation particulière dans la mise en relation des différentes chaînes de transmission et la constitution d’écoles ou de traditions. Pour ce faire, la procédure28 comptabilise en premier lieu, dans un réseau acyclique, tous les chemins reliant un « sommet-source » (source vertex) à un « sommet-destination » (sink vertex). On appelle sommet-source un sommet dont le demi-degré intérieur est égal à 0 et sommet-destination, un sommet dont le demi-degré extérieur est égal à 0. Dans un réseau de citations dont les arcs sont orientés de la publication citée vers la publication « citante », les sommets-sources correspondent aux publications qui ne citent aucune autre publication, les sommets-destinations, aux publications qui ne sont citées par aucune autre. L’algorithme, dans un deuxième temps, comptabilise le nombre de chemins reliant un sommet-source à un sommet-destination sur lesquels se trouvent chaque arc et chaque sommet du réseau. Le rapport entre les deux mesures détermine le « poids de traversée » (traversal weight) de chaque arc et de chaque sommet. Pour terminer, la procédure détecte également les « chemins principaux » (main paths) du réseau, c’est-à-dire les chemins reliant un sommet-source à un sommet-destination formés par les arcs dont le poids de traversée est le plus élevé.

18Explorons maintenant le réseau philostratéen au moyen de l’analyse par chemins principaux. On remarquera (fig. 2) que le réseau contient plusieurs sommets-sources : Dion, Isée, Nicète et Secundos forment chacun le point de départ d’une succession de maîtres et de disciples. Les sommets-destinations sont plus nombreux. Les sophistes Marcos, Phœnix ou Aspasius, pour ne mentionner que quelques cas, ne sont associés à aucun élève. Calculons ensuite, à partir de la méthode décrite plus haut, le poids des arcs et des sommets, que nous pouvons reporter dans un nouveau graphe.

Figure 3

Figure 3

Maîtres et élèves dans les Vies de Philostrate (poids de traversée et chemins principaux)

© Anthony Andurand

  • 29 Un exemple peut ici éclairer le sens des valeurs indiquées sur le graphe (fig. 3). L’analyse par (...)

19La surface des sommets et l’épaisseur des arcs sont proportionnelles aux scores obtenus. Le poids de traversée des sommets et des arcs principaux est indiqué entre crochets (les valeurs sont comprises entre 0 et 1). Le graphe fait également apparaître, en rouge, les chemins principaux, détectés automatiquement par la procédure29.

4. Résultats et mise en perspective

20Quels enseignements retirer de cette tentative de formalisation des Vies des sophistes ? L’approche mise en œuvre – insistons une nouvelle fois sur ce point – vise à analyser non les « réseaux » de la Seconde Sophistique, mais la manière dont ils sont mis en scène et s’inscrivent dans la trame textuelle de l’œuvre philostratéenne. Ce corpus, nous l’avons dit, n’éclaire qu’une partie limitée du phénomène. L’analyse, de surcroît, demeure entièrement tributaire des choix d’énonciation de l’auteur des Vies : c’est à travers la narration et le regard de Philostrate que l’historien accède à une histoire partielle et personnelle de la Seconde Sophistique. Comme toute modélisation, par ailleurs, les graphes produits s’appuient sur les choix effectués à chaque étape de la démarche, depuis la formalisation des données jusqu’au moment de la visualisation. Les relations entre maîtres et élèves apparaissent certes comme une entrée privilégiée pour aborder le microcosme philostratéen. D’autres éclairages, cependant – songeons par exemple aux liens entre sophistes et empereurs, ainsi qu’aux dynamiques géographiques que dessinent l’activité des sophistes et leurs relations avec les cités de l’Empire romain –, se prêteraient également à une approche relationnelle. L’effort de modélisation et le recours aux méthodes de l’analyse de réseaux, enfin, ne sauraient valoir comme interprétation et sont ici envisagés comme un outil heuristique, au service de l’exploration d’un corpus et de l’allongement du questionnaire. La formalisation des données, la mise au point de graphes et les structures qu’ils permettent d’interroger, de ce point de vue, sont indissociables d’un travail herméneutique sur l’œuvre philostratéenne, attentif aux stratégies d’écriture, aux catégories et aux contextes qu’elle mobilise.

  • 30 Phil., VS, 490-491.

21Dans cette perspective, le dernier graphe (fig. 3) permet d’entrevoir les filiations qui façonnent l’univers philostratéen de la Seconde Sophistique. Les premières générations de sophistes évoquées dans les Vies semblent ainsi s’ordonner à partir de trois traditions intellectuelles. La première, issue du sophiste Isée, se sépare à la deuxième génération en deux branches, passant l’une par Lollianos, l’autre par Dionysos. Le sophiste Théodotos se présente, à la cinquième génération, comme le dernier représentant de cette « école », qui semble se développer de façon autonome et ne s’intègre que marginalement dans le réseau de relations configuré par le texte philostratéen. Le sophiste Nicète est à l’origine d’une deuxième tradition reliant Scopélien, Polémon et Hérode. La troisième et dernière tradition, issue de Dion de Pruse, parvient elle aussi, par l’intermédiaire de Polémon et de Favorinos – la rivalité entre les deux personnages occupe une place de choix dans le récit de Philostrate30 –, jusqu’à Hérode Atticus.

  • 31 On retrouve là une partie des observations déjà formulées par Graham Anderson, à la suite de Frie (...)
  • 32 Le premier, selon Philostrate (VS, 590-591), « reçut d’Hérode la meilleure éducation parmi les Gr (...)

22Hérode, du reste, apparaît comme la figure principale de ce tableau31, comme le centre où semblent converger toutes les lignes (le sommet auquel il correspond présente un poids de traversée de 0.94). Héritier d’une double tradition, émanant de Dion et de Nicète, il est lui-même à l’origine, par l’intermédiaire de ses disciples, de plusieurs « écoles » de sophistes, initiées, aux cinquième et sixième générations, par Pausanias, Aristoclès, et surtout Chrestos et Adrien, brillants continuateurs du maître32. Formés à l’école d’Hérode, ces personnages ont eux-mêmes plusieurs élèves en commun.

  • 33 Phil., VS, 602.
  • 34 Sur cette question, souvent reprise par les spécialistes, on pourra consulter : Ewen Bowie, art.  (...)
  • 35 Phil., VS, 586 et 598.
  • 36 Phil., VS, 598.

23Quelle position, enfin, Philostrate lui-même occupe-t-il dans cette succession de maîtres et d’élèves ? L’auteur des Vies s’avère plutôt allusif sur ce point. Seul Proclus de Naucratis, lui-même un ancien élève d’Adrien de Tyr, est explicitement désigné, dans l’ensemble du recueil, comme l’un des maîtres (didaskaloi) de Philostrate33, dont il fréquenta l’école à Athènes. Certains indices contenus dans les Vies indiquent néanmoins une certaine familiarité de l’auteur avec les sophistes Hippodromos, Damianos et Antipater, relevant peut-être d’une relation, plus ou moins formelle, de maître à élève34. C’est donc, pour une part, la vie de ses maîtres, et des maîtres de ses maîtres que raconte Philostrate. Par la formation qu’il a reçue – au moins par l’intermédiaire de Proclus –, il se rattache aux chemins principaux du réseau décrit dans les Vies, à la tradition intellectuelle qui fait se succéder les noms illustres de Nicète, Scopélien, Polémon, Hérode Atticus et Adrien. Sa position de « tard-venu », dans cette perspective, n’est pas celle d’un épigone, mais d’un héritier privilégié, au croisement de plusieurs traditions qui remontent toutes à la figure prestigieuse d’Hérode Atticus, le « prince de l’éloquence35 » (basileus tôn logôn), la « langue des Grecs36 » (Hellènôn glôtta).

5. Conclusion

24Ce sont, précisément, les traditions intellectuelles qui parcourent le récit de Philostrate que ce travail, en utilisant les outils de l’analyse de réseaux, s’est appliqué à mettre en lumière. L’historien ne saurait pour autant envisager ce témoignage comme la chronique fidèle, la restitution directe et transparente des réseaux et des filiations qui structurent le phénomène de la Seconde Sophistique, dans leur configuration historique effective. La compréhension du modèle philostratéen, comme représentation discursive du « cercle des sophistes », ne peut faire l’économie d’une réflexion plus générale sur les codes, les ressources et les stratégies que mobilise, dans les sources littéraires de la période impériale, l’écriture des traditions intellectuelles et de l’histoire des communautés savantes.

25Dans le cas particulier des Vies des sophistes, cependant, l’approche relationnelle, complémentaire d’autres éclairages, permet de privilégier une approche globale du texte philostratéen – abordé non comme un recueil d’informations ou de données factuelles, mais comme une œuvre à part entière –, fondée sur une lecture croisée des notices biographiques, attentive non seulement au parcours singulier des personnages qu’elles évoquent, mais aussi aux configurations relationnelles que façonnent les interactions et les modes de sociabilité. L’un des avantages de l’analyse de réseaux, dans cette perspective, est d’offrir un répertoire de notions et d’outils pour explorer et décrire avec précision cette « géométrie » des relations sociales, dans la pluralité des formes et des registres auxquels elle fait appel. La portée des méthodes quantitatives que nous avons utilisées à partir d’un échantillon limité et à titre exploratoire ne doit pas être surestimée. Celles-ci peuvent toutefois constituer un outil pertinent pour repérer et cartographier, à partir de corpus ou de réseaux plus étendus, les circuits, les autorités ou les relais sur lesquels s’appuient la circulation et la transmission de savoirs, de références, de modèles. La présente contribution, à ce titre, peut être envisagée comme une invitation à prolonger la réflexion sur les enjeux méthodologiques, les possibilités et les contraintes liées à l’utilisation de l’analyse de réseaux dans le domaine particulier de l’histoire ancienne et de l’étude de corpus littéraires.

Haut de page

Notes

1 Abrégé infra VS.

2 Sur le parcours de Philostrate : Ewen Bowie, « Philostratus : the Life of a Sophist », dans Philostratus, Ewen Bowie, Jaś Elsner (dirs.), Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 19-32.

3 Glen W. Bowersock, Greek Sophists in the Roman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1969 ; Glen W. Bowersock (dir.), Approaches to the Second Sophistic, Pennsylvania State University, 1974.

4 Sur cet aspect du phénomène, voir notamment: Graham Anderson, The Second Sophistic: a Cultural Phenomenon in the Roman Empire, Londres, New-York, Routledge, 1993 ; Thomas Schmitz, Bildung und Macht: Zur sozialen und politischen Funktion der zweiten Sophistik in der griechischen Welt der Kaiserzeit, Munich, C. H. Beck, 1997.

5 Graham Anderson, « The pepaideumenoi in Action: Sophists and their Outlook in the Early Empire », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 33.1, Berlin, W. de Gruyter, 1989, p. 79-208 ; Maud Gleason, Making Men: Sophists and Self-Presentation in Ancient Rome, Princeton, Princeton University Press, 1995 ; Tim Whitmarsh, The Second Sophistic, Oxford, Oxford University Press, 2005 (voir notamment p. 23-40).

6 Tim Whitmarsh, « Philostratus », dans Narrators, Narratees, and Narratives in Ancient Greek Literature, Irene de Jong, René Nünlist, Angus Bowie (dirs.), Leiden, Boston, Brill, 2004, p. 423-439 (voir notamment p. 435-439) ; Thomas Schmitz, « Narrator and Audience in Philostratus’ Lives of the Sophists », dans Philostratus, op. cit., p. 49-68.

7 Kendra Eshleman, The Social World of Intellectuals in the Roman Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 125 (le chapitre consacré à Philostrate reprend un article publié précédemment : « Defining the Circle of Sophists: Philostratus and the Construction of the Second Sophistic », Classical Philology, 2008, 103, 4, p. 395-413).

8 Il n’est pas lieu de revenir ici sur le sens de la notion durant la période impériale, en particulier dans ses rapports avec celle d’«  orateur » (rhètôr). Nous renvoyons sur ce point à la précieuse mise au point qu’a proposée Bernadette Puech dans son étude Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d’époque impériale, Paris, Vrin, 2002, p. 10-15.

9 Phil., VS, 484. Philostrate évoque aussi à deux reprises (VS, 479 et 492), pour décrire ces personnages, « ceux qui philosophaient, mais qui avaient réputation de sophistes » (hoi philosophèsantes en doxè tou sophisteusai).

10 Phil., VS, 481.

11 Phil., VS, 481.

12 Pour plus de détails sur la forme et le contenu des notices biographiques : Graham Anderson, Philostratus. Biography and Belles Lettres in the Third Century A.D., Londres, Croom Helm, 1986, p. 23-41.

13 Kendra Eshleman, op. cit., p. 128-129.

14 Aux personnages que nous avons mentionnés, il conviendrait d’ajouter, parmi les acteurs mis en scène dans les Vies, le groupe formé par les cités. Celles-ci interviennent, dans la majorité des cas, comme des acteurs collectifs – les Athéniens, les Milésiens, etc. –, à l’occasion d’ambassades ou de procès, mais aussi en tant que témoins des performances oratoires des sophistes. Quelques citoyens particuliers sont mentionnés, la plupart du temps de manière anonyme.

15 Kendra Eshleman, op. cit., p. 126-127.

16 L’expression est utilisée par Philostrate (VS, 587) à propos d’un élève de Chrestos, dont il ne mentionne pas le nom.

17 L’expression figure à trois reprises dans le récit philostratéen : VS, 514, 608 et 625.

18 La succession des Vies laisse ainsi entrevoir toute l’étendue du réseau épistolaire d’un personnage comme Hérode Atticus, qui, d’après le témoignage de Philostrate, compte parmi ses correspondants non seulement des sophistes comme Polémon (VS, 543), Alexandre (VS, 571) ou Philagros (VS, 579), mais aussi des représentants du pouvoir impérial (VS, 537, 552, 563) et jusqu’à l’empereur Marc Aurèle lui-même (VS, 562).

19 Euodianos (VS, 596) et Hermocrate (VS, 609) sont ainsi présentés comme des descendants, respectivement, de Nicète et de Polémon, les sophistes Philiscos et Hippodromos, comme des parents éloignés (VS, 621).

20 Partie intégrante du métier de sophiste, la querelle (diaphora) est même présentée, dans certains passages des Vies, comme une donnée constitutive de l’identité de ceux qui le pratiquent. Philostrate note ainsi (VS, 491) que le seul fait de s’être querellé avec un sophiste – Polémon en l’occurrence – valut à Favorinos le nom de sophiste auprès d’une partie de ses contemporains.

21 Phil., VS, 616.

22 Songeons, par exemple, à l’évocation du fameux Clepsydrion (VS, 585-586), ce cénacle où se réunissaient à Athènes les disciples les plus méritants d’Hérode Atticus, ou de la bibliothèque personnelle de Proclus de Naucratis (VS, 604), ouverte aux élèves qui fréquentaient son école.

23 Phil., VS, 620.

24 La plupart des relations de ce type sont exprimées, dans le texte grec, au moyen des substantifs didaskalos, « maître », et akroatès, « auditeur », « élève » (ou du verbe correspondant : akroasthai, « être auditeur », « écouter », « entendre » les leçons d’un maître). Également utilisés, les verbes paideuein, « éduquer », « former », et phoitein, « fréquenter » une école ou un maître, apparaissent plus rarement dans le texte.

25 Il s’agit des sophistes Varus de Pergé, Hermogène, Hermocrate, Varus de Laodicée et Héliodore.

26 Kendra Eshleman propose également (op. cit., p. 130), à titre illustratif et sur la base des observations formulées précédemment par Graham Anderson (Philostratus, op. cit., p. 82-84) une représentation de ce type, sans toutefois expliciter les critères et les choix qui ont présidé à sa conception.

27 La méthode a notamment été développée, à la fin des années 1980, par Norman P. Hummon, Patrick Doreian, « Connectivity in a Citation Network: the Development of DNA Theory », Social Networks, 1989, 11, p. 39-63.

28 Dans le logiciel Pajek, cette méthode est accessible via la commande Citation Weights > Search Path Count. La méthode est décrite dans le détail dans le manuel de Wouter de Nooy, Andrej Mrvar, Vladimir Batagelj, Exploratory Social Network Analysis with Pajek, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 242-250.

29 Un exemple peut ici éclairer le sens des valeurs indiquées sur le graphe (fig. 3). L’analyse par chemins principaux attribue au sommet associé au sophiste Polémon un poids de traversée de 0.39. Cela signifie que 39 % des chemins du réseau reliant un sommet-source à un sommet-destination passent par le sommet en question.

30 Phil., VS, 490-491.

31 On retrouve là une partie des observations déjà formulées par Graham Anderson, à la suite de Friedrich Solmsen et de Glen Bowersock : « Links with Herodes determine the shape of many other Lives […]. The import of all this is simple: we are not dealing with a “Second Sophistic” as such: but with little more than “Herodes and his circle” – teachers, pupils, friends and enemies, in so far as they affect Philostratus’interests directly; there are only a few stray meteors passing through this galaxy of fixed stars. We might also redefine a Philostratean sophist as a “virtuoso rhetor with a demonstrable connection with Herodes” » (Philostratus, op. cit., p. 82-83).

32 Le premier, selon Philostrate (VS, 590-591), « reçut d’Hérode la meilleure éducation parmi les Grecs » (arista Hellènôn hupo Hèrôdou epaideuthè) et forma à son tour, à Athènes, « nombre d’hommes remarquables » (pollous epaideuse kai thaumasious andras). Membre du fameux Clepsydrion (VS, 585), Adrien de Tyr, quant à lui, prononce à la mort d’Hérode une oraison funèbre digne du maître (VS, 586). Philostrate raconte également (VS, 587) le succès que le sophiste, nommé à la chaire impériale de rhétorique, rencontre à Athènes, où il est accompagné, après chacune de ses récitations, par un « cortège de Grecs venus de tous lieux » (pompè tou pantakhothen Hellènikou).

33 Phil., VS, 602.

34 Sur cette question, souvent reprise par les spécialistes, on pourra consulter : Ewen Bowie, art. cit., p. 24 ; Thomas Schmitz, art. cit., p. 55-56 ; Kendra Eshleman, op. cit., p. 131.

35 Phil., VS, 586 et 598.

36 Phil., VS, 598.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Maîtres et élèves dans les Vies de Philostrate
Crédits © Anthony Andurand
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 2
Légende Maîtres et élèves dans les Vies de Philostrate (générations)
Crédits © Anthony Andurand
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 3
Légende Maîtres et élèves dans les Vies de Philostrate (poids de traversée et chemins principaux)
Crédits © Anthony Andurand
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 741k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Andurand, « Maîtres et élèves dans les Vies des sophistes de Philostrate : essai d’approche relationnelle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 18 | 2015, mis en ligne le 26 juin 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/3248 ; DOI : 10.4000/framespa.3248

Haut de page

Auteur

Anthony Andurand

Assistant de recherche à l’Université Toulouse II-Jean Jaurès et appartient au laboratoire PLH-ERASME / LabEx SMS.
anthonyandurand@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org