Navigation – Plan du site
Dossier : Analyse historique et réseaux. Réflexion sur la représentation graphique

Les outils de représentation graphique de l’espace relationnel face au secret : le cas des conspirateurs du 19 août 1820

Social Network Analysis Visualization Tools Facing Secret: The Case of the Conspirators of August 19, 1820
Herramientas para la representación gráfica del espacio relacional frente al secreto: el caso de los conspiradores del 19 de agosto de 1820
Vivien Faraut

Résumés

Souvent délaissé par les historiens travaillant sur les adversaires des Bourbons restaurés, le complot du 19 août 1820 est pourtant un moment fondateur pour l’opposition armée. En effet, l’ampleur des effectifs mobilisés et du plan mis sur pied par les anciens soldats de la Grande Armée sont sans commune mesure dans ces premières années de la Restauration. Ses répercussions dépassent la seule sphère politique car la Chambre des Pairs se constitue en Cour de justice. Ce complot et ses conséquences sont abordés par les outils de visualisation des espaces relationnels. Il est question d’analyser comment s’organisent les différents protagonistes et suivant quelle chronologie. Mais ces outils sont également l’occasion de s’intéresser à la perception que se font les autorités de ces participants au complot et de comprendre sur quels critères se construit l’acte d’accusation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir, par exemple, Christian Schneider, Les complots politiques sous la Terreur blanche (1815-181 (...)

1Face au retour définitif des Bourbons à partir de juin 1815, les soldats de la désormais ancienne Grande Armée vont être à l’origine, pendant les premières années de la Restauration, de nombreuses et infructueuses tentatives de renversement de Louis XVIII1. Parmi ces dernières, la plus importante par les buts et les effectifs engagés reste, sans conteste, celle du 19 août 1820, connue également sous le titre de complot du Bazar français.

  • 2 Parmi ces derniers, citons, pour exemple, Pierre-Arnaud Lambert, La charbonnerie française : 1821 (...)
  • 3 L’ensemble des pièces relatives au procès se trouve aux Archives Nationales, CC (Chambre des pair (...)
  • 4 Archives Nationales (Arch. Nat. par la suite), CC, 515, acte d’accusation des 34 prévenus par l’a (...)

2Parent pauvre d’une historiographie libérale qui a fait la part belle aux complots de la Charbonnerie française, celui du 19 août est pourtant un moment fondateur pour l’opposition armée à la monarchie des Bourbons restaurés. Pourtant, aucune étude historique n’a été consacrée entièrement à ce dernier, bien qu’il soit régulièrement cité dans tous les travaux traitant des formes d’opposition à la Restauration2. Alors que les langues se délient ponctuellement à partir de la chute de Charles X, les acteurs, les préparatifs et le procès du complot ouvrent une fenêtre pour qui veut analyser cette affaire par le biais des outils de visualisation des réseaux relationnels. En effet, l’important volume du dossier consacré au procès des conspirateurs du 19 août3, qui débute l’année suivante, témoigne de la gravité de la situation et représente autant de sources permettant une représentation de réseaux relationnels discrets à l’œuvre. L’acte d’accusation4 produit par l’avocat général Peyronnet constitue la porte d’entrée idéale pour comprendre à la fois l’organisation du complot et la perception qu’en ont les autorités au sortir de plusieurs mois d’enquête. La visualisation de données permet une relecture de ce complot, afin d’insérer les individus au cœur d’une réflexion sur les intérêts et limites d’une pareille approche, dès lors que l’on se heurte au secret. Dans un premier temps, les éléments du contexte politico-social de la France de 1820, le déroulement du complot et les investigations seront abordés. Par la suite, l’espace relationnel et les représentations que les autorités se font des conspirateurs feront l’objet d’un développement particulier. Enfin, les temps de préparation du complot seront scrutés par le biais de l’engagement quotidien des individus.

I. Présentation générale du complot du 19 août 1820

  • 5 Le 3 juin 1820, un étudiant en médecine de Paris, Nicolas Lallemand, est assassiné par un garde r (...)
  • 6 Achille de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations, Paris, Perrotin, 1860, vol. 5, p. 183.

3À la charnière des années 1819-1820, la France politique, après avoir connu un épisode libéral, voit son centre névralgique glisser progressivement vers la droite. L’assassinat du duc de Berry, le 13 février 1820 par l’ouvrier Louvel en est l’élément déclencheur. Il ne fait aucun doute pour la droite ultraroyaliste qu’il s’agit d’une action des conspirateurs libéraux ; la politique menée en réaction à cet événement est des plus liberticides. Deux temps jalonnent cela : le premier est marqué par le vote des lois d’exceptions (l’une concernant les libertés individuelles, l’autre celle de la presse), le second est caractérisé par un changement de loi électorale dont la conséquence immédiate est le renforcement du poids des plus imposés, favorables aux idées contre-révolutionnaires. À l’occasion de cette dernière loi, l’ambiance devient pesante aux abords de la Chambre des députés, la population libérale de Paris, étudiants en tête, n’hésite pas à venir soutenir les députés opposés à cette loi, à leur sortie de l’hémicycle ; cela entraîne de fréquents heurts avec les autorités5. À ce moment germe, selon Achille de Vaulabelle, l’idée d’une conspiration visant à renverser les Bourbons6.

  • 7 Pierre-Arnaud Lambert, La charbonnerie française  : 1821 - 1823  : du secret en politique, op. c (...)
  • 8 Achille de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations, op. cit., p. 183.
  • 9 Cette société secrète est fondée par Rey à Grenoble aux alentours de 1816 pour ensuite se propage (...)
  • 10 François Isambert, De la Charbonnerie au Saint-Simonisme, étude sur la jeunesse de Buchez, Pari (...)
  • 11 Jean-Jacques Goblot, « Un mystérieux rédacteur du Globe  : Marcelin Desloges », Revue d’histoire (...)
  • 12 Pierre-Arnaud Lambert, La charbonnerie française  : 1821 - 1823  : du secret en politique, op. c (...)

4Entre les mois de juin et août 1820, d’anciens militaires de la Grande Armée réunis dans le magasin Le Bazar français vont échafauder un plan7. Le magasin du 11 rue Cadet à Paris « [a] pour administrateurs M. [Jean-Joseph] Mallent et le colonel à demi-solde Sauset ; pour employés, des officiers de l’ancienne armée »8. L’établissement devient très rapidement le centre névralgique du complot. Sans que l’on connaisse la temporalité exacte, les conspirateurs vont s’ouvrir à d’autres groupes enclins à s’opposer aux frères de Louis XVI. Ainsi, un individu joue un rôle important : Joseph Rey. Ce dernier, fondateur de la société secrète de l’Union9, est un habitué du Bazar10. Il met en relation la composante militaire avec les notabilités libérales, ces derniers se trouvant être l’avant-garde libérale présente dans l’hémicycle : les marquis de Lafayette et Voyer d’Argenson, l’avocat Jacques Manuel ou encore le député lyonnais Claude Tircuy de Corcelle. Enfin, un troisième groupe rejoint les conspirateurs : celui de la jeunesse libérale parisienne. Son entrée dans la conspiration semble s’être faite par l’entremise du philosophe Victor Cousin, proche de Joseph Rey et membre de l’Union de Paris11. Cette jeunesse est alors issue de la loge maçonnique des Amis de la Vérité. Les étudiants qui participent au complot sont réunis au sein de la Compagnie Franche des Écoles, sorte d’organisation paramilitaire12.

5Le plan échafaudé par la composante militaire des conspirateurs emprunte quelques éléments à ceux des royaumes d’Espagne et des Deux Sicile. Ces deux pays ont, dès le début de l’année, renversé le pouvoir bourbonien en place, pour y substituer une constitution libérale. Pour les conjurés, il s’agit de déclencher des soulèvements de garnisons militaires simultanément en France. Dans le Bassin parisien, les légions présentes se dirigeraient vers le château de Vincennes où se trouvent armes et munitions. Elles fondraient ensuite sur la Capitale et en contrôleraient les points stratégiques rendant par-là même impossible toute réaction du pouvoir en place. C’est à partir de cette étape que le projet devient plus flou puisqu’aucune solution institutionnelle ne semble être unanimement acceptée par les participants. Les uns voient le duc de Reichstadt – futur Napoléon II sur le trône, alors que les autres sont partisans de la solution orléaniste. Certains imaginent même le marquis de Lafayette à la tête d’un gouvernement provisoire pouvant permettre à la France de renouer avec la République.

  • 13 Achille de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations, op. cit., p. 191.
  • 14 Alan B. Spitzer, Old hatred and young hopes: the French carbonari against the Bourbon restoration(...)
  • 15 Ibid., p. 40.
  • 16 Achille de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations, op. cit., p. 192.
  • 17 Ibid.
  • 18 Sur les questions de juridictions et sur le déroulement de l’enquête et du procès, voir Alan B. S (...)
  • 19 Emmanuel Waresquiel et Benoît Yvert, Histoire de la Restauration. 1814-1830, Paris, Perrin, 1996, (...)
  • 20 ANF, CC, 515, acte d’accusation par le procureur général Peyronnet, 165 p.

6Initialement prévu pour la nuit du 9 au 10 août, le complot est sans cesse repoussé. À cette date et alors que toutes les forces présentes dans la Capitale sont prêtes, des informations leur parviennent : les soulèvements dans les villes de province sont retardés13. Une nouvelle date est fixée, ce sera pour le 19 août. Un événement totalement extérieur aux conjurés vient perturber les préparatifs. Dans la nuit précédente, une explosion a lieu dans le magasin à poudre du Château de Vincennes. Cet événement marque un temps d’arrêt car un important contingent de gardes royaux se dirige sur Vincennes. En parallèle, dès le 15 août, les sergents-majors Petit et Vidal, après avoir participé aux préparatifs du complot, ont informé leurs supérieurs hiérarchiques de la tentative d’insurrection en préparation14. Les jours suivants, Petit fait pénétrer le capitaine Chenard, agent de police, dans les arcanes de la conspiration15. Trois individus, par la suite, vont passer aux aveux : « […], Le 16 et le 17 [août], le sous-lieutenant Amelloot, le lieutenant Drappier et le capitaine Questroy, de la 1re légion du Nord, dénoncèrent à leur tour la conjuration »16. Connu des services de police et du ministère, le projet de conspiration n’est abandonné qu’à partir du 20, les premières arrestations et les premières fuites ont lieu à la suite du coup fatal porté par l’un des conspirateurs : le chef de bataillon Bérard. Ce dernier, « cédant, dit-on, aux plaintes et aux pleurs de sa femme, se rendait auprès du général Montélégier, et faisait de premières révélations »17. Dès le 21 août, la Chambre des pairs s’érige en Cour de justice18 : « Au cours de l’instruction confiée à la Cour des pairs, l’accusation retient soixante-quinze personnes »19. Cependant, le nombre des accusés descend à trente-quatre lors de l’acte d’accusation du procureur général Peyronnet, le 21 mars 182120. Ce dernier est le résultat de neuf mois d’enquête.

II. Espace relationnel et projection mentale : les chefs d’accusation au regard de la position des acteurs dans les graphes

  • 21 Jean-Noël Tardy, « Le flambeau et le poignard. Les contradictions de l’organisation clandestine d (...)
  • 22 Équivalentes aux loges maçonniques, elles sont en contact entre elles par un seul individu.

7Les 165 pages de l’acte d’accusation produites par les autorités ont servi de base à la reconstitution du réseau. Ce document est la synthèse de l’ensemble des pièces de ce procès. Le document est, bien évidemment, à charge contre les accusés. Le constat suivant semble naturel : les trente-quatre individus sont poursuivis car ils occupent des places de choix dans le réseau. Ce qu’il est important de souligner, pour le complot du 19 août, c'est qu’il ne repose sur aucune association aussi clandestine et secrète soit-elle. De ce fait, la nécessité de préserver le secret, et de cloisonner les individus les uns par rapport aux autres, n’est pas au fondement même de la relation entre protagonistes, comme cela l’est pour les sociétés secrètes conspiratives21. Bien au contraire, tout indique, dans le cas considéré, que les relations interpersonnelles priment. À titre comparatif, l’organisation de la Charbonnerie est marquée par un cloisonnement strict des individus au sein des Ventes22. Un fonctionnement ne reposant pas sur un modèle associatif où les individus sont encadrés par des règlements entraîne la recherche de formes de cohésion, cette dernière étant atteinte par les rencontres.

  • 23 Il s’agit là de la relation la plus fréquemment mentionnée dans l’acte d’accusation.
  • 24 Au total, onze relations sont désignées comme fondées sur un échange de lettres, sans que ne soit (...)
  • 25 Françoise Bahoken, Laurent Beauguitte et Serge Lhomme, « La visualisation des réseaux. Principes, (...)
  • 26 Il s’agit de Vidal, Questroy, Petit, Amelloot, Drappier et Nicolas Henry, horloger de Paris.

8Les données relationnelles retenues correspondent à une rencontre physique entre deux protagonistes, la précision du déroulement des événements décrits par les autorités permet de pouvoir « quantifier » une relation. Par exemple, la relation entre Noël Nantil et l’adjudant Joseph Robert est mentionnée à quinze reprises23. Les relations épistolaires n’ont pas été prises en compte dans la présente reconstitution. En effet, l’existence de ces dernières n’induit pas nécessairement une discussion concrète sur le complot24. Enfin, le traitement des données relatives à des officiers du deuxième régiment de la garde royale a été particulier. Aucune information n’a permis d'en identifier les membres ni de définir leur nombre. Afin de ne pas exclure cette entité collective, nous avons fixé la taille de ce groupe à quatre acteurs. Le choix de quatre a été fixé après la constatation suivante : dans l’acte d’accusation, quand il y a deux ou trois individus dont l’identité n’est pas connue, Peyronnet les qualifie, autant que possible ; de plus, l’impératif du cloisonnement du secret amène à devoir considérer que le nombre doit être relativement faible. Enfin, la visualisation de ces données ne reste « lisible et compréhensible, [que si] un effort [est] fait sur les aspects liés au design, à l’esthétique de la figure »25. Au total donc, la représentation englobe 130 acteurs pour un total de 579 liens. Une distinction a été opérée entre les sommets, suivant le chef d’accusation retenu lors du procès. En rouge figurent les vingt-quatre individus accusés d’avoir fomenté un complot contre le Roi, la famille royale et le gouvernement. Dix personnes sont poursuivies pour non-révélation auprès des autorités de la préparation d’un complot (en vert dans la figure). En noir, ce sont les six personnes qui ont livré les premières informations sur le complot aux autorités26.

Figure 1. Participants aux préparatifs selon les charges retenues contre eux. Projection des individus mentionnés dans l’acte d’accusation

Figure 1. Participants aux préparatifs selon les charges retenues contre eux. Projection des individus mentionnés dans l’acte d’accusation

© Vivien Faraut

  • 27 « C’est en sa présence que Nantil a montré à Bérard la lettre de Monchy fils », Arch. Nat., CC, 5 (...)

9À partir de cette figure, trois ensembles hétérogènes se détachent : un comprenant la quasi-totalité des acteurs et deux sous-ensembles composés chacun de trois acteurs. Celui qui est situé en bas à droite représente Scévola Monchy et, à l’autre bout des liens, se trouvent deux individus dont les noms ne sont pas connus. Les autorités savent uniquement que celui qui est situé à la gauche du capitaine réside à Nancy, et que celui qui est à sa droite est de Belfort. Cependant, il existe une relation entre Monchy et Nantil car, d’après la source, ils entretiennent une correspondance27. Quant au second sous-ensemble de trois acteurs, il est composé du sergent-major Jean-François Eynard (en rouge) et de deux individus nommés Corrigeux (en bas) et François Loth (en haut). Dans l’acte d’accusation, aucune mention n’est faite d’un quelconque lien, sous quelque forme que ce soit, entre ces trois personnes et les autres individus mentionnés. Enfin, le dernier sous-ensemble est le plus important numériquement, car il comprend trente-deux accusés.

Figure 2. Sous-ensemble des « 32 accusés pour conspiration contre le roi », selon les charges retenues contre eux

Figure 2. Sous-ensemble des « 32 accusés pour conspiration contre le roi », selon les charges retenues contre eux

© Vivien Faraut

  • 28 Borgatti Steve, NetDraw: Graph Visualization Software, Harvard, Analytic Technologies, 2002.

10L’ensemble central du graphe regroupe 124 acteurs. Les individus qui ne sont pas impliqués dans le procès (en blanc dans le graphe) sont en périphérie d’un arc où chaque acteur coloré apparaît. La répartition opérée par l’outil de visualisation28 souligne une répartition constante dans la figure des vingt-quatre accusés de participation à un complot. A contrario, les dix hommes poursuivis pour non-révélation sont disséminés plus sporadiquement. Ils occupent trois espaces distincts : le premier, avec un individu déconnecté se trouvant à l’extrême gauche, le second, de quatre individus plus au centre, et enfin un dernier, avec six personnes. Cette première étape permet de supposer un lien entre position et chef d’accusation retenu. En effet, ceux qui sont poursuivis pour préparation d’un complot ont des liens nombreux avec d'autres membres de l’espace relationnel. À l’opposé, ceux qui sont poursuivis pour non-révélation semblent être plus en retrait et moins connectés. Cet élément peut être confirmé en excluant de la représentation les personnes indiquées en rouge.

Figure 3. Sous-ensemble des « 32 accusés pour conspiration contre le roi », sans les 24 conspirateurs principaux

Figure 3. Sous-ensemble des « 32 accusés pour conspiration contre le roi », sans les 24 conspirateurs principaux

© Vivien Faraut

11Les liens où figurent des individus en rouge sont retirés de la matrice, seuls les autres sont conservés par rapport au nombre total de liens ; ceci met en avant les acteurs les plus connectés et vient en complément de l’analyse visuelle proposée.

Figure 4. Sous-ensemble des « 32 accusés pour conspiration contre le roi », avec variation de la taille des sommets suivant le degré de connexion aux autres acteurs

Figure 4. Sous-ensemble des « 32 accusés pour conspiration contre le roi », avec variation de la taille des sommets suivant le degré de connexion aux autres acteurs

Les correspondances numéro-individu sont les suivantes : 1-Nantil ; 2- Maziau ; 3-Lamotte ; 4-Petit ; 5-Vidal ; 6-Laverderie ; 7-Ladvocat ; 9-Fesneau ; 10-Charpenay. Pour des raisons techniques, nous avons écarté le numéro 8 qui ne correspondait à aucun acteur.

© Vivien Faraut

  • 29 Le broker désigne l’agent clé d’un réseau qui occupe une position permettant de relier deux parti (...)

12D’emblée, une hiérarchie des personnes se dégage ; elle met en lumière un second pan de l’accusation. En parallèle des relais entre les différentes parties du réseau, il existe des acteurs dont les connexions avec les autres membres sont importantes. À ce titre, l’individu le plus connecté n’est autre que le capitaine Nantil avec vingt-neuf liens. Suivent le lieutenant-colonel Maziau avec vingt-et-un liens, le capitaine Lamotte (quinze liens). On ne pourra s’étonner de trouver trois personnes poursuivies dans les premières positions. Le sommet le plus connecté qui suit est, avec treize relations, le sergent Petit. Son comparse du second régiment de la garde royale, le sergent Vidal, apparaît avec douze relations, tout comme le lieutenant Laverderie et l’officier Gaspard Ladvocat. Enfin, avec chacun onze contacts au sein du réseau, se trouvent le sergent Charpenay et le dénommé Fesneau. Sans pour autant être étonné de trouver parmi les neufs brokers (ceux qui ont été identifiés dans le graphe précédent)29 six hommes poursuivis pour conspiration, la présence de deux des individus ayant révélé aux autorités les préparatifs illustre bien la place que souhaite donner le procureur général Peyronnet aux dires de ces individus. Le fait qu’ils soient représentés comme étant aussi impliqués dans les préparatifs donne à leur propos un poids supplémentaire et renforce l'influence de leur parole. Lorsque l'on regarde les individus qui sont à l’autre bout de leurs liens, on constate que les piliers du complot, parmi lesquels la cheville ouvrière Nantil, s’y trouvent.

Figure 5. Représentation visuelle des acteurs connectés avec les sergents Petit et Vidal (en noir)

Figure 5. Représentation visuelle des acteurs connectés avec les sergents Petit et Vidal (en noir)

© Vivien Faraut

  • 30 Voir par exemple : D. V. T., Conspiration de 1820. Précis historique et réflexions, Paris, Brasse (...)

13La projection de l’espace relationnel met en avant une différenciation entre le statut des acteurs. Ceux qui sont poursuivis pour conspiration contre le Roi répondent à deux profils : soit ils sont des brokers permettant de joindre d’autres parties du réseau, soit ils prennent en charge les préparatifs en multipliant les rencontres. Les dix personnes poursuivies pour non-révélation ont des profils semblables, sont moins connectés aux autres et occupent des postes, dans l’ensemble, moins importants. Enfin, ceux que l’on a qualifiés de révélateurs occupent des rôles centraux dans la projection proposée. Cette projection, si elle a le mérite de permettre de synthétiser une quantité d’information non négligeable et non standardisée, souffre du poids du secret. En effet, la matrice relationnelle élaborée est totalement inféodée à la source dont l’objectif est de mettre en accusation certains individus, et cela entraîne une circularité dont il serait possible de contraindre les effets par la prise en compte d’autres sources complémentaires30.

III. Les temps du complot : approche réticulaire des modalités d’organisation

14La visualisation des données a répondu, jusqu’à présent, à la question de l’organisation des liens interpersonnels d’après l’acte d’accusation du procureur général Peyronnet. La question de la temporalité dans la préparation se pose, d’autant que les différents récits produits sont flous sur cet aspect. Différents traitements statistiques pourraient être proposés, parmi ceux-ci, un tableau croisé dynamique permettrait de compter le nombre de participants aux activités préparatoires par jour. Le graphique décrivant le nombre d’individus ayant participé à la préparation du complot par jour se présente de la manière suivante :

Figure 6. Nombre de participants aux réunions préparatoires aux complots par jour

Figure 6. Nombre de participants aux réunions préparatoires aux complots par jour

© Vivien Faraut

  • 31 La moyenne est de 52,7 individus pour cette période.

15Sur le fond, on ne saurait être étonné de voir que la mobilisation se fait crescendo, puis connaît des augmentations sensibles dans les rencontres. De la première date mentionnée explicitement jusqu'au 13 août, en moyenne dix individus participent à une réunion préparatoire au complot ; la veille du jour où le complot doit éclater (le 9), les rencontres sont très peu nombreuses, au contraire du 11 août, où les entrevues sont plus fréquentes. Le nombre moyen est multiplié par environ cinq pour la période du 14 au 20 août31 ; les jours où la mobilisation est « faible » sont marqués par l’implication d’une trentaine d’individus. La journée du 15 est la plus importante avec 91 individus sollicités. Sur la forme, deux questions restent en suspens : d'abord, quels sont les individus les plus présents par jour ? Le graphique donne une vision d’ensemble, le découpage des barres par acteurs reste difficile, compte tenu du nombre total d’acteurs impliqués (115) ; ensuite, est-ce qu’un acteur est présent un jour ou plusieurs ?

  • 32 Laurent Beauguitte, « L’analyse des graphes bipartis », Hal-SHS, février 2013, p. 1.
  • 33 Arch. Nat., CC, 515, acte d’accusation par le procureur général Peyronnet, 11/15.

16Des éléments de réponse peuvent être avancés par l’usage des graphes bipartis. Ces derniers « permet[tent] d’étudier et de visualiser les relations entre deux ensembles distincts de sommets […] »32. Afin d’observer dans quelle temporalité les individus se mobilisent, une matrice croisant individus et dates est créée. Concernant les dates, certaines ont été écartées car trop approximatives. Par exemple, « un jour de la fin de Juillet ou du commencement d’août, dans une promenade au Jardin des Tuileries, de Lacombe fit les premières ouvertures à de Laverderie »33 indique effectivement une relation Lacombe-Laverderie (prise en compte dans les analyses précédentes). Dans le cas de cette matrice, ce sont deux relations qui sont décrites mais écartées : Lacombe – (juillet-août 1820) et Laverderie – (juillet-août 1820).

Figure 7. Graphe biparti entre acteurs du complot (en bleu) et dates (en rouge)

Figure 7. Graphe biparti entre acteurs du complot (en bleu) et dates (en rouge)

© Vivien Faraut

  • 34 Les dates sont présentées sous le format suivant : AAAA =MM =JJ.

17Le graphe biparti croise, en bleu, les individus et en rouge les dates. L’épaisseur des liens est proportionnelle au nombre de rencontres faites au jour J. Par exemple, le 15 août 1820, Nantil a eu quinze entrevues concernant le complot. Dans un souci de lisibilité, les labels des acteurs ont été retirés, seuls ont été gardés ceux des jours34.

  • 35 Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, (...)

18La projection fait apparaître un centre dense, et surtout une ceinture composée d’acteurs très peu impliqués. La situation de centralité est à prendre avec la plus grande précaution car « une position au centre du graphique ne garantit pas non plus la centralité d’un point dans le réseau »35.

19La position des dates est intéressante en ce sens où leur situation ainsi que les acteurs qui l’entourent renseignent sur l’entrée et la sortie des différents protagonistes. L’histogramme a permis d’identifier un premier temps de la mobilisation marqué par des rencontres concernant peu d’acteurs jusqu’au 14 août. Cette première visualisation est complétée par la situation de certaines dates sur le graphique. Quatre sont en périphérie de la figure mais aux antipodes les unes des autres. Au nord, le 6 août, alors qu’au sud se trouve le 9 août ; à l’ouest, le 8 août, alors qu’à l’opposé se trouve le 11 août. Concrètement, leurs positions confirment le premier temps de mobilisation marqué par des rencontres ponctuelles mais met en évidence que ces acteurs n’apparaissent qu’une seule fois.

20Les journées des 7 et 15 août sont également remarquables par leur position et sont d’excellents exemples des limites de la représentation graphique. À proximité l’une de l’autre, la première des deux doit sa position au fait qu’elle regroupe des participants plus éclatés sur l’ensemble de la figure, alors qu'à la date du 15, 38 acteurs participent à des réunions. Son grand nombre de connexions peut s’expliquer en partie par le fait qu’il s’agisse de la réunion où les sergents Petit et Vidal révèlent les préparatifs.

21En se penchant sur les individus, l’intuitivité d’une telle projection s’estompe quelque peu. Le principal constat reste un clivage entre les acteurs se situant plus au centre de la figure et qui participent régulièrement, et ceux, plus en retrait, qui gravitent à la périphérie, formant la ceinture.

22Depuis ce graphe biparti, la question de la façon dont les chefs d’accusation ont été décidés peut être abordée. En incluant l’attribut concernant les charges retenues contre les acteurs, ce réseau biparti devient plus parlant pour la question de l’engagement individuel.

Figure 8. Graphe biparti entre acteurs du complot (suivant les charges retenues contre eux) et dates

Figure 8. Graphe biparti entre acteurs du complot (suivant les charges retenues contre eux) et dates

© Vivien Faraut

  • 36 Arch. Nat., CC, 515, acte d’accusation par le procureur général Peyronnet, 11/3.

23Le code couleur mis en place dans les figures précédentes a été repris. Les différentes dates sont en bleu. Les sommets n’ont connu aucun déplacement par rapport à la figure précédente. Le nombre d’acteurs présents a changé par rapport aux précédents, notamment les révélateurs. Cela tient au fait que les dates où ils entrent en action ne sont pas clairement identifiées par le procureur général Peyronnet. Deux acteurs n’y figurent plus : Nicolas Henry et le dénommé Drappier (sur lequel la source reste des plus discrètes). La situation occupée par les autres révélateurs confirme les éléments exposés précédemment. De plus, certains peuvent avoir pris part à des réunions, les jours situés à l’ouest et à l’est de la projection. Quant aux différents protagonistes poursuivis pour tentative de complot ou non-révélation de ce dernier, la quasi-totalité sont au centre, mais, toutefois, certains sont repoussés en périphérie. Sur ces derniers, les motivations poussant les autorités à les poursuivre sont difficiles à cerner par une approche quantitative. Par exemple, Scévola Monchy (à l’extrême droite, en rouge), ancien chirurgien reconverti marchand de bois et fabricant de bleu de Prusse, résidant à Nancy36. Une telle projection bipartite acteurs-temps permet avant tout une schématisation de la mobilisation, sans pour autant ouvrir de nouveaux champs : elle confirme la prédominance de certains jours clés mais également la centralité de certains acteurs. Centralité qui ne peut être que corroborée par l’application d’analyses statistiques complémentaires permettant d’expliciter plus clairement la position des acteurs. L’usage des graphes bipartites semble être avant tout un outil exploratoire dont on ne peut faire l’économie dans des situations aussi complexes et floues que le cas d’un complot dont l’implication et le déroulement restent sujets à caution.

V. Conclusion

  • 37 Cette sentence est prévue pour les deux contumaces Joseph Rey et Noël Nantil. Achille de Vaulabel (...)
  • 38 Ibid.

24En conclusion, la conspiration du 19 août 1820 reste, à bien des égards, un moment particulier de l’opposition clandestine aux Bourbons. Et ce, pour l’objectif avoué, par les effectifs mobilisés mais aussi par la réaction qu’il a suscitée et les investigations menées par les autorités. Représenter, visualiser, et schématiser cette tentative permet de mieux comprendre les modalités concrètes d’organisation, de mieux cerner les protagonistes impliqués. Les possibilités offertes (représentation bipartite, inclusion des tables attributaires et des résultats de calculs statistiques) sont autant de vecteurs d’appréhension de ce phénomène complexe mais, également, de la façon dont les autorités (ici le procureur général Peyronnet) synthétisent les résultats de l’enquête. Pour autant, malgré l’activité des autorités représentantes de l’ordre royal, le 29 juin 1821, la Cour des pairs rend son verdict : neuf individus sont condamnés à des peines allant de deux ans d’emprisonnement à la peine de mort37 ; pour les autres, l’acquittement est prononcé38.

25La visualisation, dans ce cas-ci, souffre de plusieurs maux : le poids du secret, les nombreux non-dits et les données trop floues pour être exploitées en sont les cas les plus criants. Cependant, le recours à cet outil constitue, nous semble-t-il, un premier pas pour pénétrer les arcanes du secret et complète une approche qualitative.

26Représenter le complot du 19 août 1820 offre un angle d’attaque pour qui veut s’intéresser aux activités conspiratrices du premier xixe siècle. Dans une perspective comparatiste, ces graphes autoriseraient une comparaison avec tous les autres qui pourraient être produits pour l’étude des complots libéraux puis républicains et légitimistes des monarchies censitaires.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, Christian Schneider, Les complots politiques sous la Terreur blanche (1815-1818), Paris, Université Panthéon-Sorbonne, 2006.

2 Parmi ces derniers, citons, pour exemple, Pierre-Arnaud Lambert, La charbonnerie française : 1821 - 1823  : du secret en politique, Lyon, Presses Univ. de Lyon, 1995, 140 p. ; Alan B. Spitzer, Old hatred and young hopes: the French carbonari against the Bourbon restoration, Cambridge, Harvard university press, 1971, 334 p. ; Jean-Noël Tardy, Les catacombes de la politique : conspiration et conspirateurs en France (1818-1870), Thèse de doctorat en Histoire sous la direction de Dominique Kalifa, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 2011, 792 p.

3 L’ensemble des pièces relatives au procès se trouve aux Archives Nationales, CC (Chambre des pairs), cartons 515 à 534.

4 Archives Nationales (Arch. Nat. par la suite), CC, 515, acte d’accusation des 34 prévenus par l’avocat général Peyronnet, 21 mars 1821, 165 p.

5 Le 3 juin 1820, un étudiant en médecine de Paris, Nicolas Lallemand, est assassiné par un garde royal.

6 Achille de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations, Paris, Perrotin, 1860, vol. 5, p. 183.

7 Pierre-Arnaud Lambert, La charbonnerie française  : 1821 - 1823  : du secret en politique, op. cit., p. 90.

8 Achille de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations, op. cit., p. 183.

9 Cette société secrète est fondée par Rey à Grenoble aux alentours de 1816 pour ensuite se propager à Paris. Parmi les membres de cette dernière se trouve un certain nombre de députés de l’opposition libérale tels les marquis de Lafayette et Voyer d’Argenson, ou l’avocat Manuel. Voir Pierre-Arnaud Lambert, La charbonnerie française : 1821 - 1823 : du secret en politique, op cit., p. 65-81.

10 François Isambert, De la Charbonnerie au Saint-Simonisme, étude sur la jeunesse de Buchez, Paris, Éditions de Minuit, 1966, p. 82.

11 Jean-Jacques Goblot, « Un mystérieux rédacteur du Globe  : Marcelin Desloges », Revue d’histoire littéraire de la France, 1985, p. 236.

12 Pierre-Arnaud Lambert, La charbonnerie française  : 1821 - 1823  : du secret en politique, op. cit., p. 90.

13 Achille de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations, op. cit., p. 191.

14 Alan B. Spitzer, Old hatred and young hopes: the French carbonari against the Bourbon restoration, op. cit., p. 39.

15 Ibid., p. 40.

16 Achille de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations, op. cit., p. 192.

17 Ibid.

18 Sur les questions de juridictions et sur le déroulement de l’enquête et du procès, voir Alan B. Spitzer, Old hatred and young hopes: the French carbonari against the Bourbon restoration, op. cit., p. 46‑50.

19 Emmanuel Waresquiel et Benoît Yvert, Histoire de la Restauration. 1814-1830, Paris, Perrin, 1996, p. 314.

20 ANF, CC, 515, acte d’accusation par le procureur général Peyronnet, 165 p.

21 Jean-Noël Tardy, « Le flambeau et le poignard. Les contradictions de l’organisation clandestine des libéraux français, 1821-1827 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2010, vol. 57-1, p. 69-90.

22 Équivalentes aux loges maçonniques, elles sont en contact entre elles par un seul individu.

23 Il s’agit là de la relation la plus fréquemment mentionnée dans l’acte d’accusation.

24 Au total, onze relations sont désignées comme fondées sur un échange de lettres, sans que ne soit précisé leur contenu dans les pièces du procès.

25 Françoise Bahoken, Laurent Beauguitte et Serge Lhomme, « La visualisation des réseaux. Principes, enjeux et perspectives », Hal-SHS, juin 2013, p. 1.

26 Il s’agit de Vidal, Questroy, Petit, Amelloot, Drappier et Nicolas Henry, horloger de Paris.

27 « C’est en sa présence que Nantil a montré à Bérard la lettre de Monchy fils », Arch. Nat., CC, 515, acte d’accusation des 34 prévenus par l’avocat-général Peyronnet, 21 mars 1821, 11/75.

28 Borgatti Steve, NetDraw: Graph Visualization Software, Harvard, Analytic Technologies, 2002.

29 Le broker désigne l’agent clé d’un réseau qui occupe une position permettant de relier deux parties du réseau. Pour une définition plus complète, lire avec profit, selon Ronald S. Burt, « Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur », Revue française de sociologie, 1995, vol. 36, no 4, p.  601‑604.

30 Voir par exemple : D. V. T., Conspiration de 1820. Précis historique et réflexions, Paris, Brasseur aîné, 1820.

31 La moyenne est de 52,7 individus pour cette période.

32 Laurent Beauguitte, « L’analyse des graphes bipartis », Hal-SHS, février 2013, p. 1.

33 Arch. Nat., CC, 515, acte d’accusation par le procureur général Peyronnet, 11/15.

34 Les dates sont présentées sous le format suivant : AAAA =MM =JJ.

35 Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2007, p. 83.

36 Arch. Nat., CC, 515, acte d’accusation par le procureur général Peyronnet, 11/3.

37 Cette sentence est prévue pour les deux contumaces Joseph Rey et Noël Nantil. Achille de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations, op. cit., p. 315.

38 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Participants aux préparatifs selon les charges retenues contre eux. Projection des individus mentionnés dans l’acte d’accusation
Crédits © Vivien Faraut
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3233/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 2. Sous-ensemble des « 32 accusés pour conspiration contre le roi », selon les charges retenues contre eux
Crédits © Vivien Faraut
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3233/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 3. Sous-ensemble des « 32 accusés pour conspiration contre le roi », sans les 24 conspirateurs principaux
Crédits © Vivien Faraut
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3233/img-3.png
Fichier image/png, 4,7k
Titre Figure 4. Sous-ensemble des « 32 accusés pour conspiration contre le roi », avec variation de la taille des sommets suivant le degré de connexion aux autres acteurs
Légende Les correspondances numéro-individu sont les suivantes : 1-Nantil ; 2- Maziau ; 3-Lamotte ; 4-Petit ; 5-Vidal ; 6-Laverderie ; 7-Ladvocat ; 9-Fesneau ; 10-Charpenay. Pour des raisons techniques, nous avons écarté le numéro 8 qui ne correspondait à aucun acteur.
Crédits © Vivien Faraut
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3233/img-4.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 5. Représentation visuelle des acteurs connectés avec les sergents Petit et Vidal (en noir)
Crédits © Vivien Faraut
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3233/img-5.png
Fichier image/png, 4,5k
Titre Figure 6. Nombre de participants aux réunions préparatoires aux complots par jour
Crédits © Vivien Faraut
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3233/img-6.png
Fichier image/png, 8,3k
Titre Figure 7. Graphe biparti entre acteurs du complot (en bleu) et dates (en rouge)
Crédits © Vivien Faraut
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3233/img-7.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 8. Graphe biparti entre acteurs du complot (suivant les charges retenues contre eux) et dates
Crédits © Vivien Faraut
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3233/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vivien Faraut, « Les outils de représentation graphique de l’espace relationnel face au secret : le cas des conspirateurs du 19 août 1820 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 18 | 2015, mis en ligne le 26 juin 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/3233 ; DOI : 10.4000/framespa.3233

Haut de page

Auteur

Vivien Faraut

Doctorant allocataire-moniteur en histoire contemporaine à l'Université de Nice Sophia Antipolis et appartient au Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (EA 1193).
Vivien.FARAUT@unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org