Navigation – Plan du site
L'Union Soviétique

La réception du XXe Congrès dans la région de Gorki

Jean-Paul Depretto

Résumé

Cet article repose sur l’exploitation d’archives régionales du parti communiste soviétique. Il tente d’analyser la façon dont les communistes de base ont réagi au fameux discours secret de Khrouchtchev dénonçant Staline. Le retentissement à court terme du XXe Congrès a été réel, mais limité ; quand le thème du « culte de la personnalité » était évoqué dans les réunions, il était surtout lu à partir de préoccupations locales : sa critique servait à mettre en cause tous ceux qui détenaient quelque pouvoir : supérieurs hiérarchiques dans l’entreprise ou cadres du parti.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le vingtième Congrès. Mythes et réalités de l’Europe de l’Est en 1956, Paris, Institut d’études sl (...)
  • 2  Ibidem, p. 32 et 34-35.

1Il y a trente ans (mars 1976), le regretté René Girault a organisé une table ronde sur le vingtième Congrès du PCUS, deux décennies après l’événement1. A cette occasion, Georges Haupt a tenté d’explorer les répercussions de ce célèbre Congrès sur les mentalités collectives, « terme fluide, mal défini » utilisé « faute de mieux » pour désigner « l’ensemble complexe des systèmes de représentations, de valeurs, de croyances, d’attitudes et de comportements2 ». Il souligne d’abord que « le XXe Congrès a été ressenti comme un séisme dans certains secteurs de la société soviétique, notamment dans l’intelligentsia. Par les espoirs qu’il suscite (…), il provoque une vague d’enthousiasme et d’optimisme ».

2À terme, il a eu deux conséquences :

  • une opposition émerge à l’intérieur et à l’extérieur du parti communiste,

  • « à travers des prises de position diverses (…), des manifestations sociales, politiques ou littéraires (…), se fait jour un fait longtemps camouflé ou nié, à savoir : la société soviétique est partagée entre des courants et tendances divergentes quant aux idées, aux méthodes, aux aspirations ».

  • 3  Ibidem, p. 64.
  • 4  Ibidem, p. 36-37.

3G. Haupt est cependant prudent : il note que ses sources (documents officiels, textes du Samizdat, biographies de dissidents ou de « libéraux » des années 1960) « rétrécissent considérablement le champ d’investigation et privilégient un milieu restreint qui ne constitue souvent qu’une frange de ce que nous continuons à appeler, à tort ou à raison, l’intelligentsia. Dans quelle mesure leur comportement est-il le reflet de l’ensemble de la société soviétique ? ». L’historien se heurte ici à une sérieuse difficulté : comment ausculter les attitudes à l’égard du XXe Congrès dans la classe ouvrière, cette « grande silencieuse » ? Que signifient les « manifestations populaires pro-staliniennes » des années 19603 ? G. Haupt conclut en relativisant la portée de « l’événement du XXe Congrès », qui « ne pouvait pas se répercuter profondément sur les structures mentales » : de ce point de vue, il ne soutient pas la comparaison avec la « Grande Guerre patriotique », qui a ébranlé de façon profonde et durable la vie de tous les Soviétiques4.

  • 5  Cette ville s’est appelée Gorki de 1932 à 1991 : à l’époque soviétique, elle était interdite aux é (...)
  • 6  A. A. Kulakov, J. P. Depretto (dir.) Obshchestvo i vlast’. Rossiiskaia provintsiia, tome 1, 1917-m (...)
  • 7  Arlette FARGE, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 19 (...)
  • 8  Expression empruntée à un chef de file du courant des Subaltern Studies, l’historien indienRanajit (...)
  • 9  Je cite ici François Furet, pour qui « l’homme des classes inférieures n’existe pour l’historien q (...)

4Ce sont ces questions si lucidement posées par G. Haupt que je voudrais reprendre ici, grâce à l’ouverture des archives soviétiques. Cet article est né du travail que j’ai effectué en 2003-2004 dans le cadre d’un projet qui associait le Centre russe de l’EHESS, l’Institut d’histoire de la Russie (Moscou) et les archives de Nijni-Novgorod5. Cette collaboration a déjà donné lieu à la publication de trois volumes de documents d’archives portant sur les rapports entre société et pouvoir dans la région de Nijni-Novgorod6. Je vise ici un objectif précis : étudier les réactions au Rapport secret de Khrouchtchev, telles qu’elles se sont exprimées au lendemain même du XXe Congrès, au cours des réunions organisées pour discuter des résultats de ce Congrès. Les documents examinés proviennentdes archives du parti communiste de la régionde Gorki : ce sont, entre autres, des comptes rendus ou des procès-verbaux de réunions tenues au niveau de la région, d’une ville ou d’un district. La perspective adoptée est celle de l’histoire sociale « par en bas » : il s’agit d’essayer de capter la parole populaire à propos d’un événement, un peu à la façon dont procède Arlette Farge pour les Parisiens du XVIIIe siècle7, afin d’écouter les « petites voix »8 des « subalternes », « noyées dans le bruit des commandements étatistes », entreprise qui se heurte à de redoutables difficultés, mais qui se révèle féconde, du moins je l’espère. Je ne me résigne pas, en effet, à ce que « l’homme des classes inférieures » demeure silencieux9.En raison des sources utilisées, on entendra avant tout les avis de communistes, mais je fais l’hypothèse, à vérifier, que dans l’ensemble, les réactions de ces derniers ne différaient guère des points de vue des sans-parti.

5Il faut mentionner d’emblée les limites de cette contribution :

  • Elle utilise exclusivement des sources écrites : je n’ai pas mené d’enquête d’histoire orale.

  • J’ai envisagé la déstalinisation comme événement du temps court et non comme processus étalé dans le temps.

    • 10  J’ai présenté ce texte au Centre russe de l’EHESS (17 juin 2005) et au séminaire de Claude Penneti (...)

    Rien ne prouve que les conclusions tirées de cet exemple local soient généralisables10.

  • 11  J’ai en vue les auteurs suivants : N. A. Barsukov, « L’envers du “ dégel ” (essai historico-docume (...)

6L’historiographie du sujet a été fortement renouvelée grâce à l’ouverture des archives au début des années 1990. En Russie, on peut même parler de naissance d’une historiographie scientifique, inexistante du temps de l’URSS. La place manque ici pour évoquer ces travaux récents, qui sont divers. Il me semble que par delà leurs différences d’appréciations, deux idées essentielles se dégagent des recherches des historiens russes11 :

  • Les réactions de la société au Rapport secret n’ont pas été uniformes ; des opinions très diverses se sont exprimées, mais en raison de la nature des sources utilisées, nous saisissons principalement l’état d’esprit des communistes.

    • 12  Ibidem,p. 122.

    L’intelligentsia et la jeunesse étudiante ont été les catégories les plus réceptives à la critique de Staline : elles s’en sont emparées, en essayant parfois de la pousser plus loin que ne le voulait Khrouchtchev. Dans le livre qu’ils ont écrit en commun, Yurii Aksiutin et Alexandre Pyzhikov opposent cette attitude de l’intelligentsia à celle du peuple qui « dans sa majorité, n’a ni compris ni approuvé un tournant si brusque de la glorification et de la déification au détrônement » de Staline12. Il faudra s’interroger sur ce qui apparaît à tort ou à raison comme une évidence, le relatif silence des catégories populaires : est-ce un effet des présupposés des chercheurs, des biais des sources officielles ? ou bien les « subalternes » s’exprimaient-ils d’autre façon ?

  • 13  Polly Jones, « From Stalinism to Post-Stalinism : De-Mythologising Stalin, 1953-1956 » in Harold S (...)
  • 14  Traduction française de cette résolution intitulée « Surmonter le culte de la personnalité et ses (...)

7Malgré le grand intérêt des publications russes, la meilleure synthèse sur la question reste sans doute l’article de la chercheuse anglaise Polly Jones qui a étudié la « démythologisation » de Staline, en s’appuyant sur les archives centrales et provinciales (région de Volgograd)13. Elle souligne que le Rapport secret tranchait sur le ton dogmatique de la rhétorique stalinienne et fournissait peu de directives claires. De ce fait, la réforme de l’éducation s’est faite dans l’improvisation et la confusion : les enseignants ont dû bricoler une nouvelle version de l’histoire soviétique à partir d’instructions vagues. La situation était la même pour le traitement réservé à l’iconographie du culte : aucune politique nationale cohérente n’a été définie : selon les endroits, les monuments étaient enlevés ou préservés, provoquant la désorientation des citoyens. Ces derniers ont réagi au Rapport secret avec une diversité inattendue ; l’attitude la plus fréquente a été de demander des éclaircissements sur un discours difficile à interpréter, puisqu’il accusait Staline des crimes les plus graves tout en insistant sur ses mérites. Des modes de pensée binaires se manifestaient dans de nombreuses questions : Staline était-il un héros, un maître ou un ennemi du peuple ? À Stalingrad et à Rostov, certains ouvriers étaient convaincus que le Guide défunt était un ennemi. À l’occasion, on suggérait de le punir à titre posthume. Un deuxième type de réactions, qui se rencontrait surtout dans l’enseignement supérieur, était plus critique à l’égard des intentions du régime : pour ces communistes, Khrouchtchev avait accusé Staline de tous les maux afin d’éluder les interrogations sur le rôle du Parti pendant toutes ces années. D’aucuns allaient plus loin et réclamaient des réformes politiques (élections pluralistes, liberté de parole), nécessaires pour « surmonter pleinement le culte de la personnalité » ; ils furent sanctionnés sans pitié. Enfin, le Rapport secret a été attaqué, parfois avec virulence, par des défenseurs de Staline, qui invoquaient notamment ses mérites militaires, vigoureusement contestés par Khrouchtchev. P. Jones conclut que toutes ces attitudes, malgré leur surprenante diversité, allaient le plus souvent à l’encontre des intentions des dirigeants : la déstalinisation a échoué, parce qu’elle a été largement mal comprise et n’a pu mobiliser la population autour de ses idées centrales. De ce fait, Khrouchtchev dut adopter une attitude plus modérée sur Staline, qui fut formulée dans une résolution du Comité central datée du 30 juin 1956 et publiée par la Pravda le 2 juillet14.

  • 15  Polly Jones « “ I’ve Held, and I Still Hold, Stalin in the Highest Esteem ” : Discourses and Strat (...)

8Dans un autre article, paru en 200415, P. Jones a analysé le discours de protestation contre la déstalinisation, tel qu’il s’est exprimé dans des propos tenus lors de réunions du Parti ou dans des lettres adressées aux dirigeants, et souvent anonymes. La menace que représentait pour Khrouchtchev cette forme de « dissidence » ne doit pas être exagérée, même s’il est impossible de quantifier l’opinion publique. L’opposition conservatrice à la déstalinisation se caractérisait par un attachement obstiné au symbolisme du « culte de la personnalité », qui se traduisait par des tentatives pour empêcher l’enlèvement des portraits du Guide. De nombreuses lettres affirmaient que rejeter le rôle dirigeant de Staline dans la guerre revenait à « nier la victoire en général ». Ces « dissidents » pouvaient admettre que Staline n’était pas exactement tel que le décrivait la propagande officielle, mais pour eux le mythe répondait à un besoin psychologique : « le peuple sans dirigeant est comme un troupeau de moutons », affirmait une lettre anonyme à Molotov. Dans cet esprit, les vieilles visions de Staline étaient considérées comme des traditions populaires sincères et authentiques, que voulaient détruire des dirigeants amnésiques ; à l’inverse, le « ‑récit historique » imposé « d’en haut » par le XXe Congrès était rejeté. Le Discours secret de Khrouchtchev n’était que « calomnie », « mensonge » ou « bavardage » ; la campagne contre Staline, « saleté » et « fange ». Les insultes fusaient contre Khrouchtchev : « bâtard », « alcoolique », « lâche qui s’attaque à un mort », etc. Des lettres contenant ce genre de dénonciation de la déstalinisation ont continué à parvenir au Comité central même après la résolution du 30 juin ; nombre d’auteurs attribuaient la responsabilité de la crise hongroise au Discours secret.

  • 16 Eadem,« From the Secret Speech to the burial of Stalin. Real and ideal responses to de-Stalinizatio (...)

9En 2006, dans un troisième article, P. Jones a abordé la seconde déstalinisation (1961), mise en parallèle avec la première : je laisse de côté cet aspect, pour signaler brièvement ses développements sur l’« iconoclasme ». En 1956, « la violence physique contre les symboles du stalinisme était (…) exceptionnellement répandue »16 : les gens (des ouvriers, par exemple) réagissaient souvent au Discours secret en s’en prenant aux portraits et aux statues de Staline. Tant que ces actes restaient privés, ils ne rencontraient pas, apparemment, de riposte officielle ; en revanche, quand ils prenaient davantage un tour public ou « démonstratif », le Parti a eu de plus en plus tendance à les criminaliser et à y voir une forme de « hooliganisme » due à des « ennemis » potentiels.

  • 17 XX s’ezd Kommunisticheskoi Partii Sovetskogo Soiuza Stenograficheskii otchet, tome II, Moscou, Poli (...)
  • 18  Cf. l’ouvrage collectif Doklad N.S. Khrushcheva o kul’te lichnosti Stalina na XX s’ezde KPSS Dokum (...)
  • 19  Cet enregistrement a peut-être existé, cf. Yu. V. Aksiutin, O. V. Volobuev XX s’ezd KPSS : novatsi (...)
  • 20  R.G. Pikhoia, Sovetskii Soiuz : istoriia vlasti 1945-1991, Novosibirsk, Sibirskii khronograf, 2000 (...)
  • 21  Doklad N.S. Khrushcheva o kul’te lichnosti…, op. cit., p. 253.

10N.S. Khrouchtchev a lu son fameux Rapport le 25 février 1956, lors de la séance du matin, devant les seuls délégués soviétiques ; cette séance à huis clos n’a pas été sténographiée et le Rapport n’a pas été discuté, mais il a été approuvé « à l’unanimité »17. Le Congrès décida aussi de ne pas publier le Rapport, mais de l’envoyer aux organisations du parti18. Il fallut alors mettre au point la version écrite officielle de ce texte, ce qui prit plusieurs jours : le 1er mars, N. S. Khrouchtchev présenta le résultat de ce travail au Présidium du Comité central. Nous ne savons pas dans quelle mesure il reprenait le discours réellement prononcé, car pour l’instant on n’a pas découvert dans les archives d’enregistrement au magnétophone du Rapport secret19 : il est possible que le premier secrétaire ait improvisé par endroits20. Le 5 mars, le Présidium du Comité central adopta une résolution « rigoureusement secrète » dont voici le texte intégral21 :

  • Ordonner aux comités de région, de pays et aux Comités centraux des partis communistes des républiques fédérées de faire connaître le rapport du cam(arade) Khrouchtchev N. S. au XXe Congrès du PCUS « Sur le culte de la personnalité et ses conséquences » à tous les communistes et membres du Komsomol, mais aussi aux militants sans-parti ouvriers, employés et kolkhoziens.

  • Envoyer le rapport du cam(arade) Khrouchtchev aux organisations du parti avec la marque « non destiné à la presse », en enlevant de la brochure la marque « rigoureusement secret ».

  • 22  Non communiste, l’écrivain Lydia Tchoukovskaïa a pris connaissance du Rapport lors d’une réunion d (...)
  • 23  I. Aksiutin, Khrushchevskaia “ ottepel’ ”…, op. cit., p. 173-174.

11Le Rapport secret a donc en principe été lu aux sept millions de communistes et aux dix-huit millions de membres du Komsomol : les réunions des organisations du parti ont parfois été ouvertes aux « sans-parti ». Il est arrivé aussi que le discours de Khrouchtchev soit divulgué lors d’assemblées syndicales : dans ce cas, tout le personnel en était informé22. Mais le texte a parfois été rendu public par extraits seulement, voire mis sous le boisseau. Il est difficile de dire quelle proportion de la population totale a entendu le Rapport secret : citons, avec les réserves de rigueur, les chiffres fournis par les enquêtes des étudiants de l’Université pédagogique de Moscou23 :

Tableau 1

Date de l’enquête

1996

1997

1998

1999

Ont entendu personnellement le texte à une réunion du parti du Komsomol

33 %

18 %

25 %

33 %

N’ont pas entendu le rapport, mais ont appris son contenu par d’autres

33 %

15 %

32,5 %

33 %

  • 24  Selon les Souvenirs de R. I. Pimenov, le Rapport secret aurait aussi circulé en samizdat : cette f (...)

12Pour la seconde catégorie, les sources d’information ont été diverses : discussions lors de réunions postérieures au XXe Congrès, cours de formation politique, récit d’un parent, émission d’une radio étrangère24.

13Dans l’esprit des dirigeants soviétiques, le Rapport secret devait être écouté silencieusement et ne donner lieu à aucune discussion ; en outre, il était interdit de prendre des notes. Mais nous savons par les comptes rendus officiels des réunions que malgré cela, des débats ont eu lieu.

  • 25 GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l.87.
  • 26  Ibidem.
  • 27  Ibidem,l. 89.

14Le 28 février 1956, le secrétaire du comité de parti de la région de Gorki a envoyé au Comité central un rapport « sur les meetings de travailleurs (…) consacrés à l’achèvement des travaux du XXe Congrès25 ». Dans ce texte, il annonce que ces meetings se sont tenus la veille « dans toutes les entreprises, dans les kolkhozes, MTS, sovkhozes, établissements d’enseignement et institutions de la région »26. Ces assemblées se déroulent selon le rite habituel : « les travailleurs des villes et des villages » approuvent avec ardeur les décisions du Congrès ; « des centaines d’ouvriers » s’engagent à dépasser le plan27. Les propos tenus lors de ces réunions témoignent du paternalisme du régime :

  • 28  Ibidem, l. 88. Sur les remerciements aux dirigeants, cf. Jeffrey Brooks, Thank you, Comrade Stalin (...)

« Les ouvrières de la fabrique d’habillement n° 1 ont remercié ardemment le parti pour son grand souci des besoins des travailleurs28 ».

  • 29 XX S’ezd Kommunisticheskoi Partii Sovetskogo Soiuza. Stenograficheskii otchët, Moscou, Politizdat, (...)
  • 30  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 88-89.
  • 31  Ibidem, l. 83-86.
  • 32  Cf. Anne Amiel, Hannah Arendt. Politique et événement, Paris, PUF, collection Philosophies, 1996, (...)
  • 33  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416,l. 90-92.
  • 34  Ibidem, l. 90-91 ; cf. aussi l. 91.
  • 35  Ibidem, l. 90-91.

15Dans ce compte rendu du principal dirigeant de la région, il n’est fait aucune allusion au Rapport secret ou même à la critique publique de Staline par Mikoyan29. Tout est conforme aux habitudes prises par le parti bolchevique depuis au moins 1927 : unanimité obligatoire et absence de tout débat politique. On peut même affirmer que toute politique est absente : il n’est question que de tâches économiques à exécuter30. Il est significatif que ce rapport rappelle par son contenu un texte antérieur concernant « les réactions des travailleurs de la région de Gorki à l’ouverture du XXe Congrès du PCUS »31 : tout se passe, à la lecture de ces deux documents, comme si le déroulement de ce Congrès n’avait rien apporté de neuf. Mais, dès le 12 mars, une « information » sur la diffusion du Rapport secret auprès des communistes montre que le XXe Congrès a bien été un événement, au sens que Hannah Arendt donnait à ce mot, car il a introduit de « l’imprévisible », de « l’indéductible »32 : en l’occurrence, il a suscité une prise de parole et l’expression d’un début de pluralisme33. Les communistes étaient « exceptionnellement » nombreux à ces réunions sur le Rapport secret ; certains d’entre eux sont intervenus pour affirmer « les grands mérites » de Staline « devant le parti et l’État », « malgré ses erreurs »34 ; en sens inverse, une victime du « sadisme de la bande de Beria », arrêtée « sans motif », a affirmé partager « entièrement et pleinement le point de vue du cam(arade) Khrouchtchev sur le culte de la personnalité et son caractère nuisible pour le parti et l’État 35 ». Beaucoup se demandaient pourquoi on n’avait pas « pris de mesures pour réprimer le culte de la personnalité au temps de Staline » et s’interrogeaient sur l’impuissance des autres dirigeants face à ce phénomène. La nécessité d’ôter les portraits de Staline et de retirer son corps du mausolée a été évoquée à plusieurs reprises ; un président de kolkhoze annonce qu’il va enlever « tout de suite » l’image du Guide.

  • 36  GOPANO, f. 3 op. 2 d. 416 l. 93 et d. 320 l. 115.
  • 37  Ibidem, d. 416 l.93 et d. 320 l. 58-115.

16Il importe toutefois de ne pas surestimer la nouveauté introduite par le XXe Congrès, comme le montre le sténogramme d’une réunion des militantsrégionaux du PCUS, qui s’est tenue le 13 mars 1956. Pendant deux heures, Ignatov, secrétaire du comité régional, a lu un long rapport qui occupe presque la moitié du sténogramme ; étaient présentes dans la salle 1 626 personnes ; 31 d’entre elles se sont inscrites pour intervenir dans les discussions, mais 15 seulement ont pu le faire, le président ayant fait voter l’arrêt des débats36. Ces quinze personnes se répartissent de la façon suivante37 :

Tableau 2

Dirigeants régionaux du PCUS et du Komsomol

3

Cadre subalterne du PCUS

1

Cadres de l’État

9

– dont directeurs d’entreprise

4

– présidents de kolkhoze

2

Ouvrier

1

Profession inconnue

1

  • 38  Ibidem, d. 320, l. 96-98, 109-111.
  • 39  Ibidem, l. 105-107.

17Les catégories populaires sont presque absentes : les kolkhoziens présents dans la salle sont muets, les ouvriers aussi, à une exception près. Même silence chez les intellectuels des villes et des campagnes. Ce sont donc surtout des « notables soviétiques » qui s’expriment. L’État est mieux représenté que le parti, ce qui semble à première vue paradoxal. Les milieux économiques prédominent. On notera au passage que les secrétaires des comités de parti des établissements industriels, représentés dans la salle, ne prennent pas la parole. Fort classiquement, les directeurs des deux principales entreprises de Gorki, Sazanov (usine automobile Molotov) et Liapin (Krasnoe Sormovo) sont présents : leurs interventions sont centrées sur des questions liées à la production et n’abordent pas de thèmes politiques38. Il n’est pas davantage question du « culte de la personnalité », ni de la discussion du XXe Congrès par les jeunes, dans l’intervention de Staroverov, secrétaire du Comité régional du Komsomol, qui déplore au passage l’alcoolisme et le hooliganisme, « assez fréquents » dans la jeunesse39.

  • 40  Ibidem, l. 117 et 119.

18Les participants à cette réunion ont voté à l’unanimité, sans la modifier, une résolution de trois pages approuvant les décisions du XXe Congrès : un paragraphe de la première page est explicitement consacré au « culte de la personnalité » ; la fin du texte y revient implicitement, en insistant sur le respect de la légalité, des « normes léninistes de la vie du parti » et la lutte contre « le dogmatisme et la scolastique »40.

19Dans son long rapport, Ignatov aborde à deux reprises des sujets liés à la critique de Staline (l. 40-42 et 49-50). Il fait référence au Rapport secret et annonce : « Dans les jours qui viennent, tous les communistes seront informés de tous ces matériaux ». Il résume le discours de Khrouchtchev ; quant aux conclusions pratiques à tirer de la mise en cause de Staline, il insiste surtout sur le « renforcement de la légalité socialiste », dont le moindre affaiblissement est utilisé par les ennemis de l’État soviétique, comme la bande de Beria : le PCUS a réhabilité les gens condamnés à tort, établi son contrôle sur la Sécurité d’État et renforcé les pouvoirs du procureur.

  • 41  Ibidem, l. 115.
  • 42  Ibidem, d. 416, l. 96.

20À la fin de la réunion, Ignatov a répondu aux questions posées41 : notre document n’en dit pas plus, mais un autre texte nous apprend que le présidium a reçu de la salle quelques billets sans doute anonymes posant les questions suivantes42 :

Pourquoi la question du culte de la personnalité est-elle apparue maintenant, et pas plus tôt ? Que faire des portraits, des bustes de Staline - les laisser ou les enlever ? Que faire des travaux de Staline et peut-on les utiliser dans le travail de propagande ? Où regardaient les membres du Bureau politique, quand ils voyaient les actes incorrects de Staline et pourquoi ne le corrigeaient-ils pas ? Comment parler de Staline aux enfants dans les écoles ?

21Ces billets mêlent des demandes d’explications gênantes pour les dirigeants, à qui sont demandés des comptes, et des questions pragmatiques, posées probablement par des cadres du PCUS ou des enseignants, qui, désorientés, attendent des orientations, voire des instructions : malheureusement, nous ignorons tout des réponses qui leur ont été faites.

  • 43  Ibidem, l. 99-101 ; d. 320, l. 91-94.
  • 44  Ibidem, d. 320,l. 92-94.

22Arrêtons-nous maintenant sur deux interventions, qui se détachent des autres par la place qu’elles accordent au « culte de la personnalité ». La première, due à Dourkine, « rédacteur » d’une maison d’édition régionale, se caractérise par une tonalité fort critique, caustique même, provoquant des rires dans la salle ; c’est probablement pourquoi une des deux versions conservées de ce texte a été tronquée43. Dourkine s’approprie le discours officiel sur le « culte de la personnalité » pour critiquer avec précision les pratiques et les dirigeants locaux44 :

C’est que, camarades, il y avait jusqu’à récemment dans le comité régional du parti des cadres qui agissaient selon le principe de Tarass Boulba : « Je t’ai engendré, je te tuerai aussi ». Le cam(arade) Morozov aimait répéter : « Regardez donc, nous vous avons promus, (…) nous pouvons vous révoquer et vous chasser ». /Animation dans la salle/ À moi, il est vrai, il m’a appliqué une formule délicate, en disant : « Nous ne nous mettrons pas en travers de ton chemin, s’ils t’envoient travailler quelque part en Asie centrale ». /Rires/

23Le « culte de la personnalité » conduit à l’étouffement de la critique : sur ce point, Dourkine prend pour exemple la façon dont un simple journaliste de la Gorkovskaia Pravda a été « outragé » pour avoir critiqué l’ancien rédacteur en chef. Il entraîne aussi « l’oubli des intérêts » des salariés, ainsi qu’une tendance à travailler pour la parade. Les dirigeants locaux négligent les préoccupations des masses ; il est temps aussi d’en revenir à « la tradition léniniste » d’écrire des articles et des livres politiques pour le peuple. Le discours de Dourkine fournit un intéressant aperçu sur l’exercice du pouvoir dans une province soviétique. Cette peinture très vivante des responsables de Gorki utilise aussi le registre de la dénonciation morale, fustigeant « l’égoïsme, le carriérisme, l’obséquiosité, le despotisme, l’amour du pouvoir, le désir d’inspirer la peur, d’épier, d’effrayer ». Interrogeons-nous un instant sur les motifs qui ont présidé aux coupures opérées dans son texte : il est probable que son discours a déplu en raison de son refus des généralités creuses. Il met en effet les points sur les i en ce qui concerne les pratiques politiques soviétiques :

  • Lors d’une conférence locale du Parti, les hôtes « ont été très minutieusement filtrés » et les journalistes n’ont pas été invités sous prétexte que le bâtiment était trop petit.

  • Les rapports présentés lors des réunions sont souvent ennuyeux « à tuer les mouches » ; « les membres du présidium, cherchant à surmonter l’assoupissement, sont obligés de dessiner des chevaux dans leur bloc-notes ».

24Dourkine cite en exemple l’époque de Lénine : en 1918, a été publié le sténogramme de la Ve Conférence bolchevique de la région de Nijni-Novgorod :

Dans ce document figurent tous les rapports, toutes les interventions, même les répliques. Il faut supposer que ce compte rendu a été édité sans les littérateurs assermentés qui à notre époque, très récemment, lissaient tellement les discours des orateurs que ces derniers ne s’y reconnaissaient pas.

25Concluant cette conférence de 1918, Kaganovitch insistait sur le rôle des masses, qu’il opposait aux personnalités, aux guides, aux héros. Rappelant cette prise de position, Dourkine constatait :

Mais nous, jusqu’à une période récente, nous disions : « Seigneur, seigneur, aide-nous et pardonne-nous, notre clair soleil, notre grand guide ». Et les simples gens disaient en leur for intérieur : « Eh bien, l’alléluia a commencé ». /Applaudissements/

  • 45  Ibidem, l. 95.
  • 46 Ibidem, l. 93.

26Malgré son intervention très critique, Dourkine a été « élu » membre de la commission de rédaction de la résolution45 ; Ignatov l’a approuvé quand il a dit espérer que ses remarques sur certains collaborateurs de la Gorkovskaia Pravda ne seraient pas censurées par le journal46.

  • 47 Ibidem, d. 320 l. 73-77. A. M. Godiaev était délégué au Congrès “ avec voix délibérative ”.
  • 48  L’entreprise a été fondée en 1849.

27Le second discours que nous examinerons a été prononcé par A.M. Godiaev, tourneur à l’usine Krasnoe Sormovo, communiste depuis 1943, qui battait des records de rendement et a été délégué au XXe Congrès : il ne s’agit donc pas d’un ouvrier ordinaire. Son texte atteint une longueur d’environ quatre pages et demie, dont une sur le « culte de la personnalité » ; le reste est consacré aux problèmes de son entreprise47. Il commence par évoquer la vie quotidienne : le district de Sormovo, qui s’est beaucoup agrandi, souffre d’une pénurie d’eau et de moyens de communication. À Krasnoe Sormovo, le ministère a réduit de moitié les crédits sociaux, malgré un « manque aigu de surface habitable » : à ce rythme, il faudra vingt-quatre ans pour satisfaire les 4 800 demandes en souffrance. Mais il s’étend surtout sur des questions technologiques : une partie de l’équipement de Krasnoe Sormovo est vieillie : « À côté de nouvelles installations de coulage de l’acier (…), il existe de vieux ateliers de fours Martin, qui ont été les premiers construits en Russie48. »

28Plusieurs obstacles s’opposent au progrès technique à l’usine :

  • les instances supérieures, même le ministère, planifient des équipements dont l’amortissement dure plus de dix ans,

  • les bureaux d’études sont coupés de la vie ; les jeunes formés par les instituts connaissent la production surtout par les livres et par ouï-dire ; leurs enseignants ne sont plus à la page.

29Cette mentalité technicienne me paraît typique d’une élite de travailleurs qualifiés de l’industrie : elle fait penser au « saint-simonisme ouvrier » de la France d’avant 1914.

30Godiaev affirme ensuite : « Les ouvriers écoutent et discutent avec très grands intérêt et attention le rapport du cam(arade) Khrouchtchev sur le culte de la personnalité et ses conséquences. ». Faut-il y voir une phrase toute faite ? Il est difficile de trancher sur ce point. Toujours est-il que l’orateur lit le Rapport secret au prisme de sa vie à l’usine :

[…] si nous avons eu de tels dieux qui ont été célébrés chez nous en leur temps, non sans notre aide peut-être, nous avons maintenant de petits dieux locaux, qui ne tiennent compte ni de l’opinion des ouvriers ni de celle du collectif, mais mettent plus haut que tout leur propre moi. Cela existe au niveau local et parmi les contremaîtres et parmi les autres chefs.

31Godiaev constate que le « culte de la personnalité » a influencé l’attitude des cadres subalternes, qui attendent des ordres d’en haut : « s’il y a une orientation, une indication, il se remuera ». Il se demande aussi s’il était possible de faire connaître plus tôt au pouvoir central les « pensées, humeurs et (…) exigences » d’en bas et répond que c’était « très difficile et impossible », car les organisations de Moscou « étaient séparées par une grande distance de la vie immédiate ». Son intervention se termine par une déclaration de confiance envers le PCUS.

  • 49  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 132-133.
  • 50  Ibidem, l. 105, 114 et 124.

32Un rapport adressé au Comité central du PCUS (Département des organes du parti pour la RSFSR) et datant au plus tard du 3 avril 1956 dresse un bilan de la discussion qui a eu lieu « dans tous les villes et districts de la région et dans plus de 2 500 organisations de base […] »49. Il souligne la « grande présence et la haute activité des communistes » : les réunions de militants ont rassemblé au total 17 597 personnes ; 658 ont demandé la parole et 496 sont effectivement intervenues, soit 2,8 % des présents. Des chiffres portant seulement sur une partie de la région indiquent des ordres de grandeur comparables50 :

Tableau 3

Présents

Ont demandé la parole

Sont intervenus

8 districts de Gorki et villes de Dzerjinsk et Bogorodsk

environ 6 000

 ?

plus de 100 (1,6 %)

5 districts

1 998

67

59 (2,9 %)

Ville de Bor et 2 districts

989

57

35 (3,5 %)

33Il ressort de ces données que les intervenants ont été peu nombreux ; même si l’on y ajoute ceux qui ont posé des questions lors de la discussion, il reste que seule une minorité a donné son avis. Que pensaient les autres ?

  • 51  Ibidem, l. 125-127. Les deux communes se trouvent au Nord de la région de Nijni-Novgorod. Ce compt (...)

34Changeons maintenant de focale et examinons les différences internes à la région. Nous savons qu’en URSS, il existait un immense fossé entre les villes et les campagnes et que le PCUS était peu implanté parmi les kolkhoziens. Un rapport consacré à deux districts ruraux de la zone forestière ( Krasnye Baki et Varnavino)51 présente cette particularité étonnante de ne souffler mot du « culte de la personnalité » : cette thématique officielle était-elle trop éloignée des préoccupations locales ? ou la proximité des dirigeants locaux paralysait-elle la critique ? Toujours est-il que pas un seul paysan n’a pris la parole, comme en témoigne le tableau suivant :

Tableau 4

Lieux

Krasnye Baki

Varnavino

Intervenants

3 présidents de kolkhoze

plusieurs responsables d’exploitations forestières

directeur de la scierie « Udarnik »

directeur d’une MTS

président du comité exécutif de district

plusieurs représentants de kolkhose

peut-être d’autres (non identifiés)

35Les discours tenus confirment d’abord ce que nous savons de la pénurie dans les campagnes soviétiques : des marchandises de première nécessité manquent dans les magasins. Ils mettent aussi en lumière les tensions entre institutions et les plaintes qui en résultaient :

  • Plusieurs présidents de kolkhoze ont souhaité que le comité de parti et le comité exécutif du district leur laissent plus de liberté et leur accordent davantage d’aide.

  • La MTS ne remplit pas « ses obligations contractuelles avec les kolkhozes sur la livraison d’engrais minéraux, le transport de fourrage et autres travaux d’hiver », ont déclaré des responsables d’exploitation collective.

36Ces zones rurales ne s’occupaient pas seulement d’agriculture ; elles s’adonnaient aussi à l’exploitation de la taïga. Le combinat « Gorkles » (« Forêt de Gorki »), qui en a la charge, est critiqué par le directeur de la scierie « Udarnik » parce qu’il ne s’intéresse pas à l’entreprise, qui attend depuis deux ans l’installation d’une scie mécanique. Plusieurs cadres mettent sévèrement en cause ce combinat : les exploitations forestières « n’ont pas de métal pour réparer les machines » ; « pendant tout l’hiver, elles n’ont pas distribué de moufles aux ouvriers », qu’elles n’approvisionnent pas de façon satisfaisante en produits alimentaires et en marchandises industrielles. La convention collective discutée par les ouvriers prévoyait la construction d’un club et de bains, ainsi que la fourniture de combustible au personnel, mais les dirigeants du combinat ont supprimé ces engagements.

  • 52  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 114-116.
  • 53  Les trois premiers sont situés au Nord de l’oblast, le dernier au centre-sud-ouest : je remercie l (...)

37Le cas des districts de Krasnye Baki et de Varnavino est-il unique ? Nous disposons d’un second rapport52, consacré à quatre districts agricoles53 : Semenov,Tonkino, Khmelevitsy et Sosnovskoe auxquels il faut ajouter un district de Gorki : Kirov. Le « culte de la personnalité » y est mentionné une seule fois, à la fin du texte, pour dire que « les intervenants ont exprimé leur satisfaction des mesures adoptées par le Comité central du PCUS, exposées dans le rapport du c(amarade) Khrouchtchev ». Certes, nos données sont lacunaires, mais elles semblent indiquer que pas un seul kolkhozien n’a pris la parole :

Tableau 5

Lieux

Intervenants

Semenov

le directeur d’une fonderie de fonte
un communiste de profession non indiquée

Tonkino

pas d’information

Sosnovskoe

8 personnes, dont :

  

– un président de kolkhose

  

– un directeur de MTS

  

– le secrétaire du comité de parti du district

Khmelevitsy

2 présidents de kolkhoze
d’autres intervenants non identifiés

38Dans le district de Semenov, à en croire le rapport, il n’a pas été question d’agriculture. Le directeur de la fonderie « des trois communistes », située à Semenov même, a décrit les difficultés de son entreprise. Un communiste, dont nous ignorons la profession, a dénoncé des gaspillages : les usines de lin manquant de capacités, les tiges de lin roui sont stockées à ciel ouvert et pourrissent. En revanche, dans les trois autres districts, la discussion a tourné essentiellement autour des questions agricoles. À Tonkino, les participants au plénum élargi du comité de parti ont critiqué les méthodes bureaucratiques de direction : le premier secrétaire du district et les cadres qui l’entourent jugent de la situation des kolkhozes d’après des rapports, sans se rendre sur place. La préparation des ensemencements de printemps a pris du retard dans le district de Sosnovskoe : à nouveau, c’est la MTS qui est mise en accusation, par plusieurs orateurs. Le directeur de cette MTS, quant à lui, s’en prend au comité régional du PCUS, qui demande trop peu aux savants : il n’exige pas d’eux une présence plus fréquente dans les kolkhozes, ni une aide pratique à l’application des découvertes scientifiques dans l’agriculture. Dans un esprit voisin, un secrétaire du comité de parti du district souligne que les responsables de l’Institut d’agriculture n’ont pas tenu parole : ils ont organisé un seul séminaire d’« économie concrète » à la MTS et s’en sont tenus là. La réunion des militants communistes du district de Khmelevitsy a été dominée par les interventions de deux directeurs de kolkhoze. Le premier, Berezine, a insisté sur les réformes faites dans son exploitation : réduction du personnel administratif, modification des normes de production, instauration d’un nouveau système de paiement du travail. Ensuite, Berezine et son collègue Sokolov ont demandé que les coopératives industrielles augmentent leur production de roues, de télègues (charrettes) et autre matériel agricole ; ils ont aussi souhaité que les coopératives de consommation assurent la vente de chaussures en caoutchouc et de salopettes ouatinées pour les éleveurs.

  • 54  Branko Lazitch, Le Rapport Khrouchtchev…, op. cit., p. 140. La résolution du XXe Congrès sur le ra (...)

39Toutes ces interventions concernant l’agriculture présentent un point commun frappant : elles sous-estiment la gravité de sa situation et n’établissent jamais de lien entre le présent et le passé récent. Pourtant, dans son Rapport secret54, N.S.Khrouchtchev avait affirmé la responsabilité de Staline en la matière :

La répugnance de Staline à considérer les réalités de l’existence et le fait qu’il n’était pas au courant du véritable état de la situation dans les provinces peuvent trouver leur illustration dans la façon dont il a dirigé l’agriculture.

  • 55  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 134.

40Dans les discussions que j’ai pu lire les comptes rendus, cette déclaration n’est jamais reprise. Il est tout au plus question de « liquider le retard de l’agriculture dans la région (c’est moi qui souligne) »55, ce qui n’a pas la même portée.

  • 56  Ibidem,f. 1985, op. 26, d. 136, l. 53-72.
  • 57  Ces deux communes sont situées au sud-ouest de Nijni-Novgorod.
  • 58  Nous savons que le public a posé des questions au premier secrétaire régional du parti : malheureu (...)
  • 59  Ibidem, l. 56-58.

41Nous avons la chance de disposer du procès-verbal d’une réunion des militants de Pavlovo (district et ville)56 : les uns viennent de la campagne, les autres de petites agglomérations (Pavlovo, Vorsma)57. Le thème du « culte de la personnalité » est évoqué à plusieurs reprises, mais de façon très générale58. Seuls prennent la parole des cadres de divers niveaux. Des présidents de kolkhoze expriment des griefs contre la ville 59 :

« En pleins travaux d’été, les usines de Pavlovo nous envoient, en règle générale, des gens dont une partie importante ne travaille pas consciencieusement […] ».

« Une usine de Dzerjinsk a construit dans notre kolkhoze des silos et des serres, mais ce ne sont pas des bâtiments, c’est du pur rebut ».

  • 60  Ibidem, l. 61-62.
  • 61  Ibidem, l. 66-70.
  • 62  Ibidem, l. 65-66.
  • 63  Ibidem, l. 58.

42Le président du soviet de Vorsma évoque les difficultés de sa petite ville 60 : les entreprises ne construisent pas de logements, ou peu ; les matériaux de construction et le bois de chauffage manquent ; dans le commerce, on ne trouve ni gruau ni pâtisserie-confiserie. Le secrétaire du parti de Pavlovo-ville brosse un tableau aussi sombre de la situation61 : les usines, où prédomine le travail manuel, obtiennent de mauvais résultats ; le bâtiment a des coûts de revient élevés, malgré la mauvaise qualité ; plus de la moitié des logements construits au cours du 5e plan (1951-1955) l’ont été par le secteur privé. Deux interventions évoquent un monde ouvrier presque inconnu, celui des coopératives industrielles de la métallurgie, fabriquant des objets de consommation courante (couteaux) : travail physique pénible, hygiène et sécurité négligées (absence de ventilation), mauvaises conditions de vie, entraînant des maladies pulmonaires62. Ces ouvriers étaient employés aux travaux agricoles dans les kolkhozes l’été. Les loisirs constituaient pour les communistes locaux un autre sujet de préoccupation : Pavlovo n’avait qu’un cinéma ; les prolétaires, en particulier les jeunes, n’avaient pas d’endroit où passer le temps « de façon civilisée » (kul’turno)63 :

« Certains d’entre eux vont au restaurant, se saoulent, d’où des violations de l’ordre social, du hooliganisme, etc ».

  • 64  Ibidem, l. 61.

43Le secrétaire du Komsomol de Pavlovo se plaint que la maison de la culture de l’usine Staline ne se préoccupe que de commerce et organise des danses payantes au détriment de toute autre activité64.

  • 65  GOPANO, f.3, op. 2, d. 416, l. 124-125.
  • 66  Ibidem, l. 105-106.
  • 67  Ibidem, l. 107.

44Je crois donc avoir démontré que le thème du « culte de la personnalité » est faiblement présent dans les organisations communistes de la campagne ; nous avons vu que c’était aussi le cas à Pavlovo. Prenons un autre exemple de petite ville : à Bor, pourtant proche de Gorki, il brille par son absence. Ce sont les préoccupations liées à la vie quotidienne qui dominent : logement, aménagement urbain, insuffisances de l’approvisionnement à la campagne, faiblesse du travail éducatif et culturel dans les villages, longs retards dans la livraison de pain aux ouvriers d’une entreprise de tourbe65. À Gorki et dans deux villes voisines, Dzerjinsk et Bogorodsk, ces soucis matériels apparaissent aussi : un ouvrier signale l’absence de ventilation dans son atelier de menuiserie, qui nuit à la productivité du travail ; à Bogorodsk, un immeuble de logements n’est toujours pas construit, car le Comité exécutif de la région n’a pas donné d’argent ; dans le district Kouibychev (Gorki), les services médicaux sont en mauvais état et il manque environ deux cents places dans les crèches66. Mais on assiste également à des tentatives pour tourner le thème du « culte de la personnalité » contre les dirigeants de tout niveau67 :

  • un mécanicien du dépôt de la gare de Gorki-triage déclare que le « culte de la personnalité [...] s’est répandu aussi à la base » et dénonce « des chefs qui exigent le respect ; chacun d’entre eux, même pour des remarques inoffensives, menace d’imposer, de rétrograder dans le travail, d’enlever des droits, etc. »,

  • deux communistes du district Kouibychev (Gorki), blâmant le culte de la personnalité, ont critiqué vigoureusement le président de l’Union régionale de consommation parce qu’il ne supporte pas la critique et les remarques, […] bafoue la démocratie coopérative, en abolissant de sa propre autorité les décisions du présidium de direction ».

45Par la même occasion, ils s’en prennent aussi au nombre exagéré de chefs et à la dilapidation de l’argent des coopératives,

  • la plus virulente est sans doute une ouvrière de la bourrellerie-sellerie (Bogorodsk) :

  • 68  Allusion au début du Rapport secret de Khrouchtchev, qui rappelle l’opposition des « classiques du (...)

Elle a entendu que Lénine est intervenu de manière (…) mordante contre les manifestations du culte de la personnalité68, ne craignait pas de dire franchement la vérité (…), mais pourquoi les membres du Bureau politique ont-ils eu peur de Staline. Le culte de la personnalité (…) s’est répandu même à la base, dans la production, où l’on peut toujours entendre de la part des chefs et des contremaîtres des mots comme « mon secteur », « mon atelier », « mes ouvriers », « je suis le patron, ce que je veux, fais-le », etc. ».

  • 69  Sur la parole singulière comme événement historique, cf. Arlette Farge, Quel bruit ferons-nous ? P (...)
  • 70  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 107.
  • 71  Branko Lazitch, op. cit., p. 140.
  • 72  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 105-106.
  • 73  XX S’ezd Kommunisticheskoi Partii Sovetskogo Soiuza, op. cit., tome 1, p. 92.

46Nous sommes ici en présence, me semble-t-il, d’une authentique tentative pour prendre la parole69, exprimer des revendications, en s’appropriant un mot d’ordre diffusé par le pouvoir. Cette appropriation n’est pas le monopole des ouvriers : ainsi, le directeur de l’usine « Krasnyi Yakor » explique que « le culte de la personnalité gâte les gens (…), engendre l’irresponsabilité (...) », puis s’en prend à un de ses collègues70. Ses propos font écho à un passage du Rapport secret qui évoque brièvement la bureaucratisation résultant du culte de Staline71. De même, bien qu’il ne cite aucun dirigeant, le secrétaire du comité de parti de la direction des chemins de fer de Gorki a pu se sentir encouragé d’en haut à réclamer la réduction de l’appareil administratif et le transfert « dans la production » du personnel superflu : des mesures dans ce sens ont été élaborées en 1954, mais deux ans plus tard elles n’étaient pas encore appliquées72. Dans son rapport public au XXe Congrès, N. S. Khrouchtchev avait en effet appelé à poursuivre la diminution des effectifs de l’administration, commencée en 1954-1955, et à transférer ces gens dans les usines, les mines, les kolkhozes, etc73.

  • 74  GOPANO, f. , op. , d. 416, l. 114.
  • 75  Ibidem, l. 135.
  • 76  XX S’ezd Kommunisticheskoi Partii Sovetskogo Soiuza, op. cit., tome I, p. 45-46.
  • 77  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 133-134 pour des exemples de tensions dans la bureaucratie économi (...)

47Dans le district Kirov (Gorki), les dirigeants du parti et de l’économie ont été accusés de s’entretenir peu avec les ouvriers, de ne guère écouter leur voix et de réagir lentement aux critique . Un ajusteur communiste de l’usine « Krasnaia Etna » leur a reproché de donner leur accord à la fabrication de faux records de production ; le secrétaire de l’organisation territoriale du parti a soulevé la question de l’impunité des cadres de l’État-parti, qui les encourage à violer la loi et cité les noms de coupables à Gorki même74. Dans un autre district (Jdanov) de la capitale régionale, c’est le président du comité exécutif de la ville qui a été mis sur la sellette pour avoir parfois négligé les plaintes de travailleurs et s’être rendu trop rarement dans les entreprises ; à la même réunion, il a été rappelé que les députés des Soviets suprême d’URSS et de RSFSR doivent rendre compte régulièrement de leur activité à leurs électeurs. Ces « humeurs antibureaucratiques » s’exprimaient aussi à la campagne, j’en ai déjà cité des exemples supra : dans le district Zalesnyi, par exemple, on se plaignait que les dirigeants communistes locaux connaissent mal la situation dans les kolkhozes ; ailleurs, on déplorait qu’ils ne discutent pas souvent avec les simples paysans75. Dans tous ces cas, il n’était fait aucune allusion au « culte de la personnalité » ; il n’en est pas moins significatif que cette critique des cadres s’exprime à l’occasion de la discussion des résultats du XXe Congrès : Khrouchtchev ne s’en était-il pas pris avec vigueur aux « bureaucrates », en citant un poème satirique de Maïakovski ?76 Évidemment, comme l’a montré l’histoire de l’URSS sous Staline, ces thèmes « antibureaucratiques » sont ambigus : ils peuvent exprimer une authentique protestation de la base, mais aussi être utilisés par des responsables à des fins politiques ou dans le cadre de batailles internes à la bureaucratie77.

  • 78  N. A. Barsukov, « L’envers du “ dégel ” »,art. cit., p. 135.
  • 79  Yurii Aksiutin, Khrushchevskaia “ ottepel’ ”…, op.cit., p. 175-176 ; R. G. Pikhoia, op. cit., p. 1 (...)

48Il existait en tout cas une limite à ne pas franchir dans la critique : c’est ce qui fut rappelé dans une résolution secrète du Comité central (3 avril) intitulée « Sur les sorties ennemies aux réunions de l’organisation du parti du laboratoire thermotechnique de l’Académie des sciences de l’URSS sur les résultats du XXe Congrès78 ». Etait visée une réunion tenue à Doubna les 23 et 26 mars, où l’on avait entendu des propos « subversifs79 » :

  • Nous parlons de la force du parti et du pouvoir du peuple, mais cela n’existait pas. Avec Staline, nous serions allés au fascisme… Nous répétons encore aujourd’hui le culte de la personnalité, en portant aux nues Khrouchtchev, nous n’avons pas discuté « avec intelligence » au congrès son rapport sur le culte… Khrouchtchev nous a entassé un grand nombre de faits de toute sorte, mais il nous faut comprendre pourquoi on ne l’a pas fait au congrès... [G. I. Chtchedrine, technicien]

  • Le peuple est impuissant, c’est pourquoi un petit groupe de gens a réussi à établir sa dictature…Armer le peuple peut être la mesure la plus radicale pour surmonter les phénomènes négatifs dans notre vie. [R. G. Avalov, chercheur]

49Mais c’est l’intervention du jeune physicien Yurii Orlov,qui a été au centre des débats :

Notre pays est socialiste, mais non démocratique. Nous avons tort de comparer le socialisme avec le capitalisme, alors pourquoi ne pas le comparer avec le régime esclavagiste [...]. Chez nous, il y a une situation où la propriété appartient au peuple et le pouvoir à un tas de coquins [...]. Notre parti est pénétré d’un esprit de servitude. La majorité des membres du parti s’adaptent, il en a été ainsi au XXe Congrès […]. Les séances du Soviet Suprême produisent une triste impression. Il est comique de dire que le rapport du c(amarade) Khrouchtchev sur le culte de la personnalité n’a pas été discuté au congrès. Pour l’essentiel, dans notre parti tout est resté comme avant : le vieil esprit de flagornerie, notre appareil de l’État et du parti regorge de gens comme ça. La presse est faite d’aventuriers et d’opportunistes. En la personne de la sécurité d’État nous avons élevé un enfant qui nous tape sur la gueule.

  • 80  M. R. Zezina « La thérapie de choc… », art. cité, p. 30.

50Or, malgré les efforts du présidium, la résolution condamnant ces déclarations a obtenu seulement deux voix de plus que le texte alternatif, qui les soutenait. C’était intolérable et l’organisation communiste du laboratoire thermotechnique fut dissoute, mesure rare, justifiée ainsi80 :

[Les communistes du laboratoire] ont dénigré le caractère démocratique de l’ordre soviétique, ont vanté les fausses libertés des États capitalistes, ont lutté pour répandre dans notre pays l’idéologie bourgeoise ennemie.

  • 81  On obligea les autres communistes à se faire réenregistrer ; le chef du département politique du l (...)
  • 82  Pravda, 5 avril, p. 3.
  • 83  N. A. Barsukov, art. cité, p. 135.

51La résolution du 3 avril recommandait d’exclure du PCUS Orlov et ses camarades, ce qui fut fait81, et de mener à l’avenir la discussion du XXe Congrès de façon à ne pas tolérer de semblables « sorties ennemies ». Son contenu fut repris le 5 avril dans un texte de la Pravd , qui dénonçait nommément Avalov, Orlov, Chtchedrine et un certain Nesterov82. Le Comité central l’envoya en province, avec l’ordre d’organiser des réunions fermées du parti à ce sujet83.

  • 84  28 mars, p. 2-3 ; 5 avril, p. 2-3 ; 7 avril, p. 2-4. Le lecteur en trouvera une traduction françai (...)
  • 85  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 139-141.

52C’est dans ce contexte qu’est organisée à l’intention des communistes de Gorki-ville une séance de lecture de trois articles de la Pravda84 : deux éditoriaux et la traduction d’un document chinois intitulé « Sur l’expérience de la dictature du prolétariat », tiré du Quotidien du Peuple. D’après le compte rendu, sept personnes ont pris la parole85. Artemov, ouvrier de la fabrique de confection N° 2, note :

Même nous, communistes du rang, avions remarqué que dans les dernières années de sa vie, Staline encourageait beaucoup le culte de la personnalité, portant par là un dommage considérable au parti et au pays. [Il s’affirme en accord avec] la lutte contre le culte de la personnalité, pour liquider plus rapidement ses conséquences.

53Il n’est pas sans intérêt de signaler au passage les déclarations de Riumantseva, secrétaire du parti de la même entreprise : l’article chinois a suscité « un grand intérêt » chez les communistes : il expose « de façon correcte et accessible l’activité positive de I. V. Staline dans les années après la mort de V. I. Lénine » et « met en lumière ses erreurs dans les dernières années de sa vie ». Korovine, chef d’atelier de la fabrique de confection N° 7, affirme, comme Artemov, son approbation de la ligne officielle. Les autres interventions sont beaucoup plus agressives. Un cadre syndical s’en prend aux contestataires en ces termes :

Nous sommes obligés d’élever la vigilance politique et de donner une riposte décidée à des gens comme Avalov, Orlov, Nesterov, Chtchedrine et leurs semblables, qui essayent d’utiliser la démocratie interne du Parti pour diffamer notre Parti.

  • 86  Page 3.

54Les trois enseignants qui interviennent ensuite sont tout aussi sévères. Pour Kouznetsov, vice-recteur de l’Université d’État, celui qui ose douter de la justesse de la politique des autorités « ou pire encore considérer notre démocratie comme moins parfaite que la démocratie américaine, celui-là n’est pas digne du titre de membre de notre parti communiste ». Aux yeux du directeur adjoint de l’Institut pédagogique, Ermakov, le XXe Congrès ne marque pas un « tournant thermidorien » : celui qui juge ses décisions « insuffisamment démocratiques [...] n’a pas sa place dans les rangs du PCUS ». Ces gens « sont des ignorants qui ont passé toutes les bornes ou même de vrais ennemis de notre Patrie ». Quant à Zaitsev, professeur d’histoire du parti à l’Institut médical, il « exige non seulement la condamnation des interventions antiparti d’Avalov, de Nesterov, de Chtchedrine et autres, mais aussi leur exclusion des rangs de (notre) parti » et reprend telle quelle à leur encontre une phrase de la Pravda du 5 avril86.

  • 87  Ce rapport date probablement de la première moitié d’avril 1956 ; il a pour destinataire le Comité (...)
  • 88  Ceci confirme les remarques de Polly Jones sur le rôle de la peur, cf. « From Stalinism to Post-St (...)
  • 89  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 142.

55Cette réunion constitue un très clair avertissement quant aux risques que courent les communistes qui se permettent d’aller plus loin que les autorités dans la critique de Staline. Pourtant, le lecteur a l’impression d’un certain flottement chez les dirigeants lorsqu’il prend connaissance d’un rapport envoyé par le comité régional du PCUS à Moscou87, concernant l’« iconoclasme ». Lors de réunions de militants, « beaucoup de communistes » demandaient aux rapporteurs s’il fallait enlever les portraits et les statues de Staline : il leur était répondu qu’ils étaient libres de garder ou d’enlever les images du Guide ; afin de rassurer leur public, les rapporteurs précisaient même que personne ne serait poursuivi pour « iconoclasme »88. L’auteur ajoute que « sur cette question, ni le comité régional, ni les comités de ville, ni les comités de district du parti n’ont donné aucune autre indication à quiconque ». Il semble donc probable que Moscou n’avait pas envoyé de directives claires à ce sujet, peut-être parce que les sommets du pouvoir étaient divisés sur ce point. Selon le même texte, l’« iconoclasme spontané » dans les lieux publics a été très limité89 : seuls deux cas sont cités :

  • 90  Cette ville est située au nord-est de la région de Nijni-Novgorod.

Dans l’école secondaire n° 1 de Gorki et dans l’école secondaire de Chakhounia90, après avoir écouté le rapport du c(amarade) Khrouchtchev « Sur le culte de la personnalité » (…), les travailleurs de ces écoles ont aussitôt enlevé tous les portraits et emporté les bustes et les bas-reliefs de Staline.

56L’auteur mentionne aussi la dégradation de statues de Staline (des bras cassés) par des jeunes, mais lui dénie toute signification politique, en attribuant à ses auteurs des « motifs de hooligans ».

  • 91  Arlette Farge, Quel bruit… ?, op. cit., p. 158.
  • 92  Ibidem, p. 159.
  • 93  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 109-110 et l. 137-138.

57Jusqu’ici, j’ai le plus souvent cité des propos tenus lors de réunions par des hommes ou des femmes (rarement) dont nous connaissons le nom et, souvent, la profession : il s’agit d’une parole individuelle filtrée par l’institution91. Mais il existait en URSS une pratique qui consistait à poser des questions aux rapporteurs après leur exposé. On écrivait ces questions sur des morceaux de papier que l’on faisait parvenir au présidium. Elles étaient vraisemblablement anonymes, ce qui explique sans doute qu’elles donnent l’impression d’une plus grande liberté de ton : c’est un avantage pour l’historien, qui a l’impression (peut-être fallacieuse) d’un « accès direct à la parole vive92 », mais il a son envers, car nous ne connaissons pas l’identité de leurs auteurs. De plus, elles sont parfois difficiles à interpréter aujourd’hui : si certaines d’entre elles trahissent clairement une façon de penser, ce n’est pas toujours le cas. Les communistes cherchent d’abord à s’informer sur le déroulement du XXe Congrès93 :

  • Le rapport du c(amarade) Khrouchtchev sur le culte de la personnalité a-t-il été discuté ? Si oui, qui est intervenu sur cette question ?

  • Y avait-il des représentants de partis communistes d’autres pays à la séance fermée du Congrès le 25 février ?

58D’autres demandent des précisions sur le contenu du Rapport secret :

  • 94  Dvurushniki : épithète typiquement stalinienne, employée au moment de la Grande Terreur, et qui ne (...)

Le cam(arade) Khrouchtchev N. S. a dit […] que la formation du culte de la personnalité avait été favorisée par des gens à double face94 […] et des chanteurs d’alléluias. Qui donc le c(amarade) Khrouchtchev sous-entendait-il, peut-être certains littérateurs, artistes, compositeurs, qui exaltent avec tant de zèle la fausse grandeur de Staline ?

59La critique de Staline suscite des interrogations dans son principe même : « décrier » Staline, n’est-ce pas pour Khrouchtchev se « décrier » lui-même ? D’ailleurs, fait remarquer un autre, les dirigeants se contredisent :

À la première séance, les délégués ont honoré la mémoire de Staline en se levant. Comment cela se concilie-t-il avec le rapport du c(amarade) Khrouchtchev sur le culte de la personnalité ?

60La diffusion à grande échelle d’un discours prononcé lors d’une séance fermée, contraire aux habitudes, étonne : « Par quoi expliquer une si large popularisation du rapport du c(amarade) Khrouchtchev sur le culte de la personnalité ? ».

61On cherche à mesurer les conséquences pratiques du XXe Congrès :

  • Pourquoi dans certaines institutions enlève-t-on les portraits de Staline ? Est-ce que vraiment il est rayé du nombre des personnalités éminentes ?

  • Peut-on maintenant enlever les portraits (…) de Staline et détruire et brûler tout, pour sa barbarie ? Mais poursuivra-t-on en justice pour cela ?

    • 95  Pour une traduction française de ce monument de falsification, cf. Histoire du parti communiste (b (...)

    Peut-on utiliser comme manuel le Bref cours d’histoire du parti95 ?

  • 96  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 108.

62Des valeurs jusqu’alors respectées par la société risquent de se trouver remises en cause96 :

Que faire des insignes des lauréats des prix Staline ? Des médailles « Pour la victoire sur l’Allemagne », « Pour un travail courageux pendant la Grande Guerre Patriotique », et d’autres ?

  • 97  Branko Lazitch, Le rapport Khrouchtchev…, op. cit., p. 120 et 145-149.

63Khrouchtchev avait bien perçu un danger de sa critique de Staline : que la population ne demande des comptes aux proches de Staline, dont lui-même. Aussi, dans le Rapport secret, insiste-t-il sur le fait que les membres du Bureau politique ne pouvaient rien entreprendre contre Staline97. Apparemment, sa thèse a rencontré un certain scepticisme, puisque des communistes reviennent sur la question :

  • Comment ont réagi les membres du Bureau politique […] à l’activité de Staline dans les dernières années de sa vie, pendant la guerre comme avant la guerre, en commençant par le XVIIe Congrès du parti ? Y a-t-il eu des tentatives de leur part pour faire revenir le Comité central du parti à un travail collégial, et aussi pour rectifier Staline, et si cela n’a pas été fait, alors pourquoi ?

  • Malenkov était plus proche de Staline que les autres, comment s’est-il comporté pendant les répressions de masse, est-il intervenu à la séance fermée ?

64Les communistes cherchent ainsi à s’expliquer ce qui est arrivé à leur pays ; c’est pourquoi ils ne s’intéressent pas seulement aux responsabilités des proches de Staline. Ils posent aussi d’autres questions sur le passé : « Qui parmi les spécialistes militaires a souffert de la répression stalinienne ? Qui Lénine avait-il en vue pour le poste de secrétaire général à la place de Staline ? ». Le rappel d’une simple vérité suffit à mettre en difficulté les thèses officielles : « Qui dirigeait le pays jusqu’en 1953, Staline ou le Parti communiste ? Si c’était le parti, pourquoi a-t-il commis l’outrageau peuple ? ». 

65Bien sûr, il se révèle difficile de ne pas recourir aux étiquettes si souvent utilisées sous Staline : « Comment considérer Staline par rapport à la Patrie, comme un ennemi du peuple ou encore comment ? ».

66L’écoute du rapport secret débouche aussi sur des critiques de l’action de Khrouchtchev : « Pourquoi le Congrès n’a-t-il tiré aucune conclusion des abus de pouvoir dans le parti, les soviets et l’armée commis par Staline et quelles voies de correction de ses abus sont adoptées, pour l’instant elles sont encore insuffisantes, me semble-t-il ».

67Les cadres sont à nouveau mis en cause : « Combien d’ouvriers sont élus au Comité central du PCUS ? ».Leur opportunisme est dénoncé :

Cam(arade) Nekrasov, n’est-ce pas vous qui, rendant compte du XIXe Congrès, avez parlé de vos impressions personnelles sur l’activité de Staline, son énergie bouillonnante. Vous avez vous-même flagorné. Est-ce que vous ne faites pas maintenant l’éloge de Khrouchtchev ?

68Leur rôle sous Staline pose de délicates questions à la fois éthiques et politiques :

Que faire de ceux qui sur ordre de Staline ont battu des gens, les ont torturés et martyrisés ? C’est que beaucoup d’entre eux sont maintenant très prospères et touchent pour cela de solides pensions et ont reçu depuis longtemps des décorations pour coups, des titres pour des « dénonciations » expertes.

69Deux questions manifestent ouvertement des aspirations égalitaires fidèles aux idéaux d’Octobre 1917 :

  • Du temps de Lénine, sur sa proposition, fut introduit un « maximum de parti » dans le paiement du travail et cela a favorisé le rapprochement des dirigeants avec les masses, mais maintenant , quand on s’approche du communisme, la différence de salaire a fortement augmenté. N’est-il pas temps de mettre de l’ordre dans cette affaire ?

    • 98  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 109-110 et l. 137-138.

     Comment sont liés au principe léniniste de paiement du travail les traitements élevés des ministres, des grands dirigeants du parti et de l’économie, les colis des députés ? Est-ce que cela n’empêche pas la solution de grandes questions, est-ce que ce n’est pas un des moyens d’étouffer la critique ?98

  • 99  « From Stalinism… », art. cit., p. 130-136.

70Polly Jones a mis l’accent sur cinq points99 :

  1. Le Rapport secret manquait de clarté, créant confusion et désorientation chez les Soviétiques, qui ont adopté des attitudes diverses ; la réaction la plus répandue dans la population a été de demander des éclaircissements.

  2. La pensée stalinienne, caractérisée par une dichotomie manichéenne entre héros et méchants, était profondément enracinée dans les esprits : le Guide de la veille devient alors un « saboteur » ou un « ennemi du peuple.

  3. Les nouvelles images négatives de Staline sont attaquées, souvent avec méchanceté, par des citoyens qui invoquent notamment ses mérites militaires.

  4. Une partie de l’intelligentsia estimait que Khrouchtchev n’allait pas assez loin dans la critique de Staline, se contentant de le « diaboliser » et refusant de reconnaître les responsabilités du parti communiste.

  5. La déstalinisation a échoué : Khrouchtchev a été contraint d’annuler une grande partie de sa critique de Staline, principalement par peur du dissensus.

  • 100  Pour cette période, les archives de Nijni-Novgorod n’ont pas conservé de lettres adressées aux jou (...)

71Mes recherches dans les archives de Nijni-Novgorod confirment la diversité des attitudes face au Rapport secret et la volonté d’obtenir des explications sur son contenu. En revanche, le poids du manichéisme, réel, ne me paraît pas devoir être exagéré ; la défense de Staline, si elle existe, n’est finalement pas si fréquente, mais peut-être cela tient-il à mes sources : je n’ai pas utilisé de lettres anonymes100. Il ne faut pas oublier, en effet, qu’à ce moment-là, l’apologie du dictateur était exclue par la ligne officielle et se réfugiait sans doute en partie dans des canaux d’expression ne relevant pas de l’espace public. Il reste qu’aucune des questions posées lors des réunions n’indique une volonté ouverte de réhabiliter Staline. Quant à l’attitude de l’intelligentsia, mes documents en disent trop peu pour qu’il soit possible de conclure. Je ne sais si à l’échelle de l’URSS, la déstalinisation a échoué, mais j’ai plutôt le sentiment qu’à Nijni-Novgorod, cette opération est restée pour l’essentiel sous le contrôle des autorités, qui ont réussi à la maintenir dans les limites souhaitées.

  • 101  GOPANO, f. 39, op. 6, d. 350, l. 1-2 ; ibidem, f. 1244, op. 12, d. 185, l. 13-14 et 16-17 ; ibidem (...)
  • 102  GOPANO, f. 30, op. 11, d. 207, l. 76-77, 80-81 et 84-85.
  • 103  Ibidem, l. 77, ,81 et 84.

72Il semble d’ailleurs qu’il ne faille pas exagérer l’ampleur des discussions autour du « culte de la personnalité ». Ce fait apparaît avec netteté à la lecture de textes émanant des organisations communistes d’entreprise (usine automobile, chantier naval Krasnoe Sormovo101. Trois séries de documents fournissent des indices qui semblent confirmer la place limitée des débats sur le « culte de la personnalité » et la priorité donnée à la mise en cause des cadres locaux. La première concerne des « remarques critiques » émises au cours de discussions consacrées aux résultats du XXe Congrès102 : le « culte de la personnalité » n’est évoqué explicitement qu’en une occasion. Une fois de plus, les cadres sont mis sur la sellette103 :

À la réunion, il a été dit que le XXe Congrès est très attentif aux conditions matérielles de vie des travailleurs, mais que le Comité du PCUS et le Comité exécutif (des soviets) du district Kouibychev (ville de Gorki) manifestent peu ce souci.

  • 104  Ibidem, f. 3, op. 2, d. 427, l. 87-93.
  • 105  Ibidem, l. 96 ; l. 94-94 ob.
  • 106  Ibidem, d. 434, l. 99-107, 114-136 et 140-144.
  • 107 Ibidem, l. 134.

73La deuxième série de documents provient des dossiers du département régional d’agit-prop. Son responsable dresse le bilan du « travail d’agitation de masse pour expliquer aux travailleurs les décisions du XXe Congrès »104 : il s’étend sur la situation de l’agriculture, mais il n’est pas question de Staline. Le même dossier contient un plan-guide de leçons sur le XXe Congrès, destiné aux écoles politiques, cercles, séminaires et écoles du soir : aucun thème lié au « culte de la personnalité » n’y apparaît ; toutefois, un second document énumérant les thèmes-types de conférences, rapports et entretiens sur ce même Congrès mentionne à plusieurs reprises la critique de Staline105. Un autre dossier de l’agitprop porte sur les journaux locaux ; on y trouve notamment neuf rapports106 ; chacun d’eux expose les résultats de l’examen critique d’un organe d’entreprise différent. Bien sûr, leur lecture ne remplace pas un dépouillement exhaustif de ces publications, mais elle donne le sentiment que le contenu de ces journaux était assez étroitement axé sur la vie de l’usine ou du trust : le fameux discours de Khrouchtchev y brille par son absence et même, à une exception près107, le XXe Congrès. Tout se passe comme si les comités de parti, qui exerçaient une censure vigilante sur cette presse, avaient voulu enfermer les salariés dans un cercle de préoccupations limitées à leur lieu de travail.

  • 108 Ibidem, f. 30, op. 11, d. 207, l. 107-131.
  • 109  Ibidem, l. 107.
  • 110  Ibidem, l. 111-112.
  • 111  Ibidem, l. 112, 115, 119, 121, 124 ; 129 (grossièreté envers des cadres) ; 130.

74La troisième série de documents éclaire les résultats d’élections internes au PCUS qui se sont tenues à l’automne 1956108 : on a voté à bulletins secrets, au moins dans certains cas. À Gorki, environ un tiers des communistes présents ont pris la parole, ce qui représente une proportion élevée109. Un thème revient sans cesse : la mise en cause des petits responsables du parti et des cadres d’entreprise, accusés d’être coupés de la base et sourds aux plaintes110. La grossièreté envers le personnel figure en bonne place parmi les griefs avancés : il est même question de « comportements inhumains à l’égard des travailleurs » et de « grossièreté, d’outrages aux ouvriers et aux contremaîtres, allant jusqu’à des humiliations »111.

  • 112  Ibidem, l. 114.
  • 113  Un bâtiment regroupait plusieurs ateliers.
  • 114  Ibidem, l. 120-121. Cf. aussi l. 121-123 et 125.

75Quels ont été les résultats de ces élections ? Notre source ne fournit que des indications partielles sur les personnes qui n’ont pas été élues : c’est le cas pour plus de 80 responsables du parti et de l’économie à Gorki, mais, pris isolément, ce chiffre n’a pas grand sens. Nous savons seulement qu’« il est arrivé beaucoup de nouveaux camarades » à la suite de tous ces scrutins112. Dans le district de Kanavino, sept personnes (directeurs d’usine, chef de gare, etc) n’ont pas été élues, dont trois pour grossièreté. À l’usine automobile (forge), il en a été de même pour le chef de bâtiment113 Chepelev et le secrétaire de l’organisation du parti Zaitsev : il leur était reproché de ne pas avoir lutté contre les violations de la discipline du travail. Mais la liste des critiques ne s’arrêtait pas là114 :

  • Le bureau du parti ne s’est pas occupé de planifier le salaire des ouvriers, qui selon une déclaration de [trois] membres du PCUS baisse chaque année, ce qui permet d’importantes économies à la forge, alors que le rebut cause de grandes pertes.

  • Les cam(arades) Chepelev et Zaitsev se sont coupés des ouvriers, se montrent insensibles envers eux, n’examinent pas leurs besoins, ne réagissent même pas aux plaintes, à cause des mauvaises conditions de travail et de vie le turnover est élevé, surtout chez les jeunes.

  • 115  Ibidem, l. 124.
  • 116  Cf. ibidem, l. v117. Sur l’élection des comités de parti au niveau des districts et des villes (fi (...)

76Dans un atelier de l’usine Staline (Gorki), les communistes n’ont recommandé la réélection d’aucun des membres de l’ancien bureau du parti115. On aimerait connaître la portée exacte de cette « épuration douce », mais elle est difficile à mesurer : il faudrait comparer ces élections aux précédentes. Nous ne disposons pas d’informations qui permettent de saisir l’impact de ces éliminations de cadres sur les rapports d’autorité dans l’entreprise ; quoi qu’il en soit, leur fréquence ne doit probablement pas être surestimée116.

Conclusion

  • 117  Sur la domination comme pratique sociale, cf. Thomas Lindenberger (Hg.), Herrschaft und Eigen-Sinn (...)
  • 118  Cf. GOPANO, f. 1985, op. 26, d. 136, l. 57-58, 60, 62, 64 et 72.
  • 119  Selon Mikhaïl. S. Gorbatchev, dans un district rural de la région de Stavropol, le « thème du cult (...)
  • 120  Cf. l’opposition entre les simples citoyens et les chefs à Leningrad dans les années trente, analy (...)
  • 121  Susanne Schattenberg, « “ Democracy ” or “ despotism ” ? How the Secret Speech was translated into (...)

77Qu’apportent les archives régionales de Nijni-Novgorod utilisées ici ? Elles offrent d’abord des aperçus sur la vie quotidienne et les dysfonctionnements permanents du système soviétique : pénuries, à-coups de la planification, tensions entre bureaucraties, etc. De ce point de vue, elles confirment un tableau déjà connu et pourraient intéresser des spécialistes d’histoire économique et sociale. Elles permettent ensuite de saisir sur le vif la domination des cadres locaux de l’État-parti, dans leur interaction avec la population117 ; ces relations de pouvoir déséquilibrées se manifestent avec une particulière netteté à la campagne. Cette domination se traduit par une tendance à monopoliser la parole lors des réunions, de sorte que le parti communiste apparaît d’abord comme une caisse de résonance des plaintes et des revendications des cadres118. Les archives doivent être lues en tenant compte de cette réalité : les règles de fonctionnement du PCUS ont pour effet de filtrer la parole venant d’en bas. Les historiens russes que j’ai pu lire négligent trop souvent ce fait et se contentent d’extraire tel ou tel propos critique de son contexte, comme si l’on saisissait ainsi l’authentique « voix du peuple ». En fait, celle-ci ne réussit à percer que de temps en temps ; on ne saurait parler d’une « opinion publique », inexistante, mais plutôt d’« humeurs », comme on dit en russe ou d’avis sur…. Le retentissement à court terme du XXe Congrès a été réel, mais limité119 : il ne pouvait en aller autrement après les 25 ans de règne de Staline, caractérisés par la destruction de la politique. On a vu que lors des réunions, nombre d’interventions se limitaient à des questions économiques ou techniques et ne mentionnaient même pas le Rapport secret de Khrouchtchev. Quand le thème du « culte de la personnalité » était évoqué, il était surtout lu à partir de préoccupations locales : sa critique servait à mettre en cause tous ceux qui détenaient quelque pouvoir : supérieurs hiérarchiques dans l’entreprise ou cadres du parti120. On retrouve ici le même état d’esprit que chez les ingénieurs qui s’expriment dans la Pravda en 1956 pour dénoncer leurs supérieurs bureaucratisés, qui mènent la vie dure aux auteurs d’inventions techniques121.

  • 122 . S. Davies, art. cit., p. 80-81 et 83-84.
  • 123  Jean-Paul Depretto « Les ouvriers de la région et le pouvoir soviétique (1928-1932) », article en (...)
  • 124  Mark D. SteinberG, Voices of Revolution, 1917, Yale University Press, 2001, p. 23.
  • 125  Leopold H. HaimsoN, Russia’s Revolutionary Experience, 1905-1917, Columbia University Press, 2005, (...)
  • 126  Marc Ferro, La Révolution de 1917 la chute du tsarisme et les origines d’octobre, Paris, Aubier, 1 (...)

78En dénonçant la grossièreté et les « outrages »commis par les autorités122,les « subalternes »affirmaient leur revendication de dignité. Cette protestation contre la grossièreté se faisait déjà entendre à Nijni-Novgorod en 1928-1930123. Elle avait des racines plus anciennes : depuis la fin du XIXe siècle, les ouvriers en grève insistaient très souvent sur leur volonté d’être traités avec politesse par leurs employeurs124. En 1912, lorsque l’agitation ouvrière reprend, après les années de calme consécutif à la défaite de la révolution de 1905, parmi les revendications présentées, figure en bonne place l’exigence que les contremaîtres cessent de tutoyer les travailleurs (soulignant ainsi leur infériorité) et les vouvoient, comme cela se pratique dans la société « cultivée » ; en outre, on demande le licenciement des chefs accusés de brutalité dans leur conduite ou leur langage125. Pendant la révolution de 1917, la même volonté s’est exprimée : « que l’administration ait une attitude polie envers les travailleurs » ; de même, les soldats se plaignaient, entre autres, du « langage grossier » des officiers126 . Ce souci de dignité et cette importance accordée aux questions morales constituent une caractéristique durable des mentalités populaires russes au XXe siècle.

Haut de page

Notes

1  Le vingtième Congrès. Mythes et réalités de l’Europe de l’Est en 1956, Paris, Institut d’études slaves, 1977.

2  Ibidem, p. 32 et 34-35.

3  Ibidem, p. 64.

4  Ibidem, p. 36-37.

5  Cette ville s’est appelée Gorki de 1932 à 1991 : à l’époque soviétique, elle était interdite aux étrangers, en raison de la présence de nombreuses usines de guerre.

6  A. A. Kulakov, J. P. Depretto (dir.) Obshchestvo i vlast’. Rossiiskaia provintsiia, tome 1, 1917-milieu des années 1930, Moscou-Nijni-Novgorod-Paris, 2002, 635 pages ; A. A. Kulakov, A. N. Sakharov (dir.), tome 2, 1930-juin 1941, Moscou-Nijni-Novgorod, 2005, 1152 pages et tome 3, juin 1941-1953, Moscou-Nijni-Novgorod, 2005, 1080 pages.

7  Arlette FARGE, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

8  Expression empruntée à un chef de file du courant des Subaltern Studies, l’historien indienRanajit Guha. Cf. « The Small Voice of History » in Shahid Amin et Dipesh Chakrabarty (éds) Subaltern Studies IX Writings on South Asian History and Society, Delhi, Oxford University Press, 1996, p. 3. Sur ce courant historiographique, cf. Isabelle Merle « Les Subaltern Studies. Retour sur les principes fondateurs d’un projet historiographique de l’Inde coloniale » Genèses, septembre 2004, p. 131-147.

9  Je cite ici François Furet, pour qui « l’homme des classes inférieures n’existe pour l’historien que perdu dans l’étude démographique ou sociologique ». Cf. « Pour une définition des classes inférieures à l’époque moderne », Annales ESC, 1963, n° 3, p. 459. Carlo Ginzburg a critiqué cette thèse dans Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle,Paris, Flammarion, 1980, p. 15.

10  J’ai présenté ce texte au Centre russe de l’EHESS (17 juin 2005) et au séminaire de Claude Pennetier et Bernard Pudal (14 janvier 2006) : je remercie tous les participants aux discussions dont les remarques ont enrichi le présent article.

11  J’ai en vue les auteurs suivants : N. A. Barsukov, « L’envers du “ dégel ” (essai historico-documentaire) » Kentavr, 1993, n° 4, p. 129-143 ; M. R. Zezina « La thérapie de choc : de 1953 à 1956 », Otechestvennaia Istoriia, 1995, n° 2, p. 121-135 ; Elena Zubkova, Russia after the War. Hopes, Illusions and Disappointments, 1945-1947,New York-Londres, M. E. Sharpe, 1998, ch. 18 ; Alexandre Pyzhikov, Politicheskie preobrazovaniia v SSSR (50-60-e gody),Moscou, Académie des sciences de Russie, 1999, p. 94-115 ; idem, Khrushchevskaia ottepel’, Moscou, “ Olma-Press ”, 2000, p. 259-289 ; idem,« Le XXe Congrès et l’opinion publique », Svobodnaia Mysl’, 2000, n° 8,76-85 ; idem,« Aspects socio-psychologiques de la vie publique dans les années du “ dégel ” », ibidem,2003, n° 6,p.103-110 ; idem,« Les sources de la dissidence. La jeunesse après le XXe Congrès du PCUS » ibidem,n° 12, p. 77-85 ; Yurii Aksiutin, Khrushchevskaia “ ottepel’ ” i obshchestvennye nastroeniia v 1953-1964 gg., Moscou, Rosspen, 2004, p. 163-198 ; idem, « Du nouveau sur le XXème Congrès du PCUS », Otechestvennaia Istoriia, 1998, n° 2, p. 108-123 ; idem, « Popular Responses to Khrushchev » in W. Taubman, S. Khrushchev et A. Gleason (éds.), Nikita Khrushchev, New Haven-Londres, Yale UP, 2000, p. 177-208 ; Yurii Aksiutin et Alexandre Pyzhikov, Poststalinskoe obshchestvo : problema liderstva i transformatsii vlasti, Moscou, “ Nauchnaia kniga ”, 1999, p. 91-139. Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité.

12  Ibidem,p. 122.

13  Polly Jones, « From Stalinism to Post-Stalinism : De-Mythologising Stalin, 1953-1956 » in Harold Shukman (éd.), Redefining Stalinism, Londres, Frank Cass, 2003, p. 127-148.

14  Traduction française de cette résolution intitulée « Surmonter le culte de la personnalité et ses conséquences ». in Roger Martelli (éd.), 1956, le choc du 20ème congrès du pcus,Paris, Éditions sociales, 1982, p. 249-267.

15  Polly Jones « “ I’ve Held, and I Still Hold, Stalin in the Highest Esteem ” : Discourses and Strategies of Rssistance to Destalinisation in the URSS, 1953-1962 » in Polly Jones et alii (éds), The Leader Cult in Communist Dictatorships. Stalin and the Eastern Bloc,Basingstoke, New York Palgrave Macmillan, 2004, p. 227-245.

16 Eadem,« From the Secret Speech to the burial of Stalin. Real and ideal responses to de-Stalinization” in eadem (ed.) The Dilemmas of De-Stalinization. Negotiating cultural and social change in the Khrushchev era, Londres-New York, Routledge, 2006, p. 48.

17 XX s’ezd Kommunisticheskoi Partii Sovetskogo Soiuza Stenograficheskii otchet, tome II, Moscou, Politizdat, 1956, p. 402 et p. 498 ; A. A. Fursenko, V. Yu. Afiani, « Le rapport de N. S. Khrouchtchev au XXe Congrès du PCUS. Sur le culte de la personnalité et ses conséquences (De l’histoire de sa préparation et de son édition) », Arkheograficheskii ezhegodnik za 2001 god, Moscou, Nauka, 2002, p. 70-72.

18  Cf. l’ouvrage collectif Doklad N.S. Khrushcheva o kul’te lichnosti Stalina na XX s’ezde KPSS Dokumenty, Moscou, Rosspen, 2002, p. 250.En URSS, le Rapport ne fut pas publié avant 1989, cf. Izvestiia TsK KPSS, n° 3, mars 1989, p. 128-170.

19  Cet enregistrement a peut-être existé, cf. Yu. V. Aksiutin, O. V. Volobuev XX s’ezd KPSS : novatsii i dogmy, Moscou, Politizdat, 1991, p. 205.

20  R.G. Pikhoia, Sovetskii Soiuz : istoriia vlasti 1945-1991, Novosibirsk, Sibirskii khronograf, 2000, p. 128.

21  Doklad N.S. Khrushcheva o kul’te lichnosti…, op. cit., p. 253.

22  Non communiste, l’écrivain Lydia Tchoukovskaïa a pris connaissance du Rapport lors d’une réunion de l’Union des Écrivains. Cf. Lydia Tchoukovskaïa, Entretiens avec Anna Akhmatova, Paris, Albin Michel, 1980, p. 278.

23  I. Aksiutin, Khrushchevskaia “ ottepel’ ”…, op. cit., p. 173-174.

24  Selon les Souvenirs de R. I. Pimenov, le Rapport secret aurait aussi circulé en samizdat : cette forme de diffusion non autorisée a constitué l’un des chefs d’accusation contre ce jeune mathématicien, arrêté en mars 1957 pour “ agitation et propagande antisoviétiques ”, cf. Pamiat’ Istoricheskii Sbornik, fascicule 2, Moscou 1977- Paris 1979, p. 161.

25 GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l.87.

26  Ibidem.

27  Ibidem,l. 89.

28  Ibidem, l. 88. Sur les remerciements aux dirigeants, cf. Jeffrey Brooks, Thank you, Comrade Stalin ! Soviet Public Culture From Revolution to Cold War, Princeton, Princeton University Press, 2000, p. 199-204.

29 XX S’ezd Kommunisticheskoi Partii Sovetskogo Soiuza. Stenograficheskii otchët, Moscou, Politizdat, 1956, tome I, p. 323.

30  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 88-89.

31  Ibidem, l. 83-86.

32  Cf. Anne Amiel, Hannah Arendt. Politique et événement, Paris, PUF, collection Philosophies, 1996, p. 42.

33  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416,l. 90-92.

34  Ibidem, l. 90-91 ; cf. aussi l. 91.

35  Ibidem, l. 90-91.

36  GOPANO, f. 3 op. 2 d. 416 l. 93 et d. 320 l. 115.

37  Ibidem, d. 416 l.93 et d. 320 l. 58-115.

38  Ibidem, d. 320, l. 96-98, 109-111.

39  Ibidem, l. 105-107.

40  Ibidem, l. 117 et 119.

41  Ibidem, l. 115.

42  Ibidem, d. 416, l. 96.

43  Ibidem, l. 99-101 ; d. 320, l. 91-94.

44  Ibidem, d. 320,l. 92-94.

45  Ibidem, l. 95.

46 Ibidem, l. 93.

47 Ibidem, d. 320 l. 73-77. A. M. Godiaev était délégué au Congrès “ avec voix délibérative ”.

48  L’entreprise a été fondée en 1849.

49  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 132-133.

50  Ibidem, l. 105, 114 et 124.

51  Ibidem, l. 125-127. Les deux communes se trouvent au Nord de la région de Nijni-Novgorod. Ce compte-rendu concerne aussi la ville de Bor (l. 124-125).

52  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 114-116.

53  Les trois premiers sont situés au Nord de l’oblast, le dernier au centre-sud-ouest : je remercie l’historien russe Mikhaïl Zelenov (Nijni-Novgorod) de son aide sur les questions de géographie.

54  Branko Lazitch, Le Rapport Khrouchtchev…, op. cit., p. 140. La résolution du XXe Congrès sur le rapport du Comité central parle de « l’état d’abandond’une série de branches de la production agricole (…) ». Cf. XX S’ezd Kommunisticheskoi Partii, op. cit., tome II, p. 418.

55  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 134.

56  Ibidem,f. 1985, op. 26, d. 136, l. 53-72.

57  Ces deux communes sont situées au sud-ouest de Nijni-Novgorod.

58  Nous savons que le public a posé des questions au premier secrétaire régional du parti : malheureusement nous ignorons lesquelles.

59  Ibidem, l. 56-58.

60  Ibidem, l. 61-62.

61  Ibidem, l. 66-70.

62  Ibidem, l. 65-66.

63  Ibidem, l. 58.

64  Ibidem, l. 61.

65  GOPANO, f.3, op. 2, d. 416, l. 124-125.

66  Ibidem, l. 105-106.

67  Ibidem, l. 107.

68  Allusion au début du Rapport secret de Khrouchtchev, qui rappelle l’opposition des « classiques du marxisme-léninisme » au culte de la personnalité. Cf. Branko Lazitch, Le rapport Khrouchtchev…, op. cit., p. 53-55.

69  Sur la parole singulière comme événement historique, cf. Arlette Farge, Quel bruit ferons-nous ? Paris, Les Prairies ordinaires, 2005, p. 23, 86, 154, 173 et 190.

70  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 107.

71  Branko Lazitch, op. cit., p. 140.

72  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 105-106.

73  XX S’ezd Kommunisticheskoi Partii Sovetskogo Soiuza, op. cit., tome 1, p. 92.

74  GOPANO, f. , op. , d. 416, l. 114.

75  Ibidem, l. 135.

76  XX S’ezd Kommunisticheskoi Partii Sovetskogo Soiuza, op. cit., tome I, p. 45-46.

77  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 133-134 pour des exemples de tensions dans la bureaucratie économique.

78  N. A. Barsukov, « L’envers du “ dégel ” »,art. cit., p. 135.

79  Yurii Aksiutin, Khrushchevskaia “ ottepel’ ”…, op.cit., p. 175-176 ; R. G. Pikhoia, op. cit., p. 131-132.

80  M. R. Zezina « La thérapie de choc… », art. cité, p. 30.

81  On obligea les autres communistes à se faire réenregistrer ; le chef du département politique du laboratoire fut démis de ses fonctions.

82  Pravda, 5 avril, p. 3.

83  N. A. Barsukov, art. cité, p. 135.

84  28 mars, p. 2-3 ; 5 avril, p. 2-3 ; 7 avril, p. 2-4. Le lecteur en trouvera une traduction française in Roger Martelli (éd.), 1956…, op. cit., p. 239-248 et p. 279-291.

85  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 139-141.

86  Page 3.

87  Ce rapport date probablement de la première moitié d’avril 1956 ; il a pour destinataire le Comité central du PCUS (Département des organes du parti pour la RSFSR).

88  Ceci confirme les remarques de Polly Jones sur le rôle de la peur, cf. « From Stalinism to Post-Stalinism… », art. cit., p. 132.

89  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 142.

90  Cette ville est située au nord-est de la région de Nijni-Novgorod.

91  Arlette Farge, Quel bruit… ?, op. cit., p. 158.

92  Ibidem, p. 159.

93  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 109-110 et l. 137-138.

94  Dvurushniki : épithète typiquement stalinienne, employée au moment de la Grande Terreur, et qui ne figure pas dans le texte de Khrouchtchev. Cf. Doklad…, op. cit., p. 108.

95  Pour une traduction française de ce monument de falsification, cf. Histoire du parti communiste (bolchévik) de l’U.R.S.S., Paris, Bureau d’Editions, 1939 (1938 pour la première publication en URSS).

96  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 108.

97  Branko Lazitch, Le rapport Khrouchtchev…, op. cit., p. 120 et 145-149.

98  GOPANO, f. 3, op. 2, d. 416, l. 109-110 et l. 137-138.

99  « From Stalinism… », art. cit., p. 130-136.

100  Pour cette période, les archives de Nijni-Novgorod n’ont pas conservé de lettres adressées aux journaux.

101  GOPANO, f. 39, op. 6, d. 350, l. 1-2 ; ibidem, f. 1244, op. 12, d. 185, l. 13-14 et 16-17 ; ibidem, l. 18-26, 32-37, 43-44 et 45-48 ; 15-16, 27-29, 53 et 38-40.

102  GOPANO, f. 30, op. 11, d. 207, l. 76-77, 80-81 et 84-85.

103  Ibidem, l. 77, ,81 et 84.

104  Ibidem, f. 3, op. 2, d. 427, l. 87-93.

105  Ibidem, l. 96 ; l. 94-94 ob.

106  Ibidem, d. 434, l. 99-107, 114-136 et 140-144.

107 Ibidem, l. 134.

108 Ibidem, f. 30, op. 11, d. 207, l. 107-131.

109  Ibidem, l. 107.

110  Ibidem, l. 111-112.

111  Ibidem, l. 112, 115, 119, 121, 124 ; 129 (grossièreté envers des cadres) ; 130.

112  Ibidem, l. 114.

113  Un bâtiment regroupait plusieurs ateliers.

114  Ibidem, l. 120-121. Cf. aussi l. 121-123 et 125.

115  Ibidem, l. 124.

116  Cf. ibidem, l. v117. Sur l’élection des comités de parti au niveau des districts et des villes (fin novembre-décembre 1956), cf. Yu. V. Aksiutin, A. V. Pyzhikov, Poststalinskoe obshchestvo : problema liderstva i transformatsiia vlasti, Moscou, « Nauchnaia kniga », 1999, p. 137 : en plusieurs endroits, il y eut plus de candidats que de places à pourvoir, ce qui se traduisit par l’élimination de responsables locaux : ce fait inquiéta la direction du PCUS.

117  Sur la domination comme pratique sociale, cf. Thomas Lindenberger (Hg.), Herrschaft und Eigen-Sinn in der Diktatur. Studien zur Gesellschaftsgeschichte der DDR, Köln-Wimar-Wien, 1999, p. 21-23.

118  Cf. GOPANO, f. 1985, op. 26, d. 136, l. 57-58, 60, 62, 64 et 72.

119  Selon Mikhaïl. S. Gorbatchev, dans un district rural de la région de Stavropol, le « thème du culte suscitait un vif écho »” chez certains, surtout parmi les jeunes, les intellectuels ou les gens touchés par la répression stalinienne. Cf. ses Mémoires,Monaco, Éditions du Rocher, 1997, p. 90-91.

120  Cf. l’opposition entre les simples citoyens et les chefs à Leningrad dans les années trente, analysée par Sarah Davies, « “ Us against Them ” : Social Identity in Soviet Russia, 1934-1941, The Russian Review, vol. 56, n° 1, janvier 1997, notamment p. 71-72 et 79.

121  Susanne Schattenberg, « “ Democracy ” or “ despotism ” ? How the Secret Speech was translated into everyday life » in Polly Jones (éd.), The Dilemmas of De-Stalinization…, op. cit., p. 67-68 et 70-76.

122 . S. Davies, art. cit., p. 80-81 et 83-84.

123  Jean-Paul Depretto « Les ouvriers de la région et le pouvoir soviétique (1928-1932) », article en russe in A. A. Kulakov, A. N. Sakharov (dir.) Obshchestvo i Vlast’. Rossiiskaia provintsiia, tome 2 1930-juin 1941, Moscou-Nijni-Novgorod, 2005, p. 676-677.

124  Mark D. SteinberG, Voices of Revolution, 1917, Yale University Press, 2001, p. 23.

125  Leopold H. HaimsoN, Russia’s Revolutionary Experience, 1905-1917, Columbia University Press, 2005, p. 117, 152, 178-180, 184, 190, 207-208, 214 et 223.

126  Marc Ferro, La Révolution de 1917 la chute du tsarisme et les origines d’octobre, Paris, Aubier, 1967, p. 172 et 199.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Depretto, « La réception du XXe Congrès dans la région de Gorki », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2006, consulté le 23 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/323 ; DOI : 10.4000/framespa.323

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Depretto

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org