Navigation – Plan du site
Dossier : Analyse historique et réseaux. Réflexion sur la représentation graphique

Exercice sur l’analyse de réseaux : l’exemple de la vénalité des offices dans l’Empire espagnol (1704-1711)

Case-study of Network Analysis: the Example of a Diagram on the Venality of Office in the Spanish Empire (1704-1711)
Ejercicio sobre el análisis de redes: el ejemplo de la venalidad de los oficios en el Imperio español (1704-1711)
Émilie Senmartin

Résumés

Les graphes sont souvent vus par les historiens comme des représentations, des illustrations de réseaux existants et de ce fait sont peu étudiés pour eux-mêmes. Il s’agira dans cette contribution de redonner au graphe toute sa profondeur en le considérant non plus comme un objet répondant aux objectifs fixés par le chercheur mais comme une source de questionnements permettant d’élaborer des pistes de recherche. La réflexion sera menée à partir d’un exemple précis tiré du livre de Francisco Andujar Castillo, Necesidad y Venalidad. España e Indias. 1704-1711. Elle mettra en particulier en évidence les apports différents du schéma et du graphe afin de faire ressortir toute l’utilité de ce dernier.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

graphe, réseau, vénalité

Keywords :

diagram, network, venality

Palabras claves :

grafo, red, venalidad

Géographique :

Empire espagnol, Espagne
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, (...)
  • 2 Voir à ce sujet Fieux et Bertrand : Mélanie Le Couédic, Samuel Leturcq, Xavier Rodier, Florent Ha (...)
  • 3 Claire Lemercier, Claire Zalc, « Analyse de réseaux : les logiciels », Méthodes quantitatives pou (...)

1Si le lien entre graphe et analyse de réseaux semble aller de soi, la problématique qui les unit reste complexe. Ainsi, depuis une dizaine d’années, les historiens s’interrogent sur cette articulation entre graphe et analyse de réseaux à l’instar des chercheurs réunis en octobre 2005 lors d’une journée d’étude organisée par l’Institut National des Études démographiques à Paris. Huit ans après, les questions posées par Gabriel Garrote lors des premières journées du groupe RES-HIST à Nice en septembre 2013 montrent que le débat reste ouvert, débat mené en autre par l’historienne Claire Lemercier1. Dans sa conclusion du dossier « Réseaux » dans la revue Hypothèse, elle rappelle notamment toutes les difficultés liées à la représentation graphique des réseaux, les graphes pouvant se révéler trompeurs. En histoire médiévale, où pourtant les données restent très parcellaires, les travaux conjoints de Florent Hautefeuille (historien) et de Bertrand Jouve (mathématicien) montrent l’alliance féconde des sciences humaines avec les sciences dures et l’intérêt porté au graphe quelle que soit la période historique2. L’actualité de cette problématique s’illustre aussi par le développement et le perfectionnement des logiciels spécialisés dans l’analyse de réseaux comme Pajek, Gephi pour ne citer que les plus connus3. Au-delà d’offrir une simple représentation graphique, ces logiciels constituent de formidables outils d’analyse pour traiter les données du graphe et faciliter le questionnement de l’historien.

  • 4 Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad. España e Indias. 1704-1711, Madrid, Centro de (...)

2Le graphe ne constitue pas le seul instrument de représentation dont dispose l’historien pour faire apparaître les liens unissant des acteurs. Le schéma par sa simplicité reste un outil très apprécié. La question se pose donc de la différence d’utilisation de ces deux outils et surtout de savoir quelle est la valeur ajoutée du graphe par rapport au schéma. C’est dans ce cadre que s’inscrit cette contribution réalisée à partir d’un exemple concret tiré du livre de Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad. España e Indias. 1704-17114, qui aborde la vénalité des offices dans l’Empire espagnol à un moment clé du processus. En effet, c’est au début du xviiie siècle, sous le règne de Philippe V et, en particulier, entre 1704-1711, en pleine guerre de succession d’Espagne, que s’accélèrent les ventes d’offices pour financer les caisses royales. Sont vendues les vacances futures des offices jusqu’aux deuxièmes et troisièmes tours et la vénalité est étendue à de nouveaux offices comme les hautes charges de justice. Cette vénalité massive jusque-là réservée à la vente d’offices dans les Indes concerne désormais aussi la Péninsule. Selon Francisco Andújar Castillo, sur la période (sans prendre en compte les ventes secrètes), les bénéfices de la vente de 1 277 offices s’élèvent à 75 millions de reales, soit 7 % des recettes de la couronne.

  • 5 Maurizio Gribaudi, et alii, Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux soc (...)
  • 6 John F. Padgett, Christopher K. Ansell, « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », (...)

3Il ne s’agit pas dans le propos qui suit de remettre en cause le travail remarquable réalisé par Francisco Andújar Castillo mais d’en offrir une relecture à partir de l’analyse de graphes. Cet exercice s’inscrit dans le travail des sociologues et historiens mené par Maurizio Gribaudi5. Les données sont exploitées telles qu’elles ont été restituées par l’historien et soumises à un autre type de représentation, permettant l’application d’une grille d’analyse différente, à l’instar des travaux de plusieurs sociologues depuis les années 19906.

4L’analyse portera sur un certain nombre d’acteurs clés du graphe (José Grimaldo, le couple royal et les médiateurs) pour tenter de mieux appréhender le rôle de chacun dans le système vénal. Une deuxième partie établira les apports d’une telle analyse mais aussi ses limites.

1. Les acteurs

  • 7 Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad. España e Indias. 1704-1711, op. cit., p 68.

5Afin d’illustrer son propos sur la vénalité dans l’Empire espagnol au xviiie siècle et plus précisément à l’intérieur de la métropole, Francisco Andújar Castillo réalise un schéma de ce qu’il appelle la « red venal », à savoir les acteurs mobilisés lors de l’achat d’une charge7.

Figure 1. Graphe de la « red venal »

Figure 1. Graphe de la « red venal »

© Francisco Andújar Castillo, Necesidad y Venalidad. España e Indias. 1704-1711, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 2008.

6La figure ci-dessous correspond à la mise en graphe des données du schéma de Francisco Andújar Castillo.

Figure 2. Graphe de la « red venal »

Figure 2. Graphe de la « red venal »

Mauve : les grands financiers.
Rouge : le binôme Grimaldo/ Amelot.
Vert : les autres acteurs de la « red venal ».

© Émilie Senmartin

7Les liens sont orientés pour pouvoir suivre les étapes de transmission du dossier. L’épaisseur du lien unissant l’acheteur et les « agentes de negocios » aux médiateurs augmente en fonction du nombre de dossiers traités. Le deuxième graphe quant à lui prend aussi en compte les relations, plus ou moins intenses, entre les personnes, telles que définies par l’auteur, l’épaisseur du trait changeant en fonction de l’intensité de la relation.

Figure 3. Graphe de la « red venal » et des relations entre les acteurs

Figure 3. Graphe de la « red venal » et des relations entre les acteurs

Mauve : les grands financiers.
Rouge : le binôme Grimaldo/ Amelot.
Vert : les autres acteurs de la « red venal ».

© Émilie Senmartin.

8Les liens sont courbés pour une meilleure visibilité. Cette relation peut être de différente nature en fonction du rôle de chaque acteur dans le système de vénalité. La taille des nœuds dépend du rôle supposé joué dans le circuit.

1a. Le rôle de José Grimaldo

9Tout d’abord, le graphe facilite la compréhension du rôle de José Grimaldo et en fait ressortir la centralité, contrairement au schéma qui place au centre les institutions révisant les dossiers et qui scinde le rôle de Grimaldo. Le rôle décisionnel de ce dernier apparaît amoindri face au poids des institutions. Ce rôle est plus visible sur le graphe qui fait de la transmission du dossier aux institutions un passage obligé mais non déterminant.

  • 8 Vincent Lemieux, Mathieu Ouimet, L’analyse structurale des réseaux sociaux, Les Presses de l’Univ (...)

10La centralité de Grimaldo est de deux ordres : il s’agit d’une centralité de degré et d’une centralité d’intermédiarité. La centralité de degré selon Vincent Lemieux et Mathieu Ouimet « est une mesure qui reflète l’activité relationnelle directe d’un acteur. Elle mesure le nombre de connexions directes de chaque acteur dans un graphe. Selon cette mesure, l’acteur qui occupe la position la plus centrale dans un graphe est celui qui détient le plus grand nombre de connexions directes avec d’autres acteurs »8. Nous avons dressé un tableau comparatif pour évaluer les centralités de degré de chacun.

Figure 4. Nombre des relations directes de chaque acteur du graphe

Figure 4. Nombre des relations directes de chaque acteur du graphe

© Émilie Senmartin.

  • 9 Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad. España e Indias. 1704-1711, op. cit., p. 86.
  • 10 Ibid.

11À la vue de ce tableau, Grimaldo apparaît comme le personnage aux liens directs les plus nombreux. Il est donc clairement au centre des relations dans le réseau de la vénalité, contrairement à Michel-Jean Amelot qui devient très marginal, mais qui reste cependant incontournable dans la mesure où il est le seul à détenir une relation directe avec le roi jusqu’en 1709. La question se pose donc de savoir si l’importance du nœud dépend du nombre de liens directs ou de la nature des liens. En d’autres termes, la primauté doit-elle être donnée à la quantité ou à la qualité des liens ? Ce constat nous oblige à nous interroger sur la nature du lien unissant Grimaldo et Amelot, binôme sur lequel repose le bon fonctionnement du circuit vénal. Un lien de clientélisme apparaît tout d’abord dans la nomination de José Grimaldo au poste de secrétaire de « Guerra y Hacienda ». Amelot a usé de sa grande influence à la cour d’Espagne pour procéder à cette nomination. C’est pour cela que, dans la figure 3, nous avons donné comme label « nomination » au lien qui les unit. Dans son ouvrage, Francisco Andújar Castillo parle aussi d’une « relation fluide » entre les deux hommes, qui s’est poursuivie après le retour en France d’Amelot9. Est-ce un signe d’« amitié », de reconnaissance qui viendrait renforcer des relations de clientélisme ? Ce lien unissant les deux hommes se révèle plus complexe. José Grimaldo disposait d'un réseau d’influence important et de liens étroits avec deux des grands financiers. Amelot avait d’autant plus besoin de cette influence qu’il était seulement l’ambassadeur de France à la cour du roi d’Espagne sans avoir de pouvoir effectif pour transmettre les ordres royaux10. Tout le circuit repose en effet sur le réseau de connaissances et l’influence de Grimaldo (puisque c’est lui qui a le plus de liens directs) même si c’est Amelot qui a un accès direct au roi. La question d’un lien d’interdépendance se pose donc, tout comme celle des changements introduits à partir de 1709, date à laquelle Amelot est rappelé en France, offrant à Grimaldo un accès direct au couple royal.

  • 11 Vincent Lemieux, Mathieu Ouimet, L’analyse structurale des réseaux sociaux, op. cit, p. 24.

12La centralité d’intermédiarité (betweenness) quant à elle est, pour reprendre la définition de Vincent Lemieux et Mathieu Ouimet, « une mesure de l’importance de la position intermédiaire occupée par les acteurs d’un graphe ». Elle a été élaborée par Freeman pour « rendre compte de la capacité qu’ont les acteurs d’un graphe à assurer un rôle de coordination et de contrôle », l’hypothèse étant que « plus un acteur se trouve dans une position intermédiaire, c’est-à-dire plus il est dans une situation où des acteurs doivent passer par lui pour atteindre d’autres acteurs, plus il aura la capacité de contrôler la circulation entre ces acteurs »11. Si l’on calcule la centralité d’intermédiarité des acteurs du réseau de vénalité voici ce que l’on obtient :

Figure 5. Nombre de connexions directes entre deux acteurs non connectés entre eux

Figure 5. Nombre de connexions directes entre deux acteurs non connectés entre eux

© Émilie Senmartin.

Figure 6. Calcul du score d’intermédiarité d’Amelot, de Grimaldo et des grands financiers

Figure 6. Calcul du score d’intermédiarité d’Amelot, de Grimaldo et des grands financiers

© Émilie Senmartin.

13Avec un score d’intermédiarité de 5, José Grimaldo apparaît clairement comme le principal détenteur de l’information. Cela renforce l’idée qu’il joue un rôle primordial au sein de la « red venal » et que le bon fonctionnement du circuit dépend de ses décisions et de son influence. De plus, de par les nominations au sein de la Secrétaria de Guerra y Hacienda, il devient un intermédiaire obligé. À l’inverse, le rôle d’Amelot semble alors marginal. Enfin, le graphe met aussi en avant un lien privilégié entre le Secretaría de Guerra y Hacienda et Grimaldo, soit parce qu’il le dirige soit parce qu’il y nomme ses membres. Là encore, cette relation mériterait d’être approfondie pour savoir si l’attachement des membres du Secrétariat a toujours été le même ou si certains se sont opposés à Grimaldo.

1b. Le rôle du couple royal

  • 12 Ibid., p. 23-24.
  • 13 Ibid., p. 23-24.

14Ce rôle est mis en évidence grâce à la centralité de proximité (closeness centrality), qui« est une mesure qui repose sur la distance géodésique, c’est-à-dire la longueur du plus court chemin reliant deux acteurs12 ». Cette notion a été mise au point par Freeman pour calculer le degré d’autonomie ou d’indépendance des acteurs, « l’hypothèse étant que plus un acteur est éloigné des autres acteurs plus il sera autonome dans ses choix d’actions »13. Si nous appliquons cette centralité de proximité à notre graphe, voici le tableau que nous obtenons :

Figure 7. Calcul de la centralité de proximité

Figure 7. Calcul de la centralité de proximité

© Émilie Senmartin.

15Le couple royal se détache nettement des autres acteurs et constitue l’élément le plus autonome du réseau. Cela explique son pouvoir : la décision ne dépend que de lui. Même si les dossiers ont été rédigés et triés par d’autres acteurs, seul le couple royal prend la décision finale. A contrario, c’est José Grimaldo qui détient le plus faible degré d’autonomie. On peut donc se demander si ses nombreux liens directs ne le limitent pas finalement dans ses prises de décisions.

1c. Le rôle des médiateurs

16Par médiateurs, Francisco Andújar Castillo entend les personnes habilitées pour monter les dossiers de demandes d’office. De par le nombre de dossiers transmis, tous les médiateurs n’avaient pas le même statut, c’est pour cela que les liens unissant deux d’entre eux, Flon et Goyeneche, avec Grimaldo sont plus épais que les autres (cf. fig. 3). Cette différence, qui n’apparaît pas dans le schéma, est source de nombreuses interrogations.

  • 14 Ce terme d’«  amitié » fait écho à l'ouvrage de Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad (...)

17On peut, au premier abord, se demander si ce lien avait une conséquence sur le choix du médiateur par le potentiel acheteur. Les recherches de Francisco Andújar Castillo ont montré que les dossiers traités par Flon étaient les plus nombreux (sauf en Navarre). Pourquoi ce choix ? La relation d’amitié14 entre Flon et Grimaldo était-elle plus intense que celle entre Goyeneche et Grimaldo ? Le réseau de Flon était-il plus étendu que celui de Goyeneche ? Les réponses à ces questions sont nécessaires pour comprendre les bases du circuit et les éléments mis en place par les médiateurs pour trouver le plus grand nombre possible d’acheteurs potentiels. On touche là un point essentiel du réseau de la vénalité : quels sont les critères qui expliquent le choix du médiateur par l’acheteur ? Dans le cas de la Navarre, le choix est lié à un critère géographique. En effet, les acheteurs se tournent essentiellement vers Goyeneche, originaire de la région, qui y a conservé un large réseau d’influence. Mais ce critère géographique entre-t-il en ligne de compte pour l’ensemble des régions espagnoles ?

18Les relations entre Goyeneche et Flon suscitent une autre interrogation : s’agissait-il seulement d’une relation de concurrence ou l’amitié était-elle aussi présente ? Cette question peut être élargie à l’ensemble des médiateurs. Francisco Andújar Castillo pointe l’amitié entre Goyeneche et Ventura de Pinedo (elle apparaît notamment lors des déboires financiers de ce dernier). On peut se demander si cette relation a joué un rôle dans le réseau de la vénalité. Goyeneche a-t-il appuyé auprès de Grimaldo des dossiers portés par Ventura de Pinedo ? Travaillaient-ils ensemble ? Ont-ils été concurrents sur certains dossiers comme ce fut le cas entre Goyeneche et Flon ?

2. Quels apports ? Quelles limites ?

2a. Les apports

19Si le schéma fait apparaître clairement les acteurs clés du système vénal en Espagne, il ne permet pas d’aller plus loin dans leur analyse. De par sa nature, le schéma a une fonction essentiellement illustrative, de ce fait il présente les différentes étapes suivies par le dossier de candidature sans caractériser les liens entre les différents acteurs du système vénal. Le graphe semble alors être la solution la plus appropriée pour une analyse plus fine de ces relations entre les acteurs. Il permet de superposer les différentes données et de mettre en avant la différence entre la norme et la pratique, les liens personnels venant se juxtaposer voire prendre le pas sur la procédure institutionnelle.

20Par ailleurs, le graphe permet l’utilisation de notions nouvelles, comme celle de la centralité et des clusters, dont l’auteur ne disposait pas lors de son travail de recherche. Le graphe permet tout d’abord de mesurer la centralité des différents membres du réseau. Selon les critères de centralité de degré et de centralité d’intermédiarité, José Grimaldo apparaît comme un maillon essentiel de la chaîne. Cependant le graphe met aussi en avant le rôle de la centralité de degré des grands financiers qui repose sur les relations internes au groupe. Ce groupe apparaît comme très uni, formant un tout, constituant une des clés du fonctionnement du système. Ses membres doivent donc être étudiés sous ce nouvel angle et non séparément.

  • 15 D’après Pierre Mercklé, un cluster est une « notion introduite par Barnes, pour désigner un ensem (...)

21De plus, le graphe fait ressortir la présence d’un cluster15 auquel appartiennent les grands financiers et Grimaldo, ce dernier étant à la tête du cluster.

Figure 8. Le cluster de Grimaldo

Figure 8. Le cluster de Grimaldo

Mauve : les grands financiers.
Rouge : le binôme Grimaldo/ Amelot.
Vert : les autres acteurs de la « red venal ».

© Émilie Senmartin.

22On pourrait ajouter Amelot comme second « chef » de ce cluster, cela ne changeant rien à l’analyse puisque dans tous les cas la transmission du dossier se fait par José Grimaldo. Ce cluster fait ressortir les liens forts qui unissent les grands financiers à Grimaldo puisque c’est à ce niveau que les relations sont les plus denses. Les grands financiers et Grimaldo sont donc eux aussi indissociables et l’étude du réseau vénal doit prendre en compte cette caractéristique, qui explique en partie la faible centralité de proximité de José Grimaldo (l’autre explication venant de la présence d’Amelot, puis de celle du couple royal à partir de 1709). Le graphe montre donc que, si José Grimaldo est un personnage incontournable dans le système vénal, il semble avoir une marge de manœuvre réduite dans les prises de décision, contrairement au roi qui retrouve alors sa véritable place dans le système hiérarchique. La multiplication des intermédiaires n’altère en rien le pouvoir décisionnel du roi. En ce qui concerne Grimaldo, on peut se demander si une autre personne aurait pu le remplacer sans que le système vénal perde en efficacité. Ainsi, loin d’être deux entités séparées, les grands financiers et Grimaldo sont étroitement liés et doivent être étudiés comme un ensemble indissociable sur lequel repose tout le système vénal.

23Le graphe met aussi en avant les différentes possibilités qui s’offrent à l’acheteur pour atteindre son but. Il pose la question du choix du grand financier vers lequel les acheteurs potentiels pouvaient se tourner, mais aussi celle du rôle des « agentes de negocios » qui semble « superflu ». En effet, le graphe ci-dessous représente le chemin le plus court existant entre l’acheteur et le roi symbolisé par les nœuds de couleur rouge (sachant que tous les grands financiers peuvent être considérés à égalité avec le Marqués de Miana).

Figure 9. Tracé du chemin le plus court entre l’acheteur et le couple royal

Figure 9. Tracé du chemin le plus court entre l’acheteur et le couple royal

Mauve : les grands financiers.
Vert : les autres acteurs de la « red venal ».

© Émilie Senmartin.

24Le chemin qui se dessine exclut les « agentes de negocios ». Alors pourquoi se tourner vers eux ? On peut supposer qu’il s’agit peut-être de membres des réseaux des grands financiers et leur relais au niveau local et, dans ce cas-là, ils deviendraient dans certaines régions espagnoles ou coloniales des personnes incontournables et un échelon intermédiaire nécessaire entre le demandeur et les grands financiers. On touche là une limite de l’analyse du graphe qui ne prend pas en compte toutes les subtilités des liens et peut s’avérer périlleuse lorsque les acteurs d’un groupe ne sont pas clairement identifiés. La position des « agentes de negocios » au sein du schéma et du graphe doit être redéfinie, pour leur redonner toute leur importance au sein de la « red venal ». L’étude des relations au sein du cluster devient essentielle pour comprendre le fonctionnement du système vénal à l’échelle locale. Ainsi, si l’étude des composantes d’un réseau est nécessaire comme point de départ, celle des liens qui les unissent reste incontournable pour comprendre le fonctionnement de ce réseau et son efficacité.

2b. Les limites : l’aspect temporel et local

  • 16 Plusieurs études récentes ont été menées sur cette question. À titre d’exemples, nous pouvons cit (...)
  • 17 Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad. España e Indias. 1704-1711, op. cit., p. 79.
  • 18 Archivo Municipal de Puebla, Actas de Cabildo, vol. 12, 336V-336V.

25Ce graphe présente cependant un certain nombre de limites. Tout d’abord apparaît une limite temporelle inhérente au réseau en lui-même. L’analyse de graphe pose le problème de la diachronie et de la temporalité des liens. Les liens changent au fil des années, le graphe ne représente donc qu’une durée artificielle de ces liens et ne permet pas d’appréhender à lui seul l’évolution des liens. Il conviendrait donc de réaliser plusieurs graphes pour mieux comprendre comment on aboutit, au fil des années, à un système très bien huilé et efficace, tel qu’il est présenté dans ce travail16. De plus, tout comme le graphe fige les liens, il ne fait pas apparaître l’absence de liens. Ainsi le graphe de la « red venal » dessine un système où tous les acteurs sont en lien et les différentes étapes du dossier. Or Francisco Andújar Castillo démontre que, dans certains cas, ces liens disparaissent. Ainsi, pour certains dossiers le lien entre le binôme Grimaldo/Amelot et le couple royal est inexistant, la décision étant prise à un échelon inférieur sans approbation du couple royal17. À l’inverse, le couple royal se réservait le droit d’octroyer directement des charges. Par ailleurs, ce graphe n’indique pas le degré de réussite. En effet, il conviendrait aussi d’étudier les rejets de dossier et les raisons de ces rejets. Enfin, il ne montre pas « l’après », c’est-à-dire si, une fois la charge obtenue, l’acheteur pouvait l’exercer véritablement. Si ce n’est pas le cas, pourquoi ? Cette charge était-elle seulement honorifique ou bien la pression des réseaux locaux faisait-elle que les personnes « non désirées » ne pouvaient exercer leur charge et se la voyaient même retirée ? C’est le cas précisément dans la ville de Puebla en Nouvelle Espagne pour les offices municipaux. En effet, les membres du Cabildo se sont opposés régulièrement avec plus ou moins de succès à l’entrée de nouveaux membres. Le combat le plus virulent fut celui mené contre quatre obrajeros (propriétaires d’ateliers textiles) : Juan García Barranco, Alonso Gómez, Rodrigo García et Gabriel Angulo. Dans les années 1590 les familles de conquistadores font tout pour empêcher l’entrée de ces marchands enrichis grâce au commerce du textile sous prétexte que la possession d’obrajes (ateliers textiles) ne permet pas d’exercer la fonction de regidor. Ainsi dans un compte-rendu de séance, celui du 1er décembre 159518, on apprend que sont exclus du cabildo Juan García Barranco, Alonso Gómez, Rodrigo García et Gabriel Angulo sous prétexte que la possession d’obraje entraîne un conflit d’intérêts avec la charge de regidor notamment pour la gestion des Indiens. Cette exclusion est temporaire, Juan García Barranco, Alonso Gómez, Rodrigo García et Gabriel Angulo pouvant reprendre leur fonction à partir du moment où ils se sont défaits de leur obraje. Les archives montrent que leur réintégration fait l’objet de nouvelles critiques à l’origine d’une seconde exclusion. Cette attitude des autres regidores pousse Gabriel Angulo à renoncer à sa charge en 1602. Cet exemple illustre la difficile acceptation de la vénalité dans certaines villes coloniales. En effet, ce conflit intervient juste après la promulgation de la provision royale introduisant la vénalité dans les charges municipales (1591). Jusqu’alors les charges étaient octroyées aux conquistadores et à leurs descendants en remerciement de leur rôle dans la conquête.

  • 19 Ce terme de « corruption » est à prendre avec précaution. On peut lire à ce sujet la synthèse réc (...)
  • 20 Expression empruntée à Michel Bertrand.

26S’il est nécessaire de savoir comment une charge est obtenue pour comprendre les mécanismes existants, il est aussi essentiel, pour analyser l’efficacité du système, de savoir si cet office a réellement pu être exercé et comment il a été exercé. La vénalité pose en effet la question de l’adéquation entre les qualités de l’acheteur et celles requises pour la charge et, de ce fait, la place laissée à la corruption19. Enfin, on peut se demander si l’acheteur, une fois en possession de sa charge, obtient un « retour sur investissement20 » et donc si les charges restent attractives, motivation essentielle pour que l’édifice vénal se maintienne. Dans un empire aussi grand que celui d’Espagne on peut émettre l’hypothèse d’une réponse locale. Cependant, il serait pertinent de demander si le manque d’attractivité des charges dans certaines régions fragilise le système.

Conclusion

27Le schéma et le graphe sont des outils complémentaires pour l’historien. S’il est difficile d’extraire le schéma de sa fonction illustrative et d’en faire une étude approfondie, il n’en va pas de même du graphe. Ce dernier, par son analyse, représente une source de questionnements fertile pour l’historien. Il permet d’approfondir l’analyse des liens entre les acteurs d’un réseau et dans ce cas précis de la « red venal » espagnole et de mieux comprendre le rôle de chacun des acteurs au sein de ce « réseau ». Cependant cet outil doit être manipulé avec précaution car une lecture trop rapide du graphe pourrait amener à des conclusions erronées. Les hypothèses doivent donc être toujours vérifiées avec l’étude des sources à disposition.

Haut de page

Notes

1 Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005, avril-juin, 52-2, p. 88-112 ; « Conclusion » du dossier « Réseaux » », Hypothèses, 2010, p. 293-300 ; « Analyse de réseaux en histoire : outils, approches, problèmes », Redes, décembre 2011, Numéro Spécial ; « Introduction : où en est l'analyse de réseaux en histoire », Redes, décembre 2011.

2 Voir à ce sujet Fieux et Bertrand : Mélanie Le Couédic, Samuel Leturcq, Xavier Rodier, Florent Hautefeuille, Étienne Jouve, « Du cadastre ancien au graphe. Les dynamiques spatiales dans les sources fiscales médiévales et modernes », ArcheoSciences, 2012, 36, p. 71-84 ; mais aussi le travail d’Isabelle Rosé sur Odon de Cluny : Isabelle Rosé, « Reconstitution, représentation graphique et analyse des réseaux de pouvoir au haut Moyen Âge. Approche des pratiques sociales de l’aristocratie à partir de l’exemple d’Odon de Cluny († 942 ) », Redes, vol. 21, n° 5, décembre 2011.

3 Claire Lemercier, Claire Zalc, « Analyse de réseaux : les logiciels », Méthodes quantitatives pour l’historien, mis en ligne le 3 novembre 2009, consulté le 20 juin 2014. URL : http://www.quanti.ihmc.ens.fr/document.php ?id =88 ; Jacques Cellier, Martine Cocaud, Le traitement des données en Histoire et Sciences Sociales. Méthodes et outils, Collection Didact Méthodes, PUR, 2012.

4 Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad. España e Indias. 1704-1711, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 2008.

5 Maurizio Gribaudi, et alii, Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1998, 346 p.

6 John F. Padgett, Christopher K. Ansell, « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », dans American Journal of Sociology, vol. 98, n° 6, 1993, p. 1259-1319.

7 Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad. España e Indias. 1704-1711, op. cit., p 68.

8 Vincent Lemieux, Mathieu Ouimet, L’analyse structurale des réseaux sociaux, Les Presses de l’Université de Laval, 2004, p. 23.

9 Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad. España e Indias. 1704-1711, op. cit., p. 86.

10 Ibid.

11 Vincent Lemieux, Mathieu Ouimet, L’analyse structurale des réseaux sociaux, op. cit, p. 24.

12 Ibid., p. 23-24.

13 Ibid., p. 23-24.

14 Ce terme d’«  amitié » fait écho à l'ouvrage de Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad. España e Indias. 1704-1711, op. cit. : à la page 84, il précise que José Grimaldo était « amigo de los principales financieros – Flon et Goyeneche » ; il revient à la page 105 sur les liens unissant Bartolomé Flon et José Grimaldo en utilisant l’expression de « cordial relación ».

15 D’après Pierre Mercklé, un cluster est une « notion introduite par Barnes, pour désigner un ensemble de personnes dont les liens sont “relativement” denses », La sociologie des réseaux sociaux, Paris, Éditions La Découverte, 2004, p. 60.

16 Plusieurs études récentes ont été menées sur cette question. À titre d’exemples, nous pouvons citer ceux du sociologue Hammou : Karim Hammou, « Des raps en français au “rap français” », Histoire & mesure [En ligne], XXIV - 1 | 2009, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 20 juillet 2014. URL : http://histoiremesure.revues.org/3889 et ceux de René Sigrist et Éric Widmer : René Sigrist, Eric D. Widmer: « Training links and Transmission of Knowledge in 18th Century Botany: a Social Network Analysis », REDES-Revista hispana para el análisis de redes sociales [En ligne], vol. 21, # 7, décembre 2011. Consulté le 11 juillet 2014. URL: http://revista-redes.rediris.es/html-vol21/vol21_7e.htm.

17 Francisco Andújar Castillo, Necesidad y venalidad. España e Indias. 1704-1711, op. cit., p. 79.

18 Archivo Municipal de Puebla, Actas de Cabildo, vol. 12, 336V-336V.

19 Ce terme de « corruption » est à prendre avec précaution. On peut lire à ce sujet la synthèse récente de Michel Bertand : Michel Bertrand, « Penser la corruption », e-Spania [En ligne], 16 | décembre 2013, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://e-spania.revues.org/22807 ; DOI : 10.4000/e-spania.22807.

20 Expression empruntée à Michel Bertrand.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Graphe de la « red venal »
Crédits © Francisco Andújar Castillo, Necesidad y Venalidad. España e Indias. 1704-1711, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 2008.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 2. Graphe de la « red venal »
Légende Mauve : les grands financiers.Rouge : le binôme Grimaldo/ Amelot.Vert : les autres acteurs de la « red venal ».
Crédits © Émilie Senmartin
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 3. Graphe de la « red venal » et des relations entre les acteurs
Légende Mauve : les grands financiers.Rouge : le binôme Grimaldo/ Amelot.Vert : les autres acteurs de la « red venal ».
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 4. Nombre des relations directes de chaque acteur du graphe
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3208/img-4.png
Fichier image/png, 1,8k
Titre Figure 5. Nombre de connexions directes entre deux acteurs non connectés entre eux
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3208/img-5.png
Fichier image/png, 2,0k
Titre Figure 6. Calcul du score d’intermédiarité d’Amelot, de Grimaldo et des grands financiers
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3208/img-6.png
Fichier image/png, 3,9k
Titre Figure 7. Calcul de la centralité de proximité
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3208/img-7.png
Fichier image/png, 2,5k
Titre Figure 8. Le cluster de Grimaldo
Légende Mauve : les grands financiers.Rouge : le binôme Grimaldo/ Amelot.Vert : les autres acteurs de la « red venal ».
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3208/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 9. Tracé du chemin le plus court entre l’acheteur et le couple royal
Légende Mauve : les grands financiers.Vert : les autres acteurs de la « red venal ».
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3208/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Senmartin, « Exercice sur l’analyse de réseaux : l’exemple de la vénalité des offices dans l’Empire espagnol (1704-1711) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 18 | 2015, mis en ligne le 26 juin 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/3208 ; DOI : 10.4000/framespa.3208

Haut de page

Auteur

Émilie Senmartin

Doctorante en histoire moderne à l’Université de Toulouse II-Jean Jaurès, prépare une thèse sur les élites de Puebla en Nouvelle Espagne sous la direction de Michel Bertrand (Université Toulouse II-Jean Jaurès, FRAMESPA).
emiliesenmartin@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org