Navigation – Plan du site

Présentation

En–quête d’espaces : cas de figure, méthodes, problèmes1
Marc Conesa

Texte intégral

  • 1  Ce texte de présentation est une version remaniée de l’appel à communication de la journée d’étude (...)
  • 2  En cela, cette journée d’étude entend aussi s’inscrire dans les renouvellements actuels de la géog (...)

1Au moment où le tournant géographique questionne l’ensemble des sciences humaines2, une journée d’études a été organisée le 14 février 2008 sur le thème de l’espace et des problèmes spécifiques que son étude implique en Histoire. Cette entrée par l’espace se justifiait d’abord par le fait que toutes les activités humaines – habiter, produire, consommer, se déplacer – ont une dimension spatiale. Cette omniprésence est néanmoins l’objet de traitements très différents dans la production historiographique, allant, schématiquement, d’un espace-décor à un espace-acteur. Toutefois, précisons d’emblée que le projet se situait ouvertement dans la vision des faits qui considère l’espace comme un produit social et non comme le donné du milieu naturel. L’objectif était ainsi d’offrir une tribune aux travaux menés, sur le sujet, par des chercheurs de Toulouse et d’ailleurs, qu’ils soient historiens, archéologues ou anthropologues.

2Les communications présentées ici paraissent de prime abord marquées du sceau de la diversité : elles s’inscrivent dans des durées et des époques différentes, du Moyen Âge à aujourd’hui, sur des terrains multiples, des Pyrénées aux Antilles, étudiés à micro ou à macro-échelle. Les sources sont plus diverses que ce que l’on pourrait supposer a priori : de la partition musicale à la charte médiévale, elles permettent d’interroger, du point de vue spatial, tantôt les différents visages d’une figure de l’identité nationale, Jeanne d’Arc, que les pratiques d’appropriation des étangs par les différentes techniques de pêche.

3Pour ordonner la diversité des approches possibles, une grille de lecture constituée de trois axes de réflexion a été proposée : le premier axe visait à restituer les différents processus de fabrication d’espaces. Le deuxième axe avait pour objet l’identification des ressorts et des dynamiques qui structurent et qui lient ensemble espaces et sociétés. Enfin, le troisième volet, était de nature plus méthodologique et de dimension ouvertement comparatiste : quelles sources et quelles disciplines documentent quelles sortes d’espaces ? Et quelles solutions peuvent être mises en oeuvre pour comparer les espaces entre eux ?

Axe 1. Construire l’espace : de l’aménagé au sensible.

  • 3  Néanmoins, sur ce sujet, on peut souligner les actuelles interrogations proposées par le séminaire (...)
  • 4  Abbé (Jean-Loup), A la conquête des étangs. L’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen ( (...)
  • 5  Le Couédic (Mélanie),“Les pratiques de l’espace pastoral dans la longue durée : modélisation des p (...)
  • 6  Par exemple : Corbin (A.), Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les ca (...)

4Ce premier axe s’intéresse à la production d’espace qui implique, d’une part, les relations verticales entre les sociétés et leur environnement et, d’autre part, les relations horizontales entre différentes sociétés dans l’espace. Il y a des productions spatiales qui peuvent engager toute une collectivité sous le contrôle d’un pouvoir fort. C’était apparemment le cas pour les bastides et les villeneuves3 comme pour les étangs4, cela l’est encore aujourd’hui dans la politique de la ville ou de l’aménagement du territoire. Ces espaces peuvent alors être fortement matérialisés et délimités. D’autres laissent des traces plus ténues, et peuvent être également définis par des limites mouvantes. De la fin du Moyen Âge au xixe siècle, les cabanes de bergers pyrénéennes déploient par exemple des parcours qui ne sont pas marqués sur le terrain, parce qu’ils sont bien souvent à géométries variables5. Ces espaces ductiles n’en restent pas moins des territoires étroitement surveillés et âprement défendus et leur appropriation est un enjeu majeur des économies et des sociétés de montagne. L’espace produit n’est donc pas nécessairement stable et pérenne, pas plus que ses limites sont nécessairement matérielles et tangibles6.

5Trois études ont pris le parti d’interroger la production d’espace dans une aire géographique située de part et d’autre des Pyrénées : Élisabeth Bille compare les espaces produits à l’époque médiévale par la pêche dans les étangs littoraux et les lacs d’altitude, de la plaine roussillonnaise aux massifs de montagne ; Jean Cantelaube s’attache, à partir d’une démarche résolument systémique à mettre en évidence les différents espaces de la forge à la catalane implantée dans les Pyrénées ariégeoises entre le xviie et le xixe siècle, tandis qu’Olivier Codina s’intéresse, à partir d’un imposant corpus de sources du bas Moyen Âge au xixe siècle, aux espaces de l’élevage andorran, qui joue des possibilités qu’offre les complémentarités entre les vallées de montagne et les plaines d’hivernage.

6Trois points communs structurent ces recherches : la diversité des sources et des approches –sociales, économiques ou juridiques– comme le recours aux jeux d’échelle permettent de déplacer les postes d’observation et de saisir les multiples implications de phénomènes dont les enjeux varient en fonction de l’espace dans lequel ils s’insèrent. L’espace produit est d’abord un espace approprié, par le jeu fluctuant des échanges et des besoins et par les découpages territoriaux et la définition des droits d’accès qui connaissent toute une gamme d’ouverture et de fermeture selon le statut des personnes. Les ressources naturelles sont dès lors autant un enjeu qu’un moyen de construction territoriale complexe.

Axe 2. Du rapport à l’espace comme élément structurant des sociétés.

7Le deuxième axe pose d’abord la question de l’appartenance territoriale, des critères qui la régissent et des enjeux qui la motivent. Comment les individus et les groupes sociaux s’intègrent-ils à l’espace qu’ils habitent ? En quoi ce rapport au sol participe-t-il de la structuration des sociétés en groupes sociaux distincts ? Deux exemples peuvent servir de point d’appui initial à la réflexion.

  • 7  Liberski-Bagnoud (Danouta), Les dieux du territoire. Penser autrement la généalogie, Paris, éd. CN (...)

8Chez les Kasena du Burkina-Faso étudiés par Danouta Liberski-Bagnoud, l’habitat est en partie composé d’un certain nombre d’enclos perçus comme fondateurs ; ils sont considérés comme des « vieilles maisons » ou des « maisons aînées ». Les nouvelles cellules domestiques doivent s’établir dans ces enceintes. L’établissement dans un enclos dépend généralement de la filiation. Les maisons sont ensuite numérotées, non pas en fonction de leur succession dans l’espace, comme dans une rue française, mais plutôt en fonction de leur succession dans le temps. Le rapport à l’espace et l’inscription territoriale sont ici associés à la généalogie ; la filiation et l’insertion dans un enclos domestique ne peuvent, normalement, fonctionner séparément. Elles signifient en outre l’appartenance de droit à la communauté. Subséquemment, l’habitat dans un enclos ouvre aussi l’accès aux terres cultivables ou pâturables7.

  • 8  Cursente(Benoît), Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale (xie-xive siècle), Toulouse, PU (...)

9Cette situation subsaharienne n’est pas sans rappeler la configuration sociale particulière des villages pyrénéens, divisés en « casals » ou en « maisons » constituant des enclos maisonnés dans lesquels peuvent être bâtis les foyers des cadets. Le modèle, étudié pour le Moyen Âge par Benoît Cursente8, ne se comprend qu’à l’aune des espaces qu’il relie. En effet, ces grandes maisons médiatisent l’accès à la terre. Résider en leur sein ouvre les passages de la montagne. Le rapport au sol est dépendant de l’appartenance à l’une de ces structures intermédiaires et intégratives. L’intérêt, du point de vue spatial, est l’inscription de la configuration sociale sur le sol : la hiérarchie sociale entre maisons aînées et cellules cadettes, comme l’existence de groupes de parenté distincts, se lit dans le découpage de l’espace villageois en enclos séparés et plus ou moins distants.

  • 9 Sur ce thème, la référence qui demeure incontournable est celle de Nora (Pierre) (s.d.), Les lieux (...)

10Ces deux exemples permettent aussi d’appréhender comment le rapport à l’espace structure et rend visibles les formes d’organisations sociales, au niveau de la communauté (fédération de maisons ou de clans), de la parenté (la filiation est signifiée par la résidence ou non dans un enclos), de la hiérarchie sociale (maisons dominantes et cellules dépendantes pour l’accès aux espaces) et du temps (vieilles maisons et nouvelles). Ils permettent aussi de donner deux directions de recherche, l’une axée sur les critères sociaux, politiques ou juridiques qui régissent le rapport à l’espace, l’autre sur la dimension symbolique et identitaire du sentiment d’appartenance à un espace9. Ainsi, à la croisée du spatial, de la différenciation sociale et de l’identité, le rapport à l’espace est déjà une mise en abîme de la relation sociétés – territoires. Cette configuration socio–spatiale ne doit pas pour autant être considérée comme immobile, mais bien comme un seuil de structuration, parmi d’autres tout autant envisageables, de cette relation entre les hommes et leurs espaces.

11Annie Paradis est la première à investir cette question du rapport à l’espace dans les contributions rassemblées ici. Le changement de point de vue est ici disciplinaire. Elle rend compte d’une enquête en anthropologue, pleinement anthropologue pourrait-on dire, à la fois cachée derrière un rideau et visible dans un texte qui se conjugue à la première personne du singulier : le rapport à l’espace est aussi celui de l’observateur. Ce texte fait avant tout le récit d’une pratique de l’espace, dont les silences et la pudeur disent l’essentiel sur un espace de passage, aveugle et solitaire, situé entre deux sphères, celles du visible et de l’invisible, des coulisses et de la scène. Cet espace est aussi un entre-deux êtres entre l’acteur et son personnage. C’est un espace à soi qui permet le basculement dans un rapport de tension solitaire.

12C’est sans doute ce thème du basculement et de la métamorphose sociale d’un individu dans l’espace, par l’espace, qui constitue l’originalité du travail de Zélie Navarro sur les administrateurs coloniaux à Saint-Domingue au xviiie siècle. Les caractéristiques de leur résidence et la qualité du mobilier marquent leur degré d’insertion dans l’île selon un gradient opposant deux pôles aux valeurs inversées : la ville coloniale portuaire, Port-au-Prince, qui montre le caractère à la fois temporaire et précaire de leur présence et les exploitations rurales où ils manifestent une plus grande intégration, tout en gardant une partie des signes distinctifs de leur origine sociale et géographique. Ces hommes apparaissent dès lors comme des sortes de caméléons qui se confondent avec l’espace qu’ils traversent dès lors qu’ils y demeurent plus durablement, tout en manifestant une forme d’ambiguïté entre leurs identités métropolitaines et leur intégration locale.

13Ce rapport en forme d’itinéraire à la fois social et spatial est aussi celui qui éclaire le plus la recherche de Julie Deramond. S’attachant à la figure de Jeanne d’Arc à travers un hymne du xixe siècle, elle montre comment le personnage se charge des valeurs et des caractéristiques des lieux où il est représenté, formant, de proche en proche, tout un répertoire des possibles : Jeanne est ainsi lorraine, orléanaise et rouennaise, bergère et guerrière, laïque et religieuse en fonction du sens prêté aux lieux où elle est mise en scène. Aucune signification n’est exclusive d’une autre, ce qui rend le personnage acceptable, voire nécessaire, dans une société marquée par le conflit des deux France.

Axe 3. Comparer : regards croisés à la croisée des espaces.

14Le troisième axe invite à adopter un point de vue plus méthodologique dans une perspective comparatiste et historiographique.

  • 10  C’est ce qui constitue la colonne vertébrale de l’article de Zadora-Rio E., « Le village des histo (...)

15En effet, pour soutenir une comparaison, se trouvent, du côté des sources, des documents et des disciplines qui renseignent les espaces avec une inégale portée et de manière hétérogène. Comment dès lors mesurer et pallier l’hétérogénéité de l’information du point de vue spatial ? Affronter cette difficulté relève pleinement de la pratique historienne puisqu’il s’agit de comparer et d’évaluer l’information spatiale en fonction des différents types de documentation disponibles. En effet, la connaissance de l’espace des sociétés passées est souvent tributaire de l’importance et de la nature des sources et surtout des effets de source. Chaque type de documentation tend à éclairer un espace sous un certain angle et ne révéler qu’une partie de ses multiples facettes. De plus, il semblerait que la documentation historique comme archéologique ait une certaine échelle de référence, une portée au delà ou en deçà de laquelle les informations recueillies ne puissent plus être reçues comme pertinentes. Tout comme les images satellites dévoilent certains détails à une certaine échelle, la plupart des sources ne prennent sens qu’au niveau où elles sont produites. La relativité spatiale des sources est donc l’un des terrains de recherche à envisager. On ne peut alors qu’encourager l’analyse d’un même espace ou d’un même objet à partir de documentations et de disciplines différentes, à condition de mettre au jour et de tenir compte de ces décalages10.

16Olivier Passarius a pris ce problème à bras le corps dans son étude historique et archéologique du village médiéval de Vilarnau, aujourd’hui pour l’essentiel disparu. Il met d’abord en évidence les images discordantes de cet espace que donnent les différentes disciplines sollicitées. Il interroge ensuite la généalogie des différentes campagnes de recherches entre 1995 et 2004. Il est alors possible de mesurer les écarts entre les interprétations successives formulées en fonction des informations progressivement recueillies et celle que propose l’auteur au terme de cette longue enquête sur l’ensemble du terroir et de ses habitats. C’est donc bien à une démarche critique des sources, des méthodes et des modèles auquel se livre cet auteur.

17D’une certaine manière, Amaïa Legaz entreprend également une démarche comparative où elle explore les relations entre la cadastration et les communaux, la structuration sociale et la construction territoriale de deux sociétés montagnardes, l’une alpine, l’autre pyrénéenne. Elle cherche d’abord à caractériser la structure sociale de ces communautés de montagne à travers les conditions d’accès aux communs et la définition du statut d’ayant droit. Elle s’attache ensuite à saisir et à expliquer les conséquences de la transformation de ces terres communes en terrains communaux au terme du processus de cadastration, entamée dès le xviiie siècle en Savoie et au xixe siècle en France. La requalification juridique de ces espaces comme leur stricte délimitation redéfinissent enfin les modalités de contrôle et d’exploitation de ces espaces au cœur des sociétés et des économies de montagne.

18Comparer les espaces, comparer les sources, comparer les sociétés : c’est à ce triple défi que s’est attaqué Benoît Cursente depuis un poste d’observation original : l’historiographie immédiate. Son propos consiste d’abord à établir une analyse critique du colloque de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (SHMESP) consacrée à la Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations. Cette recension critique établit ensuite des comparaisons avec les travaux « transpériodes » et pluridisciplinaires produits dans le Laboratoire Framespa et au sein du collectif Terrae. Pour lui, cette production ne constitue-t-elle pas, dès lors qu’elle est appréhendé du point de vue des pratiques historiennes, une sorte de décentration –nécessaire– d’un certain rapport à l’espace historique et scientifique ?

Haut de page

Notes

1  Ce texte de présentation est une version remaniée de l’appel à communication de la journée d’étude du 14 février 2008.

2  En cela, cette journée d’étude entend aussi s’inscrire dans les renouvellements actuels de la géographie, voir par exemple : Lévy (J.) ; Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin, « mappemonde », 1999, 400 p. ; Lussault (M.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003 ou plus récemment encore de Lussault (M.), L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, 2007, 366 p.

3  Néanmoins, sur ce sujet, on peut souligner les actuelles interrogations proposées par le séminaire Pierre Bonnassie coordonné cette année par Jean-Loup Abbé (http://w3.univ-tlse2.fr/terrae/spip/spip.php ?rubrique9) et par Benoît Cursente à partir du cas d’Orthez qui montre le caractère très progressif de la morphogenèse de ces habitats : Cursente (B.), Orthez, Pyrénées Atlantiques, Bordeaux, Ausonius, « Atlas historique des Villes de France », 2007, 93 p. 

4  Abbé (Jean-Loup), A la conquête des étangs. L’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen (XIIe-XVe siècle), Toulouse, PUM, « Tempus », 2006, 332 p.

5  Le Couédic (Mélanie),“Les pratiques de l’espace pastoral dans la longue durée : modélisation des parcours de troupeaux dans la haute montagne pyrénéenne”, Actes de la Rencontre de Doctorants Modélisation des Dynamiques Spatiales, Lyon, nov. 2006, http://univ-tours.fr/isa/modys/download/rd06lecouedic.pdf

6  Par exemple : Corbin (A.), Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes du XIXe siècle, Paris, Albion Michel, « L’évolution de l’humanité », 1994, 359 p. ;

7  Liberski-Bagnoud (Danouta), Les dieux du territoire. Penser autrement la généalogie, Paris, éd. CNRS–MSH, « Chemins de l’ethnologie », 2002, 244 p., p. 75 suiv.

8  Cursente(Benoît), Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale (xie-xive siècle), Toulouse, PUM, coll. Tempus, 1998, 605 p. 

9 Sur ce thème, la référence qui demeure incontournable est celle de Nora (Pierre) (s.d.), Les lieux de mémoire, La République, la Nation (vol. 1 : Héritage, Historiographie, paysage ; vol. 2 : Le territoire, l’Etat, le Patrimoine ; vol. 3 : la Gloire les mots), les France (vol. 1 : Conflits et partages ; vol. 2 : Traditions ; vol. 3 : De l’archive à l’emblème), Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque illustrée des Histoires, 3 tomes, 7 volumes, 1985-1992, (XLII+674 p.) ; (XXI+610 p.) ; (662 p.) ; (667 p.) ; (988 p.) ; (988 p.) ; (1034 p.) ; plus récemment les travaux de Cazal (Rémy), “En Languedoc lainier (1750-1950) : réflexion sur la conscience de place”, dans Pierre Guillaume éd., Les solidarités. Le lien social dans tous ses états, Bordeaux, MSHA, 2001, p. 153-169 et de Olivier (J.-M.), “Morez ou la conscience de place au service de la réussite industrielle”, Les solidarités 2 – Du terroir à l’État, Bordeaux, MSH, 2002, p. 290-303 ; http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00178369/en/ ont renouvelé l’approche sur le plan social, territorial et économique.

10  C’est ce qui constitue la colonne vertébrale de l’article de Zadora-Rio E., « Le village des historiens et le village des archéologues », Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Publications de la Sorbonne, Paris, p. 145-153, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Conesa, « Présentation », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/318

Haut de page

Auteur

Marc Conesa

Détaché au CNRS, Framespa UMR 5136, Équipe 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org