Navigation – Plan du site
Varia

Les mémoires historiques. Analyse par cohortes de l'enquête CIS-2008 sur la guerre civile espagnole

Historical Memory: Cohort Analysis of the CIS-2008 Investigation on the Spanish Civil War
Las memorias históricas. Análisis por cohortes de la encuesta del CIS-2008 sobre la Guerra Civil española
Michel Matly

Résumés

Le présent article analyse les résultats d'une enquête réalisée en 2008 par le Centre espagnol de recherche sociologique (CIS) sur le rapport des Espagnols à leur guerre civile de 1936-1939. Il met en évidence que l'époque de jeune adulte où l'individu s'est forgé ses idées sur la politique et le monde a une influence dominante et persistante sur sa représentation ultérieure du conflit. Il y a donc moins évolution d'une mémoire historique au cours du temps que coexistence de plusieurs dont l'apparition et la disparition accompagnent le mouvement générationnel. Les individus manipulent la mémoire du conflit autant, et sans doute avec plus de succès, que les institutions. Ils l'ont certainement fait à l'issue de la guerre, dans un régime qui pratiquait la discrimination par la couleur politique et le passé. Dans le cadre d'une démocratie largement légitimée, ils continuent toujours à manipuler le passé pour le mettre en adéquation avec eux-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Deux enquêtes réalisées par le Centre de recherche sociologique (Centro de investigaciones sociológicas - CIS), organisme public destiné à suivre la conjoncture socio-économique espagnole, ont interrogé le rapport des Espagnols à la guerre civile. Ces enquêtes, menées en 1995 et 2008, adoptent une perspective différente et à elle seule assez caractéristique des époques auxquelles elles ont été réalisées.

  • 1 Enquête nº 2201, décembre 1995, 2478 personnes interrogées, données disponibles sur http://www.ci (...)
  • 2 Enquête nº 2760, avril 2008, 2936 personnes interrogées, données disponibles sur http://www.cis.e (...)

2La première, menée en 19951, donc à vingt ans de la mort de Franco, concerne le rapport des Espagnols à la dictature et à la démocratie. La seconde, en 20082, cherche plus spécifiquement à renseigner le pouvoir politique sur la portée des polémiques liées au mouvement dit de la « mémoire historique » et sur l'attitude à adopter face à l'ouverture des fosses communes et à l'enlèvement des symboles franquistes des lieux et bâtiments publics.

3Ces enquêtes, réalisées toutes deux quand les socialistes étaient aux affaires, posent des questions que les pouvoirs en place, toujours soucieux de maintenir la guerre civile en dehors du champ politique, évitent en général d’aborder. Même si elle a fait le choix d'omettre certains aspects (le rôle de l'Église, les positions institutionnelles), l'enquête de 2008 a notamment le mérite d'avoir exploré en profondeur le regard porté sur le conflit.

  • 3 On citera les travaux de l'historien Santos Juliá ainsi que les ouvrages sur la mémoire du confli (...)
  • 4 Julio Aróstegui, «Traumas colectivos y memorias generacionales: el caso de la guerra civil», dans (...)

4Non que le thème des évolutions de la mémoire de la guerre civile soit peu traité, il l'a été au contraire en abondance et de façon magistrale3. On pensera ainsi, pour ne citer qu'un auteur, aux trois mémoires générationnelles du conflit proposées par Julio Aróstegui4, la mémoire d'identification et de confrontation des camps, celle de la réconciliation et enfin plus récemment la mémoire de restitution et de réparation.

  • 5 On donnera ici au terme de représentation le sens attribué par les sociologues Émile Durkheim (re (...)

5Les travaux sur la représentation de la guerre civile5 sont menés sur la base de sources telles que les actes et discours institutionnels, les débats politiques, les médias, les documents pédagogiques, la création littéraire et artistique. Leurs analyses reflètent les positions de ceux qui ont le pouvoir d'expression, ressentent la nécessité ou trouvent un intérêt à parler du conflit. On partira du principe que l'apport des enquêtes est ailleurs : elles consultent sur un pied d'égalité ceux qui parlent et ceux qui se taisent. Elles permettent donc de relativiser et de mettre en perspective le discours sur la guerre et, dans une certaine mesure, les conclusions que tirent les spécialistes de sa mémoire.

2. Cadre de recherche

6Le concept de représentation s'est maintenant largement imposé dans la sociologie et l'histoire, mais les changements, voire les ruptures de représentations collectives, qui ont fait l'objet de polémiques connues entre Émile Durkheim et Gabriel Tarde à la fin du xixe siècle, restent encore aujourd'hui pour beaucoup à explorer. Les événements extérieurs, les stratégies d'acteurs institutionnels fournissent a posteriori leur lot d'explications des changements de représentations collectives. Des facteurs internes aux sociétés font que ces événements et ces stratégies pèsent plus ou moins fortement, agissent comme inhibiteurs ou déclencheurs, mais la nature de ces facteurs, les mécanismes qui s'y opèrent font encore débat.

7On se fixera ici un double objectif : analyser la représentation collective de la guerre civile espagnole telle qu'elle ressort des enquêtes, avec un recul faible mais néanmoins suffisant pour la situer dans les évolutions de la mémoire du conflit ; mais aussi rechercher des éléments qui permettent de mieux comprendre la dynamique d'une représentation collective et les conditions de sa formation et de son évolution.

  • 6 Une analyse de la bibliographie de la guerre civile espagnole semble montrer que l'un des facteur (...)

8Après le rappel de quelques résultats de 1995, on analysera principalement les réponses à l'enquête de 2008 consacrées à la guerre civile espagnole, et plus particulièrement l'influence des facteurs politiques et générationnels sur la perception du conflit6. L'échantillon qui a été retenu pour cette enquête sur-représente la Catalogne et le Pays Basque, dans la mesure où, pour des raisons qu'on peut imaginer, le gouvernement souhaitait avoir un éclairage très précis sur ces régions. Les réponses nationales sont cependant le produit des redressements statistiques nécessaires et peuvent être considérées comme représentatives de l'ensemble de la population, dans les limites de ce genre d'exercice.

9On s'appuiera ainsi sur les tableaux croisés nationaux fournis par l'institut d'enquête, en mentionnant en note de bas de page la transcription exacte des questions originales – en espagnol – dont ils fournissent les réponses et en reproduisant les classes de ces tableaux (tranche d'âge, quintiles politiques) dans les graphiques. On reprendra aussi les termes retenus par l'institut de sondage pour désigner les deux camps qui se sont affrontés, tout en mesurant la charge sémantique qui leur est associée : d'un côté le terme nacionales, intitulé choisi par les insurgés au temps du conflit pour prétendre faire d'un soulèvement militaire une guerre de libération nationale ; de l'autre republicanos, intitulé popularisé dans son acception actuelle lors de l'après-franquisme et qui masque les ambiguïtés des rapports des gauches d'alors à la Deuxième République.

  • 7 Karl Manheim, Le problème des générations, Paris, Armand Colin, 2011.

10L'approche par classe d'âge s'appuiera sur le concept de « cohorte », segment générationnel rendu homogène par un environnement sociopolitique commun, tel que défini par Karl Manheim7. Le sociologue considère ainsi qu'une génération est une construction sociale et non une donnée biologique. Sa théorie part du principe que la vision politique d'un individu se cristallise entre 17 et 25 ans et se trouve donc fortement influencée par les conditions politiques de cette période de sa vie.

11Manheim indique que les personnes tendent à se référer préférentiellement à leur période de fin d'adolescence ou de jeune adulte pour décrire et justifier leurs positions politiques et plus généralement leur vision du monde. Les mentions des circonstances et événements de leur vie de jeune adulte, à l'intersection de l'histoire nationale et de l'histoire personnelle, soulignent l'importance de cette époque dans le processus de formation de la conscience politique et son influence durable sur les opinions en tant que référent privilégié.

12L'analyse de cohorte permet d'identifier et de distinguer des « effets de cohorte », différences générationnelles persistantes et durables qui ne seront guère influencées par des événements politiques spécifiques, des « effets de période » qui feront que telle circonstance ou tel événement affectera toutes les générations et, enfin, des « effets de cycle de vie », changements dus au vieillissement.

  • 8 Richard Gunther, Mariano Torcal Loriente et José Ramón Montero, « Légitimité, mécontentement et d (...)

13Dans leur analyse de la perception par la population espagnole des changements politiques entre 1976 et 1996, Richard Gunther, Mariano Torcal Loriente et José Ramón Montero distinguent ainsi 6 générations sous la forme de 6 cohortes successives : la génération de la guerre civile, celles de l'autocratie, du décollage économique, de la libéralisation du régime, de la transition et enfin et au-delà de 1968, la génération qui dans son adolescence, n'a connu que la démocratie8.

14Sans reproduire exactement les cohortes proposées par ces auteurs (les deux premières sont déjà plus clairsemées en 2008 et le traitement de l'enquête impose un découpage par dizaine d'années), on en gardera en mémoire la nomenclature. La relation entre âge et opinion sera ainsi traitée en considérant deux temps principaux : celui d'abord de la jeunesse, donc de la socialisation primaire où transmissions familiale et scolaire peuvent avoir une importance particulière ; celui ensuite du passage à l'âge adulte où se façonnent et se figent peut-être les perceptions.

15Que ce soit selon la génération ou la tendance politique, on s'intéressera aux réponses faites mais aussi à la part toujours variable de ceux qui s'abstiennent de répondre. Affirmer qu'on ne sait pas ou refuser de répondre sont des attitudes qui font autant sens que choisir parmi les réponses proposées.

3. Mémoire de la guerre civile, mémoire du franquisme

3a. L'enquête de 1995

16L'enquête de 1995 n'aborde qu'incidemment le thème de la guerre civile. Elle fournit cependant quelques informations utiles pour la compréhension et la mise en perspective des réponses de 2008, notamment en ce qui concerne l'importance de la mémoire du conflit et de ses conséquences, l'image nuancée de la période franquiste et celle, très largement positive, du passage à la démocratie.

  • 9 Pensando en la historia reciente de España, cree Ud que en la sociedad española actual: ¿Ya se ha (...)

17Cette enquête signale d'abord que la guerre et le franquisme n'ont en rien perdu de leur actualité pour les Espagnols de 1995 et les opinions sur ce point traversent les générations9. Ainsi une moitié des personnes interrogées estiment que les divisions et rancœurs de la guerre civile ne sont pas oubliées et deux tiers considèrent que le franquisme a laissé une empreinte forte dans la société espagnole contemporaine.

18Les réponses témoignent ensuite des nuances du regard rétrospectif sur Franco et son régime : une moitié des personnes interrogées considère que la période franquiste a eu du bon et du mauvais, face à un tiers qui la voit comme un épisode négatif et 12 % comme un épisode positif de l'histoire nationale espagnole. L'image du dictateur est certes globalement négative, mais un quart des répondants le considèrent pourtant comme un des meilleurs chefs d’État qu'ait connus l'Espagne, un tiers estiment qu'il a sauvé le pays du communisme et près de la moitié qu'il a été le garant de la paix.

19Les Espagnols de 1995 sont, enfin, une large majorité à considérer que la transition est un motif d'orgueil et à légitimer le cadre institutionnel et politique contemporain.

3b. L'enquête de 2008

20L'enquête de 2008 met en évidence quelques évolutions significatives par rapport à la consultation précédente : le régime franquiste conserve son image nuancée mais fait l'objet d'une certaine perte mémorielle ; la guerre civile garde une place toujours aussi importante dans la mémoire collective, mais les fractions les plus jeunes et les plus politisées manifestent un sentiment plus aigu de l'actualité des divisions et des rancœurs issues du conflit.

  • 10 Por favor, dígame si está más bien de acuerdo o más bien en desacuerdo con las siguientes afirmac (...)

21Les répondants sont moins enclins qu'en 1995 à considérer que le franquisme reste important dans la mémoire des Espagnols : une part minime, de l'ordre de 10 %, considère le franquisme comme l'événement majeur du dernier siècle de l'histoire espagnole, loin derrière la guerre civile, la transition ou l'avènement de la démocratie. D'une petite moitié, ils sont maintenant 60 % à penser que le régime a eu du bon et du mauvais10.

22D'un côté les répondants et surtout les plus âgés concèdent au franquisme le maintien de l'unité de l'Espagne, de l'ordre et de la paix et le développement économique du pays. De l'autre une quasi unanimité – hormis une fraction très à droite – admet que le régime s'est accompagné de violations des droits et d'absence de liberté de parole. Enfin les souvenirs de la répression s'estompent peu à peu chez les plus jeunes.

  • 11 ¿Cuál de los siguientes acontecimientos considera Ud que ha sido más importante para España?
  • 12 A lo largo de los últimos 100 años de la Historia de España ha habido muchos acontecimientos impo (...)

23Interrogés sur les événements qui ont le plus marqué le siècle passé, les répondants citent essentiellement la guerre civile, la transition et les acquis de la démocratie. La transition est la plus citée lorsqu'on leur demande s'il s'agit d'un événement important pour le pays11, et la guerre civile lorsqu'on leur demande s'il s'agit d'un événement important pour eux-mêmes12. Les personnes les plus âgées (ici celles nées avant 1943, donc ayant atteint leur maturité politique pendant la guerre ou le franquisme dur), les plus politisées et notamment celles se situant le plus à droite sur l'échelle politique sont celles qui citent le plus souvent le conflit.

  • 13 Por favor, dígame si está más bien de acuerdo o más bien en desacuerdo con las siguientes afirmac (...)
  • 14 ¿Ya se han olvidado las divisiones y rencores que en el pasado creó la Guerra Civil ?

24Comme en 1995, une moitié des personnes interrogées considèrent que le souvenir de la guerre civile reste fortement vivant dans la mémoire des Espagnols13 et que les divisions et rancœurs de la guerre civile ne sont toujours pas oubliées14. Cependant et contrairement à 1995, le poids actuel des divisions nées de la guerre apparaît se renforcer dans les classes d'âge les plus jeunes et les fractions les plus politisées de la population, très à gauche surtout mais aussi très à droite. D'autres réponses de l'enquête de 2008 permettent de mieux en comprendre les raisons et les conséquences.

4. Sympathies et conséquences familiales

4a. Filiation charnelle, filiation idéologique

  • 15 Por lo que Ud sabe o puede recordar, ¿con cuál de los dos bandos de la Guerra Civil simpatizaba m (...)

25La question des sympathies des antécédents familiaux lors de la guerre civile15 met en évidence la filiation des choix et des engagements politiques. Les secteurs actuellement les plus politisés sont ainsi ceux qui sont les plus capables de situer les sympathies familiales lors du conflit et de les attribuer à un camp. Ceux se situant au centre de l'éventail politique sont plus nombreux à ne pas savoir, et à juger que leur famille n'était pas engagée ou qu'elle comportait des membres qui soutenaient l'un et l'autre camp.

26Sans surprise, la relation entre les sympathies familiales durant le conflit et les choix politiques contemporains est très nette : la gauche apparaît ainsi doublement héritière, charnellement et idéologiquement, du camp républicain, tout comme la droite l'est du camp franquiste. On peut en déduire qu'il existe une reproduction familiale des préférences politiques, mais aussi que la mémoire du conflit a été mieux capitalisée par ceux qui en ont eu besoin pour construire leur identité politique : des conclusions qui seraient, somme toute, banales, si les préférences familiales lors du conflit étaient, comme on pourrait le supposer, une donnée immuable. L'analyse des réponses par cohorte montre que c'est loin d'être le cas : ces préférences historiques sont aussi le fruit d'une reconstruction.

4b. La construction d'ascendants républicains

27S'il existe une certaine perte de mémoire des sympathies familiales, qui débute avec la génération née entre 1964 et 1973 et s'accélère ensuite avec le vieillissement et la disparition progressive des témoins directs du conflit, on assiste aussi à deux phénomènes en parcourant les cohortes des plus anciennes aux plus jeunes. Le premier est la réduction de la part de familles neutres, sans engagement durant le conflit, qui passe de 25 % à 15 % et le doublement des engagements multiples (au sein d'une même famille, certains membres adoptant un camp et d'autres le camp opposé). Il y a donc chez les plus jeunes une sur-politisation des familles du temps de la guerre.

  • 16 Por lo que Ud sabe o puede recordar, ¿con cuál de los dos bandos de la Guerra Civil simpatizaba m (...)

28Mais surtout, il y changement radical à partir de la cohorte née entre 1954 et 1963, qui a grandi à la fin du franquisme et est arrivée à maturité dans les années 1970-80, dans la période de libéralisation du régime et de la transition. Les plus âgés, les témoins du conflit et ceux nés juste après, font état de familles sympathisant à parts égales avec le camp républicain et le camp franquiste. Ceux qui sont nés après les années 1960, et dont la maturité politique coïncide avec l'arrivée de la démocratie, jugent que leurs familles étaient aux deux tiers républicaines, un modèle qui perdurera ensuite d'une façon constante jusqu'aux plus jeunes16.

Fig. 1

Fig. 1

Sympathies familiales du temps de guerre, selon la date de naissance des personnes interrogées (des plus jeunes aux plus âgées).

© Michel Matly.

29La sympathie familiale en temps de guerre fait donc l'objet de deux descriptions distinctes, qui séparent les plus et les moins de 50 ans, et l'arrivée à l'âge adulte et à la maturité politique à l'époque de la mort de Franco semble marquer la frontière. Les plus âgés nous décrivent des familles partagées à parts égales entre camp républicain et camp franquiste à côté d'une fraction substantielle de familles indifférentes. Les plus jeunes nous montrent des familles – ce sont pourtant évidemment les mêmes – plus politisées et surtout aux deux tiers républicaines.

4c. Les conséquences familiales de la guerre

  • 17 ¿Sabe si, como consecuencia de la Guerra Civil, algún miembro de su familia o persona cercana: Fa (...)
  • 18 ¿Sabe si, como consecuencia de la Guerra Civil, algún miembro de su familia o persona cercana: Fa (...)

30Une personne sur deux a été capable de citer au moins un proche de sa famille frappé par la guerre, 20 % en ont cité deux et 10 % trois17. Sur l'ensemble cité, les conséquences sont les suivantes18 :

Fig. 2

Fig. 2

Conséquences familiales de la guerre civile.

© Michel Matly.

  • 19 ¿Qué bando fue el responsable?

31S'il y a une certaine perte de mémoire des victimes familiales chez les personnes nées après la mort de Franco, on note aussi que plus les classes de répondants sont jeunes, plus le préjudice causé à la famille est attribué au camp franquiste19 : de 2 fois plus pour les plus âgés, il l'est 4 fois plus dans les réponses de la génération née entre 1974 et 1983, et se stabilise à 3 fois plus chez les dernières générations.

32Ceci est cohérent avec l'évolution de la mémoire des sympathies familiales du temps de la guerre : les familles sont remémorées comme de plus en plus républicaines et les dommages causés à ces familles attribués en part croissante aux franquistes au fur et à mesure de l'avancée générationnelle, quand les souvenirs indirects se substituent aux témoignages directs.

5. La responsabilité du conflit et la perception de la Deuxième République

  • 20 ¿Quién cree Ud que fue el principal responsable de que estallara la Guerra Civil? Las izquierdas/ (...)
  • 21 Por favor, dígame si está más bien de acuerdo o más bien en desacuerdo: La Segunda República fue (...)
  • 22 Por favor, dígame si está más bien de acuerdo o más bien en desacuerdo: La Segunda República fue (...)

33L'attribution de la responsabilité du déclenchement de la guerre civile à l'un ou l'autre camp et le rapport à la Deuxième République sont des questions difficiles, si l'on en juge par le taux de non-réponse. Celui-ci est, en effet, d'un quart lorsqu'il est demandé qui porte la responsabilité du conflit20, de 50 % si la question porte directement sur la responsabilité de la République dans l'affrontement21 et de près de 40 % lorsque l'on demande si la Deuxième République a été la première expérience démocratique en Espagne22.

34Ces questions apparaissent de toute évidence comme des marqueurs politiques : les réponses sont plus nombreuses et plus nettes de chaque côté de l'éventail politique, que ce soit pour attribuer à l'autre camp la responsabilité de la guerre ou pour affirmer ou non son attachement à la République. Moins marquées, les différences de réponse selon la tranche d'âge sont néanmoins significatives.

5a. La responsabilité du conflit

35Les personnes consultées adoptent principalement deux points de vue : il y a ceux qui considèrent que les deux camps partagent la responsabilité du conflit et ceux qui en attribuent la responsabilité avant tout aux droites. La thèse d'une responsabilité des gauches n'est soutenue que par une faible fraction qui se réduit progressivement dans les classes les plus jeunes.

  • 23 ¿Quién cree Ud que fue el principal responsable de que estallara la Guerra Civil?

36La thèse d'un conflit où tout le monde – et donc personne – a été responsable est légèrement minoritaire chez les plus âgés. Elle progresse nettement et devient majoritaire avec les générations nées en 1964-1973, c'est-à-dire celles qui sont arrivées à maturité politique dans les années 1980 et le début des années 1990, au moment de la consolidation de la démocratie. Cette thèse semble régresser maintenant chez les personnes les plus jeunes23.

Fig. 3

Fig. 3

Responsabilité de la guerre civile selon la date de naissance des personnes interrogées (des plus jeunes aux plus âgées).

© Michel Matly.

37Ceux qui pensent que la République est la principale responsable de la guerre civile sont de moins en moins nombreux au fil des générations et ne sont plus qu'une faible minorité parmi les plus jeunes. La part de ceux qui pensent au contraire que la République n'est aucunement responsable suit une évolution différente : elle progresse et culmine avec la dernière génération née sous le franquisme, pour régresser ensuite, affirmant ainsi une vision plus nuancée d'une République qui n'a certes pas été « la » responsable du conflit mais porte néanmoins une part de responsabilité.

5b. Le rapport à la Deuxième République

  • 24 On notera qu'aucune référence n'est faite à la première expérience républicaine de 1872.

38Parmi les réponses prédomine le sentiment qu'effectivement la Deuxième République a été la première expérience démocratique en Espagne24. Ce sentiment croît au fil du temps chez les générations nées sous le franquisme, pour culminer chez ceux qui sont nés entre 1954 et 1963, ceux donc qui ont acquis leur maturité politique à la fin du régime et lors de la transition. Cette opinion connaît ensuite une chute nette pour se rétablir et se stabiliser chez les plus jeunes.

39Il semble ici que chaque génération juge la République en référence au régime sous lequel elle a acquis sa maturité politique : les plus de 50 ans situent la deuxième République en référence à la dictature franquiste passée et les plus jeunes en référence à la monarchie parlementaire actuelle. L'attrait de la République culmine d'abord pour la génération qui devient adulte juste avant la transition, au moment où le retour à la démocratie paraît possible et souhaité. Cet attrait chute notablement pour la génération qui devient adulte dans les années 1990, à un moment où il semble possible qu'une démocratie consolidée puisse se passer de racines contestées. Les réponses des plus jeunes, qui idéalisent à nouveau la République des années 1930, peuvent traduire, quant à elles, une certaine déception face à l'offre de démocratie du régime actuel.

6. La perception de la guerre civile

6a. Entre désastre et facteur durable de division

  • 25 ¿Y por qué le parece tan importante? La Guerra Civil fue una guerra entre hermanos/La Guerra divi (...)

40Pour ceux qui ont cité la guerre civile comme l'événement le plus marquant du siècle passé de l'histoire espagnole, son importance25 est d'abord due au fait qu'elle a dévasté le pays (70 % des réponses), ensuite qu'elle a divisé l'Espagne en deux (20 %) et enfin, pour le reste, qu'elle a été un combat entre frères. Cette vision traverse les clivages politiques, même s'il semble que la gauche porte un peu plus l'image de la dévastation et la droite celle de la division.

  • 26 Question posée seulement à ceux qui considèrent la guerre civile comme le fait historique le plus (...)

41En règle générale, la division est d'autant plus évoquée que les personnes interrogées sont jeunes. Les plus vieux – sans doute parce qu'ils ont vécu la guerre et les époques de peur et de privation qui l'ont accompagnée et suivie – sont presque unanimes (85 %) à présenter la guerre comme un désastre qui a dévasté le pays, alors que les plus jeunes sont un tiers à considérer que son importance est due au fait qu'elle a divisé l'Espagne26.

Fig. 4

Fig. 4

Perception de la guerre civile selon la date de naissance des personnes interrogées (des plus jeunes aux plus âgées).

© Michel Matly.

6b. La montée de la polémique

  • 27 ¿Qué sentimiento le provoca a Ud pensar en la Guerra Civil, en primer lugar? ¿Y en segundo lugar? (...)
  • 28 Le patriotisme rencontre un score non négligeable à la droite de la droite, ce qui souligne le li (...)

42Quelques sentiments dominent, à l'évocation de la guerre27 : en premier lieu, les répondants citent avant tout la tristesse (55 %) et la rage (16 %) ; en second lieu domine à nouveau la rage (22 %), puis viennent l'incompréhension (19 %), la tristesse encore (16 %) et la peur (15 %). D'autres sentiments proposés, le malaise, l'indifférence, la nostalgie, l'orgueil et le patriotisme28, ne rencontrent que des scores mineurs. À propos de l'incompréhension et de la peur, on se bornera à noter que la première augmente légèrement des plus vieux aux plus jeunes, ces derniers étant moins disposés à reconnaître les raisons du conflit, et qu'on la trouve surtout chez les fractions les moins politisées. La peur, au contraire, diminue au fil des générations et, là encore, est plutôt le fait des fractions apolitiques.

43Le niveau de polémique – l'expression de la « rage » –, à l'évocation du conflit, est incontestablement un marqueur de gauche. Ce niveau de polémique change aussi sensiblement selon les générations, avec une évolution assez comparable à celle précédemment constatée pour la vision du conflit (entre désastre et facteur durable de division). La rage est une réaction peu partagée par les plus âgés qui ont, pour partie, été témoins directs des événements de la guerre civile. Ce sentiment de rage augmente significativement chez ceux qui vont grandir sous le franquisme, jusqu'à la génération née entre 1954 et 1963 qui arrive à maturité politique à la transition. La rage baisse ensuite significativement chez les personnes nées entre 1964 et 1973 et dont les idées politiques se sont forgées dans les années 1990, puis reprend une nette ascension ensuite parmi ceux qui sont devenus adultes dans les années 2000.

Fig. 5a

Fig. 5a

Perception de la guerre civile selon la tendance politique (par quintile) et selon la date de naissance des personnes interrogées (des plus jeunes aux plus âgées).

© Michel Matly.

Fig. 5b

Fig. 5b

Perception de la guerre civile selon la tendance politique (par quintile) et selon la date de naissance des personnes interrogées (des plus jeunes aux plus âgées).

© Michel Matly.

7. La transmission

  • 29 Cuando era niño o adolescente, ¿cuánto diría Ud que se hablaba en su familia de la Guerra Civil? (...)
  • 30 Cuando fue al colegio o al instituto, ¿cuánta atención diría Ud que dedicaban los profesores a la (...)

44L'enquête examine par ailleurs les deux principaux mécanismes de transmission que sont la famille29 et l'école30. Il a ainsi été demandé aux personnes interrogées d'une part si l'on parlait plus ou moins de la guerre civile dans leur famille lorsqu'ils étaient enfants ou adolescents, d'autre part quelle était l'attention que portaient leurs professeurs au conflit lorsqu'ils étaient à l'école et au collège.

45On signalera à ce propos que ni la transmission familiale (jugée satisfaisante pour seulement un quart des répondants) ni la transmission par le système éducatif (de l'ordre de 20 % la considèrent suffisante) ne peuvent à elles seules expliquer l'intérêt persistant des Espagnols pour la guerre. On notera aussi que jamais le thème de la guerre ne semble autant évoqué en famille que pendant les périodes les plus dures du régime franquiste. Ceux qui ont grandi pendant les années du franquisme et jusqu'en 1970 sont 30 % à estimer qu'on a parlé beaucoup ou assez de la guerre civile dans leur famille. La proportion baisse ensuite assez régulièrement lors de la fin du régime, la transition et l'établissement de la démocratie : autour de 20 % et même moins pour les plus jeunes.

46Ceci contrarie l'idée répandue d'une « génération du silence » sous le franquisme et d'une communication ultérieure plus fluide, lorsque la liberté de parole est enfin acquise. Il faut sans doute y voir l'opposition entre un silence traumatique des victimes et de leurs proches – sujets prioritaires des interrogations des historiens – et une parole qui en dépit de tout s'est exprimée au sein de l'ensemble des familles, celles du camp des vainqueurs, celles d'opinion indifférente et même si c'était à voix basse, chez une part non négligeable de celles du camp des vaincus.

8. Conclusions

8a. Le choc des mémoires

47Beaucoup des résultats présentés ici n'ont rien pour surprendre les spécialistes de la mémoire de la guerre civile espagnole. Les clivages politiques qui s'y associent, allant d'une gauche attachée à une République idéalisée à une minorité d'extrême droite nostalgique du franquisme, sont amplement décrits par les analystes de la société espagnole contemporaine. Néanmoins quelques éléments, sinon inédits du moins complémentaires, méritent sans doute d'être versés au dossier de la mémoire de la guerre civile.

48Le premier est sans doute la permanence de l'intérêt pour le conflit, opposée au fléchissement de l'intérêt manifesté pour le temps du régime franquiste. Dans la société espagnole contemporaine, la période franquiste apparaît donc mieux assimilée – « classée », dans toutes les acceptions du terme – que la période de la guerre civile. On peut voir là un effet de relatif consensus fondé sur un rejet nuancé : les aspects antidémocratiques du franquisme, comme la répression ou l'absence de droit de parole, sont plus admis à droite. D'autres aspects, comme la paix ou la croissance économique lors de la période franquiste, sont à mettre ou non au crédit du régime selon qu'on est de droite ou de gauche mais ne paraissent pas autant porteurs de polémique que les précédents.

49Le deuxième élément, qui semble avoir été peu relevé jusqu'ici, est la reconstruction politique des familles du temps de la guerre : il y a déplacement considérable d'héritage, dans la mesure où une part importante des générations de la démocratie se sont forgé – probablement en toute bonne foi – des ascendants républicains. Les familles ont été ce qu'elles ont été mais l'image de leurs sympathies a suffisamment changé pour que les héritiers biologiques du camp républicain soient passés de la moitié aux deux tiers de la population.

50Cette reconstruction a pu se faire lors de la transmission familiale du souvenir, qui n'est pas moins que la communication institutionnelle le lieu de multiples manipulations. Le parent livre des informations qui sont parfois véridiques, parfois influencées par le souci d'être en conformité avec les valeurs de l'époque dans laquelle il vit ou par l'envie de s'attirer la sympathie de son public. L'enfant n'a guère les moyens de vérifier la véracité des faits et comble les vides à son gré. La reconstruction a pu se faire aussi ailleurs, faute d'une transmission suffisante, mais dans tous les cas il y a désir identitaire : du côté de celui qui transmet, désir d'avoir été et de plaire ; du côté de celui qui se forge sa perception, désir d'être et donc, dans un monde où la démocratie est devenue la référence, d'avoir une ascendance conforme à son identité.

51Le troisième élément concerne précisément la transmission familiale qui ne semble pas suivre les schémas qu'on lui attribue habituellement, ceux d'un silence d'une première génération, entre témoins et enfants et d'une reprise de la transmission ensuite. Il y a semble-t-il une confusion entre deux aspects de la transmission intergénérationnelle de la guerre civile et donc du silence qui lui est associé, que l'on peut décrire de la manière suivante.

52Aussi nombreuses que soient les victimes des pires exactions de la guerre et de la répression franquiste, elles ne constituent finalement qu'une minorité. La plupart des protagonistes et des témoins de la guerre ont eu un rapport certes difficile mais non traumatique avec le conflit, et ont en conséquence fait preuve d'une moindre difficulté à en évoquer le souvenir. Les personnes les plus gravement affectées par le conflit et leurs proches ont au contraire entretenu un rapport traumatique avec leur passé, dont la difficulté ou l'incapacité de transmission, pour ce conflit comme pour d'autres, ont été largement mises en évidence par la psychanalyse et la psychogénéalogie.

  • 31 Paloma Aguilar Fernández, op. cit., souligne que la guerre civile est en général convoquée par la (...)

53Le dernier élément concerne la recrudescence de la polémique sur la guerre. Les plus jeunes sont plus nombreux que les générations qui les précèdent à exprimer de la rage à l'évocation du conflit. Leur rage fait écho à celle des générations grandies sous le franquisme, à une époque où celle-ci était évidemment impossible à exprimer. Cette rage constitue un élément fondamental de la mémoire de la réparation. Elle se construit dans une décennie 2000 qu'on peut qualifier comme celle de la « crispation », une époque où le débat politique se fait particulièrement agressif et où s'affirme une relecture révisionniste de l'histoire du conflit avec des auteurs comme César Vidal, Jiménez Losantos ou Pío Moa31.

  • 32 Voir, sur les évolutions de l'Église, Xavier Vidal-Folch, « Groupes de pression dans l'Espagne ac (...)

54La rage est peut-être aussi un moyen de mesurer la distance entre représentations générationnelles. Il y a décalage entre la perception d'une population qui s'est construite de plus en plus héritière du camp républicain et les raideurs des attitudes institutionnelles : celle du bipartisme au pouvoir soucieux de maintenir la guerre hors du champ politique, celle aussi d'une hiérarchie catholique qui se proclame unilatéralement victime du conflit32, revendique sa propre mémoire en sanctifiant ses martyrs et refuse le droit de mémoire aux descendants du camp opposé.

55Apanage d'une classe d'âge, celle des moins de 40 ans, et d'un camp politique, la gauche, cette mémoire s'oppose certes à celle de l'autre extrémité de l'échiquier politique, très minoritaire mais forte d'une certitude tranquille, celle du bien-fondé du soulèvement militaire. Mais cette mémoire se confronte aussi et surtout à ceux qui recherchent le consensus. Ceux-là ne veulent voir dans le conflit qu'un épisode triste de l'histoire espagnole, dont les responsabilités sont à imputer à tous et à personne.

56La tranche d'âge antérieure, née dans les années 60, mérite à cet égard une attention particulière dans la mesure où elle est « aux affaires », en politique, aux épiscopats, dans les médias, en charge des programmes scolaires et, pour une bonne part au moins, dans le domaine de la création littéraire et artistique. Elle a grandi pendant la transition, a forgé ses convictions au moment des dernières atteintes à la légitimité de la démocratie (tentative de coup d'État du 23 février 1981) et de la mise à l'épreuve du nouveau cadre institutionnel, dans une époque où la peur et le souci d'apaisement étaient sans doute à leur apogée. Cette génération est celle qui garde le plus de distance vis-à-vis de la guerre civile, objet tout au plus de tristesse et non de jugements, tout autant que de la République, moins assimilée à la démocratie que dans les autres tranches d'âge.

8b. Aspects théoriques

57Comprendre les mécanismes de naissance et d'érosion d'« une » représentation dominante (celle qu'on attribue à une société à une époque donnée) suppose d'en démonter les constituants, d'observer si sa domination est le fait d'opinions majoritaires, naît de l'affrontement entre opinions opposées ou encore dépend du point de vue de l'observateur, ainsi que de rechercher au côté de ces dominantes des représentations résiduelles ou d'autres en cours de gestation. S'il y a coexistence de représentations, il faut alors comprendre comment elles composent les unes avec les autres et quels sont les mécanismes qui les forment et les déforment. Il s'agit là d'explorer l'épaisseur d'une représentation, sa solidité et finalement sa consistance.

  • 33 Des protagonistes du conflit comme Clara Campoamor, promotrice du vote féminin lors de l'instaura (...)

58Sans qu'on puisse prétendre qu'elles apportent des réponses sur l'ensemble de ces aspects, les enquêtes du CIS fournissent quelques éléments de réflexion. Il est convenu d'affirmer qu'il y a deux Espagne héritières de chacun des camps engagés dans le conflit. Le choix et la formulation des questions des enquêtes partent de ce principe même, ne proposant qu'un camp ou un autre. Les taux importants de non-réponse devraient nous alerter sur les limites de l'approche. Ceci vaut à la fois pour la lecture du conflit lui-même33 comme pour celle de sa mémoire.

59Il y a de toute évidence aujourd'hui deux Espagne, celle qui pense qu'il y deux Espagne et celle qui pense que non. Il y a deux Espagne, celle qui porte la mémoire de la guerre et celle qui s'en désintéresse. Celle dont les familles se partageaient à parts égales entre le camp républicain et le camp franquiste et celle dont ces mêmes familles étaient majoritairement républicaines. Celle enfin qui enrage et celle qui est triste à l'évocation du conflit. Et aucune de ces fractions ne coïncide évidemment : il y a de multiples Espagne, portant une multiplicité de mémoires. Parler au singulier de « mémoire historique » impose au minimum de s'interroger sur les relations que celle-ci entretient avec ces mémoires multiples.

  • 34 Le fait est particulièrement notable dans les sentiments provoqués par l'évocation de la guerre, (...)

60Au sein de cette diversité s'affirment l'existence et l'importance de différences générationnelles persistantes, où prédominent donc les effets de cohorte. Que les événements survenus en Espagne depuis la fin de la guerre aient une influence sur la perception du conflit est un constat sans doute banal, mais ce qui l'est moins est que ces événements paraissent surtout avoir été déterminants pour ceux qui en ont été les protagonistes ou plus généralement les témoins au moment de leur passage à l'âge adulte34. Les individus tendent alors à faire de ces événements et circonstances un référent et un cadre de jugement durable, plus que ceux survenus pendant leur enfance et plus que ceux vécus plus tard dans leur vie adulte et dont on pourrait juger qu'ils influencent immédiatement et de manière décisive leur jugement. Ceci tend à confirmer les thèses de Karl Manheim sur l'importance de la période de 17-25 ans dans la formation et la cristallisation des idées politiques.

61On ne peut que constater la similitude entre les différences générationnelles et les évolutions signalées par les analystes de la mémoire du conflit. Ainsi, parcourir les opinions des différentes tranches d'âge des plus âgées aux plus jeunes s'apparente à revisiter la succession largement décrite des représentations dominantes de la guerre civile dans la mémoire espagnole : de la mémoire de confrontation à celle de réconciliation, puis à celle de réparation ; de la délégitimation du conflit (tous vaincus, tous coupables) à une revendication des responsabilités passées ; de l'impératif d'apaisement à la remontée de la polémique.

62Tout semble se passer comme si une génération imposait sa propre représentation au fur et à mesure de son intégration dans des réseaux constitués : institutions, partis politiques, associations, médias, création littéraire et artistique. La représentation domine alors parce qu'elle est exposée à travers ces réseaux, mais elle cohabite avec d'autres qui n'ont plus ou pas encore le pouvoir de dire. Cette cohabitation est parfois consensuelle, parfois conflictuelle et ressentie comme coercitive par les moins puissants, ceux qui sont moins ou pas encore impliqués dans les réseaux publics d'influence. Il n'est pas interdit de penser que les changements ou les ruptures de perception s'expliqueraient d'abord par des rapports de force intergénérationnels, par définition évolutifs dans le temps, de façon plus ou moins douce ou radicale.

Haut de page

Notes

1 Enquête nº 2201, décembre 1995, 2478 personnes interrogées, données disponibles sur http://www.cis.es/cis/opencm/EN/1_encuestas/estudios/ver.jsp?estudio=1191, site consulté en mars-avril 2014.

2 Enquête nº 2760, avril 2008, 2936 personnes interrogées, données disponibles sur http://www.cis.es/cis/opencm/FR/1_encuestas/estudios/ver.jsp?estudio=9220&cuestionario=10774&muestra=16345, site consulté en mars-avril 2014.

3 On citera les travaux de l'historien Santos Juliá ainsi que les ouvrages sur la mémoire du conflit, tels que Paloma Aguilar Fernández, Memoria y olvido de la guerra civil española, Madrid, Alianza Editorial, 1996 ; Alberto Reig Tapia, Memoria de la guerra civil: los mitos de la tribu, Madrid, Alianza Editorial, 2000 ; Julio Aróstegui et François Godicheau (coords.), Guerra civil: mito y memoria, Madrid, Marcial Pons, 2006 ; Danielle Corrado et Viviane Alary (coords.), La guerre d’Espagne en héritage, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2007 ; Josefina Cuesta Bustilla, La odisea de la memoria – Historia de la memoria en España. Siglo xx, Madrid, Alianza Editorial, 2007. Ces ouvrages mettent en évidence les évolutions de traitement de la guerre civile, que ce soit pour des besoins immédiats d’instrumentalisation ou en raison des mutations de la société qui se la remémore.

4 Julio Aróstegui, «Traumas colectivos y memorias generacionales: el caso de la guerra civil», dans Julio Aróstegui et François Godicheau, op. cit., p. 57-94.

5 On donnera ici au terme de représentation le sens attribué par les sociologues Émile Durkheim (représentation collective) et Serge Moscovici (représentation sociale).

6 Une analyse de la bibliographie de la guerre civile espagnole semble montrer que l'un des facteurs déterminants des changements de sa représentation est le renouvellement générationnel : voir Michel Matly, «La guerra de las palabras - Análisis lexicométrico de la bibliografía de Maryse Bertrand de Muñoz sobre la guerra civil española», Pasado y Memoria. - Revista de Historia Contemporánea, 2013, nº 12, p. 139-162.

7 Karl Manheim, Le problème des générations, Paris, Armand Colin, 2011.

8 Richard Gunther, Mariano Torcal Loriente et José Ramón Montero, « Légitimité, mécontentement et désaffection dans les nouvelles démocraties - Le cas de l'Espagne », Revue française de science politique, 1999, n° 2, p. 171-204.

9 Pensando en la historia reciente de España, cree Ud que en la sociedad española actual: ¿Ya se han olvidado las divisiones y rencores que en el pasado creó la guerra civil? / ¿Aunque se han olvidado las divisiones y rencores del pasado, todavía se nota la huella profunda que ha dejado la época de Franco?

10 Por favor, dígame si está más bien de acuerdo o más bien en desacuerdo con las siguientes afirmaciones: El franquismo tuvo cosas buenas y cosas malas.

11 ¿Cuál de los siguientes acontecimientos considera Ud que ha sido más importante para España?

12 A lo largo de los últimos 100 años de la Historia de España ha habido muchos acontecimientos importantes. ¿Podría mencionar el que a Ud, personalmente, le parece que ha sido más significativo?

13 Por favor, dígame si está más bien de acuerdo o más bien en desacuerdo con las siguientes afirmaciones: El recuerdo de la Guerra Civil continúa muy vivo en la memoria de los españoles.

14 ¿Ya se han olvidado las divisiones y rencores que en el pasado creó la Guerra Civil ?

15 Por lo que Ud sabe o puede recordar, ¿con cuál de los dos bandos de la Guerra Civil simpatizaba más su familia, ¿con los nacionales o con los republicanos?

16 Por lo que Ud sabe o puede recordar, ¿con cuál de los dos bandos de la Guerra Civil simpatizaba más su familia, ¿con los nacionales o con los republicanos?

17 ¿Sabe si, como consecuencia de la Guerra Civil, algún miembro de su familia o persona cercana: Falleció en el combate/Murió en un bombardeo/Fue asesinado/Fue condenado a muerte/Desapareció/I ngresó en prisión/Tuvo que salir de España/Tuvo que esconderse/Le echaron de su trabajo?

18 ¿Sabe si, como consecuencia de la Guerra Civil, algún miembro de su familia o persona cercana: Falleció en el combate, etc.

19 ¿Qué bando fue el responsable?

20 ¿Quién cree Ud que fue el principal responsable de que estallara la Guerra Civil? Las izquierdas/Las derechas/Tanto las derechas como las izquierdas.

21 Por favor, dígame si está más bien de acuerdo o más bien en desacuerdo: La Segunda República fue la responsable de la Guerra Civil.

22 Por favor, dígame si está más bien de acuerdo o más bien en desacuerdo: La Segunda República fue la primera experiencia democrática española.

23 ¿Quién cree Ud que fue el principal responsable de que estallara la Guerra Civil?

24 On notera qu'aucune référence n'est faite à la première expérience républicaine de 1872.

25 ¿Y por qué le parece tan importante? La Guerra Civil fue una guerra entre hermanos/La Guerra dividió España en dos/La Guerra asoló el país.

26 Question posée seulement à ceux qui considèrent la guerre civile comme le fait historique le plus important pour l'Espagne : ¿Y por qué le parece tan importante?

27 ¿Qué sentimiento le provoca a Ud pensar en la Guerra Civil, en primer lugar? ¿Y en segundo lugar? Tristeza/Incomodidad/Patriotismo/Rabia/Indiferencia/Orgullo/Miedo/Nostalgia/Incomprensión/Otro sentimiento?

28 Le patriotisme rencontre un score non négligeable à la droite de la droite, ce qui souligne le lien dans cette catégorie de population entre la perception de la guerre civile et l'inquiétude provoquée par la montée des autonomies.

29 Cuando era niño o adolescente, ¿cuánto diría Ud que se hablaba en su familia de la Guerra Civil? Mucho/Bastante/Poco/Nada.

30 Cuando fue al colegio o al instituto, ¿cuánta atención diría Ud que dedicaban los profesores a la Guerra Civil?

31 Paloma Aguilar Fernández, op. cit., souligne que la guerre civile est en général convoquée par la société espagnole aux moments de tension politique.

32 Voir, sur les évolutions de l'Église, Xavier Vidal-Folch, « Groupes de pression dans l'Espagne actuelle », Pouvoirs, 2008/1, n° 124, p. 63-84.

33 Des protagonistes du conflit comme Clara Campoamor, promotrice du vote féminin lors de l'instauration de la Deuxième République ou des analystes contemporains comme l'universitaire italien Gabriele Ranzato proposent par exemple une lecture en trois Espagne, celle favorable à la République et celles des deux camps qui s'affrontent dans le conflit. Voir Clara Campoamor, La revolución española vista por una Republicana, Barcelona, UAB, 2002 et Gabriele Ranzato, El gran miedo de 1936, Madrid, La esfera de los libros, 2011.

34 Le fait est particulièrement notable dans les sentiments provoqués par l'évocation de la guerre, l'appréciation des responsabilités du conflit ou celle de la nature démocratique de la République des années 1930.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Sympathies familiales du temps de guerre, selon la date de naissance des personnes interrogées (des plus jeunes aux plus âgées).
Crédits © Michel Matly.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 2
Légende Conséquences familiales de la guerre civile.
Crédits © Michel Matly.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 3
Légende Responsabilité de la guerre civile selon la date de naissance des personnes interrogées (des plus jeunes aux plus âgées).
Crédits © Michel Matly.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 4
Légende Perception de la guerre civile selon la date de naissance des personnes interrogées (des plus jeunes aux plus âgées).
Crédits © Michel Matly.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3109/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 5a
Légende Perception de la guerre civile selon la tendance politique (par quintile) et selon la date de naissance des personnes interrogées (des plus jeunes aux plus âgées).
Crédits © Michel Matly.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3109/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 5b
Légende Perception de la guerre civile selon la tendance politique (par quintile) et selon la date de naissance des personnes interrogées (des plus jeunes aux plus âgées).
Crédits © Michel Matly.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3109/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Matly, « Les mémoires historiques. Analyse par cohortes de l'enquête CIS-2008 sur la guerre civile espagnole », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 17 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/3109 ; DOI : 10.4000/framespa.3109

Haut de page

Auteur

Michel Matly

Michel Matly prépare actuellement, sous la direction de Viviane Alary, un doctorat sur la représentation de la guerre civile espagnole dans la bande dessinée, à l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, Lettres, Langues et Sciences Humaines, Études hispaniques. Son laboratoire est le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS).
mmatly@quercy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org