Navigation – Plan du site
Dossier : Le prix de l'Homme

Vente et rançonnement du butin humain des armées romaines à l’époque des conquêtes (264 av. J.-C. – 117 ap. J.-C.)

Sale and Ransoming of Human Booty by Roman Armies in the Era of Conquest (264 B.C.  117 A.D.)
Venta y extorsión del botín humano de los ejércitos romanos en la época de las conquistas (264 a.C.  117 d.C.)
Jean-Christophe Robert

Résumés

Au plus fort de l’impérialisme romain, les victoires militaires ont rapporté plusieurs millions de captifs. Les chiffres disponibles permettent d’établir une augmentation des captures au cours de la seconde moitié du IIIsiècle av. J.-C. et jusqu’au premier siècle du Principat. Le chef d’armée avait le pouvoir de vendre les prisonniers comme esclaves. Tous les captifs ne l’étaient cependant pas et les asservissements effectifs se limitent aux cas les plus célèbres. Les prix pratiqués lors de la vente aux enchères publiques étaient des prix de gros pour chaque lot, fixés à partir de la valeur de quelques spécimens isolés parmi la prise, et ne pouvaient être qu’inférieurs à ceux du commerce de détail. La libération contre rançon permettait également de tirer un profit substantiel des captifs, même si la pratique se limita aux guerres d’Occident et avant le IIe siècle av. J.-C. Le montant de ces rançons semble avoir été assez proche de la valeur des esclaves.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Tite-Live, L’histoire de Rome depuis sa fondation, VII, 27, 9 ; XXXVII, 32, 10 ; (...)

1La victoire militaire, qu’elle soit arrachée par la force ou reconnue par l’ennemi lors de sa deditio, consacrait les droits de Rome sur les vaincus qui avaient, pour une raison ou une autre, échappé à la fureur des armes. Le captif perdait tout ce qui faisait de lui un homme libre, et le pouvoir de disposer de sa personne se concrétisait de différentes manières. Tantôt il était exécuté, tantôt il était emmené en détention et connaissait des fortunes diverses : dans le meilleur des cas, on le libérait, parfois on l’échangeait ou on le rendait contre rançon. S’il n’était pas déjà de condition servile, il pouvait aussi être réduit en esclavage en tant que butin de guerre, de chose prise par la force et appelée manu captum. Il était alors utilisé au bénéfice du vainqueur ou mis en vente. L’imperium du magistrat militaire lui donnait en effet le droit de pratiquer la deductio in seruitudine, l’asservissement des captifs. Cette solution n’avait cependant rien d’impératif et dépendait de son appréciation de la situation. De façon générale, une résistance acharnée entraînait presque toujours un traitement sévère : après le massacre, les Romains dépeuplaient la ville hostile en asservissant sa population. On comprend pourquoi une forteresse menacée préféra bien souvent éviter l’assaut par une reddition qui limitait les droits du vainqueur et préservait en théorie la liberté des combattants et de leur famille1.

2La licéité de l’asservissement des captifs, au regard du ius gentium, est en effet explicitement affirmée par la doctrine juridique romaine. Un fragment de Gaius, au Digeste, est très clair sur le principe, et Marcien écrit que :

  • 2 Digeste, 41, 1, 5, 7 et 1, 5, 5, 1 : Serui autem in dominium nostrum rediguntur aut iure ciuili aut (...)

les esclaves tombent en notre puissance en vertu du droit civil, ou encore du droit des gens. [Ce sont], selon le droit des gens, tous ceux qui sont capturés par les ennemis ou qui sont nés des femmes esclaves2.

  • 3 Digeste, 49, 15, 5, 1.

3Quelques conditions devaient toutefois être respectées pour la validité de la deductio in seruitudine, notamment la dépendance totale du captif à l’égard des autorités militaires romaines. Le prisonnier ne devenait en théorie esclave qu’au moment de son entrée sur le territoire romain. Pomponius, lorsqu’il détermine les conditions d’application du postliminium au profit des citoyens romains, affirme que le captif antequam in praesidia perducatur hostium, manet ciuis, « reste citoyen jusqu’au moment où il est conduit au milieu des forces ennemies »3. Dès lors, le prisonnier étranger n’était asservi que lorsqu’il quittait physiquement l’ager hosticus, lorsque sa prise présentait un caractère si ferme et définitif qu’il était transféré pieds et poings liés au camp romain, réputé ager romanus. Une autre condition portait sur la licéité de la capture, indépendamment du fait de savoir si Rome entretenait ou non, à l’origine, des rapports juridiques avec le vaincu. Si elle était intervenue au cours d’une opération relevant d’une guerre juste (iustum atque pium bellum), le général était libre de considérer les prises humaines comme des esclaves. Si, au contraire, l’opération était un brigandage (latrocinium), l’asservissement était alors parfaitement illégal.

  • 4 C’est le cas, par exemple, d’Ulpien, de Marcien, Paul ou Florentin. Voir Digeste, 1, 5, 4, 1 et Jos (...)
  • 5 Sénèque, Consolation à Marcia, 20, 2 ; Lettres à Lucilius, 31, 11.
  • 6 Sur le contenu idéologique des Captiui, Pierre Grimal, « Le modèle et la date des Captivi de Plaute (...)
  • 7 Moses I. Finley, Esclavage antique et idéologie moderne, trad. fr., Paris, Les éditions de Minuit, (...)
  • 8 Tite-Live, XXXV, 49, 8 et XXXVI, 17, 5, où le général reprend cet argument pour motiver ses troupes

4Certains jurisconsultes de la période impériale avaient beau considérer l’esclavage comme contraire au droit naturel, ils faisaient observer qu’il s’agissait d’une institution du droit des gens, qui existait chez tous les peuples de l’Antiquité4. De même Sénèque, dès l’époque de Tibère, s’il commençait par suggérer que l’asservissement en masse des vaincus était parfois injuste, n’en remettait pas pour autant en cause le système esclavagiste5. Pour la période républicaine, en revanche, rien de tel, pas le moindre questionnement sur l’égalité naturelle de l’espèce humaine. Que les prisonniers deviennent des marchandises était chose commune, inscrite dans les lois de la guerre des Anciens. La réduction en esclavage des captifs était fréquemment décidée par le vainqueur, au regard de considérations politico-militaires, ou purement économiques. Sur le plan idéologique, et contrairement à la pièce à thèse de Plaute, la pensée de Cicéron témoigne que les Romains voyaient avant tout l’esclave comme un ancien vaincu, y compris les fils et petit-fils de prisonniers de guerre. Il était l’agresseur châtié, coupable d’avoir offensé Rome. Sa servitude n’était que justice car elle avait mis l’adversaire hors d’état de nuire et dédommagé le vainqueur6. L’esclavage se justifiait également par la prétendue supériorité naturelle des Romains sur les peuples vaincus, et plus généralement sur les barbares7. Dans son discours devant l’assemblée de la confédération achéenne, à Égium en 192 av. J.-C., le consul Titus Quinctus Flamininus présentait les Syriens, les Daces, les Mèdes, les Cadusiens et les Élyméens comme bien meilleurs esclaves que soldats8.

  • 9 William L. Westermann, The Slave Systems of Greek and Roman Antiquity, Philadelphie, American Philo (...)
  • 10 Caton parle des serui compediti, des esclaves agricoles entravés (De l’agriculture, 61 et 62) et Co (...)
  • 11 Varron, L’économie rurale, II, 10, 6-8 ; I, 17, 5 ; Columelle, idem, I, 8, 5 et 18 ; 12, 1.
  • 12 William L. Westermann, op. cit., p. 32-33.

5La perspective du butin humain a-t-elle pu être l’une des causes de l’impérialisme romain ? Aucune corrélation incontestable entre la demande d’esclaves et le développement des conquêtes romaines ne peut être établie, faute de pouvoir prouver, chez l’oligarchie républicaine, une volonté consciente et préméditée de se procurer de la main d’œuvre à bon marché, à l’exception toutefois du cas des Molosses d’Épire en 167 av. J.-C. Il n’en reste pas moins que l’apport servile par la guerre eut des effets considérables sur la société et l’économie romaines, notamment le bouleversement du rapport entre le travail libre et le travail servile. La question qui se pose est de savoir quelle a été la part de la guerre dans le phénomène de l’esclavage. Était-elle la source la plus importante, en volume, par rapport à l’autoreproduction des effectifs serviles et à la piraterie, qui fut surtout importante entre 133 et la guerre de Pompée ? Anciennement, affirme la tradition, la main d’œuvre se renouvelait par les rejetons des esclaves, et l’on s’était habitué à compter sur ce produit, comme sur les autres, à chaque printemps, d’où le nom de uerna. À partir des conquêtes, on se mit très certainement à tabler sur les nouveaux arrivages, et plus seulement sur le processus naturel9. Le taux de fertilité n’était en effet probablement pas très élevé parmi les esclaves agricoles, d’une part parce que cette population était principalement masculine, comme le gros des prisonniers de guerre, et d’autre part parce que leurs conditions de vie n’étaient matériellement pas très propices à la procréation10. Par la suite, Varron et Columelle semblent, en revanche, prendre un soin particulier à favoriser la natalité chez leurs esclaves. Leurs traités préconisaient, par exemple, de donner une compagne aux bergers de la ferme et aux chefs de travaux, pour les attacher plus étroitement au domaine, ou encore de récompenser les mères de plusieurs enfants11. Au sein de la familia urbana, en revanche, la reproduction naturelle a pu jouer un rôle non négligeable, comme en témoignent les « élevages » serviles, par exemple attestés après 150 av. J.-C. en Grèce centrale12.

1. Tant de captifs, autant d’esclaves ?

  • 13 Léon-Robert Ménager, Histoire institutionnelle et sociale de l’Antiquité, Perpignan, PUP, 1999, p.  (...)

6Le projet de dénombrer les captifs des guerres romaines se heurte à bien des obstacles. Les sources littéraires ne fournissent que peu d’indications précises. Les auteurs anciens écrivent souvent seulement que la masse des prisonniers était « importante » ou encore s’élevait à « plusieurs milliers ». Ils n’ont, par ailleurs, pas toujours eu connaissance de l'information ou voulu rapporter toutes les prises factuelles. Les tentatives d’inventaire permettent néanmoins de constater que le nombre de prisonniers, rapporté à celui des ennemis tués, augmente très nettement à partir de la première guerre punique, mais varie fortement jusqu’à la fin de la République. Les chiffres des annalistes semblent indiquer, dès le début du second siècle avant notre ère, une baisse significative en volume, excepté le pic à 168 900 captifs entre 175 et 150 av. J.-C., en raison de la guerre contre Persée et de l’expédition en Épire. Tombé à 86 500 pendant le troisième quart du deuxième siècle, le nombre de captifs connaît une croissance continue, jusqu’au record de 236 000 prisonniers comptabilisés pour la période 100-75. Après cette date, les chiffres, qui culminent à 36 000 captifs en 25 avant notre ère, ne rendent certainement pas compte de toutes les prises en Gaule, Germanie et Bretagne. Les guerres du premier siècle de l’Empire ont fait un minimum de 687 000 prisonniers, surtout des Gètes, Pannoniens, Juifs et Daces13.

  • 14 Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, VI, 416-420. Sur la mortalité des prisonniers, également Stra (...)
  • 15 Appien, L’Ibérique, 68.
  • 16 Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, III, 305.
  • 17 On pense aux terribles exterminations des Germains et au propos de Germanicus selon lequel Rome n’a (...)

7En raison du peu de textes anciens qui donnent l’information, il est difficile d’estimer, par ailleurs, la proportion de ceux qui, survivant à une captivité souvent courte mais aux conditions très dures, furent effectivement réduits à la condition de marchandise humaine. Au sujet des captifs de Judée en 70 ap. J.-C., Flavius Josèphe indique, par exemple, que certains des prisonniers, « les plus beaux et les plus grands », furent réservés au triomphe de Titus (mais qu’advint-il d’eux par la suite ?), tandis que les autres étaient envoyés sur les grands chantiers d’Égypte ou destinés aux combats de gladiateurs. Seuls les moins de 17 ans furent écoulés sur le marché des esclaves. Ils furent néanmoins 11 000 (sur 97 000) à mourir de faim14. Outre les pertes dues à la malnutrition ou aux épidémies, il faut tenir compte des exécutions sommaires. Le cas des prisonniers espagnols d’Escadia, Gemella et Obola, montre bien que tous les captiui n’étaient pas vendus. Appien affirme en effet que sur un volume de 10 000 prises, 500 personnes furent exécutées15. Un autre exemple date du Principat. À Japha en Judée (67 ap. J.-C.), sur 2 130 prisonniers, les hommes furent égorgés et seuls les femmes et les enfants furent vendus16. Les généraux du Prince étaient-ils plus meurtriers que leurs ancêtres de la République17 ? Une lettre écrite par un familier d’Auguste insiste en tout cas sur l’utilité des captiui :

  • 18 Cité par Léon-Robert Ménager, op. cit., p. 81.

[…] du moment que tu peux vendre un captif, ne le tue pas ; il sera un esclave utile. Permets que, endurci à la peine, il s’occupe des troupeaux et laboure ou que, marchand, il navigue et passe l’hiver au milieu des eaux, qu’il soit utile au ravitaillement, transporte des céréales et des vivres18.

  • 19 Suétone, Néron, 31 ; Plutarque, Lucullus, 26, 7.

8On connaît aussi des cas où les prisonniers, comme les Arméniens de Lucullus en 73 av. J.-C., passaient au service de l’armée, probablement comme esclaves publics, et étaient utilisés pour ouvrir des routes, jeter des ponts, curer des rivières, couper des arbres et accomplir toutes sortes de travaux. Ils pouvaient même se voir confier un « rôle tactique » : rangés derrière les combattants, ils gonflaient le volume des légions afin d’impressionner l’ennemi19.

  • 20 William L. Westermann, op. cit., p. 60 ; Hans Volkmann, art. cit., p. 166 ; Elena M. Staerman, Die (...)
  • 21 Diodore, Bibliothèque historique, XXIII, 9, 1 et 5 ; 18, 4-5.
  • 22 Tite-Live, XXI, 50, 4-5 et 51, 2 ; XXVI, 40.
  • 23 Tite-Live, XXIV, 42, 11 (Turdétans) ; Zonaras, Histoire romaine, IX, 3 (Sagonte). En 214, même les (...)
  • 24 Polybe, Histoire générale de la République romaine, X, 17, 9 ; Tite-Live, XXVI, 40.
  • 25 Tite-Live, XXIII, 37, 12.
  • 26 Tite-Live, XXVI, 16, 6 ; Appien, Le livre d’Hannibal, 43. Certains habitants d’Atella et Calatia ai (...)
  • 27 Tite-Live, XXVII, 16, 7 ; Plutarque, Fabius, 4, mais 25 000 selon Eutrope (Abrégé d’histoire romain (...)
  • 28 Polybe, X, 40, 1 et 10. En revanche, Scipion renvoya chez eux les Espagnols sans exiger de rançon.
  • 29 Polybe, XV, 4, 1. L’Achéen écrit que Scipion refusait les capitulations pour pouvoir réduire les po (...)

9Les textes antiques semblent ne contenir que le récit des asservissements, parfois chiffrés, les plus célèbres. Aussi les sources passent-elles assurément sous silence de nombreux cas pourtant bien réels. Dès la conquête de la Sicile, les ventes de prisonniers se multiplièrent20. Diodore, avec Polybe et Orose, donne le chiffre de 25 000 individus à Agrigente en 262, et parle de l’asservissement de la population de Camarina en 258. La même année, selon Diodore, les habitants de Myttistraton connurent le même sort. Il est certain qu’on vendit à Palerme en 254 près de la moitié des prises humaines, à savoir 13 000 têtes21. La première grande bataille navale de la guerre d’Hannibal fut un succès pour les troupes romaines. Tite-Live indique que 1 700 soldats et marins furent vendus comme esclaves à Lilybée en 218. En 210, M. Valerius Laenas vendit la totalité de la population d’Agrigente22. En Espagne, la même année, la population de la capitale des Turdétans tomba dans l’esclavage, de même que celle de Sagonte en 21223. À Carthagène en 210, Scipion réquisitionna comme esclaves publics 2 000 artisans, avec promesse de libération ultérieure24. Les ventes d’alliés italiens félons furent également importantes : Tite-Live rapporte le cas de plus de 5 000 Hirpins, Samnites vivant au sud de Bénévent, en 21425. Du reste, celui des Campaniens est l’exemple type de l’asservissement sanction. Malgré la reddition de la ville en 211, la population fut vendue en masse26. Les Tarentins, 30 000 individus, connurent le même sort lors de la prise de la cité lucanienne en 20927. La même année, dans le camp carthaginois près de Bécula, Scipion écoula tous les prisonniers numides28. En 203, on tira profit cette fois des habitants de plusieurs villes puniques, vendus sans autre forme de procès29.

  • 30 Tite-Live, XXXIV, 16, 10 ; 21, 7 (Bergistans) ; XXXIX, 42, 1 (Corbion) ; Periochae, 49 (Lusitaniens (...)
  • 31 Appien, L’Ibérique, 98 ; Florus, Abrégé d’histoire romaine, I, 34, 17.
  • 32 Tite-Live, XLI, 11, 8. Il s’agissait de Nesactium, Mutila et Faveria. Sur les Statellates, Tite-Liv (...)
  • 33 Tite-Live, XLIII, 5, 1-2 ; XLIII, 8, 7.

10À ces milliers de Siciliens, Italiens, Carthaginois et Numides s’ajoutent surtout, au second siècle avant J.-C., les Gaulois de Cisalpine et les Espagnols, qui fournirent d’énormes contingents. En 195, les Bergistans d’Espagne sont vendus à l’encan, ainsi que la plus grande partie des habitants de leur capitale, excepté ceux qui avaient défendu la citadelle, probablement supprimés. D’autres ventes massives de captifs sont attestées lors de la prise de Corbion en Espagne (184), en Lusitanie en 151, et à Escadia, Gemella et Obola en 141, où 9 500 personnes furent concernées30. La prise et la destruction de Numance, en 133, s’achevèrent par la mise en vente des habitants survivants, excepté cinquante individus que P. Cornelius Scipion entendait conserver pour son triomphe31. En Cisalpine, la prise de deux places fortes des Istriens, en 177, permit de vendre 5 632 captifs, et l’expédition de 173, 10 000 Statellates déditices, recherchés et rachetés par la suite par le sénat32. Plusieurs milliers d’hommes furent encore réduits en esclavage lors d’une razzia illégale chez les Cisalpins alliés, en 171. Les patres ordonnèrent pareillement leur rachat et leur remise en liberté33.

  • 34 Polybe, IX, 39, 2-3 ; Tite-Live (XXVI, 26, 4) précise que le butin revint aux Romains conformément (...)
  • 35 Tite-Live, XXXII, 22, 16 ; Pausanias, Description de la Grèce, VII, 17, 5. Les prisonniers furent r (...)
  • 36 Tite-Live, XXXVIII, 29, 11 (Samé) ; Polybe, IX, 39, 2 (Anticyre) ; Tite-Live, XLII, 63, 10 (Haliart (...)
  • 37 Tite-Live, XLIV, 34, 5 ; Plutarque, Paul-Émile, 29, 3.
  • 38 Appien, Le livre africain, 130, et Zonaras, IX, 30, qui affirme que seul un petit nombre fut vendu (...)

11Aux barbares, la nouvelle aristocratie romaine, plus raffinée et hellénisée, commença au début du second siècle à préférer les sujets grecs et orientaux. La localisation des ventes en témoigne. Dès 210, les Romains avaient asservi la population d’Anticyre de Phocide, notamment des femmes et des enfants34. Peu de temps après, P. Sulpicius Galba avait fait de même à Dymé, en Achaïe35. D’autres ventes eurent lieu par la suite à Samé en Céphallénie (189), où même ceux qui s’étaient rendus furent asservis ; à Anticyre de Locride ; à Haliarte en Boétie (171), où l’on vendit aussi environ 2 500 déditices ; à Thèbes, où, malgré la capitulation de la ville, des partisans du roi Persée ainsi que des Macédoniens furent pris et vendus, enfin à Abdère, sur la côte thrace, à Chéronée en Boétie et à Chalcis en Eubée (171-170)36. En 167, la célèbre expédition en Épire aurait abouti à la deductio in seruitudine de 150 000 Molosses37. Comme à Carthage, la prise de Corinthe se solda par la vente de la population civile, surtout des femmes et des enfants38.

  • 39 Zonaras, IX, 25 (Dalmates) ; Diodore, XXXIV, 23 (Salyens) ; Salluste, Jugurtha, 91, 6 (Capça) ; App (...)
  • 40 Valère Maxime, Faits et dits mémorables, VI, 2, 3 ; Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 4, 4
  • 41 César, La guerre des Gaules, I, 40.
  • 42 Appien, La guerre de Mithridate, 9, 61 ; Orose, Histoires contre les païens, V, 23, 7.
  • 43 César, La guerre des Gaules, I, 26 et 27-28 ; II, 33 ; II, 16, 4. Cicéron affirme que César allait (...)
  • 44 Plutarque, Crassus, 17, 5 ; Cicéron, Lettres à Atticus, V, 20, 5.
  • 45 Espagne : Ps-César, La guerre hispanique, 41-42 ; Dion Cassius, Histoire romaine, XXIX, 4 (Munda en (...)

12Pour la seconde moitié du deuxième et le premier siècle avant notre ère, les asservissements concernent d’abord les Dalmates, vendus à l’issue de la campagne de 155, les Salyens lors de la prise de leur forteresse Entremont en 124, les Numides de Capça, dont Marius ordonna la vente en 107, et les cités espagnoles de Colenda et Iliturgi, dont les habitants furent vendus avec femmes et enfants en 9739. Le discours de Scipion, rapporté par Valère Maxime et Velleius Paterculus, donne à penser qu’un grand nombre des 50 000 captifs de Carthage fut vendu à Rome40. Beaucoup le furent aussi parmi l’immense masse des captifs que fit Marius sur les Germains (Cimbres, Teutons et Ambrons), puisqu’on en trouvait encore en Italie à l’époque des guerres serviles de 73-7141. Des ventes de prisonniers sont également signalées à l’occasion d’une expédition en Asie en 85 et de l’opération contre Sertorius en Espagne en 7742. Dans les Gaules, le Bellum Gallicum parle de l’asservissement de 6 000 prisonniers, dont la fille du chef Orgétorix, après la victoire romaine de Bibrax, et César signale également la vente de prisonniers aduaturques en 57 et vénètes en 5643. Par la suite, Crassus se délesta de ses prisonniers de Zénodotie, en 54, et Cicéron de ses captifs ciliciens de Pindenissus, en 51, pour un total de 120 000 sesterces44. D’autres ventes sont mentionnées, à l’époque des guerres civiles, en Espagne, en Judée, en Lycie, à Malte et à Corcyre45.

  • 46 Pompée avait détruit une grande partie de la piraterie, mais ce fut la flotte d’Auguste qui assura (...)
  • 47 Dion Cassius, LIII, 25 (Salasses) ; LIV, 5 et 11 (Cantabres et Astures) ; Strabon, XVII, 1, 54 (Éth (...)
  • 48 Dion Cassius, LIV, 7 (Cysique et Tyr) ; 20 (Pannoniens et Norisques) ; 22 (Rhètes) ; 24 (Ligures) ; (...)
  • 49 Dion Cassius, LX, 17, 3 (Lycie) ; Tacite, Annales, XIII, 54, 4 (Arméniens) et 3 (Ampsivariens).
  • 50 Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, III, 134 (Garaba) ; 305 (Japha) ; 539-542 (Tibériade) ; VI, 3 (...)

13On considère généralement qu’avec la pax Augusta, la guerre et la piraterie perdirent leur rang de principales sources d’approvisionnement en esclaves46. Or les sources témoignent des nombreux cas d’asservissements dans les premières années du règne d’Auguste : 36 000 Salasses en 25, dont 8 000 guerriers ; de nombreux Cantabres et Astures en 22, ainsi que tous les Éthiopiens de Pselchis et de Napata qui ne succombèrent pas à diverses maladies47 ; à Cysique et à Tyr en 20 ; lors de la campagne contre les Pannoniens et les Norisques en 16 ; les plus jeunes et les plus robustes des Rhètes pris comme captifs en 15 ; les Ligures en 14 ; les Pannoniens et les Scordisques en 12 ; les Besses, les Chérusques, les Suèves et les Sicambres en 11 ; enfin les Galiléens de Séphoris en 4 av. J.-C.48. Par la suite, de nombreuses opportunités ont dû exister, dont la littérature du temps n’a hélas pas gardé la trace. Les textes anciens ne rapportent, sous les empereurs du premier siècle, que quelques cas : la réduction en esclavage des révoltés de Lycie en 43 ap. J.-C., celle des Arméniens de Volandium en 58, où seuls les non-combattants furent vendus, tout comme pour les Germains Ampsivariens en 58, dont Tacite dit que l’on n’asservit que les captifs impropres à la guerre49. Nous disposons enfin de quelques indications concernant la campagne de Judée de Titus et Vespasien, en 67-70. Furent vendus les habitants de Garaba en Galilée, les femmes et enfants de Japha, 36 400 individus à Tibériade, et une multitude de femmes et d’enfants en Idumée, dont il est dit qu’on ne tira d’ailleurs qu’une faible somme50.

2. La liquidation des prisonniers : la vente sub hasta

  • 51 Les détails et la conduite de l’opération étaient réglés par le questeur (Polybe, X, 17, 6-10).
  • 52 Dion Cassius, LIII, 25, 4 ; Suétone (Auguste, 21) considère d’ailleurs cette précaution comme une p (...)
  • 53 Dion Cassius, LIV, 31, 3.
  • 54 William L. Westermann, «Slave Maintenance and Slave Revolts», Classical Philology, 1945, n° 60, p.  (...)
  • 55 Tite-Live, XLIII, 4, 5.
  • 56 William L. Westermann, The Slave Systems, op. cit., p. 70.

14La décision de mettre en vente les prisonniers revenait au militaire occupant le rang le plus élevé dans la hiérarchie, le commandant en chef de l’armée romaine. Ses responsabilités étaient particulièrement lourdes, puisqu’il ne se contentait pas d’ordonner la vente du butin, mais supervisait généralement l’organisation de toute la transaction51. Dion Cassius rapporte que l’imperator fixait parfois plus ou moins impérativement les conditions de la vente : en 25 av. J.-C., Auguste imposa par exemple aux acquéreurs une interdiction d’affranchissement des prisonniers salasses avant un délai de trente ans52. De la même façon, la cession des Pannoniens capturés par Tibère en 12 avant notre ère portait une clause obligeant les acheteurs à les transporter loin de leur patrie d’origine53. Ces deux mesures avaient pour but manifeste de limiter les risques de révoltes54. Le sénat avait évidemment un droit de regard sur ces transactions décidées par le général. En pratique, le contrôle s’exerçait lorsqu’elles étaient contestées et dénoncées par les « victimes » elles-mêmes. En 171, la capture et la vente des Abdéritains furent jugées illicites par les patres, car l’expédition du préteur Lucius Hortensius n’était elle-même pas légale. Une commission ad hoc se chargea de retrouver les malheureux et de leur rendre leur liberté55. Ceux-ci furent probablement rachetés sur des fonds publics56. Ainsi la vente ne conférait la faculté d’invoquer la protection de l’État que sous la condition fondamentale que le vendeur ait eu le pouvoir d’aliéner.

  • 57 Strabon, IV, 6, 7.
  • 58 Dion Cassius, XLII, 14, 3. La transaction s’apparentait alors en fait au paiement d’une rançon.
  • 59 Certes enrichis par leur part de butin et les donatiua, était-ce dans leurs moyens et en avaient-il (...)
  • 60 Pline, XXXV, 57, 1.
  • 61 C’est ce dont témoigne Cicéron (Pour Publius Quinctius, 6, 24), à travers l’exemple de Sextus Naevi (...)
  • 62 Tite-Live, XXVI, 34.
  • 63 Strabon, XIV, 668. William L. Westermann (op. cit., p. 65) considère le chiffre comme très exagéré (...)

15Les Romains avaient adopté le système grec de la vente au camp, immédiatement après la cessation des combats. Il supposait bien évidemment que les prises humaines puissent être écoulées localement, à proximité du lieu de capture ou sur celui du rassemblement de tous les prisonniers raflés lors d’une campagne. On sait, par exemple, grâce à Strabon que la vente de 44 000 Salasses, en 25 av. J.-C., eut lieu sur leur territoire, à Éporédie, dans les Alpes italiennes57. Qui pouvait acheter les captifs ? Les survivants parmi leurs concitoyens, en général pillés et ruinés, n’étaient probablement pas en mesure de participer aux enchères. Les vaincus restés libres ont néanmoins pu parfois faire l’acquisition de certains des leurs, ou des ressortissants d’une cité voisine58. Les soldats, romains ou alliés, y ont peut-être aussi assisté59. Restaient les marchands, attestés dans le sillage des légions dès 296 av. J.-C. Les plus avisés, des Grecs en général, suivaient les armées en expédition et achetaient les captifs que les généraux marquaient à la craie60. D’autres ont pu tout simplement se trouver sur place au moment opportun. En raison de la coutume de la vente sur place des captifs, seule une partie d’entre eux arrivait en Italie, les uns avec les soldats, les autres avec ces marchands d’esclaves qui approvisionnaient le marché italique61. Si les Capouans de condition libre qui avaient combattu dans les rangs carthaginois furent conduits à Rome pour y être vendus en 210, c’est seulement parce que le lieu de capture n’était pas très éloigné de l’Urbs, et qu’on voulait s’assurer de leur dispersion62. Parfois plusieurs fois vendus au gré des aléas du commerce spécialisé, beaucoup transitaient par le marché le plus prospère de la Méditerranée, Délos, qui, selon Strabon, pouvait importer et exporter dix mille esclaves en une seule journée63.

  • 64 Strabon, VI, 4, 2 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, IV, 24.
  • 65 Gaius affirme que la hasta est un signe de la propriété (Institutes, IV, 16). Voir aussi Juvénal, S (...)
  • 66 Varron, L’économie rurale, II, 10, 4.
  • 67 Tite-Live, XLII, 63, 10.
  • 68 Tacite, Annales, XIII, 39, 4 ; Histoires, I, 68.
  • 69 Festus, De la signification des mots, s.v. corona, 364 ; César, La guerre des Gaules, III, 16 ; Tit (...)

16La vente était dite sub hasta parce qu’il s’agissait d’une vente publique, au nom du peuple romain, et que, avant d’y procéder, le questeur faisait planter en terre une lance du même nom64. Cet acte symbolique n’était pas dénué de sens : la hasta, arme de guerre des Romains, était le symbole de la force et exprimait le fait que le droit transmis était placé sous la protection de la force publique65. Si elle avait en principe pour objet un ensemble de biens, les prisonniers de guerre étaient parfois vendus séparément, au détail. Une discordance terminologique complique néanmoins les choses. Varron fait allusion, s’agissant des captifs, à la cession sub corona66, ainsi que Tite-Live, lorsqu’il décrit celle des 2 500 prisonniers d’Haliarte, en 171 avant notre ère67. Tacite fait lui aussi mention de la vente « sous la couronne » par Corbulon de tous les non-combattants arméniens, à Volande en 58, ainsi que celle de plusieurs milliers d’Helvètes en 6968. Il semble que la vente portait ce nom car les captifs offerts aux enchères arboraient une couronne, comme le confirment plusieurs sources, dont Festus, César69, et surtout Aulu-Gelle :

  • 70 Aulu-Gelle, Nuits attiques, VII, 4 : Pileatos seruos uenum solitos ire quorum nomine uenditor nihil (...)

Caelius Sabinus, jurisconsulte, a laissé dans ses écrits que les esclaves sur la personne desquels le vendeur ne garantissait rien, se vendaient d’ordinaire couverts d’un bonnet. La cause en était, dit-il, que des esclaves de cette sorte devaient être reconnaissables quand on les vendait, de façon que les acheteurs ne pussent se tromper et être pris, et qu’ils n’eussent pas à attendre le contrat de vente, mais vissent déjà à l’avance de leurs yeux de quel genre d’esclaves il s’agissait. « De même, depuis l’antiquité, dit-il, les esclaves pris par le droit de la guerre étaient vendus la tête couronnée, et c’est pourquoi l’on disait qu’ils étaient vendus sous la couronne. Car de même que cette couronne était la marque des prisonniers de guerre à vendre, de même le bonnet sur leur tête montrait qu’on vendait des esclaves sur la personne desquels le vendeur ne garantissait rien à l’acheteur ». Mais il y a une autre opinion sur la raison pour laquelle on a l’habitude de dire que les captifs étaient vendus sous la couronne, c’est que les soldats entouraient les troupes de prisonniers à vendre pour les garder, et ce cercle de soldats montant la garde s’est appelé couronne. Mais Caton enseigne que ce que j’ai dit en premier lieu est plus vrai, dans le livre qu’il a écrit sur l’art militaire. Voici ses termes : « Afin que grâce à ses propres efforts le peuple aille faire des supplications la tête couronnée pour un succès plutôt que d’être vendu la tête couronnée après une défaite »70.

  • 71 Ferdinando Bona, « Preda di guerra e occupazione privata di res hostium », Studia et Documenta Hist (...)
  • 72 Aulu-Gelle, Nuits attiques, VII, 4, 3.

17La emptio-uenditio ex praeda sub corona devait d’ailleurs être spécifiquement réservée au butin humain71. Quant au bonnet (pilleus), il devait être utilisé dans les ventes au détail organisées par les professionnels du trafic d’esclaves72.

3. Prix de vente et montant de la rançon

  • 73 Les tarifs des affranchissements ne sont probablement pas un indice sur le prix d’achat de l’esclav (...)
  • 74 Tenney Frank, An Economic Survey of Ancient Rome, Paterson, Pageant Books, 1959, t. 1, p. 100 ; Mar (...)
  • 75 Polybe, XXXI, 25 ; Diodore, XXXI, 24.
  • 76 Plutarque, Caton l’Ancien, 6, 5 ; Tite-Live, XXXIX, 44, 3. Il s’indignait qu’on puisse acheter un e (...)
  • 77 Plutarque, Caton l’Ancien, 21, 1 et 7.
  • 78 Polybe, XXXI, 25 ; Diodore, XXXVII, 3.
  • 79 Tenney Frank, op. cit., p. 195. Il s’agit d’une moyenne « for an able-bodied laborer, keeping in mi (...)

18Il arrive que les sources littéraires donnent une idée du prix qu’atteignit la vente des prisonniers capturés par les Romains, mais ces informations sont exceptionnelles. La valeur des captifs peut toutefois être estimée à partir de ce qui est connu de la valeur d’échange des esclaves sur le marché de détail73. Les renseignements sur le prix d’un esclave au temps des guerres puniques sont rares. Sont disponibles les valeurs indiquées par Plaute, mais qui sont les prix grecs, et concernent le plus souvent les femmes. Tenney Frank a cependant relevé les prix figurant dans ses principales comédies : ils varient entre 2 000 et 6 000 deniers74. Les indications concernant le second siècle avant J.-C. sont encore plus restreintes. Nous savons par exemple ce que Caton l’Ancien était prêt à débourser, notamment le prix raisonnable d’un laboureur, à savoir 300 deniers75. Selon Plutarque, il n’avait jamais payé plus de 1 500 drachmes (ou deniers) pour un esclave domestique, et pendant sa censure en 184, taxait comme produit de luxe tout seruus de plus de vingt ans dont le prix était supérieur à 10 000 as (625 deniers)76. Il achetait surtout des prisonniers de guerre encore enfants, que l’on pouvait élever et dresser comme de jeunes chiens ou des poulains, et qu’il revendait au bout d’un an dans l’espoir de profits juteux. Les rigueurs de Caton, dont le mépris du luxe insistait sur la nécessité d’une vie frugale, n’empêchaient manifestement pas le censeur de penser à faire fructifier son capital77. Polybe et Diodore affirment que le prix d’un esclave domestique de luxe pouvait monter jusqu’à 24 000 deniers78. Mais il s’agit d’une valeur record qui ne révèle rien sur le prix moyen par catégorie d’esclaves. Selon Tenney Frank, celui d’un esclave agricole devait varier autour de 500 deniers79.

  • 80 Cicéron, Pour Sextus Roscius, 28 ; Des provinces consulaires, 8.
  • 81 Pline, Histoires naturelles, VII, 10, 5 et 6. La fortune considérable d’Antoine pouvait certes lui (...)

19Pour le premier siècle, Cicéron fournit quelques données. Il écrit avoir acheté un jeune esclave plutôt intelligent et doué, capable de devenir un bon acteur, qu’il aurait payé 1 000 deniers. Sans doute une très bonne affaire. En 66, le consul C. Antonius fit l’acquisition d’une jeune esclave pour 150 drachmes (ou deniers)80. Pline rapporte le cas de deux jeunes esclaves, venant l’un d’Asie et l’autre de Gaule, qui furent vendus pour jumeaux à Antoine en raison de leur extraordinaire ressemblance, au prix de 200 000 sesterces (25 000 deniers chacun)81. L’écart de valeur était donc conséquent entre les travailleurs ordinaires, et les esclaves destinés à satisfaire les fantaisies d’un luxe tapageur.

  • 82 Stanislaw Mrozek, Prix et rémunérations dans l’Occident romain (31 av. n. è. - 250 de n. è.), Gdans (...)
  • 83 Jerzy Kolendo, « Il lavoro servile e i mutamenti delle tecniche agrarie nell’Italia dal I secolo a. (...)
  • 84 Horace, Satires, II, 7, 43 ; Épîtres, II, 2, 5-6.
  • 85 Columelle, L’économie rurale, III, 3, 8.
  • 86 Pétrone, Le Satiricon, 68 ; Martial, Épigrammes, X, 31, 1.
  • 87 Ainsi Pline, VII, 40, 1, au sujet des esclaves de Sabinus nommés Homère, Hésiode, Pindare… ; Suéton (...)

20Les prix relatifs à la période impériale sont un peu plus nombreux, et témoignent d’une hausse de la demande en esclaves de luxe et des prix que l’on était prêt à y mettre82. Il est généralement admis, en effet, que la fin des captures massives a dû provoquer une augmentation des cours par une diminution du volume de l’offre83. À Rome, à l’époque d’Auguste, 500 drachmes (ou deniers) était le tarif appliqué à un esclave très bon marché, tandis qu’un jeune secrétaire cultivé et sachant le grec pouvait valoir 2 000 deniers84. Columelle estimait que le prix moyen d’un vigneron qualifié était de 1 500 à 2 000 deniers85. Dans la seconde moitié du premier siècle ap. J.-C., un jeune garçon fut acheté 300 deniers en raison de ses talents d’imitateur, une fille de petite vertu bradée à 600 deniers, et le prix typique d’un esclave masculin paraît avoir été de 1300 denarii86. En revanche, la valeur commerciale atteinte par des individus jugés exceptionnels dépasse l’entendement : les grammairiens grecs ou les histrions pouvaient valoir plusieurs centaines de milliers de sesterces87.

  • 88 Henri Wallon, Histoire de l’esclavage dans l’Antiquité, réed., Paris, Robert Laffont, 1988, p. 453- (...)
  • 89 Cité par Marcel Morabito, op. cit., p. 59, n. 146.
  • 90 Sénèque, Lettres à Lucilius, XXVII, 7.
  • 91 Marcel Morabito, op. cit., p. 270-272. Au contraire, les jurisprudents déploraient la paresse et l’ (...)
  • 92 William L. Westermann, op. cit., p. 97-98. Sur les origines ethniques d’après le cognomen des inscr (...)

21Après Henri Wallon et Karl-Joachim Marquardt, Marcel Morabito a dépouillé les sources juridiques. Son étude fait l’inventaire des prix d’esclaves que contient le Digeste. Les valeurs les plus élevées sont de l’ordre de 5 000 deniers, et les plus courantes de l’ordre de 500, voire 250 deniers88. Jan Ceska a donné une table des prix approximatifs des esclaves aux deux premiers siècles de l’Empire, en fonction de leur compétence, et constate qu’ils étaient sensiblement les mêmes que sous la République : pour les esclaves hautement qualifiés, entre 2 500 et 5 000 deniers ; pour les esclaves correctement instruits, 2 000 à 2 500 deniers ; de 750 à 2 000 pour les esclaves modestement qualifiés mais capables de travailler de façon autonome ; environ 500 deniers pour les travailleurs manuels, et 250 pour les moins utiles, comme les enfants89. Encore faut-il effectivement faire remarquer que les prix étaient également variables selon les caractéristiques de l’individu, son âge, son expérience, son degré d’instruction, ses attraits physiques ou même psychologiques. On se doute bien par exemple que si Calvisius Sabinus acheta un esclave de Pline l’Ancien pour 100 000 sesterces, c’est parce qu’il les valait, étant parfaitement rompu au dépouillement et à la compilation d’archives90. Marcel Morabito a montré que, plus modestement, un bon esclave était réputé sage, obéissant, honnête, aimant son travail et soucieux de son pécule. Au plan physique, Gaius mentionne la qualité de bon coureur et Pomponius la nécessité d’avoir une bonne santé91. La provenance de l’esclave, son origine ethnique, dont la mention était obligatoire dans le contrat de vente, devaient également jouer, ainsi que le lieu de l’acquisition. William-Linn Westermann a bien vu que, sous l’Empire, sauf en Égypte où toutes les ethnies étaient représentées, les esclaves importés en Italie provenaient principalement de Syrie et des provinces d’Asie Mineure. Mais en règle générale, une écrasante majorité de serui étaient nés dans leur pays de servitude92.

  • 93 Elle devait être à peu près systématique dans la vente au détail, comme il ressort de Suétone, Cali (...)
  • 94 Dion Cassius, XLII, 14, 3.
  • 95 César, La guerre des Gaules, I, 27-28 ; 53, 4.
  • 96 Dion Cassius, LXVIII, 8 et 28, qui ne précise d’ailleurs pas qu’elles furent vendues.
  • 97 Dans Suétone (Auguste, 29), le mango est distingué de l’exportateur d’esclaves. Un certain Toranius (...)
  • 98 Plutarque, Lucullus, 14, 1-2 ; Diodore, V, 26, 4.
  • 99 Diodore, XXIII, 18, 4-5. Les captifs de Cicéron en Cilicie furent vendus 120 000 sesterces, mais no (...)

22De tous ces éléments peuvent être déduits, avec prudence, le produit des ventes des captifs in bello. Cependant, la vente au camp était une vente en gros et aux enchères publiques. En quelques heures, des centaines voire des milliers de prisonniers étaient attribués par lots à des acheteurs professionnels. On doute que ces marchands aient pris le temps ou même aient eu la possibilité de l’inspection en détail des caractéristiques physiques, qui faisaient en partie la valeur commerciale93. Il s’agissait donc probablement d’un « prix de gros » par catégorie, au vu de quelques spécimens isolés parmi la prise. Il ne pouvait être qu’inférieur au prix de détail, sauf peut-être pour ceux que l’on vendait à leurs familles sur le lieu de la capture, procédé alors très proche de la rançon94. Il en fut peut-être ainsi de la fille du chef gaulois Orgetorix, ou de celle d’Arioviste, capturées en 5895. Mais elles ont tout aussi bien pu constituer le fleuron de la vente, et être emportées au loin puis revendues fort cher en raison de leur rang, tout comme la sœur de Décébale ou celle de Chosroes96. Le trafic humain étant le gagne-pain des maquignons, ils ne surenchérissaient raisonnablement pas au-delà d’une somme susceptible de leur procurer une marge confortable à la revente. Il faut peut-être aussi se figurer des intermédiaires entre le mercator, qui achetait les prises humaines à l’armée, et le leno (ou mango), qui les écoulait sur tous les marchés aux esclaves d’Italie et des provinces97. Enfin, une armée en campagne n’était pas toujours en mesure d’obtenir pour ses prises des prix acceptables. Ils dépendaient du volume de l’offre, comme en témoigne l’anecdote rapportée par Plutarque. Les esclaves étaient si abondants après la campagne de Lucullus contre les Pontiques que les prix chutèrent à quatre drachmes. À l’époque de la guerre des Gaules, raconte Diodore, où César aurait fait selon l’estimation maximale un million de prisonniers, les marchands italiens troquaient quelques litres de vin contre un jeune enfant gaulois98. Tout ceci va finalement dans le sens de ce que nous savons de la prise de Palerme en 254. Les 13 000 habitants qui n’avaient pu être rachetés furent vendus, selon toute probabilité au même tarif que celui fixé pour la rançon de leurs concitoyens, soit 200 deniers99. Si tel fut bien le cas, ce prix est inférieur de 300 deniers au cours moyen du travailleur agricole, alors que certains, même peu fortunés, devaient immanquablement valoir davantage ! Pour combien furent alors effectivement vendus les 1 700 marins et soldats asservis après la bataille de Lilybée, les 10 000 Statellates en 173, les 150 000 Épirotes en 167, ou enfin les 26 000 Salasses du temps d’Auguste ?

  • 100 Emmanuelle Collas-Heddeland, « Faut-il libérer les prisonniers de guerre ? », dans Marianne Coudry (...)
  • 101 Cicéron, Des devoirs, I, 12 ; Polybe, IX, 42, 5-8.
  • 102 Digeste, 24, 3, 20, et 28, 7, 9.
  • 103 Tite-Live, XLV, 42, 5-10.
  • 104 Plutarque, Fabius, 7, 5 (250 drachmes). Selon Tite-Live (XXII, 23, 6), 2,5 livres d’argent, soit 21 (...)
  • 105 Tite-Live, XXII, 52, 3 et 58, 4, qui parle en quadrigati (1,5 denier). Polybe (VI, 58) donne le chi (...)
  • 106 Tite-Live, XXIII, 19, 16 : 7/12 de livre d’or par homme racheté.
  • 107 Par exemple, pour ceux qu’Hannibal avait vendus en Grèce (Tite-Live, XLV, 42) ou les 1 200 Romains (...)

23La vente n’était pas l’unique moyen pour les Romains de tirer un profit substantiel de leurs prisonniers. Ceux-ci obtenaient parfois de leurs parents ou de concitoyens le versement de la somme nécessaire à leur libération100. La pratique resta marginale, car l’intérêt de les conserver pour les vendre comme esclaves parut de plus en plus évident au cours de la conquête romaine. Les Romains y furent également très réticents car cet usage leur semblait grec101. Ce n’est que bien plus tard, semble-t-il, que la jurisprudence romaine, à travers les solutions de Paul, recommanda la piété et l’indulgence par rapport au rachat des captifs102. Mais dans l’ensemble, les textes littéraires fournissent peu d’exemples de redemptio ab hostibus, en tout cas en ce qui concerne les prisonniers des Romains. L’annalistique n’a rapporté que les cas les plus remarquables, essentiellement d’ailleurs lorsqu’il s’agit de captifs jouissant d’une certaine notoriété. L’importance que l’on donna à la délivrance souligne donc son caractère exceptionnel. Ainsi le rachat du prince Bithys de Thrace, en 167, est signalé par Tite-Live, manifestement pour louer la leçon de grandeur que les sénateurs donnèrent aux émissaires du roi Cotys venus à Rome apporter la rançon103. Les sommes versées pour le rachat de certains captifs ont certainement excédé le montant qu’elles eussent atteint dans une vente publique. Il pouvait par ailleurs s’avérer précieux pour le vainqueur de connaître la situation matérielle exacte des individus offerts à la vente, afin qu’un homme abondamment pourvu de richesses et de relations, mais de faible valeur marchande, n’échappât point à l’obligation de s’acquitter d’une rançon à la mesure de ce que ses moyens lui permettaient. Il est impossible également de se faire une idée des rançons exigées par les Romains à partir de ce qu’ils étaient prêts à payer pour racheter les leurs. D’une part parce qu’on peut supposer qu’ils leurs donnaient une plus grande valeur, et d’autre part parce que les prix de ces rançons ont constamment varié. Rien que durant la seconde guerre punique, après avoir échangé ses prisonniers avec Fabius en 217, Hannibal laissa Rome racheter le surplus à raison de 250 deniers par tête104. Après Cannes en 216, le même Hannibal fixa son prix pour les prisonniers romains : 450 deniers pour les soldats citoyens, 300 pour les alliés, 150 pour les esclaves romains, 750 pour les chevaliers ; Rome refusa la proposition105. À Casilinium en 216, la petite garnison de Préneste, d’environ trois cents hommes, fut relâchée au prix de 583 deniers par tête106. Mais en moyenne, la somme exigée des prisonniers romains semble avoir été de 500 deniers107.

  • 108 Diodore, XII, 18, 4-5.
  • 109 Diodore, XXIV, 10, 2.
  • 110 Tite-Live, XXI, 41, 6, et XXXII, 17, 2-3 ; Diodore, XXIV, 10, 2.

24Le rachat massif d’armées entières ou de populations tombées au pouvoir des Romains n’eut cours que lors des guerres d’Occident et avant le second siècle av. J.-C. Les tarifs ne furent pas personnalisés et les montants connus des rançons payées sont peu nombreux. On sait, par exemple, que la rançon des Palermitains, en 254 av. J.-C., était de 200 deniers, soit un gain de 2,6 millions pour 13 000 libérés108. Au mont Éryx, toujours pendant la première guerre punique, la rançon de l’armée d’Hamilcar fut fixée à 18 deniers par soldats109. La grave crise des finances publiques romaines a pu alors inciter C. Lutatius Catulus à accepter, mais de manière très exceptionnelle, le rachat des prisonniers. Il espérait peut-être renflouer les caisses du Trésor et participer ainsi en partie à la construction de la flotte nécessaire pour vaincre Carthage aux îles Égades. En 198, on libéra les soldats de la garnison macédonienne de Carystos contre 300 drachmes (ou deniers) par tête110.

  • 111 Sur cette question, voir Ettore Pais et Jean Bayet, Histoire romaine. Des origines à l’achèvement d (...)

25Pendant près de quatre-cents ans, les Romains avaient progressivement conquis un immense empire. Dès la première guerre punique au début du iiie siècle av. J.-C., les annexions territoriales apparurent comme une conséquence heureuse de la victoire militaire. C’est probablement après la bataille de Zama et l’anéantissement de l’armée d’Hannibal que l’idée impérialiste vit le jour, chez les élites politiques comme dans l’esprit du peuple romain, avec un appétit croissant de butin et d’expansion géographique111. En 117 ap. J.-C., à la mort de Trajan, les limites de l’expansionnisme romain avaient été atteintes et les empereurs suivants concentrèrent avant tout leurs efforts sur la défense des frontières. Toutes ces guerres ont rapporté plusieurs millions de captifs aux armées romaines. Même si les sources littéraires n’en indiquent pas toujours le nombre exact, les chiffres disponibles permettent d’établir une augmentation des captures au cours de la seconde moitié du iiie siècle av. J.-C., ainsi qu’au milieu du deuxième et au début du premier siècle. Les guerres du premier siècle de l’Empire ont fait un minimum de 687 000 prisonniers, surtout des Gètes, Pannoniens, Juifs et Daces. Conformément au ius gladii, le chef d’armée avait le pouvoir de vendre les prisonniers comme esclaves. Tous les captifs ne l’étaient cependant pas et les asservissements effectifs signalés par les annalistes, parfois chiffrés, se limitent au cas les plus célèbres. La vente sub hasta était une vente aux enchères publiques qui se déroulait dans le camp romain ou à proximité du lieu de capture, à laquelle assistaient surtout les marchands, des Grecs en général, qui trafiquaient dans le sillage des armées. Les prix pratiqués étaient des prix de gros pour chaque lot, fixés à partir de la valeur de quelques spécimens isolés parmi la prise, et ne pouvaient être qu’inférieurs à ceux du commerce de détail. Ils dépendaient également du volume de l’offre, qui faisait chuter les cours en cas d’abondance. La libération contre rançon était l’autre moyen utilisé pour tirer un profit substantiel des captifs. La pratique resta toutefois marginale et les cas signalés concernent principalement les prisonniers de marque. Le rachat d’armées entières ou de populations tombées au pouvoir des Romains n’eut cours que lors des guerres d’Occident, et avant le deuxième siècle av. J.-C. Le montant de ces rançons semble avoir été assez proche de la valeur des esclaves.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, Tite-Live, L’histoire de Rome depuis sa fondation, VII, 27, 9 ; XXXVII, 32, 10 ; XLII, 8, 5-7 ; Salluste, Jugurtha, 91, 7.

2 Digeste, 41, 1, 5, 7 et 1, 5, 5, 1 : Serui autem in dominium nostrum rediguntur aut iure ciuili aut gentium. (…) iure gentium serui nostri sunt qui ab hostibus capiuntur aut qui ex ancillis nostris nascuntur.

3 Digeste, 49, 15, 5, 1.

4 C’est le cas, par exemple, d’Ulpien, de Marcien, Paul ou Florentin. Voir Digeste, 1, 5, 4, 1 et Joseph Modrzejewski, « Aut nascuntur, aut fiunt : les schémas des sources de l’esclavage dans la théorie grecque et le droit romain », Actes du colloque sur l’esclavage (Besançon, 1973), Paris, Les Belles Lettres, 1976, p. 361-362. Sur l’influence du stoïcisme, qui gagne les élites romaines dès la fin de la République, et la remise en cause de l’esclavage, Peter Garnsey, Ideas of Slavery from Aristotle to Augustine, Cambridge, University Press, 1996, p. 53-63 et 75 sq.

5 Sénèque, Consolation à Marcia, 20, 2 ; Lettres à Lucilius, 31, 11.

6 Sur le contenu idéologique des Captiui, Pierre Grimal, « Le modèle et la date des Captivi de Plaute », dans Jacqueline Bibauw (dir.), Hommages à Marcel Renard, Bruxelles, Latomus, 1969, t. 1, p. 394-494 ; Jean-Christian Dumont, « Guerre, paix et servitude dans les Captifs », Latomus, 1974, n° 33, p. 505-522.

7 Moses I. Finley, Esclavage antique et idéologie moderne, trad. fr., Paris, Les éditions de Minuit, 1981, p. 158-160.

8 Tite-Live, XXXV, 49, 8 et XXXVI, 17, 5, où le général reprend cet argument pour motiver ses troupes.

9 William L. Westermann, The Slave Systems of Greek and Roman Antiquity, Philadelphie, American Philosophical Society, 1955, p. 70 ; Henry A. Ormerod, Piracy in the Ancient World, Liverpool, University of Liverpool Press, 1924 (rééd., The Johns Hopkins Press, 1997), p. 207-241 ; Hans Volkmann, « Die Massenversklavungen der Einwohner eroberter Städte in der hellenistisch-römischer Zeit », Akademie der Wissenschaften und der Literatur Mainz. Abhandlungen der Geistes und Sozialwissenchaftlichen Klasse, 1961, n° 3, p. 235.

10 Caton parle des serui compediti, des esclaves agricoles entravés (De l’agriculture, 61 et 62) et Columelle des ateliers souterrains, éclairés par d’étroites fenêtres, dont ils ne sortaient pour ainsi dire jamais (L’économie rurale, I, 6, 3 et 8, 16).

11 Varron, L’économie rurale, II, 10, 6-8 ; I, 17, 5 ; Columelle, idem, I, 8, 5 et 18 ; 12, 1.

12 William L. Westermann, op. cit., p. 32-33.

13 Léon-Robert Ménager, Histoire institutionnelle et sociale de l’Antiquité, Perpignan, PUP, 1999, p. 44 ; Jean-Christophe Robert, Fructus belli ac victoriae. Les profits de guerre et de conquête à Rome (de la première guerre punique à la mort de Trajan : 264 av. J.-C. - 117 n. è.), thèse de doctorat en Histoire du droit, Perpignan, 2002, p. 943-949.

14 Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, VI, 416-420. Sur la mortalité des prisonniers, également Strabon, Géographie, XVII, 1, 54.

15 Appien, L’Ibérique, 68.

16 Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, III, 305.

17 On pense aux terribles exterminations des Germains et au propos de Germanicus selon lequel Rome n’avait pas besoin de prisonniers. Voir Tacite, Annales, II, 21, 2.

18 Cité par Léon-Robert Ménager, op. cit., p. 81.

19 Suétone, Néron, 31 ; Plutarque, Lucullus, 26, 7.

20 William L. Westermann, op. cit., p. 60 ; Hans Volkmann, art. cit., p. 166 ; Elena M. Staerman, Die Blütezeit der Sklavenwirtschaft in der römischen Republik, trad. all., Wiesbaden, Steiner, 1969, p. 43 sq.

21 Diodore, Bibliothèque historique, XXIII, 9, 1 et 5 ; 18, 4-5.

22 Tite-Live, XXI, 50, 4-5 et 51, 2 ; XXVI, 40.

23 Tite-Live, XXIV, 42, 11 (Turdétans) ; Zonaras, Histoire romaine, IX, 3 (Sagonte). En 214, même les membres de l’escorte des diplomates macédoniens venus à Rome furent saisis et vendus (Tite-Live, XXIII, 38, 6).

24 Polybe, Histoire générale de la République romaine, X, 17, 9 ; Tite-Live, XXVI, 40.

25 Tite-Live, XXIII, 37, 12.

26 Tite-Live, XXVI, 16, 6 ; Appien, Le livre d’Hannibal, 43. Certains habitants d’Atella et Calatia ainsi que les populations des bords du fleuve Sabate furent indistinctement vendus. Le sénat fit ultérieurement racheter ceux qui n’avaient pas combattu, ou dont les pères n’avaient pas combattu dans les rangs ennemis (Tite-Live, XXVI, 34, 3 et 11).

27 Tite-Live, XXVII, 16, 7 ; Plutarque, Fabius, 4, mais 25 000 selon Eutrope (Abrégé d’histoire romaine, III, 16a), qui précise que le produit de la vente fut versé au Trésor public.

28 Polybe, X, 40, 1 et 10. En revanche, Scipion renvoya chez eux les Espagnols sans exiger de rançon.

29 Polybe, XV, 4, 1. L’Achéen écrit que Scipion refusait les capitulations pour pouvoir réduire les populations civiles en esclavage « afin de manifester clairement la colère qu’il ressentait contre l’ennemi ».

30 Tite-Live, XXXIV, 16, 10 ; 21, 7 (Bergistans) ; XXXIX, 42, 1 (Corbion) ; Periochae, 49 (Lusitaniens) ; Appien, L’Ibérique, 68 (Escadia, Gemella et Obola).

31 Appien, L’Ibérique, 98 ; Florus, Abrégé d’histoire romaine, I, 34, 17.

32 Tite-Live, XLI, 11, 8. Il s’agissait de Nesactium, Mutila et Faveria. Sur les Statellates, Tite-Live, XLII, 8, 3 ; 21, 2 et 5 ; 22, 6.

33 Tite-Live, XLIII, 5, 1-2 ; XLIII, 8, 7.

34 Polybe, IX, 39, 2-3 ; Tite-Live (XXVI, 26, 4) précise que le butin revint aux Romains conformément à l’accord passé avec les Étoliens.

35 Tite-Live, XXXII, 22, 16 ; Pausanias, Description de la Grèce, VII, 17, 5. Les prisonniers furent rachetés et libérés par Philippe de Macédoine.

36 Tite-Live, XXXVIII, 29, 11 (Samé) ; Polybe, IX, 39, 2 (Anticyre) ; Tite-Live, XLII, 63, 10 (Haliarte) et 11 (Thèbes) ; XLIII, 4, 8 (Abdère) ; XLIII, 4 (Chéronée) ; XLIII, 4 et 7 (Chalcis). Dans ces trois derniers cas, le sénat ordonna le rachat et la libération des asservis.

37 Tite-Live, XLIV, 34, 5 ; Plutarque, Paul-Émile, 29, 3.

38 Appien, Le livre africain, 130, et Zonaras, IX, 30, qui affirme que seul un petit nombre fut vendu (Carthage) ; Pausanias, VII, 16, 8 (Corinthe).

39 Zonaras, IX, 25 (Dalmates) ; Diodore, XXXIV, 23 (Salyens) ; Salluste, Jugurtha, 91, 6 (Capça) ; Appien, L’Ibérique, 99 (Colenda) ; Plutarque, Sertorius, 3, 10 (Iliturgi).

40 Valère Maxime, Faits et dits mémorables, VI, 2, 3 ; Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 4, 4.

41 César, La guerre des Gaules, I, 40.

42 Appien, La guerre de Mithridate, 9, 61 ; Orose, Histoires contre les païens, V, 23, 7.

43 César, La guerre des Gaules, I, 26 et 27-28 ; II, 33 ; II, 16, 4. Cicéron affirme que César allait avant tout en Bretagne pour y chercher des esclaves (Lettres à Atticus, IV, 16).

44 Plutarque, Crassus, 17, 5 ; Cicéron, Lettres à Atticus, V, 20, 5.

45 Espagne : Ps-César, La guerre hispanique, 41-42 ; Dion Cassius, Histoire romaine, XXIX, 4 (Munda en 45) ; La guerre hispanique, 34 ; Dion Cassius, XLIII, 39, 4 et Orose, VI, 16, 9 (Cordoue en 43). Judée : Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, XXIV, 274 et La guerre des Juifs, I, 222 (Gophna, Emmaïus, Ludda et Thamma en 43). Lycie : Dion Cassius, XLVII, 34 (Xantia en 42). Malte et Corcyre : Appien, Les guerres civiles, IV, 16 (en 35).

46 Pompée avait détruit une grande partie de la piraterie, mais ce fut la flotte d’Auguste qui assura la sécurité en Méditerranée pour au moins deux siècles. Chester G. Starr, The Roman Imperial Navy (31 B.C. - A.D. 324), New York, Barnes & Noble, 1960, p. 114-115, 119-120 et 171-174 ; Michel Reddé, Mare Nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire sous l’Empire romain, Rome, École française de Rome (BEFAR n° 260), 1986, p. 488 sq. Ces « pertes » auraient été compensées par la croissance quantitative des sources intérieures de l’esclavage. Voir William L. Westermann, op. cit., p. 86.

47 Dion Cassius, LIII, 25 (Salasses) ; LIV, 5 et 11 (Cantabres et Astures) ; Strabon, XVII, 1, 54 (Éthiopiens).

48 Dion Cassius, LIV, 7 (Cysique et Tyr) ; 20 (Pannoniens et Norisques) ; 22 (Rhètes) ; 24 (Ligures) ; 31 (Pannoniens et Scordiques) ; 34 (Besses) ; Florus, II, 30, 25 (Chérusques, Suèves, Sicambres) ; Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, XVII, 289 et La guerre des Juifs, II, 68 (Judéens).

49 Dion Cassius, LX, 17, 3 (Lycie) ; Tacite, Annales, XIII, 54, 4 (Arméniens) et 3 (Ampsivariens).

50 Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, III, 134 (Garaba) ; 305 (Japha) ; 539-542 (Tibériade) ; VI, 384-386 (Idumée). Une bataille contre les Helvètes en 68 aurait en outre permis la prise et la vente de plusieurs milliers de captifs (Tacite, Histoires, I, 68, 6).

51 Les détails et la conduite de l’opération étaient réglés par le questeur (Polybe, X, 17, 6-10).

52 Dion Cassius, LIII, 25, 4 ; Suétone (Auguste, 21) considère d’ailleurs cette précaution comme une preuve de uirtutis moderationisque.

53 Dion Cassius, LIV, 31, 3.

54 William L. Westermann, «Slave Maintenance and Slave Revolts», Classical Philology, 1945, n° 60, p. 8-10.

55 Tite-Live, XLIII, 4, 5.

56 William L. Westermann, The Slave Systems, op. cit., p. 70.

57 Strabon, IV, 6, 7.

58 Dion Cassius, XLII, 14, 3. La transaction s’apparentait alors en fait au paiement d’une rançon.

59 Certes enrichis par leur part de butin et les donatiua, était-ce dans leurs moyens et en avaient-ils le droit ? On sait, de plus, que la totalité ou certains captifs leur étaient parfois distribués par le général. Voir Tite-Live, XXVII, 19, 2 ; César, La guerre des Gaules, VII, 89, 5 ; Dion Cassius, LI, 24.

60 Pline, XXXV, 57, 1.

61 C’est ce dont témoigne Cicéron (Pour Publius Quinctius, 6, 24), à travers l’exemple de Sextus Naevius en 83 av. J.-C.

62 Tite-Live, XXVI, 34.

63 Strabon, XIV, 668. William L. Westermann (op. cit., p. 65) considère le chiffre comme très exagéré au regard des « physical possibilities and of the docking capacity and the business facilities of the island ».

64 Strabon, VI, 4, 2 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, IV, 24.

65 Gaius affirme que la hasta est un signe de la propriété (Institutes, IV, 16). Voir aussi Juvénal, Satires, III, 30-33 et Andràs Alfödi, « Hasta-Summa Imperii. The Spear as Embodiment of Sovereignty in Rome », American Journal of Archaeology, 1959, n° 63, p. 1-27.

66 Varron, L’économie rurale, II, 10, 4.

67 Tite-Live, XLII, 63, 10.

68 Tacite, Annales, XIII, 39, 4 ; Histoires, I, 68.

69 Festus, De la signification des mots, s.v. corona, 364 ; César, La guerre des Gaules, III, 16 ; Tite-Live, XXIII, 37, 3 ; Mario Talamanca, Contributi allo studio delle vendita all’asta nel mondo classico, Rome, Accademia nazionale dei Lincei, 1954, p. 153 sq.

70 Aulu-Gelle, Nuits attiques, VII, 4 : Pileatos seruos uenum solitos ire quorum nomine uenditor nihil praestaret, Caelius Sabinus iurisparitus scriptum reliquit. Cuius rei causam esse aut, quod huiusmodi conditionis mancipia insignia esse in uendundo deberent, ut emtores errare et capi non possent ; neque lex uendundi opperienda esset : sed oculis iam perciperent quod nam esset mancipiorum genus. « Sicuti, inquit, antiquitus mancipia iure belli capta coronis induta uenibant, et iccirco ducebantur sub corona uenire. Namque ut ea corona signum erat captiuorum uenalium ; ita pileus impositus demonstrabat eiusmodi seruos uenum dari, quorum nomine emtori uenditor nihil praestaret ». Est autem alia rationis huius opinio cur dici solitum sit captiuos sub corona uenundari ; quod milites, custodiae causa, captiuorum uenalium greges circumstarent : eaque circumstatio militum corona apelluta sit ; sed id magis uerum esse, quod supra dixi, Cato quoque in libro, quem composit de re militari, docet. Uerba sunt haec Catonis : « Ut populus sua opera potius ob rem bene gestam coronatus supplicatum eat, quam re male gesta coronatus ueneat ».

71 Ferdinando Bona, « Preda di guerra e occupazione privata di res hostium », Studia et Documenta Historiae et Iuris, 1959, n° 25, p. 359-360.

72 Aulu-Gelle, Nuits attiques, VII, 4, 3.

73 Les tarifs des affranchissements ne sont probablement pas un indice sur le prix d’achat de l’esclave, d’abord parce que l’on pouvait vouloir l’avantager (ou le contraire), et d’autre part parce que cette valeur incluait certainement une estimation par trop subjective, au terme de plusieurs années de service, de ses compétences ou qualités.

74 Tenney Frank, An Economic Survey of Ancient Rome, Paterson, Pageant Books, 1959, t. 1, p. 100 ; Marie Delcourt, « Le prix des esclaves dans les comédies latines », L’Antiquité classique, 1948, n° 17, p. 123-132.

75 Polybe, XXXI, 25 ; Diodore, XXXI, 24.

76 Plutarque, Caton l’Ancien, 6, 5 ; Tite-Live, XXXIX, 44, 3. Il s’indignait qu’on puisse acheter un esclave au prix supérieur à celui de la terre (Polybe, XXXI, 24).

77 Plutarque, Caton l’Ancien, 21, 1 et 7.

78 Polybe, XXXI, 25 ; Diodore, XXXVII, 3.

79 Tenney Frank, op. cit., p. 195. Il s’agit d’une moyenne « for an able-bodied laborer, keeping in mind, however, that prices must have fallen considerably when Sempronius brought in thousands of Sardinian captives and when Aemilius Paulus raided Epirus for 150 000 captives ».

80 Cicéron, Pour Sextus Roscius, 28 ; Des provinces consulaires, 8.

81 Pline, Histoires naturelles, VII, 10, 5 et 6. La fortune considérable d’Antoine pouvait certes lui permettre cette folie.

82 Stanislaw Mrozek, Prix et rémunérations dans l’Occident romain (31 av. n. è. - 250 de n. è.), Gdansk, Gdanskie Towarzysto Naukowe, 1975, p. 45 sq. et 47-48 pour le tableau récapitulatif, principalement pour le premier siècle, des données recueillies notamment dans l’épigraphie : deux fois 2 650 deniers pour un puer en Italie, deux fois 725 en 61 de notre ère toujours en Italie, 900 pour un homme en Italie au premier siècle. Des prix concernant Rome et l’Italie sous l’Empire sont également réunis par Richard P. Duncan-Jones, The Economy of the Roman Empire. Quantitative Studies, Cambridge, University Press, 1974, p. 349-350.

83 Jerzy Kolendo, « Il lavoro servile e i mutamenti delle tecniche agrarie nell’Italia dal I secolo a. C. al I secolo d. C. », dans Izabela Biezunska-Malowist (dir.), Storia sociale e economica dell’età classica negli studi polacchi contemporanei, Milan, Cisalpino-Goliardica, 1975, p. 21 ; contra, Elena M. Staerman et Mariana K. Trofimova, La schiavitù nell’Italia imperiale, I-III secolo, trad. ital., Rome, Editori Riuniti, 1971, p. 26 sq.

84 Horace, Satires, II, 7, 43 ; Épîtres, II, 2, 5-6.

85 Columelle, L’économie rurale, III, 3, 8.

86 Pétrone, Le Satiricon, 68 ; Martial, Épigrammes, X, 31, 1.

87 Ainsi Pline, VII, 40, 1, au sujet des esclaves de Sabinus nommés Homère, Hésiode, Pindare… ; Suétone, Grammairiens et rhéteurs, 3, pour le Daphnis de Q. Lutatius Catulus ; Pline, VII, 40, 2 (500 000 sesterces) pour un eunuque de Séjan.

88 Henri Wallon, Histoire de l’esclavage dans l’Antiquité, réed., Paris, Robert Laffont, 1988, p. 453-456 ; Karl-Joachim Marquardt, Manuel des antiquités romaines. La vie privée des Romains, Paris, Ernest Thorin, 1892, t. 14, p. 173 sq. ; Marcel Morabito, Les réalités de l’esclavage d’après le Digeste, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 1981, p. 54-60 et surtout 58-59.

89 Cité par Marcel Morabito, op. cit., p. 59, n. 146.

90 Sénèque, Lettres à Lucilius, XXVII, 7.

91 Marcel Morabito, op. cit., p. 270-272. Au contraire, les jurisprudents déploraient la paresse et l’oisiveté, l’indocilité et l’effronterie, le mauvais caractère des menteurs, voleurs, querelleurs et marrons, sans compter les vices comme le jeu, la boisson, la débauche. Les Romains n’appréciaient, semble-t-il, pas non plus les esclaves gourmands, ni ceux tristes et déprimés.

92 William L. Westermann, op. cit., p. 97-98. Sur les origines ethniques d’après le cognomen des inscriptions, Max Bang, « Die Herkunft der römischen Sklaven », Mitteilungen des Kaiserlichen deutschen archaeologischen Instituts, Römische Abteilung, 1910, n° 25, p. 223-251 ; Tenney Frank, «Race Mixture in the Roman Empire», The American Historical Review, vol. XXI, n° 4, 1916, p. 689-708.

93 Elle devait être à peu près systématique dans la vente au détail, comme il ressort de Suétone, Caligula, 36, 2 et Auguste, 69, 3. Sur les mercatores qui suivaient les armées, Salluste, Jugurtha, 44 ; Ps-César, La guerre africaine, 75 ; Appien, L’Ibérique, 85 ; Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, I, 6, 24.

94 Dion Cassius, XLII, 14, 3.

95 César, La guerre des Gaules, I, 27-28 ; 53, 4.

96 Dion Cassius, LXVIII, 8 et 28, qui ne précise d’ailleurs pas qu’elles furent vendues.

97 Dans Suétone (Auguste, 29), le mango est distingué de l’exportateur d’esclaves. Un certain Toranius était fort célèbre à l’époque d’Auguste (Pline, VII, 56).

98 Plutarque, Lucullus, 14, 1-2 ; Diodore, V, 26, 4.

99 Diodore, XXIII, 18, 4-5. Les captifs de Cicéron en Cilicie furent vendus 120 000 sesterces, mais nous ne savons pas combien ils étaient (Lettres à Atticus, V, 20, 5).

100 Emmanuelle Collas-Heddeland, « Faut-il libérer les prisonniers de guerre ? », dans Marianne Coudry et Michel Humm (dirs.), Praeda. Butin de guerre et société dans la Rome républicaine, Stuttgart, Frantz Steiner Verlag, 2009, p. 239-244.

101 Cicéron, Des devoirs, I, 12 ; Polybe, IX, 42, 5-8.

102 Digeste, 24, 3, 20, et 28, 7, 9.

103 Tite-Live, XLV, 42, 5-10.

104 Plutarque, Fabius, 7, 5 (250 drachmes). Selon Tite-Live (XXII, 23, 6), 2,5 livres d’argent, soit 210 deniers.

105 Tite-Live, XXII, 52, 3 et 58, 4, qui parle en quadrigati (1,5 denier). Polybe (VI, 58) donne le chiffre de 3 mines (300 deniers), sans faire de distinction entre les catégories de prisonniers.

106 Tite-Live, XXIII, 19, 16 : 7/12 de livre d’or par homme racheté.

107 Par exemple, pour ceux qu’Hannibal avait vendus en Grèce (Tite-Live, XLV, 42) ou les 1 200 Romains trouvés en Achaïe en 195 (Plutarque, Flamininus, 13, 45).

108 Diodore, XII, 18, 4-5.

109 Diodore, XXIV, 10, 2.

110 Tite-Live, XXI, 41, 6, et XXXII, 17, 2-3 ; Diodore, XXIV, 10, 2.

111 Sur cette question, voir Ettore Pais et Jean Bayet, Histoire romaine. Des origines à l’achèvement de la conquête, Paris, PUF, 1940, I, p. 341-363 et 569-570 ; André Piganiol, La conquête romaine, 7e éd., Paris, PUF, 1995, p. 249-278 et 356-360.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Robert, « Vente et rançonnement du butin humain des armées romaines à l’époque des conquêtes (264 av. J.-C. – 117 ap. J.-C.) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 17 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/3079 ; DOI : 10.4000/framespa.3079

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Robert

Jean-Christophe Robert est Maître de conférences HDR en histoire du droit et des institutions à l'Université de Perpignan Via Domitia. Il y est membre du CFDCM (Centre francophone de droit comparé et de droit musulman - Équipe IFRAMOND EA 4586 de l'Université Jean Moulin Lyon III). Ses travaux portent sur l’histoire et le droit romains, l'islamologie juridique et les droits d’Afrique francophone, ainsi que sur le Roussillon à l'époque moderne.
jchrisrobert@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org