Navigation – Plan du site
Dossier : Le prix de l'Homme

Le prix des offices en Nouvelle Espagne : l’exemple de Puebla (1560-1639)

The Price of Offices in New Spain: the Example of Puebla (1560-1639)
El precio de los oficios en Nueva España: el ejemplo de Puebla (1560-1639)
Émilie Senmartin

Résumés

À partir de la fin du XVIe siècle en Nouvelle Espagne, les charges municipales, autrefois attribuées par grâce royale, sont désormais vendues au plus offrant. Dès lors les tensions se cristallisent autour de ces ventes d’offices, sources d’honorabilité et de pouvoir au sein de la ville. Ces tensions sont d’autant plus fortes que l’instauration d’un prix de l’office se fait en fonction de critères parfois opaques. Par ailleurs, l’introduction de la vénalité a des conséquences non négligeables sur la composition du Cabildo. En effet si elle empêche une partie de la population poblana d’y accéder, elle ouvre les portes du Cabildo, jusque-là très fermé, à une nouvelle catégorie de personnes récemment enrichie par le commerce.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Puebla de Los Ángeles est une ville de Nouvelle Espagne construite de toutes pièces par les Espagnols en territoire indigène en 1531 (fig. 1). Une fois la construction terminée se mettent en place les premières institutions selon le modèle espagnol. L’élément clé de ce dispositif institutionnel est le cabildo (équivalent de notre conseil municipal) composé de plusieurs regidores. La charge de regidor est très prisée car elle octroie un pouvoir honorifique mais aussi effectif sur la gestion de la ville. Dans une société où le paraître est primordial, elle constitue l’un des moyens d’afficher son statut social aux yeux de tous. Ces charges sont tout d’abord accordées par le roi en remerciement d’une action menée, puis à la fin du xvie siècle, vendues par la couronne espagnole qui cherche des expédients pour s’assurer de nouvelles rentrées d’argent. Cette instauration de la vénalité au cœur du cabildo bouleverse les hiérarchies établies et oblige à repenser la valeur de l’office de regidor.

Figure1

Figure1

Carte de Nouvelle Espagne.

© Ida Altman, Transatlantic Ties in the Spanish Empire. Brihuega, Spain & Puebla, Mexico, 1560-1620, Stanford, Californie, Standford University Press, 2000, p. 32.

  • 1  Reinhard Liehr, Ayuntamiento y oligarquía de la ciudad de Puebla a fines de la colonia (1787-1810)(...)
  • 2 Gustavo Rafael Alfaro Ramírez, Administración y poder oligárquico en la Puebla borbónica 1690-178 (...)
  • 3 François Chevalier, « La signification sociale de la fondation de Puebla de los Angeles », Revist (...)
  • 4 Fausto Marín Tamayo, La división racial en Puebla de los Ángeles bajo el régimen colonial, Puebla (...)
  • 5 Ida Altman, Transatlantic Ties in the Spanish Empire. Brihuega, Spain & Puebla, Mexico, 1560-1620(...)
  • 6 Julia Hirschberg, « La fundación de Puebla de los Ángeles: mito y realidad », Historia Mexicana, (...)

2L’étude des regidores poblanos est un terrain de recherche assez ancien. Dès les années 1970, Reinhard Liehr1 s’est penché sur la question pour la fin du xviiie et le début du xixesiècles, le but étant de mieux comprendre le processus qui a amené les territoires latino-américains vers l’indépendance. Il montre comment la vénalité a permis un changement dans le recrutement des regidores, puis comment les élites poblanas se détournent peu à peu des offices au profit de la terre à la fin du xviiisiècle. Cette étude a été complétée par la thèse récente de Gustavo Rafael Alfaro Ramírez2 portant sur les regidores poblanos du xviie siècle, une fois le système de vénalité bien ancré et les grandes familles installées dans le cabildo. Les xviie et xviiie siècles sont donc au centre des recherches sur le cabildo poblano, contrairement au xvie siècle qui reste pourtant incontournable pour bien comprendre les processus de formation des élites locales. Les études sur le xvie siècle portent essentiellement sur les relations entre les catégories sociales à la suite des travaux de François Chevalier, qui s’est plus particulièrement intéressé à la place des encomenderos dans la société poblana3. Dans les années 1960, les recherches de Fausto Marín Tamayo font apparaître une société urbaine beaucoup plus cosmopolite que ne le laissaient penser les objectifs à l’origine de la création de la ville4. En effet, ses fondateurs voulaient faire de Puebla un exemple de ville purement espagnole, indépendante du travail des indigènes. Cela s’est révélé être très rapidement une utopie et, dès la fondation de la ville, des Indiens vinrent s’installer dans Puebla. Plus récemment, les études liées au xvie siècle se sont centrées autour de deux thèmes : les liens avec la métropole espagnole, notamment à travers l’étude de groupes de migrants arrivés dans les années 1560 et qui ont fait fortune à Puebla5 et le renouvellement des recherches sur la fondation de la ville à partir des travaux de Julia Hirschberg6. L’étude du cabildo à la charnière du xvie et du xviie fait donc défaut, elle est pourtant incontournable lorsque l’on veut étudier l’impact de la vénalité, puisque c’est à ce moment-là qu’elle se met en place.

3Les sources utilisées dans notre recherche sont celles issues des archives du cabildo et plus particulièrement les Actas del Cabildo de Puebla. Ces Actas sont d’énormes volumes de comptes-rendus de séances du cabildo. Peu utilisées dans des études d’histoire sociale, ces sources alimentent surtout des travaux d’histoire politique et institutionnelle. Cependant elles renferment de nombreuses informations sur les habitants de Puebla et en particulier les regidores. Elles permettent d’appréhender leur quotidien, les problèmes auxquels ils sont confrontés, les sujets qui les divisent… Mais malgré leur richesse, ces Actas restent des sources institutionnelles à prendre avec précaution car leur contenu est très codifié et parfois incomplet. Si nous devons déplorer la perte des deux premiers livres, tous les autres ont été conservés dans un état plutôt bon. Pour la période qui nous intéresse, à savoir des années 1560 aux années 1630, on compte 12 livres (livres 8 à 19) renfermant chacun plus de 400 documents de taille et de contenu variés (nomination, octroi de terre, conflits entre les membres du cabildo, organisation des fêtes de la ville, lettres envoyées à l’Audience de Mexico, gestion du ravitaillement de la ville…). C’est à partir de ces sources que nous allons étudier les modalités de l’instauration du prix des offices à Puebla et les conséquences sociales qui en découlent.

1. L’office en récompense de faits d’armes

  • 7 La ville de Puebla est construite près de la ville de Tlaxcala, dont les habitants avaient aidé H (...)

4Lors de leur création, les offices de regidores en Nouvelle Espagne étaient attribués aux participants à l’effort de conquête. Il s’agissait d’une grâce royale venant récompenser un fait d’armes et accompagnée, dans le cas de Puebla, d’une attribution de parcelles de terre (caballerías de tierras) afin de fixer les conquistadores sur des terres jugées hostiles car entourées de populations indigènes au statut avantageux7. De ce fait, le cabildo était presque uniquement composé de conquistadores dont l’activité principale était l’exploitation de la terre (fig. 2). Mais le roi pouvait à tout moment retirer l’office. Les détenteurs cherchaient donc tous à obtenir une confirmation, comme le montrent les nombreuses demandes présentes dans les archives de Séville.

Figure 2

Figure 2

Tableau des regidores poblanos en 1534.

© Bernard Grunberg, L’univers des conquistadores, L’Harmattan, Paris, 1993, p 142-143.

5Certaines familles de conquistadores en profitent pour tenter de mettre la main sur le conseil municipal comme les Díaz de Vargas ou les Galeote. Pour renforcer cette mainmise, ces familles établissent des stratégies matrimoniales. À titre d’exemple nous pouvons prendre la famille Díaz de Vargas (fig. 3). Les membres de la famille ayant possédé un office de regidor sont représentés en gras. Outre la volonté de maintenir les charges dans la famille (celle de regidor et celle d'alguacil mayor) à travers les descendants directs du fondateur du lignage (Francisco Díaz de Vargas et Martín Mafra de Vargas), la figure 3 fait apparaître clairement la stratégie employée pour accroître le pouvoir de la famille au sein du cabildo. Cette stratégie, classique, consiste à tisser des alliances avec d’autres regidores, issus de grandes familles de conquistadores, comme les Villanueva, ou appartenant aux nouvelles familles enrichies par le commerce comme les Pérez de Salazar.

Figure 3

Figure 3

La famille Díaz de Vargas.

© Émilie Senmartin.

  • 8 « Les plus riches et fiables et ayant bonne conscience, menant une vie rangée et de bonne réputat (...)

6La valeur de l’office dépend, au xvie siècle, des qualités de celui qui le détient. Il était même nécessaire d’avoir un certain nombre de « qualités » pour pouvoir prétendre à un office. Ainsi doivent être choisis, selon la royale provision de 1534, « los más ricos y abonados y de más arreglada conciencia, buena vida y fama, prefiriendo a los conquistadores casados8 ».

7Les prétendants mettaient donc en avant le fait qu’ils possédaient les qualités nécessaires pour être regidores, surtout lorsque les autres regidores s’opposaient à leur entrée dans le cabildo. Ainsi dans une réclamation, datée du 29 novembre 1566, Juan Sarmiento, face à un cabildo réticent à son entrée en fonction, rappelle qu’il a les qualités requises pour une telle charge :

  • 9 La retranscription respecte l’orthographe des sources : « Hijodalgo vecino très honorable de cett (...)

hijodalgo vecino muy honrado y en esta ciudad que e sido […] alcalde hordinario y de mesta, no e de ser de peor condicion y calidad que los dichos martin de mafra y alonso de Soria […] todas las calidades y muy muchas mas que se requieren9.

8Les qualités dudit Martín Mafra de Vargas étaient elles aussi rappelées dans une provision royale lue lors d’une cession du cabildo le 6 septembre 1559 :

  • 10 « Don Felipe roi par la grâce de Dieu […] par notre grâce à vous Martín de Mafra en hommage à vot (...)

Don Felipe por la gracia de dios rey […] por hazer bien y merced a vos martin de mafra vargas acatando vuestra suficiencia y abilidad y los servicios que nos aveis hecho y esperamos que nos hareis de aquí adelante […] : que agora e de aquí adelante quanto nuestra merced e voluntad fuere seais nuestro regidor de la ciudad de los angeles que es en la nueva españa en lugar e por fin e muerte de juan de ochoa de lexalde nuestro regidor que fue [...] mandamos a la justicia regidores caballeros […] oficiales e hombres buenos de la ciudad de los angeles juntos en su cabildo e ayutamiento según que lo han de uso e de costumbre tomen e reciban de vos el dicho martin de mafra vargas el juramento e solenidad que en tal caso se requiere10.

et dans les témoignages retranscrits après la provision royale :

  • 11 « Il nous a été prouvé les compétences de sa personne et son âge et ses qualités, pour quelqu’un (...)

nos abra constado de su persona e habilidad e hedad e buenas partes por ser como hera de hedad de mas de veynte años e asi lo parescia por su aspecto y cuerpo y las barbas que tenya en el rostro y ser hombre asentado cuerdo y reposado bien entendido y letrado en buenas costumbres y letras especialmente de la trinydad y diestro […] e hombre de cavallo11.

9Ces offices étaient source d’honneur plus que de revenus même si les regidores étaient rétribués pour leur fonction. On peut ainsi, à la suite de Michel Bertrand, les qualifier de « dignités ». L’intérêt pour les affaires de la ville semblait assez faible, d’où la récurrence du vote d’amendes contre les regidores ne participant pas aux sessions du cabildo, comme lors de la séance du 17 septembre 1568.

  • 12 « Présent en ce jour dans ledit cabildo ledit sieur alcalde mayor ordonna que tous les regidores (...)

Este día, estando en el dicho cabildo el dicho señor alcalde mayor, mandó que todos los regidores que se hallaren en esta ciudad, desde hoy en adelante, acudan a sus cabildos, como son obligados, los lunes y viernes, luego que salgan de misa mayor, so pena que, el que no viniere al dicho cabildo, dé dos pesos de oro común, aplicados para los gastos y reparos de las casas de este dicho cabildo12.

10On en vient même à limiter leurs déplacements pour s’assurer qu’ils restent dans la ville et qu’ils puissent exercer leur charge :

  • 13 « Et il ordonna aussi que tout regidor réside dans cette ville et ne se trouve à l’extérieur plus (...)

Y, ansimismo, mandó que ningún regidor dexe de venir a esta ciudad a residir, y no esté fuera de ella más tiempo de lo que la provisión real de su Majestad les hace merced de los tales oficios de regidores, so pena, en la tal provisión contenida y que ningún regidor pueda salir de esta ciudad sin licencia del dicho cabildo ; a los cuales señores regidores que se hallaron presentes en el dicho cabildo, yo, el presente escribano, se lo notifiqué por mandado del dicho señor alcalde mayor ; los cuales dixeron que están prestos de lo cumplir como dicho es13.

11Lors de la séance du 3 janvier 1575, les regidores présents vont même plus loin en décidant de retirer les indemnités perçues aux regidores constamment absents :

  • 14 « Ce jour-là lesdits responsables de la justice et regidores ont dit que les regidores dudit cabi (...)

Este día, los dichos señores justicia e regidores dixeron : que a los regidores del dicho cabildo se usa y guarda que lleven de salario en cada año nueve mil maravedises por el trabajo e solicitud que tienen en las cosas tocantes al servicio de la república ; y porque muchos de los tales regidores no asisten en esta ciudad, y, asistiendo, no vienen a los dichos cabildos que son obligados a venir cada semana, para el buen gobierno de la república, que son dos veces en cada semana, que son miércoles y viernes, de lo cual viene gran daño a la dicha Ciudad e vecinos de ella [...] poniendo en ello remedio cual conviene, mandaron y acordaron que, de aquí adelante, sean obligados los dichos regidores a venir a hacer el dicho cabildo dos veces en cada semana, en los dichos días, con apercibimiento que los que viniesen lleven y ganen lo que ellos han de llevar por su salario señalado y más lo que habían de haber los regidores que faltaron en los dichos cabildos [y si] no vinieren a ellos regidores ningunos, el salario que habían de haber todos los dichos regidores haya y herede la dicha Ciudad, para los gastos a ella convenientes14.

12Au milieu du xvie siècle, toute la société de Puebla s’organise autour de la valeur militaire des premiers habitants et est dominée par les grandes familles terriennes de conquistadores. L’office n’a pas de prix mais seulement une valeur honorifique. Ce système perdure jusqu’à la fin du siècle.

2. La mise en place de la vénalité

13À partir des années 1580, la crise des finances royales pousse le roi à vendre les offices en Nouvelle Espagne, afin de créer une nouvelle source de revenus. Cela bouleverse les traditions établies puisque désormais l’office a un prix, son obtention ne dépend plus de la valeur de l’homme mais de ses ressources financières. Ainsi les offices étaient vendus sur la place publique lors de ventes aux enchères, comme le rappelle la retranscription d’une provision royale octroyée par Philippe II datant du 29 décembre 1594, un document signé par le vice-roi de Nouvelle Espagne, Don Luis de Velasco, à Mexico le 24 décembre 1594, qui nomme Cristóbal Jiménez comme regidor de Puebla (à la place de Francisco Méndez, défunt) :

  • 15 « Étant vacant en raison de la mort de Francisco Méndez un des regimientos de la ville de Los Ang (...)

aviendo vacado por fin e muerte de Francisco Mendez uno de los regimientos de la ciudad de los Angeles […] en publica almoneda remato en Juan de Ocampo para Xristobal Ximenez de Vargas por seys mil pesos de oro comun15.

14Ou encore celle de Bartolomé de Zárate du 29 décembre 1605 :

  • 16 « [Fut vendu] sur la place publique un regimiento de la ville de Los Ángeles appartenant à Bartol (...)

en venta y publico pregón un regimiento de la ciudad de los angeles que servia Bartolome de çarate el cual de consentimiento del fiscal de su magestad lo renuncio en su magestad por las causas que se refieren en la dicha renunciacion16.

15Pour donner un prix de départ à la vente, l’office était évalué par un membre de l’administration vice-royale. Le prix semble assez homogène sur l’ensemble de notre période (autour de 5 000 pesos de oro común) (fig. 4). Cependant, plusieurs « exceptions » apparaissent.

Figure 4

Figure 4

Prix des offices de regidores poblanos de 1560 à 1640.

© Émilie Senmartin.

Figure 4

Figure 4

Prix des offices de regidores poblanos de 1560 à 1640.

© Émilie Senmartin.

  • 17 Victoria González Muñoz, « Las depositarias generales de Yucatán : una regiduría con competencias (...)
  • 18 Thomas Calvo, Poder, religion y sociedad en la Guadalajara del siglo xvii, Centre d’Études Mexica (...)

16Tout d’abord le prix de l’office des lignes 1 et 2 est nettement supérieur à celui des autres lignes. De même que celui de la ligne 18 qui n’apparaît qu’en 1610. En effet, certains regidores avaient des fonctions particulières au sein du cabildo. Ainsi l’alguacil mayor avait pour mission de faire appliquer les décisions du conseil municipal et pour cela se trouvait à la tête du système de police de la ville. Il pouvait entrer en armes dans le cabildo. L’alférez mayor ou real avait, quant à lui, le privilège de porter l’étendard royal lors des cérémonies publiques et dirigeaient les milices du cabildo. Il pouvait remplacer temporairement un alcalde absent. Le depositario general enfinétait chargé de garder les biens faisant l’objet de litiges. Ainsi, par les responsabilités que cela impliquait et les privilèges qui en découlaient, ces offices avaient un prix plus élevé. Le prix d’un office au sein du cabildo dépendait donc des attributions attachées à la charge. On peut aussi préciser que ce prix variait selon un critère géographique. On remarque, en effet, que le prix de la charge de depositario general de Puebla était beaucoup plus élevé que celui des villes du Yucatan, si l’on compare nos données à celles de Victoria González Muñoz (fig. 5)17. On retrouve aussi des écarts de prix avec d’autres villes de Nouveau Monde (fig. 6 et fig. 7)18. Ainsi, à part dans les deux plus grandes audiences (Mexico et Lima), le prix des offices à Puebla est beaucoup plus élevé que dans les autres villes. Par ailleurs, ce prix élevé se maintient contrairement à de nombreuses villes où il a tendance à diminuer. Les charges à Puebla restent donc très attractives. Cela est dû en grande partie au fort dynamisme économique de la ville.

Figure 5

Figure 5

Prix des offices de depositario general dans le Yucatán.

© Émilie Senmartin.

Figure 6

Figure 6

Prix des offices en Nouvelle Espagne et à Lima.

© Émilie Senmartin.

Figure 7

Figure 7

Prix des offices à Quito.

© Émilie Senmartin.

17Le prix d’une charge de regidor peut même atteindre des sommes exorbitantes, comme c’est le cas en 1604 lors de l’achat de l’office de regidor, anciennement détenu par Martín Mafra de Vargas, par Manuel Sánchez Bermejo. On remarque aussi que lors de la vente suivante, le prix a nettement baissé. Pourquoi Manuel Sánchez Bermejo a t-il payé une telle somme ? Il s’agit certes de la seule charge vendue au cours de l’année et elle peut être, donc, très demandée, mais cela n’explique pas tout. En effet, rares sont les années où plusieurs charges sont vendues, comme ce fut le cas en 1592, année au cours de laquelle trois nouveaux regidores firent leur entrée dans le cabildo. On peut émettre une autre hypothèse, sans avoir pour le moment les moyens de la vérifier. La charge achetée par Manuel Sánchez Bermejo appartenait à un membre d’une des familles les plus puissantes de Puebla qui avait dominé le cabildo depuis sa création, à savoir les Díaz de Vargas. Cet office avait donc une importante valeur honorifique liée à son détenteur et était sûrement très convoité. Dans ce cas précis, ce n’est plus la qualité de l’acheteur qui explique le prix payé mais celle de son ancien détenteur.

  • 19 AMP, Actas de Cabildo, vol. 14, 148V-150V.
  • 20 AMP, Actas de Cabildo, vol. 14, 229V-229V.
  • 21 María Luisa Rodríguez-Sala, Cinco cárceles de la Ciudad de México, sus cirujanos y otros personaj (...)
  • 22 Ida Altman, Transatlantic Ties in the Spanish Empire: Brihuega, Spain, and Puebla, México, 1560-1 (...)
  • 23 AMP, Actas de Cabildo, vol. 15, 83V-85V.
  • 24 AMP, Actas de Cabildo, vol. 15, 83V-85V.

18Cependant, les qualités de l’acheteur peuvent aussi à certaines occasions entrer en compte. En effet, les regidores du cabildo de Puebla se sont opposés par tous les moyens à l’entrée de Juan de Olivares Villaroel, qu’ils considéraient comme une personne indésirable. Très riche, il jouissait déjà d’une large influence, en particulier grâce à ses liens avec l’évêque de Tlaxcala. Dans une logique « d’équilibre des forces », les regidores voulaient limiter cette influence, d’autant plus que le personnage était qualifié de très « querelleur ». Ainsi, une provision royale du 29 septembre 1602 rappelle les différentes offres faites pour la charge de depositario general de Puebla de Los Ángeles : Juan de Carmona Tamariz a offert 30 100 pesos de oro común, Francisco Sánchez de Guevara 20 000 pesos de oro común et le capitaine Juan de Olivares Villaroel 30 000 pesos de oro común19. La faible différence entre l’offre de Juan de Carmona Tamariz et celle de Juan de Olivares Villaroel laisse à supposer que la charge fut l’objet d’une rivalité entre les deux personnes durant la vente. La « victoire » de Juan de Carmona Tamariz, compte tenu de l’aversion des regidores envers Juan de Olivares Villaroel, s’explique en grande partie par l’appui du cabildo. On peut même se demander si les regidores n’ont pas contribué financièrement à l’achat de cette charge. Nous ne disposons pas cependant d’éléments précis à ce sujet qui nous permettraient d’établir les conditions exactes de cette vente aux enchères, mais les événements qui suivent semblent confirmer cette hypothèse. Le 16 juillet 1610, donc, Juan de Carmona Tamariz entre au cabildo (nommé le 7 mai 1610). Mais le désir de Juan de Olivares Villaroel d’acquérir une charge ne s’arrête pas là. Ainsi, on apprend que le 16 juin 1612 le cabildo demande l’annulation de la provision royale octroyée à Juan de Olivares Villaroel comme provincial de la Santa Hermandad20. Cette charge créée en 1609 conférait d’importants pouvoirs. En effet, outre la fonction de recouvrer les impôts, le provincial de la Santa Hermandad avait celle de rendre la justice dans le territoire qui lui était attribué21. Les membres du cabildo n’avaient pas de contrôle sur l’exercice de cette charge et sur son détenteur. Ils ne pouvaient donc pas laisser Juan de Olivares Villaroel en sa possession, alors qu’ils avaient tout fait pour limiter son influence au sein de Puebla. La haine qu’ils lui vouaient était si forte qu’un groupe de regidores, à la tête duquel se trouvait Diego Carmona Tamariz, décida de l’assassiner22. Enfin, un procès-verbal de la session du cabildo du 24 décembre 1615 stipule que l’achat de la charge d’alférez mayor réalisée le 21 mai 1615 par Juan Francisco de Atayde au nom d’Antonio Miguel de Olivares, âgé de 7 ans, fils du défunt capitaine Juan de Olivares Villarroel, est invalidé23. L’office est remis en vente et Juan García de Barranco le rachète pour 24 100 pesos de oro común24. Une personne que les regidores avaient tout d’abord tenté d’évincer du cabildo. On y reviendra par la suite.

19Cette intervention des membres du cabildo se retrouve aussi dans la négociation de la valeur de l’office. En effet, les regidores ne voulaient pas que leur office perde de la valeur. Ainsi, dans une lettre datée du 24 mars 1628, les regidores poblanos réaffirment que la véritable valeur de la charge de regidor de Luis Cerón Zapata est de 5 300 pesos de oro commun :

  • 25 « La véritable valeur de l’office de regidor de la Ville de Los Angeles auquel le capitaine Don L (...)

el verdadero valor del officio de regidor de la Ciudad de Los Angeles que renuncio el capitan don Luis Ceron Capata en […] diego Ceron Capata su hermano 5300 pesos de oro comun25.

20Nous savons que Luis Cerón Zapata a acheté sa charge 4 000 pesos de oro común, alors que son prédécesseur a dépensé 6 300 pesos. On peut donc supposer que le prix fixé par Luis Cerón Zapata, lors de la transmission de la charge à son frère, est supérieur à celui établi par la couronne pour éviter une dévaluation de la charge. Cette négociation peut aussi être réalisée par le détenteur de l’office. Ainsi Gabriel Ángulo, qui renonce à son office en 1602, demande une compensation financière car il estime avoir trop payé lors de l’achat. Le prix de l’office est donc soumis à un marchandage incessant.

3. Un renouvellement des élites ?

21L’instauration d’un prix a entraîné une restructuration des élites autour de l’argent. En effet, l’office n’est plus un « prix » que l’on reçoit pour ses qualités militaires mais il a un prix. Les riches marchands, issus de la deuxième vague d’immigration, peuvent alors s’insérer dans l’élite sociale autrefois réservée aux conquistadores et à leurs descendants. Ces ventes cristallisent dès lors les tensions entre les deux élites. Les familles de conquistadores font d’abord tout pour empêcher l’entrée de ces marchands, en particulier celle des puissants obrajeros (propriétaires d’ateliers textiles) enrichis grâce au commerce, sous prétexte que la possession d’obrajes (ateliers textiles) ne permet pas d’exercer la fonction de regidor.

22Ainsi dans un compte-rendu de séance, celui du 1er décembre 1595, on apprend que Juan García Barranco, Alonso Gómez, Rodrigo García et Gabriel Ángulo sont exclus du cabildo, sous prétexte que la possession d’obraje entraînait un conflit d’intérêt avec la charge de regidor notamment pour la gestion des Indiens :

  • 26 « En accomplissement d’une provision royale [émise] par l’audience royale à lademande du procureu (...)

en cumplimiento de una real provision de la dicha real audiencia librada de pedimento del fiscal de su magestad contra los regidores desta dicha ciudad que tienen obrajes y constando como consta que juan garcia barranco alférez tiene dos obrajes y Rodrigo Garcia regidor tiene uno obraje y alonso gomez regidor tiene dos obrajes uno en su casa donde vive y otro fuera della so color que son de sus hijos que tiene debaxo de su poderio paternal y gavriel de angulo regidor tiene un obraje en la casa donde vive y que por los dichos autos de los grandes ynconvenientes que de tenerlos se sigue anssi en la opresión de los yndios como en cosas tocantes a la buena administración de los obrajes […] mando senores a los dichos alférez y regidores y a cada dellos no usen ni exerçan offiçio de alférez ni regidores ni entren en cabildo ni hagan autos ni cosas anejas ni conçerniente a los dichos offiçios26.

23Cette lutte acharnée dure plusieurs années et elle se termine en demi-teinte pour le groupe des conquistadores, car si Gabriel de Ángulo finit par renoncer à sa charge en 1602, il n’en va pas de même pour les deux autres, Alonso Gómez et Rodrigo García, qui se maintiennent au sein du cabildo. En 1615 on préfère même un de ces obrajeros, Juan García Barranco, au fils de Juan de Olivares Villaroel pour le poste d'alférez mayor. En outre, au début du xviie siècle, la possession d’un obraje ne semble plus être incompatible avec la charge de regidor. En effet, on apprend que le 23 décembre 1616, le regidor Juan García del Castillo, fils du regidor Rodrigo García, vend un obraje à sa mère Ana del Castillo. Or Juan García del Castillo est regidor depuis plusieurs mois. Cette situationpeut s’expliquer par le fait que Rodrigo García avait épousé une petite fille du conquistador Lázaro Sánchez, mais elle reflète surtout l’impossibilité des descendants de conquistadores à s’opposer à l’entrée de cette nouvelle élite économique.

  • 27 Francisco Tomás y Valiente, La venta de oficios en Indias (1492-1606), Madrid, 1972.

24Ainsi, si on compare la liste des membres du cabildo de 1594 à celle de 1620, on s’aperçoit que les élites économiques ont pris le pas sur les anciennes élites, essentiellement terriennes. Il s’opère donc un renouvellement lié au nouveau mode d’acquisition de l’office (fig. 8), qui vient confirmer les thèses développées par Francisco Tomás y Valiente sur l’impact de la vénalité dans le Nouveau Monde27.

25Si ce renouvellement s’explique par l’enrichissement des nouveaux arrivants, il résulte aussi d’un appauvrissement des anciennes élites, qui se voient dans l’impossibilité financière de maintenir la charge dans la famille, comme le montre l’exemple de Bartolomé Zárate, obligé de vendre son office pour honorer les dettes de son fils défunt en 1605 :

  • 28 « Je dis [Bartolomé de Zárate] que durant la vie de Rodrigo de Zárate y Villegas, mon fils défunt (...)

digo [Bartolome de çarate ] que por quanto en vida de Rodrigo de çarate y Villegas mi hijo difunto le fie en mill y quinientos pesos de oro comun aviendo sido proveydo por alcalde mayor de las minas y provincia de Guanajuato y por aver muerto y la hacienda del dicho mi hijo aver venido en diminucion fue y quede deudor de la dicha cantia [… ] y que viendome imposibilitado para la satisfacción desta deuda por mi muy gran pobreza y necesidad28.

Figure 8

Figure 8

Tableau des regidores poblanos en 1594 et en 1620.

© Émilie Senmartin.

26En 1613, le fils d’Alonso Galeote doit lui aussi renoncer à l’office de regidor, transmis par son père, car il ne peut payer les droits de renonciation :

  • 29 « Alonso Galeote vecino et regidor de la ville de Los Angeles renonça audit office en faveur de F (...)

Alonso Galeote vezino y regidor de la ciudad de los angeles renuncio el dicho oficio en don Francisco Galeote su hijo el qual aviendo presentado ante mi virrey de la nueva españa los recaudos y renunciacion hecha por el dicho alonso galeote […] y aun que avia hecho muchas diligencias no avia podido adquirir la dicha cantidad por su mucha necesidad y no averle quedado otros bienes del dicho su padre mas del dicho regimiento por cuya causa aunque avia dos años que avia presentado la dicha renuncia no avia podido enterar ni satisfazerlo [...] me pertenecia por lo qual avia tratado con Geronimo Gutierrez Lopez vezino de la dicha ciudad de los angeles persona capaz y en quien concurren las calidades necesarias para el uso del dicho oficio que le tomase y satisfiesse la cantidad que me pertenecia que son dos mill y siete cientos y cinquanta (sic) pesos29.

27Le pouvoir politique est donc désormais entre les mains de l’élite économique, qu’elle ait un lien ou non avec les anciens conquistadores.

28L’introduction de la vénalité des offices a une autre conséquence qui paraît au premier abord contradictoire avec le principe même de la vénalité. En effet, en théorie, tout le monde peut acheter une charge. Cela permet le renouvellement de ses détenteurs, comme on peut s’en rendre compte au tournant du xvie et du xviie siècles à Puebla. Mais une fois cette nouvelle élite arrivée au pouvoir, le renouvellement s’arrête et le cabildo se referme sur lui-même. En effet, la possibilité de renoncer en faveur d’un membre de sa famille, moyennant le paiement d’une partie de la valeur de l’office, facilite les successions familiales, comme le montre la renonciation de Gaspar Valdés en faveur de son fils Agustín de Valdés. Gaspar Valdés prend appui sur deux cédules royales : la première, datée du 1er novembre 1591, qui permet de renoncer à son office et la seconde, du 14 décembre 1606, qui rappelle que le détenteur d’une charge peut y renoncer :

  • 30 « Parce que, selon un témoignage, il paraît que Gaspar Valdés servit les jours que par lesdites c (...)

por tanto y porque por testimonio parece que el dicho Gaspar de Valdes sirvio los dias que por las dichas mis reales cedulas ordena y que en la persona de vos el dicho don Agustin de Valdes y Portugal concurren todas las partes y calidades que para el uso del dicho oficio se requieren con acuerdo del dicho mi virrey es mi merced y voluntad de os proveer y nombrar como por la presente os proveo y nombro por regidor de la dicha ciudad de los angeles30.

29Les réseaux qui se développent à partir de la mise en place de la vénalité se maintiennent et même se renforcent grâce à ce nouveau facteur. La possibilité de renoncer à sa charge en faveur d’un parent facilite la transmission de la charge et sa patrimonialisation ainsi que le maintien de la famille au sein du cabildo. Cependant, une fois au pouvoir, ces nouvelles familles reprennent les traditions des anciennes élites, notamment celle des alliances matrimoniales nécessaires pour préserver leur domination au sein du cabildo.

Conclusion

30Ainsi, si le « quantitatif » l’emporte sur le « qualitatif » au xviie siècle, ce dernier ne disparaît pas complètement, de sorte que le prix des offices à Puebla au xviie siècle dépend de l’argent de l’acheteur mais aussi de ses qualités et des qualités de son prédécesseur. Par ailleurs, si cette nouvelle conception du prix des offices avec l’introduction de la vénalité dans la société poblana a obligé l’élite à se restructurer et à se renouveler, elle n’a pas mis fin aux valeurs qui la sous-tendent, bien au contraire.

Haut de page

Notes

1  Reinhard Liehr, Ayuntamiento y oligarquía de la ciudad de Puebla a fines de la colonia (1787-1810), Jahrbuch, 1970, nº 7, p. 417-426 ; Reinhard Liehr, Ayuntamiento y oligarquía en Puebla 1687-1810, México, 1976, 2 vols., n° 242-243.

2 Gustavo Rafael Alfaro Ramírez, Administración y poder oligárquico en la Puebla borbónica 1690-1786, México, 2006.

3 François Chevalier, « La signification sociale de la fondation de Puebla de los Angeles », Revista de Historia de América, n° 23 (juin 1947), p. 105-130.

4 Fausto Marín Tamayo, La división racial en Puebla de los Ángeles bajo el régimen colonial, Puebla, 1960 ; Fausto Marín Tamayo, Puebla de los Ángeles, orígenes, gobierno y division racial, Puebla, 1989.

5 Ida Altman, Transatlantic Ties in the Spanish Empire. Brihuega, Spain & Puebla, Mexico, 1560-1620, Stanford, Califonia, Standford University Press, 2000.

6 Julia Hirschberg, « La fundación de Puebla de los Ángeles: mito y realidad », Historia Mexicana, v. 28, nº 2 (110), México, oct.-déc. 1978 ; Bernard Grunberg, « Aux origines de Puebla de Los Angeles (1531-1534) », Actes du 1er Congrès du GIS Amérique latine : Discours et pratiques de pouvoir en Amérique latine, de la période précolombienne à nos jours, La Rochelle, 3-4 novembre 2006.

7 La ville de Puebla est construite près de la ville de Tlaxcala, dont les habitants avaient aidé Hernán Cortés lors de la conquête de l’Empire aztèque. Ils étaient donc considérés comme des alliés et n’étaient pas soumis à toutes les contributions imposées aux autres peuples.

8 « Les plus riches et fiables et ayant bonne conscience, menant une vie rangée et de bonne réputation, de préférence les conquistadores mariés », Archives Municipales de Puebla (AMP), Actas de Cabildo, vol. 3, hoja 3.

9 La retranscription respecte l’orthographe des sources : « Hijodalgo vecino très honorable de cette ville dont je fus alcalde ordinaire et de mesta, je ne puis être de pire condition et qualité que lesdits Martín de Mafra et Alonso de Soria [je possède] toutes les qualités requises et bien plus encore »,AMP, Actas de Cabildo, vol. 10, 23F-23V.

10 « Don Felipe roi par la grâce de Dieu […] par notre grâce à vous Martín de Mafra en hommage à votre aptitude et capacité et aux services que vous avez réalisés et que nous espérons que vous réaliserez par la suite […] : dorénavant que par notre volonté et grâce vous soyez notre regidor de la ville de Los Angeles qui se trouve en Nouvelle Espagne à la place et suite au décès de Juan de Ochoa de Lexalde qui fut notre regidor [...] nous demandons à messieurs les regidores, officiers et hommes de bien de la ville de Los Angeles de se réunir dans leur cabildo et ayutamiento comme il est d’usage et de coutume et qu’ils reçoivent de vous Martín de Mafra votre serment solennel requis en telle occasion », AMP, Actas de Cabildo, vol. 8, 68F-70V.

11 « Il nous a été prouvé les compétences de sa personne et son âge et ses qualités, pour quelqu’un âgé de plus de vingt ans comme le laisse suggérer son apparence et son corps et la barbe sur son visage, et pour être un homme sensé et posé car bien éduqué dans la foi chrétienne et habile et bon cavalier », AMP, Actas de Cabildo, vol. 8, 68F-70V.

12 « Présent en ce jour dans ledit cabildo ledit sieur alcalde mayor ordonna que tous les regidores présents dans la ville à partir d’aujourd’hui se présentent au cabildo comme ils en ont le devoir, les lundis et les vendredis, après être sortis de la grand messe, sous peine, pour celui qui ne viendrait pas audit cabildo, de donner deux pesos de oro común, qui serviront aux frais et réparations des maisons dudit cabildo », AMP, Actas de Cabildo, vol. 10, 49.

13 « Et il ordonna aussi que tout regidor réside dans cette ville et ne se trouve à l’extérieur plus longtemps que ne l’autorise la provision royale de sa Majesté pour les offices de regidores, [ou sera appliquée la] peine prévue dans ladite provision et qu’aucun regidor ne puisse sortir de cette ville sans autorisation dudit cabildo ; auxdits messieurs les regidores qui étaient présents dans ledit cabildo, moi, le présent escribano, je les ai avertis comme cela fut ordonné par monsieur l’acalde mayor ; lesquels [les regidores] ont dit qu’ils étaient prêts à respecter ce qui a été dit », AMP, Actas de Cabildo, vol. 10, 49.

14 « Ce jour-là lesdits responsables de la justice et regidores ont dit que les regidores dudit cabildo selon la coutume établie reçoivent un salaire annuel de neuf mille maravédispour le travail et les sollicitations liés au service des affaires publiques ; et parce que plusieurs desdits regidores ne sont pas présents dans cette ville et, s’ils sont présents, n’assistent pas [aux séances] desdits cabildos, comme ils y sont obligés chaque semaine, pour le bon gouvernement des affaires publiques, à savoir les mercredis et vendredis, ce qui entraîne un grand préjudice à la ville et à ses habitants [...] pour y remédier, ils s’accordèrent pour ordonner que dorénavant lesdits regidores seraient obligés de se rendre et de siéger au cabildo deux fois par semaine, lesdits jours, avec comme condition que ceux qui se présenteraient recevraient le salaire qui leur est dû et le salaire de ceux qui seraient absents et si aucun regidor ne se présentait, le salaire de tous les regidores reviendrait à ladite Ville pour ses dépenses », AMP, Actas de Cabildo, vol. 10, 148.

15 « Étant vacant en raison de la mort de Francisco Méndez un des regimientos de la ville de Los Angeles [fut vendu] […] sur la place publique à Juan de Ocampo pour le compte de Cristóbal Ximénez de Vargas pour six mille pesos de oro común », AMP, Actas de Cabildo, vol. 12, 306F-307V.

16 « [Fut vendu] sur la place publique un regimiento de la ville de Los Ángeles appartenant à Bartolomé de Zárate, lequel avec l'accord du procureur de sa majesté a consenti à renoncer en faveur de sa majesté pour les raisons référées dans ladite renonciation », AMP, Actas de Cabildo, vol. 13, 324V-325V.

17 Victoria González Muñoz, « Las depositarias generales de Yucatán : una regiduría con competencias especiales (siglo xvii) », Actas de las X Jornadas de Andalucía y América, Universidad de Santa María de la Rábida, Huelva, Edición Bibiano Torres Ramírez, mars 1991, p. 392-393.

18 Thomas Calvo, Poder, religion y sociedad en la Guadalajara del siglo xvii, Centre d’Études Mexicaines et Centraméricaines, México, 1992, p. 59 ; Pilar Ponce Leiva, Certezas ante la incertidumbre. Élite y Cabildo de Quito en el siglo xvii, Quito, 1998.

19 AMP, Actas de Cabildo, vol. 14, 148V-150V.

20 AMP, Actas de Cabildo, vol. 14, 229V-229V.

21 María Luisa Rodríguez-Sala, Cinco cárceles de la Ciudad de México, sus cirujanos y otros personajes: 1574-1820 ¿miembros de un estamento profesional o de una comunidad científica?, México, 2009, p. 260-261.

22 Ida Altman, Transatlantic Ties in the Spanish Empire: Brihuega, Spain, and Puebla, México, 1560-1620, Standford, California, 2000, p. 176.

23 AMP, Actas de Cabildo, vol. 15, 83V-85V.

24 AMP, Actas de Cabildo, vol. 15, 83V-85V.

25 « La véritable valeur de l’office de regidor de la Ville de Los Angeles auquel le capitaine Don Luis Cerón Zapata renonça en faveur de Diego Cerón Zapata son frère est de 5 300 pesos de oro común », Archivo General de la Nación (AGN), Expedientes 398, F. 287.

26 « En accomplissement d’une provision royale [émise] par l’audience royale à lademande du procureur de sa majesté contre les regidores de cette ville qui ont des obrajes et constatant qu’il est prouvé que Juan García Barranco alférez possède deux obrajes et Rodrigo García regidor possède un obraje et Alonso Gómez regidor possède deux obrajes un dans la maison dans laquelle il vit et un autre à l’extérieur sous prétexte qu’ils appartiennent à ses fils mineurs et Gabriel de Ángulo regidor possède un obraje dans la maison dans laquelle il vit et que d’après lesdits arrêtés [cela entraîne] de grands inconvénients de les avoir, pour l’oppression des indiens comme pour les affaires relatives à la bonne administration des obrajes,[…]j’ordonne que lesdits alférez et regidores et à chacun d’eux de ne pas utiliser ni exercer leur office d’alférez ni de regidores ni d’entrer dans le cabildo ni de prendre des arrêtés, que ce soit sur des affaires en lien ou concernant lesdits offices », AMP, Actas de Cabildo, vol. 12, 336V-336V.

27 Francisco Tomás y Valiente, La venta de oficios en Indias (1492-1606), Madrid, 1972.

28 « Je dis [Bartolomé de Zárate] que durant la vie de Rodrigo de Zárate y Villegas, mon fils défunt, je lui ai prêté mille cinq cents pesos de oro común pour obtenir la charge d’acalde mayor des mines et de la province de Guanajuato et parce qu’il est décédé et parce que l’hacienda dudit mon fils n'est pas rentable et que je suis débiteur de ladite quantité […] et qu’étant dans l’impossibilité de rembourser cette dette à cause de ma très grande pauvreté et nécessité », AMP, Actas de Cabildo, vol. 13, 324V-325V.

29 « Alonso Galeote vecino et regidor de la ville de Los Angeles renonça audit office en faveur de Francisco Galeote son fils lequel a présenté devant moi le vice-roi de Nouvelle Espagne les dispositions de la renonciation réalisées par Alonso Galeote […] et, malgré tous ses efforts, il n’avait pas réussi à rassembler ladite somme à cause de sa grande misère et du fait qu’il n’avait hérité d’aucun autre bien dudit son père que ledit regimiento, ainsi, même si cela faisait deux ans qu’il avait présenté la renonciation, il n’a pas été possible d’y accéder […] il m’incombait de passer un accord avec Gerónimo Gutiérrez López vecino de ladite ville de Los Angeles, personne très compétente et qui rassemble les qualités nécessaires pour l’usage dudit office, qu’il le prenne et paye la somme qu’il me revient à savoir deux mille sept cent cinquante pesos », AMP, Actas de Cabildo, vol. 15, 24V-24V.

30 « Parce que, selon un témoignage, il paraît que Gaspar Valdés servit les jours que par lesdites cédules royales qui sont les miennes on ordonne et que vous, ledit don Agustín de Valdés y Portugal, rassemblez toutes les compétences et qualités requises pour l’usage dudit office avec l’accord dudit mon vice-roi, c’est mon pouvoir et ma volonté d’octroyer et de nommer comme par la présente [provision] je vous octroie et nomme regidor de la ville de Los Angeles », AMP, Actas de Cabildo, vol. 15, 102 V-103V.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1
Légende Carte de Nouvelle Espagne.
Crédits © Ida Altman, Transatlantic Ties in the Spanish Empire. Brihuega, Spain & Puebla, Mexico, 1560-1620, Stanford, Californie, Standford University Press, 2000, p. 32.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3035/img-1.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 2
Légende Tableau des regidores poblanos en 1534.
Crédits © Bernard Grunberg, L’univers des conquistadores, L’Harmattan, Paris, 1993, p 142-143.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3035/img-2.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 3
Légende La famille Díaz de Vargas.
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3035/img-3.png
Fichier image/png, 75k
Titre Figure 4
Légende Prix des offices de regidores poblanos de 1560 à 1640.
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3035/img-4.png
Fichier image/png, 105k
Titre Figure 4
Légende Prix des offices de regidores poblanos de 1560 à 1640.
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3035/img-5.png
Fichier image/png, 90k
Titre Figure 5
Légende Prix des offices de depositario general dans le Yucatán.
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3035/img-6.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 6
Légende Prix des offices en Nouvelle Espagne et à Lima.
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3035/img-7.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 7
Légende Prix des offices à Quito.
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3035/img-8.png
Fichier image/png, 1,7k
Titre Figure 8
Légende Tableau des regidores poblanos en 1594 et en 1620.
Crédits © Émilie Senmartin.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3035/img-9.png
Fichier image/png, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Senmartin, « Le prix des offices en Nouvelle Espagne : l’exemple de Puebla (1560-1639) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 17 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/3035 ; DOI : 10.4000/framespa.3035

Haut de page

Auteur

Émilie Senmartin

Doctorante en histoire moderne à l’Université Toulouse - Jean Jaurès, prépare une thèse sur les élites de Puebla en Nouvelle Espagne, sous la direction de Michel Bertrand (Université Toulouse - Jean Jaurès, FRAMESPA).
emiliesenmartin@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org