Navigation – Plan du site
Dossier : Le prix de l'Homme

Que vaut un négociant ? Prix et compétences des commerçants dauphinois, des années 1750 aux années 1820

What is the Value of a Merchant? Price and Skill of Traders from Dauphiné (c. 1750-c. 1820)
¿Cuánto vale un negociante? Precio y competencia de los comerciantes del Delfinado (c. 1750-c. 1820)
Boris Deschanel

Résumés

Le travail quotidien du négociant au XVIIIe siècle a fait l’objet de nombreuses enquêtes, à travers l’histoire d’entreprise ou l’histoire des techniques marchandes. L’organisation des comptoirs de commerce, l’apprentissage du négociant, ont été fréquemment analysés. En revanche, la manière dont les compétences acquises rejaillissent sur la structuration des milieux d’affaires a été moins étudiée. Les notions de « compétence » et d’« expérience » sont souvent mobilisées par les chercheurs pour expliquer le succès ou l’insuccès économique des agents. À partir de l’exemple du commerce dauphinois, cet article aurait pour but de s’interroger sur la façon dont des individus négocient leur propre valeur (ou celle de leurs proches), en reconsidérant la notion de compétence comme le produit objectivé de rapports de force sociaux et symboliques. Il s’agit de s’interroger sur les critères (évolutifs) qui permettent aux marchands de s’accorder sur le prix d’un acteur, notamment dans le cadre de rapports contractuels.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique, Paris, Calmann-Lévy, 1972, vol. 2, p. 32.

1Selon la théorie économique standard, tout prix se forme « en proportion de l’offre et de la demande1 ». Dans cette perspective, le prix résulte d’un accord autour d’une même expression monétaire. Évoquer le « prix de l’homme » renvoie donc à la façon dont l’être humain se voit attribuer une valeur comptable, à la manière d’un bien commercial. Cette marchandisation de l’homme a été largement étudiée, en tant qu’elle exprimait un rapport de domination entre des collectifs sociaux différenciés.

  • 2 La décennie 1820 marque les débuts de la grande industrie dauphinoise. Cf. Pierre Léon, La naissa (...)
  • 3 L’antagonisme porte sur la différenciation entre commerces de gros et de détail, mais aussi sur d (...)
  • 4 Jacques Savary, Le parfait négociant, Paris, L. Billaine, 1675.
  • 5 Ces relations rappellent les rapports décrits par Laurence Fontaine, Le voyage et la mémoire. Col (...)

2Néanmoins, le problème se pose aussi pour des groupes généralement désignés comme dominants, qui échappaient au salariat. Chez les négociants européens de la fin du xviiie siècle, la question touche à des enjeux statutaires de premier plan, jusqu’au début de l’industrialisation2. La définition du négociant repose en principe sur une opposition entre le négoce et le monde des marchands ou des détaillants3. Cependant, la définition idéale du « parfait négociant4 » résiste mal à une observation empirique des pratiques classificatoires. L’exemple des milieux d’affaires dauphinois montre clairement que le qualificatif de « négociant » s’appliquait en fait à des commerçants très divers. Le négoce dauphinois apparaît ainsi comme un ensemble d’acteurs liés entre eux par des rapports d’association, de parenté et de crédit5, tout en occupant des positions socio-économiques et géographiques très diversifiées. La délimitation du groupe s’avère beaucoup plus fluctuante et ambiguë qu’il n’y paraît au premier abord.

  • 6 Il nous a paru préférable d’étendre l’analyse à des réseaux marchands cohérents, en étudiant les (...)
  • 7 Nous avons examiné les fonds des archives départementales et municipales, conservés dans les Haut (...)

3Dans une telle situation d’incertitude, l’évaluation des acteurs par leurs pairs revêt une importante fonction régulatrice. Elle permet de rappeler régulièrement qu’il existe une structure hiérarchique du collectif. Cette hiérarchisation s’appuie sur une rationalité spécifique, qui s’exprime à travers d’incessantes épreuves, au cours desquelles les commerçants sont à la fois sujets et objets d’appréciation. Reste alors à saisir comment les négociants parvenaient à s’accorder sur leurs prix respectifs. Pour y parvenir, nous nous appuierons principalement sur les archives produites par les commerçants dauphinois, en particulier sur les contrats d’association, les documents comptables et les registres épistolaires6, complétés par la consultation d’archives familiales, mais aussi administratives et judiciaires7.

2. Compétences, ressources et valeur

  • 8 Arch. Dép. Isère, 1 J 646.

4Nous voilà à Ratisbonne, pendant l’hiver 1801. Deux négociants originaires du Dauphiné, Lambert et Drevon s’apprêtent à reconduire leur société de commerce, pour cinq années supplémentaires8. À cette fin, ils établissent un nouveau contrat sous seing privé, rédigé en cinq articles. Il existe, pour le seul Dauphiné, des dizaines d’archives du même genre, conservées par les négociants ou par les notaires auxquels ils s’étaient adressés. Le document signé par Drevon et Lambert était des plus banals : il précisait la raison sociale de l’entreprise, attribuait aux deux commerçants leurs responsabilités respectives, fixait enfin les conditions suivant lesquelles les bénéfices allaient être distribués à chacun d’entre eux. C’est ce dernier point qui retiendra ici notre attention. Entre autres sujets, l’accord contractuel permettait de s’entendre sur le montant alloué aux membres de l’entreprise, en récompense de leur travail commercial. Nous voyons ici en quoi consiste le « prix » du négociant : l’ensemble des gains obtenus, en contrepartie des services qu’il accomplissait au profit de la société de commerce.

  • 9 Arch. Dép. Hautes-Alpes, F 3484, dossier 23.
  • 10 Cette proportion était fixée à 4 % par le contrat.
  • 11 La notion de levées s’appliquait en principe à des « sommes que chaque intéressé a à retirer pour (...)

5Ces bénéfices se présentent sous des formes et des désignations diverses, dont nous n’allons pas dresser l’inventaire exhaustif. Dans la plupart des cas, les rétributions reversées aux négociants étaient indexées sur les investissements initiaux des acteurs dans l’entreprise. C’est ce qu’établit le contrat entre Drevon et Lambert, lorsqu’il stipule que chacun des associés « sera payé en intérêt pour la part excédant la mise à l’entrée à raison de 5 % ». Le même type de fonctionnement est perceptible si l’on examine la société Gravier et fils, Borel et Cie, fondée en 1778 par des négociants briançonnais implantés à Turin9. Le contrat, rédigé en italien, stipulait que les associés toucheraient des gains « a proporzione delle somme che farà entrare nel negozio10». En outre, des levées annuelles11 seraient versées à chaque commerçant, relativement aux capitaux engagés dans la société : 5 500 livres tournois (lt.). à Gravier, 3 000 lt. à Borel, 1 600 lt. à Eymard.

  • 12 Arch. Dép. Isère, 14 J 11. Nos mesures s’appuient sur le grand livre de l’entreprise.

6Le prix du commerçant serait-il déterminé par l’apport personnel en capital économique ? En ce cas, l’évaluation de tout négociant dépendrait de sa capacité à financer une opération marchande ou une entreprise. Les exemples qui précèdent ne confirment-ils pas le constat ? À y regarder de plus près, on peut néanmoins noter que la fixation des bénéfices n’était pas strictement proportionnelle à la mise de fonds. L’étude de la répartition des levées dans la société Gravier et fils, Borel et Cie, ainsi que dans l’entreprise créée à Lyon par la famille Pinet, de Gap12, en donne un aperçu. L’ordre des levées respectait dans les deux cas la hiérarchie des apports financiers ; en revanche, le rapport entre levées et mises initiales s’avère fluctuant.

Fig. 1 :

Fig. 1 :

Levées et mises de fonds dans les sociétés Gravier fils, Borel et Eynard (1778) et Pinet (1783).

© Boris Deschanel.

  • 13 Le compte de fonds de Lafaye s’élevait au total à 6 150 lt., contre 4 950 lt. pour celui de Chauv (...)
  • 14 Arch. de la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence (CCIMP), L 19/62/03, fol. 13 (p (...)
  • 15 Chauvet s’était formé au commerce auprès des frères Martinon, comme le rapportent les premières l (...)

7Notre première hypothèse mérite donc d’être quelque peu reconsidérée. Par-delà la prise en compte de l’apport en capital économique, d’autres paramètres interféraient dans l’assignation d’une valeur à un négociant, à commencer par la prise en compte de ses ressources relationnelles. Examinons l’entreprise créée par Jean-Jacques Chauvet et un autre commerçant dauphinois, Lafaye, durant l’hiver 1784-1785. Si nous n’avons malheureusement pas conservé les contrats établis à ce moment-là, nous disposons en revanche d’une documentation comptable et épistolaire très complète. Celle-ci révèle que Lafaye avait apporté 55,4 % de la mise de fonds initiale (qui s’élevait à 11 100 lt.13), alors que ses levées étaient identiques à celles de Chauvet (222 lt. 15 s.), de même que les bénéfices annuels perçus (un peu plus de 26 000 lt. pour l’année 178614). La situation peut s’expliquer au regard du capital social que Jean-Jacques Chauvet apportait à la maison de commerce. Bien intégrée à la bourgeoisie du Haut-Dauphiné, sa famille entretenait des liens avec la puissante lignée des Perier, de Grenoble, dès les années 1780. C’est Chauvet qui prit en charge les relations avec les manufacturiers métropolitains, et qui se lança dans une vaste tournée en France, en 1787, pour les besoins de l’entreprise. Enfin, son entregent dans les milieux d’affaires lyonnais permit aux associés de dénicher une clientèle influente et fiable15.

  • 16 Nous conservons le contrat de la société, auquel s’ajoutent quelques pièces comptables dispersées (...)

8Enfin, l’évaluation des commerçants s’appuyait aussi sur l’examen de leurs compétences techniques et de leur expérience. À Mens, sur les hauteurs du Trièves, le négociant Pierre Gastoud accepta de s’allier à un certain Abrard, pour former la société Abrard et Gastoud, en novembre 177716. Abrard était probablement moins rompu que Gastoud aux subtilités mercantiles. Le premier avait d’ailleurs résolu de confier au second son fils, pour qu’il puisse s’initier au commerce en tant que commis. Moyennant quoi, Abrard avait dû injecter dans la société 2 000 lt., « sans pouvoir en prétendre aucun intérêt, entendu qu’il n’est pas obligé de faire aux achats ny de tenir les livres » (article 3). Gastoud touchait la moitié des bénéfices, plus 200 lt. par an, destinées à le dédommager de l’hébergement du fils d’Abrard. La moitié restante (amputée des 200 lt. en question) était équitablement partagée entre Abrard père et fils (article 7). Au vu des fonds détenus par cette entreprise – qui ne dépassaient pas 10 000 lt. –, la somme versée n’était pas du tout négligeable.

  • 17 Pierre Bourdieu, « Les trois états du capital culturel », Actes de la recherche en sciences socia (...)

9Le prix accordé à un commerçant, quel que soit son aspect formel, s’apparentait donc à la rétribution de services, qui consistaient tantôt dans des apports financiers, tantôt dans la mobilisation d’un réseau social au service de l’entreprise, tantôt enfin dans des ressources techniques, liées à des savoir-faire spécifiques ou plus généralement à l’expérience des acteurs (comme les compétences comptables). Si l’on peut avancer que la valeur de l’homme était exprimée en fonction de la dotation en capital, c’est uniquement en adoptant une conception élargie de ce dernier concept. À cet égard, nous emploierons la notion de capital dans un sens assez proche de l’usage introduit par Pierre Bourdieu et qui s’est depuis généralisé17. Nous distinguerons alors trois facteurs prépondérants dans l’évaluation des commerçants dauphinois : le capital économique proprement dit, le capital social (ou relationnel), et enfin le capital humain, qui regroupe les ressources culturelles et techniques des acteurs.

3. Négocier son prix

10L’accord sur le prix d’un acteur commercial peut donc être compris comme un accord sur la qualité des ressources dont cet acteur pouvait faire bénéficier ses partenaires. Ainsi conçue, la valeur de l’homme était assimilable à la valeur de ses compétences et de sa puissance économiques.

  • 18 En ce qui concerne la région dauphinoise, ces trois fonds présentent les registres épistolaires l (...)
  • 19 Cf. Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustri (...)
  • 20 Arch. Dép. Hautes-Alpes, 15 J 5.
  • 21 Arch. Dép. Hautes-Alpes, 77 J.

11Du point de vue des acteurs, cette valeur était personnelle et intrinsèque. Les correspondances marchandes consultées – celles des sociétés Chauvet, Pinet, Drevon et Lambert18 – abondent en jugements de ce type. Bien sûr, les commerçants ne font pas œuvre de moralistes, ce d’autant qu’ils se méfient le plus souvent de ce qu’ils nomment la « théorie ». Pour autant, leur apologie de la pratique et du sens pratique, sans cesse convoquée afin de définir le « parfait négociant », relevait elle-même d’une idéologie qu’il faut s’attacher à analyser, si l’on souhaite comprendre par quel mouvement un prix pouvait être attribué aux services rendus par un acteur déterminé. Dans le discours des commerçants, ce sont avant tout leurs qualités propres qui déterminent la valeur des hommes : probité, goût de l’effort, intelligence. D’où l’attachement des acteurs à sauvegarder leur réputation19. Dans les années 1800, des rumeurs désobligeantes circulaient dans les Hautes-Alpes et les Basses-Alpes sur l’état des finances d’Alexandre Barrillon – banquier et négociant, alors installé à Paris. Aussitôt, les proches de Barrillon s’efforcent de rétablir son honneur20. De même, quand Marcel Tanc « l’Américain » est dénigré par d’autres notables des Hautes-Alpes, tous ses parents présents sur place courent à son secours21.

  • 22 Yamina Tadjeddine, Modèle fondamentaliste, stratégique, conventionnaliste : une typologie de la d (...)

12La notion de réputation se définit alors comme « une reconnaissance sociale conférée à un acteur particulier par une collectivité22 » : la renommée d’un commerçant n’exprimait en aucun cas sa qualité intrinsèque. Chaque commerçant était simultanément sujet et objet d’évaluations. En attribuant une valeur à un tiers, tout négociant se trouvait en situation d’être mis à l’épreuve sur son propre jugement. Il lui fallait donc anticiper les réactions des autres agents, tout en tenant compte de l’état général du champ, qui conférait à l’opinion de chaque acteur une inégale influence. Le renom personnel dépendait donc, dans une large mesure, des rapports (routiniers et mimétiques) qui structuraient les marchés et les milieux d’affaires.

  • 23 Certains de ces différends sont portés devant la justice. On peut par exemple se reporter au liti (...)

13Ces conflits autour de l’honneur des négociants sont loin d’être anecdotiques. Relativement fréquents23, ils ont le mérite de souligner que la valeur assignée à tout individu procède d’une construction collective. L’idée que l’évaluation consiste dans la seule reconnaissance des compétences personnelles contribue à voiler toutes les négociations qui se déroulent en amont et préparent le terrain à une convention, autour d’un même prix. Il s’agit dès lors d’explorer les zones d’ombre qui entourent le processus. Il convient donc de définir les conditions de discussion entre les commerçants dauphinois, de même que les stratégies mises à contribution pour parvenir à leurs fins.

  • 24 Arch. de la CCIMP, L 19/62/08, fol. 154.

14Commençons par examiner la façon dont Chauvet renouvela en 1790 le contrat qui le liait à ses deux associés du Cap-Français, Philippon et Lauret. Après la mort de son premier partenaire, Lafaye, Chauvet était revenu en métropole en 1789 et il avait installé son comptoir à Marseille, où évoluait une forte communauté dauphinoise. Le négociant adressa à ses correspondants antillais un nouveau projet de contrat24. Chauvet cherchait notamment à imposer deux clauses qui lui étaient favorables : il souhaitait percevoir une commission de 2 % sur les « denrées que la maison [enverrait] en Europe » et une provision de 2 % « sur toutes les marchandises [qu’il achèterait] pour le compte de la société ».

15Pour légitimer sa position, Chauvet prétendait être capable d’acheter des marchandises européennes à bas prix, pour les expédier dans un second temps vers les Caraïbes. Il introduisait ainsi dans son argumentation une alternative entre deux stratégies.

Fig. 2 :

Fig. 2 :

Négociations entre Philippon, Lauret et Chauvet (1791).

© Boris Deschanel.

  • 25 Pour une commission de 2 %, la stratégie 2 cesse d’être rentable dès que l’écart entre le prix de (...)

La première option, pour Philippon et Lauret, était de se fournir directement auprès de producteurs européens (stratégie 1). La seconde possibilité revenait à accepter les conditions de Chauvet (stratégie 2). Si Chauvet parvenait effectivement à acheter les marchandises « pour le moins 5 % meilleur marché » que ses associés, alors ces derniers y trouveraient leur compte, en économisant 3,1 % sur le prix des biens acquis en droiture – après prélèvement de la commission25.

  • 26 Bruno Latour, La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découver (...)

16Pour imposer un prix à ses interlocuteurs, le négociant devait donc mettre en scène ses aptitudes personnelles. De telle sorte que la valeur du commerçant est toujours le fruit d’une représentation symbolique de ses ressources économiques, relationnelles et techniques. Pour les acteurs, il s’agit de parvenir à ce que cette représentation soit admise par des protagonistes extérieurs, ce qui les incite sans arrêt à tenter de « traduire l’intérêt des autres », selon la formule de Bruno Latour26. Dans l’exemple qui précède, Chauvet presse ainsi ses associés de le rejoindre, en arguant d’une convergence de leurs objectifs respectifs, ce qui constitue une tactique plutôt répandue parmi la bourgeoisie marchande (suivant l’idée que tous les acteurs seraient gagnants à adopter la même ligne d’action).

  • 27 Les informations sont ici tirées du livre de Romuald Szramkievicz, Les régents et censeurs de la (...)
  • 28 Arch. Dép. Hautes-Alpes, 15 J 4-7.

17Les négociants les plus influents s’efforçaient plutôt de faire en sorte que les autres commerçants ne puissent agir sans leur médiation. Sous la Révolution, c’est exactement la méthode qu’employèrent quelques grands négociants dauphinois afin d’obtenir des contrats avec les administrations, en vue d’assumer le ravitaillement des civils et des armées, en nourriture ainsi qu'en matériel militaire. Le choix de faire appel à tel négociant plutôt qu’à tel autre relevait moins d’une sélection concurrentielle que d’accointances entre le pouvoir politique, administratif ou militaire, d’une part, et, d’autre part, une fraction du monde marchand. Considérons le cas de Barrillon, dont il a déjà été question précédemment27. Non content de se limiter aux spéculations financières et commerciales sur la scène parisienne, celui-ci s’était aussi engagé dans l’approvisionnement des garnisons alpines. Les circonstances exactes de cette implication sont mal connues. Nous savons en revanche que Barrillon avait ses entrées dans le milieu militaire, grâce aux liens établis avec des officiers ou des responsables administratifs, à l’image de son neveu Paul Ithier28, ancien chef de bataillon et gendre d’un administrateur général des douanes. Barrillon s’était également lié à deux employés de l’administration militaire, Dubeuf et Millot, lors de son séjour à Saint-Domingue.

18En tirant parti de véritables rentes de situation, une poignée de grands commerçants pouvait ainsi se rendre indispensable aux yeux de leurs partenaires potentiels et des autorités publiques. Nous avons jusqu’ici appréhendé l’évaluation de la valeur des hommes comme autant de pourparlers entre les acteurs. Or, ces négociations reposent elles-mêmes sur une configuration socio-historique qu’il convient d’étudier plus précisément.

4. Évaluer et distinguer

  • 29 Arch. de la CCIMP, L 19/62/07, fol. 42.

19Si deux ou plusieurs négociants s’entendent sur le prix attribué à un service marchand, ce n’est pas seulement après une discussion indépendante des structures sociales. La fixation de la valeur propre à un négociant ou à une opération commerciale n’était pas seulement le fruit des interactions entre commerçants. Elle faisait aussi intervenir une série de normes, établies soit par les institutions publiques, soit par des conventions (par l’usage commun). Il n’existait par exemple aucun taux légal pour les commissions que certains négociants touchaient sur les transactions. Néanmoins, des habitudes récurrentes transparaissent au fil des échanges épistolaires. Dans une lettre adressée au négociant bordelais Thouron, Chauvet et Lafaye tentaient de renégocier le montant de la commission que leur partenaire souhaitait leur imposer. « Nous serions assez contents, Monsieur, de votre façon de faire avec nous, sauf sur ce point qui est votre commission : nous n’avons jamais payé que 4 % de commission dans quelque ville que ce soit29 ». La coutume servait ici d’argument, non sans succès, puisque les deux entreprises finirent par trouver un point d’accord et par travailler de concert pendant plusieurs années.

20L’appréciation de la valeur d’un service marchand s’effectue au terme d’une discussion entre négociants. Pour que celle-ci ait lieu, il faut qu’elle se réalise dans un espace social défini, occupé par des pairs qui se reconnaissent le droit de juger avec pertinence de la qualité des uns et des autres, et qui se soumettent aux jugements extérieurs. Cet espace définit un environnement institutionnel, dans lequel les acteurs peuvent puiser les moyens légitimes de faire valoir leurs points de vue particuliers. Il s’agit alors de comprendre pour quelles raisons et de quelles manières cet environnement institutionnel a pu s’affirmer et se maintenir, entre le xviiie et le début du xixe siècle. Il n’est donc pas inintéressant d’entreprendre une rapide comparaison entre la façon dont les commerçants négociaient leur propre valeur et, d’autre part, la manière dont ils assignaient un prix au travail exercé par d’autres groupes sociaux.

  • 30 Arch. de la CCIMP, L 19/62/08, fol. 1.

21Une des principales différences entre la valeur du travail du négociant et celle du travail salarié ou servile tient à la notion d’interchangeabilité du travail. Les lettres rédigées par Chauvet et Lafaye pour conseiller des investisseurs métropolitains, désireux d’acquérir des propriétés à Saint-Domingue, montrent clairement que la « valeur du travail » des esclaves (ou plus justement de leur force de travail) était appréciée sur la base du nombre d’individus employés pour un type de tâche spécifiée. Dans un courrier expédié à Claude Perier le 8 janvier 1788, Chauvet et Lafaye indiquaient par exemple, à propos d’une plantation de sucre : « En y mettant 10 nègres par an jusqu’au nombre de 300, et qu’elle fût bien administrée, [elle] seroit susceptible de 400 milliers de beau sucre30 ». En l’occurrence, les négociants raisonnaient à partir de l’examen de la force de travail de leurs esclaves, ramenée à une marchandise. Plutôt que d’apprécier les qualités personnelles de chaque esclave, il s’agissait de fixer un prix en fonction du genre de tâche réalisée.

  • 31 Pierre Léon, Les Dolle et les Raby : marchands et spéculateurs dauphinois dans le monde antillais (...)

22On peut tirer des conclusions proches à partir de l’examen des activités des familles Dolle et Raby, étudiées par Pierre Léon. Non que toute appréciation qualitative et individuelle des esclaves soit exclue : il existait des spécialisations, qui venaient modifier le prix de chaque homme. Le tiers des esclaves présents en 1785 sur le domaine des Vazes était désigné par des qualifications particulières31. Reste que cette distinction s’effectuait, par définition, à l’initiative des propriétaires, excluant toute négociation comparable à celle qui pouvait s’établir entre des hommes libres.

  • 32 Arch. Dép. Isère, L 457.

23Cette dernière remarque mérite qu’on s’y attarde un instant. Entre les commerçants et leur main d’œuvre servile, une inégalité matérielle, consacrée par les institutions, perturbait toute possibilité de négociation. Mais on peut généraliser la remarque à d’autres groupes sociaux, y compris dans des configurations très différentes. Une partie des négociants dauphinois étudiés étaient aussi des fabricants. À ce titre, ils employaient des ouvriers dans toute la région, dont la rétribution peut être analysée à partir d’archives comptables. Le « prix de l’homme » y est généralement exprimé en journées de travail. C’était par exemple le cas pour les fabriques d’armes gérées par la Société des sans-culottes républicains, dans laquelle s’impliquèrent plusieurs négociants proches de la famille Perier, en 1793-179432. Le même constat prévaut pour les fabriques de la vallée du Rhône. La valeur du travail faisait quelquefois intervenir la prise en compte de qualités personnelles pour exercer une tâche déterminée. Dans tous les cas, cependant, le prix de l’Homme était calculé en fonction d’un travail standardisé à remplir, qui n’impliquait pas, là encore, de discussions semblables à celles qui permettaient de départager deux négociants sur le prix d’un service marchand.

  • 33 Arch. mun. de Vienne, LL – Commerce, industrie, agriculture.
  • 34 Pierre Léon, 1954, op. cit., p. 225-232.

24Certes, la rémunération des travailleurs était aussi déterminée par des facteurs liés aux réglementations en vigueur, aux normes locales, à la situation socio-politique. Sous la Révolution, les ouvriers drapiers de Vienne adressèrent ainsi une pétition à la municipalité, pour obtenir une revalorisation du prix de leur journée de travail. Ils finirent par obtenir gain de cause, après intervention des autorités publiques auprès des négociants et fabricants locaux33. Des mouvements de protestation agitèrent d’ailleurs les trois départements dauphinois à partir des années 179034. Toutefois, si la valeur du travail réalisé pouvait être effectivement renégociée, c’est le plus souvent au terme d’un rapport de force collectif, et non de discussions individuelles.

25L’inégale détention du capital jouait donc un rôle central dans la négociation du « prix de l’Homme ». En métropole, dans les colonies, les milieux marchands dauphinois étaient en mesure d’imposer à d’autres groupes des formes d’évaluation auxquelles ils échappaient eux-mêmes. Ceux qui vendaient leur force de travail y étaient contraints, car le capital leur manquait, sous ses divers aspects. Dès lors, leur prix était moins lié à leurs dispositions personnelles qu’à la nature des tâches qu’ils réalisaient. L’appréciation de la force de travail relevait d’un processus impersonnel et désincarné où, sauf exception, les hommes étaient considérés comme s’ils étaient interchangeables. Tout au contraire, le prix du négociant était incarné : il répondait clairement à la prise en considération des mérites particuliers à chaque individu et reconnus par la communauté.

  • 35 André Orléan, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, p. 189.

26À l’intérieur même du négoce, la capacité des commerçants à imposer leur point de vue était conditionnée par leurs propres ressources, qu’elles fussent sociales, financières ou culturelles. La valeur accordée aux acteurs se présentait bel et bien comme une construction sociale et symbolique. Dès lors, il s’agit de réexaminer à nouveaux frais la notion du prix de l’homme, qui ne saurait être réduite à une dimension purement économique. Comme l’explique André Orléan, « bien qu’elle ait l’apparence d’un nombre, la valeur économique est bien une puissance de nature sociale, en l’espèce un pouvoir sur autrui qui prend la forme d’un pouvoir d’achat sur les choses35 ».

Conclusion

27L’assignation d’un prix à un être humain exprime un rapport de domination qui lui préexiste. On ne saurait donc étudier les négociations qui permettent de s’accorder sur une valeur unique et chiffrée, abstraction faite des rapports sociaux dans lesquelles elles s’insèrent. Ces éléments viennent en effet structurer la façon dont s’effectuait l’appréciation des acteurs, dont il s’agissait d’évaluer le travail ou l’utilité.

28La formation du prix de l’homme s’appliquait en réalité à des objets socialement différenciés, selon des modalités elles-mêmes socialement distinctes. On ne juge pas de la valeur d’un négociant à partir d’un modèle valable pour l’ensemble de la société dauphinoise préindustrielle, mais à l’aune de critères spécifiques à l’espace social considéré. Dans ces conditions, le prix de l’homme (au sens générique) est une fiction – mais une fiction efficace. La notion suppose en effet que c’est « l’homme », saisi dans sa dimension singulière et universelle, dont il faut traduire la valeur, et qu’il s’agit de ramener à un équivalent marchand. Sur ce point, le discours des négociants eux-mêmes accrédite la thèse d’une rémunération des mérites intrinsèques à chaque individu. On comprend aisément l’intérêt de maintenir ce type de représentation, qui permettait de légitimer les profits dégagés par les commerçants et de valoriser le groupe social. Il n’en reste pas moins qu’en pratique, pareille interprétation néglige d’examiner les conditions matérielles très disparates dans lesquelles les acteurs s’engageaient dans le monde des affaires. En ce sens, derrière le prix de l’homme se dissimulent les hiérarchies générées par la distribution du capital.

Haut de page

Notes

1 Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique, Paris, Calmann-Lévy, 1972, vol. 2, p. 32.

2 La décennie 1820 marque les débuts de la grande industrie dauphinoise. Cf. Pierre Léon, La naissance de la grande industrie du Dauphiné (fin du xviie siècle-1869), Gap, L. Jean, 1954, p. 455.

3 L’antagonisme porte sur la différenciation entre commerces de gros et de détail, mais aussi sur d’autres critères : niveau de richesse, étendue géographique des échanges, ampleur des relations, polyvalence. Voir Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille, Institut historique de Provence, 1972, p. 238-250.

4 Jacques Savary, Le parfait négociant, Paris, L. Billaine, 1675.

5 Ces relations rappellent les rapports décrits par Laurence Fontaine, Le voyage et la mémoire. Colporteurs de l’Oisans au xixe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1984, p. 129-139.

6 Il nous a paru préférable d’étendre l’analyse à des réseaux marchands cohérents, en étudiant les archives d’entreprises liées aux milieux d’affaires dauphinois, mais extérieures à la province.

7 Nous avons examiné les fonds des archives départementales et municipales, conservés dans les Hautes-Alpes, la Drôme, l’Isère, qui correspondent approximativement à l’ancien Dauphiné.

8 Arch. Dép. Isère, 1 J 646.

9 Arch. Dép. Hautes-Alpes, F 3484, dossier 23.

10 Cette proportion était fixée à 4 % par le contrat.

11 La notion de levées s’appliquait en principe à des « sommes que chaque intéressé a à retirer pour ses dépenses », suivant la définition qu’en donne Blondel, La tenue des livres de commerce à parties simples et à parties doubles, Lyon, P. Bernard, 1801, p. 222.

12 Arch. Dép. Isère, 14 J 11. Nos mesures s’appuient sur le grand livre de l’entreprise.

13 Le compte de fonds de Lafaye s’élevait au total à 6 150 lt., contre 4 950 lt. pour celui de Chauvet.

14 Arch. de la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence (CCIMP), L 19/62/03, fol. 13 (pour les comptes de fonds) et fol. 44 (pour le compte de pertes et profits).

15 Chauvet s’était formé au commerce auprès des frères Martinon, comme le rapportent les premières lettres émises par la société (arch. de la CCIMP, L 19/62/07).

16 Nous conservons le contrat de la société, auquel s’ajoutent quelques pièces comptables dispersées et postérieures (datées des années 1790) : Arch. Dép. Isère, 1 J 654.

17 Pierre Bourdieu, « Les trois états du capital culturel », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 30, novembre 1979, p. 3-6 ; Pierre Bourdieu, « Le capital social », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 31, janvier 1980, p. 2-3.

18 En ce qui concerne la région dauphinoise, ces trois fonds présentent les registres épistolaires les plus complets, pour la période 1785-1805 chez Chauvet (arch. de la CCIMP, L 19/62/07 à 12), 1780-1815 chez Pinet (arch. Dép. Isère, 14 J 5 à 9), 1808-1816 chez Drevon et Lambert (arch. Dép. Isère, 1 J 647).

19 Cf. Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008, p. 284-294.

20 Arch. Dép. Hautes-Alpes, 15 J 5.

21 Arch. Dép. Hautes-Alpes, 77 J.

22 Yamina Tadjeddine, Modèle fondamentaliste, stratégique, conventionnaliste : une typologie de la décision spéculative, thèse de doctorat d’économie, École polytechnique, p. 162.

23 Certains de ces différends sont portés devant la justice. On peut par exemple se reporter au litige entre les négociants qui avaient été chargés d’approvisionner le département de la Drôme sous la Révolution (Arch. nat., F11 1197-1198), ou au conflit qui avait opposé Calandre et Pinet (Gap) aux frères Borel (Crest) devant le tribunal de commerce de Romans en 1799 (arch. Dép. Drôme, L 1677).

24 Arch. de la CCIMP, L 19/62/08, fol. 154.

25 Pour une commission de 2 %, la stratégie 2 cesse d’être rentable dès que l’écart entre le prix des marchandises acquises en droiture et le prix des marchandises achetées par Chauvet tombe à moins de 2 %.

26 Bruno Latour, La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découverte, 2005, p. 261. On peut définir les acteurs commerciaux comme des constructeurs de faits (ou de valeurs), qui ne cessent de donner une interprétation « de leurs intérêts et de ceux des gens qu’ils recrutent » (p. 260-261).

27 Les informations sont ici tirées du livre de Romuald Szramkievicz, Les régents et censeurs de la Banque de France, Genève, Droz, 1974, p. 4-8.

28 Arch. Dép. Hautes-Alpes, 15 J 4-7.

29 Arch. de la CCIMP, L 19/62/07, fol. 42.

30 Arch. de la CCIMP, L 19/62/08, fol. 1.

31 Pierre Léon, Les Dolle et les Raby : marchands et spéculateurs dauphinois dans le monde antillais du xviiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1963, p. 173.

32 Arch. Dép. Isère, L 457.

33 Arch. mun. de Vienne, LL – Commerce, industrie, agriculture.

34 Pierre Léon, 1954, op. cit., p. 225-232.

35 André Orléan, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, p. 189.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 :
Légende Levées et mises de fonds dans les sociétés Gravier fils, Borel et Eynard (1778) et Pinet (1783).
Crédits © Boris Deschanel.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3019/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Fig. 2 :
Légende Négociations entre Philippon, Lauret et Chauvet (1791).
Crédits © Boris Deschanel.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3019/img-2.png
Fichier image/png, 9,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Deschanel, « Que vaut un négociant ? Prix et compétences des commerçants dauphinois, des années 1750 aux années 1820 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 17 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/3019 ; DOI : 10.4000/framespa.3019

Haut de page

Auteur

Boris Deschanel

doctorant à l’Université Paris 1 (IDHE), ATER à l’Université de Limoges.
bdeschanel@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org