Navigation – Plan du site
Dossier : Le prix de l'Homme

Évaluer le prix de la main-d'œuvre sur les chantiers de construction du duché d'Alençon au xve siècle

Evaluating the Price of Labor on Construction Sites of the Duchy of Alençon during the 15th Century
Evaluación del precio de la mano de obra en las obras del ducado de Alençon en el siglo xv
Marie-Anne Moulin

Résumés

L'étude des salaires et des appoints (en argent et en nature) sur les chantiers de construction du duché d'Alençon au xve siècle bénéficie d'une large couverture documentaire qui permet une comparaison selon le site, le donneur d'ordre et le corps de métier. En effet, les sources ducales, hospitalières et paroissiales, en grande partie éditées, mettent en lumière des pratiques salariales variables dans cet ensemble territorial. Une hiérarchie des salaires entre villes de l'apanage et entre professions du bâtiment s'en dégage également. Ces constats entraînent plusieurs questions. La première est de savoir ce qu'inclut la notion même de salaire et si la définition en est la même dans tout le duché. Mais il faut aussi s'interroger, pour expliquer ces disparités salariales, sur ceux qui fixent les rémunérations et sur les éléments qu'ils prennent en compte pour les évaluer. Comment également expliquer, non seulement les variations régionales, mais aussi les variations au sein d'une même ville et d'un même métier ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Une riche bibliographie témoigne de l'intérêt porté depuis quelques années à la question du salariat médiéval et notamment aux rémunérations sur les chantiers de construction1. L'apanage d'Alençon ne fait pas exception avec l'édition, entre 1989 et 2011, d'un nombre important d'archives et de données prosopographiques sur les artisans du bâtiment. Les chantiers déjà étudiés concernent avant tout la partie normande du duché d'Alençon, à savoir les vicomtés principales d'Alençon et d'Argentan-Exmes et, dans une moindre mesure, les vicomtés de Domfront et d'Essay pour lesquelles les données sont moins nombreuses. Le Perche, région également intégrée dans l'apanage, ne sera pas pris en compte pour cet article, dans la mesure où il n'appartient pas à l'espace normand historique.

2Trois types de chantiers peuvent être analysés dans leurs pratiques de rémunération. Tout d'abord les chantiers ducaux et/ou royaux, pareillement gérés dans l'intégralité de l'apanage. Viennent ensuite les chantiers paroissiaux et, principalement, ceux des deux plus grandes paroisses du duché, celle de Notre-Dame d'Alençon et celle de Saint-Germain d'Argentan. Les chantiers hospitaliers offrent également un cadre de réalisation des travaux et de paiement des ouvriers particulier. Faute d'un notariat cohérent ou d'actes privés, les chantiers de construction privés ne peuvent être connus.

3La question des modes et des niveaux de rétribution a donc déjà été abordée mais il s'agit, ici, non plus d'évaluer les niveaux de salaires ou leur évolution pendant le xve siècle, mais bien plutôt de comparer les procédures d'établissement des salaires et de leurs composantes, d'expliquer ensuite les facteurs de variations salariales au sein d'une même profession du bâtiment et puis d'examiner les appoints aux rétributions légales.

1. Fixer et définir les rémunérations

  • 2 Jean Yver, « La rédaction officielle de la coutume de Normandie (Rouen, 1583). Son esprit », Anna (...)
  • 3 Philippe Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale, Lille, Presses Universitaires (...)

4Dans l'espace alençonnais, comme dans l'ensemble du duché normand, la coutume est l'élément central de la fixation des niveaux de rémunération. Cependant, la coutume est rarement évoquée dans les sources. Cet ensemble de droits anciens, probablement du deuxième tiers du xiiie siècle2, est extrêmement variable d'une ville à une autre, d'une vicomté à l'autre. Il constitue cependant avec certitude le cadre légal de fixation des rémunérations et en établit le niveau acceptable par tous, maîtres d'ouvrage, ouvriers, administration et communautés urbaines. C'est aussi ce droit coutumier qui fixe les composantes de la rémunération et notamment le versement – en nature ou en équivalent numéraire – du vin du marché, également dénommé « vin accoustumé ». Si, selon Philippe Lardin3, cet usage tombe en désuétude sur les chantiers de construction de Haute-Normandie au xve siècle, sa perception reste prégnante dans l'espace alençonnais aussi bien sur les chantiers militaires et urbains que religieux. Systématiquement versé à Argentan, le vin de la coutume n'est pas toujours fourni sur les chantiers de la ville d'Alençon.

  • 4 Sur cette question de l'expertise sur les chantiers de la région au xve siècle et son influence s (...)
  • 5 BnF ms fr. 26 031, n° 3168 – [1440].
  • 6 BnF, Collection Villevieille, vol. 25, ms fr. 26 287, n° 73. Attestation du lieutenant général du (...)
  • 7 BnF ms fr. 26 060, n° 2773 – 1436, 12 mars (n. st.). Mandement de paiement des travaux de charpen (...)

5La prise en compte de la coutume dans l'évaluation du niveau de rémunération est attestée par la présence sur les chantiers castraux, lors des visites préalables, des « assistents », c'est-à-dire à la fois de juristes maîtrisant le droit coutumier local mais aussi d'hommes de métier4. Cette mixité est régulièrement mentionnée dans les actes de la pratique. Ainsi une quittance de réception rappelle-t-elle que les experts consultés sont à la fois « plusieurs notables personnes, tant charpentiers, couvreurs de tuille, maçons, terrasours pionniers manouvriers que autres plusieurs notables personnes »5. Les premiers – avocats, membres de l'administration vicomtale ou ducale, procureurs des villes et des bourgeois – représentent les intérêts de la communauté et font rappel de la coutume tandis que les professionnels du bâtiment rappellent les règlements professionnels en vigueur dans la vicomté et estiment, en fonction du marché local de la main-d'œuvre, les rétributions nécessaires. La prise en compte des deux éléments – coutume et niveaux de rémunération locaux – apparaît clairement dans un mandement de travaux de 1436. Les experts civils et professionnels y sont consultés en tant que « deuement recongnoissant es choses dessus dictes »6 et procèdent à l’appréciation des travaux envisagés. De même, l’année suivante, le lieutenant du bailli d’Alençon fixe les journées de travail et les rémunérations sur le chantier castral « par l’advis et oppinion des diz conseiller et procureur [du roi] et autres bourgois et demourans audit lieu d’Argenthen ». L’intervention de ces hommes est parfois rappelée dans les mandements de paiement pour en confirmer la conformité avec les devis : « ladicte besoigne aprécié par gens en ce deuement congnoissans »7. L’expertise et l’évaluation des paiements se font toujours collégialement. Les appointements ainsi fixés sur le chantier par le serment de ces hommes sont ensuite débattus en cours de justice vicomtale. C’est d’ailleurs la vicomté qui sert de cadre réglementaire aux professions dans l’apanage d’Alençon.

  • 8 Cf. Saint-Germain-des-Prés au xviie siècle, où les maçons limousins perçoivent une rémunération i (...)

6Sur les chantiers paroissiaux et hospitaliers, les fabriques et les administrateurs fixent les rémunérations sans consultation d’experts civils mais en présence d’experts du métier. En effet, ce sont les compétences propres de gestion des administrateurs ou fabriciens et leurs connaissances en droit qui les ont fait choisir par la communauté pour assurer les droits et intérêts des institutions religieuses et de charité. Là encore, la coutume est donc intégrée au calcul du paiement des ouvriers du bâtiment. La question de savoir si ces règles de calcul des salaires (coutume locale, niveau de vie et d'embauche de chaque vicomté) s'appliquent aux ouvriers horsains, bretons et auvergnats, reste posée dans la mesure où ces derniers sont le plus souvent payés à la tâche. Il faut noter que dans leur cas, le vin de la coutume n’est pas stipulé, ce qui laisserait supposer une moindre rémunération et une absence de la coutume dans leurs rétributions8.

  • 9 François Rivière, « Le montant des rémunérations dans les métiers normands à la fin du Moyen Âge  (...)

7Le contenu des rémunérations change donc du fait de ce droit coutumier très local entre les différents sites de l'apanage. Si la majorité des sites appliquent le vin coutumier, tous les paiements n'incluent pas les mêmes éléments. Les pièces comptables distinguent deux formes de salaire, soit le paiement « pour peine et sallaire », soit celui « pour peine sallaire et despens ». L'expression « peine et salaire » désigne le paiement par le maître d'ouvrage du seul travail de l'ouvrier et/ou de son équipe, sans considération de ses frais annexes. Elle peut inclure ou non, comme il a déjà été dit, le vin du marché. La « peine salaire et despens » prend en compte le coût du travail mais aussi les frais d'équipement, d'entretien de l'outillage et les frais de nourriture pendant la durée des travaux. Les deux situations coexistent sur les différents chantiers du duché, quel que soit le donneur d'ordre. Quel que soit le niveau de qualification, les dépens sont les mêmes pour tout ouvrier actif sur le chantier, ce qui est là aussi conforme au droit coutumier normand9.

  • 10 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, Éditions de l'EHESS, 1976, p. 93.

8Cette prise en compte de la coutume, particulièrement complexe et variable selon les micro-régions, ainsi que la consultation d'experts professionnels et/ou notables issus du lieu expliquent les variations de salaire en numéraire notées entre les vicomtés du duché. Elle n’est d’ailleurs pas propre à la Basse-Normandie. Guy Bois démontre l’existence de zones de salaire en Haute-Normandie pour le xve siècle10. Dans les années 1430-1440, période pour laquelle les données sont les plus nombreuses, les rétributions des ouvriers du bâtiment s'avèrent plus élevées dans la vicomté d'Argentan, où les charpentiers perçoivent entre 40 et 54 deniers quotidiens, les couvreurs de 40 à 48 deniers et les maçons entre 24 et 48 deniers. Les manœuvres ne sont payés qu'à hauteur de 10 à 36 deniers. À Exmes, dont la vicomté est pourtant gérée conjointement avec la précédente depuis la fin du xive, les salaires sont inférieurs, oscillant pour les charpentiers de 36 à 45 deniers. C'est dans les vicomtés d'Alençon et d'Essay que les montants versés aux travailleurs du bâtiment sont les plus faibles avec 36 à 45 deniers pour les charpentiers, 36 à 40 deniers en moyenne pour les couvreurs et les maçons et 15 à 36 deniers pour les manœuvres, légèrement plus favorisés ici. Les manœuvres actifs à Domfront sont les plus chichement payés, de 8 à 36 deniers.

9La prise en compte des pratiques professionnelles propres à chaque vicomté et à chaque marché urbain du travail aboutit également à une hiérarchie variable entre métiers du bâtiment. À Alençon, sur l'intégralité des chantiers, maçons et charpentiers touchent en moyenne des rémunérations en argent équivalentes, alors que les couvreurs sont, eux, moins payés. À Argentan ce sont les couvreurs et les charpentiers qui sont les mieux rémunérés alors que les maçons le sont traditionnellement moins. Viennent ensuite les terrassiers puis les manœuvres qui, partout, sont les moins bien payés du fait d'une absence de qualification professionnelle. Le constat est le même à Domfront ou à Essay. Il est probable que ces variations de salaires numéraires entre métiers selon les villes soient liées à la situation de chaque marché du travail, mais le phénomène en reste difficile à prouver. En effet, seule une partie des artisans du bâtiment sont connus par les sources et il reste impossible de connaître le nombre d'artisans du bâtiment actifs dans chaque métier et ce dans chaque ville du duché.

2. Les variations des niveaux de salaire en numéraire au sein d'une même spécialité professionnelle

10Plusieurs niveaux de rémunération en espèces se dégagent des actes pour chaque corps de métier du bâtiment. Plusieurs facteurs viennent augmenter ou réduire le prix de la main-d'œuvre sur les chantiers de construction : le maître d'ouvrage, l'urgence des travaux, le temps de travail, la hiérarchie professionnelle et la réputation de l'ouvrier mais aussi la technicité des travaux et, éventuellement, la force de travail.

  • 11 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 4, 1461-1462, p. 337.
  • 12 BnF, nouv. acq. fr. 10560, comptes de la fabrique de Saint-Germain d'Argentan, 1462-1463, f° 141  (...)
  • 13 Arch. dép. Orne, A 410, n° 1 – Pâques 1440 ; BnF, nouv. acq. fr. 10560, comptes de la fabrique de (...)

11Le commanditaire qui pratique les rémunérations les plus élevées est, dans tout le duché, l'administration ducale. En période d'occupation (1417-1449), les autorités anglaises s'octroient ainsi les meilleurs artisans et attirent un nombre d'ouvriers suffisant sur les chantiers défensifs ou jugés stratégiques. Il faut noter ici que l'administration anglaise n'établit aucune distinction de rémunération entre les différents corps de métier. Ce sont ensuite les fabriques paroissiales qui versent les salaires quotidiens intermédiaires alors que les hôtels-Dieu acquittent les salaires les plus bas. Ces différences notables sont, en plus de la nécessité pour l'administration de faire fonctionner les chantiers militaires, à lier avec la capacité financière de chaque établissement et avec sa volonté d'attirer les ouvriers. Les hôtels-Dieu, fondés et gérés en temps normal par les communautés bourgeoises, sont, le temps de l'occupation, considérés comme des bénéfices ecclésiastiques et leurs titulaires s'enrichissent à leurs dépens, rendant ainsi le financement des travaux plus difficile. Il faut cependant signaler que cette pratique de salaires hospitaliers faibles reste la norme après l'occupation. Guillot Facet, charpentier de son état, reçoit 2 sous par jour pour le compte de l'hôtel-Dieu d'Argentan11 mais, lorsqu'il est employé par le trésor de Saint-Germain, son salaire se trouve augmenté de 5 deniers de plus par jour12. Son cas est représentatif des variations de salaires en argent versés par les deux institutions à l'ensemble des artisans du bâtiment. Ce sont les autorités royales qui pratiquent la politique de salaires la plus forte, peut-être pour s'assurer l'emploi des ouvriers les plus compétents dans des bassins d'emploi très locaux et donc limités. Il en est ainsi pour les terrassiers qui perçoivent 4 sous, en 1440, sur le chantier castral d'Argentan, mais sont payés à hauteur de 2 sous 3 deniers à l'église Saint-Germain, quelques années plus tard13. L'hôtel-Dieu d'Alençon module, de plus, les appointements selon qu'il nourrit ou non les artisans. Les mêmes observations sont possibles à Alençon où les couvreurs, par exemple, ont 2 sous 3 deniers par jour sur le chantier hospitalier, 3 sous à l'église Notre-Dame et 3 sous 4 deniers sur tout chantier castral ou défensif.

12L'urgence des travaux peut amener les maîtres d'ouvrage à augmenter ponctuellement les gages des hommes embauchés. Une telle situation est détectable dans deux cas de figure, à savoir un risque pour l'intégrité d'un bâtiment en cours de construction ou déjà édifié, ou bien un risque stratégique, dans le cas des chantiers à vocation militaire. Le contexte de menaces que font peser les partisans de Jean II d'Alençon sur les places fortes alençonnaises incite les vicomtes d'Argentan et d'Alençon à augmenter les salaires. La réfection du four du château d’Argentan jugée nécessaire

  • 14 New British Library, Add. Chart. 12 002 – 1438, 12 juillet.

considerey mesmes que on disoit que les adnemis et adversaires du roy nostre sire avoient pourpos et intention d’eulx tirer en ces parties a grande puissance et mectre sièges devant les places obéissantes au roy14

  • 15 Jacques Dubois, Dictionnaire des artistes et artisans d’Alençon, Éditions du CTHS, Paris, 2008, p (...)

13pousse le vicomte à porter les salaires des maçons à 4 sous 6 deniers quotidiens. Il s’agit là tout autant d’une justification de la nécessité des travaux, que d’une politique salariale visant à attirer des ouvriers particulièrement compétents. Les situations les plus urgentes auxquelles les Anglais font face sont les sièges des places fortes de Bonsmoulins et Saint-Céneri-le-Gerei, à la fin de l’année 1433 et en 1434. Les ouvriers, maçons et charpentiers, interviennent dans un premier temps pour la réalisation d'engins de siège et de boulets de canon en pierre puis, après la prise des deux places fortes, pour en détruire partiellement les défenses. Les salaires journaliers, très supérieurs à la moyenne de 3 sous 4 deniers, s'élèvent à 5 sous par jour. Les capacités professionnelles de ces hommes, véritablement réquisitionnés par l'occupant, sont nécessaires à la prise des deux sites. Pour éviter de mécontenter ces hommes, détournés de leurs travaux, autant que pour obtenir satisfaction de leur part, l'armée anglaise n'hésite donc pas à gonfler les salaires habituels15. Le risque pour l'intégrité du bâtiment peut aussi être considéré comme un facteur d'urgence et inciter de même les institutions paroissiales et hospitalières à majorer ponctuellement les salaires pour attirer la main-d'œuvre.

  • 16 Isabelle Chave, Les châteaux de l'apanage d'Alençon (1350-1450), Alençon, Société historique et a (...)
  • 17 Arch. Dép. Orne, H 3590, 1466, f° 11 r°.
  • 18 C'est, par exemple, le cas d'André Domerais en décembre 1441, cf. Jacques Dubois, op. cit., p. 29 (...)

14Il est difficile d'établir si le temps de travail quotidien, lié aux saisons, est réellement pris en compte dans le calcul des émoluments sur les chantiers de construction. Si les dates des travaux sont en général indiquées notamment dans les comptabilités hospitalières et paroissiales, il n'apparaît pas qu'elles aient systématiquement une influence sur la rétribution, contrairement aux pratiques communément observées au Moyen Âge. Isabelle Chave constate dans son travail sur les châteaux de l'apanage que la durée de la journée de travail n'aboutit pas, en hiver, à une diminution des appointements16. Les situations semblent beaucoup plus variables sur les chantiers religieux. Quelques exemples prouvent l'influence de la durée du jour sur ce que perçoit l'ouvrier. C'est notamment le cas pour un peintre actif sur le chantier de Saint-Germain d'Argentan, en 1466. Les 18 et 25 août, il est rémunéré 40 sous par jour alors qu'il ne touche plus que 10 à 30 sous 6 deniers en octobre suivant. Il est d'ailleurs impossible à la seule lecture des comptes de fabrique d'expliquer cette forte variation du mois d'octobre17. La faiblesse des données hivernales sur ce chantier interdit d'ailleurs de généraliser l'observation faite dans le cas de ce peintre. Les fabriciens de Notre-Dame d'Alençon semblent aussi modérer les salaires hivernaux. Les couvreurs habituellement gratifiés 3 sous ne touchent plus que 20 deniers en décembre18. Les hôtels-Dieu du duché ne pratiquent aucune variation saisonnière de salaire.

  • 19 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 6/2 – compte de 1484-1485, p. 219.

15La hiérarchie au sein du métier et de l'atelier est un élément bien connu du salaire médiéval et elle est perceptible dans les archives de l'apanage d'Alençon. Les grades dans l'atelier – apprentis, compagnons ou maîtres – ne sont qu'exceptionnellement signalés dans la documentation mais certains termes donnent un indice de leur influence sur les rétributions. Cette hiérarchie professionnelle n'est donc perceptible que par l'ordre de rétribution des membres d'une équipe dans l'acte de paiement mis en parallèle avec les montants perçus. Le maître maçon chargé de la construction d'un portail à l'hôtel-Dieu argentanais perçoit 2 sous par jour, alors que ses quatre compagnons n'ont que 22 deniers et l'apprenti, 15 deniers19. C'est dans cet ordre décroissant que les salaires sont inscrits dans la comptabilité, le chef d'équipe étant systématiquement nommé en premier.

  • 20 Philippe Braunstein, « Les salaires sur les chantiers monumentaux du Milanais à la fin du xvie si (...)
  • 21 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 5/2 – compte de 1469-1470, p. 96.

16L'âge, et donc incidemment la capacité de travail, ne constitue pas un facteur de calcul des émoluments pour les employeurs. La force de travail, parfois liée à l'âge, n'est que très exceptionnellement évoquée comme facteur de la rémunération et, dans ce cas, pour l'abaisser. Ce critère a pourtant été établi sur certains chantiers médiévaux20. En 1469, le scribe de l'hôtel-Dieu Saint-Thomas d'Argentan, dans le paragraphe relatif au paiement des valets mis au service des maçons, explique que si l'un d'entre eux gagne 15 deniers par jour, les deux autres n'obtiennent que 12 deniers « pour ce que les deux estoient trop flebles »21. Aucun autre exemple n'a jusqu'alors été repéré dans la riche documentation alençonnaise.

  • 22 Jacques Dubois, Dictionnaire des artistes et artisans d'Alençon, Éditions du CTHS, Paris, 2008, p (...)

17La technicité de la tâche requise est souvent intégrée au calcul des paiements des ouvriers du bâtiment médiéval. Tout ouvrier qui est employé au service de ses collègues pour leur apporter outils et matériaux subit une baisse de revenu puisque sa spécialité professionnelle et ses aptitudes ne lui servent, dans ce cas, à rien. Le cas des lambrisseurs sur les chantiers alençonnais prouve l'impact de la difficulté de l'ouvrage dans la baisse ou l'augmentation des gages. Lorsqu'ils sont amenés à fabriquer des tonneaux et autres barriques, ils touchent davantage que pour le lambrissage des murs22. Pour l'année de compte 1488-1489, l'hôtel-Dieu Saint-Thomas d'Argentan rétribue les charpentiers entre 18 deniers et 2 sous 6 deniers selon qu'ils vaquent à des activités agricoles – clore un pré – ou qu'ils participent à la construction du portail monumental.

  • 23 Jacques Dubois, ibid., p. 112-113.

18Quelques cas particuliers prennent en considération à la fois la place hiérarchique dans le métier, des capacités techniques personnelles et des aptitudes architecturales plus rares. Si tous les maîtres d'un même métier atteignent un niveau technique comparable, il apparaît cependant, à la lecture des actes de la pratique, que certains d'entre eux sont localement connus pour leur maîtrise d'un type de constructions ou de techniques – notamment en ce qui concerne les ponts, les voûtes ou les porches. Ces maîtres sont alors particulièrement recherchés par les maîtres d'ouvrage. Ces trois éléments fondent donc la réputation de quelques individus qui bénéficient, de ce fait, d'un niveau de gains plus élevé que la moyenne. Le cas le plus connu de l'apanage d'Alençon est celui de l'Argentanais Jehan Le Moyne, renommé pour la qualité et la beauté de son travail de maçonnerie, pour ses capacités de  conducteur des travaux et pour ses qualités artistiques. Il devient, dès les années 1480, le grand spécialiste local de l'édification de portails monumentaux. D'abord actif dans sa ville natale où il perçoit le salaire hospitalier habituel pour un maître, il est embauché par la fabrique paroissiale d'Alençon qui gonfle sa rétribution jusqu'à 5 sous par jour pour obtenir sa collaboration. Cette même renommée professionnelle profite à un artisan alençonnais, Jehan Béhure, dont les qualifications provoquent une nette majoration des émoluments23. Le montant du marché au château d'Alençon lui rapporte plus de 7 livres alors que les autres charpentiers sont rémunérés environ 6 livres.

19L'ensemble de ces caractéristiques intervenant ou non dans la fixation des gages démontre en fait que chaque institution pratique sa propre politique salariale en fonction de sa situation financière, de l'importance et de l’urgence du chantier – risque pour le bâtiment ou la défense de la place forte – mais surtout en fonction de son besoin en main-d'œuvre selon l'ampleur des travaux conduits.

3. Les appoints au salaire ou au montant d'un marché : le véritable prix d'un ouvrier ?

  • 24 Philippe Lardin, « Rouen : Le chantier des stalles de la cathédrale de Rouen (1457-1471) », dans (...)

20Le vin du marché, droit coutumier dont il a déjà été question, est perçu soit en nature, soit en numéraire. Au xve siècle, cette perception monétaire du droit qui, à l'origine, permettait aux bâtisseurs de s'abreuver, se généralise au détriment de la boisson réelle et devient, de fait, un appoint important aux salaires. Lorsque le maître d'ouvrage abreuve véritablement les hommes du bâtiment, la dépense n'apparaît pas toujours dans les comptes, les institutions vicomtales, paroissiales ou hospitalières disposant de réserves de vin. L'octroi de boissons ne grève alors pas le budget du chantier. Le vin ainsi distribué semble être, la plupart du temps, du vin local de qualité médiocre. Aucune distinction hiérarchique n'est d'ailleurs faite dans cet apport en nature. Lorsque les sommes versées à la place du vin sont spécifiées dans les comptes, elles atteignent un montant moyen équivalent à 5 % et jusqu'à 20 % de la rémunération de base, qu'il s’agisse d’un salaire à la journée ou un marché passé avec l'artisan. En dehors du vin du marché, et contrairement au cas rouennais, aucun autre appoint au salaire n'est coutumier dans l'apanage alençonnais24. Il s'agit en fait de pratiques ponctuelles, dépendant de chaque maître d'œuvre, des salaires qu'il met en place et de son rapport aux ouvriers embauchés.

  • 25 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 5/2 – comptes de 1469-1470, p. 123.
  • 26 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 4 – comptes de 1460-1461, p. 125.
  • 27 François Rivière, op. cit., p. 50.
  • 28 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 1 – comptes de 1405-1406, p. 138.
  • 29 Jacques Dubois, op. cit., p. 297.

21La distribution systématique de repas sur le chantier est particulière à l'hôtel-Dieu d'Argentan. Les autres chantiers distribuent, on l'a dit, le cas échéant, des compensations monétaires pour ces « despens ». L'hôtel-Dieu d'Alençon n'octroie de repas qu'au prix d'une diminution des salaires. Les comptabilités de Saint-Thomas d'Argentan n'énumèrent que rarement ces compléments en nourriture, prélevés sur les réserves hospitalières. Les autres frais de nourriture relèvent de la « despence de bouche cotidienne oultre et par dessus les garnisons » qui profitent, entre autres, aux « charpentiers et massons et aultres ouvriés de bras »25. La construction de la grange dixmeresse de Cuigni, petite paroisse rurale dont l'hôpital d'Argentan est pour moitié patron, coûte en nourriture à l'administration hospitalière 48 % du total des frais engagés pour la construction, sans compter le vin pris dans les réserves de l'institution26. La situation, tout autant que les mets, est exceptionnelle et atteint une ampleur supérieure aux pratiques constatées en Haute-Normandie27. Les couvreurs, probablement du fait de l'importance du bâtiment pour les finances hospitalières, sont nourris de froment, de hareng, de morue mais reçoivent aussi de la bière, du cidre et des épices. Il s'agit donc, pour Saint-Thomas, de compenser des rétributions faibles par rapport aux autres chantiers par d'importantes largesses en nature. Ce qui explique que l'administration charitable parvient à attirer des maîtres de renom, notamment Jehan Le Moyne, d'autant plus que ces aliments, contrairement au vin du marché, dépendent de la qualification professionnelle de chacun. La mise en place et la réalisation d'une verrière originale par une équipe de vitriers réputés incitent l'hôtel-Dieu à améliorer leurs repas en leur attribuant deux douzaines d'huîtres et des merlans, alors que les manœuvres sont, eux, nourris de pâtés d'anguille bien moins onéreux28. Les compléments en nature varient de la même façon à l'hôtel-Dieu d'Alençon, même s'ils y sont plus rares29. Il faut noter que, contrairement aux chantiers de Gérone, l'apport en nourriture n'est jamais lié à l'exercice de travaux éprouvants.

  • 30 Jacques Dubois, ibid., p. 123.
  • 31 Jacques Dubois, ibid., p. 138.
  • 32 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 3 – comptes de 1458-1459, p. 339.
  • 33 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 1 – comptes de 1405-1406, p. 138.
  • 34 BnF nouv. acq. fr. 10 560 – comptes de Saint-Germain, 1448-1454, f° 102 v°.
  • 35 Marie-Anne Moulin, Argentan au Moyen-Âge. Aspects urbain, sociaux et économiques, Thèse de doctor (...)
  • 36 Arch. dép. Orne, H 3590, 1466, f° 8.

22Des repas ou des boissons sont parfois accordés sur les chantiers religieux et hospitaliers pour célébrer l'achèvement de phases symboliques de l'ouvrage et aussi pour stimuler les équipes de travail avant sa réalisation complète. Les charpentiers qui participent à la construction d'une nouvelle maison de l'hôtel-Dieu d'Alençon se voient ainsi offrir un dîner lors de la mise en place de la charpente30. Fabriques paroissiales et administrateurs hospitaliers marquent parfois de la même manière leur satisfaction devant l'ouvrage accompli par des repas et des cadeaux. Un dénommé Jehan Gémier, charpentier, responsable de la charpenterie de la chapelle Saint-Louis de l'hôtel-Dieu d'Alençon, est gratifié en plus du montant du marché d'un setier de froment, d'un boisseau de pois et d'une compensation pour ses frais de nourriture31. Pour les travaux de charpenterie qui mettent fin à l'édification du chevet de l'église de Cuigni, l'hôtel-Dieu offre à l'équipe du pain, du cidre et un boisseau de froment32. Pour saluer la beauté du vitrail, œuvre d'un vitrier de Falaise, l'hôtel-Dieu améliore sa rétribution sous une forme inconnue : « Pour despence faiste oledit vistrier quand l'en compta à lui ladicte besoigne pour ce 4 sous 2 deniers »33. Le vin de l'achèvement peut, comme le vin du marché, être versé en nature ou bien payé aux artisans comme sur le chantier de Saint-Germain d'Argentan. Il se double, lors de la clôture du chantier du clocher, d'un dîner dont le coût correspond à 20 % du prix du marché34. Des cadeaux – outillage, pièces d'habillement35 – marquent plus rarement l'approbation des fabriciens, comme le bonnet offert par l'un des trésoriers d'Argentan au menuisier ayant fabriqué les orgues de l'église36.

  • 37 Philippe Lardin, op. cit., p. 36.

23Le logement, avantage en nature courant sur les chantiers rouennais pour des maîtres de la ville ou des environs37, n'est jamais offert aux ouvriers des villes d'Argentan et d'Alençon. Seule la venue exceptionnelle de spécialistes de la fonte du fer et des cloches de régions éloignées explique l'attribution d'un logement. Cette spécialité professionnelle, non maîtrisée par les artisans locaux du travail du fer, pousse même l'un des trésoriers de Saint-Germain d'Argentan à lui céder son propre logement.

Conclusion

24La couverture archivistique importante et en grande partie éditée permet d'établir un tableau des salaires et autres rétributions pratiqués dans le duché d'Alençon au xve siècle. À l'instar de ce qui a pu être constaté en Haute-Normandie, le cas du duché d'Alençon confirme ainsi de réelles disparités de salaires au sein d'un même ensemble territorial. Cette observation confirme donc que la situation locale du marché du travail est le premier élément fixant le niveau des rémunérations sur les chantiers de construction, élément auquel vient s'adjoindre la prise en compte de droits coutumiers locaux très variables.

25En dehors d'un cadre commun de fixation des revenus du bâtiment et d'une procédure comparable sur tous les chantiers de l'apanage, il apparaît aussi que les niveaux de rémunération, le contenu de celle-ci et les compléments aux salaires varient selon le maître d'ouvrage et des facteurs de technicité, de hiérarchie, de réputation. C'est l'organisation propre à chaque maître d'ouvrage qui détermine sa politique salariale et ce sont ses moyens financiers qui lui imposent le montant de rémunérations qu'il peut pratiquer. Dans le cas des chantiers castraux et défensifs, outre une capacité financière supérieure aux autres institutions, le montant plus élevé des émoluments s'explique aussi par les circonstances et l'urgence de la situation militaire. Dans les périodes où Jean II d'Alençon et ses troupes exercent une menace sur le duché, les autorités militaires anglaises s'assurent une main-d'œuvre compétente en nombre suffisant par des salaires nettement plus élevés que sur les autres chantiers.

26Il reste cependant difficile, en l'absence de plus de données chiffrées notamment concernant les apports en nature et leur coût dans chaque ville étudiée, d'estimer le niveau de vie réel des artisans du bâtiment du duché d'Alençon. Il reste intéressant de rappeler que, quel que soit leur niveau, les salaires en numéraire sont fixés après la consultation de membres du métier, ce qui explique l'absence de protestations ou de revendications dans ce domaine.

27Seuls certains compléments aux salaires – nourriture riche, boissons onéreuses et cadeaux divers – constituent véritablement une appréciation d'un travail individuel, d'une qualité artistique ou architecturale particulière.

Haut de page

Notes

1 Voir, à cet effet, la bibliographie mise en ligne sur le sujet par le Lamop : http://lamop.univ-paris1.fr/lamop/LAMOP/lamopII.Salaire.htm

2 Jean Yver, « La rédaction officielle de la coutume de Normandie (Rouen, 1583). Son esprit », Annales de Normandie, vol. 36, n° 36, p. 3.

3 Philippe Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1998, 2 vols., p. 502-503.

4 Sur cette question de l'expertise sur les chantiers de la région au xve siècle et son influence sur les paiements des ouvriers, voir Marie-Anne Moulin, « Experts et expertise sur les chantiers de construction en Normandie méridionale : l’exemple de la ville d’Argentan au xve siècle », dans Experts et expertise au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito, Actes du XLIIe congrès de la Shmesp (Oxford, 31 mars-3 avril 2011), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2012, p. 255-270.

5 BnF ms fr. 26 031, n° 3168 – [1440].

6 BnF, Collection Villevieille, vol. 25, ms fr. 26 287, n° 73. Attestation du lieutenant général du bailli d’Alençon portant appréciation, faite par des notables, des salaires à appliquer aux métiers du bâtiment intervenant au château et au donjon d’Argentan.

7 BnF ms fr. 26 060, n° 2773 – 1436, 12 mars (n. st.). Mandement de paiement des travaux de charpenterie pour l’installation de ribaudequins au château d’Argentan.

8 Cf. Saint-Germain-des-Prés au xviie siècle, où les maçons limousins perçoivent une rémunération inférieure à celles des maçons embauchés sur place : voir Corinne Beutler, « Bâtiments et salaires : un chantier à Saint-Germain-des-Prés, de 1644 à 1646 », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 26e année, n° 2, 1971, p. 502.

9 François Rivière, « Le montant des rémunérations dans les métiers normands à la fin du Moyen Âge », dans Les formes du salaire (2) : évaluation des rémunérations, Communications présentées au séminaire tenu à la Faculté des Arts de l’Université de Barcelone les 19-20 octobre 2007, p. 31 : « De plus, contrairement au salaire, la rémunération des dépens ne semble pas propre à la qualification ».

10 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, Éditions de l'EHESS, 1976, p. 93.

11 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 4, 1461-1462, p. 337.

12 BnF, nouv. acq. fr. 10560, comptes de la fabrique de Saint-Germain d'Argentan, 1462-1463, f° 141 r°.

13 Arch. dép. Orne, A 410, n° 1 – Pâques 1440 ; BnF, nouv. acq. fr. 10560, comptes de la fabrique de Saint-Germain d'Argentan, 1444-1445, f° 44 r° et v°.

14 New British Library, Add. Chart. 12 002 – 1438, 12 juillet.

15 Jacques Dubois, Dictionnaire des artistes et artisans d’Alençon, Éditions du CTHS, Paris, 2008, par ex., p. 261, p. 200, p. 127.

16 Isabelle Chave, Les châteaux de l'apanage d'Alençon (1350-1450), Alençon, Société historique et archéologique de l'Orne, 2003, p. 337.

17 Arch. Dép. Orne, H 3590, 1466, f° 11 r°.

18 C'est, par exemple, le cas d'André Domerais en décembre 1441, cf. Jacques Dubois, op. cit., p. 297.

19 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 6/2 – compte de 1484-1485, p. 219.

20 Philippe Braunstein, « Les salaires sur les chantiers monumentaux du Milanais à la fin du xvie siècle », dans Artistes artisans et production artistique au Moyen Âge, I – Les Hommes, Xavier Barral i Altet (éd.), Paris, Picard, 1986, p. 123.

21 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 5/2 – compte de 1469-1470, p. 96.

22 Jacques Dubois, Dictionnaire des artistes et artisans d'Alençon, Éditions du CTHS, Paris, 2008, p. 62.

23 Jacques Dubois, ibid., p. 112-113.

24 Philippe Lardin, « Rouen : Le chantier des stalles de la cathédrale de Rouen (1457-1471) », dans Les stalles de la cathédrale de Rouen. Histoire et iconographie, Élaine C. Block, Frédéric Billiet (éds.), Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003, p. 46.

25 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 5/2 – comptes de 1469-1470, p. 123.

26 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 4 – comptes de 1460-1461, p. 125.

27 François Rivière, op. cit., p. 50.

28 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 1 – comptes de 1405-1406, p. 138.

29 Jacques Dubois, op. cit., p. 297.

30 Jacques Dubois, ibid., p. 123.

31 Jacques Dubois, ibid., p. 138.

32 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 3 – comptes de 1458-1459, p. 339.

33 Arch. dép. Orne, H dépôt 2, t. 1 – comptes de 1405-1406, p. 138.

34 BnF nouv. acq. fr. 10 560 – comptes de Saint-Germain, 1448-1454, f° 102 v°.

35 Marie-Anne Moulin, Argentan au Moyen-Âge. Aspects urbain, sociaux et économiques, Thèse de doctorat d'histoire de l'EHESS, Paris, 2007, vol. 2, p. 700-701.

36 Arch. dép. Orne, H 3590, 1466, f° 8.

37 Philippe Lardin, op. cit., p. 36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Anne Moulin, « Évaluer le prix de la main-d'œuvre sur les chantiers de construction du duché d'Alençon au xve siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 17 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/3004 ; DOI : 10.4000/framespa.3004

Haut de page

Auteur

Marie-Anne Moulin

Docteur en Histoire et Civilisations (EHESS Paris, 2007, sous la direction de Philippe Braunstein), est membre associé du Centre de Recherches Archéologiques Historiques Antiques et Médiévales, UMR 6273 UCBN/ CNRS.
marie-annemoulin@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org