Navigation – Plan du site
Dossier : Le prix de l'Homme

Introduction au dossier « Le prix de l'Homme »

Sandrine Victor

Texte intégral

Fig. 1

Fig. 1

Affiche de la Journée d'étude de 2012 « Le prix de l'Homme »

© Auteur

  • 1 Dans le cadre de l’UMR 5136 - FRAMESPA de Toulouse, thématique 4 « Acteurs, sociétés, économies » (...)
  • 2 Claude Denjean et Laurent Feller (coords.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge, I- Le be (...)
  • 3 Alfred Sauvy, Coût et valeur de la vie humaine, Paris, Hermann, 1977, p. 7.
  • 4 Philippe Steiner, La transplantation d’organes : un commerce nouveau entre les êtres humains, Par (...)

1Que vaut un être humain1 ? Quels sont les critères qui prévalent à son évaluation ? Des questionnements récents sur la valeur des choses ouvrent naturellement des problématiques, traitées traditionnellement selon une approche sociologique ou juridique, autour de la valeur économique et marchande de l’Homme2. Cette marchandisation de l’être humain est la marque de domination d’un collectif sur un autre, et fut largement étudiée dans cette optique. L’idée de donner une valeur monétaire à la vie humaine est généralement rejetée de nos jours car immorale. Pourtant, en 1748, Claude Dupin, dans les Œconomiques, estime la valeur de l’Homme à 3 000 livres ou à 180 quintaux de blé3. L’humain a été, et est toujours, acheté et vendu, dans son intégralité, mais également en morceaux. L’apparition des biomarchés ou marchés d’organes à transplanter montrent que le sujet est de parfaite actualité, et pose la question de l’évaluation, des dispositifs et des formes de valorisations marchands du corps humain4.

  • 5 Patrice Beck, Philippe Bernardi et Laurent Feller (dirs.), Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pou (...)

2Le premier prix fixé à l’Homme est celui lié à la valeur de son travail. La rémunération du travailleur est le fruit de l’estimation de la part de l’action humaine sur un produit fini ou pour un travail donné. La corrélation force-expérience-technicité est au cœur de la valorisation du salaire de l’Homme dans le cadre des chantiers de construction médiévaux, comme le montre Marie-Anne Moulin dans son dossier sur les chantiers du duché d’Alençon au xvsiècle. La question épineuse est la valorisation de critères comme l’expertise et l’expérience, la force ou la jeunesse, ou le sexe, dans un prix fixé5. La difficulté réside à évaluer la part de ces critères dans le salaire final. Il importe également de comprendre comment est estimée, et donc « marchandisée », la compétence professionnelle, dans des sociétés où celle-ci n’est pas validée par un diplôme ou une formation patentée. Boris Deschanel s’interroge ainsi sur « Que vaut un négociant ? Prix et compétences des commerçants dauphinois, des années 1750 aux années 1820 ». Mais cette valeur peut être externalisée de l’Homme, au sens où sa fonction professionnelle peut faire son prix et sa valeur sociale. C’est le cas du prix des offices, tel que traité par Émilie Senmartin dans l’exemple de Puebla, en Nouvelle Espagne, entre 1560 et 1639. On achète ainsi son office pour mieux asseoir son statut et sa valeur hiérarchique.

  • 6 Jacques Rossiaud, « La prostitution dans les villes françaises au xve siècle », Communications, 3 (...)
  • 7 Bruno Dumézil et Michel Rouche (dirs.), Le Bréviaire d’Alaric, aux origines du Code Civil, Paris, (...)
  • 8 Frédéric Chauvaud (dir.), Corps saccagés, une histoire des violences corporelles, du siècle des L (...)

3Le prix de l’Homme peut également être défini en fonction de son corps. C’est réduire l’Homme à son état le plus intrinsèque. Évidemment, tout d’abord s’impose le corps comme source de revenu. Là encore, le travail et le corps sont intimement mêlés. La valeur de la « passe » est-elle entendue pour le travail de la fille publique ou uniquement pour le « louage » de son corps6 ? Le corps dans son intégralité vaut par sa capacité à fournir l’énergie suffisante à un travail. Le corps est la machine de la production, l’outil. De ce fait, l’Homme est en mesure d’exiger des indemnités en cas de blessure ou de perte d’un membre qui peuvent nuire à sa réadaptation au travail, et seulement, et à bien moindre échelle, à la société. Le Wergeld, cette amende compensatoire des codes barbares, fait une large place aux mutilations ou aux bris d’os7. Après la Première Guerre mondiale, les indemnités versées aux « gueules cassées » et autres mutilés de guerre sont les marques de la lente édification de la législation ouvrière8. Dans ce cas, les parties du corps ainsi endommagées sont tarifées, tout comme la valeur médicale du greffon humain induit une valeur économique de ce « morceau d’Homme ». Ce corps en pièces peut avoir une valeur d’échange spirituel, à l’exemple de la mystique Aleydis de Schaerbeek qui s’immole en échange de bienfaits pour les Grands de la Chrétienté. Ce cas étonnant, ainsi que d’autres, est soumis à notre réflexion par Anne-Laure Méril-Bellini delle Stelle, dans son article « La valeur du corps saint d’après les Vitae des mulieres religiosae des Pays-Bas méridionaux du xiiie siècle ». Ces questions sur le coût du corps induisent naturellement des interrogations sur le prix de l’âme humaine, et plus largement, sur celui de concepts comme la liberté. Ainsi, Rosa Lluch Bramon tente de définir « El precio de la libertad de los remensas (Gerona, siglos xiv-xv) ».

  • 9 Mathieu Solignac, « Évaluer le prix de la vie », Regards croisés sur l’économie, 2009/1, n° 5, p. (...)
  • 10 Marie-Sophie Dupont-Bouchat et Xavier Rousseaux, « Le prix du sang : sang et justice du xivau x (...)
  • 11 Jean Mathiex, « Trafic et prix de l’homme en Méditerrannée aux xviie et xviie siècles », Annales.(...)

4Au final, quel est le prix de la vie humaine9 ? D’abord, du point de vue de la justice, la question du prix du sang versé soulève des pistes de réflexions sur la gestion de la violence faite à autrui et donc de la construction du droit pénal, dans le monde chrétien ou musulman10. Au-delà, l’historien est ramené à la question du prix de l’Homme comme marchandise, dans le cas des esclaves, des prisonniers ou des otages, pour lesquels leur vie est le seul bien négociable. Dans le monde musulman, tout comme dans le monde chrétien, l’humain est un fidèle, donc une âme intouchable, mais l’infidèle est une marchandise vendable. Dans ce dernier cas, quels sont les critères d’achat, quels sont les points d’évaluation de la marchandise ? Depuis la Haute Antiquité jusqu’à la fin de la « piraterie barbaresque » sur les côtes algériennes en 1830, l’Homme fut la valeur d’échange sûre, mais non fixe, sur les côtes méditerranéennes et bien au-delà11. Il imposa une norme de valeur à l’échelle mondiale. Deux dossiers sur cette marchandise humaine, celui de Jean-Christophe Robert, « Vente et rançonnement du butin humain des armées romaines à l’époque des conquêtes » et celui d'Hervé Huntzinger, « Prix des captifs, prix des esclaves : l’estimation du “prix de l’Homme” dans l’Antiquité tardive » enrichissent les réflexions sur ce thème, déjà largement traité, mais que nous pouvons aborder sous un jour nouveau. De fait, l’Homme-butin cristallise les mécanismes économiques précédents. L’estimation de sa valeur économique et marchande résulte de critères de force, d’âge, d’origine, de puissance de travail, de sexe, de qualité du « produit », de marché, de statut social.

  • 12 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, édition et traduction de Robert Latouche, Paris, Les Bell (...)
  • 13 Matthieu Solignac, op. cit. p. 50.

5En définitive, le prix ainsi posé de la vie humaine, du corps, du travail s’avère être un puissant levier de régulation sociale. Grégoire de Tours écrivait que payer le prix des hommes morts apaise12. Les lois barbares voyaient dans l’amende versée pour un crime un moyen de racheter l’amitié. Le prix de l’Homme assure donc une paix sociale. Mais en mettant une valeur à l’Homme, on fige les inégalités, on fixe la hiérarchie sociale – la rançon du prisonnier dépendra de sa qualité –, on maintient les différences – entre Barbares et Romains, par exemple –. Fixer un prix à l’Homme peut être, au final et assez paradoxalement, une garantie de protection, car l’être ayant désormais une valeur établie, la société humaine prévoit des sanctions ou des compensations contre toute atteinte à son intégrité ou à sa vie13.

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre de l’UMR 5136 - FRAMESPA de Toulouse, thématique 4 « Acteurs, sociétés, économies », le groupe de travail JACOV (« De juifs à chrétiens : à l’origine des valeurs ») a organisé, sous la coordination de Sandrine Victor, deux journées d’étude autour du « Prix de l’Homme ». Une première journée, le 3 février 2012, a permis de débuter la réflexion grâce aux communications de Philippe Steiner (sociologue, Paris - Sorbonne), Bruno Dumézil (historien, Paris Ouest Nanterre-La Défense), Pascal Buresi (historien, CNRS) et Valérie Theis (historienne, Paris Est Marne-la-Vallée). Une seconde journée, le 5 février 2013, a prolongé les débats en donnant la parole à des doctorants et jeunes chercheurs du laboratoire FRAMESPA : Jérémy Capmartin, Soizic Croguenec, Youna Masset, Agathe Roby. C’est dans ce cadre qu’Émilie Senmartin a présenté sa communication, publiée dans ce numéro. Un appel à communications sur Calenda a permis de compléter ce dossier.

2 Claude Denjean et Laurent Feller (coords.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge, I- Le besoin d’expertise, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, vol. 139, 2013.

3 Alfred Sauvy, Coût et valeur de la vie humaine, Paris, Hermann, 1977, p. 7.

4 Philippe Steiner, La transplantation d’organes : un commerce nouveau entre les êtres humains, Paris, Gallimard, 2009.

5 Patrice Beck, Philippe Bernardi et Laurent Feller (dirs.), Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, Paris, Picard, 2014.

6 Jacques Rossiaud, « La prostitution dans les villes françaises au xve siècle », Communications, 35, 1982, p. 68-84, et Amours vénales, La prostitution en Occident xiie-xvie siècle, Paris, Flammarion, 2010. Également, Amélie Maugère, Les politiques de la prostitution. Du Moyen Âge au xxie siècle, Paris, Dalloz, 2009.

7 Bruno Dumézil et Michel Rouche (dirs.), Le Bréviaire d’Alaric, aux origines du Code Civil, Paris, Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2008.

8 Frédéric Chauvaud (dir.), Corps saccagés, une histoire des violences corporelles, du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009. Également, Martin Monestier, Les gueules cassées, Paris, Le Cherche Midi, 2009.

9 Mathieu Solignac, « Évaluer le prix de la vie », Regards croisés sur l’économie, 2009/1, n° 5, p. 50-53.

10 Marie-Sophie Dupont-Bouchat et Xavier Rousseaux, « Le prix du sang : sang et justice du xivau xviiie siècle », dans Affaires de sang, Arlette Farge (dir.), Paris, collection Mentalités, Imago, 1988, p. 43-67 ; Pascal Buresi, « Captifs et rachat de captifs. Du miracle à l'institution », Cahiers de civilisation médiévale, 50e année, n° 198, Avril-juin 2007, p. 113-129.

11 Jean Mathiex, « Trafic et prix de l’homme en Méditerrannée aux xviie et xviie siècles », Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, 9e année, n° 2, 1954, p. 157-164.

12 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, édition et traduction de Robert Latouche, Paris, Les Belles Lettres, 1963-1965.

13 Matthieu Solignac, op. cit. p. 50.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Affiche de la Journée d'étude de 2012 « Le prix de l'Homme »
Crédits © Auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Victor, « Introduction au dossier « Le prix de l'Homme » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 17 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/2998

Haut de page

Auteur

Sandrine Victor

Maître de conférences en Histoire Médiévale au CUFR Jean-François Champollion d’Albi. Spécialiste de l’Histoire économique et sociale du secteur de la construction et de l’artisanat au Moyen Âge, elle est rattachée au laboratoire FRAMESPA (UMR 5136), thématique 4 « Acteurs, sociétés, économies ».
sandrine.victor@univ-jfc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org