Navigation – Plan du site
Recensions

Bernard Seiden, Dossier « La couleur des murs, la peau et le fard », Midi-Pyrénées Patrimoine, n° 38, été 2014

Robert Coustet
Référence(s) :

Bernard Seiden, Dossier « La couleur des murs, la peau et le fard », Revue Midi-Pyrénées Patrimoine, n° 38, été 2014.

Texte intégral

1Qui se souvient du temps où les villes étaient noires, encrassées par la patine des âges et de la pollution ? Aujourd’hui, elles ont presque toutes retrouvé la blancheur ou la blondeur de leurs pierres, la fraîcheur de leurs crépis ou les flamboyances de leurs briques. Cette restitution de la couleur d’origine des villes, de leur ton dominant, ne va pas sans poser des problèmes qui sont du même ordre que celui de la restauration des fresques murales assombries par la fumée des cierges ou des tableaux anciens enténébrés par des vernis jaunis et écaillés. Nettoyer c’est d’abord mettre au jour les lacunes, les reprises brutales, les épidermes épaufrés… Dès lors se posent des problèmes de doctrine et de méthodologie et aussi de connaissances proprement historiques aussi bien que de sensibilité et de faisabilité.

2Sous le titre « La couleur des murs, la peau et le fard », le dernier numéro de la revue Midi-Pyrénées Patrimoine consacre une suite d’articles au problème du nettoyage et de la restauration des murs de brique, le cas de Toulouse ayant valeur exemplaire. L’une des questions qui s’est posée à l’occasion des grands chantiers de ravalement toulousains (hôtel d’Assézat) – mais aussi montalbanais (place Nationale) ou albigeois (cathédrale) – est celui de l’unité chromatique. Des murs roses, certes, mais quel(s) rose(s) ? La mise à nu de la brique révèle bien des nuances. Et que faire des enduits ? Quel est leur bien-fondé historique et y a-t-il des cas où il serait légitime de les conserver ? Il y eut des effets de mode qui permettent aujourd’hui aux restaurateurs de se réclamer hâtivement de l’histoire alors même qu’ils en méconnaissent les arcanes. De ce point de vue, l’étude que consacre le professeur Tollon à l’hôtel d’Assézat, à la grand place de Montauban et aux avatars de leurs restaurations devrait être méditée par tous ceux qui ont en charge des chantiers de réhabilitation d’immeubles anciens classés ou non parmi les monuments historiques. Documents d’archives à l’appui (les marchés de constructions sont des sources irremplaçables et irréfutables), il montre les variations des goûts et des pratiques. Jusqu’au xviie siècle l’alternance brique-pierre issue de l’héritage romain a été la règle ; lorsque la brique s’impose seule, elle n’est pas soumise pour autant à un traitement uniforme : variable en dimensions, en dureté, en couleurs, elle est disposée en assises horizontales ou en arêtes de poisson et assemblée à joints coupés ou carrés. Tout restaurateur responsable devrait donc s’appuyer sur un dossier historique sérieux avant de prendre des options qui relèvent trop souvent de la fantaisie ou du caprice.

3L’un des problèmes les plus complexes reste celui des enduits et des crépis. L’article de Nicolas Meynen montre d’ailleurs que le débat entre brique apparente (et donc rose) et brique enduite façon pierre (et donc blanche) a été permanent depuis le xviiie siècle. En 1783, un arrêté municipal imposa même le blanchiment des murs afin qu’ils fussent « plus clairs et plus agréables » et aussi plus sains. Pour les immeubles haussmanniens des rues de Metz et Alsace-Lorraine, la brique blanche fut privilégiée en dépit de son coût élevé et, en 1907 encore, l’architecte Paul Bonamy dressa à l’angle de la rue Ozenne un riche immeuble agressivement « parisien » d’une éclatante blancheur. Dès lors, on comprend que les surnoms de Toulouse « ville rose » ou « ville rouge » aient pu, à bon droit, être contestés voire réfutés. C’est ce que rappelle Luce Barlangue qui étudie avec soin l’origine et la fortune critique de ces appellations. Loin d’être immémoriales, elles ne se sont imposées que tardivement à des fins poétiques d’abord au xixe siècle tardif, puis touristiques au xxe siècle. Depuis, elles ont acquis une valeur identitaire consensuelle qui conditionne désormais les restaurations : la Toulouse réelle doit approcher au plus près de la Toulouse mythique. Les institutions officielles chargées de la protection et de la valorisation du patrimoine ont fait leur cette doctrine ; non seulement elles prônent la mise à jour de la peau initiale mais elles font élaborer des chartes de couleurs (Isabelle Boisseaud) qui dressent une palette régionale des matériaux, autant dire que l’on en arrive à règlementer les nuances… Quoi qu’il en soit, ce dossier propose à travers le cas du Toulousain et plus largement de l’architecture de briques une réflexion sur les difficiles questions qui se posent à l’occasion des campagnes de ravalement qui sous nos yeux transforment la couleur de nos villes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Coustet, « Bernard Seiden, Dossier « La couleur des murs, la peau et le fard », Midi-Pyrénées Patrimoine, n° 38, été 2014 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 17 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/2988

Haut de page

Auteur

Robert Coustet

Professeur honoraire d'histoire de l'art contemporain, a travaillé sur l'art et l'urbanisme, en Aquitaine surtout, aux XIXe et XXe siècles.
robert.coustet@dbmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org