Navigation – Plan du site
Compte-rendu

L’exposition « Un siècle d’art en Haute-Garonne (1880-1980) » au château de Laréole (18 mai-28 septembre 2014), Conseil Général de Haute-Garonne

Coralie Machabert

Texte intégral

  • 1 « Cent ans de peinture toulousaine dans les collections privées » du samedi 7 au dimanche 15 avri (...)

1Le 17 mai dernier, l’exposition « Un siècle d’art en Haute-Garonne (1880-1980) » s’ouvrait au château de Laréole. Situé à une cinquantaine de kilomètres de Toulouse, l’édifice du xvie siècle est inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques depuis 1927. L’œuvre de l’architecte Dominique Bachelier présente une façade alternant briques et pierres. Le lieu est devenu, en 1984, propriété du Conseil Général de la Haute-Garonne qui y organise régulièrement des manifestations culturelles. Ainsi, dans ce cadre exceptionnel, durant l’été 2012, le peintre Raoul Bergougnan était à l’honneur. L’exposition actuelle, inaugurée par le président Pierre Izard, s’est concrétisée grâce à la détermination de Pierre Cadars et le soutien de Claude Juskiewenski. Le département n’avait jamais connu de rétrospective d’une telle envergure, malgré quelques initiatives sporadiques. En 1984, l’hôtel des ventes Saint-Georges accueillait brièvement « Cent ans de peinture toulousaine dans les collections privées »1. Depuis plusieurs décennies, les Olivétains, à Saint-Bertrand-de-Comminges, également soutenus par le Conseil Général, présentent fréquemment des expositions monographiques : Fauché, Guérin, Thon…

  • 2 Pierre Izard, Un Siècle d’art en Haute-Garonne (1880-1980), Toulouse, Conseil Général de la Haute (...)

2« Un siècle d’art en Haute-Garonne » propose un panorama riche et inédit grâce aux prêts généreux de collectionneurs. Entièrement constitué d’œuvres issues de fonds privés, l’organisation d’un tel événement était une véritable gageure. Financé intégralement par le Conseil Général et accessible gratuitement, il offre au public l’occasion de (re)découvrir l’activité artistique de la région. La volonté de Pierre Izard, précisée dans la préface du catalogue, est que cette exposition permette « d’assister au réveil de ces belles endormies que sont ces œuvres d’art trop longtemps oubliées2 ». Effectivement, ces artistes, bien que présents dans les collections publiques toulousaines et régionales abondamment dotées  notamment grâce à l’action des conservateurs Paul Mesplé et Denis Milhau au musée des Augustins  ne sont guère montrés aux visiteurs.

  • 3 Pierre Cadars, Un Siècle d’art en Haute-Garonne (1880-1980), Toulouse, Conseil Général de la Haute (...)
  • 4 Ibid, p. 9.

3Au château de Laréole, l’accrochage regroupe environ cent cinquante œuvres. Il est majoritairement composé de peintures, mais les sculptures et les arts décoratifs ne sont pas négligés. Soixante et un noms ont été sélectionnés. Pierre Cadars, justifiant ainsi l’absence de quelques-uns, précise qu’il s’agit d’« artistes, décédés aujourd’hui, qui ont longtemps vécu et travaillé dans la Haute-Garonne, ou qui lorsqu’ils s’en étaient éloignés, conservaient avec elle des attaches fortes3 ». Un autre choix a nécessairement été opéré pour la détermination des bornes temporelles : 1880 et 1980. L’auteur annonce qu’elles ne s’expliquent par aucun événement spécifique mais qu’elles circonscrivent « une période pas très éloignée de nous et qui pourtant demande déjà à être sortie de l’oubli qui la guette4 ». Le parcours, chronologique, donne une lisibilité plus claire au visiteur. Trois périodes se dessinent, reprises dans le catalogue : la Belle Époque, l’entre-deux-guerres, puis l’après-guerre.

  • 5 Henri Martin (1860-1943), Portrait (sœur du peintre), h/t, 44x34 cm, vers 1900 ; Benjamin-Constan (...)
  • 6 Albert Regagnon (1874-1961), Le Brocanteur, h/t, 90x110 cm, 1896.

4La fin du xixe siècle et le début du xxe furent également une « Belle Époque » pour l’art haut-garonnais. La progression de l’exposition débute ainsi par des œuvres de la grande « école toulousaine » reconnue nationalement et largement plébiscitée par la République. Ses artistes ont fait la renommée de Toulouse durant cette période. Parmi eux se trouvent des lauréats du prix de Rome, comme les sculpteurs Alexandre Falguière ou Antonin Mercié, qui ont participé au décor somptueux dont la salle des Illustres du Capitole se pare alors. Les peintres sollicités pour cet embellissement de l’hôtel de ville sont également exposés. La touche divisée caractéristique d’Henri Martin est manifeste dans Portrait (sœur du peintre). Citons encore L’Orientale de Benjamin-Constant, de 1887, mais aussi le Vieux savant, à l’atmosphère monacale et au style classique, du peintre d’histoire Jean-Paul Laurens5. Tous formés à l’école des Beaux-Arts de la ville, ils ont poursuivi leur parcours à Paris et s’inscrivent dans un académisme promu notamment par le Salon des artistes français, auquel ils sont assidus. André Lupiac incarne le versant le plus académique avec une Scène mythologique. Dans cette même partie sont présentés des paysages de Paul Costes ou de Georges Castex. La rigueur du dessin d’Albert Regagnon est révélée dans le Brocanteur,de 1896, ou Vue de campagne6.

5Durant l’entre-deux-guerres, pourtant, l’heure n’est plus au rayonnement artistique pour Toulouse qui s’installe durablement dans un repli régional largement alimenté par les salons locaux. Comme le note Luce Barlangue :

  • 7 Luce Rivet-Barlangue, La Vie artistique à Toulouse 1888-1939, thèse de doctorat d’histoire de l’a (...)

Après la guerre nul ne fut tenté par l’un quelconque des mouvements de l’art engageant à une rupture : cubisme, abstraction, surréalisme… occultation totale des institutions, des expositions officialisées tels les « Méridionaux » ou les « Occitans », des galeries, des collectionneurs7...

  • 8 Maurice Alet, 46e Salon des Artistes Méridionaux, Toulouse, SAM, 1955, p. 19.
  • 9 Ibid.
  • 10 Édouard Bouillière (1900-1967), Le Dôme de la Grave, gouache, 53x64 cm, s.d. ; Le Pont Neuf sous (...)
  • 11 Expression employée par Robert Aribaut dans La Peinture à Toulouse en 1964, Toulouse, l’Atelier, (...)
  • 12 Raoul Bergougnan (1900-1982), Labastide-du-Vert, h/t, 46x56 cm, 1942.

6Nous pouvons ainsi découvrir les scènes animalières d’Hélène Rivière et les coutumiers paysages de Joseph Bergès, Paul Ramond, Abel Azaïs, tous membres de la Société des Artistes Méridionaux. Son salon, né en 1905, qui avait pour volonté de « réagir contre l’académisme8 » en montrant « des œuvres personnelles et originales, surtout méridionales9 » s’est finalement installé dans un cadre conventionnel répondant au goût des collectionneurs. Ce temps des salons, devenus traditionnels et revendiquant une spécificité méridionale, est largement traduit ici par une iconographie régionale abondante, scènes rurales, paysages du Lauragais et architecture de la ville rose. Édouard Bouillière est particulièrement connu pour ces représentations, nous pouvons ainsi observer entre autres Le Dôme de la Grave ou Le Pont Neuf sous la neige10. Le travail de la « génération des maîtres11 » qui forma pour beaucoup, à l’école des Beaux-Arts, celle d’après-guerre, est figuré par les dessins de Maurice Mélat, ou une Nature morte (poivrons et champignons) de Raymond Espinasse. Signalons pour le même groupe, les œuvres de Raoul Bergougnan dont la palette chromatique spécifique est parfaitement décelable dans Labastide-du-Vert et L’Ancien pont de l’école vétérinaire à Toulouse12.

7Au détour d’une salle, le public peut observer des pièces de mobilier réalisées, notamment, par André Arbus. Au gré de sa visite, il reconnaît quelques rondes-bosses des principaux sculpteurs de l’époque : Sylvestre Clerc, Joseph Andrau, Henry Parayre, Joseph Monin, sans omettre les terres cuites produites par l’atelier Giscard.

8Le passage à la période suivante s’effectue, avant la traversée de la coursive, par un long couloir dans lequel sont installées plusieurs vitrines. Des cartons d’expositions, des catalogues et des photographies y sont disposés. Ils évoquent les manifestations qui ont jalonné la période et créé une émulation.

9En effet, après la Libération et une période de transition, une nouvelle dynamique se met en place, portée par de jeunes artistes autour d’expositions événements qui ouvrent la voie à la modernité. Cette génération émergente, consciente du décalage apparent entre l’art de la capitale et la production en région, tend à concrétiser une décentralisation latente depuis plusieurs décennies, ainsi que l’explique le catalogue du ive salon Art Présent rappelé au visiteur sur un cartel :

  • 13 Quatrième salon Art Présent, Toulouse, impr. Du Viguier, 1962.

Il est sans doute temps que la Province se découvre, c’est-à-dire qu’elle comprenne que les mots « Province » et « artistes provinciaux » appartiennent à une langue morte qui, de nos jours, n’a plus guère de sens13.

  • 14 Robert Thon (1929-2002), L’Écho des parfums, technique mixte, 81x54 cm, s.d. ; Renée Aspe (1922-1 (...)
  • 15 Jean Hugon (1919-1990), Magasins la nuit, h/t, 35x27 cm, s.d. ; Jacques Yankel (1920-2004), Compo (...)
  • 16 Charles-Pierre Bru (1913-1998), Composition abstraite, gouache sur papier, 50x65 cm, s.d.

10Sur les murs du château, les univers se croisent alors. L’onirisme des poupées de Robert Thon, dans L’Écho des parfums ou La Pendaison de la poupée, côtoie les paysages diaprés de Renée Aspe : Église, Marché à Saint-Paul-de-Vence, ou ses portraits14. Le groupe du Chariot, né après-guerre, fédérant sept amis aux prémices de leur carrière, occupe également une place de choix grâce aux œuvres de Jean Hugon, Magasins la nuit, Jacques Yankel, Composition abstraite, et Christian Schmidt, Marotte ou Voilier, Rocher de Gibraltar15. Ce dernier, peintre, mais également directeur du centre culturel municipal à sa création, fut un des acteurs majeurs de l’ouverture de la ville de Toulouse dans les années soixante. Les dernières salles confrontent inévitablement les tenants de la figuration à ceux de l’abstraction. Les premiers, dans des manières très différentes, se focalisent sur le travail plastique, celui de l’équilibre de la composition, souvent rythmée par des couleurs puissantes et des formes simplifiées. Le sujet, bien que toujours présent, en devient secondaire. Des éléments de modernité sont ainsi introduits avec parcimonie et distillés dans des acquis plus traditionnels. Les abstraits sont représentés dans la dernière salle de l’exposition par Pierre Igon, par le Bordelais Marcel Pistre, par André Marfaing ou Jacques Fauché. Charles-Pierre Bru est l’auteur d’une toile typique de l’abstraction géométrique : Composition abstraite16. Théoricien, il est surtout un des organisateurs actifs de rendez-vous fondateurs pour cette nouvelle mouvance. « Rencontres 1954 » ou encore les salons « Art Présent », quelques années plus tard, ont contribué à extraire Toulouse de son attentisme culturel. Il explique :

  • 17 Charles-Pierre Bru, « À propos d’un vernissage ‘Rencontres 1954’ », La Dépêche du Midi, 18 mars 1 (...)

Il est important […] de permettre aux tentatives actuelles des jeunes provinciaux de se manifester et de se manifester en province même, sous peine de voir ces artistes renoncer à leurs ambitions légitimes, ou aller chercher ailleurs ce qu’ils désespèrent de trouver chez eux17.

  • 18 Terme employé par les critiques d’art, il apparaît notamment dans La Dépêche du Midi, sous la plu (...)
  • 19 Carlos Pradal (1932-1988), Chou, h/t, 65x54 cm, 1976 ; Le Massé, h/t, 119x59 cm, 1980 ; Félix Den (...)

11Cependant, les inclinations vers la modernité sont difficilement reçues, les « audaces18 » trop affirmées sont parfois dénoncées dans la presse régionale. Ces recherches peinent alors à s’imposer et ceux qui s’y engagent quittent la région pour faire carrière à Paris comme le plus célèbre d’entre eux, André Marfaing. Mais nombreux sont les artistes qui oscillent entre figuration et non-figuration, Carlos Pradal est de ceux-là, il est d’ailleurs significativement entouré d’abstraits avec, notamment, un tableau intitulé Chou, tandis que Le Massé voisine avec une grande Composition abstraite signée Félix Denax19.

12Ces artistes ont bénéficié d’une diffusion substantielle à Toulouse touchant un large public de collectionneurs, comme en témoigne cette exposition. Néanmoins, rares sont ceux dont la reconnaissance dépasse les frontières locales. Cette exposition, qui se clôture le 28 septembre, traduit un goût dominant chez les amateurs. L’ensemble dépeint une vie artistique variée façonnant une production hétérogène. « Un siècle d’art en Haute-Garonne (1880-1980) » soumet au spectateur aussi bien des œuvres classiques que d’autres plus singulières, mais parfaitement inscrites dans la « norme » qui constitue, au-delà de la « centralité » parisienne, la très large majorité de la production artistique du pays à cette période.

Haut de page

Notes

1 « Cent ans de peinture toulousaine dans les collections privées » du samedi 7 au dimanche 15 avril 1984, hôtel des ventes Saint-Georges, Rotary Club de Toulouse.

2 Pierre Izard, Un Siècle d’art en Haute-Garonne (1880-1980), Toulouse, Conseil Général de la Haute-Garonne, 2014, p. 3.

3 Pierre Cadars, Un Siècle d’art en Haute-Garonne (1880-1980), Toulouse, Conseil Général de la Haute-Garonne, p. 6.

4 Ibid, p. 9.

5 Henri Martin (1860-1943), Portrait (sœur du peintre), h/t, 44x34 cm, vers 1900 ; Benjamin-Constant (1845-1902), L’Orientale, h/t, 58x42 cm, 1887 ; Jean-Paul Laurens (1838-1921), Vieux savant, h/t, 60x50 cm, s.d.

6 Albert Regagnon (1874-1961), Le Brocanteur, h/t, 90x110 cm, 1896.

7 Luce Rivet-Barlangue, La Vie artistique à Toulouse 1888-1939, thèse de doctorat d’histoire de l’art sous la direction d’Yves Bruand, Toulouse, UTM, 1989, p. 581.

8 Maurice Alet, 46e Salon des Artistes Méridionaux, Toulouse, SAM, 1955, p. 19.

9 Ibid.

10 Édouard Bouillière (1900-1967), Le Dôme de la Grave, gouache, 53x64 cm, s.d. ; Le Pont Neuf sous la neige, gouache, 38x55 cm, s.d.

11 Expression employée par Robert Aribaut dans La Peinture à Toulouse en 1964, Toulouse, l’Atelier, 1964.

12 Raoul Bergougnan (1900-1982), Labastide-du-Vert, h/t, 46x56 cm, 1942.

13 Quatrième salon Art Présent, Toulouse, impr. Du Viguier, 1962.

14 Robert Thon (1929-2002), L’Écho des parfums, technique mixte, 81x54 cm, s.d. ; Renée Aspe (1922-1969), Marché à Saint-Paul-de-Vence, gouache, 53x75 cm, 1944.

15 Jean Hugon (1919-1990), Magasins la nuit, h/t, 35x27 cm, s.d. ; Jacques Yankel (1920-2004), Composition abstraite, h/t, 60x50 cm, s.d. ; Christian Schmidt (1919-2003), Marotte, h/t, 100x100 cm, s.d. ; Voilier, Rocher de Gibraltar, h/t, 50x60 cm, s.d.

16 Charles-Pierre Bru (1913-1998), Composition abstraite, gouache sur papier, 50x65 cm, s.d.

17 Charles-Pierre Bru, « À propos d’un vernissage ‘Rencontres 1954’ », La Dépêche du Midi, 18 mars 1954, p. 7.

18 Terme employé par les critiques d’art, il apparaît notamment dans La Dépêche du Midi, sous la plume de Maurice Becq, le 30 octobre 1953, le 2 mars 1954, le 27 octobre 1954, le 25 octobre 1958.

19 Carlos Pradal (1932-1988), Chou, h/t, 65x54 cm, 1976 ; Le Massé, h/t, 119x59 cm, 1980 ; Félix Denax (1936-1999), Composition abstraite, h/t, 150x150 cm, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coralie Machabert, « L’exposition « Un siècle d’art en Haute-Garonne (1880-1980) » au château de Laréole (18 mai-28 septembre 2014), Conseil Général de Haute-Garonne », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 16 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/2958

Haut de page

Auteur

Coralie Machabert

Doctorante en Histoire de l’art contemporain, Université Toulouse II-Jean Jaurès, FRAMESPA, UMR 5136. Sujet de thèse : « La vie artistique à Toulouse de 1939 à la fin des années soixante », sous la direction de Madame Luce Barlangue.
coralie.machabert@neuf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org