Navigation – Plan du site
Varia

Un siècle d'étude de la mémoire : les hommes et les idées

Synthèse de la communication présentée au séminaire « Mémoire cognitive, histoire et historiens », Jack Thomas (coord.), FRAMESPA, Toulouse, 24 janvier 2014
A Century of Study of Memory: Men and Ideas
Un siglo de estudios sobre la memoria: hombres e ideas
Serge Nicolas

Résumés

L’histoire de la psychologie scientifique de la mémoire a été marquée par deux âges d’or : la fin du XIXe siècle et la fin du XXe siècle. L’article dresse un panorama de la recherche scientifique en psychologie sur la mémoire depuis plus d’un siècle. Cette présentation souligne l’importance des grands personnages et des grands courants qui ont marqué l’histoire de la recherche dans ce domaine.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Binet, Ebbinghaus, historia, memoria, Ribot
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est le reflet de la communication faite à Toulouse, au séminaire du laboratoire FRAME (...)

1L’histoire de la psychologie scientifique de la mémoire a été marquée par deux âges d’or : la fin du xixe siècle et la fin du xxe siècle. L’objectif est ici de dresser un panorama de la recherche scientifique en psychologie sur la mémoire depuis plus d’un siècle. Cette présentation nécessairement rapide aura l’intérêt de souligner l’importance des grands personnages et les grands courants qui ont marqué l’histoire de la recherche dans ce domaine1.

1- L’approche pathologique de Ribot et son influence

  • 2 Serge Nicolas, David J. Murray, « Théodule Ribot (1839-1916), Founder of French Psychology: A Bio (...)

2Philosophe de formation, Théodule Ribot (1839-1916)2 va développer en France l’orientation psychopathologique de la psychologie française. L’idée défendue par la psychologie de l’époque était que les fonctions mentales ont évolué au cours du développement des espèces, et que, chez l’homme lui-même, elles évoluent au cours de la vie. Pour Ribot, la maladie fournit un moyen d’étudier les fonctions mentales à un état antérieur, car elle conduit à une évolution à rebours, à une involution, à une régression des fonctions mentales et permet donc de découvrir les mécanismes de leur genèse.

  • 3 Serge Nicolas, La mémoire et ses maladies selon Théodule Ribot (1881), Paris, L’Harmattan, 2002.
  • 4 Théodule Ribot, Les maladies de la mémoire, Paris, Baillière, 1881.
  • 5 Serge Nicolas, « La loi de Ribot : l'application de la doctrine évolutionniste à l'étude neuropsy (...)

3Le premier ouvrage original de Ribot qui s’appuie sur cette méthode date de 1881 et porte sur la mémoire3. Le titre de l’ouvrage de Ribot, Les maladies de la mémoire4, est trompeur. Ce qui intéresse Ribot, c’est le fonctionnement normal de la mémoire. Il n’est ni médecin, ni psychiatre, mais philosophe. Cependant, il va se baser sur les descriptions publiées par les médecins de son époque pour comprendre la mémoire humaine et son fonctionnement. Il montre d’abord que la mémoire résulte d'un progrès de développement par lequel l'instinct (mémoire organisée et inconsciente), se compliquant de plus en plus, se perd finalement dans des formes plus élevées d'action psychique (mémoire consciente). Pour lui, la véritable mémoire a une assise biologique. La mémoire, telle qu’on l’entend couramment, telle qu’elle apparaît avec les souvenirs conscients ou lors de narrations, n’est qu’un cas particulier de la mémoire, le plus élevé, le plus complexe. Elle est le dernier terme d’une longue évolution. Ainsi, dans la mémoire, il existe un continuum qui va de la mémoire-habitude (mémoire des actions) pleinement ancrée dans l’organisme à la mémoire psychique (mémoire des représentations) qui implique la conscience d’une reconnaissance et qui a une assise biologique plus fragile. Ribot va montrer que la destruction progressive de la mémoire, avec la démence ou les traumatismes, suit une loi, dite « loi de Ribot5 ». Elle descend progressivement de l’instable au stable. Elle commence par les souvenirs récents (mémoire psychique) et finit par la destruction des habitudes elles-mêmes (mémoire biologique).

4Son livre va avoir une influence considérable en France et à l’étranger en neurologie et en psychologie. Mais, à la même époque, une autre orientation de la recherche sur la mémoire s’était imposée en psychologie : l’approche expérimentale.

2- L’approche expérimentale d’Ebbinghaus et son influence

  • 6 Serge Nicolas, « Hermann Ebbinghaus (1850-1909) », Swiss Journal of Psychology, n° 53, 1994, p. 5 (...)
  • 7 Hermann Ebbinghaus, Über das Gedächtnis. Untersuchungen zur experimentellen Psychologie, Leipzig, (...)
  • 8 Pour une traduction française, voir Hermann Ebbinghaus, Sur la mémoire : une étude de psychologie (...)
  • 9 Serge Nicolas, « Hermann Ebbinghaus et l'étude expérimentale de la mémoire humaine », L'Année Psy (...)
  • 10 Serge Nicolas, « La mesure de la mémoire », Cerveau et Psycho, n° 16, 2006, p. 82-85.
  • 11 Joseph Jacobs, « Experiments on “prehension” », Mind, n° 12, 1887, p. 75-79.

5C’est Hermann Ebbinghaus (1850-1909)6 qui va inaugurer l’approche expérimentale en psychologie de la mémoire en publiant un livre sur le sujet en 18857, aujourd’hui traduit en français8. On trouve dans ce livre toute une série d’expérimentations réalisées sur lui-même portant sur le thème de l’apprentissage (effet de la longueur des séries, du nombre de répétitions, de l’espacement des répétitions, etc.) et de l’oubli dont il donne une formalisation mathématique9. Ayant voulu mesurer la mémoire pure, à la fois dans ses aspects conscients et inconscients, Ebbinghaus va privilégier l’utilisation d’un matériel d’étude composé de séries de syllabes sans signification et utiliser une mesure de la mémoire basée sur le gain en temps ou en nombre d’essais lors du réapprentissage de ce matériel10. Le xixe siècle était en quête de preuves scientifiques, et c'est en ce sens que les travaux scientifiques d’Ebbinghaus acquirent très vite une renommée internationale. La force de l'œuvre d’Ebbinghaus est surtout d'avoir suscité des recherches dans le domaine de l'étude expérimentale de la mémoire. L’exemple le plus frappant est la recherche du psychologue anglais Joseph Jacobs (1887)11 sur la mesure de ce qu’il a appelé l’empan mnésique.

6Dans les années qui ont suivi la publication des travaux d’Ebbinghaus, le problème de la fréquence des répétitions et de leur forme (massé/distribué) a reçu l'attention de nombreux chercheurs intéressés par l'étude expérimentale de l'apprentissage et de la mémoire. Ebbinghaus avait privilégié l’étude de la mémoire globale, à la fois consciente et inconsciente, et pour cela il avait utilisé une mesure de la mémoire basée sur la méthode de réapprentissage. Mais les psychologues étaient aussi soucieux à l’époque d’applications pédagogiques et sociales. C’est ainsi que les méthodes de rappel et de reconnaissance prirent rapidement le pas sur la méthode de réapprentissage.

3- L’approche innovante de Binet

  • 12 Serge Nicolas, Zachary Levine, « Beyond Intelligence Testing: Remembering Alfred Binet after a Ce (...)
  • 13 Serge Nicolas, « La mémoire dans l'œuvre d'Alfred Binet, L'Année Psychologique, n° 94, 1994, p. 2 (...)

7C’est au psychologue Alfred Binet (1857-1911)12 à qui l’on doit des travaux sur la mémoire qui ont marqué une époque. Binet est connu pour avoir élaboré le premier test d’intelligence, mais on a eu tendance à oublier son apport à la psychologie de la mémoire13. Binet est en effet un pionnier dans plusieurs domaines de recherche sur la mémoire : l’influence de l’expertise, l’influence de la suggestion et la fondation d’une psychologie du témoignage.

3a- Mémoire et expertise

  • 14 Alfred Binet, Psychologie des grands calculateurs et joueurs d’échecs, Paris, Hachette, 1894.
  • 15 Id.

8Lorsque Binet rejoint le laboratoire de psychologie de la Sorbonne en 1891, il a l’opportunité d’étudier en 1892 un des plus célèbres calculateurs mentaux professionnels de l’époque, nommé Jacques Inaudi (1867-1950), dont il va faire l’étude psychologique14. Ce calculateur a la capacité de réaliser mentalement avec une extraordinaire rapidité des calculs arithmétiques complexes. Binet montre avec l’aide de Charcot que ce calculateur n’est pas un visuel, mais un auditif ; il ne visualise pas les chiffres, mais il opère sur des sons. De plus, les extraordinaires capacités de calcul qu’il possède reposent sur une mémoire pour les chiffres très développée : il a un empan de près de 50 chiffres alors que la moyenne se situe autour de 7 chiffres chez tout un chacun. Enfin, Binet montre expérimentalement que les capacités de calcul d’Inaudi reposent aussi sur une grande puissance d’attention-concentration. Il aura par la suite l’opportunité d’étudier d’autres calculateurs et d’autres experts se servant de leur mémoire, comme les joueurs d’échecs qui jouent sans voir l’échiquier15. Binet sera l’initiateur des travaux dans le domaine de la mémoire experte.

3b- Mémoire et suggestibilité

  • 16 Alfred Binet, Victor Henri, « De la suggestibilité naturelle chez les enfants », Revue philosophi (...)
  • 17 Serge Nicolas, Thérèse Collins, Yannick Gounden, Henry L. Roediger III, « The Influence of Sugges (...)

9C’est à partir de l’année scolaire 1892-1893 que Binet va inaugurer ses recherches sur la mémoire dans les écoles élémentaires de Paris. Influencé par ses études sur les calculateurs mentaux, Binet, avec l’aide de son élève Victor Henri, effectue toute une série d’expériences novatrices sur la mémoire visuelle et l’influence de la suggestibilité sur les performances mnésiques chez les enfants scolarisés. Binet et Henri (1894)16 ont étudié le souvenir d’enfants âgés de 7 à 13 ans pour une ligne d’une longueur donnée (16 mm, 40 mm, ou 68 mm) étudiée pendant 5 secondes. On demandait par la suite aux enfants de la reconnaître au sein d’une série de lignes disposées par ordre de grandeur (allant de 1 mm à 72 mm). Dans les diverses expériences réalisées, la suggestion était dirigée de manière à troubler cet acte de mémoire. Plusieurs types de suggestion (directe, indirecte et collective) seront utilisés (voir Nicolas, Collins, Gounden, Roediger, 2011)17. Les résultats vont montrer par exemple que sous l’influence d’une « suggestion directe » de l’expérimentateur (« N’est-ce pas la ligne d’à côté ? »), la majorité des enfants abandonne la ligne d’abord désignée et en choisit une autre ; que sous l’influence d’une suggestion collective (plusieurs enfants étaient placés face aux tableaux contenant les lignes durant le test de reconnaissance) des influences de groupes sont apparues. Les recherches de Binet et Henri (1894) seront reprises par Solomon Asch (1907-1996), sur la conformité en psychologie sociale, sans que ne soient cités les travaux de Binet et Henri.

3c- Transformations de la mémoire des images

  • 18 Jean Philippe, « Sur les transformations de nos images mentales », Revue philosophique de la Fran (...)

10Jean Philippe était le chef de travaux de Binet au laboratoire de la Sorbonne. Il a présenté les résultats de quelques expériences18 sur les transformations que subissent, à notre insu, certaines images mentales que nous avons l'habitude de considérer comme des souvenirs précis et fixes. L'expérience imaginée par Philippe, certainement sous la direction de Binet, consistait à présenter des objets à des sujets qui devaient ensuite les dessiner. On leur demandait, quelques jours après, puis quelques semaines plus tard, de reproduire de mémoire l’objet perçu lors de la première séance. Philippe constata alors des différences caractérisant les séries successives de dessins. L'image avait donc varié.

  • 19 Frederic C. Bartlett, Remembering. A Study in Experimental and Social Psychology, Cambridge, Camb (...)

11Les résultats montrent que les transformations d’images observées se rencontrent chez tous les sujets : elles semblent cependant d'autant plus apparentes que l'image est plus complexe, et paraissent se faire en trois directions différentes. 1) Tantôt l'image tend à disparaître par confusion ou abstraction (disparition de l’image) ; 2) tantôt, au contraire, elle se précise, mais en prenant une autre forme (transformation de l’image) ; 3) tantôt, enfin, elle se rapproche peu à peu du type général qui représente le groupe dont elle fait partie (généralisation de l’image). Ce ne sont pas seulement nos images mentales qui se transforment : le même fait a lieu pour nos souvenirs. Par une constante application de la loi d'économie, les détails inutiles tombent et disparaissent. Les travaux de Philippe vont grandement intéresser Frederic Bartlett (1886-1969), vingt ans plus tard19.

3d- Psychologie du témoignage

  • 20 Alfred Binet, La suggestibilité, Paris, Schleicher, 1900.

12En 1900, Binet publie un ouvrage20 sur la suggestibilité où il se présente comme le fondateur de la psychologie du témoignage. Il écrit : « Pendant que je faisais ce travail, j’ai presque constamment adopté le point de vue du juge d'instruction » (p. 245).

13La procédure expérimentale inventée par Binet consistait à demander à des participants d’observer pendant une dizaine de secondes 6 objets fixés sur un carton (une pièce, un bouton, un timbre, un ticket, une photographie, et l’image d’une manifestation). Après avoir étudié le poster, il était demandé aux participants soit de répondre à une série de questions portant sur les détails des objets, soit simplement de dire ce dont ils se souvenaient à propos des objets présentés. C’est dans cette dernière condition de rappel spontané que les résultats ont été les plus faibles, mais c’est là aussi où le moins d’erreurs ont été observées. Dans la condition où des questions leurs sont posées, il s’avère que la forme de la question a eu une influence importante sur la mémoire des participants. Par exemple, dans l’épreuve de mémoire forcée avec suggestion forte, Binet attire l’attention sur un fait inexact concernant l’image antérieurement présentée. Les erreurs commises par les élèves ont ce caractère singulier : elles ont la précision de détails des souvenirs exacts. Toutes les observations montrent qu’un souvenir peut être précis, quoiqu’entièrement faux. Si l’on veut avoir le maximum de vérité dans un témoignage d'enfant, « ne lui posez pas de questions, évitez même les questions qui sont pures de toute suggestion précise, mais dites-lui d'écrire tout ce qu'il se rappelle, et laissez-le en tête-à-tête avec son papier » (p. 294). C’est Wilhelm Stern (1871-1938), un ancien étudiant d’Hermann Ebbinghaus (1850-1909), qui développera les travaux de Binet en Allemagne. Contrairement à Binet, il sera capable d’intéresser l’université et la justice à la question du témoignage.

4- Behaviorisme et mémoire

  • 21 Guy Tiberghien, Pierre Lecocq, Rappel et reconnaissance, Lille, Presses Universitaires de Lille, (...)
  • 22 John Watson, Behaviorism, New York, Norton & Co, 1925 (trad. fr. : Le béhaviorisme, Paris, Centre (...)

14La première période d’or d’étude de la mémoire a été marquée : 1) par un engouement sans précédent pour les études expérimentales sur la mémoire, en France et à l’étranger ; 2) par l’absence de communication entre les médecins et les psychologues ; 3) par l’absence de modélisation de la mémoire humaine. Principalement pour des raisons pragmatiques, éducatives et sociales, les psychologues du tournant du xxe siècle avaient surtout développé deux méthodes d’étude de la mémoire : le rappel et la reconnaissance21. Ils ont ainsi implicitement renforcé l’assimilation conceptuelle entre la mémoire et le souvenir conscient. Parce que le souvenir était associé aux études introspectives, les béhavioristes américains et, en particulier, le fondateur de leur groupe, John Broadus Watson (1878-1958), ont de fait soigneusement évité d’utiliser le mot22, mais ont cependant étudié la mémoire (prise au sens large) à travers la notion d'apprentissage. Ainsi, la mémoire transparaissait implicitement dans l’étude du conditionnement (forme élémentaire d'apprentissage) et des effets d'interférence (proactive et rétroactive).

15Peu de recherches ont été réalisées sur le thème de la mémoire durant cette période, si l’on excepte les travaux expérimentaux de l’école gestaltiste allemande et de l’école anglaise de Cambridge. Ce sont d’ailleurs les travaux de Sir Frederic Bartlett, réalisés entre 1916 et 1932, qui furent les plus novateurs dans ce domaine. Bartlett (1932) va montrer, sur la base des études de Binet et de Philippe, que l’inexactitude de la mémoire est la règle et non l’exception. Ainsi, il affirme que le souvenir n’est pas une simple reproduction passive ni un simple retour d’une expérience antérieure (théorie de la trace), mais qu’il est une (re)construction imaginative active élaborée sur la base de réactions passées ou d’expériences passées structurées sous forme de schémas (théorie des schémas). Mais ce genre de travaux n’aura aucun impact à cette époque ; ils seront néanmoins « redécouverts » au cours des années 1980-1990.

  • 23 Serge Nicolas, Histoire de la psychologie, Paris, Dunod, 2013 ; Serge Nicolas, Ludovic Ferrand, H (...)

16Avec le béhaviorisme23, la psychologie s’était affirmée comme la science du comportement privilégiant les formes d'association S-R (Stimulus-Réponse) comme base des lois de l'apprentissage, et valorisant les déterminants périphériques du comportement au détriment des processus centraux. Cette psychologie n’envisageait pas l’étude des mécanismes internes qui permettent le passage de S à R. Mais cette perspective s’est rapidement avérée trop limitée. Au strict schéma S-R, plusieurs béhavioristes américains (Tolman, Hull) ont introduit des variables intermédiaires entre le S et la R, un prélude à une conception cognitive de l'apprentissage. Au cours des années 1950-1960, de nombreux auteurs mettent l'accent sur le rôle des médiateurs qui assurent le passage de S à R, se référant généralement à la théorie médiationnelle de l’apprentissage développée par Osgood (1916-1991). Les psychologues firent ainsi de plus en plus de place aux mécanismes internes qui permettent l'élaboration de la stimulation et qui déterminent d'une manière spécifique la réponse du sujet. Ce fut le prélude à une conception cognitiviste de l’apprentissage et de la mémoire.

5- Modélisations cognitivistes de la mémoire

  • 24 Pour une histoire des grandes orientations théoriques de la psychologie : Serge Nicolas, Ludovic  (...)
  • 25 Voir Serge Nicolas, Pascale Piolino, Anthologie de psychologie cognitive de la mémoire, Bruxelles (...)

17Le début des années 1960 constitue une période charnière. L’approche béhavioriste en psychologie24 est critiquée suite aux difficultés rencontrées dans l’explication des activités humaines complexes où les représentations semblaient jouer un rôle déterminant. Il devenait impossible de progresser dans l’explication psychologique sans essayer de s’introduire dans la « boîte noire » que les béhavioristes avaient proscrite en tant qu’objet de leurs investigations scientifiques. Mais cette crise de la théorie béhavioriste allait s’amplifier avec le développement de l’informatique qui allait déplacer petit à petit le centre d’intérêt de la psychologie expérimentale des phénomènes d’apprentissage à ceux de mémoire. Plusieurs disciplines scientifiques, dont la psychologie, la linguistique et l’informatique, ont commencé à s’interroger sur le problème de la connaissance afin de résoudre les difficultés auxquelles elles étaient confrontées. L’étude de la mémoire en tant que problématique centrale des sciences de la cognition est ainsi apparue dans un contexte de recherches sur l’organisation des connaissances et de leur représentation. La nouveauté est qu’elles intègrent aujourd’hui les résultats des approches expérimentales et neuropsychologiques de la mémoire25.

5a- L’approche structuraliste de la mémoire

  • 26 Richard C. Atkinson, Richard M. Shiffrin, « Human Memory: A Proposed System and its Control Proce (...)

18La richesse des résultats obtenus au cours des années 1950-1960 a favorisé l’émergence de divers modèles de la mémoire dont le plus fameux reste sans nul doute celui proposé par Atkinson et Shiffrin en 196826. Le système mnésique est semblable à un ordinateur qui possède des composantes structurales prédéterminées par le constructeur et des programmes pouvant être contrôlés par l’opérateur (les processus de contrôle). Les composantes structurales comportent trois compartiments de stockage de l’information : le « registre sensoriel » (système de rémanence perceptive), le « Compartiment ou magasin de stockage à Court Terme » (CCT), le « Compartiment ou magasin de stockage à Long Terme » (CLT). Un des arguments les plus convaincants en faveur de la distinction CCT vs. CLT s’appuie sur les données de la neuropsychologie clinique qui indiquent que des patients amnésiques, tel le fameux patient H. M., pseudonyme d'Henry Gustav Molaison (1926-2008), présentent des capacités normales de leur mémoire à court terme, alors que de nouvelles informations en mémoire à long terme ne peuvent être ajoutées. Le modèle modal subira par la suite de nombreuses critiques qui feront évoluer la modélisation de la mémoire humaine (approche structuraliste) et l’étude de ses mécanismes psychologiques (approche fonctionnaliste).

  • 27 Alan Baddeley, Graham J. Hitch, « Working Memory », dans Gordon Bower (ed.), The Psychology of Le (...)
  • 28 Voir, par exemple, pour une revue : Alessandro Guida, Hubert Tardieu, Serge Nicolas, « La mémoire (...)

19Du côté structuraliste, le CCT deviendra une mémoire de travail (MT) sous l’impulsion des travaux du psychologue anglais Alan Baddeley27 ; et le CLT sera partitionné en plusieurs composantes sous l’impulsion notamment des travaux du psychologue canadien Endel Tulving. Le modèle de MT de Baddeley comprend un système attentionnel de contrôle, le « centre exécutif » ou « administrateur central », assisté de deux systèmes dits « esclaves », la « boucle phonologique ou articulatoire », système supposé maintenir les informations verbales ou prononçables, et le « calepin visuo-spatial », supposé assurer le maintien de l’information visuo-spatiale et la manipulation des images mentales. La MT est conçue par Baddeley comme un sous-système cognitif qui possède une structure et un fonctionnement propres, mais qui entretient des liens étroits avec la Mémoire à Long Terme (MLT)28.

  • 29 Endel Tulving, « Episodic and Semantic Memory », dans Endel Tulving, W. Donaldson (eds.), Organiz (...)
  • 30 Endel Tulving, Daniel L. Schacter, « Priming and Human Memory Systems », Science, n° 247, 1990, p (...)
  • 31 Endel Tulving, « Organization of Memory: Quo Vadis? », dans Michael S. Gazzaniga (ed.), The Cogni (...)

20De même, le CLT d’Atkinson et Shiffrin s’est transformé en plusieurs composantes. Le promoteur de cette idée fut sans nul doute Endel Tulving. En 1972, Tulving29 établit une distinction fondamentale entre la mémoire sémantique (connaissances) et la mémoire épisodique (souvenirs), premier acte vers une partition de la mémoire à long terme en deux composantes. En 1983, il intègre le concept de mémoire procédurale (nécessaire aux apprentissages) issu des travaux en intelligence artificielle. En 1990, Tulving et Schacter30 montrent que les preuves s’accumulent pour considérer l’effet d’amorçage direct comme l’expression d’un système perceptif de représentations (PRS en anglais, SPR en français) qui opère à un niveau pré-sémantique. À partir de là, il apparaît une nomenclature de base et hiérarchique des systèmes mnésiques (mémoire épisodique, mémoire de travail, mémoire sémantique, mémoires perceptives (PRS), mémoire procédurale) à laquelle se réfèrent aujourd’hui Tulving31 et de très nombreux chercheurs en psychologie à travers le monde.

5b- L’approche fonctionnaliste de la mémoire

21Le développement de l’approche fonctionnaliste de la mémoire s’est construit en opposition avec le modèle structuraliste d’Atkinson et Shiffrin en mettant en avant les notions de profondeur de traitement et de concordance entre les opérations de traitement. La récupération en mémoire serait fonction de la richesse du traitement réalisé lors de l’encodage et de la concordance entre les informations élaborées, à partir du stimulus, lors de l'enregistrement et celles construites lors du test, à partir des indices.

  • 32 Fergus. M. Craik, Robert S. Lockhart, « Levels of Processing: A Framework for Memory Research », (...)
  • 33 John D. Bransford, Jeffery J. Franks, Chad D. Morris, Barry S. Stein, « Some General Constraints (...)
  • 34 Cf. aussi Mark McDaniel, Alinda Friedman, Lyle E. Bourne, « Remembering the Levels of Information (...)
  • 35   Paul Kolers, Henry L. Roediger, « Procedures of Mind », Journal of Verbal Learning and Verbal Beh (...)

22Essentiellement préoccupé par la problématique des niveaux de traitement de Craik et Lockhart (1972)32, un groupe de chercheurs de l’Université Vanderbilt aux États-Unis, Bransford & al. (1979), Morris & al. (1977) et Stein (1978)33, a avancé l'hypothèse selon laquelle la récupération en mémoire consistait en un appariement entre l'activité cognitive déployée pendant la phase d'enregistrement et celle du test34. En présence d'un stimulus, le sujet met en œuvre des opérations dont résultera la nature de la « trace mnésique ». La performance sera d'autant plus élevée dans les tests de mémoire que les opérations de récupération concorderont avec celles mises en œuvre lors de la phase d'encodage. Cette conception fait ressortir deux conclusions importantes. Premièrement, les performances d'un sujet dans une tâche dépendent de la concordance entre les circonstances d'apprentissage et les circonstances de test. Deuxièmement, les résultats aux tâches de mémoire sont le produit de « représentations » épisodiques nouvellement acquises et ne dépendent pas de « représentations » abstraites. Plus récemment, Roediger et ses collaborateurs35 ont proposé une hypothèse alternative à la théorie des systèmes multiples en étendant les travaux précédents à de nouvelles situations de tests.

  • 36 Serge Nicolas, Bérengère Guillery-Girard, Francis Eustache, Les maladies de la mémoire, Paris, In (...)

23Les perspectives de recherche des prochaines années sont aussi stimulantes que celles des périodes précédentes. Les données expérimentales enrichies des apports de la neuropsychologie chez les patients atteints de troubles de mémoire36 et des apports de la neuroimagerie et de l’électrophysiologie contribuent aujourd’hui au développement de conceptions structuro-fonctionnelles de la mémoire qui tiennent compte de la dynamique des souvenirs, des interactions entre systèmes mnésiques, des substrats neurocognitifs, mais aussi des caractéristiques du sujet, de son interaction avec le monde environnant et de son intersubjectivité.

Haut de page

Notes

1 Cet article est le reflet de la communication faite à Toulouse, au séminaire du laboratoire FRAMESPA organisé par Jack Thomas, le 24 janvier 2014, intitulé « Mémoire cognitive, histoire et historiens » et dont le fil directeur était le suivant : « Historiens et psychologues emploient constamment le mot mémoire. Mais parlons-nous de la même chose ? Une journée d’exploration au-delà̀ des frontières disciplinaires habituelles ». Liste des interventions, dans l'ordre de présentation : Jack Thomas (Professeur au Département d'Histoire, Université Toulouse-Jean Jaurès, FRAMESPA UMR 5136), « Histoire et mémoire : quelques jalons, quelques interrogations » ; Serge Nicolas (Professeur de psychologie cognitive expérimentale, Université́ Paris Descartes, Institut de Psychologie & Centre de Psychiatrie et Neurosciences - CPN - Inserm UMR S894), « Un siècle d’étude psychologique de la mémoire : les hommes et les idées » ; Patrice Terrier (Professeur au Département de Psychologie cognitive et ergonomie, Université Toulouse-Jean Jaurès, CLLE-LTC), « La mémoire comme concept scientifique » ; Simon Thorpe (Directeur de Recherche CNRS, Centre de Recherche Cerveau & Cognition - UMR 5549, Perception and Recognition of Objects and Scenes - PROS -), « La mémoire à très long terme » ; Jacques Py (Professeur de Psychologie sociale, Université Toulouse-Jean Jaurès, CLLE-LTC), « Le témoignage oculaire, psychologie sociale et cognitive ».

2 Serge Nicolas, David J. Murray, « Théodule Ribot (1839-1916), Founder of French Psychology: A Biographical Introduction », History of Psychology, n° 2, 1999, p. 277-301 ; Serge Nicolas, Théodule Ribot : philosophe breton fondateur de la psychologie française, Paris, L’Harmattan, 2005 ; Serge Nicolas, « Théodule Ribot : la philosophie, la mémoire et l'imagination », dans Jean-François Marmion (éd.), Histoire de la psychologie, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, 2012, p. 35-37.

3 Serge Nicolas, La mémoire et ses maladies selon Théodule Ribot (1881), Paris, L’Harmattan, 2002.

4 Théodule Ribot, Les maladies de la mémoire, Paris, Baillière, 1881.

5 Serge Nicolas, « La loi de Ribot : l'application de la doctrine évolutionniste à l'étude neuropsychologique de la mémoire », Revue de Neuropsychologie, n° 7, 1997, p. 377-410.

6 Serge Nicolas, « Hermann Ebbinghaus (1850-1909) », Swiss Journal of Psychology, n° 53, 1994, p. 5-12.

7 Hermann Ebbinghaus, Über das Gedächtnis. Untersuchungen zur experimentellen Psychologie, Leipzig, Duncker & Humblot, 1885.

8 Pour une traduction française, voir Hermann Ebbinghaus, Sur la mémoire : une étude de psychologie expérimentale, traduction et présentation par Serge Nicolas, Paris, L’Harmattan, 2010.

9 Serge Nicolas, « Hermann Ebbinghaus et l'étude expérimentale de la mémoire humaine », L'Année Psychologique, n° 92, 1992, p. 527-544.

10 Serge Nicolas, « La mesure de la mémoire », Cerveau et Psycho, n° 16, 2006, p. 82-85.

11 Joseph Jacobs, « Experiments on “prehension” », Mind, n° 12, 1887, p. 75-79.

12 Serge Nicolas, Zachary Levine, « Beyond Intelligence Testing: Remembering Alfred Binet after a Century », European Psychologist, n° 17, 2012, p. 320-325 ; Maria Pereira Da Costa, Franck Zenasni, Serge Nicolas, Todd Lubart, « Alfred Binet, a Creative Life in Measurement and Pedagogy », dans Ann Robinson, Jennifer L. Jolly (eds.), A Century of Contributions to Gifted Education: Illuminating Lives, New York & London, Routledge, 2013, p. 23-40 ; Ludovic Ferrand, Serge Nicolas, « Alfred Binet (1857-1911) », dans Robin L. Cautin, Scott O. Lilienfeld (eds.), The Encyclopedia of Cognitive Psychology, New York, John Wiley & Sons, 2013.

13 Serge Nicolas, « La mémoire dans l'œuvre d'Alfred Binet, L'Année Psychologique, n° 94, 1994, p. 257-282.

14 Alfred Binet, Psychologie des grands calculateurs et joueurs d’échecs, Paris, Hachette, 1894.

15 Id.

16 Alfred Binet, Victor Henri, « De la suggestibilité naturelle chez les enfants », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n° 38, 1894, p. 337-347.

17 Serge Nicolas, Thérèse Collins, Yannick Gounden, Henry L. Roediger III, « The Influence of Suggestibility on Memory », Consciousness and Cognition, n° 20, 2011, p. 394-400.

18 Jean Philippe, « Sur les transformations de nos images mentales », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n° 43, 1897, p. 481-493. Communication lue au Congrès de Munich, à la séance du 6 août 1896.

19 Frederic C. Bartlett, Remembering. A Study in Experimental and Social Psychology, Cambridge, Cambridge University Press, 1932.

20 Alfred Binet, La suggestibilité, Paris, Schleicher, 1900.

21 Guy Tiberghien, Pierre Lecocq, Rappel et reconnaissance, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1983.

22 John Watson, Behaviorism, New York, Norton & Co, 1925 (trad. fr. : Le béhaviorisme, Paris, Centre d'Études et de Promotion de la Lecture, 1972).

23 Serge Nicolas, Histoire de la psychologie, Paris, Dunod, 2013 ; Serge Nicolas, Ludovic Ferrand, Histoire de la psychologie scientifique, Bruxelles, De Boeck, 2008.

24 Pour une histoire des grandes orientations théoriques de la psychologie : Serge Nicolas, Ludovic Ferrand, Histoire de la psychologie scientifique, op. cit.

25 Voir Serge Nicolas, Pascale Piolino, Anthologie de psychologie cognitive de la mémoire, Bruxelles, De Boeck, 2010.

26 Richard C. Atkinson, Richard M. Shiffrin, « Human Memory: A Proposed System and its Control Processes », dans Kenneth W. Spence (ed.), The Psychology of Learning and Motivation: Advances in Research and Theory, vol. 2, New York, Academic Press, 1968, p. 89-195.

27 Alan Baddeley, Graham J. Hitch, « Working Memory », dans Gordon Bower (ed.), The Psychology of Learning and Motivation, vol. 8, New York, Academic Press, 1974, p. 47-90 ; Alan Baddeley, Working Memory, New York, Oxford University Press, 1986 ; Alan Baddeley, « The Episodic Buffer: A New Component of Working Memory? », Trends in Cognitive Sciences, n° 4, 2000, p. 417-423.

28 Voir, par exemple, pour une revue : Alessandro Guida, Hubert Tardieu, Serge Nicolas, « La mémoire de travail à long terme : quelle est l’utilité de ce concept ? Émergence, concurrence et bilan de la théorie d’Ericsson et Kintsch (1995) », L’Année Psychologique, n° 109, 2009, p. 83-122.

29 Endel Tulving, « Episodic and Semantic Memory », dans Endel Tulving, W. Donaldson (eds.), Organization and Memory, New York, Academic Press, 1972, p. 381-403.

30 Endel Tulving, Daniel L. Schacter, « Priming and Human Memory Systems », Science, n° 247, 1990, p. 301-305.

31 Endel Tulving, « Organization of Memory: Quo Vadis? », dans Michael S. Gazzaniga (ed.), The Cognitive Neuroscience, Cambridge, MIT Press, 1995, p. 839-847.

32 Fergus. M. Craik, Robert S. Lockhart, « Levels of Processing: A Framework for Memory Research », Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior, n° 11, 1972, p. 671-684.

33 John D. Bransford, Jeffery J. Franks, Chad D. Morris, Barry S. Stein, « Some General Constraints on Learning and Memory Research », dans Laird S. Cermak, Fergus I. M. Craik (eds.), Levels of Processing in Human Memory, Hillsdale, New Jersey, Lawrence Erlbaum Associates, 1979, p. 331-354 ; C. D. Morris, John D. Bransford, Jeffery J. Franks, « Levels of Processing versus Transfer Appropriate Processing », Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior, n° 16, 1977, p. 519-533 ; Barry S. Stein, « Depth of Processing Re-examined: The Effect of Precision of Encoding and Test Appropriateness », Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior, n° 17, 1978, p. 165-174.

34 Cf. aussi Mark McDaniel, Alinda Friedman, Lyle E. Bourne, « Remembering the Levels of Information in Words, Memory and Cognition, n° 6, 1978, p. 156-164.

35   Paul Kolers, Henry L. Roediger, « Procedures of Mind », Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior, n° 23, 1984, p. 425-449 ; Henry L. Roediger, Mary S. Weldon, Bradford H. Challis, « Between Implicit and Explicit Meausures of Retention », dans Henry L. Roediger, Fergus I. M. Craik (eds.), Varieties of Memory and Consciousness: Essays in Honor of Endel Tulving, Hillsdale, New Jersey, Lawrence Erlbaum Associates, 1989, p. 3-41 ; pour une présentation en français : Serge Nicolas, La mémoire humaine, Paris, L’Harmattan, 2000.

36 Serge Nicolas, Bérengère Guillery-Girard, Francis Eustache, Les maladies de la mémoire, Paris, In Press, 2007 ; Pascale Piolino, Béatrice Desgranges, Francis Eustache, Des amnésies organiques aux amnésies psychogènes : théorie, évaluation et prise en charge, Marseille, Solal, 2008, p. 89-126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Nicolas, « Un siècle d'étude de la mémoire : les hommes et les idées », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 16 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/2889 ; DOI : 10.4000/framespa.2889

Haut de page

Auteur

Serge Nicolas

Professeur de psychologie cognitive expérimentale à l’Université Paris Descartes depuis 1992. Spécialiste de l’étude expérimentale de la mémoire humaine et de l’histoire de la psychologie. Équipe Mémoire et Cognition – Institut de Psychologie – Centre de Psychiatrie et Neurosciences, INSERM UMR U894, France. Institut de Psychologie, Laboratoire Mémoire et Cognition, 71 avenue Édouard Vaillant, 92774 Boulogne-Billancourt Cédex, France.
serge.nicolas@parisdescartes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org