Navigation – Plan du site
Varia

Un manuscrit du Libro Verde de Aragón : le Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España

A manuscript of the Libro Verde de Aragón: Ms 18305 of Biblioteca Nacional de España
Un manuscrito del Libro Verde de Aragón: el Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España
Monique Combescure Thiry

Résumés

Le Libro Verde de Aragón, ouvrage manuscrit du XVIe siècle, est un recueil des généalogies d’importantes familles aragonaises commençant toutes par au moins un ancêtre juif converti au début du XVe siècle. Le but avoué de cet ouvrage est la révélation au grand jour de la descendance de ces convers afin d’éviter aux vieux chrétiens de s’allier à eux, par inadvertance, en mêlant ainsi leur sang pur à un sang qui l’était beaucoup moins. Plusieurs exemplaires sont parvenus jusqu’à nous. Ils sont tous les évolutions d’un noyau commun qui décrit les lignages jusque vers 1550, mais ils présentent des prolongations plus ou moins longues et parfois différentes. Le Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España que nous transcrivons ici constitue une étape importante dans la chaîne des copies successives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La généalogie, thème actuellement à la mode, l’était déjà dans l’Espagne du xvisiècle. Dans la liste des ouvrages généalogiques qui fleurirent tout au long du Siècle d’Or, on cite toujours en premier lieu le Libro Verde de Aragón qui est censé avoir été rédigé en 1507, selon les indications contenues dans son introduction. Ce document décrit les généalogies de familles aragonaises importantes en prenant bien soin de mettre en évidence leur origine juive : au début se trouve toujours un couple dont au moins un des conjoints est un Juif converti au christianisme. Les généalogies présentées par le Libro Verde sont donc toutes « entachées de sang impur » et le but avoué de l’ouvrage est de lutter contre l’oubli en rappelant au lecteur l’origine « douteuse » de ces lignages, ceci pour éviter des unions qui mêleraient du sang impur à celui des vieilles familles chrétiennes.

2On ne saurait assez souligner l’importance de cette littérature à une époque où la pureté de sang (limpieza de sangre) était une valeur supérieure même à la noblesse.

  • 1 Albert A. Sicroff, Les controverses des statuts de « pureté de sang » en Espagne du xve au xviisi (...)
  • 2 Michèle Escamilla, « La polémique autour de la pratique du “statut de pureté de sang” » dans Raphaë (...)
  • 3 Danielle Rozenberg, L’Espagne contemporaine et la question juive. Les fils renoués de la mémoire et (...)

3Ce fut en 1449, alors que Pedro Sarmiento, alcalde mayor, était maître de Tolède que, devant une assemblée du peuple, il proclama la Sentencia Estatuto, premier statut de pureté de sang en Espagne : tous les convertis d’origine juive se voyaient ainsi chassés des postes les plus importants de cette ville1. Comme le dit Michèle Escamilla, « un monstre juridique était né »2. Au fil des ans, ce système s’étendit à toute l’Espagne, concernant l’accès aux professions et charges les plus honorables, pour ne cesser qu’en 18373.

4Les ordres religieux furent les premiers à s’inspirer de la Sentencia Estatuto. En 1486, conscients que certains conversos étaient entrés dans leur ordre pour éviter la justice inquisitoriale, les hiéronymites décidèrent qu’aucun « nouveau chrétien » ne pourrait désormais prendre l’habit de Saint Jérôme. Le statut fut ensuite adopté par un nombre croissant de communautés fort diverses telles que la corporation des maçons de Tolède, vers 1482, le Colegio de Santa Cruz de Valladolid (1488), le Colegio Viejo de San Bartolomé de Salamanque (1498), le Colegio Mayor de San Ildefonso (1519). En 1529, un décret inquisitorial interdit à tout descendant de Juif d’être gradué des Universités de Salamanque, Valladolid et Tolède.

5Les chapitres des cathédrales de Séville et de Cordoue adoptèrent les « statuts de pureté de sang » respectivement en 1515 et 1530. L’Église de Tolède tarda jusqu’en 1547 pour les adopter. Elle le fit sous l’impulsion de Silíceo, archevêque de cette ville.

  • 4 Albert A. Sicroff, op. cit., p. 63-139.

6En 1555, la ratification du statut de l’Église primatiale d’Espagne par Paul II ne fit que mettre le sceau du pape sur une coutume déjà établie d’enquêter sur la pureté de sang des candidats aux bénéfices de Tolède. Philippe II, encore prince en 1556, suivit la décision papale en donnant son consentement à cette pratique4.

  • 5 André Gallego, « Le Libro verde de Aragón ou la peur de la tache », dans L’individu face à la socié (...)
  • 6 Albert A. Sicroff, op. cit., p. 215.

7Désormais, tout candidat à une charge ou un office devait présenter la preuve d’un « sang pur », c’est-à-dire non « souillé » de sang juif ou maure. Beaucoup hésitaient à faire une enquête de pureté de sang de peur de se découvrir une « tache » qui rejaillirait sur lui-même et sur les siens5. Par exemple, sous Philippe IV, on déplorait que de nombreux emplois restent vacants et que l’économie du pays s’en trouve perturbée6.

8On comprend l’effet désastreux que pouvait avoir sur la société aragonaise la diffusion du Libro Verde de Aragón.

9L’Inquisition, elle-même, s’en inquiéta. Considérant que cet ouvrage n’était qu’un libelle, elle fit brûler tous les exemplaires qu’elle avait pu saisir en un autodafé, en 1622, sur la place du Marché à Saragosse. L’année suivante, la Pragmatique royale de 1623 condamnait les écrits généalogiques anonymes et leur ôtait toute valeur comme témoignage dans les procès.

10Mais quelques exemplaires échappèrent aux flammes et sont parvenus jusqu’à nous. Nous en avons répertorié six et la liste n’est certainement pas close.

Les différents manuscrits du Libro Verde

  • 7 Rodrigo Amador de Los Ríos, «El Libro Verde de Aragón», Revista de España, n° 420, Agosto 1885, p.  (...)
  • 8 Isidro de las Cagigas, Libro Verde de Aragón, Madrid, Compañía Ibero-Americana de Publicaciones S A (...)
  • 9 Victorio Pina y Ferrer, El Libro Verde, s. l. [Zaragoza], Imprenta de C. Ariño, Coso 100, s. d.
  • 10 Manuel Serrano y Sanz, Orígenes de la dominación española en América. Estudios históricos, Madrid, (...)

11Le plus connu est le Ms 56-6-15 de la Biblioteca Colombina de Sevilla, car il a été édité quatre fois – en totalité ou partiellement – et parce qu’il en existe également deux copies manuscrites : l’une fidèle, le Ms 19167 de la Biblioteca Nacional de España, et une, moins fiable, qui est le Libro Verde del Colegio de Abogados de Zaragoza, à laquelle il manque les folios 70 et 70v du manuscrit-origine et dont les patronymes et toponymes présentent parfois des orthographes approximatives. En 1885, Rodrigo Amador de los Ríos exhuma l’exemplaire de la Biblioteca Colombina dont il publia une transcription dans la Revista de España7. En 1929, Isidro de las Cagigas édita une transcription complète du manuscrit du Colegio de Abogados de Zaragoza8. Ce dernier document a été utilisé aussi par Victorio Pina y Ferrer dans son ouvrage El Libro Verde9 et par Manuel Serrano y Sanz dans les Appendices de Orígenes de la dominación española en América10.

  • 11 Víctor Infantes, «Luceros y tizones: biografía nobiliar y venganza política en el Siglo de Oro», Cr (...)
  • 12 Anselmo Gascón de Gotor, El Gran Momento. Aragón en América, Zaragoza, Imprenta Estilo, 1952, p. 49

12Le moins connu et le plus court des Libros Verdes de Aragón est le Ms 3090 de la Biblioteca Nacional de España. Il est intitulé : Linajes de Aragón y particularmente de la Ciudad de Zaragoza que llaman El Libro Verde. Les seules mentions que nous ayons trouvées de ce document figurent dans un article de Victor Infantes11 et dans El Gran Momento de Gascón de Gotor, où il est cité sous le matricule erroné de Ms 30912.

  • 13 Manuel Serrano y Sanz, «El linaje hebraico de La Caballería, según el Libro Verde de Aragón y otros (...)

13Le troisième texte est le Ms 1282, Sección Inquisición, de l’Archivo Histórico Nacional, dont une copie photographique se trouve à la bibliothèque de la Faculté des Lettres et Philosophie de Saragosse. C’est de ce document – ou plus exactement de sa copie dans laquelle on observe la permutation de deux folios – que Manuel Serrano y Sanz a effectué une transcription partielle du Libro Verde : familles Santángel et Sánchez, ainsi que les aveux de Sancho Paternoy, dans son ouvrage Orígenes de la dominación española en América, et la généalogie de la famille la Caballería dans le Boletín de la Real Academia de Historia13.

  • 14 Monique Combescure Thiry, Miguel Ángel Motis Dolader, El Libro Verde de Aragón, Zaragoza, Libros Ce (...)

14En résumé, nous pouvons dire que nous connaissions jusqu’à maintenant cinq exemplaires manuscrits du Libro Verde de Aragón représentant trois textes différents. Avec le Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España, nous avons affaire à un document nouveau dont l’étude montre qu’il n’est identique à aucun de ceux que nous avons étudiés précédemment14.

Fig. 1

Fig. 1

Folio 1 du Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España

© Auteur

Présentation du Ms 18305 BNE

15L’ouvrage de 150 sur 205 mm est relié avec une couverture de parchemin crème. Sur sa face intérieure, une ancienne référence « 937 » a été barrée et à sa droite a été collée une étiquette portant la nouvelle cote « Ms 18305 ». Au milieu de la page la mention : « Libro verde de Aragón » est écrite au crayon. Ce titre constitue à l’évidence un ajout postérieur. Ceci s’explique, car la tradition a rapidement remplacé l’intitulé initial – Genealogia valde antiqua… – par celui de Libro Verde de Aragón, beaucoup plus pratique. La couleur verte rappelait celle de l’Inquisition : croix verte dressée sur le lieu des autodafés, cierges verts portés par les condamnés allant en procession au supplice. Comme l’herbe verte qui repousse après le passage du feu, la foi devait reverdir après l’action de l’Inquisition.

  • 15 Anselmo Gascón de Gotor, op. cit., p. 49.

16Ce manuscrit est mentionné par Anselmo Gascón de Gotor qui donne une reproduction de la première page15.

Pagination

17En haut de la première page on lit : « contiene 299 folios ». S’il est bien vrai que la dernière page du document porte le numéro 299, il faut préciser que la pagination est curieuse : aux 3 premières pages d’introduction non numérotées font suite 150 pages numérotées de 1 à 150 suivies de 149 folios. En effet, après la page 150, le copiste a numéroté les folios, soit une page sur deux, de 150 à 299, d’où l’apparition d’un système de folios après celui des pages. Cette pratique peu cohérente nous a obligée à procéder à une nouvelle pagination, en renumérotant tous les folios pour éviter les confusions.

Composition du document

18Le Ms 18305 BNE se compose de trois parties, chacune d’elles ayant été écrite par une personne différente :

  • fol. 1-205v : études généalogiques (dont trois premières pages d’introduction) ;

  • fol. 211-214 : index alphabétique des patronymes ;

  • fol. 222v-226 : autres rubriques (« Judíos de Yxar que se obligaron en 20 mil florynes de oro a donia Catalina de Biamonte, s[enno]ra de Yxar y condesa de Aliga » et « Memorya de los sanbenitos que ay en la iglesia de la byllia de Yxar »).

Graphie

19Le Ms 18305 BNE est une copie et non un original ainsi que l’atteste le signe du copiste qui se trouve en tête de chaque page.

20Si l’on excepte la remarque de la première page : » contiene 299 folios » et quelques mots – sur lesquels nous allons revenir – la graphie des généalogies est toujours la même, traduisant l’intervention d’une seule personne. Cette écriture est claire, agréable, aisée à lire. On notera ainsi une quasi-absence de ratures et de rajouts. Le texte n’est pas surchargé.

21Cependant, une autre graphie apparaît à de rares occasions (trois fois), au début du document :

  • fol. 5 : « da Francisca… y tienen hijos » ;

  • fol. 5v : « don Ramon… Cerdan » ;

  • fol. 12 : « vibos. D. Franco de Gurrea ».

22À l’évidence, un lecteur a voulu rajouter quelques précisions, mais son intervention est très limitée.

Des écritures différentes apparaissent dans les deux autres rubriques qui terminent le document.

Réclame

23Le copiste des généalogies a utilisé la réclame. Ce procédé consiste à écrire au bas du verso de chaque folio le premier mot du folio suivant pour éviter le désordre dans les feuillets. Il l’applique au début du document, jusqu’au folio 77, quand le texte arrive à la fin de la page. Ensuite, peut-être lassé par la longueur de la tâche, il a abandonné cette pratique.

Marges

24Alors que certains Libros Verdes présentent des marges abondamment annotées, ce n’est pas le cas des généalogies du Ms 18305 BNE où nous n’avons relevé qu’un seul mot dans la marge du folio 101v : « Lopez » en face de « Mos[en] Beagon, judio de Calatayud ».

25Pour attirer l’attention du lecteur sur une situation particulièrement digne d’intérêt, le copiste a utilisé plusieurs procédés. Parfois, il a souligné un groupe de mots : « abla dellios Bordalbas » (fol. 61), ou marqué d’une croix une information jugée importante : « Lorenço de la Caballieria caso con Angelina de Bordalba » (fol. 60), dessiné un trait horizontal devant : « doña Ana Esteban viuda » (fol. 90), ou des traits verticaux parallèles devant : « El Bycente de Bordalba nunca se caso ni hubo hijos » (fol. 49v). Mais le plus souvent, il utilise un trait ondulé terminé par une boucle (fol. 8v, 36v, 70, 166v).

26Par contre, le copiste des huit dernières pages du document correspondant aux autres rubriques a beaucoup usé de notes marginales qui apportent des précisions sur les personnages cités.

Blancs et espaces libres

27La présentation du Ms 18305 BNE est aérée à l’extrême. De grandes plages vierges séparent les paragraphes, voire les personnages d’une même famille. S’agit-il d’un souci d’esthétique ou de la possibilité d’ajouts postérieurs afin de réactualiser le texte ? On constate même la présence de deux pages blanches numérotées 134 et 135 correspondant à nos folios 67v et 68.

28Le texte présente peu de blancs ou mots absents par ignorance de l’auteur, cette méconnaissance portant en général sur un prénom féminin :

Fig. 2

Fig. 2

Folio 222v du Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España

© Auteur

29« […] y a Galacian Cerdan que caso con [blanc] de Soria hija del capitan Soria y tiene hijos y don Ramon Cerdan siendo gobernador caso con da Maria de Urrea hija de d. [blanc] de Urrea da Franca Romeo y dejo sola una hija llamada d. [blanc] Cerdan » (fol. 5v) ;

« […] y quedo dellios un hijo que se lliamo [blanc]. » (fol. 6) ;

« […] y hubieron una sola hija lliamada [blanc] y murio la dicha Petronila. » (fol. 132) ;

« […] Bartolome Sanchez menor caso con [blanc] Torellias, hija de Belenguer Torellias, procurador de corte, sen[n]or del meson de la Nao, y fue despues de muerto condenado por los Inquisidores y estos Bartolome Sanchez menor y [blanc] Torellias conjugues tubieron una hija doncellia y esta por casar » (fol. 167v-168) ;

« El Juan Dara caso con [blanc] de Torigos, hija de Juan de Torigos droguero y murio sin hijos. » (fol. 186).

30Au folio 48v, on relève une phrase inachevée : « Otro hermano de mos. Pelipe hijo de mos. Francisco lliamado Francisco de la Caballieria caso con Catalina de la Caballieria su prima hermana hubo dellia a Gaspar Ximenez como. » que le Ms 1282 AHN (fol. 24v) termine par : « arriba se a dicho ».

Certaines phrases sont commencées mais non développées. Il s’agit de :

« El Juan y Manuel de Abiego. » (fol. 120v) ;

« El Gregorio de la Cabra. » (fol. 143v) ;

« Y la Gueronima Medrano. » (fol. 167) ;

« La tercera hija llyamada donia Aldonça de Eril. » (fol. 195v).

31Au folio 149 « y quatro hijas » est écrit de manière étrange au milieu de la feuille, entre deux espaces blancs.

Les ratures

32Si l’ignorance de l’auteur se traduit par des blancs, l’indécision ou plutôt la fatigue du copiste se manifeste par des ratures. Elles sont rares et discrètes. Nous en avons relevé une soixantaine dans tout le document, ce qui est peu, étant donné la longueur du texte.

33La plupart de ces ratures concernent des prénoms ou des patronymes : « Moncayo » devient « Moncada » (fol. 11v), « Sanper », « Sanchez » (fol. 16v), « Cabra », « Caballieria » (fol. 50), « Reus », « Heredia » (fol. 79), « Pedro », « Pablo » (fol. 132v), « Anton », « Andres » (fol. 198v).

34Mais parfois, ce sont des mots d’une autre nature qui sont transformés : « libro » en « sumario » (fol. 1v), « ganancia » en « Garcia » (fol. 42), « por razon » en « por parecer » (fol. 72) et « alcayde » en « alguacil » (fol. 165v).

Tildes et abréviations

35Le texte est agrémenté de petites boucles qui sont dessinées au-dessus de certains mots.

36Quelques-unes correspondent au tilde actuel : « señor » (fol. 12v, 22v…), « señora » (fol. 44, 93v, …).

37D’autres sont dessinées curieusement au-dessus d’un « n » qui normalement n’est pas redoublé : « coñ » (fol. 3v, 17, 25,…), « coñdiciones » (fol. 1), « coñbersos » (fol. 1v), « coñcurieron » (fol. 1v), « coñfeso » (fol. 108v, 178v), « sañta » (fol. 15v), « sañ » (fol. 16v, 19v, 80), « Sañper » (fol. 16v), « señior » (fol. 45, 45v), « señiora » (fol. 21v), « cañbyador » (fol. 178v).

38Cette boucle est également superflue dans les mots « que » (fol. 1) et « mycer » (fol. 38v) où elle est respectivement située sur les lettres « q » et « r ».

39Plus logiquement, on la trouve sur la lettre « q » pour remplacer la fin du mot absente dans « que » (fol. 7, 13, 40, 133) ou sur le « r » de « zurador » (fol. 154) pour redoubler cette lettre.

40Cette boucle surmonte également les abréviations « mos » pour « mosen », « mr » pour « micer » ou « maestre » et plus exceptionnellement « A » mis pour « Ana » (fol. 13v).

41Nous relèverons tout au long du texte les abréviations classiques de « D. » mis pour « don » (fol. 5), « Da » pour « doña », « Sor » pour « señor » (fol. 38, 45v, 75), « Gerono » pour « Geronimo » (fol. 5), « Xptiano » pour « cristiano » (fol. 6v) et « heso » probablement pour « hermanos » (fol. 89).

Comparaison des différents manuscrits du Libro Verde et filiation du Ms 18305 BNE

42Le Ms 18305 BNE est un document particulièrement volumineux, mais nous ne devons pas nous fier au nombre de pages pour en déduire l'importance, étant donné le grand nombre d’espaces blancs qu’il comporte. Pour le situer de façon précise par rapport aux autres manuscrits du Libro Verde, nous avons procédé à une comparaison quantitative des quatre textes par comptage du nombre de mots que contient chacun d’eux.

43Le Ms 18305 BNE se compose d’un titre de 26 mots suivi d’une introduction de 383 mots et d’études généalogiques de 28567 mots. Il se termine par un index alphabétique de 647 mots et de rubriques autres : « Judios de Yxar que se obligaron en 20 mil florynes de oro a donia Catalina de Biamonte, Sra de Yxar y condesa de Aliaga » de 117 mots et « Memorya de los sanbenitos que ay en la iglesia de la byllia de Yxar » de 536 mots, soit un total de 30276 mots.

44Le Ms 3090 BNE compte 15 mots de titre, 392 d’introduction, 11648 d’études généalogiques et 115 pour l’arbre généalogique final, soit un total de 12170 mots.

45Le Ms 56-6-15 de la Biblioteca Colombina comprend un titre de 17 mots, une introduction de 425 mots, un index alphabétique de 753 mots, des études généalogiques de 16376 mots et un ensemble de rubriques supplémentaires (« La muerte del Bienaventurado Maestre Epila », « La conjuracion contra maestre Epila », « La expulsion de los judios de España », « Generacio haec praua et adultera ne quam et infidelis est caue negociare cum eis », « Carta de los judios de España a los judios de Constantinopla », « Respuesta de los judios de Constantinopla a la carta de los de España », « Memoria de los que han sido quemados hasta el año de 1574 en la Inquisicion de los habitadores desta ciudad de Çaragoça », « Sumario de los confesos condemnados a fuego desde el año 1482 hasta el año 1499 » et « Los conversos penitenciados desde el año de 1486 hasta el año 1504 en Çaragoça ») de 13878 mots. L’ensemble du document est ainsi formé de 31449 mots.

46Le Ms 1282 AHN se compose d’un titre de 30 mots, d’une introduction de 450 mots, d’un index alphabétique de 3408 mots et d’études généalogiques de 30450 mots, soit un total de 34338 mots.

47Ces résultats, matérialisés par un schéma, mettent en évidence les inégalités des quatre textes.

48Le plus réduit de ces documents est le Ms 3090 BNE et le plus développé est le Ms 1282 AHN. Entre ces deux extrêmes se situent le Ms 18305 BNE et le Ms 56-6-15 de la Biblioteca Colombina. En ce qui concerne ce dernier, il faut remarquer que les généalogies ne représentent qu’une partie du texte dont environ la moitié est constituée par des rubriques supplémentaires.

49Examinons plus particulièrement les études généalogiques de ces quatre manuscrits. Leur différence de volume est la manifestation de différences qualitatives importantes que nous avons voulu déterminer.

50Pour cela, nous avons comparé les quatre textes famille par famille. Ces familles ne se présentant pas toujours dans le même ordre, nous avons adopté l’ordre de classement du Ms 1282 AHN, qui est de loin le plus clair, les personnages et les familles étant étudiés par paragraphes numérotés de 1 à 92. Il arrive que plusieurs paragraphes soient consacrés à l’étude des familles les plus étendues. Nous présentons le résultat de ce travail dans une synthèse sous forme de tableau.

Fig. 3

Fig. 3

Importance des manuscrits

© Auteur

51Dans ce tableau qui s’étend sur plusieurs pages, figurent, dans la colonne de gauche, le numéro et le patronyme correspondant au paragraphe du Ms 1282 AHN. Dans la deuxième colonne sont mentionnés quatre nombres correspondant, dans l’ordre, au nombre de mots constituant l’étude similaire dans le Ms 3090 BNE, le Ms 56-6-15 de la Biblioteca Colombina, le Ms 18305 BNE et le Ms 1282 AHN. À côté, nous avons noté quelques remarques qui nous ont paru intéressantes. Par ailleurs, il faut préciser que dans le Ms 56-6-15 de la Biblioteca Colombina ainsi que dans le Ms 18305 BNE, certaines généalogies ne sont pas toujours décrites d’un seul tenant. Nous avons alors comptabilisé le nombre de mots correspondant à chaque famille sous forme d’une somme. Ces fragments de généalogies disséminés sont, en général, complémentaires. Mais il arrive exceptionnellement qu’ils contiennent des répétitions que nous avons alors précisées.

Importance relative des différentes familles dans les manuscrits

Tableau 1

  • 16 Dans le Ms 18305 BNE, la descendance de Rodrigo Celdrán, ainsi que celle de mosén Ramón Celdrán, so (...)
  • 17 Dans le Ms 18305 BNE, il est difficile de distinguer le texte correspondant aux paragraphes 40, 41 (...)

Paragraphes

Ms 3090BNE

Ms 56-6-15B.
Colombina

Ms 18305BNE

Ms 1282AHN

Remarques

N° 1
Azach Avendino

María Esquerra

18

18

20

22

Études équivalentes dans les 4 manuscrits

N° 2
Jamila Avendino

188

206

240

245

Des précisions supplémentaires dans les Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 3
Francisco de la Caballería

165

174

180

187

Très peu de différences

N° 4
Sœur de Gonzalo de Santa María

138

152

590

348

1 génération supplémentaire dans Ms1282AHN, 3 dans Ms18305BNE16

N° 5
2eme mariage d’Alazar Uluf

117

128

129

135

Peu de différences

N° 6
Frères d’Alazar Uluf

47

55

53

54

Peu de différences

N° 7
Orosol, fille d’Azah Avendino

0

0

0

116

Descendance étudiée uniquement dans Ms1282AHN

N° 8
Les fils de Pedro Sánchez

98

100

98

101

Presque identiques
Différences dans les prénoms

N° 9
Luis Sánchez
Fils de Pedro Sánchez

194

210

317

355

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 10
Gabriel Sánchez
trésorier

274

324

614

678

1 à 2 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 11
Mosén Miguel Sánchez

126

132

174

178

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 12
Juan Sánchez

101

108

113

116

Peu de différences

N° 13
Francisco Sánchez

45

48

53

49

Peu de différences

N° 14
Mosén Alonso Sánchez

85

79

82

83

Peu de différences

N° 15
María Sánchez

214+31

243+16

315

306

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 16
Sœur de Gabriel Sánchez ép. Vesalu

54

68

0

69

Personnage absent du Ms18305BNE

N° 17
Sœur de Gabriel Sánchez, religieuse

30

29

37

39

Presque identique

N° 18
Antón Sánchez

204

220

277

273

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 19
Juan Sánchez

358

399

591

518

1à 2 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 20
Liste de pénitenciés

42

45

47

47

Identiques

N° 21
Liste de brûlés

84

103

113

114

Quelques personnages manquent dans Ms3090BNE

N° 22
Vidal de la Cavallería

853

1055+79

1388

1411

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 23
Frères la Cavallería

64

64

63

86

Peu de différences

N° 24
Bonafos de la Cavallería

145

144+87

146

145

Pas de différence : les 87 mots supplémentaires du Ms56-6-15 B. Colombina sont une répétition

N° 25
Violante de Arbolex

97

99

96

91

Identiques

N° 26
Alonso de la Cavallería

544

656

1074

1103

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 27
Jaime de la Cavallería

56

57

56

55

Identiques

N° 28
Sœur d’Alonso de la Cavallería

29

28

32

28

Identiques

N° 29
Sœur d’Alonso de la Cavallería

137

150

174

177

Détails supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 30
Simuel de la Cavallería

23

23

25

23

Identiques

N° 31
Felipe de la Cavallería

332

350

157

447

1 génération supplémentaire dans Ms1282AHN et absence d’une partie du texte dans Ms18305BNE

N° 32
Juan de la Cavallería

410

432

510

638

1 génération supplémentaire dans Ms1282AHN

N° 33
Fernando de la Cavallería

154

168

389

409

Une fille de plus pour Fernando de la Cavallería et 1 ou 2 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 34
Francisco de la Cavallería

52

48

49

53

Identiques

N° 35
Pedro de la Cavallería

291

311

432

476

Par endroit 2 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 36
Famille la Cavallería

53

64

64

71

Peu de différences

N° 37
Luis de la Cavallería

248

249

389

406

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 38
Père de Lorenzo de la Cavallería

95

94

99

105

Peu de différences

N° 39
Luis de Santángel

496

685

748

786

Moins de personnages dans Ms3090BNE

N° 40
Gabriel de Santángel

61

63

34+20917

364

4 générations supplémentaires dans Ms1282AHN

N° 41
Gabriel Galcerán de Santángel

65

66

155+176

395

4 générations supplémentaires dans Ms1282AHN

N° 42
Pablo Santángel

0

0

120+39

332

Généalogie absente dans Ms3090BNE et Ms56-6-15 B. Colombina

N° 43
Juan del Río

121

125

140

135

Peu de différences

N° 44
Famille Coscón

0

64

54

64

Généalogie absente dans Ms3090BNE

N° 45
Gaspar Ruiz

76

85+19

82

87

1 phrase répétée dans Ms56-6-15 B. Colombina

N° 46
Jerónimo de Santa Fe

653

722

1052

1195

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 47
Tomás García de Santa María

164

192

161

180

Descendance de Violante de Velviure uniquement dans Ms56-6-15 B. Colombina

N° 48
Esperaindeu de Santa Fe

405

446+13

590

604

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 49
Felipe Clemente

240

229

368

484

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 50
Gaspar Barrachina

96

100+17

189

184

1 personnage supplémentaire et sa descendance dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 51
Nuño Cabeza de Vaca

224

385

327

322

N° 52
Almazán Lanaja

482

569

764

835

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 53
Famille Ribas

76

75+13+18+17

834

812

1 génération supplémentaire et des branches collatérales dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 54
Garci López de Villanueva

134

126+272+13
+17+11+10
+16+9

1750

1752

4 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 55
Famille Maluenda

36

39

235

254

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 56
Antón de Jasa

99

106+32

207

213

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 56 (sic)
Miguel Esteban

49

49+10+13+7

921

1133

4 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 57
Famille Ortigas

39

37

255

251

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 58
Salvador Cruyllas

41

41

279

281

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 59
Pedro Alfajarín

53

54

59

60

Peu de différences

N° 60
García de Moros

116

137

376

402

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 61
Mosén Pedro Vaca

107

0

173

200

Dans Ms56-6-15 B. Colombina ce personnage est situé dans la famille de Nuño Cabeza de Vaca

N° 62
Jorge la Cabra, Isabel Lunel

0

10

423

427

Absent dans Ms3090BNE et à peine évoqué dans Ms56-6-15 B. Colombina

N° 63
Pedro la Cabra

77

65+9+9+9+16

1275

1415

5 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 64
Florentín Vidal

91

96

124

134

Peu de différences

N° 65
Jaime Casanat el viejo

0

6

375

357

4 générations dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 66
Pedro Sánchez platero

0

8+10+106

1114

1221

Étude approfondie dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 67
Galcerán Ferrer

0

15

352

388

Étude approfondie dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 68
Bartolomé Sánchez trapero

0

161

195

196

Absent dans Ms3090BNE, peu de différences dans les autres textes

N° 69
Mosén Luis de Híjar

0

205+52+86+13

391

361

Généalogie dispersée dans Ms56-6-15 B. Colombina

N° 70
Pedro López

0

23

105

97

1 seul personnage dans Ms56-6-15 B. Colombina

N° 71
Luis de Bardají de Tamarite

32

41+29+19

73

74

Personnages divers originaires de Tamarite

N° 72
Micer Almenara de Tamarite

45

53+19

423

483

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 73
Micer Fatas

47

48

161

158

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 74
Juan de Sarnisen

0

14

56

58

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 75
Jaime de Santa Cruz

0

27

242

230

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 76
Juan de Caseda

30

30

55

56

1 génération supplémentaire dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 77
Rodrigo Sarrión

16

16

139

146

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 78
Leonardo de Heli

205

323

161

191

Personnages divers originaires de Monzón

N° 79
Micer Pedro Aduarte

15

15

153

148

2 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 80
Familles Zaporta et Bonete

18

17+242

143

189

N° 81
Famille Gómez

28

26

341

327

3 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 82
Familles Santángel et Faxol de Barbastro

17

19

63

55

N° 83
Micer Lunel

0

19

67

70

2 générations supplémentaires dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 84
Ferrán Díaz de Barbastro

73

67

98+22+94

210

Personnages dispersés dans Ms18305BNE

N° 85
Juan García

0

0

50

55

Uniquement dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 86
Micer Jaime de Luna

0

88

72

74

Identique dans Ms56-6-15 B. Colombina Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 87
Esperandeu Salvador

0

0

156

154

Uniquement dans Ms18305BNE et Ms1282AHN

N° 88
Juan Bautista

0

122

201

236

N° 89
Pedro Cenedo

0

195

41+192

224

Répétition de certaines parties du texte dans Ms18305BNE

N° 90
Abiatar Conejo
Don Alonso de Aragón

959

883

854+378

1297

Différences importantes

N° 91
Doña María Sánchez

0

0

0

237

Uniquement dans Ms1282AHN

N° 92
Don Jerónimo Cabrero

0

0

0

99

Uniquement dans Ms1282AHN

Tableau synoptique des personnages

© Auteur

52Certains personnages du Ms 56-6-15 B. Colombina, qui n’apparaissent pas dans les autres documents, n’ont pas leur place dans ce tableau synoptique. Nous les ajoutons ici en précisant le nombre de mots qui leur est consacré, ainsi que leur localisation.

Juan de Verrozpe (fol. 42-42v) : 74 mots ;
Lope Çorrilla (fol. 43) : 105 mots ;
Gabriel Oller (fol 43-43v) : 22 mots ;
Joan Moreno (fol. 43v) : 13 mots ;
Francisco de Avila (fol. 44) : 19 mots ;
Jayme de Santa Clara (fol. 44-44v) : 59 mots ;
Manuel de Vello (fol. 45v-46) : 207 mots ;
Micer Marcilla (fol. 46v-47) : 212 mots ;
Joan de la Hita (fol. 47v-48) : 106 mots ;
Joan de Spes (fol. 48-49) : 249 mots ;
Luis Splugas (fol. 49) : 17 mots ;
Joan de Altauas (fol. 49-49v) : 168 mots.

53L’examen de ce grand tableau synoptique révèle des phénomènes extrêmement intéressants.

541 – Nous voyons rapidement que tous les Libros Verdes décrivent les mêmes généalogies, mais que celles-ci présentent des développements d’importance inégale selon les exemplaires. Il nous a paru intéressant de classer ces familles en divers groupes : celles dont les études ont des volumes presque identiques, celles qui ont des contenus assez différents et, enfin, celles pour qui les différences sont très importantes.

55Les généalogies du premier groupe sont rares et discrètes et se situent vers le milieu des manuscrits. Il s’agit de celles de : Juan del Río (paragraphe 43), Gaspar Ruiz (paragraphe 54), Florentín Vidal (paragraphe 64), Tomás García de Santa María (paragraphe 47) et de Pedro Alfajarín (paragraphe 59).

56Le second groupe est formé des familles célèbres, au grand développement : Sánchez (trésoriers royaux) dont la généalogie, qui s’étend des paragraphes 1 à 21 et au paragraphe 91, compte 2613 mots dans le Ms 3090 BNE, 2857 mots dans le Ms 56-6-15 B. Colombina, 4003 mots dans le Ms 18305 BNE et 4250 mots dans le Ms 1282 AHN, la Cavallería (paragraphes 21 à 38 et 92) qui comprend 3678 mots dans le Ms 3090 BNE, 4158 mots dans le Ms 56-6-15 B. Colombina, 5006 mots dans le Ms 18305 BNE et 5828 mots dans le Ms 1282 AHN, Santángel (paragraphes 39 à 42) composée de 622 mots dans le Ms 3090 BNE, 814 mots dans le Ms 56-6-15 B. Colombina, 1481 mots dans le Ms 18305 BNE et 1877 mots dans le Ms 1282 AHN. Ces trois généalogies forment un tout qui se place au début de tous les exemplaires. Une autre famille – peut-être la plus importante du Libro Verde – attire l’attention. Il s’agit de la descendance de don Alonso de Aragón, bâtard du roi Juan II de Aragón. Mise en exergue au début du Ms 56-6-15 B. Colombina, elle termine le Ms 3090 BNE, alors qu’elle se situe presque à la fin des Ms 18305 BNE et Ms 1282 AHN. À ces quatre généalogies nous ajouterons celles de Jerónimo de Santa Fe (paragraphe 56), Esperandeu de Santa Fe (paragraphe 48), Felipe Clemente (paragraphe 49), Gaspar Barrachina (paragraphe 50), Pedro Vaca (paragraphes 51 et 61) et Juan de Caseda (paragraphe 76).

57Le troisième groupe présente des généalogies évoquées par une ou deux phrases dans les Ms 3090 BNE et Ms 56-6-15 B. Colombina, alors qu’elles occupent plusieurs pages dans les Ms 18305 BNE et Ms 1282 AHN. Le cas extrême est celui des orfèvres Sánchez absents du Ms 3090 BNE, dont quelques personnages sont dispersés dans le Ms 56-6-15 B. Colombina mais dont la généalogie est décrite respectivement en 1109 et 1221 mots dans les deux autres documents. Nous placerons dans cette catégorie les études qui constituent la deuxième partie des manuscrits et qui correspondent aux paragraphes 54, 55, 56, 56 [bis], 57, 58, 60, 62, 63, 65, 66, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 77, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88 et 89.

Comparaison des Ms 1282 AHN et Ms 18305 BNE

58Si nous nous attachons plus particulièrement à la comparaison du Ms 18305 BNE, objet de notre étude, et du Ms 1282 AHN, nous constatons que le Ms 18305 BNE est très proche du Ms 1282 AHN, tout en comptant en général un nombre de mots légèrement inférieur à ce dernier : il ne va pas aussi loin dans la description des généalogies.

59Nous remarquons cependant, à deux endroits, des différences importantes entre ces deux documents.

Les absences dans le Ms 18305 BNE

60On peut observer que, dans le Ms 18305 BNE (fol. 48), la descendance de Felipe de la Cavallería est très incomplète par rapport à tous les autres exemplaires. La lacune correspond, dans le paragraphe 31 du Ms 1282 AHN, à la fille qu’aurait eue mosén Felipe de la Cavallería, fils d’Acual de la Cavallería, avec une de ses esclaves. Cette fille bâtarde se serait mariée avec Luis de Alagón, lui-même bâtard, fils d’une Mauresque de Pina. De cette union seraient nés doña Violante de Alagón morte sans enfant, don Juan de Alagón qui épousa doña Ana Carinina, don Carlos de Alagón, chanoine de la Seo de Saragosse, don Lucas et don Luis. L’auteur prolonge la descendance de don Juan de Alagón qui eut deux fils : l’un mort encore jeune et l’autre, don Juan de Alagón, qui épousa doña Ana de Gurrea, fille de don Gaspar de Gurrea et de doña Beatriz Cerdán.

61Quel bel exemple d’ascension sociale ! Les protagonistes partent d’une situation défavorisée où se mêlent la bâtardise (par deux fois), la « baja condición » (l’esclave), le sang maure (la mora de Pina), sans oublier le sang juif (don Felipe de la Cavallería, fils d’Acual). Malgré tout cela, très rapidement les descendants arborent le titre de « don » et de « doña », l’un occupe une charge de chanoine de la Seo de Saragosse et l’autre fait un riche mariage avec doña Ana de Gurrea.

62Les lignes concernant cette descendance fortunée de mosén Felipe de la Cavallería ne sont pas les seules à avoir été oubliées dans le Ms 18305 BNE. Il y manque également ce qui lui fait suite et qui correspond au début du paragraphe 32 du Ms 1282 AHN, où l’auteur explique que Simuel de la Cavallería eut deux fils : Juan et Martín. Sans ce début de généalogie, il est fort malaisé de comprendre le début du folio 49 du Ms 18305 BN, qui commence par : « Juan de la Cavallieria hubo un hijo… ».

63Que penser de ces lignes oubliées par le copiste ? Elles commencent brutalement par la fin tronquée d’une phrase : « … Francisco de la Cavalleria caso con Catalina de la Cavalleria, su prima hermana, hubo dellia a Gaspar Ximenez como. » Le Ms 1282 AHN (fol. 24v) continue par : « como arriba se a dicho n° 29. » Elles finissent tout aussi étrangement par l’absence de ce qui correspond au début du paragraphe 32 du Ms 1282 AHN : la présentation de Simuel de la Cavallería et de ses deux fils, sans laquelle il est difficile de comprendre la suite de la généalogie.

64Ces coupures à l’emporte-pièce dans le texte tendent à prouver qu’il s’agit d’un oubli accidentel du copiste qui, par inadvertance ou à cause de la fatigue, aurait sauté un ou plusieurs folios. Or, aucune des pages du Ms 1282 AHN ne commence par : « arriba se ha dicho » (début de la partie manquante) et ne se termine par : « Los hijos se llamaron Juan y Martín de la Cavallería » (fin de la partie absente). Nous pouvons déduire de ceci que, le texte manquant ne correspondant pas à un nombre exact de folios du Ms 1282 AHN, ce dernier n’est pas le manuscrit-origine dont est issu le Ms 18305 BNE.

La partie supplémentaire du Ms 18305 BNE

65Si l’on dénote dans le Ms 18305 BNE d’autres oublis par rapport au Ms 1282 AHN – absence des développements concernant Orosol Avendino (paragraphe n° 7), la « señora de Vesalu », sœur de Gabriel Sánchez (paragraphe n° 16), doña María Sánchez de Toledo (paragraphe n° 91) et don Jerónimo Cabrero (paragraphe n° 92) , il n’y a qu’un seul endroit où apparaisse un ajout. Il s’agit, dans la famille de Galacián Cerdán (Ms 18305 BNE, fol. 4-5v)), de la prolongation de deux générations supplémentaires (fig. 4). Parmi les descendants, on notera la présence d’administratifs de haut rang : « Alonso Celdrán, escribano de ración como su padre » et un mariage avec « don Pedro de Moncayo, hijo de don Juan de Moncayo que fue gobernador de Origuela. » (fig. 4).

Les désordres du Ms 18305 BNE

66Le Ms 18305 BNE présente, en deux endroits, un grand désordre. On dirait qu’un coup de vent a soufflé sur les folios de la généalogie des Santángel, modifiant leur ordre et rendant le texte extrêment confus, souvent même incompréhensible. Si on reconstitue le texte logiquement en s’appuyant sur la description du Ms 1282 AHN, on s’aperçoit que certaines phrases sont absentes. Tout ceci prouve que ce dernier document ne peut pas être une copie avec extensions du Ms 18305 BNE.

67À la fin du Ms 18305 BNE (fol. 194v-95), les généalogies de Martín de Sangüesa, micer Ferrer Ram et Juan García se trouvent insérées au milieu de celle de don Alonso de Aragón. Il s’agit probablement d’une copie postérieure de ces familles sur deux folios laissés blancs par inadvertance.

Fig. 4

Fig. 4

Descendance d’Azach Abendino et Mira Ezquera prolongée de deux générations supplémentaires dans le Ms 18305 BNE (partie en gras)

© Auteur

68La description de la famille Cenedo est coupée en deux : une première partie figure au folio 188, avant la descendance de don Alonso de Aragón, et la suite se situe aux folios 204-205v, terminant ainsi le Ms 18305 BNE. Dans la première partie, nous lisons : « La abuela de Pedro Cenedo, procurador de Çaragoça, que se decia Graciana, de la cyudad de Balbastro, fue judia y condenada y quemada por la Inquisicion, a 11 de hebrero 1490. Esta materia de Cenedos pasa en cartas adelante LXXIII ». Ceci contient une remarque fort intéressante qui peut éclairer la genèse des Libros Verdes de Aragón : le document-origine d’où provient le Ms 18305 BNE devait se présenter sous forme de « cartas », où la famille Cenedo occupait la fiche n° 53. Ce manuscrit-origine n’est donc pas le Ms 1282 AHN, dans lequel les Cenedo sont décrits au paragraphe 89. Nous retiendrons cependant le principe du classement des généalogies en rubriques numérotées mis à profit par le Ms 1282 AHN.

Conclusion

69Dans la suite des copies des Libros Verdes de Aragón – qui sont tous les évolutions d’un noyau commun – le Ms 18305 BNE se situe entre les généalogies du Ms 56-5-15 B. Colombina et le Ms 1282 AHN dont il est très proche. Un peu moins complet que ce dernier, il présente quelques oublis et, par endroits, un grand désordre. Toutefois, il offre un intérêt non négligeable. Il est, par exemple, le seul exemplaire à décrire la descendance de Galacián Cerdán jusqu’à l’escribano de ración Jerónimo Cerdán, soit jusqu’au début du xviie siècle. C’est également dans ses derniers folios, et là seulement, que se trouvent la liste des Juifs d’Híjar qui durent payer mille florins à la comtesse d’Aliaga en 1466 et celle des sambenitos exposés dans l’église de cette même ville à partir de 1493. Par ailleurs, nous noterons l’allusion faite à un autre Libro Verde, antérieur au Ms 18305, dans lequel les généalogies seraient classées sous forme de cartas, c'est-à-dire de fiches. Et que dire des nombreuses plages blanches qui séparent la plupart des paragraphes et se prêtent à l’addition d’ajouts postérieurs ?

70La transcription du Ms 18305 est présentée dans la rubrique « documents » de ce même numéro des Cahiers de Framespa.

Haut de page

Notes

1 Albert A. Sicroff, Les controverses des statuts de « pureté de sang » en Espagne du xve au xviisiècle, Paris, Didier, 1960, p. 34.

2 Michèle Escamilla, « La polémique autour de la pratique du “statut de pureté de sang” » dans Raphaël Carrasco, Annie Molinié, Béatrice Perez (dirs.), La pureté de sang en Espagne. Du lignage à la « race », Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2011, p. 51.

3 Danielle Rozenberg, L’Espagne contemporaine et la question juive. Les fils renoués de la mémoire et de l’histoire, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2006, p. 14.

4 Albert A. Sicroff, op. cit., p. 63-139.

5 André Gallego, « Le Libro verde de Aragón ou la peur de la tache », dans L’individu face à la société : quelques aspects des peurs sociales dans l’Espagne du Siècle d’Or, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1994, p. 27-37.

6 Albert A. Sicroff, op. cit., p. 215.

7 Rodrigo Amador de Los Ríos, «El Libro Verde de Aragón», Revista de España, n° 420, Agosto 1885, p. 547-578, n° 422, Setiembre 1885, p. 249-288, n° 424, Octubre 1885, p. 567-603.

8 Isidro de las Cagigas, Libro Verde de Aragón, Madrid, Compañía Ibero-Americana de Publicaciones S A, 1929.

9 Victorio Pina y Ferrer, El Libro Verde, s. l. [Zaragoza], Imprenta de C. Ariño, Coso 100, s. d.

10 Manuel Serrano y Sanz, Orígenes de la dominación española en América. Estudios históricos, Madrid, Casa Editorial Bailly y Baillières, Nueva Biblioteca de Autores Españoles, 1918, p. CCCCXCIV-CCCCXCVI, DII-DVI, DXV-DXX.

11 Víctor Infantes, «Luceros y tizones: biografía nobiliar y venganza política en el Siglo de Oro», Crotalón, Anuario de filología española, n° 1, 1984, p. 115-127.

12 Anselmo Gascón de Gotor, El Gran Momento. Aragón en América, Zaragoza, Imprenta Estilo, 1952, p. 49.

13 Manuel Serrano y Sanz, «El linaje hebraico de La Caballería, según el Libro Verde de Aragón y otros documentos», Boletín de la Real Academia de Historia, Madrid, 1918, p. 160-184.

14 Monique Combescure Thiry, Miguel Ángel Motis Dolader, El Libro Verde de Aragón, Zaragoza, Libros Certeza, 2003.

15 Anselmo Gascón de Gotor, op. cit., p. 49.

16 Dans le Ms 18305 BNE, la descendance de Rodrigo Celdrán, ainsi que celle de mosén Ramón Celdrán, sont prolongées pendant deux générations.

17 Dans le Ms 18305 BNE, il est difficile de distinguer le texte correspondant aux paragraphes 40, 41 et 42 du Ms 1282 AHN, car les personnages y sont présentés dans un grand désordre – ainsi en témoigne la présence de 2 pages blanches numérotées – désordre qui rend souvent le texte incompréhensible.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Folio 1 du Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2871/img-1.png
Fichier image/png, 367k
Titre Fig. 2
Légende Folio 222v du Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2871/img-2.png
Fichier image/png, 324k
Titre Fig. 3
Légende Importance des manuscrits
Crédits © Auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2871/img-3.png
Fichier image/png, 8,2k
Titre Fig. 4
Légende Descendance d’Azach Abendino et Mira Ezquera prolongée de deux générations supplémentaires dans le Ms 18305 BNE (partie en gras)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2871/img-4.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Combescure Thiry, « Un manuscrit du Libro Verde de Aragón : le Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 16 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/2871 ; DOI : 10.4000/framespa.2871

Haut de page

Auteur

Monique Combescure Thiry

Docteur de l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Directrice d’école retraitée, membre associé au Laboratoire FRAMESPA, UMR 5136. LEMSO-FRAMESPA Université Toulouse-Jean Jaurès
combescure.thiry@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org