Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de manifestations scientifiques

Les « Huitièmes Journées Manuel Azaña », 7, 8 et 9 novembre 2013, à Montauban

Association Présence de Manuel Azaña/ FRAMESPA-UTM
Anélie Prudor

Texte intégral

Huitièmes journées Manuel Azaña

Huitièmes journées Manuel Azaña

Affiche des Huitièmes journées Manuel Azaña

Association Présence de Manuel Azaña, http://www.associationpresencedemanuelazana.com/​topic/​index.html

1Les 7, 8 et 9 novembre derniers se sont déroulées les Huitièmes journées Manuel Azaña, à Montauban. Ce moment d’échange et de réflexion collective a été organisé par l’Association Présence de Manuel Azaña dans la ville même où le dernier Président de la Seconde République espagnole est décédé en exil, le 3 novembre 1940. Cette année la manifestation était orientée autour du thème de « La Guerre d’Espagne et la France ». Il s’agissait, pour les organisateurs et les intervenants, de développer diverses approches : les relations diplomatiques entre les deux pays, la perception de la guerre par la société française, l’implication des intellectuels français ou encore « la guerre après la guerre ». Les Actes de ces journées devraient être publiés à la fin de l’année 2014, en coédition avec le laboratoire FRAMESPA de l’Université Toulouse II-Le Mirail (UTM).

2Jean-Pierre Amalric (UTM), Président de l’association, se charge d’introduire ces huitièmes journées. Manuel Azaña fonde ses attentes et espoirs sur la France mais ceux-ci n’aboutissent qu’à une désillusion. Il souhaite que la France et la Grande-Bretagne prévoient un plan d’apaisement qui doit conduire à un cessez-le-feu, au retrait des troupes étrangères (allemandes, italiennes, portugaises, mais aussi des Brigades Internationales) et à l’organisation d’un référendum permettant aux Espagnols de se prononcer démocratiquement sur la nature du gouvernement qu’ils souhaitent voir placé à la tête du pays. Le pacte de non-intervention, le positionnement ambigu de l’ambassadeur français en Espagne (Herbette, en poste de 1931 à 1937), la distance qui s’établit entre le président et son gouvernement, mais aussi l’absence de rencontres entre les représentants des républiques espagnole et française sont autant de preuves de ce que Jean-Pierre Amalric nomme un « archaïsme de la démocratie ». Quittant le sol espagnol en février 1939, Manuel Azaña démissionne peu de temps après, en faisant le constat amer de son échec.

La France : de la « non-intervention relâchée » à la non-intervention

3Jean-François Berdah (UTM) questionne le processus qui amène le gouvernement français à faire le choix de la non-intervention. Le tout jeune Front populaire français est divisé sur l’implication qu’il doit avoir dans cette guerre. Si sa réponse immédiate est la décision d’envoyer des armes et de porter secours à la République voisine, rapidement cet engagement est remis en cause, la non-intervention, proposée par la Grande-Bretagne, étant validée. Pourtant, les troupes franquistes reçoivent une aide matérielle et humaine de l’Allemagne, de l’Italie et du Portugal. Léon Blum, Président du Conseil, met en œuvre une « non-intervention relâchée » laissant transiter par la France, de manière discrète, des armes soviétiques. Après sa démission, la France contrôle plus strictement ses frontières. En avril 1938, le gouvernement Daladier s’aligne sur la politique de non-intervention de la Grande-Bretagne, décision difficile pour les républicains car Franco se retrouve en position de force. La crise de Munich renforce la position non-interventionniste. Le gouvernement de Burgos craint que l’Espagne ne soit entraînée dans une guerre de dimension européenne et agit avec prudence en affirmant sa neutralité le 26 septembre 1938. La politique extérieure française joue l’attentisme, oscillant entre le maintien des relations avec les républicains et la préparation de la reconnaissance du gouvernement de Burgos.

4Juan Avilés (Universidad Nacional de Educación a Distancia, UNED) revient lui aussi sur la politique de non-intervention du gouvernement français et l’échec de la diplomatie espagnole, alors même que la proximité entre le Front populaire français et le Frente Popular espagnol est manifeste. Si, au début de la guerre, Léon Blum semble favorable à l’envoi d’armes en Espagne, l’écho dans la presse de droite française et les recommandations, officieuses, de prudence du Ministre des affaires étrangères britannique l’incitent à modérer sa position. Bien que la réalité de l’aide italienne soit prouvée dès le mois de juillet 1936, lors du Conseil des ministres du 8 août, l’interdiction d’exporter du matériel de guerre est votée. Cette décision est à analyser selon des facteurs internes et externes : la forte division de l’opinion française et la volonté de conserver l’alliance avec la Grande-Bretagne dans un contexte international trouble. Parmi les pays membres du Comité international pour la non-intervention, l’Italie et l’Allemagne jouent un double jeu. Ces deux pays apportent une aide aux troupes franquistes tout en s’assurant qu’aucune aide humaine ou matérielle ne puisse parvenir aux républicains. L’intervention de l’URSS rééquilibre quelque peu le rapport de force à partir d’octobre 1936 mais Staline cherche, lui aussi, à ménager la France et la Grande-Bretagne et adapte en ce sens l’aide qu’il apporte à la République. Le 15 mars 1938, le Comité permanent de la Défense nationale français est convoqué afin de statuer sur l’aide que le pays peut apporter à l’Espagne, mais aussi à la Tchécoslovaquie. Pour l’Espagne, la réponse est nette : aucune aide ne peut être fournie. Par la suite, le gouvernement Daladier interdit le transfert d’armes via le sol français. Dès le 27 février 1939, France et Grande-Bretagne reconnaissent le gouvernement de Franco afin de s’assurer de la neutralité de l’Espagne dans le conflit mondial qui s’annonce.

Des exemples de réactions individuelles et collectives françaises

5Anne-Aurore Inquimbert (Service Historique de la Défense) revient sur le parcours d’un personnage méconnu : Henri Morel. Né à Lyon en 1889, ancien élève de l’École normale supérieure, il entre dans l’armée en 1916. Au sortir de la Grande Guerre, il devient professeur d’histoire militaire à l’École de Saint-Cyr et ne cache pas ses affinités pour l’Action française. Après être passé par l’École supérieure de guerre, il devient analyste au deuxième bureau de l’État-Major de l’armée (renseignements), puis est nommé, le 18 juillet 1936, attaché militaire auprès de l’ambassade de France en Espagne. Dans son premier rapport, il prévoit une chute rapide de Madrid mais, dès le mois de septembre, il change d’avis et annonce les risques possibles pour la France en cas de victoire des rebelles. Tout au long de la guerre, il ne cesse de se positionner en faveur des républicains et sollicite plusieurs fois l’aide de la France, ce qui déplaît à l’État-Major. En 1939, Henri Morel critique fermement la faiblesse de la conception politique de Franco, mais s’inquiète aussi de la retraite des républicains espagnols vers la France. Le 13 février 1939, il visite le camp d’Argelès-sur-Mer et réprouve fermement les conditions d’accueil faites aux réfugiés. Il est destitué quelques jours plus tard, juste avant la reconnaissance par la France du gouvernement de Burgos. Léon Blum rappelle que ce personnage atypique est l’une des seules personnes lui ayant conseillé d’entrer en guerre : « Monsieur le Président du Conseil, je n’ai qu’un mot à vous dire, un roi de France ferait la guerre ».

6Rémi Skoutelsky (Université de Paris-I) termine cette première journée par une intervention sur les volontaires français engagés en Espagne. Les premières initiatives de solidarité mondiale voient très rapidement le jour (manifestations de soutien, livraison d’armes, combattants volontaires). Certains touristes ou émigrés, déjà présents en Espagne lors de la tentative de coup d’état, viennent en aide à la République. Les Soviétiques envoient des armes mais pas d’hommes. Le Komintern, conscient de la quantité de volontaires qui souhaitent prendre part aux combats, met en place un réseau de Brigades Internationales pour organiser leur départ. À l’inverse d’une légende construite a posteriori, pour la plupart, les brigadistes ne sont ni jeunes, ni intellectuels, ni originaires du Sud-Ouest de la France. Ils ont en moyenne trente ans et ont déjà connu une première expérience de la guerre (Première Guerre mondiale, Guerre du Rif) ; ils sont urbains et issus de la classe ouvrière. Leurs convictions idéologiques et leur disponibilité (chômeurs, ouvriers déclassés) favorisent l’engagement. Parmi les volontaires, une moitié serait communiste ; ce taux est à considérer en n’oubliant pas la large diffusion des idées communistes dans la société française, sans qu’elle suscite systématiquement l’adhésion au Parti. Leurs motivations sont multiples. Le traumatisme de la Première Guerre mondiale est un moteur. Fait surprenant, puisque le Parti Communiste des années 1936-1938 n’est pas belliciste, il incite ses membres à faire la guerre afin de défendre la paix. Les considérations politiques prennent aussi une large place : l’antifascisme (dans sa définition la plus ouverte), la prolongation d’une lutte (pour les immigrés italiens et allemands), la réaction à la non-intervention du gouvernement français, la solidarité de classe. Les convictions personnelles sont également prégnantes, du refus de laisser les camarades se faire tuer, à la piété filiale, en passant par l’intérêt porté à l’aventure où à la vie militaire. Le point commun à ces motivations diverses est la solidarité.

Les intellectuels français contre la guerre

7Le lendemain, Geneviève Dreyfus-Armand (Centre d’études et de recherches sur les migrations ibériques, CERMI), Vice-présidente de l’association, présente les positions diverses des intellectuels catholiques français. Avant 1936, la droite intellectuelle française ne peut être considérée comme un bloc homogène ; en témoignent les réactions au conflit italo-éthiopien de 1935. Elle présente un large éventail de pensée : des partisans de l’Action française (Charles Maurras) aux socialistes-chrétiens (dont certains protestants) en passant par la droite nationaliste conservatrice, les démocrates-chrétiens ou encore les personnalistes d’Emmanuel Mounier fondateur de la revue Esprit. Lors du soulèvement du 18 juillet 1936, quasiment tous réagissent en hommes de droite, en hommes de leur milieu social comme le dit François Mauriac. Ils adhèrent à la théorie des deux camps et soutiennent une guerre contre les impies massacrant le clergé. La « guerre sainte », largement relayée dans la propagande franquiste, rend nécessaire la défense de l’Occident et de la foi. Certains sont pourtant réticents à cette argumentation, comme les créateurs dominicains de la revue Sept ou encore Paul Vignaux, qui fonde le Syndicat général de l’enseignement national en 1937, en opposition à l’Union nationale des membres de l’enseignement public, pro-franquiste et dirigée par Jacques Chevalier. Georges Bernanos, auteur anti-républicain, initialement favorable au soulèvement militaire, change de ton face à la cruauté des troupes rebelles. François Mauriac, interpellé par l’intervention des Maures et des Italiens ainsi que par les souffrances endurées par le peuple basque, voit en cette guerre un cas de conscience pour les catholiques français. Dès 1937, il se prononce en faveur d’une intervention de la France en Espagne. Si une majorité des intellectuels français catholiques est favorable au franquisme, certains d’entre eux se démarquent et refusent l’argument de la « guerre sainte ». Ainsi se forge une conscience antifasciste chrétienne dont certains noms ressortiront lors de la Résistance, parmi lesquels celui de l’un des fondateurs du réseau Libération-Sud, le protestant André Philip.

8Gérard Malgat (Université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense) présente ensuite le personnage d’André Malraux. Dès 1933 et l’élection d’Hitler, Malraux s’investit dans de nombreuses associations et ligues : Association des écrivains et artistes révolutionnaires, Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, Association internationale des écrivains pour la défense de la culture, Comité Thaelmann, etc. Le 22 juillet 1937, il se rend à Madrid en tant que Président du Comité mondial contre la guerre et le fascisme et souhaite fournir des avions à l’Espagne. De retour en France, il multiplie les contacts et organise, depuis son appartement, la vente d’armes et d’avions aux républicains, ainsi que l’engagement de pilotes volontaires pour acheminer le matériel. Le 20 août, il appelle à une souscription populaire : « Des avions pour l’Espagne », puis crée l’escadrille « España ». Son hyperactivité suscite des critiques : celles de Brasillach ou de Mauriac à droite, mais aussi du communiste André Marty. S’il entretient des relations avec l’URSS et le Parti Communiste, ce n’est pas par adhésion au stalinisme mais parce qu’il voit en eux des compagnons de lutte, des alliés. Il assume cette contradiction car « tout homme porte en lui une guerre civile ». De février à avril 1937, il se rend aux États-Unis et au Canada pour récolter des fonds en faveur de l’Espagne républicaine ; mais les controverses rejaillissent, à l’image de la polémique entretenue avec Trotski. De retour en France, Malraux publie L’Espoir, puis prépare le tournage de « Sierra de Teruel », pour lequel il part en Espagne et fait de Max Aub son adjoint. À la chute de Barcelone, il revient en France où il termine le montage du film. Censuré par le gouvernement Daladier, le film ne sort qu’en 1945 sous le titre d'Espoir. La défaite espagnole est vécue par Malraux comme l’échec de l’antifascisme, mais aussi comme un échec personnel. Il parle peu de cette période par la suite, mais ne trahit ni n’oublie l’Espagne.

Après la guerre : une mémoire bien vivante ?

9Benoît Falaize (Université de Cergy-Pontoise) revient sur les modalités d’enseignement de la Guerre d’Espagne en France. Si cette intervention est axée principalement sur les manuels scolaires, force est de constater que parallèlement à ceux-ci, les programmes et les pratiques effectives des enseignants jouent un grand rôle, tout autant que les réalités locales. Ainsi, dès les années 1938-1939, certains instituteurs prennent en compte l’actualité et l’histoire familiale des élèves accueillis en évoquant l’exil républicain. Entre les années 1940 et 1980, une large place est accordée dans les manuels scolaires français à une écriture détaillée de l’histoire, quelques photographies venant illustrer les propos. Les rédacteurs ont vécu la guerre et écrivent une mémoire encore vive. Dans les années 1980 et 1990, la forme des manuels scolaire change : le corpus documentaire s’amplifie (affiches de propagande, extraits d’ouvrages et tableaux, principalement le Guernica de Picasso) alors que les textes diminuent. Dès la fin des années 1990 et durant les années 2000, l’art prend une place de plus en plus importante dans l’enseignement de ce sujet sensible. Il est neutralisé et inscrit dans un cadre moral d’intelligibilité « désidéologisée ». La Guerre d’Espagne n’est plus enseignée que comme « préalable » à la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, l’histoire de cette dernière tend à être enseignée à travers le prisme identitaire et victimaire et non sous un angle stratégique et militaire. Ainsi, la place accordée à la Guerre d’Espagne dans les manuels scolaires, comme préalable à la guerre mondiale, diminue peu à peu.

10Maryse Bertrand de Muñoz (Université de Montréal) dresse un bilan des ouvrages publiés depuis la Guerre d’Espagne et ayant pour trame le conflit ou la période de la dictature. Elle remarque que jusqu’à la fin des années 1950, ce sont surtout des intellectuels qui s’intéressent à la question espagnole, à l’image de Jean-Paul Sartre (dans la nouvelle Le mur), Albert Camus (Révolte dans les Asturies) ou des romanciers comme Daniel de Bois-Juzan (Celui qui fut Pedro Muñoz) et Bernard Clavel (L’Espagnol). À partir des années 1960, les historiens s’emparent de ce thème, comme Émile Temime et Pierre Broué dans La Révolution et la Guerre d’Espagne, Max Gallo et son Histoire de l’Espagne franquiste ou encore Claude Martin, pro-franquiste, qui rédige une biographie du « Caudillo » intitulée Franco. Soldat et Chef d’État. La littérature s’enrichit d’un grand nombre de pièces de théâtres et de romans parmi lesquels Le Palace de Claude Simon, dans lequel l’auteur décrit le chaos et le non-sens d’une guerre civile. Peu à peu, des exilés espagnols devenus français publient sur cette part de leur histoire, notamment des romans : Les portes du sang de Michel del Castillo, Les Ramblas finissent à la mer de José Luis Vilallonga ou María República d’Agustín Gómez-Arcos. Ces dernières années, les publications foisonnent, qu’elles soient historiques, littéraires et/ou romancées et démontrent à quel point ce thème reste prégnant dans la société.

11Enfin, la dernière intervenante, Alicia Alted (UNED) présente la Guerre d’Espagne à travers les témoignages d’exilés républicains en France. L’histoire du temps présent s’écrit, selon elle, en parallèle ou en collaboration, entre historiens et acteurs d’un événement. Mais les deux protagonistes n’ont pas toujours les mêmes perspectives. L’acteur reconstruit l’histoire par rapport à son système de représentation afin de marquer un événement dans la conscience collective de son groupe d’appartenance. L’historien, quant à lui, travaille l’histoire d’un point de vue extérieur, en cherchant à objectiver la subjectivité des acteurs des événements. Certains acteurs essaient de comprendre l’histoire de leur propre groupe, comme le fait Pierre Marquès dans Les enfants espagnols réfugiés en France (1936-1939). Pour les républicains espagnols, l’écriture a une valeur toute particulière. Ainsi, nombreux sont ceux qui rédigent leurs mémoires dans une volonté de transmettre et de donner sens aux événements vécus. D’autres publient des livres mêlant leur propre expérience et les témoignages oraux issus de leur organisation comme Federica Montseny, ancienne ministre anarchiste du gouvernement de la République réfugiée à Toulouse, dans Pasión y muerte de españoles en el exilio. Bien après la transition démocratique, des deux côtés de la frontière, de nombreux enfants et petits-enfants luttent pour la transmission de cette histoire et la reconnaissance des participants à cette lutte. Si la loi de 2007, dite de « mémoire historique », marque une tentative de reconnaissance, la dette reste vivante et les mouvements actuels en Espagne questionnent pour une large part le positionnement de la gauche durant la transition.

12La dernière journée débute par un hommage sur la tombe de Manuel Azaña, située dans le cimetière urbain montalbanais. Un groupe de jeunes chanteurs et musiciens du Collège Olympe de Gouges et le groupe de musique Trio Khimaira animent ce moment de recueillement sur la tombe de l’ancien Président de la Seconde République espagnole. Les huitièmes journées ont été clôturées par un repas convivial partagé par les participants.

13Les journées de Montauban se déroulent dans une période où le souvenir, toujours vif, de la Guerre d’Espagne se mêle à la notion de « mémoire historique ». Cette expression pleine de promesses contre l’oubli est aussi porteuse d’ambiguïté quant à la différence entre ce qui relève de la mémoire et de l’histoire. Les membres de l’Association Présence de Manuel Azaña se placent sous l’invocation du Président d’une république renversée par un coup d’État militaire. Ils n’en renoncent pas pour autant à poursuivre un examen critique des données historiques qui permettent d’approfondir notre compréhension de ces événements et de leurs conséquences. C’est donc toujours en historiens que les participants sont intervenus. Leur tâche, différente des entreprises mémorielles qui ont par ailleurs leur légitimité, n’est pas de conforter par l’exposé de nouveaux cas les convictions déjà établies mais de questionner à nouveau les événements les mieux documentés. C’est ce qu’ont fait tous les intervenants en rouvrant les dossiers de la non-intervention, de la position des divers acteurs français dans le monde politique et intellectuel. Mais aussi en se donnant pour objet les représentations dans la littérature, les arts et la transmission dans l’éducation ; supports qui nourrissent depuis des années et continueront à nourrir notre vision, ou plutôt nos visions, de la Guerre d’Espagne et nos rapports au souvenir de la République et à la mémoire de l’exil. À cette tâche, nul doute que de futures journées de Montauban contribueront encore dans les années à venir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Huitièmes journées Manuel Azaña
Légende Affiche des Huitièmes journées Manuel Azaña
Crédits Association Présence de Manuel Azaña, http://www.associationpresencedemanuelazana.com/​topic/​index.html
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anélie Prudor, « Les « Huitièmes Journées Manuel Azaña », 7, 8 et 9 novembre 2013, à Montauban », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 15 | 2014, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/2839

Haut de page

Auteur

Anélie Prudor

Titulaire d'un Master Recherche de l'EHESS en Anthropologie Sociale et Historique sur Les réseaux transfrontaliers de la mémoire républicaine entre Haut-Aragon et Midi-Pyrénées (2013). Projet de thèse en préparation sur les enjeux de l'articulation histoire/mémoire entre historiens et descendants des républicains espagnols. LISST-Centre d'Anthropologie Sociale
a.prudor@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org