Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de manifestations scientifiques

Journée d’études « Frontières divines et humaines »

Amaia Arizaleta (coord.), Laboratoire FRAMESPA, Thématique 1, Atelier LEMSO, 15 novembre 2013, Université de Toulouse II
Johan Puigdengolas

Texte intégral

1La journée d’études « Frontières divines et humaines », organisée par Amaia Arizaleta et accueillie par l’atelier LEMSO, appartenant à la Thématique 1 du laboratoire FRAMESPA, s’est tenue le 15 novembre 2013 à l’Université de Toulouse II-Le Mirail. Cette manifestation proposait d’interroger, dans le cadre de la thématique liée aux frontières, la construction de la verticalité. Saints, démons et anges furent successivement envisagés afin d’appréhender les images et imaginaires de la verticalité au Siècle d’Or ainsi qu’au Moyen Âge.

2La première intervenante, Natalia Fernández Rodríguez, Maître de conférences à l’Université de Berne et spécialiste de l’hagiographie dans le théâtre du Siècle d’Or, s’est interrogée sur le caractère spectaculaire des apothéoses dans un corpus de pièces du début du xviie siècle. Face à la condamnation des moralistes, partisans d’un théâtre de la sobriété dans lequel primait la piété, cette dramatisation de la sainteté, héritière du renouveau des arts visuels issu du courant contreréformiste, parvint toutefois à s’imposer. Natalia Fernández Rodríguez a ainsi insisté sur le fait que les ressorts scénographiques mis en œuvre dans ce corpus participaient tant de la démonstration, en son sens premier, que de la célébration de la sainteté. L’espace scénique, envisagé dans sa verticalité, reproduisait une forme de cosmovision triadique dont les potentialités étaient pleinement exploitées. Démons surgissant des profondeurs infernales par l’artifice de trappes, apparitions angéliques et autres intercessions bénéfiques venues des cieux se succédaient dans les représentations afin de mieux souligner les vertus du saint et d’exalter son exemplarité. Ces artifices matériels mais aussi diégétiques, puisque la plupart des interventions conçues sur cet axe vertical constituaient des ajouts des dramaturges aux légendes, venaient illustrer l’ascension du saint personnage. À travers ces mises en scènes, s’esquissaient des espaces de pénitence, dans lesquels l’extériorisation d’un sacrement interne se faisait jour. Participant d’un imaginaire collectif, ces représentations trouvaient un écho direct dans la lettre des pièces théâtres, en particulier dans le syntagme « como lo pintan » qui associait figuration théâtrale et représentation iconographique d’un personnage.

3La seconde communication, présentée par Luis González Fernández, Maître de conférences à l’Université de Toulouse II, concernait les recours d’identification du diable dans la comédie de Mira de Amescua et de Pedro Calderón de la Barca. À défaut d’élément vestimentaire ou scénique permettant d’identifier celui-ci, quels sont les artifices qui facilitaient le repérage du Démon lorsqu’il apparaissait sur scène ? En effet, en l’absence d’artifices visuels caractéristiques, tout nouveau personnage qui faisait son entrée sur scène pouvait être le Démon, créant ainsi un habile effet de suspense. Il fut suggéré que le recours marqué à la première personne du singulier par l’acteur ou l’actrice, ainsi que l’ambiguïté de certains vers, envisagés comme unités sémantiques, permettaient d’attirer l’attention du public sur ledit personnage. L’examen du corpus retenu permit néanmoins de discerner de notables différences entre les auteurs. L’introduction tardive du personnage dans les comédies de Mira de Amescua constituait une valeur ajoutée au caractère spectaculaire de l’apparition diabolique. Les topiques de cette apparition différée contribuaient à accentuer le dramatisme ainsi que la participation du spectateur qui devenait ainsi acteur de l’identification démoniaque.

4La dernière intervention de la journée, menée par Johan Puigdengolas, doctorant TESC, concernait la question de l’ange dans les œuvres en prose attribuées à Alphonse X. Il s’agissait d’un panorama de la question qui interrogeait les usages littéraires de la figure, entre questions philosophico-théologiques et métaphores politiques. Il fut ainsi question des potentialités de la figure angélique telles qu’elles étaient développées dans les encyclopédies canoniques (droit ou théologie), mais aussi, et avec une plus grande liberté, dans les œuvres de fiction (récits historiques, chroniques). Il s’agissait de suggérer que, loin d’une simple reprise de la tradition et des divisions intégrées par celle-ci, les anges occupent une large place dans l’imaginaire médiéval qui, fort des qualités exemplaires et vertueuses de cette figure, a été finement réinvesti par les savants au service du monarque à des fins de légitimation du pouvoir et de discrédit des dissidences politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Puigdengolas, « Journée d’études « Frontières divines et humaines » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 15 | 2014, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/2803

Haut de page

Auteur

Johan Puigdengolas

Doctorant, Atelier LEMSO (dir. Amaia Arizaleta), thématique 1 de FRAMESPA, Université de Toulouse II. Thèse de littérature hispanique médiévale en cours, sous la direction de Mme Amaia Arizaleta : « Étude des réseaux intellectuels autour d’Alphonse X (1252-1284) ».
johan.puig@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org