Navigation – Plan du site
Recensions d'ouvrages

Claudie Paye, « Der französischen Sprache mächtig ». Kommunikation im Spannungsfeld von Sprachen und Kulturen im Königreich Westphalen 1807-1813

Oldenbourg, München, 2013, Pariser Historische Studien, 100, 599 p.
Thomas Keller
Référence(s) :

Claudie Paye, « Der französischen Sprache mächtig ». Kommunikation im Spannungsfeld von Sprachen und Kulturen im Königreich Westphalen 1807-1813, Oldenbourg, München, 2013, Pariser Historische Studien, 100, 599 p.

Texte intégral

1Le volume représente une version remaniée de la thèse de Claudie Paye qui a obtenu en 2008 le prix de la meilleure thèse de l’Université franco-allemande. Deux chapitres – sur la culture épistolaire et sur les rumeurs – sont publiés, mais uniquement en ligne.

2L’auteure avait déjà exposé au grand public une partie de ses recherches dans le catalogue König Lustik !?, paru en 2008 à l’occasion de l’exposition à Kassel sur Jérôme et l’État modèle du royaume de Westphalie.

  • 1  On peut citer en exemple le travail de Manuela Böhm «Sprachenwechsel. Akkulturation und Mehrsprach (...)

3Disons-le tout de suite : il s’agit d’un ouvrage qui fera date. Il est le fruit d’un vaste travail témoignant d’une grande érudition. Ce type de réalisation présuppose un itinéraire franco-allemand et une recherche dévouée sur de longues années. L’auteure réussit l’exploit d’écrire un texte remplissant toutes les exigences scientifiques et qui se lit en même temps avec un grand plaisir. Elle présente ses méthodes, pour ainsi dire, à l’allemande, toutefois toujours en rapport avec son sujet, et elle donne un texte truffé d’exemples, en évitant tout jargon – cependant les sociolinguistes et historiens du langage pourront lui reprocher de ne pas s’être tenue à la terminologie développée en sciences linguistiques1.

4Le royaume de Westphalie étant composé de territoires divers, les actes sont dispersés. Le sujet requiert des recherches dans plusieurs pays. Le nombre des archives exploitées est impressionnant ; Claudie Paye a mené ses recherches en Allemagne, en France et même à la Bibliothèque nationale russe de Saint-Petersbourg et a découvert des documents jusqu’alors largement inconnus du public. Les rapports des agents de police, mais aussi certains objets matériels constituent son support de recherche.

5L’auteure a choisi une voie médiane entre la thèse réductrice de l’occupation par une puissance étrangère et l’idéalisation du système napoléonien. Elle tient compte et des acquis politiques, sociaux, économiques et culturels, et des tendances à l’exploitation dans le royaume de Westphalie. L’étude de la réalité langagière et communicationnelle représente un champ idéal pour éviter les jugements préconçus. Cette réalité englobe la politique langagière officielle, les pratiques réelles, les apprentissages et les acquis, les formes écrites et les actions symboliques, les objets inclus (sollicitations, caricatures, blasons), et finalement les difficultés et conflits au niveau des traductions et de l’emploi du français et de l’allemand dans la vie quotidienne.

6Elle combine, sans les juxtaposer, un grand nombre de méthodes : nation building, linguistique sociale et historique, recherches sur la confédération rhénane et le royaume de Westphalie, histoire des médias, transfert culturel. Le titre « Der französischen Sprache mächtig » relie la question de la langue à celle du pouvoir. Maîtriser la langue française dans le royaume de Westphalie semble conférer du pouvoir aux Français, voire leur donner des avantages et privilèges. Mais, en fait, la maîtrise du français constitue aussi un atout réel pour les Allemands. Les autorités françaises n’imposent pas, au nom de l’égalité, le modèle d’une seule langue, le français, comme c’est le cas en France même et dans les territoires allemands de la rive gauche du Rhin rattachés à la France. L’étude montre que les citoyens westphaliens font preuve, au moins au début du règne de Jérôme, d’un vrai engouement pour la langue française.

7Le royaume de Westphalie, un territoire extrêmement hétérogène qui ne comprend que de petites parties de la Westphalie actuelle, semble être un terrain peu propice à l’éclosion de la langue française. Mis à part chez les huguenots du Nord de la Hesse et l’aristocratie maîtrisant le français, la langue du voisin n’est pas très répandue. Mais la situation est plus complexe. Le fait que le territoire englobe au moins cinq dialectes allemands explique que le français puisse jouer le rôle d’une lingua franca. La politique langagière officielle prévoit le bilinguisme, le français ne dominant que le niveau supérieur de l’administration. La situation ressemble plutôt à un contrat : les Westphaliens sont prêts à apprendre le français mais ils attendent en retour un effort des Français. Le royaume doit refléter et symboliser un lien entre Français et Allemands. Ainsi les contemporains critiquent-ils que ni Jérôme ni le ministre Siméon n’aient jamais appris l'allemand.

8L’enthousiasme se manifeste moins dans les mesures officielles et publiques que dans les cours privés et la fondation d’écoles privées enseignant le français. Les grands médiateurs, par exemple Reinhard et Villers, sont quasiment absents de l'étude de l’auteure, ce que certains lecteurs pourront regretter. Claudie Paye se consacre essentiellement à d’autres types de médiateurs : elle identifie des groupes largement inconnus, les maîtres de langue allemands et français (Heinrich Rindfus, François Marchand), les interprètes français et allemands comme Cerfberr et Mierzinsky et les écrivains publics ainsi que les médias, tels que les dictionnaires. Les maîtres de langue mènent souvent une vie précaire, voire une existence aventurière. Claudie Paye découvre même un groupe de bilingues analphabètes.

9La comparaison des versions du journal officiel, le Moniteur westphalien, permet un jugement quant au niveau du bilinguisme et des traductions. Or les fautes et maladresses sont fréquentes. Le nombre de bilingues et le niveau du bilinguisme restent limités, un constat qui ne peut surprendre vu que ce royaume n’existe que depuis peu. Le comportement est souvent pragmatique, voire stratégique : après le désastre de la Grande Armée en Russie, les truchements russes remplacent les manuels français.

10Tandis que les documents concernant l’acquisition du français traduisent plutôt l’évolution paisible vers une société bi-culturelle, les objets non-verbaux – tabatières, pipes – portant des caricatures témoignent plutôt de la résistance des Westphaliens contre le régime napoléonien. Les exemples matériels permettent de décrypter les stratégies communicationnelles non-verbales. L’auteure prête une attention particulière à l’affaire Taberger – un cercueil miniature exposé parmi des soldats dans la devanture de cet artisan. Il s’agit ici d’actions symboliques, qui sont, pour la censure et la surveillance policière, difficiles à classer.

11L’évolution de la communication reflète les aléas de l’histoire. Quand la défaite de Napoléon devient prévisible, un nombre considérable de Westphaliens se tourne vers le russe. Claudie Paye constate même un vrai talent westphalien pour l’adaptation et la dissimulation. Ils manient avec aisance plusieurs identités. On peut ainsi distinguer la politique relativement libérale d’en haut et la politique d’en bas caractérisée par l’ingéniosité et aussi la ruse. Les stratégies communicationnelles des Westphaliens leur permettent justement de déjouer la censure et le contrôle policier.

12S’il y a conflits, ils ne viennent pas de la barrière linguistique qui mettrait en scène un contraste entre nations. Grâce au bel ouvrage de Claudie Paye, le lecteur gagne une vive impression de la réalité foisonnante caractérisant la vie dans l’État expérimental qu'est le royaume de Westphalie.

Haut de page

Notes

1  On peut citer en exemple le travail de Manuela Böhm «Sprachenwechsel. Akkulturation und Mehrsprachigkeit der Brandenburger Hugenotten vom 17. bis 19. Jahrhundert», Berlin-New York (Walter de Gruyter), 2010, (Studia Linguistica Germanica, 101), qui, quant à lui, fait amplement usage de la terminologie des sciences linguistiques et nomme avec un répertoire précis les phénomènes linguistiques constatés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Keller, « Claudie Paye, « Der französischen Sprache mächtig ». Kommunikation im Spannungsfeld von Sprachen und Kulturen im Königreich Westphalen 1807-1813 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 15 | 2014, mis en ligne le 29 mars 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/2793

Haut de page

Auteur

Thomas Keller

Professeur à l’université d'Aix-Marseille.
thomas.keller@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org