Navigation – Plan du site
Exilio

Les réfugiés en Europe, 1936-1948 : la question des motivations

Refugees in Europe, 1936-48: the Question of Motivations
Los refugiados en Europa, 1936-1948: el tema de las motivaciones
Sharif Gemie, Fiona Reid et Laure Humbert
Traduction de Laure Humbert

Résumés

L’article explore les processus d’expulsion, d’exclusion et d’exil, en s’intéressant à l’expérience des civils et des non-combattants dans les années trente et quarante. Plusieurs questions fondamentales sont examinées : quels sont les facteurs qui ont transformé des gens plutôt ordinaires en « réfugiés », c’est-à-dire en personnes extraordinaires ? Comment ont-ils appréhendé ce passage d’un statut « d’homme ordinaire » à celui de « réfugié » ? Forment-ils une population minoritaire, dont la situation est exceptionnelle ? Ou peut-on considérer leurs expériences comme emblématiques voire typiques de leur époque ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous sommes reconnaissants à la Fondation Leverhulme d’avoir apporté un soutien financier à notre (...)

1Notre projet1 explore les processus d’expulsion, d’exclusion et d’exil, en s’intéressant à l’expérience des civils et des non-combattants dans les années trente et quarante. Dans cette intervention, nous examinerons plusieurs questions fondamentales : quels sont les facteurs qui ont transformé des gens plutôt ordinaires en « réfugiés », c’est-à-dire en personnes extraordinaires ? Comment ont-ils appréhendé ce passage d’un statut « d’homme ordinaire » à celui de « réfugié » ? Forment-ils une population minoritaire, dont la situation est exceptionnelle ? Ou peut-on considérer leurs expériences, d’abord, comme emblématiques et, ensuite, comme typiques de leur époque ?

Définitions

2Notre projet – Outcast Europe, ou Europe exilée, ou Europa desterrada – traite de la Deuxième Guerre mondiale et des conflits sociaux et politiques qui en résultent2. Notre étude aborde la période qui s’étend de 1936, début de la guerre civile espagnole, à 1948, date du pont aérien à Berlin. S’inscrivant dans une histoire sociale, bien plus qu’institutionnelle, elle porte sur les effets sociaux à long terme de la Deuxième Guerre mondiale sur les populations civiles.

3Pendant cette période, la profusion des conflits armés a entraîné de nombreux déplacements de populations. Les études qui abordent ce type de mouvement complexe et tragique et les analyses qui s’intéressent au phénomène d’« expulsion », d’« exclusion » ou d’« exil » retiennent, la plupart du temps, le terme de « réfugié » pour désigner ces populations. Toutefois, il est important de souligner qu’un ensemble de termes, datant souvent de cette période et renvoyant généralement à la même réalité, est venu compléter ce terme. Cette richesse lexicale témoigne de l’ampleur des crises humaines de cette période :

Displaced persons (personnes déplacées), fuyards, homeless (les sans-abri), illegal migrants (migrants illégaux), infiltrees (ceux qui infiltrent), newcomers (les nouveaux venus), ‘no-man’s-land’ (terme anglais utilisé par des Français), persecutees (les persécutés), refugees (réfugiés), sinistrés, stateless (apatrides), unassimilablealiens (les étrangers non-assimilables), unclassified (non-classés), undesirables (les indésirables), uprooted (les déracinés).

4L’apparition de ces nouveaux termes révèle la diversité des situations, liées à ces mouvements de populations, et traduit la complexité du phénomène, que le terme seul de « réfugié » ne saurait illustrer. Quel est d’ailleurs le point commun – s’ils en ont un – de tous ces groupes ?

5Avant de s’intéresser à cette question, commençons par une brève analyse des termes utilisés couramment et soulignons leurs problèmes et leurs limites respectifs.

  • « Réfugiés » : selon la Convention relative au statut des Réfugiés de l’Organisation des Nations-Unies de 1951, on n’accorde le statut de réfugié qu’aux individus se trouvant en-dehors de leur pays d’origine et étant reconnus comme individus persécutés par un autre État. Ainsi, si l’on prend le mot au sens strict, on ne peut pas accorder ce statut aux dix millions de gens sur les routes de France en mai et juin 1940. La définition de ce mot est vraisemblablement trop marquée politiquement – elle correspond à une définition étatique – pour être utilisée dans le cadre d’une recherche sur l’expérience humaine de ces gens.

    • 3  Voir Rosemary Sullivan, Villa Air-Bel; the Second World War, Escape and a House in France, London, (...)

    Le terme « exilés » est également répandu à cette époque. Seulement, le mot est souvent utilisé pour désigner des individus connus – tels que Léon Trotsky, Walter Benjamin, Victor Serge ou André Breton – c’est-à-dire, des individus « relativement » privilégiés qui peuvent bénéficier de l’aide de réseaux diplomatiques, politiques ou culturels, pour recommencer une nouvelle vie dans un autre pays3.

  • Le terme « apatride » est utilisé pour des groupes qu’aucun État ne considère comme ses ressortissants, tels que les Juifs expulsés de l’Allemagne nazi et étant refusés par la Pologne en 1938. Si le mot est indéniablement intéressant – il permet de décrire une condition politique – il s’avère lacunaire pour fournir une explication globale sur la situation de ces groupes. Le terme souligne, en effet, ce qui manque, mais ne dit rien sur la possibilité, même restreinte, d’une capacité des réfugiés à agir ou à prendre des décisions.

    • 4  Daniel G. Cohen, « Naissance d’une nation : les personnes déplacées de l’après-guerre, 1945-1951 » (...)

    Le terme « personnes déplacées » a une origine plus clairement politique : C’est un euphémisme, traduisant l’optimisme des alliés en 1944, qui croient pouvoir résoudre tous les problèmes d’émigration forcée par un simple rapatriement des « personnes déplacées » dans leurs régions d’origine. Derrière ce mot, se cache une réalité beaucoup plus complexe : pour beaucoup de « personnes déplacées », leurs régions d’origine n’existent plus4.

  • Le terme « évacués » pose problème. À première vue, la situation des évacués diffère radicalement de celles des réfugiés. Leur transfert est prévu par leur gouvernement et ils bénéficient normalement de certaines aides de la part de cette autorité. Mais, en pratique, ils sont souvent considérés comme des étrangers dans leurs régions d’accueil et ils sont marginalisés, parfois même par leur propre gouvernement. Finalement, contrairement à ce qu’on pourrait croire de prime abord, leur situation s’avère peu différente de celle des réfugiés classiques.

6Cette brève analyse lexicale permet de délimiter notre champ de recherche. Les définitions officielles et les catégories administratives gomment les réalités de l’expérience des personnes réfugiées. Nous détachant de cette approche institutionnelle et de ces points de vue officiels, nous proposons notre propre définition. Nous étudions :

  • des personnes qui ont quitté leur propre domicile

  • des groupes et non des individus, surtout des groupes qui peuvent prétendre être majoritaires

  • des groupes qui sont aliénés par leur gouvernement

  • des groupes qui, d’une certaine manière, ont pris une décision, même si elle est très limitée.

7Maintenant que nous avons émis nos réserves quant à l’utilisation du terme « réfugié », il faut reconnaître qu’il reste le terme le plus utilisé et le plus commode et qu’il est employé par la plupart des chercheurs, commentateurs et participants : nous l’utiliserons donc dans notre intervention, en tenant compte des réserves formulées précédemment.

Réfugiés par choix

8Tous les réfugiés prennent une décision au moment de devenir réfugié, même si cette prise de décision ne correspond pas à un choix libre. Cette remarque est importante : affirmer qu’il existe « une prise de décision » dans le processus de « devenir réfugié » amène à remettre en question certaines idées reçues sur la condition de réfugié et conduit à discréditer les notions de chaos, de panique et de comportements irrationnels, traditionnellement associées aux déplacements de population. Si, pour certains réfugiés, le choix de fuir un gouvernement est une affaire de vie ou de mort, il traduit pour d’autres, certes minoritaires, un besoin de renouveau et une volonté de repartir à zéro dans la vie.

  • 5  Judith Tydor Baumel, Kibbutz Buchenwald: Survivors and Pioneers, New Brunswick, Rutgers University (...)
  • 6  Voir, par exemple, Dolores Torres, Chronique d’une femme rebelle, Paris, Wern, 1997. Sur les espér (...)
  • 7  Sur la vie et les espérances de ces exilés à Marseille en 1940-1941, voir Anna Seghers, Transit, [ (...)
  • 8  I. F. Stone, Underground to Palestine, London, Hutchinson, 1979, p. 16.

9Certains réfugiés ne cherchent pas seulement à survivre, ils cherchent à renaître5. Pour certains républicains espagnols, par exemple, la France n’est pas seulement un pays plus riche que l’Espagne, c’est aussi une société plus libérale et plus civilisée. Leur voyage peut à la fois s’assimiler à une fuite devant les persécutions franquistes mais aussi à un voyage vers une vie plus heureuse6. Il en est de même pour les exilés européens en attente de visas pour les pays américains en 1941 : ils pensent certainement que ces communautés américaines – hispaniques, intellectuelles ou scientifiques – vont leur offrir de nombreuses opportunités heureuses7. Mais, c’est surtout le réfugié juif, survivant de la Shoah et imprégné par les théories sionistes après la Deuxième Guerre mondiale, qui correspond au cas emblématique du réfugié par choix. Bien sûr, il peut se manifester chez lui le simple rejet de « ce continent infesté de haine »8. Mais ce rejet coexiste souvent avec l’idée, que le nouvel Israël lui offre ce que la vieille Europe lui a refusé : non seulement la sécurité, mais aussi une dignité et une identité.

  • 9  Zippy Orlin, ‘What it’s really like in a DP Camp: A South African girl in Belsen’, in Erik Somers (...)
  • 10  I. F. Stone, op. cit., p. 38.
  • 11  Voir Walter Laqueur, Generation Exodus: the Fate of Young Jewish Refugees from Nazi Germany, Hanov (...)

10À travers la redécouverte et la réappropriation des thèmes établis du sionisme d’avant 1933, les réfugiés juifs forgent « une foi dans l’avenir9 ». Souvent contre les conseils des meneurs sionistes, un certain nombre d’entre eux construisent même des kibbutz proches des anciens camps de concentration. Le journaliste américain, I. F. Stone, raconte sa rencontre avec un groupe de 55 réfugiés juifs dans un train de Prague à Bratislava en 1946 : ils chantent ensemble une chanson yiddish, qui date des années précédents l’arrivée d’Hitler au pouvoir – « Pionniers, préparez-vous pour le Palestine10 ».Cependant, si la chanson reste la même, les mots ont pris une nouvelle signification après 1945. Avant 1933, beaucoup des juifs européens considéraient que leur avenir résidait dans l’assimilation. Après la Shoah, il semble que, pour beaucoup d’individus, les thèses sionistes se soient incontestablement confirmées. Ce mouvement forme le dernier chapitre de l’utopisme sioniste. Il faut cependant noter que les sionistes plus anciens, de la génération d’avant 1933, méprisent ces convertis naïfs et tardifs11.

11Ces faits nous rappellent l’existence d’un important mouvement de populations à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, provoqué par des tensions sociales et culturelles plus anciennes. Cependant, ces réfugiés par choix sont incontestablement minoritaires, voire ultra-minoritaires : ils ne sont pas des réfugiés typiques de cette époque.

Réfugiés par nécessité

12Chaque réfugié prend une décision. Dans cette prise de décision, l’évaluation des circonstances est bien entendue capitale. Beaucoup de réfugiés, au moment de partir, considèrent que la seule alternative qui se présente à eux relève d’une question de vie ou de mort. Ces évaluations du danger se révèlent parfois, avec le recul, exagérées ou erronées. Cependant, pour les réfugiés, elles restent réelles, et ressenties comme telles, au moment de prendre la décision.

13L’exode français de mai et juin 1940 est un bon exemple de cas où une grande partie d’une population a fait ce choix. Environ 10 millions de personnes participent à ce large mouvement, quittant le nord et l’est de la France pour trouver refuge dans le sud et l’ouest. Il faut noter que, dans ces régions du nord et de l’est, ces populations, qui décident de partir, sont largement majoritaires. L’exode se décompose en deux mouvements.

  • Le premier mouvement concerne les habitants des régions proches de la Ligne Maginot. Ils sont évacués par le gouvernement au début du mois de septembre. Leur voyage est organisé et planifié par l’État (l’évacuation est planifiée depuis 1922).

  • Le second mouvement, le véritable exode, commence après l’invasion allemande. Il correspond à des voyages spontanés et surtout individuels, entrepris par des gens qui essayent d’échapper à l’armée allemande. Ce dernier mouvement est beaucoup plus important, plus précipité et plus dramatique que le premier.

14Non seulement ces réfugiés ne bénéficient d’aucune protection de l’État, mais ils doivent également subir les bombardements ennemis, la chaleur particulièrement éprouvante d’un mois de mai et juin et le manque d’approvisionnement. Toutefois, malgré ces dangers et ces conditions épouvantables sur la route, ils ont considéré qu’ils devaient partir. Leurs motivations sont toutefois très variées : certains cherchent à fuir par simple instinct de survie, d’autres par patriotisme, et enfin, certains suivent simplement le mouvement et sont emportés par la foule. Ainsi, la notion de « nécessité » prend des formes différentes.

  • 12  George Denis Freeman and Douglas Cooper, The Road to Bordeaux, London, The Cresset Press, 1940, p. (...)
  • 13  Léon Werth, 33 jours, Paris, Édition Viviane Hamy, 1992, p. 46.

15Pourquoi partir ? Cela peut d’abord s’expliquer simplement par la volonté de trouver un abri loin du conflit ; l’armée allemande effraie beaucoup de Français et nombreux sont ceux qui sont convaincus en 1940 qu’ils seront à l’abri une fois la Loire franchie. Les populations du Nord ont en mémoire les souvenirs de la Première Guerre mondiale, parfois même de la guerre franco-prussienne : ils connaissent, surtout, les histoires des atrocités allemandes. Partir est presque un réflexe automatique. Un officier anglais reprend le témoignage d’une Française sur les routes de l’exode : « nous connaissons ce que signifiait l’évacuation dans ma famille : nous avons vécu ici depuis presque un siècle. Ma grand’mère est partie en soixante-dix pour la première fois. En quatorze, quand j’étais enfant, nous sommes partis encore. Et maintenant, aujourd’hui, je dois partir avec mes enfants »12. Paradoxalement, ces souvenirs de guerre et d’évacuations coexistent avec l’idée, beaucoup plus rassurante, selon laquelle l’armée française est pleinement capable de battre les Allemands. « Nous n’avons pas anticipé l’écroulement totale de l’armée française »13.

  • 14  Georges Sadoul, Journal de guerre, Paris, Les Éditeurs français réunis, 1977, p. 285.
  • 15 Ibid., p. 288.

16Enfin, cette perception de la nécessité peut résulter d’une volonté patriotique. Certaines personnes refusent ainsi de se soumettre aux ordres allemands. Par exemple, Georges Sadoul raconte plusieurs histoires qui illustrent ce sentiment patriotique : un paysan français fait tuer toutes ses vaches plutôt que les livrer aux Allemands14 alors que d’autres Français font brûler leurs maisons avant de partir15.

17On peut considérer que ces réfugiés « par nécessité » sont majoritaires dans leur société. Dans un sens statistique, il est évident que le demi-million de la retirada ne correspond qu’à une large minorité de la population espagnole. Mais, il faut rappeler que dans quelques cas des villages entiers sont partis dans cette aventure. Par ailleurs, la retirada a mobilisé les meilleurs écrivains et intellectuels de l’Espagne du vingtième siècle : cette participation des élites culturelles et politiques permet de penser que la retirada a représenté une certaine « majorité » de l’Espagne, même si la majorité statistique n’a pas participé dans le mouvement.

18On pourrait faire le même genre d’observation sur l’exode. Il représente près d’un quart de la population totale de la France mais, dans ces régions du Nord et de l’Est, c’est souvent la quasi-totalité des villages et des villes qui y participe.

Réfugiés par accident

19Les réfugiés prennent des décisions. Ces décisions peuvent être, certes, commandées par un sentiment de nécessité, qui fait qu’ils n’ont pas l’impression de « faire un choix », dans le sens normal de l’expression. Jusqu’à présent, nous avons cherché à affirmer la présence d’une autonomie dans la décision de chaque réfugié à travers l’exemple des réfugiés ayant participé à la retirada espagnole, l’exode Français et le mouvement des juifs sionistes. Cependant, nous devons reconnaître que les réfugiés n’ont pas toujours les informations nécessaires pour trancher clairement et que les décisions qu’ils prennent ont souvent des conséquences inattendues. Par exemple, pour beaucoup de ceux qui se sont retrouvés sur les routes de l’exode, leur choix a très souvent été sérieusement biaisé par le cours rapide des événements, de telle sorte que certaines personnes se sont simplement retrouvées « réfugiés par accident ».

  • 16  Georges Filoque, « Souvenirs de l’Exode de 1940 », Institut d’histoire du temps pressent (IHTP) : (...)
  • 17 Ibid., s.d.

20Examinons maintenant plusieurs cas particuliers.
D’abord, celui de Georges Filoque qui habite dans l’Eure, à Les Andelys, en mai 1940. Il a vu passer des réfugiés fuyant l’armée allemande et il est au courant que Rouen a été récemment bombardée. Cependant, il décide de rester chez lui, convaincu que les Allemands n’attaqueront pas Les Andelys. Au fur et à mesure que la guerre avance, Filoque perd toutefois sa confiance et, au début du mois de juin, il considère qu’il n’est plus en sécurité dans sa maison. Les réfugiés du Nord lui ont apporté de mauvaises nouvelles concernant la situation militaire et lui ont également décrit les « mauvais comportements des troupes allemandes »16. Ces rumeurs, s’ajoutant aux signes des bombardements ennemis tout autour de lui, l’amènent à penser qu’il est plus raisonnable de rejoindre un ami qui habite à Bourgtheroulde (Eure) et de rester chez lui. Il ne s’enfuit pas de sa maison, et bien au contraire, il part de la manière la plus organisée qui soit, ayant clairement l’intention de rentrer chez lui dès lors que le danger a disparu. Il est évident que sa décision repose sur l’idée qu’il part pour un lieu plus sûr : « …là sur l’autre rive de la Seine il y aurait plus de sécurité, car selon moi il y aurait certainement une défense d’organisée pour empêcher la traversée du fleuve »17.

  • 18 Ibid., 12 août 1940.
  • 19  Ibid., 14 août 1940.

21Rapidement, son plan va à vau-l’eau. Malgré un bon sens de l’orientation, Filoque ne peut malheureusement pas emprunter les routes qu’il a prévu car elles sont surchargées de soldats. Il doit donc se résoudre à éviter les grands axes de communication pour suivre de petites routes, souvent sinueuses, rendant le voyage beaucoup plus long que ce qu’il a prévu. De plus, la retraite des Alliés, l’avance allemande, les bombardements sans fin et le chaos général amènent Filoque et son compagnon à devoir poursuivre leur voyage en direction du sud, même après l’armistice. Cela s’explique principalement par leur incapacité à trouver un endroit convenable pour s’arrêter. Par exemple, lorsque Filoque arrive chez son ami – cette arrivée est par ailleurs très tardive (12 août) – il réalise qu’il ne peut simplement pas rester : « Là, la maison était déjà remplie de réfugiés du Nord, tous clients de M. Mazaud. L’accueil fut plutôt froid surtout que nous deux n’étions pas de la famille »18. Si Filoque s’était arrangé avant son départ avec M. Mazaud pour rester chez lui, lors de son long voyage, d’autres personnes sont arrivées chez son hôte. Ces personnes, ayant un lien de parenté avec lui, ont par conséquent plus de droit de réclamer son hospitalité. Filoque et son ami se retrouvent ainsi sans maison, non pas parce qu’ils ont fui par panique mais simplement parce qu’ils ont été rattrapés par les événements. À la mi-août, Filoque est à Valiergues en Corrèze, et il cherche une chambre. Il se procure un certificat attestant du fait qu’il est réfugié mais il a clairement l’intention de rentrer chez lui dès que possible. Seulement à la mi-août, rentrer chez soi n’est pas une mince affaire. Filoque doit traverser la ligne de démarcation, et doit pour cela faire une demande de rapatriement. Soudainement, sa maison n’est plus dans le même pays. De façon plus cruciale, le pays dans laquelle elle se trouve, est un pays inconnu, comme l’illustre cette conversation que Filoque a avec l’officier chargé des papiers pour le rapatriement « L’officier à qui nous adressâmes ne m’engagea pas à rentrer, disant que personne ne pouvait savoir ce qui m’attendait à ma rentrée et après la ligne de démarcation »19. Filoque est ainsi devenu un réfugié parce que les frontières autour de lui, se sont déplacées. Alors qu’il voyageait, la République française s’est effondrée et s’est transformée en deux États différents. Malheureusement, Filoque est dans un pays alors que sa maison est dans un autre.

22L’établissement de la ligne de démarcation en 1940 crée une conjoncture très particulière qui place de nombreuses personnes dans cette situation de « réfugiés par accident » comme celle de Filoque. S’ajoutent à ces réfugiés par accident, d’autres cas de personnes devenues des « exclus », si ce n’est des « réfugiés officiels », tout en restant dans la même zone à la même époque. C’est là que l’on peut évoquer le problème des traditionnelles maisons de vacances des classes moyennes françaises. Cela peut paraître bien trivial, mais cela va finalement nous permettre de souligner un certain nombre de problèmes importants.

23Avoir ou louer une maison pour les vacances est une pratique commune à cette époque pour beaucoup de Français des classes moyennes. Or, beaucoup de définitions – que ça soit pour le mot « réfugié », « évacué », « déplacé » – repose sur le principe que quelqu’un a un endroit particulier auquel il appartient, et qu’être en dehors de cet endroit pose problème. Cependant, il est parfaitement possible, si ce n’est normal, pour un bourgeois français de vivre loin de la maison familiale pendant une période importante de l’année chaque été. Cela est particulièrement vrai pour les femmes et les enfants.

24La guerre est déclarée en septembre 1939, au moment où se terminent les traditionnelles vacances d’été. On comprend donc parfaitement pourquoi pour certaines familles – notamment pour les femmes et les enfants, il semble raisonnable de rester dans la maison de vacances, à la campagne, plutôt que de retourner dans la maison familiale dans une zone menacée par la guerre. Ces gens-là ne décident pas d’abandonner leurs maisons, ni même de devenir réfugiés, ils reportent simplement leur départ à plus tard.

25La famille de Denyse Weiller, par exemple, fait ce choix. Si Monsieur Weiller a des responsabilités professionnelles à Paris, il semble toutefois incongru d’exposer la famille entière aux dangers de la guerre. Mme Weiller et ses deux enfants restent donc dans la maison de vacances à Préfailles en Vendée. Initialement, cette séparation doit être de courte durée. Mais finalement, elle dure plus longtemps que prévue, principalement pour deux raisons, l’une pragmatique, l’autre plus complexe et subtile.

  • 20 Denyse Weiller, « Les Morts en Moi », IHTP : ARC 061, p. 81, s.d.
  • 21 Ibid., p. 91.

26D’abord, le frère de Denyse, qui a onze ans, attrape la rougeole. Trop malade pour un éventuel déplacement, il a également besoin des soins de sa mère, prolongeant ainsi le séjour de toute la famille. Deuxièmement, le récit de Denyse révèle certaines tensions entre les parents, un certain degré de tristesse dans leur couple et une volonté inexprimée de maintenir la séparation20. S’il n’y a pas de raison de croire que ce type d’arrangement familial est particulièrement répandu ou typique des périodes de guerre, il faut reconnaître que les circonstances particulières de la guerre rendent possibles certaines décisions ou certains comportements, qu’il ne serait pas convenable d’avoir en temps normal. Une fois Jacques remis de sa maladie, Mme Weiller déménage à Nantes avec ses enfants. Denyse est scolarisée au lycée Gabriel Guist, bien qu’elle souhaite rentrer à Paris. Dans sa classe, elle n’est pas la seule : sur 40 filles, 14 sont des « nouvelles ». Cela prouve que la famille Weiller n’est pas la seule à avoir renoncé à rentrer à Paris pour rester à l’abri à l’Ouest21.

27Il est clair que les raisons motivant la décision de la Famille Weiller de devenir des « outcasts » sont spécifiques à cette famille-là et ne peuvent pas être généralisées pour expliquer le comportement des réfugiés de manière générale. Toutefois, l’exemple de cette famille permet de comprendre que le comportement des réfugiés et la décision de quitter la maison familiale, peut souvent s’expliquer en prenant en compte une myriade de facteurs personnels, qui au premier abord paraissent peu importants et peu pertinents.

28Jusqu’à présent nous avons envisagé le cas de personnes qui se retrouvent réfugiés « par accident » à la suite toutefois, d’une décision qu’ils ont prise par eux-mêmes. Si cette décision s’est souvent révélée être mauvaise, à cause d’un manque d’information ou d’une incapacité à prévoir les conséquences de leurs actions, les personnes bénéficiaient néanmoins d’un certain degré d’autonomie au moment de prendre la décision. Il y a cependant des cas où une personne se retrouve réfugiée par accident, sans en décider, n’ayant aucun degré d’autonomie. Cela concerne principalement les personnes âgées, les enfants en bas âge ou encore les personnes à mobilités réduites, en résumé les gens ayant très peu d’autonomie. Ces gens-là ne fuient pas par panique, ne considèrent pas qu’il est nécessaire de partir ou ne prennent pas une décision qui les écartent de leurs communautés. Ce sont des individus qui ne disposent pas du pouvoir de prendre des décisions et qui dépendent bien souvent des choix des autres.

  • 22  Irène Némirovsky, Suite française, Paris, Denoël, 2004, p. 138.
  • 23 Ibid., p. 148.

29Dans le roman d’Irène Némirovsky Suite Française, Mme Péricand et sa famille quittent Paris pour trouver refuge dans le Sud. Étant mère d’une confortable famille bourgeoise, Mme Péricand s’estime tout à fait capable de s’occuper des enfants et de son beau-père pendant le voyage. Alors qu’ils se reposent en chemin dans une pension, un arsenal explose provoquant un énorme incendie. Mme Péricand rassemble ses enfants et s’enfuit. Une fois tout le monde sains et saufs dans le train en direction de Nîmes, Mme Péricand se rend compte qu’elle a oublié son beau-père22. Le vieil homme étant incapable de s’occuper de lui-même, il est secouru par les Sœurs du Saint-Sacrement. Au lieu d’être un réfugié par nécessité, il devient un réfugié par accident : abandonné, sans maison, confié à des étrangers23.

  • 24  Voir par exemple G. Lévy, IHTP : ARC 115.

30Le récit littéraire de Némirovsky n’est bien sûr pas un témoignage direct. Toutefois, cet abandon fictif de Monsieur Péricand n’est pas sans lien avec la réalité de l’époque. En effet, les archives de la Croix-Rouge Française montrent qu’il n’est pas rare d’abandonner les personnes âgées ou malades à la Croix-Rouge. Ces personnes abandonnées deviennent des réfugiés involontaires24. C’est parfois aussi le cas des enfants qui se perdent sur les routes de l’exode et qui deviennent des réfugiés alors que leurs parents parviennent à trouver un abri et un endroit relativement sûr pour s’installer.

31Cette notion de « réfugié par accident » correspond donc clairement à une réalité de l’époque. Elle amène à émettre des réserves quant aux définitions qui considèrent comme déterminant la traversée d’une frontière ou la décision de fuir un gouvernement. Si l’on regarde par exemple la carte de l’Europe centrale en 1944-1945, on peut facilement se rendre compte de la difficulté des familles et groupes de population quant au choix de la région qui présentera le moins de risques. Ces considérations nous conduisent à penser que l’expérience de « devenir un réfugié » peut être bien plus ordinaire que ce qui est communément admis.

Réfugiés par métaphore

32A la fin de l’occupation allemande, Sartre, dans un texte bref intitulé la République du Silence, propose une réflexion sur l’expérience de la résistance et montre en quoi la politique de la Résistance peut servir de base à la formation d’une nouvelle culture républicaine. Dans ce texte classique, il décrit, de manière pertinente, la vie ordinaire de la grande majorité des Français sous l’Occupation.

  • 25  Jean-Paul Sartre, « La République du Silence », in Situations III, Paris, NRF, 1976, p. 11-14.

« Nous avions perdu tous nos droits et d’abord celui de parler ; on nous insultait en face chaque jour et il fallait nous taire ; on nous déportait en masse, comme travailleurs, comme Juifs, comme prisonniers politiques ; partout sur les murs, dans les journaux, sur l’écran, nous retrouvions cet immonde et fade image que nos oppresseurs voulaient nous donner de nous-mêmes… »25.

33Sartre n’utilise pas le terme « réfugié ». Cependant la rupture qu’il décrit, entre citoyen et gouvernement, est proche de celle souvent vécue par les réfugiés. De nombreuses personnes, en Europe, à l’époque, éprouvent le même genre de sentiment à l’égard du gouvernement qui est (théoriquement) censé les représenter. Rupture, manque de communications, antipathie ou peur des figures d’autorités, loin d’être des expériences exceptionnelles, sont au contraire très répandues. Il est, en effet, presque impossible, pour n’importe quelle personne « sensée », de rester constamment patriotique pendant la période 1930-1950. Même dans un pays comme la Grande-Bretagne, beaucoup de Britanniques en viennent à remettre en question le gouvernement et sa politique. Nous considérons que ces aspects – ce divorce entre les citoyens et leur gouvernement – sont plus importants dans la constitution d’une identité « réfugié » que le simple déplacement physique.

34Compte tenu du fait que cette expérience est commune, il est possible d’affirmer que le « réfugié » est une figure emblématique et qu’il représente l’expérience européenne typique. Si tous les européens de l’époque n’ont pas été des réfugiés dans un sens littéral, la plupart des européens ont pu s’identifier à eux. Au cours de nos recherches, nous avons souvent utilisé le terme « outcast » pour couvrir la diversité et la variété des expériences. Ces exclus, « outcasts », peuvent se définir comme :

35Un nombre significatif de personnes – formant parfois la majorité d’une population – ayant perdu contact avec d’importants aspects de leur gouvernement – qu’ils soient politiques, organisationnels ou économiques – et commençant, par conséquent, à s’organiser indépendamment d’une structure étatique.

36Cette perte de contact peut-être soit le résultat d’un choix délibéré – comme par exemple, le choix de ne plus reconnaître de légitimité à son gouvernement – soit le résultat de circonstances particulières imposées : cela peut être un gouvernement qui cesse d’exister, ou l’établissement d’une politique discriminatoire, qui ne permet plus aux exclus d’être reconnus par leur propre État.

Conclusion

37Ces quatre différents types de processus conduisant un individu à devenir un réfugié ne sont bien sûr pas des catégories rigides aux frontières immuables : chaque situation résulte souvent d’un mélange de plusieurs facteurs. Par ailleurs, nous sommes conscients que les définitions que nous avons données impliquent des termes qui sont loin d’être neutres : la « nécessité » – déterminer si une action est nécessaire est très subjectif et relève d’affaires personnelles – ou encore « le choix » – ce choix que nous avons évoqué est très différent de l’action positive que ce terme peut dénoter. Si leurs choix étaient complètement libres, il est très probable que les réfugiés seraient restés chez eux.

38Ce que nous avons cherché à montrer à travers cette typologie, c’est l’utilité d’une analyse qui explore l’expérience personnelle des réfugiés. À une époque où le point de vue des États et des institutions n’est pas fiable, les réfugiés eux-mêmes ont des idées beaucoup plus claires que les autorités sur leurs propres motivations et leur statut. Loin d’être un phénomène marginal, nous considérons que l’exil est une expérience centrale dans la vie des Européens de cette période.

39Cette constatation soulève d’ailleurs un paradoxe. Tout au long du XIXe siècle, le concept d’État-Nation a été au cœur des idéaux libéraux de liberté et de sécurité. En 1919, le Traité de Versailles a entériné cette notion dans le système juridique international, et après la Seconde Guerre mondiale, les Nations-Unies la reprendront y voyant la méthode la plus sûre pour éviter la résurgence du fascisme et la façon la plus ordonnée de maintenir la sécurité collective. Or, pour la majorité des Européens entre 1936-1948 cet « État-Nation » n’a pas « marché » et n’a pas accompli la mission de sécurité qui lui était dévolue. Les migrations de masse ne sont pas simplement des moments de panique et de chaos venant interrompre la stabilité nationale. Elles ne sont pas non plus des phénomènes marginaux. Concernant la majorité de la population européenne à cette période, elles illustrent une des faiblesses fondamentales de l’État-Nation comme construction politique et sociale.

Haut de page

Notes

1  Nous sommes reconnaissants à la Fondation Leverhulme d’avoir apporté un soutien financier à notre projet.

2  Sur notre projet, voir le texte « Pourquoi étudier l’histoire des réfugiés » : http://history.research.glam.ac.uk/news/en/2008/sep/15/why-study-refugee-history

3  Voir Rosemary Sullivan, Villa Air-Bel; the Second World War, Escape and a House in France, London, John Murray, 2006.

4  Daniel G. Cohen, « Naissance d’une nation : les personnes déplacées de l’après-guerre, 1945-1951 », Genèses, n° 38, 2000, p. 56-78.

5  Judith Tydor Baumel, Kibbutz Buchenwald: Survivors and Pioneers, New Brunswick, Rutgers University Press, 1997, p. IX.

6  Voir, par exemple, Dolores Torres, Chronique d’une femme rebelle, Paris, Wern, 1997. Sur les espérances des Espagnols, voir Sharif Gemie, ‘The Ballad of Bourg-Madame: Memory, Exile, and the Spanish Republican Refugees of the Retirada of 1939’, International Review of Social History, 51, 2006, p. 1-40.

7  Sur la vie et les espérances de ces exilés à Marseille en 1940-1941, voir Anna Seghers, Transit, [traduit par Jeanne Stern], Paris, Autrement, 1995.

8  I. F. Stone, Underground to Palestine, London, Hutchinson, 1979, p. 16.

9  Zippy Orlin, ‘What it’s really like in a DP Camp: A South African girl in Belsen’, in Erik Somers and René Kok (eds), Jewish Displaced Persons in Camp Bergen Belsen, 1945-50, Seattle, University of Washington Press and Netherlands Institute for War Documentation, 2004, p. 154-183.

10  I. F. Stone, op. cit., p. 38.

11  Voir Walter Laqueur, Generation Exodus: the Fate of Young Jewish Refugees from Nazi Germany, Hanover and London, Brandeis University Press, 2001, p. 98-100.

12  George Denis Freeman and Douglas Cooper, The Road to Bordeaux, London, The Cresset Press, 1940, p. 187. Voir aussi Sharif Gemie et Fiona Reid, ‘Chaos, Panic and the Historiography of the Exode’, War and Society, 26:2, 2007, p. 73-98.

13  Léon Werth, 33 jours, Paris, Édition Viviane Hamy, 1992, p. 46.

14  Georges Sadoul, Journal de guerre, Paris, Les Éditeurs français réunis, 1977, p. 285.

15 Ibid., p. 288.

16  Georges Filoque, « Souvenirs de l’Exode de 1940 », Institut d’histoire du temps pressent (IHTP) : ARC 1000 n° 18, s.d.

17 Ibid., s.d.

18 Ibid., 12 août 1940.

19  Ibid., 14 août 1940.

20 Denyse Weiller, « Les Morts en Moi », IHTP : ARC 061, p. 81, s.d.

21 Ibid., p. 91.

22  Irène Némirovsky, Suite française, Paris, Denoël, 2004, p. 138.

23 Ibid., p. 148.

24  Voir par exemple G. Lévy, IHTP : ARC 115.

25  Jean-Paul Sartre, « La République du Silence », in Situations III, Paris, NRF, 1976, p. 11-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sharif Gemie, Fiona Reid et Laure Humbert, « Les réfugiés en Europe, 1936-1948 : la question des motivations », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 12 mai 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/278 ; DOI : 10.4000/framespa.278

Haut de page

Auteurs

Sharif Gemie

Fiona Reid

Laure Humbert

Université de Glamorgan (Royaume-Uni)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org