Navigation – Plan du site
Exilio

Les conversations entre les militaires franquistes et les gouvernements républicains en exil, septembre 1946 - avril 1947

Discussions between Francoist military officers and the Spanish Republican governments in exile, September 1946-April 1947
Las conversaciones entre los militares franquistas y los gobiernos republicanos en el exilio, septiembre de 1946 - abril de 1947
Bruno Vargas

Résumés

Sous les deux premiers gouvernements de la Seconde République espagnole en exil, il y eut une tentative de renverser la dictature de Franco en s’appuyant sur les services secrets franquistes. Les documents auxquels nous avons eu accès apportent un éclairage nouveau et à bien des égards surprenant sur un aspect de la politique menée par les cabinets républicains entre 1946 et 1947. Il ressort des conversations entre les émissaires républicains et des hauts gradés de l'armée franquiste que tout n'était pas encore perdu pour les démocrates espagnols, même si un doute subsiste au sujet d'une manipulation du dictateur. Dans un premier temps, il nous est apparu indispensable de relater les faits tels qu’ils sont décrits dans les documents, pour ensuite proposer une analyse qui permet de mieux comprendre l’échec des forces républicaines espagnoles en exil.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les archives sur lesquelles nous avons travaillé se trouvent aujourd’hui au « Centro de Estudios e (...)
  • 2  Vicente Santiago avait été le chef des Services de Direction de la Garde Civile, au moment de la p (...)
  • 3  Lettre de Vicente Santiago al Señor Ministro de Gobernación (Torres Campañá), Paris, 14-09-1946. A (...)

1Les premiers contacts s'établirent dès les premiers mois de l'installation du gouvernement Giral en France au mois de février 19461. Les services secrets républicains à l'intérieur de l'Espagne firent savoir à leur responsable au sein du gouvernement républicain, Vicente Santiago2, que le chef du Deuxième Bureau et responsable du service d'espionnage franquiste pour la France, López Moreno, désirait s'entretenir avec lui pour rechercher un accord qui assurerait une future cohabitation3.

  • 4 Ibid.
  • 5  Lettre de Torres Campañá à Vicente Santiago, 15-09-1946. ARLL.
  • 6 Ibid.

2Vicente Santiago, tout en ne négligeant pas l'aspect double jeu d’une telle invitation, jugea la démarche d'un très grand intérêt. Il demanda l'autorisation de se rendre en Espagne à son ministre de tutelle le républicain Torres Campañá4. Le lendemain, le président du Conseil José Giral l'autorisait à participer à cette entrevue, dans le but uniquement d'obtenir des informations5. Il ne devait y assister que si ces entretiens avaient été sollicités par la partie adverse. En aucun cas, les services de la République ne devaient apparaître comme quémandeurs. La marge de manoeuvre de Vicente Santiago restait des plus restreintes puisqu'il ne représentait pas officiellement le chef du gouvernement républicain. Il est clair que la politique du cabinet Giral n'avait pas varié d'un pouce, et qu’il était hors de question de transiger sur la légalité des institutions républicaines6.

  • 7 Informe muy confidencial, Vicente Santiago a Ministro Gobernación, Documento Núm. I, 16-10-1946. AR (...)

3Le 9 octobre, Vicente Santiago passa la frontière. Un agent du Deuxième Bureau, un certain monsieur Travé, accompagné d’un sous-officier de la garde civile, l’attendait. Ensemble, ils prirent le train en direction de la capitale catalane. A la descente du train, deux agents républicains « Z » et « T » les rejoignirent. Les trois hommes continuèrent jusqu’à Barcelone en voiture7.

  • 8  Chef du Service d'Investigation Militaire de Catalogne.
  • 9 Ibid, p. 1.

4Le lendemain, López Moreno passa le chercher pour se rendre à son premier entretien. Pendant le trajet, il lui avoua toute son admiration pour ses écrits qui lui avaient permis d'apprendre beaucoup plus « que pendant toutes ses années de carrière ». La réunion eut lieu dans un appartement des services secrets franquistes, où se trouvaient le lieutenant colonel Nicasio Riera8 et son second le commandant de la Garde Civile Sampedro. Les retrouvailles entre anciens cadets de Tolède et des campagnes marocaines se déroulèrent dans une ambiance chaleureuse et fraternelle9.

  • 10 Ibid.

5Après un large tour d'horizon sur la situation politique de l'Espagne, Riera demanda à Vicente Santiago de rester quelques jours à Barcelone. Il devait se rendre à Madrid pour s'entretenir avec ses supérieurs hiérarchiques. Son but étant de lui proposer une base concrète sur laquelle « Paris et Madrid pourraient discuter »10.

6Santiago Vicente accepta de rester quelques jours encore à Barcelone. Le 12 octobre, Riera n'étant toujours pas revenu de Madrid, il décida de rentrer à Paris. Dans la capitale française, José Giral attendait de connaître la teneur de ces conversations avant de s'envoler pour Lake Sucess. Peut-être pourraient-elles l’aider à défendre les intérêts de la  République, avant la réunion de l'Assemblée Générale de l'ONU.

  • 11  Dossier « S », Paris, marzo 1947, p. 8. ARLL.

7Riera revint à Barcelone avec pour mission de proposer à Vicente Santiago de se déplacer à Madrid, pour prolonger le dialogue à un niveau supérieur. Ordre lui avait été donné de reprendre contact avec l’émissaire républicain et de l’inviter à se rendre dans la capitale espagnole11.

  • 12 Ibid.

8Tout cela tend à prouver qu'au niveau le plus élevé de l'État franquiste, ou tout au moins dans un secteur toujours très sensible comme peuvent l'être les services secrets, on prenait très au sérieux ces conversations. Des entretiens qui, rappelons-le, intervenaient quelques semaines avant les résolutions de l'Assemblée Générale de l'ONU, en décembre 1946. Cependant, au même moment, Giral rencontra Molotov aux Nations Unies. Cette réunion mit un terme aux pourparlers entre les services secrets des deux gouvernements12.

  • 13 Ibid., p. 1.
  • 14 Ibid.

9Au début de l'année 1947, Santiago Vicente reçut un nouveau télégramme, l'invitant à se rendre à Barcelone. Apparemment, dans le camp franquiste tout est mis en oeuvre pour renouer les discussions interrompues en octobre 194613. Les préparatifs de ce voyage s'effectuèrent sous le gouvernement Giral. Le ministre de l’Intérieur Torres Campañá donna l'autorisation aux services secrets républicains, d'organiser la mission de Vicente Santiago en Espagne. La crise du gouvernement Giral vint retarder le départ de Vicente Santiago. Il fallut attendre le 19 février, pour que le nouveau président du Conseil Rodolfo Llopis autorisât cette opération. Il précisa très clairement le cadre dans lequel cette mission devait se dérouler. Vicente Santiago était censé parler en son nom propre. Cependant, contrairement à son prédécesseur, Rodolfo Llopis ne faisait plus du rétablissement de la République une conditionsine qua non14.

  • 15 Ibid.

10Dès le départ, l’émissaire républicain chercha à connaître les auteurs du télégramme. Cela était primordial, car s'il s'agissait de militaires franquistes, cela lui permettrait d'engager les conversations en position de force. Or, dès son arrivée à Barcelone, le 21 février, il dut se rendre à l'évidence: l'appel venait des propres agents de la République en Espagne qui désiraient en finir une fois pour toutes avec une situation qui faisait de leurs vies un enfer. De plus, les officiers avec lesquels Vicente Santiago se réunit tout au long de son séjour, lui avouèrent connaître le contenu du télégramme, sans toutefois admettre qu'ils pussent en être les auteurs15.

  • 16 Ibid.

11Les premiers entretiens eurent lieu le 22 février. Le commandant Gonzalo, chef en second des services secrets en Catalogne y assista. Gonzalo était un proche collaborateur du gouverneur militaire de Catalogne, le général Solchaga16. On peut donc supposer que ce gradé de haut rang qui occupait un des postes les plus importants dans l'organigramme militaire espagnol, fut tenu au courant de tout ce qui se dit lors de ces conversations.

12Pour le commandant Gonzalo, l’enjeu était de savoir si les paroles de Vicente Santiago portaient le sceau officiel de la présidence du Conseil républicain. A cet effet, lorsqu'il demanda à Vicente Santiago s'il parlait au nom de son gouvernement, celui-ci lui répondit :

  • 17 Ibid., p. 2.

« Non. Je parle uniquement en mon nom, mais comme cela n’a aucun intérêt que je te donne ma propre opinion, tout ce que je te dis est mon interprétation des paroles prononcées par mon Ministre [Julio Just], quand il a appris que je venais ici, et après avoir parlé avec Monsieur le Président Llopis... »17.

  • 18 Ibid., p. 4.
  • 19 Ibid.

13Cela est d'un grand intérêt, car quelques instants plus tard, lorsque les deux hommes abordèrent les solutions pour l' « après Franco », Vicente Santiago proposa qu'un groupe de généraux franquistes, en accord avec des généraux républicains, occupent le pouvoir18. Cette junte militaire, au bout d'un certain temps, se composerait d'éléments ayant combattu dans les deux camps. Le commandant Gonzalo, désarçonné par cette suggestion inédite de la part d'un républicain, lui demanda si cette proposition émanait de son gouvernement. Vicente Santiago lui avoua que c'était son interprétation des conversations qu'il avait eues avec Julio Just. Il s'empressa de rajouter que ce Directoire Mixte aurait une tâche transitoire immédiate19.

14Cette nouvelle approche de la succession de Franco, même si elle n'avait pas encore le sceau officiel du chef du gouvernement républicain entraînale départ du lieutenant colonel Riera à Madrid. Mais peut-on douter un seul instant que l'envoyé de Rodolfo Llopis ait pu avancer une telle idée, si elle ne provenait pas de son chef de file ?

  • 20 Ibid., p. 5.

15Riera repartit à Madrid et ne revint à Barcelone qu’au bout d’une semaine. Selon le Commandant Gonzalo cette longue attente démontrait que la teneur des entretiens qu'il avait eus avec Vicente Santiago, était jugée très intéressante au plus haut niveau20.

  • 21 Ibid.

16Le 3 mars, les deux hommes se réunirent à nouveau. Gonzalo insista une nouvelle fois pour savoir si Vicente Santiago avait obtenu l'aval officiel de son gouvernement pour négocier en son nom. Il ne lui cacha pas qu'il régnait « un certain climat favorable ». « Mais bien sûr, poursuit-il, face à ton opinion personnelle ou à ton interprétation comme tu le dis, nous ne pouvons répondre que cela; qu'il existe un climat favorable »21.

  • 22 Ibid., p. 6.

17Il devenait clair que les pourparlers butaient sur le problème de la représentation de l’agent républicain. Vicente Santiago prit alors l’initiative de retourner immédiatement à Paris, pour que le président du Conseil décidât de la marche à suivre. Avant de partir, il émet l'idée qu'un homme politique puisse se rendre à Madrid, afin que les discussions entre les deux parties soient approfondies. Le commandant Gonzalo ne lui cacha pas que sa préférence allait à un militaire, car le représentant républicain ne s'entretiendrait qu'avec des militaires22.

  • 23  Ibid., p. 8.
  • 24  Tous les participants écartèrent le nom du général José Villalba Rubio. Après la seconde guerre mo (...)
  • 25  Dossier « S », op. cit., p. 5.
  • 26 Ibid., p. 7.

18La conversation s’acheva en présence de Riera et de Sampedro. Reprenant à son compte l’idée de Gonzalo, Vicente Santiago évoqua la possibilité que plusieurs militaires républicains se déplaçassent à Madrid, pour mener à bon port les pourparlers23. Riera lui suggèra de bien faire attention aux choix que le gouvernement républicain effectuerait. Tour à tour, les noms des généraux Villalba, Sarabia et Gamir furent écartés par les deux officiers franquistes24. Vicente Santiago proposa le nom de Leopoldo Menéndez. Riera approuva même si le général Vicente Rojo était celui qui avait les faveurs des militaires franquistes pour ses qualités d'homme et ses capacités de stratège militaire25. L'autre fait marquant est que ce dialogue se déroula avec l'assentiment complet de Franco qui était tenu au courant de tout26.

  • 27 Ibid., p. 8. Journal Rodolfo Llopis, 7-3-1947. ARLL.
  • 28  Selon Vicente Santiago, Giral était d'accord sur l'idée d'un directoire militaire mixte. Dossier « (...)
  • 29  Journal de Rodolfo Llopis, 7-3-1947. ARLL.

19Sans attendre son retour à Paris, Vicente Santiago informa Rodolfo Llopis du souhait des militaires franquistes de s'entretenir avec un militaire républicain de haut rang. Le général Leopoldo Menéndez fut mandaté pour représenter le cabinet républicain27. Rodolfo Llopis qui fut l'initiateur, côté républicain, de la formule du directoire militaire mixte, ou tout au moins celui qui voulut lui donner un véritable contenu politique28, décida de poursuivre plus avant les pourparlers. Sans attendre le compte rendu complet des conversations entre Vicente Santiago et les officiers franquistes, il demanda au général Menéndez - sous-secrétaire du ministère de l'Intérieur - de se rendre au pays basque espagnol où il devait rencontrer le général Pimentel, gouverneur militaire de Saint Sébastien29.

  • 30  Informe sobre la entrevista celebrada en territorio español entre los generales Pimentel y Menénde (...)
  • 31 - Ibid., p. 2.
  • 32  Luis Amando De Miguel, Sociología del franquismo, Barcelona, Euros, 5ed, 1975, p. 164.

20Le 8 mars, Pimentel, en tenue civile, accueillit chaleureusement Menéndez. Dès les premiers échanges, Pimentel lui déclara que leur entrevue se déroulait sous l'autorité du général Juan Yagüe, capitaine général de la sixième région militaire du Burgos30. La réunion eut lieu dans le petit village de Santisteban, dans la province de Guipúzcoa. Cette fois-ci, ce n’étaient pas des officiers des services secrets, mais un général en activité qui rencontrait un général républicain. D'autre part, l'initiative de cette entrevue était à porter au crédit, et ceci sans équivoque possible31, d'un général connu pour s'inscrire dans la mouvance phalangiste de l'Armée franquiste et pour sa loyauté envers Franco32.

21De son côté, Leopoldo Menéndez représentait officiellement le gouvernement républicain. Tout ce qu'il avança, lors de cette entrevue, peut être considéré comme la ligne politique voulue par Rodolfo Llopis.

  • 33  Informe sobre la entrevista...,op. cit., p. 4.

22Après un tour d'horizon sur la situation politique du régime franquiste, tant à l'intérieur de l'Espagne que dans le concert international, et face aux dures attaques que Menéndez lance contre le régime franquiste et « l'impérieux devoir de renverser Franco », Pimentel n'émit aucune protestation. Il finit même par dire : « Eh bien, Franco peut s'en aller en Argentine et l'affaire est réglée »33.

  • 34 Ibid.

23Le général Menéndez aborda ensuite la façon dont l'Armée pourrait renverser Franco. Cet exposé montre bien que Rodolfo Llopis ne croyait plus aux chances de la République d'être restaurée ipso facto, après la chute du dictateur. Il était arrivé à la conclusion que seule l'Armée pouvait assurer l'intérim34. Enfin, toute idée de plébiscite ou d'élection était renvoyée à plus tard. Le plus urgent était de mettre en place un gouvernement de salut national, sans signe constitutionnel défini. Et même si cette équipe ne devait avoir qu'une vie éphémère, la question du délai pour convoquer des élections n'était point abordée.

  • 35 Ibid.

24Les premières mesures que prendrait le nouveau gouvernement, seraient la dissolution de la Phalange, la réintégration des fonctionnaires dans leurs postes, une large amnistie pour les prisonniers politiques, et l'appel au retour des exilés. Les élections n'auraient lieu que lorsque tout risque de soulèvement et de désordres sociaux aurait été écarté, permettant par là- même de doter l'Espagne d'un gouvernement légitime. A partir de l'élection du nouveau gouvernement, l'Armée remettrait le pouvoir entre les mains de la nouvelle équipe élue par le peuple. Toute allusion à un quelconque signe institutionnel du nouveau régime était, pour l'instant, soigneusement évitée35.

  • 36 Ibid., p. 5-6.
  • 37  Journal Rodolfo Llopis, 16-3-1947. ARLL.
  • 38  Informe muy confidencial..., op. cit., p. 6. Il est intéressant de noter que ce paragraphe qui fai (...)

25Dans son compte rendu, le général Menéndez insista sur le fait que l'Armée se sentait fortement préoccupée par l'essor du communisme dans toute l'Europe, et par la peur qu'il s'emparât des leviers du pouvoir en Espagne. Pour Menéndez, cela n'avait rien à voir avec de la propagande de bas étage, mais correspondait à un état d'esprit très profondément ancré chez les militaires franquistes36. D’autre part, les militaires étaient obsédés par l'idée qu'une fois au pouvoir, l'ancienne classe politique, à leurs yeux dans sa grande majorité discréditée totalement, ne résistât pas à la pression de la rue et lui abandonnât, une nouvelle fois, le pouvoir. A ce sujet, le président de la République en exil Martínez Barrio ne paraissait pas jouir d'une grande estime dans les milieux militaires franquistes. Par contre, Pimentel n'hésita pas à louer les qualités de l’ancien ministre socialiste de la Guerre Indalecio Prieto à qui on pardonnait tout car il était « un bon patriote »37. Lors de la première entrevue entre Vicente Santiago et le lieutenant colonel Riera en octobre 1946, ce dernier lui avait demandé des nouvelles sur la santé de Prieto, en ne manquant pas de faire son éloge38.

  • 39  Informe sobre la entrevista..., op. cit., p. 6.
  • 40  Ibid.. Dans la marge, Rodolfo Llopis écrivit : « Le contraire m’aurait étonné ! ».
  • 41  Ibid.
  • 42  Journal de Rodolfo Llopis, 16-3-1947. ARLL.

26Le général Menéndez ne cachait pas son optimisme. D’après lui, l'Armée s'était rendue compte que la situation politique allait évoluer rapidement et que Franco devrait s'en aller39. Il invitait même son président du Conseil à réfléchir sur l'octroi d'une large amnistie pour le délit de rébellion militaire. Cela serait - expliquait-il - « un signe fort envoyé en direction de l'Armée »40. Menéndez concluait en se montrant persuadé que les généraux franquistes ne tarderaient pas à le rappeler41. Il était urgent, selon lui, de nommer au plus vite les membres de la délégation républicaine. Il proposait les noms des généraux Matallana et Herrera pour l'accompagner lors de la prochaine entrevue42.

  • 43  Ibid., 18-4-1947.
  • 44  Ibid., 27-4-1947.

27Cependant, il allait s'écouler un mois avant que Pimentel ne reprît contact avec Menéndez. Le 18 avril, Le général franquiste proposa qu'une date fut fixée avant la fin du mois43. Le 27 avril, Menéndez annonçait à Rodolfo qu’il attendait une réponse dans le courant de la semaine44. Deux jours plus tard, le courrier de Pimentel ne laissait guère d'illusion :

  • 45  Copia nota recibida en Paris el 29 abril 1947, dactylogr., ARLL.

« Pour l'instant - écrit-il - un nouveau contact personnel n'est pas possible, en regrettant le refus qui m'est imposé. Cela ne signifie pas la rupture des liens d'amitiés qui continuent comme auparavant »45.

28Peut-on imaginer que Franco ait envisagé sérieusement, pendant cette période, de quitter le pouvoir ? Voulait-il ainsi préparer la succession de son régime sur des bases solides ?

29Il est vrai que d'un point de vue économique, le printemps et l'automne 1946 avaient été très durs pour la population. Mais depuis l'accord sur le blé avec l'Argentine, le 30 janvier 1947, les conditions de vie s’étaient légèrement améliorées. Ou bien tout simplement, essaya-t-il de brouiller les pistes et de gagner du temps, en attendant de donner à son régime une stabilité institutionnelle ?

30Franco avait compris, depuis la Résolution de l'ONU du 12 décembre 1946, que les Etats-Unis et l'Angleterre n'interviendraient pas dans les affaires intérieures de l'Espagne. Il lui fallait gagner du temps, et attendre que la Conférence de Moscou (avril 1947) se soldât par un échec entre les alliés d'hier; de cela il en était convaincu. Il lui fallait donc éviter à tout prix que les monarchistes et les républicains ne s'entendissent. N'est-ce pas là une des raisons pour lesquelles il n'empêcha pas ses services secrets d'entrer en contact avec les services du gouvernement républicain ?

  • 46  Journal de Rodolfo Llopis, 29-4-1947. ARLL.

31En cette fin du mois d'avril 1947, Franco avait probablement décidé que le double jeu avait assez duré et que pousser plus avant les pourparlers, pouvait devenir très dangereux pour lui. Les services de renseignements américains semblaient être au courant que des entretiens avaient eu lieu entre des officiers franquistes de haut rang et des émissaires républicains. En effet, le jour même où Yagüe mettait un terme aux conversations, Rodolfo Llopis rencontrait le premier secrétaire de l'Ambassade américaine qui lui demanda des précisions sur l'attitude des militaires franquistes46.

32D'autre part, sur le plan intérieur, Franco avait rendu public le projet de Loi de Succession à la tête de l'Etat espagnol. La réplique de Don Juan, sous la forme du Manifeste d'Estoril, ne souleva que peu d'enthousiasme dans les milieux monarchistes. Franco était dès lors assuré que les grands propriétaires terriens et la haute bourgeoisie industrielle et financière le soutiendraient jusqu'au bout.

33Un des témoins et à la fois acteur privilégié de cette époque ne s'est guère trompé sur l’état d'esprit des grandes familles monarchistes. Voici ce qui l'écrivait le 27 avril 1947 :

  • 47  José María Gil Robles, La Monarquía por la que yo luché (1941-1954), Madrid, 1976, p. 218.

« Le manifeste et les déclarations du roi ont servi, en Espagne, pour mettre à nu avec une effroyable dureté une réalité que nous nous obstinions à ne pas voir ou à pallier: les droites espagnoles, sauf quelques très rares exceptions, vivent dans un esprit de guerre civile, sans même concevoir quelque chose qui ressemblerait à une lointaine concorde ou à un lointain accord. [...] Les évêques, les religieux, les hommes d'affaires, les classes conservatrices les ont reçues [les déclarations de Don Juan] avec la plus violente hostilité »47.

34Quant à l’Armée, elle restera fidèle à celui à qui elle doit tous ses privilèges.

35Enfin, sur le plan international, la Conférence de Moscou qui s'est achevée le 24 avril, a été un échec complet. La guerre froide est bien là, et le monde va se scinder en deux blocs. Franco l'a bien compris et il sait que s'il offre aux Occidentaux, et tout particulièrement aux Américains, un régime stable, son pouvoir est assuré. C'est ce qu’il fit, en réduisant au silence toute forme d'opposition, qu’elle soit républicaine (socialiste, anarchiste, communiste) ou monarchiste favorable à Don Juan. A partir de là, les pourparlers avec le gouvernement républicain, via l'Armée, s'ils eurent un jour un véritable contenu, autre que celui d'une pure et simple manipulation, n'avaient plus de raison d'être.

36Une question se pose sur le fait de savoir si Rodolfo Llopis crut à un moment donné, que ces pourparlers pouvaient aboutir. On est tentés d'écrire, à la lecture de son journal, que face à l'optimisme des uns et des autres, il sut garder une certaine distance.

  • 48  Notes manuscrites in : Nota recibida en Paris..., op. cit.

37Il n'en est pas moins vrai qu'il essaya d'exploiter cette piste, comme il le fit aussi avec les monarchistes d'Estoril. Mais lorsque vint la rupture du dialogue, il écrivit :« influence et illusions. Plan Marshall »48.Des termes qui montrent bien que le président du Conseil républicain resta dubitatif sur les démarches de généraux très proches de Franco. L’intérêt soudain que ces généraux portèrent aux propositions républicaines lui parut suspect, alors que la situation politique de Franco - si elle n'était pas meilleure qu'à la fin de la deuxième guerre mondiale - ne s'était guère détériorée sur le plan intérieur.

38Enfin, l'allusion au Plan Marshall, semble laisser apparaître que pourRodolfo Llopis la doctrine qui anima ce programme d'aides pour la reconstruction de l'Europe, notamment après la rupture entre les alliés, bénéficierait tôt où tard, à l'Espagne franquiste.

39Cet étrange épisode des relations entre le gouvernement républicain et des généraux franquistes vient contrecarrer l’idée amplement répandue dans l’historiographie espagnole selon laquelle l’exil politique de 1939 s’étiola dans le mythe de la Seconde République. Sous la houlette d’un homme comme Llopis, le cabinet républicain usa de tous les moyens à sa portée, en faisant preuves d’un volontarisme et d’un réalisme politique, sans pour autant abdiquer ses valeurs profondes. Une nouvelle politique qui vint, sûrement, beaucoup trop tard sur le nouvel échiquier mondial pourespérer une quelconque réussite.

40Cette affaire préfigura l’échec des futurs pourparlers entre le leader socialiste Indalecio Prieto et le chef de file des partisans de Don Juan José María Gil Robles (1947-1949). Rodolfo Llopis et avec lui les membres de l’ancien courant "Largo Caballériste", qui avaient repris le pouvoir au sein du gouvernement républicain et des directions du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) et de l’Union Générale des Travailleurs (UGT) entre 1944 et 1946, avaient compris bien avant l’heure que la tentative du vieux leader socialiste reposait sur des présupposés politiques bien fragiles. Son éloignement géographique et sa connaissance « épistolaire » des forces en présence expliquent, d’une certaine manière, son erreur de jugement.

41Prieto était convaincu que le PSOE devait négocier en solitaire avec les partisans de don Juan, comme ceux-ci l'exigeaient. Que cette option fut une erreur, personne ne peut en douter. Cette politique de concessions n'avait de raison d'être que si elle réunissait toutes les forces républicaines, regroupées dans un même organisme. Le pacte avec les monarchistes n’avait de chance de réussite que si le PSOE l’abordait en position de force, pour pouvoir céder face à l'ennemi de toujours et au compagnon de route de demain, sur des points qui ne semblaient guère négociables encore hier.

42Si à ceci, on ajoute que les monarchistes d'Estoril ne représentaient qu'une minorité de l'ensemble des familles qui se reconnaissaient dans la monarchie des Bourbons, on comprendra facilement que Prieto se dirigeait à grand pas vers un échec total, dans un climat international de guerre froide qui, jour après jour, renforçait Franco dans son pouvoir.

43Le projet de Prieto ne différait pas sur le fond mais sur la forme, de celui de Llopis. Le vieux chef de file des socialistes ne fit, par sa formule, que provoquer et accélérer plus encore la désunion parmi le camp républicain. Il alla ainsi dans le sens prôné par Gil Robles. Celui-ci ne visait pas autre chose que la soumission totale des forces républicaines et socialistes à ses postulats politiques. Trifón Gómez ne s'y est guère trompé, quand il déclara que les monarchistes d'Estoril se seraient bien accommodés d'un gouvernement composé de républicains, et même de communistes, si auparavant ceux-ci avaient accepté la monarchie.

  • 49  Le 25 août Don Juan rencontrait Franco à bord de l’Azor. Quelques jours plus tard, Gil Robles déme (...)

44Finalement, les deux parties signèrent une « déclaration d’accord » à Saint-Jean-de-Luz le 30 août 1948 : un pacte secret mort né49. L’accord prévoyait une amnistie pour les délits politiques, l’instauration d’un cadre juridique démocratique, le maintien de l’ordre public pour éviter les vengeances ou les représailles pour des raisons politiques, sociales ou religieuses, la remise en marche de l’appareil économique avec la participation de tous les acteurs sociaux, l’éradication de la vie publique de tous les éléments totalitaires, l’incorporation de l’Espagne au bloc occidental en accord avec la Charte des Nations Unies, liberté de culte avec une reconnaissance particulière à la religion catholique et la consultation du pays sur la nature du nouveau régime par un vote au suffrage universel. Cette élection serait présidée par un gouvernement composé de personnalités reconnues pour leur impartialité. Les forces politiques signataires s’engageaient à constituer un comité de liaison permanent dont le but serait de veiller au bon déroulement des huit points du texte.

  • 50  Prieto a CE, 27-12-48 Prieto a Llopis, 5-2-49. Fundación Indalecio Prieto (FIP). ARLL.
  • 51  CE del interior a su homóloga de Toulouse, mayo 1949. FIP. ARLL.

45La signature de cette déclaration fut suivie à la fin septembre de la réorganisation de l’Alliance Nationale des Forces Démocratiques qui à son tour créa un Comité Intérieur de Coordination (CIC). Le CIC demanda la création d’un comité extérieur dont Prieto serait le président. Ce comité extérieur devrait subordonner sa politique à celle de son homologue de l’intérieur. Autrement dit, la suite des négociations dépendrait de l’intérieur. Dans un premier temps, Prieto était disposé à accepter car« même s’ils font fausse route, il vaut mieux leur obéir - écrit-il -, que d’avoir raison contre leur volonté »50. Llopis était loin de partager cette opinion, et Prieto changea assez vite d’avis lorsque les membres du CIC et les dirigeants socialistes de l’intérieur lui écrivirent qu’il fallait que le PSOE acceptât la Monarchie51. L’exécutif de Toulouse dénonça pour la première fois la politique suivie par l’intérieur, et d’une certaine manière remit en question la « fiction » entretenue depuis 1939 : celle qui voulait que la direction du parti se trouvât en Espagne. L’arrivée de nouveaux dirigeants à la tête du PSOE en Espagne en mars 1950 mit fin à la controverse, lorsqu’ils reconnurent que les négociations devaient être du seul ressort du comité de coordination à l’extérieur.

46Néanmoins, il était déjà trop tard. Prieto avait compris que sa mission avait échoué. Il démissionna de la présidence du Parti socialiste le 6 novembre. Elle coïncida avec la levée des sanctions contre l’Espagne à l’ONU. Mais cet événement ne fut pas la cause de son départ. Dès le mois de juillet, il avait sollicité l’autorisation de la CE pour effectuer un voyage au Mexique. A la fin octobre, il annonçait à Llopis que son départ était imminent.

47Dans sa lettre de démission un passage est révélateur du mode de pensée du vieux leader socialiste :« A cause de moi le Parti a été la victime d’une illusion qui m’a ébloui » écrit-il. Autrement dit, son approche du problème reposait presque exclusivement sur la conviction que son action personnelle suffirait à « déplacer des montagnes » et que tous les blocages, surgis de la guerre civile, sauteraient les uns après les autres.

48Or, dès le départ cette illusion se heurta à la dure réalité de l’exil politique et des nouvelles données géopolitiques issues de la guerre froide. Aucune force républicaine ne seconda son appel. Les monarchistes, comme ils le firent en 1946, essayèrent de diviser la résistance antifranquiste en jouant l’intérieur contre l’exil. Et ce alors même qu’ils signaient un pacte avec les socialistes. Prieto, amer et malade, invita les dirigeants socialistes à méditer sur la politique à suivre, et si le parti socialiste maintenait la formule du plébiscite, quelle attitude devait-il adopter face aux monarchistes ?

49Prieto était probablement l'homme politique républicain qui réunissait toutes les qualités pour mener à bien ce combat. Aurait-il fallu pour cela qu'il l'entreprenne jusqu'à ces dernières conséquences. Et jusqu'au bout, ne signifiait pas négocier avec don Juan ou exclusivement avec lui, mais avec ceux qui avaient gagné la guerre civile : l'Armée, l'Église et les gros propriétaires terriens. Et l’on peut légitimement penser, que ces négociations auraient pu se concrétiser, de façon honorable pour l'exil républicain, si elles avaient eu lieu à la fin de la seconde guerre mondiale, quand les piliers de la dictature chancelaient devant la victoire finale des puissances alliées. En 1950, lorsque il repart précipitamment à Mexico après l’échec des négociations avec les forces monarchistes, il met fin aux illusions de toute la classe politique espagnole républicaine.

Haut de page

Notes

1  Les archives sur lesquelles nous avons travaillé se trouvent aujourd’hui au « Centro de Estudios e investigación » de la Bibliothèque « Gabriel Miró » d’Alicante. À notre connaissance, elles n’apparaissent pas dans les archives des institutions républicaines en exil qui se trouvent à la Fundación Universitaria Española à Madrid. Sur le contenu de ces archives, cf. Alicia Alted Vigil, El archivo de la II República en el exilio 1945-1947 (Inventario del fondo París), Madrid, Fundación Universitaria Española, 1993). Lire aussi Miguel Angel Yuste de Paz, La Segunda República en el exilio en los inicios de la guerra fría (1945-1951), Madrid, FUE, 2005.

2  Vicente Santiago avait été le chef des Services de Direction de la Garde Civile, au moment de la proclamation de la IIe République, le 14 avril 1931. Il contribua par son action à la transition pacifique entre les deux régimes. Tout au long de la IIe République, il occupera de hautes fonctions au sein des services secrets. En 1934, lors des événements d'octobre, il était le chef du Conseil Supérieur de la Police et par là même le principal responsable des forces de sécurité lors du mouvement révolutionnaire d’octobre 1934. Sauf probablement pour les Asturies, où la répression de l’insurrection ouvrière fut dirigée par le commandant Doval de la garde civile. Durant la guerre civile il fera partie du Service d'Investigation Militaire de la République. Sous les gouvernements Giral et Llopis, il occupera les fonctions de secrétaire général du ministère de l'Information.

3  Lettre de Vicente Santiago al Señor Ministro de Gobernación (Torres Campañá), Paris, 14-09-1946. Archives Rodolfo Llopis (ARLL).

4 Ibid.

5  Lettre de Torres Campañá à Vicente Santiago, 15-09-1946. ARLL.

6 Ibid.

7 Informe muy confidencial, Vicente Santiago a Ministro Gobernación, Documento Núm. I, 16-10-1946. ARLL.

8  Chef du Service d'Investigation Militaire de Catalogne.

9 Ibid, p. 1.

10 Ibid.

11  Dossier « S », Paris, marzo 1947, p. 8. ARLL.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 1.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 2.

18 Ibid., p. 4.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 5.

21 Ibid.

22 Ibid., p. 6.

23  Ibid., p. 8.

24  Tous les participants écartèrent le nom du général José Villalba Rubio. Après la seconde guerre mondiale, cet officier républicain avait été arrêté par la police française pour avoir collaboré avec la Gestapo. Au début des années cinquante, il revint en Espagne, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. Il intégra le corps des officiers de réserve avec le grade de colonel. Le général Juan Hernández Sarabia fut jugé beaucoup trop âgé. Quant au général Manuel Gámir Ulibarri, trop âgé lui aussi, il ne jouissait d'aucune sympathie dans les milieux militaires franquistes.

25  Dossier « S », op. cit., p. 5.

26 Ibid., p. 7.

27 Ibid., p. 8. Journal Rodolfo Llopis, 7-3-1947. ARLL.

28  Selon Vicente Santiago, Giral était d'accord sur l'idée d'un directoire militaire mixte. Dossier « S », op. cit., p. 11.

29  Journal de Rodolfo Llopis, 7-3-1947. ARLL.

30  Informe sobre la entrevista celebrada en territorio español entre los generales Pimentel y Menéndez. Reservado. París, 11 de marzo de 1947. dactylogr., ARLL.

31 - Ibid., p. 2.

32  Luis Amando De Miguel, Sociología del franquismo, Barcelona, Euros, 5ed, 1975, p. 164.

33  Informe sobre la entrevista...,op. cit., p. 4.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 5-6.

37  Journal Rodolfo Llopis, 16-3-1947. ARLL.

38  Informe muy confidencial..., op. cit., p. 6. Il est intéressant de noter que ce paragraphe qui faisait allusion à Prieto avait été modifié sur l'ordre du ministre de l'Intérieur, le républicain Torres Campañá. Là où Vicente Santiago avait écrit: « Me preguntan por la salud de Prieto, suponiéndole muy delicado de la vista, y hacen elogios de él como político a los que correspondo yo con elogios del mismo como español. », les services du ministère de l'Intérieur le transformèrent en : « Me preguntan por el estado de salud de Prieto, suponiéndole muy delicado de su enfermedad a la vista. »

39  Informe sobre la entrevista..., op. cit., p. 6.

40  Ibid.. Dans la marge, Rodolfo Llopis écrivit : « Le contraire m’aurait étonné ! ».

41  Ibid.

42  Journal de Rodolfo Llopis, 16-3-1947. ARLL.

43  Ibid., 18-4-1947.

44  Ibid., 27-4-1947.

45  Copia nota recibida en Paris el 29 abril 1947, dactylogr., ARLL.

46  Journal de Rodolfo Llopis, 29-4-1947. ARLL.

47  José María Gil Robles, La Monarquía por la que yo luché (1941-1954), Madrid, 1976, p. 218.

48  Notes manuscrites in : Nota recibida en Paris..., op. cit.

49  Le 25 août Don Juan rencontrait Franco à bord de l’Azor. Quelques jours plus tard, Gil Robles démentait à juste titre avoir signé un quelconque accord avec le PSOE. A ce sujet voir son livre, La Monarquía…, op. cit., p. 276. Pour une étude détaillée des mois qui suivirent la signature du pacte cf. José María Toquero, Franco y Don Juan. La oposición monárquica al franquismo, Barcelona, Plaza y Janés,1989, p. 227-230 et Hartmut Heine, La oposición política al franquismo, Barcelona, Crítica, 1993, p. 199-200.

50  Prieto a CE, 27-12-48 Prieto a Llopis, 5-2-49. Fundación Indalecio Prieto (FIP). ARLL.

51  CE del interior a su homóloga de Toulouse, mayo 1949. FIP. ARLL.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Vargas, « Les conversations entre les militaires franquistes et les gouvernements républicains en exil, septembre 1946 - avril 1947 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 12 mai 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/276 ; DOI : 10.4000/framespa.276

Haut de page

Auteur

Bruno Vargas

FRAMESPA (CNRS UMR 5136) CUFR Jean-François Champollion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org