Navigation – Plan du site
Dossier : Charité et bienfaisance dans le monde juif en diaspora

Les archives du CBIP/CASIP et du COJASOR : des sources pour une histoire de la bienfaisance et de l’action sociale juives de 1809 à nos jours

The Archives of the CBIP/CASIP and COJASOR: Sources for a History of Jewish Outreach and Case Work, from 1809 to the Present
Archivos del CBIP/CASIP y del COJASOR: fuentes para una historia de la beneficencia y de la acción social judías desde 1809 hasta nuestros días
Laure Politis

Résumés

Issue de la fusion au 1er Janvier 2000 de deux associations, le CASIP (créé en 1809 sous le nom de Comité de bienfaisance) et le COJASOR (créé en 1945), la Fondation a pour objectif le travail social dans toutes ses composantes. Au début du XIXe siècle, Napoléon Ier charge le Consistoire de Paris de réformer et centraliser les institutions de bienfaisance communautaires. Ainsi est créé en 1809 le Comité de Bienfaisance Israélite de Paris (CBIP). Dès la fin du XIXe siècle, aux secours que le Comité apporte aux indigents de Paris, s’ajoutent ceux octroyés dans l’urgence aux juifs en provenance d’Europe orientale. Dans les années 1950, le CBIP se concentre sur l’accueil des immigrés nord-africains et le COJASOR apporte une aide matérielle et morale aux survivants de la Shoah. Aujourd’hui, la Fondation Casip-Cojasor assure la pérennité des buts des associations fondatrices. Les archives de la Fondation Casip-Cojasor ont été ouvertes en 2005.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Tsédaqah : terme hébraïque qui signifie justice ou droiture et qui implique une obligation de rétab (...)

1La Fondation CASIP-COJASOR est un organisme central de l’action sociale de la communauté juive. Elle poursuit depuis 2000 l’œuvre des deux associations fondatrices établies de longue date, le CASIP (Comité d’Action Sociale Israélite de Paris), fondé en 1809 sous le nom de Comité de bienfaisance israélite de Paris, et le COJASOR (Comité Juif d’Action Sociale et de Reconstruction), créé en 1945. Les deux siècles d’action de cette institution sont inspirés par une tradition juive ancienne d’aide au prochain. À partir de la deuxième moitié du xxe siècle, à la mission de tsédaqah1, s’est greffée une volonté de répondre avec efficacité aux urgences : l’accueil des survivants de la Shoah, des juifs d’Europe de l’Est, d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient, les crises économiques contemporaines. Tout au long de son histoire, respectueux des traditions multiples et des sensibilités religieuses de ses usagers, les membres de l’institution ont tenté d’apporter une écoute et des solutions adaptées à leurs particularités.

  • 2 Sarah Atlan, L’aide sociale et l’accueil des rapatriés juifs d’Algérie en France (1951-1967), mémoi (...)

2Les riches archives de la Fondation, ouvertes au public depuis huit ans, qui ont nourri de nombreux travaux récents2, permettent de reconstituer une partie de l’histoire sociale de la communauté juive et de mieux appréhender l’accueil accordé aux réfugiés et aux immigrés juifs en France.

1. Une brève histoire de la Fondation CASIP-COJASOR

1.a L’origine et la création du Comité de Bienfaisance Israélite de Paris

3L’histoire de cette institution remonte au début du xixe siècle. Le Comité de Bienfaisance Israélite de Paris (CBIP) est créé le 24 octobre 1809 par le Consistoire à la demande de Napoléon Ier. Il s’agit, pour le Consistoire, de centraliser dans une institution unique les activités charitables des anciennes sociétés de secours mutuels ou hevroth qui étaient au nombre de sept à Paris.

4Les actions des hevroth consistent à la répartition des aides financières aux indigents, à soigner les malades, à s’occuper des morts, c'est-à-dire à les laver et à les veiller, confectionner des cercueils, creuser des tombes, réciter des prières et envoyer des délégations pour suivre des convois. Le premier règlement du Comité prévoit de poursuivre les actions menées jusqu’alors par les hevroth.

5Dépendant du Consistoire jusqu’en en 1887, le Comité participe à d’autres événements de la vie religieuse. Il aide le Consistoire dans l’administration des temples et de bains rituels. Il assure un service de mohalim, médecins pour les circoncisions. Dans la première moitié du xixe siècle, il s’implique dans la préparation des matzots de Pessah en fournissant de la farine aux boulangers. Il est également chargé de les distribuer non seulement aux indigents mais aussi aux particuliers.

6Le premier règlement du Comité, à l’instar des hevroth, met en place des conditions restrictives d’admissibilité. Sont éliminés du Comité :

les indigents malades par suite d’ivresse ou d’inconduite habituelle ;

les parents d’enfants non vaccinés ;

tout individu rencontré dans un café passant son temps à jouer ;

ceux qui ont contracté un mariage religieux, non précédé d’un mariage civil, ainsi que ceux qui les ont assistés ;

et les parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école.

7Il faut aussi avoir résidé plus de deux ans à Paris avant de pouvoir bénéficier des secours du Comité. Ce règlement de 1809, très restrictif, finit par tomber en désuétude, d’autant qu’il ne prévoit pas un contrôle strict des dépenses, alors que le Comité doit rendre des comptes au Consistoire dont il dépend.

1.b Vers une diversification des secours à partir de 1839

8En 1839, le Comité adopte un nouveau règlement qui introduit des outils pour contrôler les dépenses et des moyens supplémentaires pour multiplier les recettes. Le Comité se transforme alors en une société généraliste qui offre un large choix de services et d’aides pour répondre aux besoins des nécessiteux, de plus en plus nombreux.

9Ainsi, au milieu du xixe siècle, sur 10 000 juifs résidant à Paris, 2 000 vivent dans un total dénuement, alors qu’en 1809, ils ne sont que 300 nécessiteux sur les 2 800 juifs parisiens. Le nouveau règlement prévoit que les secours seront accordés après enquêtes à domicile menées par des bénévoles appelés « commissaires » ou « enquêteurs ». Après la mise en place du nouveau règlement, aux services religieux s’ajoutent aussi des services de distribution de pain, de viande, de soupes dans les écoles, de vêtements, de combustibles pour se chauffer et de secours en argent. Certaines familles bénéficient du paiement partiel ou complet de leur loyer et de prêts. Le CBIP distribue également des repas au sein de cantines appelées « fourneaux alimentaires ».

10Le Comité s’occupe également des malades indigents de la communauté. Pour cela, il emploie des médecins et des sages-femmes. Il règle les frais de médicaments. En 1842, il ouvre un hospice de 12 lits pour la communauté juive de Paris dans une maison louée 26 rue des Trois-Bornes dans le 11e arrondissement. Cette maison exiguë qui accueille tout de même 1 374 malades en 10 ans, est remplacée en 1852 par l’Hôpital israélite - Fondation James de Rothschild, au 76 rue de Picpus, dans le 12e arrondissement.

11Le sort des enfants démunis a toujours été une préoccupation du Comité. Dès sa création, il adopte des enfants qui sont placés dans des familles d’accueil. Cette situation n’étant pas toujours satisfaisante pour les enfants, le Comité décide d’aménager une maison pour 50 orphelins en 1857, grâce à l’aide financière de Salomon de Rothschild et de ses héritiers, au 4 bis rue des Rosiers. Mais cela s’avère insuffisant puisque beaucoup de jeunes continuent d’être placés dans des familles d’accueil. Finalement, en 1874, la baronne James de Rothschild fait construire un plus grand orphelinat au 7 de la rue Lamblardie, dans le 12e arrondissement, pouvant accueillir 100 enfants. Le Comité s’occupe aussi de placer des enfants d’indigents dans les écoles communales quand la place manque dans les institutions confessionnelles et les envoie à la campagne grâce aux Œuvres des séjours à la campagne ou à l’Œuvre de la cagnotte des enfants.

12À la fin du xixe siècle, des œuvres sont créées pour venir en aide aux personnes âgées, comme la maison de retraite pour femmes israélites, fondée par Moïse Léon en 1883 en souvenir de son épouse, au 46 boulevard de Picpus dans le 12arrondissement, et donnée au Comité de bienfaisance en 1888.

1.c Une institution administrée par des philanthropes

13Les premiers temps, les administrateurs du CBIP sont peu ou prou les mêmes que ceux du Consistoire, c’est l’appartenance au Consistoire qui primait alors sur celle du Comité. Au cours des années 1830, la situation évolue et une nouvelle génération d’administrateurs, empreinte d’un idéal de progrès, prend la relève.

14Á partir des années 1850, les Rothschild ont un rôle décisif au CBIP. Ils font partie des conseils d’administration, dirigent des commissions, mais surtout se partagent les fonctions de président. James de Rothschild n’y a jamais occupé de poste de direction, mais il a placé à la tête du CBIP entre 1853 et 1877 Albert Cohn, son conseiller et l’ancien précepteur de ses enfants. Ses fils, Alphonse en 1850, Salomon en 1855, puis Edmond en 1866 sont entrés au conseil d’administration. Ce dernier assume la présidence du Comité de 1877 à sa mort en 1934. Le baron James Nathaniel, fils d’Henri de Rothschild, prend sa suite jusqu’en 1937. Après la guerre, le baron Alain de Rothschild dirige à son tour le CPIB de 1948 à 1982, avant que la fonction ne revienne à son fils, le baron Éric de Rothschild, qui est à la tête du CASIP depuis 1988, puis du CASIP-COJASOR à partir de 2000. La famille Rothschild contribue également financièrement aux œuvres du CBIP.

1.d Les moyens de financement

15À l’instar de nombreuses associations charitables, la principale ressource du CBIP est le don se présentant sous trois formes : premièrement, les quêtes faites grâce à des troncs placés dans les synagogues ou bien grâce à des quêteurs et quêteuses à l’occasion de la fête de Pâque ou de l’hiver ; deuxièmement, les donations en argent ou en nature ; troisièmement, les legs. Pour s’assurer des revenus moins aléatoires, le CBIP introduit dès sa création le principe de la souscription, par laquelle des bienfaiteurs s’engagent par écrit à donner chaque année une certaine somme d’argent. Un autre type de financement permet de disposer d’un revenu fixe et régulier, il s’agit des fondations gérées par le CBIP. Elles sont créées par des particuliers qui désignent les bénéficiaires qui peuvent être des enfants, des personnes âgées, etc. et précisent les critères d’attribution ainsi que le montant des secours distribués. Une nouvelle source de financement, la loterie, est créée en 1844. Parmi les donateurs du CBIP, on trouve des banquiers, des joailliers et des commerçants qui ont connu une ascension sociale rapide au début du xixe siècle.

16Après 1900, le profil des donateurs se modifie. Sur les listes qui les recensent, on continue de relever les noms de certains de leurs descendants, mais les jeunes générations donnent moins que leurs aînées au CBIP car une partie de leurs dons vont à d'autres institutions. Certaines familles de la haute bourgeoisie juive ont, quant à elles, complètement disparu des listes de bienfaiteurs dans les années 1920 et 1930, soit parce qu’elles se sont assimilées, soit parce qu’elles n’ont pas eu de descendants. Le Comité attire alors des bienfaiteurs plus modestes, qui ne sont plus des « personnalités » de la communauté juive, mais plutôt des membres de la classe moyenne.

1.e L’accueil des immigrés juifs de la fin du xixe siècle aux années 1940

17À partir des années 1880, le CBIP se trouve confronté à un autre problème, il s’agit de l’augmentation de ses dépenses du fait de l’arrivée massive des Juifs immigrés en provenance d’Europe centrale. Entre 1881 et 1914, 35 000 Juifs russes s'installent à Paris, ce qui correspond à la moitié de la population juive parisienne. Les dépenses du Comité augmentent donc de façon manifeste, notamment en ce qui concerne les postes des fourneaux alimentaires. Les déficits ne cessent de croître d’année en année atteignant 600 000 francs en 1933. Cela s’explique aussi par le fait que durant l’entre-deux-guerres, le Comité accueille une nouvelle vague d’immigration, celle venue d’Europe centrale et orientale. 200 000 juifs de Pologne, des Balkans, d’Allemagne, d’Autriche et de Tchécoslovaquie arrivent en France durant cette période.

18Le CBIP assiste ces nouveaux immigrants dans la mesure de ses capacités financières. Dans les années 1930, à cause de l’accroissement de l’antisémitisme, la question de l’aide à fournir aux réfugiés suscite d’importants débats au sein du Comité, tout comme ce fut le cas lors de l’arrivée massive des juifs russes à la fin du xixe siècle. À la suite de l’occupation allemande, le CBIP est dissout le 4 mars 1942 par le gouvernement de Vichy. Ses locaux et ses biens sont transférés à l’UGIF (l’Union Générale des Israélites de France). Le Comité ne reprend ses activités qu’à la fin de la guerre, en 1944.

1.f La création du COJASOR et ses activités

19Après la guerre, les pouvoirs publics ont pour priorité de rapatrier les prisonniers et les déportés. En revanche, peu de mesures concrètes sont prises en faveur des juifs réfugiés en France. Dans ce contexte, l’American Joint Distribution Committee soutient, en 1945, la création du COJASOR (Comité juif d’action sociale et de reconstruction), issu de l’action sociale clandestine durant la guerre. Cette organisation a pour objectif de centraliser l’aide matérielle et morale apportée aux survivants de la Shoah en France. À la sortie de la guerre, les bureaux et les centres de secours du COJASOR sont établis sur l’ensemble de l’Hexagone, dans 44 villes de France. Le COJASOR s’occupe bien sûr des juifs français rescapés mais surtout des réfugiés d’Europe de l’Est exilés en France ou transitaires. Pour eux, un service particulier est créé, le SSI (Service spécial des immigrants). En attendant de leur trouver un appartement, le COJASOR les place dans des centres d’accueil, des hôtels et des maisons de repos pour les plus faibles. Il leur fournit aussi de la nourriture, des vêtements, de l’argent et octroie des prêts. Il les aide à retrouver un emploi ou à se former en les plaçant dans les écoles de l’ORT (Organisation-Reconstruction-Travail) et de l’HEFUD (Fédération interprofessionnelle et inter-œuvre pour l’Habillement des Enfants de Fusillés et Déportés).

20Par la suite, des années 1950 aux années 1990, le COJASOR poursuit son activité auprès des réfugiés venus du Moyen-Orient, notamment d’Égypte et d’Europe de l’Est, notamment de Pologne, de Hongrie, de Tchécoslovaquie, de Roumanie et d’URSS. Il continue également à s’occuper des survivants vieillissants, en créant notamment un service d’aide à domicile. Parmi les établissements ouverts après la guerre, deux seulement continuent à être gérés par le COJASOR, il s’agit des maisons de retraite de Nice et d’Aix-les-Bains dirigées aujourd’hui par la Fondation CASIP-COJASOR.

1.g L’accueil des juifs d’Afrique du Nord par le CBIP

21Á partir des années 1950, le CBIP se concentre sur l’accueil et l’intégration des centaines de milliers immigrés d’Afrique du Nord en coopération avec le bureau d’information et d’orientation du Fonds social juif unifié. Le Comité apporte aux juifs d’Afrique du Nord une aide à l’intégration et un soutien matériel. Il prolonge son action sociale dans les écoles juives, (à Lucien de Hirsch, Maïmonide et Yabné), en y créant des services sociaux et médicaux, en octroyant des bourses, en prenant en charge des élèves dans des foyer pour jeunes en dehors des heures de classe et en les envoyant en colonies de vacances. En 1954, pour aider les jeunes d’Afrique du Nord, le Comité ouvre un foyer pour étudiants à la rue Guy Patin dans le 10e arrondissement.

22À cette époque, dans les années 1950, les méthodes de travail commencent à changer au sein du Comité. L’action sociale se professionnalise. Les bénévoles sont remplacés par des assistantes sociales diplômées d’État et formées à la méthode de travail venue des États-Unis appelée le case work qui met l’accent sur la psychologie et prend en compte les traumatismes des assistés, mais leur permet aussi de mobiliser leur ressources pour se sortir de la pauvreté.

23Le Comité de bienfaisance Israélite de Paris connaît un autre changement important en 1963 qui témoigne de son évolution. Il change de nom devenant le Comité d’action sociale israélite de Paris ou CASIP, car la notion de bienfaisance est devenue démodée.

1.h Vers la création de la Fondation CASIP-COJASOR

24Depuis les années 1970, de nouveaux services et établissements sont créés pour répondre au mieux aux besoins des usagers de plus en plus touchés par la crise économique. Le CADI (Comité d’Aide aux Détenus Israélites) est fondé en 1977. Son but est de coordonner l’assistance aux détenus (aumônerie, services sociaux, visites, avocats...) et de favoriser leur réinsertion sociale à la sortie de prison. Une halte-garderie/ludothèque, David et Suzanne Lévy, est inaugurée en 1981. Ce centre a pour vocation de faciliter l’intégration sociale d’enfants de familles défavorisées. Le CASIP reprend le Bureau du Chabbath créé en 1962 par une équipe de bénévoles. Ce service d’aide à la recherche d’emploi permet le respect du repos du Chabbath et des jours de fêtes juives. Dans son combat contre l’exclusion, le CASIP crée en 1995 un hôtel social, le Midi Hôtel. Afin de répondre plus efficacement aux demandes des usagers, la plupart des services et des établissements du CASIP s’installent en 1990 dans un nouveau complexe situé en plein cœur de Belleville, rue de Pali-Kao. Ce lieu abrite également le foyer Michel Cahen pour handicapés mentaux (41 lits), première création de ce type dans la communauté juive de la région parisienne.

25Ce développement s’est poursuivi après la fusion du CASIP et du COJASOR, en 2000, pour répondre à une demande importante. La Fondation CASIP-COJASOR poursuit l’œuvre des deux associations fondatrices en s’adressant à plusieurs types de public, enfants, personnes âgées, handicapés et personnes sans domicile, au sein de ses 11 établissements et en diversifiant ses services auprès de ses 20 000 usagers par an.

2. Création du service Archives et Histoire

2.a Les archives de la Fondation CASIP-COJASOR

  • 3 Léon Kahn, Histoire de la Communauté israélite de Paris : le comité de bienfaisance, l’hôpital, l’o (...)
  • 4 Emmanuelle Polack, « À la Fondation CASIP-COJASOR », Archives juives, n° 36, p. 131-138 ; Emmanuell (...)
  • 5 L’accueil et l’intégration des réfugiés et immigrés juifs en France aux xixe et xxe siècles, 28 oct (...)
  • 6 La solidarité juive 200 ans d’action sociale : du Comité de bienfaisance israélite de Paris à la Fo (...)
  • 7 Voir note n° 2.

26Peu d’ouvrages sont consacrés à l’histoire de la Fondation CASIP-COJASOR. On peut noter tout de même celui de Léon Kahn datant de 18863. Mais l’ouverture des archives en 2005 et leur valorisation, à travers des publications4, colloques5 et exposition6, a permis de faire connaître ces fonds à quelques chercheurs qui ont consacré tout ou une partie de leurs travaux à l’histoire de l’institution7.

27C’est à Claudine Salamon, directrice du Service social de la Fondation CASIP-COJASOR, que l’on doit l’accès à ces fonds. En effet, après s’être occupée des archives de l’OSE pendant plusieurs années, lorsqu’elle entre à la Fondation CASIP-COJASOR en 2001, elle découvre les archives de cette institution et est persuadée de leur intérêt pour l’histoire. Elle parvient alors à convaincre le conseil d’administration de la Fondation de créer un service chargé de trier, de classer d’inventorier et de valoriser les archives.

2.b Les fonds d’archives

28Aujourd’hui on peut distinguer quatre grands fonds :

celui du CBIP (Comité de Bienfaisance Israélite de Paris), depuis 1809 ;

celui du CASIP (Comité d’Action Sociale Israélite de Paris), depuis 1963 ;

ainsi que celui du COJASOR (Comité Juif d’Action Sociale et de Reconstruction), depuis 1945 ;

à ceux-là s’ajoute le fonds de la CIDE (Caisse Israélite de Démarrage Économique, organisme d’octroi de prêts).

29Parmi ces fonds, on peut distinguer deux grands types d’archives, d’une part, les archives administratives et, d’autre part, les dossiers des usagers des services sociaux ou ceux des résidents des établissements qui sont soumis à des conditions de communicabilité différentes.

2.c Les archives administratives

30Parmi les archives administratives de chaque fonds on trouve celles relatives :

à la création des institutions : les statuts, les déclarations des associations, les règlements intérieurs ;

celles relatives à la gestion de l’institution : les registres de délibérations, les séances et procès-verbaux des diverses commissions du CBIP, les assemblées générales, les conseils d’administration, les rapports d’activités et rapports moraux comportant des statistiques, les courriers internes ;

celles relatives à leurs finances : des registres de cotisations et de dons, des dossiers de donations, legs et de fondations ainsi que des dossiers de subventions pour la période plus récente ;

celles relatives à leur personnel : les dossiers du personnel et les livres de paie et les dossiers de retraite ;

celles relatives à leurs relations avec l’extérieur : c'est-à-dire les courriers échangés avec d’autres associations, avec les pouvoirs publics, avec les usagers ou avec des familles d’usagers ;

celles relatives à leur communication ou aux événements organisés comme, par exemple, l’organisation de tombolas ou l’inauguration d'établissements.

31Les archives administratives du CBIP ont été entièrement numérisées et seront consultables uniquement sous ce format d’ici peu.

2.d Les dossiers des usagers

32Parmi les dossiers des usagers conservés, on compte les dossiers sociaux des personnes suivies par le CBIP/CASIP depuis 1944 et du COJASOR depuis 1945. Leurs délais de communicabilité sont fixés à 50 ans à partir de l’ouverture du dossier.

33Les dossiers sont composés :

d’une fiche comportant les éléments d’état civil de l’usager et de sa famille ;

d’un récapitulatif des aides octroyées ;

du budget de l’usager ;

des notes prises par le travailleur social à l’occasion de chaque rendez-vous ;

des synthèses rédigées par les travailleurs sociaux sur la situation des personnes suivies ;

des courriers échangés avec l’usager et avec d’autres organismes ;

d’une fiche récapitulant les organismes de la communauté juive ayant suivi l’usager ;

de la situation judiciaire de l’usager pour les usagers du CADI (Comité d’Aide aux Détenus Israélites).

34Les fiches ou conclusions d’enquête des indigents d’avant la Seconde Guerre mondiale ont disparu. Il ne reste plus que celles conservées dans les dossiers du personnel salarié de l’entre deux-guerres.

35Les dossiers sociaux du CBIP/CASIP et une partie des dossiers du COJASOR se trouvent dans les locaux de la Fondation CASIP-COJASOR ; les dossiers établis par le COJASOR avant les années 1980 ont été déposés au CDJC. On compte environ 26 000 dossiers sociaux du CBIP/CASIP et 57 000 du COJASOR ouverts au public. Ces dossiers sont classés par numéro. Il existe pour les deux fonds des fichiers papier par ordre alphabétique. Celui du COJASOR a été numérisé et peut être consulté au CDJC et à la Fondation CASIP-COJASOR. Depuis 2008, le Service social crée des dossiers informatiques ; dans l’avenir, leur consultation, passé le délai de communicabilité, s’effectuera par voie électronique.

2.e Les dossiers des résidents

36Parmi les dossiers des résidents, seuls ceux du Toit familial, le foyer pour étudiants sont communicables. Il s’agit de dossiers d’admission des étudiants qui comportent un certain nombre d’éléments permettant de retracer leur parcours. Ces dossiers d’admission contiennent les éléments nécessaires à l’inscription des étudiants :

les éléments d’identité ;

les notes des élèves ;

les lettres de motivation pour entrer au Toit familial ;

du courrier échangé avec la direction de Toit familial. Ce sont souvent des lettres d’étudiants ayant gardé des liens avec la direction et qui racontent leurs vacances auprès de leurs parents hors de France, les débuts de leur vie professionnelle après avoir quitté le Toit familial ou leur vie à l’étranger après avoir quitté la France.

37Il existe un fichier électronique de ces dossiers qui permet de faire des recherches sur des noms ou origine des personnes. Les dossiers des résidents des maisons de retraite ne sont pas consultables. Seuls les registres des entrées et sorties de la Maison Moïse Léon d'avant la Seconde Guerre mondiale le sont.

2.f Le fonds iconographique

38Un fonds iconographique est également consultable. Il s’agit, pour l’essentiel, de photographies prises dans les maisons de vieillards du COJASOR, ainsi que des événements organisés par le CASIP dans les années 1940-1970. Prochainement, les archives de la Fondation CASIP-COJASOR seront gérées par un logiciel d’archivage électronique et physique des documents. Ce projet innovant prévoit l’archivage des documents produits par les services dès leur création. Il facilitera la recherche et l’accès aux archives pour le personnel de la Fondation et les chercheurs.

2.g Conditions d’accessibilité aux archives

  • 8 Pour consulter les archives, contacter le Service des Archives et Histoire de la Fondation CASIP-CO (...)

39L’ensemble des archives du CBIP/CASIP se trouve dans les locaux de la Fondation CASIP-COJASOR. Les archives du COJASOR sont réparties entre le Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) et la Fondation CASIP-COJASOR. Les plus anciens dossiers sociaux du COJASOR, ceux ouverts au public, sont conservés au CDJC ainsi qu’une partie des archives administratives. Les archives administratives des deux fonds sont ouvertes jusqu’en 1980. Les dossiers des usagers sont ouverts jusqu’en 1963. L’accès aux archives de la Fondation CASIP-COJASOR est soumis à l’approbation du directeur général de la Fondation CASIP-COJASOR8.

Conclusion

40À travers les archives de la Fondation CASIP-COJASOR, deux siècles d’action sociale inspirée par la tsédaqah, tradition juive ancienne d’aide au prochain, peuvent être retracés. Les documents conservés racontent les situations des personnes secourues. Ils illustrent le travail accompli pour insérer dans la société française les familles les plus pauvres et les immigrés démunis. Des générations successives de femmes et d’hommes engagés ont ainsi œuvré pour répondre aux urgences entraînées par l’immigration des juifs d’Europe, d’Afrique du Nord, de Russie, du Moyen-Orient, l’arrivée des survivants de la Shoah et les crises économiques contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Tsédaqah : terme hébraïque qui signifie justice ou droiture et qui implique une obligation de rétablir un certain équilibre entre riches et pauvres.

2 Sarah Atlan, L’aide sociale et l’accueil des rapatriés juifs d’Algérie en France (1951-1967), mémoire de master I, Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, Paris, 2008 ; Sarah Atlan, L’aide sociale juive de la Seconde Guerre mondiale au rapatriement des juifs d’Algérie : genèse, reconstruction et modernisation 1945-1962, mémoire de master II, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, Paris, 2009 ; Marie Aboulker, La philanthropie et les œuvres de bienfaisance de la communauté juive parisienne : le cas du Comité de bienfaisance israélite de Paris (1870-1914), mémoire de master I, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, Paris, 2010 ; Marie Aboulker, Trajectoires et engagements philanthropiques chez les élites juives de la IIIe République : le cas du Comité de bienfaisance israélite de Paris (1880-1914), mémoire de master II, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 2011 ; Daniella Doron, In the Best Interest of the Child: Family, Youth, and Identity in Postwar France, 1944-1954, thèse de doctorat, New York University, New York, 2009 ; Céline Leglaive-Perani, « De la charité à la philanthropie. Introduction », Archives Juives, 2011, n° 44/1, p. 4-16 ; Céline Leglaive-Perani, « ‘‘Accorder un regard attendri au Rocher d’où vous fûtes taillés’’ ». Le judaïsme parisien et le Comité de bienfaisance israélite (1830-1930) », Archives Juives, 2011, n° 44/1, p. 37-53 ; Laura Hobson-Faure, Un « Plan Marshal juif ». La présence américaine juive après la Shoah, 1944-1954, thèse de doctorat sous la direction de Nancy L. Green, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 2009 ; Laura Hobson-Faure, « De la bienfaisance à l’action sociale. Introduction. », Archives Juives, 2012, n° 45/1, p. 5-9. ; Laura Hobson-Faure, « Le travail social dans les organisations juives françaises après la Shoah : création made in France ou importation américaine ? », Archives Juives, 2012, n° 45/1, p. 43-60 ; Laure Fourtage, Les survivants juifs en France de 1945 à 1948 : rapatriement-réinsertion-migration, mémoire de master II, Université Paris 7, Paris, 2007 ; Laure Fourtage, « Les organisations juives d’aide sociales et l’insertion professionnelle dans l’immédiat après-guerre », Archives Juives, 2012, n° 45/1, p. 10-26 ; Sandra Marc, Les juifs de Lacaune-les-Bains (Tarn) dans l’après-guerre : difficultés quotidiennes, réinsertion et aide au COJASOR (1944-1949), mémoire de master II, sous la direction de Patrick Cabanel, Université de Toulouse II-Le Mirail, Toulouse, 2010 ; Julia Maspero, Itinéraires de juifs polonais immigrés en France entre 1945 et 1951, mémoire de maîtrise, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, Paris, 2005 ; Martin Messika, L’assistance juive face à l’immigration des juifs d’Afrique du Nord en France, 1950-1970, mémoire de master II, sous la direction de Patrick Weil, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 2007 ; Martin Messika, « Paris-Montréal. Des façons d’accompagner le “choc terrible” du décès d’un enfant dans les années 1960-1980 », Archives Juives, 2012, n° 45/1, p. 74-86 ; Constance Paris de Bolardière, « Mutualité, fraternité et travail social chez les bundistes de France (1944-1947), Archives Juives, 2012, n° 45/1, p. 27-42 ; Michal Raz, Protéger, moraliser, “matronner”. La bienfaisance juive à l'égard des jeunes filles à Paris, de la Belle-époque à la Deuxième Guerre mondiale, mémoire de master II, sous la direction de Nancy L. Green, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 2011 ; Mônica Raïsa Schpun, « Les premiers migrants juifs d’Afrique du Nord dans la France de l’après-guerre : une découverte pour les services sociaux », Archives Juives, 2012, n° 45/1, p. 61-73 ; Sophie Saunut, L’immigration des juifs d’Égypte vers la France entre 1948 et 1970, mémoire de maîtrise présenté à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, sous la direction d’Anne Grynberg et d’André Kaspi, 2004-2005 ; Chloé Schmidt, Le Comité de Bienfaisance Israélite de Paris et les sociétés de secours dans la crise française à la veille de la Seconde Guerre mondiale (1933-1941), face à l’immigration juive, mémoire de master II, Université Paul-Valéry-Montpellier III, Montpellier, 2008 ; Colette Zytnicki (dir.), Terre d’exil, terre d’asile : migrations juives en France aux xixe et xxe siècles, Paris, Édition de l’Éclat, 2010.

3 Léon Kahn, Histoire de la Communauté israélite de Paris : le comité de bienfaisance, l’hôpital, l’orphelinat, les cimetières, Paris, Durlacher, 1886.

4 Emmanuelle Polack, « À la Fondation CASIP-COJASOR », Archives juives, n° 36, p. 131-138 ; Emmanuelle Polack, « Découvrir Le Toit familial, foyer d’étudiants juifs à Paris, 1952-2000 », Archives Juives, 2/2004 (vol. 37), p. 127-134 ; Gabriel Vadnaï, Laure Politis, La solidarité juive 200 ans d’action sociale : du Comité de bienfaisance israélite de Paris à la Fondation CASIP-COJASOR, Paris, Somogy, 2010.

5 L’accueil et l’intégration des réfugiés et immigrés juifs en France aux xixe et xxe siècles, 28 octobre 2009, Hôtel de ville de Paris ; De la philanthropie à l’action sociale, 10 mai 2012, Centre Alliance, Edmond J. Safra.

6 La solidarité juive 200 ans d’action sociale : du Comité de bienfaisance israélite de Paris à la Fondation CASIP-COJASOR, 2009, Hôtel de ville de Paris, Mairies de Paris du 11e, 3e, 19e arrondissements, Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme.

7 Voir note n° 2.

8 Pour consulter les archives, contacter le Service des Archives et Histoire de la Fondation CASIP-COJASOR par courriel : archives@CASIP-COJASOR.fr, ou écrire à l’adresse suivante : 47 bd. Belleville, 75 011 Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Politis, « Les archives du CBIP/CASIP et du COJASOR : des sources pour une histoire de la bienfaisance et de l’action sociale juives de 1809 à nos jours », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 15 | 2014, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/2732 ; DOI : 10.4000/framespa.2732

Haut de page

Auteur

Laure Politis

Archiviste, Fondation CASIP-COJASOR.
laure.politis@casip-cojasor.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org