Navigation – Plan du site
Dossier : Charité et bienfaisance dans le monde juif en diaspora

Introduction au dossier : Charité et bienfaisance dans le monde juif en diaspora

Colette Zytnicki et Juliette Sibon

Texte intégral

1Dans le judaïsme, l’homme pieux qui chaque matin avant l’aurore, par sa prière, règle à nouveau le monde, prononce, entre autres, ces quelques mots :

  • 1  Maïmonide, Mishne Torah, traité Hilkhot Tefillah 1, 4.

Voici les devoirs qui n’ont pas de limites : l’abandon de l’angle du champ aux nécessiteux lors de la moisson ; le sacrifice lors des visites au Temple et à l’occasion des fêtes de pèlerinage ; les actes de charité et l’étude de la Torah1.

2La charité fait partie des devoirs qui n’ont pas de limites fixées par la Torah. Associée au sacrifice, elle a une dimension sacrée. La suite de la prière matinale souligne aussi sa dimension éthique en ajoutant qu’elle donne à l’homme « une jouissance dans ce monde-ci, mais dont le fonds lui en reste conservé dans le monde futur ».

3D’après la tradition, la prière du matin a été instituée par Abraham, incarnation même de la charité, lors de l’épisode des trois hommes à qui il lave les pieds et offre à manger et à boire et qui lui annoncent la grossesse future de Sara (Gen. XVIII). L’histoire de Jacob renvoie également à l’éthique de la solidarité humaine et à la morale sociale. Sur son lit de mort, le patriarche dit à son fils : « Use envers moi de grâce (hésèd) et de fidélité (émèt) : ne m’enterre pas en Égypte, mais aux côtés de mes parents ». Le mot émèt signifie aussi « vérité » en hébreu. Ainsi, le hésèd – « bienfait », « bonté », « faveur », « grâce », voire « amour » dans la Kabbale –, que l’on accomplit envers un mort est la « vraie charité », le hésèd chel émèt, car c’est un acte totalement gratuit, qui n’attend aucune réciprocité. D’ailleurs, au Moyen Âge, l’Aumône des morts ou Hebra Kadisha est parfois l’unique institution qui assume l’ensemble des devoirs de charité dans la communauté.

  • 2  Mishna, Avot 1, 2.

4La charité et la bienfaisance renvoient à deux aspects bien distincts. Dans la Kabbale, l’acte de bienfaisance est exprimé par le mot composé hébreu Gemilout Hassadim, à savoir du substantif du verbe qui signifie « accomplir », « payer », et du pluriel de hésèd. Celui qui pratique l’acte de bienfaisance est un hassid, un homme pieux. Au iiie avant J. C., lors de la période du Second Temple, Siméon le Juste avait l’habitude de dire que « le monde est construit sur trois fondements, la Torah, le service divin et le Gemilout Hassadim »2. L’ordre social repose sur cette qualité morale d’une très grande valeur pour l’humanité. Gemilout Hassadim comprend toutes les actions faites par bonté, qui allègent les fardeaux des affligés et qui adoucissent les relations entre les hommes.

5Si Gemilout Hassadim se traduit plutôt par bienfaisance, le terme de tsédaqah renvoie à la charité institutionnelle et signifie « aumône », « contribution aux œuvres ». Sa racine tsédèq signifie « justice », dans le sens d’une justice exercée par le magistrat et auquel l’individu doit se conformer. L’assistance des pauvres n’est pas une faveur mais un devoir. Celui qui pratique la tsédaqah est un tsadiq, un « juste ».

6Le Talmud hiérarchise les deux aspects de la charité dans le judaïsme en ces termes :

  • 3  Talmud de Babylone, Soukah 49b.

La bienfaisance – Gemilout Hassadim – est supérieure à la tsédaqah en trois points : la tsédaqah se fait avec de l’argent ; la bienfaisance s’accomplit par un service personnel ou avec de l’argent ; la tsédaqah ne s’exerce qu’envers le pauvre ; la bienfaisance peut être dispensée au pauvre et au riche ; la tsédaqah ne peut être faite qu’au vivant ; la bienfaisance atteint les vivants et les morts3.

  • 4  Acronyme des trois livres de la Bible juive, à savoir la Torah ou Pentateuque, les Nevi’im ou Prop (...)

7Les sources juives sur la bienfaisance et la charité ne manquent pas, on le voit. Dans le Tanakh4, le Lévitique et le Deutéronome intiment d’abandonner au pauvre, à la veuve, à l’orphelin et à l’étranger un coin du champ, des grappes de la vigne et des fruits de l’olivier (Lév. XIX, 9-10 et XXIII, 22 ; Deut. XXIV, 19-21). L’acte de charité est d’autant plus magnanime que le bénéficiaire n’est ni connu ni jugé par son bienfaiteur. L’épisode biblique d’« Élisée et l’huile de la veuve » contenu dans le deuxième livre des Rois (fig. 1) recèle cette dimension. Élisée accorde son soutien immédiat à une veuve endettée et insolvable, montrant l’exemple à suivre, à savoir celui d’aider les gens dans le besoin, sans les juger ni chercher à comprendre s’ils sont responsables de leurs difficultés (II Rois IV, 2).

Figure. 1. Élisée et l’huile de la veuve. Bible de Pampelune, Navarre, 1197, fol. 123v, Amiens BM ms. 0108, Base Enluminures.

Figure. 1. Élisée et l’huile de la veuve. Bible de Pampelune, Navarre, 1197, fol. 123v, Amiens BM ms. 0108, Base Enluminures.

Illi offerebant vasa et illa in fundebat eumque plena fuissent vasa dicit ad filium suum : « Offer mihi adhuc vas », ac ille respondit : « Non habeo ». Stetitque oleum. (Ils lui présentaient les vases et elle versait, et lorsque les vases furent pleins, elle dit à son fils : « Présente-moi encore un vase ». Mais il lui répondit : « Je n’en ai plus ». Et l’huile s’arrêta), II Rois 4, 5-6.

Institut de l’Histoire des Textes-CNRS-Ministère de la Culture. http://www.enluminures.culture.fr

  • 5  Consultations rabbiniques sous forme de correspondances, en réponse à une question posée, et faisa (...)

8Outre le Tanakh, la littérature postbiblique, dont les écrits hellénistiques – Philon d’Alexandrie et Flavius Josèphe en particulier –, le Talmud ainsi que la littérature post-talmudique médiévale – Maïmonide au premier chef, et les responsa rabbiniques5 –, enrichissent la conception et les conditions de la mise en œuvre de la tsédaqah.

  • 6  Otiot de Rabbi Aqiba.
  • 7  Talmud de Babylone, Berechit 55a, notamment.

9La tsédaqah est donc le devoir envers l’indigent qui incombe à l’homme qui possède des biens. C’est un impôt prélevé sur le riche et redistribué au pauvre. Rabbi Aqiba, docteur de la Mishna, contemporain des ier et iie siècles de notre ère, et considéré comme l’un des fondateurs du judaïsme rabbinique, ne dit pas autre chose : « Dieu, qui est le Dieu des riches et des pauvres, veut que les premiers aident les seconds, afin de faire du monde un foyer d’amour »6. Il ajoute que la charité est un moyen d’expiation des péchés7. Cette conception de la charité comme procédé d’expiation se retrouve ailleurs dans le Talmud, où sept devoirs sont définis : nourrir celui qui a faim, habiller celui qui est nu, offrir un toit aux sans-abris et aux étrangers, visiter les malades, assister les jeunes filles pauvres dans leur mariage, enterrer les morts, racheter les captifs et pourvoir à l’éducation des orphelins.

10Ainsi conçue, la charité implique des institutions, mises en place très tôt dans le judaïsme. Il est d’ailleurs fort probable que les membres de la Grande Assemblée que dirigeait Siméon le Juste à l’époque du Second Temple étaient aussi les administrateurs de la charité publique.

11Le système de collecte des dons est, pour sa part, établi plus tardivement, aux temps de la Mishna : les fonds sont recueillis dans la Kuppah, confiée à trois hommes de confiance, les parnassim ou prud’hommes, qui se rassemblent régulièrement en beth din ou tribunal rabbinique, afin de décider des modalités de la redistribution et des bénéficiaires. Deux collecteurs de fonds ont toute autorité pour percevoir les taxes dues au titre de la tsédaqah.

  • 8  Journée organisée par Juliette Sibon et Colette Zytnicki, qui s’est tenue dans la Bibliothèque des (...)

12En diaspora, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, la tsédaqah s’est opérée par le biais d’institutions spécifiques dans le cadre juridique communautaire dont les contours n’ont cessé de varier selon les périodes tout en répondant aux mêmes nécessités. Ce sont ces questions qui ont été examinées lors de la Journée d’étude du 19 mai 20118, à l’aune de la longue durée, de l’époque médiévale à l’époque contemporaine, et de la comparaison entre les différents espaces et périodes analysés.

13Comment la charité a-t-elle été exercée et pensée en diaspora, dans des contextes aussi différents que les sociétés médiévales, modernes et contemporaines ?

  • 9  Voir notamment Mireille Hadas-Lebel, Philon d'Alexandrie, Paris, Fayard, 2003 ; et Katell Berthelo (...)

14Nous n’avons malheureusement pu compter sur la présence d’historiens de la période antique. Signalons seulement les travaux des historiennes françaises Mireille Hadas-Lebel et Katell Berthelot, à partir des textes bibliques et des œuvres de Philon d’Alexandrie et de Flavius Josèphe9.

  • 10  Shelomoh Dov Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Community of the Arab World as Portrayed (...)
  • 11  Mark Cohen, The Voice of the Poor in the Middle Age. An Anthology of Documents from the Cairo Geni (...)

15Pour la période médiévale, de grandes synthèses sur l’organisation des communautés constituent, pour l’heure, le socle principal sur lequel ancrer notre réflexion. En Islam, le fonds exceptionnel de la Geniza du Caire offre un matériau étendu et compact. Après le grand œuvre en six volumes de S. D. Goitein, publié dans les années 196010, l’historien américain Mark Cohen s’est plus récemment penché sur la pauvreté et la charité privée et publique en monde juif, dans deux ouvrages publiés en 200511. Le premier est une anthologie des documents issus de la Geniza du Caire à partir desquels l’auteur s’intéresse aux juifs pauvres et à la tsédaqah ; le second exploite ce corpus et aboutit à constater le respect de la norme juive en matière de tsédaqah sans exclure pour autant l’acculturation aux conceptions de la pauvreté de la société majoritaire, celle de l’Égypte sous domination fatimide puis ayyoubide (969-1250).

  • 12  Simon Schwarzfuchs, Kahal. La communauté juive de l’Europe médiévale, Paris, Maisonneuve & Larose, (...)
  • 13  Ytzhak Fritz Baer, History of the Jews in Christian Spain, Tel Aviv, Am Oved, 1945, revue et compl (...)
  • 14  Gérard Nahon, Métropole et périphéries séfarades d’Occident : Kairouan, Amsterdam, Bayonne, Bordea (...)
  • 15  Claude Denjean, Juliette Sibon et Claire Soussen-Max, « Charité bien ordonnée. Acteurs et institut (...)

16Pour l’Occident latin en général, Simon Schwarzfuchs a livré une synthèse des institutions caritatives au sein des communautés de la diaspora12. Quant à la tsédaqah en Sefarad ou péninsule Ibérique médiévale, elle est abordée par Ytzhak Baer, puis, plus tard, par l’historien israélien Yom Tov Assis13. Les travaux de Gérard Nahon ont également mis en évidence l’importance des pratiques caritatives dans le monde sépharade de l’époque moderne14. Mais dans cet espace, tout comme dans le Midi de la France d’ailleurs, les documents de la pratique – à savoir les sources qui permettent de saisir la mise en œuvre de la tsédaqah, ses acteurs, son financement, ses formes concrètes – sont nombreux mais extrêmement dispersés et essentiellement exploités dans le cadre de monographies, problème que tente de pallier la contribution de Claude Denjean, Juliette Sibon et Claire Soussen-Max15.

17Pour les siècles suivants, les sources sont abondantes. Elles permettent de suivre de manière précise et documentée les transformations de la tsédaqah depuis la création des Comités de bienfaisance liée à la mise en place des consistoires (en France d’abord, en Algérie ensuite) jusqu’à nos jours. Dans les archives consistoriales et celles des institutions communautaires se sont accumulés des milliers de dossiers, de comptes rendus de réunions, de bilans qui sont autant de pépites pour une histoire en train de s’écrire.

  • 16  Nancy Green, Les Travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque. Le « Pletzl » de Paris, Paris, Fay (...)
  • 17  Archives Juives, vol. 44, 2011/1.
  • 18  Archives Juives, vol. 45, 2012/1.
  • 19  Colette Zytnicki (dir.), Terre d’exil, terre d’asile. Migrations juives en France aux xixe et xxe (...)
  • 20  Laure Politis, « Les archives du CBIP/CASIP et du COJASOR : des sources pour une histoire de la bi (...)
  • 21  Laura Hobson-Faure, « L’évolution de la philanthropie juive française à l’époque contemporaine (17 (...)
  • 22  Valérie Assan, « Charité et philanthropie dans les communautés juives d’Algérie au xixe siècle ».

18Depuis plus de 30 ans, on a ainsi mis en évidence l’émergence d’une philanthropie portée par les familles de notables dont le modèle s’inspire des pratiques bourgeoises en cours dans la société française. On a également largement discuté le travail des institutions caritatives juives dans l’accueil des immigrés venus d’Europe de l’Est à partir des années 1880 et débattu de leur attitude face à l’arrivée des nouveaux venus16. L’intérêt des chercheurs s’est également porté sur l’énorme effort fourni par les différentes organisations à la fin de la Seconde Guerre mondiale afin de panser les plaies ouvertes par les persécutions nazies. Enfin, on a scruté à la loupe leur rôle dans l’insertion des juifs d’Afrique du Nord. C’est à ces différents processus que sont consacrés les remarquables numéros de la revue des Archives juives : « Le ‘‘moment philanthropique des juifs de France (1800-1940) »17 et « Le ‘‘travail social’’ en milieu juif français après 1945 »18 . La célébration du bicentenaire du CASIP-COJASOR, héritier du Comité de Bienfaisance de Paris qui a vu le jour en 1809 a, quant à elle, donné lieu à la publication d’un ouvrage collectif sur l’action des institutions juives depuis cette date jusqu’à la fin du xxe siècle19.Le dossier présenté s’inscrit donc dans le champ, combien fécond, nous espérons l’avoir démontré en proposant ce rapide aperçu historiographique, d’une histoire de la tsédaqah. Pour la partie consacrée à l’histoire contemporaine, nous avons choisi de mettre la focale sur cet aspect, à la fois archivistique et historiographique, rarement mis en lumière jusque-là et pourtant déterminant. C’est donc à la présentation de ces riches sources qu’est consacré l’article de Laure Politis20, tandis que Laura Hobson-Faure propose un bilan critique des travaux menés sur la question de la tsédaqah de la Révolution française à nos jours21. Valérie Assan, quant à elle, livre une étude inédite de la bienfaisance dans le monde juif algérien bouleversé par la colonisation22.

19L’angle choisi est toutefois assez différent des études citées précédemment et, espérons-le, assez novateur. Il se propose en effet d’interroger le phénomène sur un temps long, qui va du Moyen Âge à l’époque la plus contemporaine. Loin de nous l’idée d’essentialiser la tsédaqah, d’en faire une sorte d’invariant qui perdurerait tel quel à travers les temps. Il s’agit bien, au contraire, de s’interroger sur les formes historiquement datées qu’elle a pu revêtir au cours des siècles. L’injonction de venir au secours de son prochain s’est coulée dans différents moules qui doivent leurs contours aux sociétés dans lesquelles les juifs ont vécu. C’est sur ces structures variables que nous avons porté la focale à travers trois périodes : le bas Moyen Âge, le xixe siècle et l’immédiat après Seconde Guerre mondiale. Nous avons également étendu le champ d’observation jusqu’à l’Algérie au moment où le pays entre dans l’influence française avec la colonisation du territoire. L’ambition était de mettre en évidence le rôle des acteurs, que ce soient les gabbaïm ou recteurs d’Aumône de la période médiévale, les philanthropes de la Belle Époque ou les travailleurs sociaux d’aujourd’hui. Leurs rôles et leurs fonctions ont connu, on s’en doute, une transformation radicale. Les assistantes sociales du xxie évoluent dans une société où les juifs sont pris en charge par un État providence protecteur. Son existence a incité les institutions communautaires à repenser leur champ de compétence, leur mode d’intervention et même parfois le sens à donner à leur travail. Dit autrement, dans un monde où les juifs sont des citoyens comme les autres, quelle place donner à la tsédaqah sous sa forme institutionnelle ? La question se pose aussi dans des sociétés où les juifs relèvent d’un statut juridique spécifique, en tant que minorité religieuse. La bienfaisance en milieu juif a toujours su se combiner avec des pratiques sociales et des attentes venues de la société globale. C’est précisément à cette articulation de la minorité juive dans le monde commun que nous plaçons la focale.

20En tentant d’apporter quelques éléments de réponses à ces questions, le dossier partage également une autre ambition : celle de mettre en évidence le travail d’une génération de jeunes chercheuses qui sont tout simplement en train de renouveler non seulement l’histoire de la tsédaqah mais également celle de l’histoire des juifs en France. Il est bon que les Cahiers de Framespa en soit l’écho. N’oublions pas en effet que FRAMESPA est l’héritière des travaux menés depuis plus de trente ans sur l’histoire et la sociologie des juifs en France, réalisés tout d’abord dans le cadre du CIREJED devenu par la suite Diasporas. Au-delà de la réflexion scientifique que nous proposons, il s’agit pour nous de renforcer la chaîne des générations qui se sont attelées à comprendre l’existence historique des juifs dans les sociétés où ils vécurent et d’affirmer la place de Toulouse dans cette entreprise.

Haut de page

Notes

1  Maïmonide, Mishne Torah, traité Hilkhot Tefillah 1, 4.

2  Mishna, Avot 1, 2.

3  Talmud de Babylone, Soukah 49b.

4  Acronyme des trois livres de la Bible juive, à savoir la Torah ou Pentateuque, les Nevi’im ou Prophètes et la Khtouvim ou Livres historiques.

5  Consultations rabbiniques sous forme de correspondances, en réponse à une question posée, et faisant jurisprudence.

6  Otiot de Rabbi Aqiba.

7  Talmud de Babylone, Berechit 55a, notamment.

8  Journée organisée par Juliette Sibon et Colette Zytnicki, qui s’est tenue dans la Bibliothèque des Études Méridionales, rue du Taur, à Toulouse.

9  Voir notamment Mireille Hadas-Lebel, Philon d'Alexandrie, Paris, Fayard, 2003 ; et Katell Berthelot, Philanthrôpia judaica. Le débat autour de la « misanthropie » des lois juives dans l’Antiquité, Leyde-Boston, Brill, 2003.

10  Shelomoh Dov Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Community of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 1967-1999, 6 vols.

11  Mark Cohen, The Voice of the Poor in the Middle Age. An Anthology of Documents from the Cairo Geniza, Princeton, Princeton University Press, 2005, et Poverty and Charity in the Jewish Community of Medieval Egypt, Princeton et Oxford, Princeton University Press, 2005.

12  Simon Schwarzfuchs, Kahal. La communauté juive de l’Europe médiévale, Paris, Maisonneuve & Larose, 1986.

13  Ytzhak Fritz Baer, History of the Jews in Christian Spain, Tel Aviv, Am Oved, 1945, revue et complétée en 1959 [hébreu] ; Yom Tov Assis, The Golden Age of Aragonese Jewry: Community and Society in the Crown of Aragon, 1213-1327, Londres, The Littman library of Jewish civilization, 1997.

14  Gérard Nahon, Métropole et périphéries séfarades d’Occident : Kairouan, Amsterdam, Bayonne, Bordeaux, Jérusalem, Paris, Cerf, 1993.

15  Claude Denjean, Juliette Sibon et Claire Soussen-Max, « Charité bien ordonnée. Acteurs et institutions de la tsédaqah en Europe méditerranéenne au bas Moyen Âge ».

16  Nancy Green, Les Travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque. Le « Pletzl » de Paris, Paris, Fayard, 1985 ; Paula Hyman, De Dreyfus à Vichy. L’évolution de la communauté juive en France, 1906-1939, Paris, Fayard, 1985.

17  Archives Juives, vol. 44, 2011/1.

18  Archives Juives, vol. 45, 2012/1.

19  Colette Zytnicki (dir.), Terre d’exil, terre d’asile. Migrations juives en France aux xixe et xxe siècles, Paris, Éditions de l’Éclat, 2010.

20  Laure Politis, « Les archives du CBIP/CASIP et du COJASOR : des sources pour une histoire de la bienfaisance et de l’action sociale juives de 1809 à nos jours ».

21  Laura Hobson-Faure, « L’évolution de la philanthropie juive française à l’époque contemporaine (1791-1939) : un essai de synthèse ».

22  Valérie Assan, « Charité et philanthropie dans les communautés juives d’Algérie au xixe siècle ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure. 1. Élisée et l’huile de la veuve. Bible de Pampelune, Navarre, 1197, fol. 123v, Amiens BM ms. 0108, Base Enluminures.
Légende Illi offerebant vasa et illa in fundebat eumque plena fuissent vasa dicit ad filium suum : « Offer mihi adhuc vas », ac ille respondit : « Non habeo ». Stetitque oleum. (Ils lui présentaient les vases et elle versait, et lorsque les vases furent pleins, elle dit à son fils : « Présente-moi encore un vase ». Mais il lui répondit : « Je n’en ai plus ». Et l’huile s’arrêta), II Rois 4, 5-6.
Crédits Institut de l’Histoire des Textes-CNRS-Ministère de la Culture. http://www.enluminures.culture.fr
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2710/img-1.png
Fichier image/png, 732k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Zytnicki et Juliette Sibon, « Introduction au dossier : Charité et bienfaisance dans le monde juif en diaspora », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 15 | 2014, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/2710 ; DOI : 10.4000/framespa.2710

Haut de page

Auteurs

Colette Zytnicki

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse-Le Mirail et appartient au laboratoire FRAMESPA. Après avoir longtemps travaillé sur les migrations des Juifs d’Afrique du Nord en France, ses thèmes actuels de recherche portent sur le Maghreb colonial. Son prochain ouvrage (fin 2014) portera sur l’histoire du tourisme en Algérie pendant la période coloniale.
colette_zytnicki@yahoo.fr

Articles du même auteur

Juliette Sibon

Maître de conférences d’histoire médiévale à l’Université d’Albi et directrice de la Nouvelle Gallia judaica (LEM-UMR 8584, Villejuif). Sa thèse de doctorat, parue en 2011 aux éditions du Cerf, s’intitule Les juifs de Marseille au XIVe siècle.
sibonjuliette@aol.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org