Navigation – Plan du site
Varia

Toulouse, université hispanique. Des relations universitaires franco-espagnoles du Moyen Âge à l’Ilustración

Toulouse Hispanic University. The Franco-Spanish Universitary Relations, from the Middle Age to the Illustración
Toulouse, universidad hispánica: las relaciones universitarias francoespañolas, desde la Edad Media hasta la Ilustración
Patrick Ferté

Résumés

Durant le Moyen Âge et la Renaissance, l’université de Toulouse a exercé une attraction forte et continue sur les Espagnols qui se pressèrent sur ses bancs comme dans ses chaires, malgré guerres, dissensions religieuses et interdictions royales. Passé l’étiage du xviie siècle, des sources sérielles exhaustives prouvent que ce chemin transpyrénéen traditionnel fut réactivé et décuplé au xviiie siècle : après l’instauration d’un roi Bourbon pro-castillan qui osa supprimer les anciennes universités catalanes, longtemps rebelles, pour leur substituer l’université nouvelle et inféodée de Cervera (1717), plus de 900 étudiants catalans la dédaignèrent pour se ruer vers Toulouse, redevenue pour quelques décennies et malgré les interdits, un campus de rechange dans une sorte de résistance passive du parchemin.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Sermet, Toulouse ville hispanique, Introduction au catalogue de l'exposition « L'Espagne des p (...)
  • 2 Voir notamment Jean Sermet, 2e Congrès International des Études Pyrénéennes, Toulouse, CNRS, 1954, (...)

1« Toulouse, avant-poste du monde hispanique », proclamait en 1950 Jean Sermet dans un article au titre direct, « Toulouse ville hispanique1 ». Cet historien de l’art, spécialiste des « communications pyrénéennes et transpyrénéennes2 » continuait ainsi :

La Nature le veut qui fait aboutir à Toulouse toutes les routes transpyrénéennes […]. La Géographie et l’Histoire s’unissent pour faire de Toulouse une sorte de microcosme hispanique, dans lequel on aurait l’illusion de voir parfois reparaître un reflet de l’ancienne unité de l’Hispania romaine. Car, comparable en cela au seul cœur de Madrid, celui de Toulouse bat à l’écho de tout ce qui se passe en Espagne, dans toutes les Espagnes.

  • 3 Ibid., n. 1. Jean Sermet a étoffé ses arguments dans son Discours de réception à l'Académie des Jeu (...)

2Et de rappeler à l’appui que le royaume wisigoth eut deux capitales, Toulouse et Tolède ; que c’est de Vieille Castille que « sont venus ces seigneurs de Bernuy dont François Ier, au retour de sa captivité de Madrid, appréciera si fort la confortable hospitalité » en leur bel hôtel toulousain ; que « Saint Dominique est un Espagnol et que cependant son action s’est exercée surtout à Toulouse […], que Toulouse est le berceau de l’Inquisition et que son Université lui doit sa naissance3 »... L’université de Toulouse, nous y voilà !

  • 4 Voir Robert Mesuret, Évocation du vieux Toulouse, Paris, Éd. de Minuit, 1960, p. 405-406, 427-428.

3Il est sans doute significatif ce symbole d’une fée transpyrénéenne penchée sur le berceau du Studium generale Tholosanum, né, faut-il le rappeler, des suites de la défaite du comte de Toulouse et de la mort du roi d’Aragon à Muret. L’ordre des Frères prêcheurs fut effectivement fondé à Toulouse par l’espagnol Dominique de Guzman, et c’est d’ailleurs leur couvent-matrice (alias Jacobins) qui fut traditionnellement le cœur de l’université de Toulouse : ici avaient lieu les assemblées et la messe dominicales de l’universitas qui y avait son banc décoré aux deux bouts d’un arc de triomphe ; c’est ici que sonnait, depuis 1294-1298, la cloche de l’université appelant les étudiants pour les cours, dont beaucoup se faisaient dans ses locaux (pour les arts comme pour la théologie) ; c’est encore ici qu’un disciple du saint espagnol gardait une des clés de la grande Arche où l’on déposait les chartes de l’université, depuis que ses statuts avaient été proclamés en ce même lieu en 1314 ; et, nouvel entrelacs hispano-toulousain, cette église conventuelle des Jacobins eut pour bienfaiteur précisément le castillan de Toulouse, Jean de Bernuy, déjà cité, qui y établit une chapelle et y aménagea avec munificence une salle de librairie. Ce Bernuy illustre lui-même les liens très forts entre Toulouse et l’Espagne. Ne construisit-il pas à Toulouse un bel hôtel isabelino, initiant le style plateresque dans la Ville rose ? Il prêta d’ailleurs à son frère, resté outre Pyrénées comme regidor de Burgos, son propre maître d’œuvre toulousain qui eut à reconstruire le cimborio de la cathédrale castillane4 et, lorsqu’il eut le privilège de recevoir en son palais toulousain le roi François Ier et son épouse, Infante d’Espagne et sœur de Charles-Quint, le symbole du mariage transpyrénéen par-delà la guerre franco-espagnole est alors hissé à son comble ; et d’autant mieux que l’université tint à offrir au couple royal franco-espagnol sa propre réception corporative (distincte de celle des capitouls) et à actionner en cet instant sa cloche dominicaine !

  • 5 Dans les statistiques utilisées ci-après, la douzaine d’étudiants du Val d’Aran (sur deux siècles), (...)
  • 6 Cette problématique a déjà été esquissée et explorée partiellement dans plusieurs occasions interna (...)

4Ce jumelage universitaire hispano-toulousain n’en est évidemment pas resté au stade symbolique et, à travers les siècles, les relations universitaires transpyrénéennes ont été permanentes et souvent intenses du Moyen Âge jusqu’au siècle des Lumières. Toulouse fut la capitale de ces échanges culturels méconnus : par bonheur les archives de son université sont abondantes et bien conservées, au moins à partir de la fin du xvie siècle. Aussi ai-je pu, au prix d’un dépouillement systématique des registres d’inscriptions et de graduations toulousains, constituer une base de données nominative de plus de 1 120 étudiants espagnols5 diplômés et/ou inscrits à Toulouse entre 1563 et 1793, dont plus de 900 entre 1704 et la Révolution6.

Moyen Âge : Toulouse université transpyrénéenne

5Il est vrai qu’avant 1563, date du plus ancien registre de graduations conservé, on ne peut se livrer à aucune étude quantitative fiable de la présence espagnole dans l’université de Toulouse. Pourtant différentes archives attestent d’une attraction permanente et très ancienne des facultés toulousaines sur la péninsule ibérique.

  • 7 Il est vrai qu'à cette époque « Hispanus » peut désigner tout aussi bien un Espagnol qu’un Portugai (...)
  • 8 Bulletin hispanique, 1970, vol. 5-6, p. 343.
  • 9 Marcel Fournier, Les Statuts et Privilèges des Universités françaises depuis leur fondation jusqu'e (...)
  • 10 Henri Gilles, Université de Toulouse et enseignement du Droit, xiiie - xvie siècles, Paris-Toulouse (...)
  • 11 Federico Carlos Sáinz de Robles, Esquema de una Historia de las Universidades españolas, Madrid, Ag (...)
  • 12 Ibid.
  • 13 Federico Carlos Sáinz de Robles, op. cit., p. 489.

6Dès sa fondation, certains ont avancé que le professeur à la faculté de médecine aurait été le médecin du comte Raymond VII de Toulouse (beau-frère du roi d’Aragon soulignons-le), un certain – ou plutôt un incertain – Lupus Hispanus7 (López l’Espagnol8 ?), « regens apud Tolosam in medicina », et même « procurator Universitatis Tholosae », cité dans une lettre du 4 février 1239 et dans un document du 14 mars 12429 ? Il est vrai qu’aujourd’hui les historiens identifient plutôt ce Lupus Hispanus avec le « Gascon Loup Espan10 », ce qui nous écarte de notre sujet. Qu’à cela ne tienne, il n'en reste pas moins que les liens universitaires transpyrénéens sont déjà très forts, avec ou sans Lupus Hispanus : en 1300, comme le rappelle Sáinz de Robles, le roi d’Aragon, Jacques II, n’a-t-il pas fondé l’université de Lérida pour éviter que ses juristes n'allassent étudier à Toulouse11 ? Il éprouva d’autant mieux cet inconvénient que son propre fils, le prince Jean, avait dû lui-même aller suivre les cours toulousains12 : aussi obtint-il du pape Boniface VIII une bulle octroyant à la nouvelle institution les mêmes privilèges que l’université de Toulouse, et Pierre IV ne regarda pas moins vers Toulouse en fondant l’université de Huesca (1354), calquée pareillement sur les statuts toulousains13.

7Malgré ces fondations, l’Alma mater toulousaine garda son prestige et son pouvoir d’attraction outre Pyrénées, d’autant plus que Lérida enseignait les droits, la médecine, la philosophie et les arts et la philosophie, mais non la théologie dont la faculté ne fut créée qu’en 1430.

  • 14 Célestin Douais, Essais sur l'organisation des études dans l'Ordre des Fr. Prêcheurs aux xiiie et x (...)
  • 15 Gilles-Gérard Meersseman, « La chronologie des voyages et des œuvres de frère A. Buenhombre », Arch (...)
  • 16 Ce collège est aussi appelé Collège de Sainte-Catherine. Jules de Lahondès, « Le collège de Pampelu (...)
  • 17 Nicolas Yung, Un franciscain théologien du pouvoir pontifical au xive siècle. Alvaro Pelayo, évêque (...)

8Soulignons que les liens n'étaient pas à sens unique puisque, après 1316, le chapitre de la province dominicaine de Toulouse envoya annuellement à Barcelone un ou deux étudiants de langues orientales dans son studium arabicum et hebraïcum14 : si ce dernier fut supprimé, quelques décennies après, au grand regret du dominicain Alphonse Buenhombre15, les Barcelonais privés d’université locale (jusqu’en 1450) ne cessèrent pas, eux, de fréquenter les Écoles toulousaines. Ils n'étaient d’ailleurs pas les seuls : même s’il ne faut pas se méprendre sur ce collège toulousain dit de Pampelune créé vers 1378 et qui, malgré son nom, n'a rien à voir avec l’Espagne16 ; même si l’on n'a pas la preuve définitive que le galicien Alvaro Paes Gomes Charino, évêque de Silves et Grand pénitencier du pape avignonnais, Jean XXII (1330-133217), fût bien étudiant à Toulouse, le tropisme hispano-toulousain perdura en effet.

  • 18 Berthe Marti, The Spanish College at Bologna in the Fourteenth Century, Philadelphie, University of (...)
  • 19 Ibid., p. 35 et Athos Vianelli, L'antica università di Bologna : origini - fatti - vicende, Bologne (...)

9Ainsi le futur cardinal Albornoz, natif de Cuenca, passa son doctorat à Toulouse18 et, plus tard, lorsqu’il fonda pour trente étudiants ibériques le collège d’Espagne à Bologne (1364), il semble bien en avoir calqué les statuts sur ceux du collège Saint-Martial de Toulouse19, créé 5 ans plus tôt, preuve que, comme nombre de ses compatriotes, il continuait de garder un œil sur le Studium toulousain.

  • 20 Voir notamment Jacques Verger dans Histoire sociale des populations étudiantes, dans Dominique Juli (...)
  • 21 Jacques Verger, ibid. p. 20, n. 11.

10Le prouvent d’ailleurs les divers rôles de suppliques adressés par les universités aux papes d’Avignon et exploités statistiquement par Jacques Verger20 : parmi les 1 385 noms du rotulus toulousain de 137821, on relève 84 ressortissants des couronnes ibériques, venus au premier chef du royaume d’Aragon (plus des trois quarts), dont 60 % issus des diocèses catalans ainsi représenté : Urgell, loin devant avec 36 étudiants, Gérone (6), Barcelone et Lérida (3 chacun) et diverses unités venues de Tarragone, Majorque, sans oublier 13 Roussillonnais du diocèse d’Elne (alors hors du royaume de France). L’Aragon stricto sensu est surtout représenté par Tarazona (7 étudiants, outre deux unités de Huesca et de Saragosse). Venaient loin derrière la Navarre (4) et la Castille (13), essentiellement la Vieille-Castille (Burgos, 3, Ségovie, 1), mais aussi Tolède et Murcie (1 chacun).

  • 22 Cyril Eugene Smith, The University of Toulouse in the Middle Ages. Its Origins and Growth to 1500 A (...)
  • 23 Ibid.

11Cyril Eugene Smith souligne que, malgré les fondations des studia de Lérida (certes sans faculté de théologie), de Perpignan et de Huesca, « aucun de ces établissements apparemment n'endigua complètement le pouvoir d’attraction de Toulouse sur les étudiants aragonais22 ». C’est le droit canon qu’ils venaient prioritairement étudier à Toulouse, mais « le droit civil, les Arts et même la grammaire y attiraient un certain nombre d’hispaniques23 ».

  • 24 Jacques Verger, « Le recrutement géographique des universités françaises au début du xve siècle d'a (...)
  • 25 Jacques Verger, « Le recrutement géographique », art. cit., p. 885 et 899, et dans Histoire sociale (...)
  • 26 Cyril Eugene Smith, op. cit., p. 208.
  • 27 Ibid., p. 886.
  • 28 Josep Maria Roca, Ordinacions del Hospital General de la Santa Creu de Barcelona (any MCCCCXVII), B (...)
  • 29 Exemple : frater Iacobus de Albarells, « ordinis Sanctarum Curcum, ordinis cisterciensis qui est de (...)
  • 30 Josep Maria Madurell Marimòn, « Catalogne et Languedoc : Moines de Santes Creus aux “Studia general (...)

12Les effectifs des universités méridionales semblent avoir sensiblement fondu dans les décennies suivantes. Sans se fier aveuglément aux effectifs des rotuli, leur décrue semble significative : les rôles toulousains portent 1 583 noms en 1378, 1 120 en 1394 et seulement 666 dans le rôle adressé en 1403 au pape Benoît XIII et analysé par Jacques Verger24. Parmi eux figurent tout de même 31 étudiants espagnols, soit 4,6 % de l’ensemble contre 5,3 % en 1378. Ce sont surtout des Catalans et des Aragonais, plus des trois quarts, du fait, certes, de « la proximité géographique et d’une tradition ancienne », mais aussi « sans doute, de leur répugnance [...] à aller dans les universités castillanes de Salamanque ou Valladolid, [n'ayant] pas chez eux de grande université nationale25 ». Encore ces nombres minorent-ils doublement la présence hispanique à Toulouse : d’une part parce que, redoutant une possible discrimination envers les diplômes étrangers, « beaucoup d’Espagnols ont dû préférer se faire inscrire sur le rotulus d’un grand de leur pays d’origine », sans même mentionner l’université française où ils étudiaient ; d’autre part, comme l’a bien vu Cyril Eugene Smith26 dès 1928, il faut garder à l’esprit que ces suppliques, ayant pour finalité l’expectative de bénéfices ecclésiastiques, ne prennent pas en compte les civilistes, pas plus qu’une part importante des théologiens, en l’occurrence les moines des ordres mendiants, dominicains, franciscains, carmes ou augustins espagnols qui n’échappaient pourtant pas à l’attraction de la faculté toulousaine27. J'en veux pour preuve que, par testament28, l’abbé du monastère cistercien de Santes Creus (non loin de Tarragone), Bartomeu de Ladernosa, pensionna deux moines par an afin qu’ils allassent étudier, au choix, au studium de Perpignan ou dans celui Toulouse29. Josep M. Madurell Marimò a retrouvé et publié30 un certain nombre de quittances pour ces moines étudiants préférant Toulouse (près de la moitié des identifiés) où ils séjournèrent parfois 4 ans entre 1411 et 1455. C’est aussi à ce moment-là que le philosophe, médecin et théologien barcelonais Raymond de Sebonde (Ramon Sibiuda), célébré par Montaigne, enseignait à l’Université jusqu’à sa mort en 1432.

  • 31 Jean Favier, La Guerre de Cent ans, Paris, Marabout, p. 571. Voir aussi Christine Minvielle-Debat, (...)

13La période était pourtant alors désastreuse pour le studium qui, d’après l’abbé Saltet, se vit massivement déserter : les pestes harcelaient Toulouse, en 1420, 1440, 1450, 1474 ou la disette de 1430-1434, tandis que les Grandes Compagnies saccageaient la région : ironie de l’histoire en l’occurrence, en 1439, Toulouse dut acheter le départ des routiers castillans de Villandrando pour pouvoir conserver, ou voir revenir, ses étudiants, espagnols notamment31...

  • 32 Abbé Louis Saltet, « Les étudiants clercs à l'Université de Toulouse, de 1482 à 1498 », Bulletin de (...)

14La vitalité de l’Université ne revint qu’avec la deuxième moitié du xve siècle mais, parmi la foule de noms de théologiens inscrits entre 1482 et 1496 sur les rotuli de l’université de Toulouse, Louis Saltet n'a relevé que neuf Espagnols32. Sans doute cherchait-on alors de nouvelles routes en délaissant les sentiers accoutumés, mais la Renaissance, en avivant partout le goût de la connaissance et de la mobilité étudiante, ranima d’autant mieux les anciens chemins du savoir que certaines étapes traditionnelles avaient su s’ériger en laboratoires. Parmi elles, Toulouse, qui vit ainsi revenir « ses » Espagnols.

La « Nation espagnole » à Toulouse au xvie siècle

  • 33 Dominique Julia et Jacques Revel, op. cit., t. 2, p. 38.
  • 34 Émile Picot, compte rendu de Giuseppe Pardi, Titoli dottorali conferiti dallo Studio di Ferrara nei (...)
  • 35 Patrick Ferté, « Toulouse et son université, relais de la Renaissance entre Espagne et Italie (1430 (...)
  • 36 Présence du Portugal à Toulouse xvie-xviiie siècles, Toulouse, Bibliothèque Municipale, 1956 : avan (...)
  • 37 Jean Sermet, Toulouse et l'Espagne. Discours de réception à l'Académie des Jeux Floraux, s.l.n.d. ( (...)
  • 38 Contrat de location du 16 janvier 1548 entre Pierre de Louppes, oncle de Montaigne, et l’universita (...)
  • 39 En la personne de Catherine Dufaur, fille de Pierre Dufaur de Pibrac, 4e président du Parlement (J. (...)
  • 40 Voir, par exemple, Joaquim Veríssimo Serrão, Les Portugais..., op. cit., p. 84, et la bibliographie (...)
  • 41 Cité par Robert Mesuret, Évocation du vieux Toulouse, op. cit., 414.

15La Renaissance et la mode étudiante quasi-européenne de la peregrinatio academica accroissent cette présence espagnole à Toulouse qui, au xvie siècle, s’insère brillamment « dans un circuit international reconnu33 », menant les étudiants vers l’Italie, à Ferrare, Padoue, Bologne, Florence ou Pavie. Toulouse est l’étape la plus courue sur l’Iter italicum34. J’ai pu montré ailleurs comment, par le renom de ses professeurs ayant enseigné un temps en Italie, Toulouse a pu jouer un rôle notable de relais de la Renaissance entre l’Espagne et l’Italie35. Ces humanistes, tels Jean de Boyssoné (en poste depuis 1526), Arnaud de Ferrier et Jean de Coras, ou d’autres, ont tissé « entre l’université languedocienne et les écoles italiennes des liens qui restent serrés jusqu’en 1560-1570 » ; et Dominique Julia et Jacques Revel de souligner « l’attraction qu’exerce Toulouse sur les étudiants venus de la France méridionale, mais aussi de la Catalogne et, plus largement, de l’aire ibérique ». Les Espagnols, comme les Portugais d’ailleurs36, ressentaient pareillement l’appel de l’Italie, et d’autant mieux que les possessions de Charles Quint et de Philippe II s’étendaient sur un tronçon de l’iter italicum : or sur ce chemin des écoliers au long cours, la première halte académique était Toulouse, où les courants commerciaux et démographiques avaient déjà attiré vers le « pays de cocagne » toulousain enrichi par le pastel convoyeurs et négociants espagnols qui y firent souche et parfois fortune. Outre les riches Bernuy venus de Burgos et de Tolède en 1499, citons les Ferrier de Zaragoza, ou les López de la rue Peyrolières, chez qui Pierre Eyquem vint prendre femme en 1529 : car « la mère de Montaigne – qui étudia à Toulouse entre 1547 et 1554 – était elle-même une Espagnole de Toulouse, Antoinette de Louppes, soit Antonia de López37 ». Et faut-il rappeler que Montaigne, retrouvant peut-être la veine maternelle hispano-toulousaine, consacra en ses Essais une célèbre Apologie au catalan Raymond de Sebonde, venu comme j'ai dit enseigner à l’Université de Toulouse jusqu’à sa mort en 1432 ?... Plus tard, en 1548-1549, le même berceau maternel de Montaigne n'avait d’ailleurs pas rompu tout lien transpyrénéen puisque l’oncle de ce dernier, Pierre de Louppes (i.e. López), hébergea à Toulouse38 l’ancien professeur de Michel à Bordeaux, le déjà célèbre juriste portugais, Antoine de Gouvéa qui, après avoir lui-même pris femme – et doctorat – dans la Ville rose39 et y avoir enseigné un temps, s’illustra dans les chaires de Cahors, de Valence, de Grenoble, de Turin et de Mondovi40 : le maître portugais vanta le séjour toulousain comme inégalable, que ce fût pour l’étude ou pour l’agrément : « id omne tempus quo Tolosae fuimus tanta in studio assiduitate tantaque contentione usi summus, ut majore non potuerimus41 ».

  • 42 Nathalie Dauvois (dir.), L’humanisme à Toulouse (1480-1596). Actes du colloque international de Tou (...)

16Le flux étudiant hispanique en route pour les Écoles italiennes trouvait donc pour l’accueillir à Toulouse nombre de compatriotes bien assis dans la société toulousaine, en plus d’un enseignement de renom qui justifiait une halte enrichissante42 avant de reprendre la via tolosana vers l’Italie. Ils n’y étaient donc guère dépaysés. L’habitat toulousain et son décor renaissant pouvaient même leur sembler familiers par :

  • 43 Jean Sermet, Toulouse et l'Espagne, op. cit., p. 29.

cette intense coloration espagnole qui a conduit Enrique Lafuente Ferrari, éminent historien de l’art madrilène, à rappeler que longtemps la région toulousaine a été dénommée Hispania Menor43.

  • 44 Clémence-Paul Duprat, « L’influence espagnole sur le décor sculpté des hôtels toulousains de la Ren (...)
  • 45 Jules de Lahondès, Les monuments de Toulouse, Toulouse, Privat, 1920.
  • 46 Tolède, 1526. Voir Colin Debuiche, « L’hôtel de Bernuy et l’influence des Medidas del romano dans l (...)
  • 47 Bruno Tollon, « Toulouse, ville “plateresque” ? », dans Las influencias mutuas entre España y Europ (...)
  • 48 Jean Sermet, Toulouse et l'Espagne, op. cit.
  • 49 Jean Sermet, préface à l'Exposition L'Espagne des peintres, Toulouse, Musée des Augustins, 1950 et (...)
  • 50 Jean Sermet, ibid., p. 31 et 72.

17Clémence-Paul Duprat a analysé les influences espagnoles dans le décor architectural toulousain44, déjà entrevues par Jules de Lahondès45 dans le palais des Bernuy, qui serait un tout premier témoignage de l’art plateresque en France, influencé par le traité espagnol Medidas del Romano de Diego de Sagredo46 et miroir, dit-on, de l’Hôpital de Santa Cruz de Tolède. Même si Bruno Tollon a relativisé cette thèse traditionnelle47, Toulouse, « déjà si hispanisée48 », vibrait par maints aspects au diapason du Siècle d’or. Les liens culturels et artistiques n’étaient évidemment pas à sens unique, puisque Robert Mesuret a montré l’influence des peintres de l’Âge d’or toulousain sur les portraits des magistrats de Valence ; Paul Mesplé a signalé que Philippe II, pour la reconstruction du pont de Saragosse – ville jumelle de Toulouse pour Jean Sermet49 – sollicita en vain Dominique Bachelier, « natural de Tolosa », le fils de l’illustre maître toulousain Nicolas Bachelier. Mais ce dernier devait lui-même son originalité à Alonso de Berruguete et à l’École de Valladolid, si bien que, devant son œuvre plateresque au portail de l’Hôtel Buet, rue de la Pomme, les étudiants espagnols pouvaient se croire devant la façade de l’Université de Alcalá de Henares (1543) ! En juste retour des choses, et preuve de l’interaction artistique hispano-toulousaine à la Renaissance, « l’art castillan importé à Toulouse en revint [...] pour embellir [...] le Guipúzcoa, où le palais de l’Université d’Oñate, construit en 1542, est décoré dans le style de la première Renaissance castillane modifié par le passage à Toulouse50 ».

  • 51 Robert Mesuret, Évocation du vieux Toulouse, op. cit., p. 534, 535, 536, 538.

18Il n’y a pas jusqu’aux costumes universitaires toulousains qui ne fussent les mêmes que dans les facultés hispaniques. Robert Mesuret l’a en plusieurs endroits souligné51 : mêmes soutanes de satin noir, mêmes chapes écarlates fermées par des nœuds de rubans bleus et fendues pour les bras, mêmes chaperons rouges doublés de bleu ourlés d’un capuchon arrière... Même les couleurs symboliques du floc qui surmontait le bonnet carré des docteurs régents étaient « les mêmes couleurs que dans les facultés hispaniques », vert pour les canonistes, rouge pour les légistes, blanc pour les théologiens, violet pour les médecins... Quant aux artiens, ils « portaient sur leur barrette noire un floc dont la couleur bleue se retrouv(ait) à Coïmbre et Salamanque » !

  • 52 Ibid. p. 40.

19Bref, au xvie siècle du moins, il n'est pas exagéré de soutenir avec Jean Sermet que les Espagnols venus en nombre à Toulouse « baignent, – avec les Toulousains – dans une atmosphère hispanique, un monde de formes, de couleurs et de sons espagnols52 ».

  • 53 Mariano Arigita y Lasa, El doctor Navarro don Martín de Azpilcueta y sus obras, Pampelune, J. Ezque (...)
  • 54 Il n'y en a pas trace dans les archives universitaires, au reste lacunaires pour cette période. Voi (...)

20D’ailleurs, un des « oracles du droit », le fameux Martin de Azpilcueta53, dit le Doctor Navarro, qui illustre alors la faculté toulousaine, n'est-il pas venu de la péninsule ibérique ? À lui seul il symbolise d’ailleurs cette conjugaison universitaire hispano-toulousaine, puisque ce Haut-Navarrais, descendu du Val de Baztán aux sources-mêmes de la Bidassoa frontalière, après avoir étudié à Cahors et à Toulouse sous Blaise d’Auriol vers 1518-1521, enseigna le droit dans la « Ville rose » – comme il l’assure lui-même dans ses traités54 – avant d’obtenir une chaire à Salamanque, puis à Coïmbre où il est mort en 1586...

21À Toulouse, le manque d’archives universitaires ne permet certes pas de quantifier précisément la présence hispanique avant 1563 ; mais des informations éparses permettent au moins d’en repérer la trace.

22On sait par exemple que l’Espagnol Miguel Servet compléta ses études effectuées à Zaragoza à l’université de Toulouse en 1528 et 1529 et que l’Inquisition, née à Toulouse d’un Espagnol faut-il le rappeler, demanda son arrestation aux Toulousains en 1532. Bien lui en prit, l’illustre découvreur de la circulation sanguine avait alors déjà quitté la « Ville rose ». Ce ne fut hélas qu’un sursis...

  • 55 Jean Astruc, Mémoires pour servir à l'Histoire de la Faculté de Médecine de Montpellier, Paris, P.  (...)
  • 56 Au n° 39 de la rue Gambetta, selon Jules Chalande, Histoire des rues de Toulouse, Toulouse, Académi (...)
  • 57 Raymond Corraze, « L'art campanaire à Toulouse aux xve et xvie siècles », Revue Historique de Toulo (...)

23Vers la même époque, un autre médecin hispanique, plus conformiste, brillait en chaire : Louis Saporta, d’origine catalane, après avoir conquis un doctorat à Montpellier, fut nommé professeur de médecine à Toulouse où il fit souche : marié à une Espagnole (dame Bardicin), il en eut deux fils dont l’un, Antoine, fut médecin à Montpellier. Lorsqu’il mourut nonagénaire vers 155255, son second fils, Jean, d’abord avocat à Toulouse enseignait alors le droit comme docteur régent dans la faculté de Toulouse : Jean de Saporta habitait rue des Balances dans le capitoulat de la Daurade56 et fut député par l’université pour divers contrats notariés, notamment un bail à « reffondre et reffere » la cloche de l’université le 15 mars 155157.

  • 58 Marie-Madeleine Mouflard, Liber Nationis Provinciae Provinciarum. Journal des étudiants provençaux (...)

24Les archives municipales et parlementaires de Toulouse permettent également de repérer l’existence, envers et contre tout, des turbulentes nations étudiantes, proscrites, réprimées mais indestructibles, et il est en l’occurrence significatif que, parmi les « nations étudiantes », il y eût une « nation espagnole » à côté des « alliances » de Languedoc (composée des nations de Provence, de Gascogne et de Languedoc) et de France (constituée, elle, d’une douzaine de nations58).

  • 59 Arch. dép. H-G, B 18 f° 184.
  • 60 30 septembre 1524, 25 novembre 1524, 11 août 1525, 27 avril 1526, 17 mars 1530 d’après René Gadave, (...)
  • 61 Le 21 mai 1533, les capitouls interdisent en effet aux étudiants de former des cortèges avec tambou (...)
  • 62 François Rabelais, Pantagruel, l. II, ch. 1.

25Dès 1520, un arrêt du parlement (du 30 avril) ordonna aux capitouls de poursuivre l’enquête contre certains « prétendus écoliers catalans », arrêtés « pour aucuns maléfices concernans nostre foy59 ». On n’en sait pas plus : c’est en tout cas suffisant pour confirmer la présence d’Espagnols dans les facultés toulousaines, et leur participation à la vie rebelle et violente des nations étudiantes qui, non seulement se faisaient la guerre entre elles, mais encore combattirent longtemps les autorités, capitouls et Parlement. Ceux-ci, après avoir maintes fois interdit en vain le port d’armes et « les assemblées illicites » d’étudiants, après avoir consulté les statuts des « nations » rédigés par les étudiants (arrêt du 4 août 1523), avaient, le 14 novembre suivant, donné des ordres aux juges mages, lieutenant du sénéchal, viguier et capitouls, à l’encontre des « congrégations illicites que forment les écoliers et autres gens armés » – la formule est belle et en dit long sur la brutalité quotidienne et sur l’inefficacité de ces mesures : durant les six années suivantes, on compte d’ailleurs au moins cinq nouvelles injonctions capitulaires ou parlementaires, interdisant aux étudiants de porter des armes et aux armuriers de leur en vendre60. Rabelais qui passait par là n’exagéra donc pas, pour une fois, lorsqu’il écrivit : « Pantagruel vint à Tolose, ou apprint fort bien à dancer61 et à jouer de l’espée à deux mains, comme est l’usance des escholiers de la dicte université, mais il n’y demeura gaires quand il veit qu’ils faisoient brûler leurs régents tout vifs comme harangsaurets62 ».

  • 63 Voir entre autres Nathalie Dauvois (dir.), L’humanisme à Toulouse (1480-1596). Actes du colloque in (...)
  • 64 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse, Toulouse, 1844, t. II, p. 202 ; Jules Barbot (...)
  • 65 Augustin Dassier dans sa Liste des Professeurs toulousains ne cite pas Molina, et les archives parl (...)

26De fait, malgré, ou à cause de l’épanouissement d’un remarquable foyer d’humanisme63, Toulouse lutta très tôt contre les hétérodoxes : le juriste Jean de Caturce fut brûlé vif en 1531 ; quelques années auparavant, un autre docteur régent, de médecine celui-ci, l’avait précédé sur le bûcher, Gonzalve Molina, un Espagnol précisément64 ! Même si Du Mège et Barbot doutent que ce dernier fût véritablement professeur65, ce médecin espagnol fut « déclaré hérétique et apostat par sentence des grands Vicaires et Inquisiteurs de la Foi » et livré au bras séculier le 3 octobre 1511 : il eut la chance, si l’on ose dire, de mourir entre la sentence et son exécution, aussi ne fut-ce que son cadavre qui monta sur le bûcher de la place Saint-Étienne, comme eut à en témoigner le peintre de la Ville, Antoine Ferret (« coma de Molina es estat cremat »). On était, c’est à souligner, avant la révolte luthérienne ; par la suite, la lutte contre l’hérésie prit une nouvelle ampleur.

  • 66 Patrick Ferté, « L’université de Paris durant les Guerres de Religion. Foi et mauvaise foi d’un bou (...)
  • 67 Dom Devic et Vayssette, Histoire du Languedoc, t. XI, p. 240.
  • 68 Richard Copley-Christie, Étienne Dolet, le martyr de la renaissance, p. 48 et Louis de Santi, « La (...)
  • 69 Jean Bodin, Oratio de instituenda in Republica juventute ad Senatum populumque Tolosatem, 1559, tra (...)
  • 70 Cité par Henri Gilles, op. cit., p. 226 et passim.
  • 71 Louis de Santi, « La réaction universitaire à Toulouse au temps de la Renaissance », art. cit. ; He (...)

27À l’image de l’Alma mater, la Sorbonne66, celle que les bénédictins historiens du Languedoc appellent « l’ardente École de Toulouse67 » s’ingénia désormais à justifier son surnom dans son sens sinistre. La « Cité palladienne », au prix d’une répression féroce, était bien en passe de « rater sa Renaissance » en devenant, au grand dam de certains universitaires luthéranisants et selon la formule de Richard Copley-Christie, « le quartier général de la bigoterie, de la tyrannie ecclésiastique et de la superstition68 ». Certains des « eruditissimi huius Academiae professores » vantés par Jean Bodin69 furent en effet inquiétés, condamnés, voire exécutés, « estant subsonné(s) estre de ladite prétendue Religion et comme tel(s) difamé(s)70 » : citons comme victimes à des degrés divers du simple emprisonnement temporaire jusqu’à l’humiliation publique ou au bûcher, pour « avoir erré en la Foy », être « allés ouïr le ministre, assisté aux conseils et délibérations des huguenots », ou simplement être « publiquement diffamés estre de la dite secte », Géraud Périer, Forcadel, Jean de Coras, Jean de Boyssoné, Jean de Caturce, Auger Ferrier, Mathieu Pac, l’artien Fermin, Philippe Coustoulx, Antoine Maret, Jean de Salètes71

  • 72 Arch. dép. H-G, B 24, f° 43 et 309 ; Étienne de Malenfant, Collections et remarques faites par moy (...)
  • 73 Stephani Doleti Orationes Duae, Lyon, 1534, p. 106.
  • 74 Émile Vaïsse-Cibiel, Éienne Dolet, écolier à l'université de Toulouse (1531-1533), Toulouse, Chauvi (...)

28Dans un même objectif de normalisation, le parlement décida alors d’abolir l’institution des nations étudiantes : un arrêt du 22 décembre 1530 interdit aux étudiants d’élire les prieurs et sous-prieurs de leurs diverses « nations » avant, le 26 juin 1531, de supprimer leurs assemblées avec interdiction aux écoliers d’en former de nouvelles à peine de bannissement et de confiscation des biens72. Qu’importait aux étudiants : leurs « nations » existaient de droit, elles perdureraient de fait, et d’autant mieux que, avant de fuir une Toulouse « plus barbare que les Gètes et les Scythes73 », Étienne Dolet, étudiant toulousain lui-même (1531-1533)74 en butte aux accusations de luthéranisme, s’éleva publiquement contre cette atteinte aux libertés universitaires et estudiantines.

  • 75 Arch. mun. Toulouse, Ordonnances, BB 158, fol. 399 et 413. Peine perdue une fois de plus, les mêmes (...)
  • 76 Cité par Henri Gilles, Université et enseignement, op. cit., p. 349 n. 48, d'après Arch. mun. Toulo (...)
  • 77 D'ailleurs Jean de Boyssoné signale le 1er avril 1537 une guerre entre étudiants bretons et françai (...)
  • 78 O Processo na Inquisição de Mestre Diogo de Teive, publié par Mário Brandão dans Francisco Leitão F (...)

29C’est grâce à cette résistance obstinée des « nations » qu’on peut constater, au gré des vitupérations anti-étudiantes des parlementaires et des capitouls, la permanence des Espagnols dans les facultés toulousaines. Une ordonnance capitulaire de juin 1533 qui réitère l’interdiction de se grouper en « nations » cite par exemple à côté de celles de France, de Bretagne et de Gascogne les nations étudiantes d’Espagne et de Navarre75. Une autre délibération capitulaire révèle que le 3 juillet 1535 une « assemblée », c’est-à-dire une échauffourée, « de la nation des Français, Normans, Lemoisins, Pierregourdins et Prouvincialz contre les Gascons, Navarrens, Spaignolz et Bretons, disant lesdits denunciateurs que desja en avoient coupé le poing a ung ». L’intervention du guet déclencha un autre affrontement sanglant contre les collégiats de Foix et de Sainte-Catherine qui laissa au sol deux tués parmi les gens du guet76. La rixe semble fortement teintée d’antipathies nationalistes, même si la présence des Bretons aux côtés des Ibères peut dérouter quand on oublie que le rattachement du duché de Bretagne à la Couronne n'avait pas trois ans77 et que l’adage « les ennemis de mes ennemis sont mes amis » était de bonne guerre. N’est-ce pas à ce titre que François Ier en vint à s’allier aux Huguenots de la Ligue de Smalkalde, puis avec les Turcs pour reprendre la guerre contre la Très Catholique Espagne ? Au moment de la prise d’Aix-en-Provence par Charles Quint, en juillet 1536, l’humaniste portugais Diogo de Teive, alors étudiant en Droit à Toulouse depuis 2 ans, rapporte lors de son procès d’Inquisition, qu’on arrêtait les étudiants espagnols et qu’il crut bon de regagner Bordeaux parce qu’on ne faisait guère la distinction entre Portugais et Espagnols78.

  • 79 « Ingens auditorum copia est et hispanorum numerus non mediocris, quibus dominus a Ferreriis, colle (...)

30Mais dès la fin de l’année suivante et malgré la reprise de la guerre, les Hispani se pressaient de nouveau sur les bancs de la Faculté de Droit, comme l’attestent les lettres écrites à l’automne 1537 à Jean de Boyssoné par son suppléant Bérenger Fernand : d’après ce dernier, son collègue Arnaud du Ferrier, arrivé depuis peu des Écoles de Droit de Parme et de Bologne, accueillait alors une foule d’étudiants dont « un nombre non négligeable d’Espagnols79 ».

  • 80 Émerand Forestié, Biographie de Tarn-et-Garonne, Montauban, 1860, p. 245-264 ; Henri Gilles, « La F (...)
  • 81 Sophie Cassagnes-Brouquet, La violence des étudiants toulousains de 1460 à 1610, thèse de 3e cycle, (...)

31Il faut préciser aussi que ce suppléant – ou « hallebardier » comme on disait alors –, appelé à un grand renom comme titulaire (1547-1567), arrivait lui-même d’outre Pyrénées : le quercynois Bérenger Fernand, futur « vrai jurisconsulte, père et protecteur de l’université de Toulouse », « ferme pilier de ceste université »80, avait en effet, durant quatre années, enseigné le droit romain dans l’université de Huesca avant de venir plaider et enseigner aux Écoles de Toulouse ! Le lien Toulouse-Espagne n’était nullement à sens unique, même si les échanges universitaires étaient alors largement en faveur du studium de Toulouse où Fernand retrouva donc parmi son auditoire bon nombre d’Espagnols. Si l’on constate à regret que, dans son exil étudiant, le futur grand humaniste Juan Luis Vivès, natif de Valencia, n’ait pas suivi à Toulouse l’exemple de ses compatriotes et se soit fourvoyé au collège parisien de Montaigu, nombre de jeunes Espagnols s’y établirent un temps : là, ils continuèrent de participer hardiment à cet aspect particulier de l’apprentissage étudiant de la sociabilité qu’était, dans un monde de culture violente, la solidarité des rixes, rixes inter-nationaires ou contre le guet81 : ainsi, le 2 avril 1540, des étudiants principalement de la nation de Gascogne (d’Angoulême, de Saintes, de Bazas, de La Rochelle...), mais aussi un Normand, un Montpelliérain et un Lyonnais, se ruèrent dans l’auditoire de Droit pour prendre violemment à parti des étudiants espagnols qui siégeaient là et en tuèrent un.

  • 82 Résumé d'Henri Gilles dans Université et enseignement du droit, op. cit., p. 351-354 à partir des A (...)
  • 83 Livre Rouge, AA 18 (36) ; et Antonin Deloume, Aperçu historique de la Faculté de Droit de l'Univers (...)

32Quelques agresseurs furent incarcérés à la conciergerie du Palais où l’un d’eux, Salvat, expira cinq jours plus tard. Le Parlement condamna l’un des meneurs, Jehan Pressac dit de Cadilhan à 50 L d’amende, 10 ans d’interdiction de séjour et à la radiation de la matricule de l’Université et ordonna de surcroît au Sénéchal et aux Capitouls de clouer l’épée du fier-à-bras Salvat, un tonsuré pourtant, à la porte des Écoles82. Quoique bénigne, cette mesure symbolique fut ressentie par l’estudiantina comme une provocation et s’ensuivit le 14 avril « nova incredibilis et inaudita clades »83 : solidarité de campus oblige, les étudiants molestèrent l’huissier et l’empêchèrent de clouer l’épée. Le lundi suivant (12 avril), le lieutenant lai du sénéchal, le procureur du roi et quelques magistrats se rendirent à la Faculté pour donner lecture de l’arrêt et imposer la sentence : hués et lapidés, ils durent battre en retraite. Le lendemain, avec le renfort du guet et des dizeniers, le lieutenant du sénéchal, ses conseillers et le procureur du roi firent une descente à l’École de droit afin d’imposer la loi et clouèrent enfin l’épée du meneur à la Grande Porte des « Estudes ».

  • 84 Livre Rouge, f° 181 ; B. de La Roche-Flavin, F. Graverol éd., Recueil des Arrêts notables du Parlem (...)
  • 85 Arch. mun. Toulouse, CC 2398 p.199 et CC 2400 cité par Henri Gilles, op. cit.

33Comme on s’en doute, elle n'y resta pas longtemps : furieux de cette provocation, les étudiants s’ameutèrent en fin d’après-midi, se ruèrent sur les « Escoles », déclouèrent l’épée et, cherchant huiles et graisses, mirent le feu aux classes, celles d’Arnaud du Ferrier et du grand Jean de Coras qui relata l’évènement dans le Livre rouge de l’université (Scholae tolosanae incendium84). Sur quoi les habitants, au premier chef les maîtres charpentiers, attroupés au nombre de 4 000 selon les Annales manuscrites de la ville, neutralisèrent les énergumènes qui menaçaient de porter le feu dans toute la ville et armés de torches85, traquèrent durant toute la nuit leurs complices, arrêtant 120 des boutefeux pris au piège de la ville close, tandis que les autres, enfonçant une des portes de l’enceinte, s’échappaient in extremis (certains se seraient noyés dans la Garonne).

  • 86 Arch. mun. Toulouse, Annales manuscrites, II, f° 41, cité par René Gadave, op. cit p. 148-149. Ces (...)
  • 87 Arch. dép. H-G, D, carton 1, 2 avril 1540 et Arch. mun. Toulouse, AA 18 (36).
  • 88 « Ad cohibendam scolasticorum quorumdam petulantiam, qui paulo ante ex scholis aulam unam ingressi. (...)
  • 89 Jules Barbot, dans ses Chroniques de la Faculté de Médecine de Toulouse (op. cit., t. I p. 57), sig (...)

34Les sanctions cette fois ne furent pas seulement symboliques : par décision du parlement du 14 mai 1540, entendue par les six inculpés à genoux, aux fers et tête nue, le meneur Pierre Trilheton fut pendu – la chronique dit « crucifixus est » – devant la porte des Études, tandis que trois de ses acolytes étaient exécutés en effigie, traînés sur la claie attachée à la queue d’un cheval de par les rues et carrefours, puis brûlés devant la grande porte de la faculté, sans compter une amende de 1 000 L pour réparer les bâtiments détruits et confiscation de leurs biens restants au bénéfice du roi. Cinq autres, mis également à l’amende, étaient libérés sous caution, mais deux d’entre eux furent bannis temporairement. À quelque chose malheur est bon, car les Annales signalent que les « études de droit » furent reconstruites par les capitouls avec tant de magnificence « qu’à présent elles sont les plus belles escoles de la chrestienté86 ». Pourquoi être entré si fort dans les détails de ces tumultes coutumiers du quartier latin de Toulouse ? Parce que, en cette affaire, une note manuscrite du 2 avril 1540 relative à l’incendie des Écoles met en cause « les écoliers des nations de Gascogne et d’Espagne87 ». De fait, un autre document évoque en l’occurrence « la violence de certains étudiants qui il y a peu [...] frappèrent à coup d’épée et piétinèrent de façon inouïe notamment des Espagnols88 » qui, à leurs risques et périls, sont donc toujours là et bien là89 !

  • 90 Il est vrai que le bourgeois de Cahors déteste les Espagnols, dans le contexte de guerre anti-Habsb (...)

35On en trouve une autre preuve dans le livre de main du bourgeois cadurcien Du Pouget qui, au printemps 1540, relate l’événement en impliquant bel et bien les étudiants espagnols90 :

  • 91 Ibid., p. 30-31.

À Thoulouze entre les escouliers gascons et espaigniols estentz en grand nombre pour la venue de leur roy en France, y eut meurtre des espaigniolz, de quoy feust enquis par la court, et prins des gascons et condamnés par les capitouls ; pandant lequel proucés les gascons bruslarent un des estudes noveaux de Thoulouze, appelé de Boyssoune, beau et grand en magnificence91.

  • 92 Léon Clos, Étude sur le Capitoulat toulousain, Toulouse, 1887, p. 44 ; Arch. mun. Toulouse, délibér (...)
  • 93 Germain de Lafaille, op. cit., t. II, p. 229.

36Pourtant, l’évolution religieuse de la France va remettre en question pour un temps cette fréquentation massive, même si l’on imagine mal ces jeunes fiers-à-bras ripailleurs et ferrailleurs élucubrer sur la transsubstantiation et la prédestination : mais certains professeurs toulousains de renom ayant ouvertement embrassé la Réforme, Sa Majesté Très Catholique s’émut de voir les enfants de ses propres sujets fréquenter celle qui apparaît désormais comme un foyer d’hérésie malgré les efforts répressifs d’un parlement ultra. En 1560, 400 écoliers n’auraient-ils pas osé demander au président Mansencal une église pour y prêcher selon le rite de Genève ? En mars 1561 n'organisèrent-ils pas un prêche dans la rue tout près de la Faculté de Droit avant de déambuler en armes de par la ville en chantant les psaumes de Marot92 ? C’en était trop. Philippe II qui a déjà, en 1559, interdit à ses sujets ibériques d’étudier à l’étranger, doit récidiver car il n’a pas été obéi : en 1561, relate le chroniqueur toulousain Lafaille, « le Roy d’Espagne ayant esté informé que le Luthéranisme s’estoit glissé dans l’Université de Toulouse, avoit envoyé faire Commandement à tout les Écoliers, ses Sujets qui y faisoient leurs Études, de se retirer93 ». Si le chroniqueur éprouve le besoin de mentionner cette décision, c’est qu’elle fit émotion à Toulouse puisqu’elle rompait une tradition séculaire : et qu’elle fit également le vide dans les rangs des écoliers, preuve s’il en fallait que les Espagnols y étaient en nombre ; et s’il dut réitérer cette interdiction, c’est que l’attraction des facultés toulousaines restait forte, malgré une conjoncture géopolitique défavorable.

  • 94 Joaquim Verissimo Serrão, Les Portugais à l'université de Toulouse (xiiie-xviie siècles), op. cit., (...)
  • 95 Marie-Madeleine Mouflard, Liber, op. cit. II, p. 47.
  • 96 Car les étudiants espagnols ne faisaient pas le grand voyage sans leurs domestiques (ce qui multipl (...)
  • 97 C’est le Liber de la nation provençale, op. cit., t. II, p. 47, qui nous l’apprend.

37Ce rappel ne fut pas mieux entendu, puisque, par une lettre du 18 janvier 1565, Don Francés de Álava informe Philippe II des progrès constants du calvinisme à Toulouse et préconise le rappel de la vingtaine d’étudiants espagnols inscrits dans la « cité palladienne »94. Peine perdue une fois de plus : en 1566, la chronique signale en effet une nouvelle « guerre des nations étudiantes » durant l’été 1566 : « La nation de Périgord et d’Espaigne prindrent une si grande haine l’une à l’encontre de l’autre que presque toutes les nations furent abrevées de ce différant telemant que d’un commun accort se bandarent toutes contre la dite nation d’Espaigne, excepté celle de Provence...95 » Les rixes devinrent sanglantes. On s’en émut en haut lieu : consciente de ses liens délicats avec l’Espagne de son gendre, Catherine de Médicis demanda, le 15 août 1566, au gouverneur Guillaume de Joyeuse de s’« informer à la vérité de la querelle qui survint aux escolliers espaignols et françois ». C’est par le rapport qui lui est retourné le 25 août 1566 et par le Livre de la nation provençale, heureusement conservé, que ce tragique événement nous est connu. Qu’en est-il de cette échauffourée étudiante ? Foin des querelles théologiques sur la transsubstantiation ou les indulgences, comme on l’imaginerait a priori dans le contexte explosif d’un conflit interconfessionnel, l’étincelle fut une simple altercation entre laquais d’étudiants96 poitevins97 et espagnols, sur fond nationaliste teinté d’antisémitisme !

38Le duc de Joyeuse, rendu sur les lieux, déclare que :

  • 98 Insulte classique à l’égard des Espagnols et plus encore des Portugais : le célèbre Antoine de Gouv (...)
  • 99 Dom Devic, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1876, t. XII, p. 809-811.

[…] dans Tholose n’estoit au plus que trente cinq ou quarante Espagnols [mais] qu’il y avoit eu quelques querelles entre lesdicts escolliers espaignols et françoys, dont le commencement fut pour avoir battu ung laquais d’ung escollier françoys qui avoit dict quelques injures à ung Espaignol ; l’ayant appellé (comme ledict Espagnol me dict) marran98, tellement que, sur cette baterie de laquais, les maistres s’en meslèrent si avant qu’il fut faict deux assemblées, les françois dans les estudes et les Espaignols dans l’esglise du Taur. Incontinent, Sire, que je fus adverty des dictes assemblées, je m'en allay en la maison de ville où je manday quérir les chefs descdites assemblées tant des Espaignols que des François ; et estant venus les mis au nombre de six ou sept de chasque cousté et avoys entendu séparément d’eulx mesmes la source de leurs querelles. Je leur commanday incontinent de rompre lesdictes assemblées et despeschay au mesme instant commission au sénéchal de Tholoze ou à son lieutenant criminel pour enquérir de tout ce qui estoit passé entre eulx des contraventions à vos édicts. Je me transportay moy mesme, Sire, à l’église du Taur et aulx estudes où l’on m'avoyt dict comme on a faict à V.M. qu’il y avoit des escoliers armés de corcelets et d’harquebuses, en trouvay dans la dicte église du Taur de 14 à 15 escoliers espaignols n’ayant que leurs espées ; et estant aux estudes, trouvay à la rue contre lesdictes estudes de 4 à 500 escoliers, la plus grande part ayant leurs robbes longues sans armes et une aultre partye ayant leurs espées99.

  • 100 Marie-Madeleine Mouflard, Liber Nationis Provinciae Provinciarum, op.cit., t. I, p. 159-160 et t. I (...)

39Joyeuse réussit à leur faire lever le siège, à faire rentrer « chascun en son lougis » et obtint le lendemain (c. 23 juillet 1566) promesse des prieurs des nations de ne plus se rendre aux collèges avec « aulcunes armes ni seulement espée et dague [...] sous peine de la hart ». Mais la paix étudiante était fragile, comme le devinèrent les Provençaux restés neutres dans le conflit mais qui décidèrent alors de se cotiser « pour fere provision d’armes » et acheter bouclier et hallebardes100. Après son départ de Toulouse,

  • 101 Edouard de Barthélémy, Correspondance inédite du vicomte de Joyeuse d'après les manuscrits autograp (...)

quinze jours après, cuydant que tout fut appaisé par l’ordre que (Joyeuse) leur avoi(t) donné et l’assurance que chascung avait donné de vivre en paix, il est advenu ung soir que, sortant le prieur des Espaignols d’ung logis de ses compaignons où il avoit souppé, ayant esté ou espié ou d’aventure rencontré à la rue par 80 ou 100 escoliers françoys, il fut assailly et tué sur la place et quelques ungs qui estoient avec luy grandement blessés, tellement que [...] le lendemain tout le reste des Espaignols vuidarent la ville101.

  • 102 Service du Livre ancien du SICD de l’Université de Toulouse 1, ms. 250.

40Marie-Madeleine Mouflard pense que l’entrevue de Bayonne l’année précédente a pu redoubler l’agressivité des Français à l’égard des Espagnols. Quoi qu’il en fut, cette guerre étudiante permet de recenser une petite colonie d’une quarantaine d’hispani : sans doute faut-il comprendre dans ce nombre les laquais venus prêter main forte à leurs maîtres étudiants. Le livre des licenciés et docteurs de droits et des arts de Toulouse conservé de 1563 à 1586102 n’enregistre, lui, que huit étudiants espagnols en 1566 (tous Navarrais, du diocèse de Pampelune) ; mais il y manque, faute de sources, les médecins, les théologiens et tous les écoliers non encore gradués…

41Cet incident tragique marque un tournant dans les relations universitaires hispano-toulousaines au xvie siècle : en effet, les Espagnols désapprennent dès lors le chemin de la « Cité palladienne », de même d’ailleurs qu’ils désertent la faculté montpelliéraine. De 1567 à 1586, l'on ne compte plus qu’une quinzaine de gradués d’outre Pyrénées à Toulouse, tous venus de haute Navarre (de Pampelune) et du Portugal : il n'est pas sûr qu’ils y perdaient grand-chose car l’université semble alors en pleine chienlit, et pas uniquement à cause des querelles religieuses.

42Les cours sont plusieurs fois suspendus, en septembre 1567 :

  • 103 Arch. mun. Toulouse, Annales manuscrites, II, fol. 398.

pour esviter les assemblées noyses et diférends que aultrefoys et même en temps de pacification se sont veues entre les escoliers à cause de la diversité des nations. Les Capitouls feiront cesser les lectures de jurisprudence durant led. temps turbulant jusques à ce que soit aultrement advisé103.

  • 104 Cité par René Gadave, op. cit. p. 184, n° 530, d’après Arch. dép. H-G, C 2284, fol. 25 v°.

43En décembre 1579, les États de Languedoc doivent intervenir pour remettre de l’ordre, « attendu que l’ancienne esplandeur des Universitez de Tholose et de Montpellier est de beaucoup amoindrie par la négligence des professeurs104 », tandis que, en 1582 et 1583, le Parlement fait plusieurs demandes au roi d’une dérogation pour pourvoir d’une régence l’éminent conseiller Guibert de Lacoste,

  • 105 Arch. dép. H-G, B 85, f° 51 et B 87 f° 35 et 120 ; Étienne de Malenfant, Collections et remarques f (...)

veu la rareté des hommes dignes pour estre pourveuz aux régences de lad. Université, laquelle ayant esté de tout temps des plus fameuses de l’Europe seroit depuis les troubles et à raison d’iceulx tombée en décadence, et aux fins de ayder au bon commencement d’icelle105 ;

44et d’ajouter, conscient de la désertion des Espagnols, que la Cour veut

  • 106 Arch. dép. H-G, B 87 f° 139 v° ; Malenfant, ibid., IX, f° 96.

relever cette Université et la rétablir en sa première splendeur, dessein très digne d’une si grande compagnie, dessein très saint et très profitable non seulement pour ce royaume, mais encore pour tous les peuples et royaumes voisins, lesquels en ce qu’on peut espérer de l’institution au droit se reconnaissent ressortir de cette Université comme de la première de l’Europe106.

  • 107 Dominique Julia, Jacques Revel, Histoire sociale des populations étudiantes, op. cit., t. 2, p. 59- (...)
  • 108 Histoire de Languedoc, XII, col. 1023-1024 et p. 29-36 ; Germain de Lafaille, op. cit., t. II, p. 3 (...)
  • 109 14 déc. 1583, Arch. dép. H-G, B 89 f° 70 ; Malenfant, ibid., IX, fol. 180.
  • 110 1591. Un étudiant ayant refusé d'invoquer la Vierge Marie est condamné par le Parlement. Arch. mun. (...)
  • 111 Rodolfo del Gratta, Acta Graduum Academiae Pisanae, t. I, 1543-1599, Pise, 1980, et Elsa Mango Tome (...)
  • 112 Dominique Julia, Jacques Revel, op. cit., t. II, p. 59-60.

45Las, rien n’y fit car, entre temps les sujets de Philippe II « se sont bien réorganisés en fonction des circuits autorisés »107 : désertant Toulouse et Montpellier, les doctorants espagnols se sont notamment réorientés vers des campus moins entachés de Réforme, même si, durant la « Saint-Barthélemy toulousaine108 », les protestants sont expulsés ou massacrés au nombre de 300 – dont l’universitaire Jean de Coras – ; même si le Parlement fait de la « Ville rose » un bastion ultracatholique, interrogeant les étudiants sur leur religion avant immatriculation109, exigeant que tout candidat à la licence et au doctorat en préambule de son acte « invoque la grâce de Notre-Seigneur et l’aide de la glorieuse Vierge Marie110 ». Aux différends confessionnels s’ajoutait un sentiment – un ressentiment – national vindicatif qui interdit toute cohabitation paisible pour un long moment. Dominique Julia et Jacques Revel relèvent précisément que, à partir de 1570, « la part des Espagnols ne cesse de croître » dans l’université de Pise : ils y représentent plus des trois quarts (228) sur les 300 étudiants étrangers gradués entre 1570 et 1599111, d’autant mieux que le Grand-Duc de Toscane, complètement inféodé à la couronne d’Espagne, exige une stricte orthodoxie tridentine des candidats et que Philippe II a reconnu en 1585 la validité des diplômes pisans dans ses propres domaines112.

  • 113 Nommé le 24 janvier 1581, il teste devant Mayran le 7 juillet 1607, selon J. Barbot, op. cit., p. 8 (...)
  • 114 Joaquim Verissímo Serrão, « Manuel Álvares (1545-1612). Um desconhecido português, professor de med (...)
  • 115 Joaquim Verissímo Serrão, Les Portugais, op. cit., p. 99-122.
  • 116 Ibid., p. 107 sq.
  • 117 Joaquim Veríssimo Serrão, dans Présence du Portugal à Toulouse xvie-xviiie siècles, Toulouse, Bibli (...)
  • 118 Celui-ci, fils de capitoul, condamné dans une sordide affaire d’empoisonnement, finira pendu avec s (...)
  • 119 Henry-Pierre Cazac, dans Bulletin Hispanique, 1903, t. 5, n° 4, p. 326-348 et, du même, « El lugar (...)
  • 120 Le 14 février 1588, Arch. mun. Toulouse, GG 222, paroisse Saint-Étienne, mariages (1587-1590), fol. (...)

46Le paradoxe réside dans le fait que, au moment même où les étudiants espagnols se détournent de Toulouse, les chaires y sont confiées à certains professeurs venus d’outre Pyrénées ! La famille Álvares, portugaise certes – mais le Portugal est annexé par Philippe II depuis 1580 – donna à l’université plusieurs régents : Manuel Álvares fut le titulaire prestigieux de la première chaire de médecine entre 1572113 et 1612114 ; son frère Fernando Álvares, recteur du collège de Foix, fut chanoine de l’archevêché et docteur régent de théologie de 1596 à 1617, au même moment d’ailleurs que leurs compatriotes le moine augustin Agostinho da Trindade ( 1593-1598)115 et le dominicain Estêvão de Sampaio (1599)116. Il est vrai aussi que peu avant son annexion à l’Espagne, le Portugal avait poussé une excroissance jusqu’aux portes de Toulouse en la personne de l’infante Dona Maria de Portugal : fille du roi de Portugal, puis belle-fille de François Ier par le remariage de sa mère, elle y possédait en effet des fiefs richissimes, les sénéchaussées de Rouergue et d’Agenais ainsi que les quatre judicatures de Verdun, de Rieux, de Rivière et d’Albigeois, qu’elle faisait administrer depuis Toulouse par ses « chanceliers et gardes des sceaux », les parlementaires toulousains les du Faur de Saint-Jory père et fils117 – rappelons ici que l’universitaire ibérique, toulousain d’adoption, Antoine de Gouvéa, épousa à Cahors la fille du président du Faur de Pibrac –. Ajoutons que l’Infante de Portugal choisit aussi pour lieutenant particulier en sa sénéchaussée de Rouergue le docteur régent de Droit canon, Barthelemy Valette, que le Parlement mit en vain en demeure de choisir entre enseignement et pratique118. De plus, le grand nom de la médecine et de la philosophie toulousaines à cette époque est également venu d’outre Pyrénées : il s’agit de « l’Espagnol Francisco Sánchez, dit le Sceptique »119 », auteur du célèbre Quod nihil scitur, médecin de l’Hôtel-Dieu, docteur régent à la Faculté des Arts (1585-1612) puis à la Faculté de Médecine (1612-1623). Sánchez, de parents « nouveaux convertis », s’intégra si bien, lui aussi, à la société toulousaine, rompue d’ailleurs à la mixité hispano-toulousaine, qu’il épousa Marie de Maran, la sœur de son collègue à la faculté de Droit, Guillaume de Maran120. C’est d’ailleurs un lusitanien qui lui succédera comme médecin à l’Hôtel-Dieu en la personne de Rodrigo Álvares, frère des deux universitaires cités précédemment et qui, lui aussi, prit femme parmi l’élite, épousant une de Maignan, tandis que sa propre nièce – fille de son frère le médecin Manuel Álvares – épousa elle-même l’avocat Pierre de Maignan et donna le jour au philosophe Emmanuel de Maignan.

47Pourtant si Sánchez a des collègues venus de la péninsule ibérique, comme on a dit, c’en était fini des colonies étudiantes venues d’outre Pyrénées au rebours des cohortes misérables de « Gavaches » français. Une époque était passée. Sans être totalement absente, durant tout le xviie siècle, l’estudiantina hispanique se fit désormais beaucoup plus discrète, avant que le xviiie siècle ne la voie revenir en foule.

Grand Siècle, petite présence hispanique

48Si les étudiants espagnols sont moins nombreux à Toulouse en ce début du xviie siècle, ils n’en ont pas pour autant disparu. On dénombre, entre 1624 et 1635, une quarantaine d’étudiants espagnols qui passent leur baccalauréat de droit à Toulouse : presque tous sont venus de Catalogne (principalement des diocèses d’Urgell et de Barcelone) et du Roussillon (22 %).

  • 121 Joaquim Verissimo Serrão, Présence du Portugal à Toulouse, op. cit., p. 14.
  • 122 Tolosae, apud R. Colomierum, 1616.

49Certes, enseignent alors en chaires toulousaines plusieurs docteurs régents d’origine ibérique, les deux frères Álvares cités précédemment, l’un en médecine jusqu’en 1612, l’autre en théologie jusqu’en 1617, de même que le médecin Sánchez, de 1611 à 1623, auquel succède d’ailleurs comme médecin de l’Hôtel-Dieu un troisième frère Álvares, Rodrigo. Ceux-ci sont sans doute plus précisément lusitaniens et/ou d’aïeux ou de parents juifs, même s’il est vrai que le Portugal est annexé (de 1579 à 1640). Mais si de nombreux « marranes » ont fui l’Inquisition et restèrent suspects d’hétérodoxie, Copley-Christie et Joaquim Verissimo Serrão ont à bon droit souligné que ceux-ci s’installèrent de préférence dans les villes protestantes plus tolérantes à leur égard et n’auraient jamais eu l’idée de faire élection dans la très catholique Toulouse : nos immigrants toulousains ne sauraient donc être suspectés de crypto-judaïsme, même si leurs aïeux le furent. Ils sont, eux du moins, des « catholiques convaincus qui rédigent leurs testaments avec les pieuses formules du temps121 ». On peut en trouver une bien meilleure preuve dans le fait de leur rapide intégration dans les meilleures familles toulousaines ou dans le haut clergé : Fernando Álvares, docteur régent de la faculté de théologie, était chanoine de l’Isle-Jourdain, recteur du collège toulousain dit de Foix et publia même un petit traité à l’usage des clercs, souvent réédité : Libellus instructorius in gratiam clericorum (1616) ; Christovao Álvares fut « prestre et prébendier en l’esglise métropolitaine Saint-Étienne », puis chanoine du chapitre de Saint-Sernin, tandis que leurs frères s’alliaient aux de Bric, aux de Combes et aux de Maignan. Sánchez, lui, on l’a vu, s’allia aux de Maran, famille universitaire de renom. Un autre immigré lusitanien, Pedro Vaz Castello (Pierre du Château), devenu docteur régent de la faculté de médecine et auteur d’un ouvrage médical célèbre, Exercitationes medicinales ad omnes thoracis affectus122, épousa, le 13 mars 1613, Jeanne des Innocents, fille d’un chirurgien de l’Hôtel-Dieu : il était fort lié avec les présidents du parlement, les célèbres de Bertier père et fils, qui donneront plusieurs évêques. Pour une telle intégration, il est évident qu’il valait mieux sentir l’encens que le soufre.

  • 123 Service du Livre ancien du SICD de l’Université de Toulouse 1, ms. 9, fol. 170 et ms. 28, fol. 189 (...)

50Autre preuve a contrario, un autre lusitanien, mal converti apparemment, le médecin juif Baltasar Orobio de Castro (Orobio de Castello) qui occupa, en 1661-1662, la troisième chaire de médecine toulousaine, décidément fort dévolue à l’Espagne et à l’Irlande, vit, lui, sa carrière brusquement enrayée pour n’avoir certainement pas donné des gages suffisants d’ardeur catholique : il chercha une ambiance plus favorable au judaïsme dans les Provinces-Unies123.

  • 124 Ibid., ad datum.

51La présence de ces Espagnols en chaire n’était pas sans influence sur l’afflux d’étudiants hispaniques sur les bancs de Toulouse. Est-ce par hasard qu’un Catalan, Ignacio Llusia, du diocèse de Vich, vient se faire examiner pour le baccalauréat de médecine le 6 juillet 1662 par le susdit Orobio de Castello, peu avant que ce dernier ne prît prudemment la route de Hollande124 ?

  • 125 La vie intellectuelle à Toulouse au temps de Godolin, op. cit., p. 48.
  • 126 Robert Mesuret, « De Séville à Toulouse, les traités d'esthétique de 1649 à 1659 », Annales de l'In (...)

52L’étiage de la présence hispano-estudiantine est toutefois compensé par la qualité, comme sembleraient le prouver les relations intellectuelles transpyrénéennes qui, elles, se poursuivent intensément en ce début du xviie siècle où la France et l’Espagne sont encore en paix. En 1620, Alexandro de Luna publie à Toulouse Ramillete de flores poéticas, sorte de grammaire espagnole à l’usage des Français. L’auteur, réfugié espagnol, semble bien introduit dans les fastueux cénacles toulousains : dans son ouvrage imprimé à Toulouse dont le titre fleure bon le Ramelet moundi de son compère Goudouli, il mêle poésie et médecine, sans compter nombre d’hommages à de beaux esprits et puissants personnages toulousains, notamment au comte de Cramail-Monluc et à « l’Académie qu’il fonda en son jardin de Toulouse avec le titre de “Philarètes” c'est-à-dire amoureux de la Vertus, pour le noble culte des beaux-esprits et des belles-lettres125 ». Il est significatif qu’un Espagnol participe à ce bureau d’esprit toulousain et publie à Toulouse, et en espagnol. Il savait donc qu’il y serait lu. De plus son ouvrage constituait à la fois un outil linguistique pour les Français et une présentation de l’intelligentsia toulousaine à l’usage des visiteurs ibériques, étudiants le plus souvent126.

53Une illustration plus éloquente encore des relations hispano-toulousaines sous Louis XIII est incarnée par le chanoine Filhol, hebdomadier de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse (1583-1648) – qui dut d’ailleurs fréquenter de Luna.

  • 127 Publiée par Adolphe Coster, « Antiquaires d'autrefois », Revue des Pyrénées, 1911, t. 23, p. 436-47 (...)
  • 128 Adolphe Coster, op. cit. ; Ricardo Del Arco y Garay, La erudicion espagnola en el siglo xvii, Madri (...)

54François Filhol constitua, dans sa demeure acquise en 1633, un prodigieux cabinet de collections diverses (médailles, pièces de monnaie, estampes, tableaux, sculptures, horloges, minéraux, papillons), ainsi qu’une bibliothèque enviée de 2 à 3 000 volumes et de manuscrits uniques. Son renom s’étendit surtout au-delà des Pyrénées : le chanoine Filhol fut en effet en correspondance étroite avec un cercle d’érudits aragonais protégés par le seigneur Vicencio Juan de Lastanosa, de Huesca. Robert Mesuret montre qu’alors – comme avant, ajouterais-je ! – « à travers les Pyrénées passaient, comme les plantes, les livres, les curiosités et les médailles ». Filhol utilisait le réseau de correspondance transpyrénéen, pèlerins, marchands ainsi que les services des chartreux de Toulouse en direction de leurs frères espagnols du couvent de l’Aula Dei de Saragosse. Les liens bibliophiliques étaient alors si étroits que c’est par des publications aragonaises qu’on a des précisions sur ce cabinet inouï : Juan Andrés de Ustarroz publia en effet, en 1644, à Huesca le Diseño de la insigne i copiosa bibliotheca de Francisco Filhol. Ce dernier avait d’ailleurs rédigé à l’intention du seigneur de Lastanosa un Abrégé des curieuses recherches de F. Filhol, aujourd’hui perdu, mais dont la BnF conserve heureusement la copie (Fr. 390), ainsi que sa correspondance adressée à Francisco Ximénez de Urrea127. Le tout prouve une singulière et active complicité transpyrénéenne : elle n’était pas à sens unique. Les exemples d’aller-retour intenses abondent : Filhol avait notamment acheté un magnifique manuscrit enluminé d’Ézéchiel, donné par Charles Quint à un noble français, pour l’offrir à son ami de Huesca, Lastanosa ; de même, il avait fait l’acquisition d’un recueil des lois d’Alphonse XI de Castille, promulguées à Alcala de Hénarès en 1348, magnifique manuscrit orné calligraphié en Avignon en 1399 pour un chanoine de Tolède. Le chanoine Filhol destinait ce trésor de sa collection à l’infant don Baltasar Carlos par le canal de Lastanosa qui en bénéficia puisque l’Infant mourut avant l’arrivée du cadeau toulousain (9 octobre 1646)128.

  • 129 Service du Livre ancien du SICD de l’Université de Toulouse 1, ms. 28.
  • 130 Ibid., ms. 8 - les licences et doctorats des quatre facultés ne sont reprises qu'en 1639.

55Comme on voit, les étudiants espagnols venus jusqu’à Toulouse n’étaient pas en peine de trouver là quelque comité d’accueil bienfaisant et des interlocuteurs attentionnés et sans doute pouvaient-ils servir à colporter colis, messages et lettres de recommandations. D’ailleurs comment le chanoine Filhol avait-il pu se mettre en relation avec ses amis « antiquaires » et bibliophiles aragonais ? Ne serait-ce pas à la faveur du séjour étudiant de quelque aristocrate espagnol ? Il est difficile de le prouver, document à l’appui, parce que le règne de Henri IV constitue la seule rupture (1586-1620) dans la longue série des registres de graduations toulousaines qui court jusqu’à la Révolution ! Cette lacune ne cesse qu’au 27 décembre 1622 (du moins pour les baccalauréats de théologie et de médecine129) et au 22 juin 1624 pour les bacheliers de droit130. Mais pour l’époque du chanoine Filhol, sur une quarantaine d’étudiants espagnols qui passent leur baccalauréat de droit à Toulouse entre 1624 et 1635, on ne relève aucun natif d’Huesca ; seuls deux Aragonais natifs des diocèses de Barbastre (un canoniste) et de Jaca (un théologien) étudient alors à Toulouse, et déclarent avoir auparavant transité par l’université d’Huesca et, tout comme cinq Catalans d’ailleurs, y ont d’abord pris leur baccalauréat de droit civil avant de venir faire agréger leur diplôme dans la faculté de Toulouse. Les contacts initiaux du chanoine Filhol avec les Aragonais datent donc probablement de la période précédente pour lesquels les archives universitaires font défaut.

56On peut également imaginer que les universitaires néo-toulousains d’origine ibérique, les frères Álvares (dont Christovao était prébendier dans la même église métropolitaine que Filhol), les Sánchez et Orobio de Castro auraient pu le mettre en contact avec quelques érudits correspondants d’outre Pyrénées même si, parfaitement intégrés à la société toulousaine, ils semblent avoir alors rompu tout lien avec la péninsule ibérique : ils ont néanmoins pu jouer le rôle de canal de correspondance transpyrénéenne dont avait besoin un homme tel que Filhol.

57Vu l’absence à Toulouse d’étudiants natifs du diocèse de Huesca durant ces années d’intense collaboration érudite transpyrénéenne, on peut aussi inférer que ces relations intellectuelles tolosano-aragonaises ne semblent apparemment pas liées directement à l’attraction qu’exerçait alors l’université de Toulouse sur les étudiants espagnols : elles sont un autre aspect du multiséculaire dialogue culturel hispano-toulousain. Les deux phénomènes (peregrinatio academica et « République des lettres » avant l’heure) découlaient du même ancestral tropisme toulousain : ils pouvaient s’accompagner ou même se renforcer l’un l’autre à l’occasion – nous le verrons sous Philippe V –, ils pouvaient aussi vivre leur vie respective, éventuellement disjoints ; pour un temps du moins.

  • 131 Ibid., ms. 28, ad datum.

58L’année 1635 marque une rupture absolue avec l’habitude espagnole de venir quérir du parchemin à Toulouse. L’entrée de la France en « guerre ouverte » dans la Guerre de trente ans fait disparaître totalement des registres de graduations toulousains toute présence espagnole durant cinq ans : aux treize espagnols gradués de juin 1630 à juin 1635 succède un lustre sans le moindre ressortissant espagnol, fait rarissime dans l’histoire du recrutement toulousain. Le 19 mai 1635, Richelieu envoie la déclaration de guerre à l’Espagne : le dernier des cinq Espagnols présents à Toulouse, Pierre Mir, du diocèse d’Urgell, se presse de se faire agréger comme bachelier de Droit canonique le 5 juin 1635131. Ensuite plus aucun Espagnol ne se hasarde à Toulouse avant 1641. Ce n'est pas par hasard que les premiers à revenir sont catalans et roussillonnais. Il faut dire qu’entre temps, la Catalogne a fait sécession et s’est donnée à la France de Louis XIII (23 janvier 1641). Dès le printemps suivant, les Catalans se trouvent de nouveau à Toulouse pour se faire graduer ou agréger au nombre de neuf en une année après cinq ans d’absence.

59Malgré tout, c’en était fini des fortes colonies étudiantes ibériques. Une époque était passée. Mais si les étudiants espagnols se font plus discrets au xviie siècle, à un niveau d’étiage, ils n’en ont pas pour autant totalement disparu, malgré les guerres franco-espagnoles, et c’est ce qui est remarquable : 211 étudiants ont malgré tout franchi les Pyrénées pour prendre des diplômes toulousains de 1625 à 1704 (Catalans à plus de 95 % ; trois seulement venant du royaume d’Aragon).

60Il faut attendre la mort de Louis XIV, le couronnement de son petit-fils Philippe V sur le trône d’Espagne et le renvoi d’Albéroni (1718) pour assister à une ruée inouïe des Espagnols, Catalans presque exclusivement, vers le campus toulousain enfin retrouvé, mais à des niveaux records !

xviiie siècle : le retour en force des étudiants catalans132

  • 132 Pour une étude plus détaillée de la présence des étudiants espagnols à Toulouse durant le xviiie si (...)
  • 133 Je rappelle qu’on en pourra trouver les noms dans la base de données prosopographique que j’ai publ (...)
  • 134 Patrick Ferté, L’université de Toulouse aux xviie et xviiie siècles (1679-1793). Histoire quantitat (...)

61Soixante-deux Espagnols s’inscrivent à Toulouse en trois ans (1718-1720). Après un coup d’arrêt provoqué, semble-t-il, par la peur de la peste de Marseille, le flux devient intense : une cinquantaine d’Espagnols accourent durant la seule année universitaire 1724-1725 et, jusqu’en 1738, c’est un total de plus de 430 étudiants dans les quatre facultés, soit une moyenne annuelle d’une trentaine d’étudiants soutenue durant quinze ans133. À titre indicatif, pour la seule faculté de droit de Toulouse durant la même période, la moyenne annuelle n’est que de 22 pour les natifs de Toulouse, et 22 également pour les trois plus gros diocèses clients de l’Université réunis (Rodez, Albi, Auch)134 ! Toulouse est donc vraiment devenue, ou redevenue, une université transpyrénéenne : à la peregrinatio hispanica des misérables « gavaches » migrant pour quelques pistoles vers la péninsule répondait alors, en sens inverse, une peregrinatio academica méconnue, courue par environ 830 Espagnols (1715-1793).

62Pour expliquer cette attraction toulousaine intense, on peut invoquer deux explications commodes, mais trompeuses, si on néglige la géographie statistique.

  • 135 Jean Sarrailh, L'Espagne éclairée de la seconde moitié du xviiie siècle, Paris, C. Klincksieck, 196 (...)
  • 136 J’ai consacré plusieurs travaux à la présence espagnole massive au collège tarnais de Sorèze, notam (...)

63On peut penser par exemple au phénomène de l’Afrancesamiento culturel. Les relations franco-espagnoles sont en effet au beau fixe à cette époque et l’on connaît tous ces boursiers, pensionnaires des rois d’Espagne, des mécènes et des sociétés savantes qui, après 1718, financent l’éducation de jeunes Espagnols en France. Des familles envoient leurs filles dans des pensionnats à Bayonne ou à Pau, leurs fils au collège jésuite de Toulouse, comme le comte de Peñaflorida (1743-1747), ou vers le collège mauriste de Sorèze135. Toutefois, si la francophilie fut indéniable, on constate que les flux étudiants furent beaucoup plus précoces : le premier Espagnol arrive à Sorèze en 1761, avant une crue, entre 1768 et 1780 (30 à 35 écoliers par an)136. De plus cet engouement excessif pour la France, moqué par Francisco Rafael Vélez, Jovellanos, Clavijo ou Ramón de la Cruz dans El Hospital de la Moda, affecta surtout les Castillans, et nos cohortes étudiantes à Toulouse sont neuf fois sur dix des Catalans. Il ne faut donc pas amalgamer les deux phénomènes : la mode francophile et l’excursion universitaire.

  • 137 Voir Jean Sarrailh, op. cit., p. 373-398.
  • 138 Vicente de La Fuente, Historia de las Universidades, colegios y demás establecimientos de enseñanza (...)
  • 139 Georges Desdevises du Dezert, « L’enseignement public en Espagne au xviiie siècle », Revue d’Auverg (...)

64On pourrait aussi invoquer une autre motivation pour le voyage étudiant vers Toulouse : la crise des colegios mayores et des universités ibériques était notoire ; les cursus y étaient particulièrement rebutants par leur longueur démesurée. Olavide, Campomanes, Torres Villaroel ou Jovellanos n’ont pas trouvé de mots assez durs pour critiquer le système universitaire espagnol137. On exigeait quatre ans de présence aux cours pour le baccalauréat. Il en fallait encore trois ou quatre pour la licence, avec une soutenance de huit actes publics comme à Alcalá138. Voilà pourquoi le baccalauréat était le seul grade possédé en 1770 par la majeure partie des professeurs, avocats, juges et médecins139... En revanche, de l’autre côté des Pyrénées, Toulouse offrait des facilités extrêmes pour les Espagnols qui prenaient leurs grades « tamquam extranei » : en tant qu’étudiants étrangers, ils n’étaient pas soumis aux règlements louis-quatorziens qui exposaient les Français à un strict contrôle du nombre d’inscriptions trimestrielles et des interstices entre les différents degrés. Au contraire, les Espagnols bénéficiaient d’un régime étudiant exagérément laxiste et pouvaient passer tous les diplômes en quelques heures sans justifier d’aucun temps d’étude préalable ! C’est ainsi que plus de la moitié des juristes espagnols cumulent à Toulouse baccalauréat, licence et doctorat en trois jours, parfois deux ! Pour les théologiens, le pourcentage des « cumulards » atteint plus de 70 % durant la période d’afflux massif (1701-1768). Cette boulimie hispanique de diplômes français donne une importance exceptionnelle aux Espagnols dans le rythme des graduations de l’université de Toulouse : dans la faculté de théologie, plus de 40 % de tous les doctorats délivrés à Toulouse sont délivrés à des prêtres hispaniques (1724-1767) et, dans la seule décennie 1728-1737, la proportion d’Espagnols se hisse à environ 60 % de tous les doctorats toulousains ! Malgré le danger spécifique à la discipline, 135 « médecins imaginaires » espagnols prennent licence et doctorat de médecine à Toulouse (1715-1784), et plus d’un tiers de ceux-ci y ajoutent le baccalauréat, ceci en moins d’une semaine ! Certains « perfectionnistes » ajoutent même à ce cursus illusoire une maîtrise ès-Arts... Autre preuve que ces étudiants météores ne cherchaient pas la science à Toulouse : j’ai trouvé quelques étudiants espagnols qui prennent la maîtrise ès arts à Montpellier et qui, au lieu de profiter sur place du prestigieux enseignement médical montpelliérain, s’éclipsent aussitôt pour chercher à Toulouse un expéditif triplé bac-licence-doctorat de médecine.

65Mais ces deux facteurs, mode francophile et facilités universitaires, s’ils ont quelque peu influencé les migrations étudiantes hispano-toulousaines, n’ont pas été déterminants, et la véritable clé de ces flux méconnus doit être trouvée dans la géographie statistique de ce corpus espagnol : en effet, durant les xviie et xviiie siècles, près de 90 % des 1 100 étudiants espagnols dont l’origine a été identifiée proviennent de Catalogne ; 8,5 % viennent d’Aragon, mais n’apparaissent que tardivement à Toulouse, à la fin du xviiie siècle, entre 1725 et 1774, sous l’effet probable, cette fois, de l’Afrancesamiento culturel et, phénomène qui les singularise, plus de la moitié sont des médecins (contre 12,2 % pour les Catalans ; voir tableaux annexes 2 et 3). Moins de 2 % viennent d’ailleurs. C’est dire que le phénomène observé est presque exclusivement catalan pour la majeure partie de la période, et que les causes qui ont influencé la conjoncture étudiante hispano-toulousaine doivent avant tout être scrutées en Catalogne et, à un degré moindre, dans le royaume d’Aragon.

  • 140 Il s’agit de Casto Beltrandus Garcia (Service du Livre ancien du SICD de l’Univ. Toulouse 1, ms. 51 (...)

66Cela minimise fortement les autres facteurs qu’on a pu mettre en avant comme hypothèse de travail. En effet, si les facilités extrêmes des diplômes toulousains avaient été déterminantes, elles auraient évidemment séduit toute l’Espagne, la Navarre, la Castille ou les Aragonais stricto sensu, non les seuls Catalans. Ces objections valent tout autant pour l’Afrancesamiento culturel : les nobles qui sacrifient à la mode française en visitant et en imitant les Français ne sont pas les mêmes que ceux qui viennent y chercher un diplôme : ces francophiles, que Ramón de la Cruz ridiculise pour leurs singeries françaises et qu’il enferme à l’Hospital de la Moda sont surtout des Castillans ! Or je n’observe pratiquement aucun Castillan parmi la foule de gradués espagnols à Toulouse et sur 165 ans, il n’y eut qu’un seul Madrilène140 : encore ce dernier ne prit-il qu’une fugitive inscription in utroque en novembre 1773, avant de disparaître, fait inouï, sans degré... L’exode pour graduation universitaire semble donc être un phénomène spécifiquement catalan et découle de motivations toutes particulières, voire particularistes. Du reste, ce sont les rois Bourbons d’origine française qui ont promu la francophilie, et ils ont été principalement soutenus par les Castillans : au contraire, la Catalogne toute entière prit les armes contre le Bourbon et défendit, pour sa perte, son rival l’archiduc Charles d’Autriche. Durant toute la Guerre de Succession d’Espagne (1705-1714), les troupes franco-castillanes butèrent donc contre la résistance armée des Catalans, notamment celle des bataillons étudiants de l’université de Barcelone.

  • 141 Salvador Sanpere y Miquel, Fin de la Nación catalana, Barcelona, 1905, p. 577 ; Pedro Voltes Bou, « (...)

67Après sa victoire, Philippe V fit évidemment payer très cher à la Catalogne cette rébellion acharnée : avec les Décrets de Nueva Planta (1716), les particularismes du Principat catalan furent supprimés. Après la suppression des Corts le 15 septembre puis de la Généralité, du Consell de Cent, de la monnaie, venait le surlendemain le tour des institutions universitaires : l’université de Barcelone, cinq jours seulement après l’entrée des troupes bourbonistes, fut supprimée le 16 septembre 1714. Peu après disparaissaient les universités de Lérida, de Gérone, de Tarragone, de Vich, Solsona et Tortosa141.

  • 142 D. Manuel Rubio i Borras, Historia de la Real y Pontificia Universidad de Cervera, Barcelona, 1938, (...)

68Certes elles étaient remplacées par la fondation ex nihilo d’une nouvelle université à Cervera (11 mai 1717)142, mais elle fut dès son origine taxée de botifler et réputée anti-catalane. Les étudiants catalans ne vont pas se laisser dicter manu militari leur tropisme universitaire et ils semblent avoir improvisé des solutions de rechange à leur manière : la victoire de Philippe V et ses décrets de Nueva Planta donnent le signal de départ massif des étudiants vers la France et Toulouse à un rythme soutenu, exception faite des années 1721-1722 (peste de Marseille) avant un decrescendo et un tarissement durant les réformes de Charles III (voir tableau n° 1 ci-dessous et tabl. 2 en annexe).

Fig. 1

Fig. 1

Tableau 1. Conjoncture des étudiants catalans et aragonais à Toulouse (1627-1793)

Patrick Ferté

69Un flux constant de 551 étudiants catalans en 30 ans (1718-1747) et de 717 en 50 ans (1715-1764) constitue donc bien un phénomène particulièrement intense, et significatif d’un rejet délibéré de l’université de Cervera, créée ex nihilo par leur vainqueur : il est évidemment regrettable que la disparition des matricules de cette dernière rende impossible une statistique comparatiste des étudiants sédentaires. Quel pourcentage représentaient ces migrants « toulousains » ? Je me tourne vers les historiens espagnols pour tenter une estimation, s’il se peut. En attendant, force est de nous contenter des statistiques des effectifs migrés à Toulouse.

70Durant la période 1715-1793, les quatre diocèses de Barcelone, Gérone, Vich et Urgell forment à 90 % l’origine des Catalans, lesquels formaient environ 87 % des Espagnols diplômés à Toulouse : 36 % de ces Catalans sont des Barcelonais, de 18 à 15 % s’en viennent des trois autres (Gérone, Urgell et Vich) ; enfin Solsona, Lérida et Tarragone (en ordre décroissant) n’y participent guère (de 4,5 % à 3 %). En revanche, si l’on observe l’évolution de cette répartition avant et après la Guerre de Succession d’Espagne, l’attitude des Barcelonais est flagrante : ils représentaient à peine plus de 6 % du contingent catalan diplômé à Toulouse jusqu’en 1703, avec une moyenne annuelle d’environ 1 étudiant (1624-1703), semblant se contenter de leur université locale. Mais après la suppression de leurs institutions universitaires par Philippe V, les Barcelonais multiplient par 40 le nombre moyen annuel de leurs représentants (1724-1753) et ils forment dès lors environ 37 % d’un contingent catalan pourtant décuplé ! L’engagement jusqu’au-boutiste des bataillons étudiants barcelonais contre le roi français et leur défaite sévèrement punie semblent leur être restés en mémoire : vaincus dans leur résistance armée, ils paraissent poursuivre pour quelque décennies encore une sorte de résistance passive en dédaignant ostensiblement l’université « botifler » de Cervera. Philippe V ne s’y est d’ailleurs pas trompé : par une Real Cédula du 23 septembre 1718, adressée au gouverneur et capitaine général du principat de Catalogne, le roi reconnaît

  • 143 Cándido. María Ajo González de Rapariegos, Historia de las universidades hispanicas. Orígenes y des (...)

que haviendo llegado a mi noticia, que después de reducidas la Universidades, que havia en esse Principado a la de Cervera, solamente por la vanidad, que tienen los Naturales de el de ser Graduados, en todas la Facultades, assi por gozar del Fuero Militar, como para Abogar en los Tribunales, sin otro titulo, que el Grado de Doctor, passan a Graduarse a la Universidad de Tolosa, y que ultimamente se han Graduado en ella en ambos Derechos muchos Catalanes, algunos con poco merito, y los mas sin ninguno, y que con este Grado empezarán luego a Abogar, de que resultan muy graves perjuizios al bien publico : He resuelto, que assi como en Francia no se aprecian los Grados de las Universidades de España, no se haga tampoco aprecio para cosa alguna en esse mi principado de Cataluña de los Grados de Francia [...]. no permitais que Persona alguna de esse Principado sin expressa licencia passe a graduarse fuera de las Universidades de estos Reynos de España ; y que en el caso de executarse por alguno de ellos, se tengan, y den por nulos los Grados, que recibiere, y no se le permita abogar, ni gozar de los Privilegios, que como tal Graduado huviere de gozar ; a cuyo fin, y para la mas puntual observa,cia... que asi es mi voluntad. Yo El Rey143...

71Bien que le roi exigeât « la mas puntual observancia », la courbe que j'ai reconstituée montre au contraire une accélération de la fuite étudiante vers Toulouse. Une autre Real Cédula, datée de Madrid, le 1er mars 1719, est adressée au chancelier de l’Université de Cervera pour l’informer de sa décision

  • 144 bid., DCCXCIV, p. 209.

sobre que en esse Principado de Cataluña fuessen nulos, y de ningun aprecio los grados recibidos en Francia : He resuelto aora, que en essa Universidad no se admita, ni incorpore ningun Graduato, que no sea examinado [...] exceptuando solo los que estuvieren Graduados en las Universidades de Salamanca, Valladolid, Alcalá, y Huesca. Y os mando, que enterado de esta mi Resolucion la executeis, y cumplais en todo, y por todo, sin la contravenir, ni permitir que se contravenga en manera alguna, ni con ningun pretexto, que assi mi voluntad.144

  • 145 Patrick Ferté, « Catalans et Lumières : les étudiants minorquins à l’université d’Avignon », Proven (...)

72On ne peut, hélas, effectuer une étude statistique de la clientèle de Cervera – qui n'était évidemment pas déserte ! – puisque les matricules et registres de graduations ont été perdus durant la Guerre civile, mais ma base de données permet de démontrer une véritable hémorragie étudiante vers Toulouse, malgré les interdits borbónicos : elle témoigne davantage d’une répulsion anti-Cervera, d’origine politique et catalaniste, voire protonationaliste, que d’une attraction toulousaine unilatérale. J’ai démontré le même phénomène chez les étudiants de Minorque qui ont pareillement « boycotté » la péninsule vouée aux Bourbons pour désormais prendre leurs diplômes en l’université d’Avignon145. Sans doute les émigrés toulousains ne sont-ils qu'une minorité privilégiée capable de financer une telle « rébellion du parchemin » ; la sociologie de ces étudiants catalans de Toulouse qu’on ne peut qu’appeler de ses vœux permettrait de le vérifier.

  • 146 Service du Livre ancien du SICD de l’Université de Toulouse 1, ms. 14, fol. 356 : il s’agit d’Ignac (...)

73À ce titre, signalons que, sur les ca 760 catalans gradués à Toulouse entre 1715 et la Révolution, 51 mentionnent avoir d’abord pris un premier grade dans une université ibérique avant de venir conquérir licence et doctorat toulousains : 24 sont en effet bacheliers (plus un maître ès arts) de Cervera, dont ils dédaignent le doctorat (75 % de juristes), 15 de Huesca, 11 de Saragosse, 2 d’Irache (Navarra) et 1 de Lérida et de Valence. Cela montre du moins que, même après avoir entamé un cursus à Cervera, certains l’abrègent par une excursion académique outre Pyrénées. Toutefois cette statistique n'est pas fiable telle quelle, car si une cinquantaine d’étudiants précisent où ils ont pris leur première graduation espagnole, près de 90 autres prennent à Toulouse uniquement licence et doctorat, d’où l'on peut inférer qu’ils ont pris leur baccalauréat sans doute en Espagne, sans le mentionner : c’est dire que les transfuges sont encore beaucoup plus nombreux. On trouve même, en 1761, un natif de Cervera qui vient prendre à Toulouse une maîtrise ès arts146 !

  • 147 Les raisons de cette distorsion seraient fort intéressantes à étudier outre Pyrénées.
  • 148 Patrick Ferté, « Les étudiants de Comminges aux xviie et xviiie siècles. Approche statistique », da (...)

74Précisons encore qu’au xviiie siècle (1715-1793), les trois quarts des étudiants catalans à Toulouse sont des ecclésiastiques, en général déjà pourvus de bénéfices et donc de rentes (voir tableaux annexes n° 2 et 3) : ils prennent massivement des diplômes en théologie, sept à huit fois sur dix pour tous les diocèses, sauf pour celui de Barcelone qui se singularise avec moins de 30 % de théologiens contre près des deux tiers qui se contentent à Toulouse d’une maîtrise ès arts147, degré subalterne mésestimé par leurs compatriotes. Environ 11 % sont des juristes laïques et 12 % prennent des degrés de médecine, à la différence des Aragonais dont plus de la moitié sont des médecins, autre singularité qu’il serait bon de scruter et d’expliquer. Remarquons enfin qu’à la grande différence des Français, les clercs catalans prennent davantage de degrés supérieurs : exception faite des Barcelonais, 23 % seulement de tous les autres Catalans ne rentreront en Espagne qu’avec le maigre titre de magister artium, la grande majorité prenant massivement non seulement le baccalauréat de théologie ou de droit canon, mais plus volontiers encore le prestigieux doctorat de théologie. À titre de comparaison, les clercs français de Comminges se contentent d’une maîtrise ès arts à 74 % et se hasardent peu vers les degrés de théologie148, et en ce cas, il ne s’agit que d’un baccalauréat.

  • 149 Voir Mariano Peset Reig, « La formación de los juristas y su acceso al foro en el tránsito de los s (...)
  • 150 Mariano Peset, José Luis Peset et María Fernanda Mancebo « La población universitaria de Valencia d (...)
  • 151 Voir par exemple J. Prats, La Universitat de Cervera i el Réformisme Borbònic, Lleida, Pagès, 1993  (...)

75Il reste que, outre Pyrénées, les interdits royaux étaient ostensiblement transgressés et l’on peut se demander comment les médecins, les juristes149 ou les prêtres gradués pouvaient exploiter ces diplômes interdits sur le marché des emplois. Toutefois, ce ne sera que lorsque les historiens des universités espagnoles auront achevé des statistiques géographiques des effectifs étudiants des autres universités espagnoles qu’on pourra dénombrer ceux qui se sont détournés de Cervera sans pour autant franchir les Pyrénées et en comparer le poids à ceux qui ont délibérément préféré le chemin de Toulouse. Je remarque en attendant, que Mariano Peset, José Luis Peset et María Fernanda Mancebo comptent en 1732-1733 31 étudiants catalans à l’université de Valence, alors qu’ils étaient dans le même temps 40 à Toulouse, et 46 l’année suivante150 ! Et il s’agit d’un maximum puisque, ensuite, les Catalans désertent Valence : ils attendront un peu plus longtemps pour se détourner de Toulouse, dans les années 1770, semble-t-il sous l’effet des réformes de Charles III et de l’Ilustración, mais il faudrait scruter attentivement les raisons du succès de la récupération de ces migrants par les institutions espagnoles151 et l’abandon quasi définitif du traditionnel chemin de Toulouse !

Annexes

Fig. 2

Fig. 2

Tableau 2. Répartition des étudiants catalans et aragonais entre les filières universitaires à Toulouse, au xviiie siècle

Patrick Ferté

Fig. 3

Fig. 3

Tableau 3. Répartition des étudiants catalans (cercle extérieur) et aragonais (cercle intérieur) entre les filières universitaire à Toulouse au xviiie siècle

Patrick Ferté

Haut de page

Notes

1 Jean Sermet, Toulouse ville hispanique, Introduction au catalogue de l'exposition « L'Espagne des peintres », Toulouse, 1950, 12 p.

2 Voir notamment Jean Sermet, 2e Congrès International des Études Pyrénéennes, Toulouse, CNRS, 1954, t. VII, p. 59-193, ainsi que Les routes transpyrénéennes, Toulouse, Société d’histoire des communications dans le Midi de la France, 1965.

3 Ibid., n. 1. Jean Sermet a étoffé ses arguments dans son Discours de réception à l'Académie des Jeux Floraux, intitulé Toulouse et l'Espagne, s.l.n.d., 1956, puis dans Toulouse et Zaragoza, Bonn, F. Dümmler, 1960.

4 Voir Robert Mesuret, Évocation du vieux Toulouse, Paris, Éd. de Minuit, 1960, p. 405-406, 427-428.

5 Dans les statistiques utilisées ci-après, la douzaine d’étudiants du Val d’Aran (sur deux siècles), bien que dépendant du diocèse de Comminges, a été arbitrairement comptée parmi les étudiants catalans.

6 Cette problématique a déjà été esquissée et explorée partiellement dans plusieurs occasions internationales : au Colloque international de la UNA. Mexico (Patrick Ferté, « Dos migraciones estudiantiles desconocidas : Toulouse y Aviñón, universidades de recambio para Catalanes y Menorquines (siglo xviii) » dans Enrique González González, Leticia Pérez Puente (coord.), Colegios y Universidades. Del antiguo régimen al liberalismo, México, CESU, UNAM, 2001, vol. I, p. 285-303, et Patrick Ferté, « Les Étudiants catalans à l’université de Toulouse du xiiie au xviiie siècle », dans Aulas y saberes, VI Congreso Internacional de Historia de las universidades hispánicas, València, Universitat de València, 2003, vol. I, p. 397-413. La base de données nominative des étudiants espagnols et de leur cursus toulousain a été publiée dans P. Ferté, « La natio hispánica en Toulouse : para una prosopografía de los estudiantes españoles en Toulouse en los siglos xvii y xviii », dans Historia de la Educación. Revista universitaria, 2000, t. 19, p. 373-412. Les nombres déjà publiés ont été mis à jour à la lueur de quelques découvertes ultérieures, sans toutefois remettre en question les commentaires.

7 Il est vrai qu'à cette époque « Hispanus » peut désigner tout aussi bien un Espagnol qu’un Portugais : ce ne fut qu'à partir de la fin du xve siècle qu’apparut dans les registres les précisions « Portugalensis » ou « Lusitanus » : Luís de Matos, Les Portugais à l'Université de Paris entre 1500 et 1550, Coimbra, Universidade,1950, p. 2, n. 1.

8 Bulletin hispanique, 1970, vol. 5-6, p. 343.

9 Marcel Fournier, Les Statuts et Privilèges des Universités françaises depuis leur fondation jusqu'en 1789, Paris, L. Larose et Forcel, 1890, p. 447 ; Dom Devic et Dom Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, Privat, 1879, t. VIII, p. 1023 et 1085 et ibid., Preuves, t. III, p. 388 ; [Joaquim Verissimo Serrão] Les Portugais à l’université de Toulouse (xiiie-xviie siècles), Lisboa, Centro cultural português, 1970, p. 24 et Joaquim Verissimo Serrão, Portugal e O Mundo, Lisboa, Verbo,1994, p. 47 ; Jules Barbot, Les chroniques de la Faculté de médecine de Toulouse du xiiie au xxe siècle, Toulouse, Adolphe Trinchant,1905, p. 22-28, 86, 114, 146, 275. Certains historiens indiquent même ses dates de naissance et de mort (1179-1267) sans justifier leur assertion (revue L'Université de Toulouse, 1890-1891, p. 267) et reproduisent son portrait imaginaire.

10 Henri Gilles, Université de Toulouse et enseignement du Droit, xiiie - xvie siècles, Paris-Toulouse, Seduss, 1992, p. 206 ; voir aussi Layettes, II, n° 2764. J’ignore si le débat est clos sans appel : j’observe en effet que bien des López, jusqu’au xviie siècle, s’intitulent ainsi : Joannes Lupus Hispanus, Barnabas Lupus Hispanus, Petrus Lupus Hispanus, Alphonsus Lupus Hispanus, OFM, ou encore l’humaniste espagnol, Iñigo López de Mendoza, marquis de Santillana, alias Lupus Hispanus (voir Paul Oskar Kristeller’s, Iter italicum. Accedunt alia itinera. A Finding List of Uncatalogued or Incompletely Catalogued Humanistic Manuscripts of the Renaissance in Italian and Other Libraries. A Cumulative Index to Volumes I-VI, Londres, Leiden, New York, Cologne, 1996.

11 Federico Carlos Sáinz de Robles, Esquema de una Historia de las Universidades españolas, Madrid, Aguilar, 1944, p. 490 et 493 ; Marcel Fournier, Les statuts et privilèges, op. cit., 1890, t. I, n° 867, p. 871.

12 Ibid.

13 Federico Carlos Sáinz de Robles, op. cit., p. 489.

14 Célestin Douais, Essais sur l'organisation des études dans l'Ordre des Fr. Prêcheurs aux xiiie et xive siècles (1216-1342), Toulouse, 1884, p. 140 et Les Universités de Languedoc au xiiie siècle, Cahiers de Fanjeaux, n° 5, Toulouse, Privat, 1970, p. 139.

15 Gilles-Gérard Meersseman, « La chronologie des voyages et des œuvres de frère A. Buenhombre », Archivum Fratrum Praedicatorum, 1940, t. 10, p. 97.

16 Ce collège est aussi appelé Collège de Sainte-Catherine. Jules de Lahondès, « Le collège de Pampelune à Toulouse », BSA du Midi de la France, n. série, 1906-1908 (1908), n° 37-39, p. 487-506.

17 Nicolas Yung, Un franciscain théologien du pouvoir pontifical au xive siècle. Alvaro Pelayo, évêque et pénitencier de Jean XXII, Paris, Vrin, 1931.

18 Berthe Marti, The Spanish College at Bologna in the Fourteenth Century, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1966, p. 18.

19 Ibid., p. 35 et Athos Vianelli, L'antica università di Bologna : origini - fatti - vicende, Bologne, Tamari, 1978, p. 35 et passim.

20 Voir notamment Jacques Verger dans Histoire sociale des populations étudiantes, dans Dominique Julia et Jacques Revel (dir.), Paris, EHESS, 1989, t. 2 ; sur les rotuli, voir également Donald E. R. Watt, « University Clerks and Rolls of Petitions for Benefices », Speculum, A Journal of Mediaeval Studies, 1959, vol. 34, p. 213-229.

21 Jacques Verger, ibid. p. 20, n. 11.

22 Cyril Eugene Smith, The University of Toulouse in the Middle Ages. Its Origins and Growth to 1500 A.D., Milwaukee, The Marquette University Press, 1958, p. 207-208.

23 Ibid.

24 Jacques Verger, « Le recrutement géographique des universités françaises au début du xve siècle d'après les suppliques de 1403 », Mélanges d'Archéologie et d'Histoire publiés par l'École française de Rome, 1970, 82, 2, p. 855-902 ; voir aussi dans Histoire sociale des populations étudiantes, op. cit., t. 2, p. 20, n. 11.

25 Jacques Verger, « Le recrutement géographique », art. cit., p. 885 et 899, et dans Histoire sociale des populations étudiantes, op. cit., t. 2, p. 20, n. 11.

26 Cyril Eugene Smith, op. cit., p. 208.

27 Ibid., p. 886.

28 Josep Maria Roca, Ordinacions del Hospital General de la Santa Creu de Barcelona (any MCCCCXVII), Barcelone, F. Giró, 1920, p. 46, 101, doc. XI.

29 Exemple : frater Iacobus de Albarells, « ordinis Sanctarum Curcum, ordinis cisterciensis qui est deputatus per reverendum dominum abbatem et conventum dicti monasterii ad studendum in Studio Tolose » ; « frater Bartholomeus de Ladernosa, olim abbas dicti monasterii quondam, dari voluit annuatim duobus fratribus eiusdem monasterii ad studendum euntibus ».

30 Josep Maria Madurell Marimòn, « Catalogne et Languedoc : Moines de Santes Creus aux “Studia generalia” de Toulouse et Perpignan », Annales du Midi, juillet 1955, t. 67, n° 31 p. 281 sq.

31 Jean Favier, La Guerre de Cent ans, Paris, Marabout, p. 571. Voir aussi Christine Minvielle-Debat, Étude comparative entre les Universités de Bologne et de Toulouse, et la ville aux xive et xve siècles, Mémoire de maîtrise, Univ. Toulouse-Le Mirail, 1991, p. 111-118.

32 Abbé Louis Saltet, « Les étudiants clercs à l'Université de Toulouse, de 1482 à 1498 », Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 2e série, 1903-1906. p. 82 à 86.

33 Dominique Julia et Jacques Revel, op. cit., t. 2, p. 38.

34 Émile Picot, compte rendu de Giuseppe Pardi, Titoli dottorali conferiti dallo Studio di Ferrara nei sec. xv e xvi, Lucques, 1911 dans Journal des Savants, février 1902, p. 80-102, 141-158, et Dominique Julia et Jacques Revel (dir.), op. cit., t. 2, p. 34-35.

35 Patrick Ferté, « Toulouse et son université, relais de la Renaissance entre Espagne et Italie (1430-1550) », dans M. Bideaux et M.-M. Fragonard (éds.), Les Échanges entre les universités européennes à la Renaissance, Actes du Colloque international organisé par la Société Française d’Étude du xvie siècle et l’Association Renaissance-Humanisme-Réforme (Valence, 15-18 mai 2002), Genève, Droz, 2003, p. 217-230.

36 Présence du Portugal à Toulouse xvie-xviiie siècles, Toulouse, Bibliothèque Municipale, 1956 : avant-propos de Joaquim Veríssimo Serrão, et Joaquim Veríssimo Serrão, Les Portugais à l'Université de Toulouse, xiiie-xviie siècles. Paris, Fundação Calouste Gulbenkian, 1970.

37 Jean Sermet, Toulouse et l'Espagne. Discours de réception à l'Académie des Jeux Floraux, s.l.n.d. (1956), p. 46.

38 Contrat de location du 16 janvier 1548 entre Pierre de Louppes, oncle de Montaigne, et l’universitaire portugais Gouvéa. La maison était située dans l'actuelle rue Larrey, à l'emplacement où la nièce de Montaigne établira plus tard le couvent des Filles de Notre-Dame, surnommées les Dames du Sac (Robert Mesuret, Évocation du vieux Toulouse, op. cit., 1960, p. 414.

39 En la personne de Catherine Dufaur, fille de Pierre Dufaur de Pibrac, 4e président du Parlement (J. Veríssimo Serrão, António de Gouveia e o seu tempo (1510-1566), Coimbra, Coimbra Editora,1966, p. 171-177).

40 Voir, par exemple, Joaquim Veríssimo Serrão, Les Portugais..., op. cit., p. 84, et la bibliographie infrapaginale, p. 66-85 ; voir aussi Tommaso Vallauri, Storia delle Universitá degli Studi del Piemonte, Padoue, 1875, p. 169, 1e impr. Turin, Stamperia Reale, 1846. L'hôtel des Louppes était situé à l'emplacement de l’Hôpital militaire Larrey.

41 Cité par Robert Mesuret, Évocation du vieux Toulouse, op. cit., 414.

42 Nathalie Dauvois (dir.), L’humanisme à Toulouse (1480-1596). Actes du colloque international de Toulouse (mai 2004), Paris, Champion, 2006.

43 Jean Sermet, Toulouse et l'Espagne, op. cit., p. 29.

44 Clémence-Paul Duprat, « L’influence espagnole sur le décor sculpté des hôtels toulousains de la Renaissance », Gazette des Beaux-Arts, 1937, p. 5-22.

45 Jules de Lahondès, Les monuments de Toulouse, Toulouse, Privat, 1920.

46 Tolède, 1526. Voir Colin Debuiche, « L’hôtel de Bernuy et l’influence des Medidas del romano dans l’architecture toulousaine de la Renaissance », Les Cahiers de Framespa. Nouveaux champs de l’histoire sociale, 5/2010 [en ligne] ; du même, « L’hôtel de Bernuy : étude de cas d’un édifice toulousain au cœur des interrogations historiographiques et architecturales, entre France et Espagne », dans Les Échanges artistiques entre la France et l’Espagne, architecture, sculpture, peinture, Julien Lugand (dir.), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2011. 

47 Bruno Tollon, « Toulouse, ville “plateresque” ? », dans Las influencias mutuas entre España y Europa a partir del siglo xvi. Actes du colloque de Wolfenbüttel, Wolfenbüttel Forschungen, 1988, band 39, p. 139-152.

48 Jean Sermet, Toulouse et l'Espagne, op. cit.

49 Jean Sermet, préface à l'Exposition L'Espagne des peintres, Toulouse, Musée des Augustins, 1950 et dans Toulouse et l' Espagne, op. cit., p. 54-62.

50 Jean Sermet, ibid., p. 31 et 72.

51 Robert Mesuret, Évocation du vieux Toulouse, op. cit., p. 534, 535, 536, 538.

52 Ibid. p. 40.

53 Mariano Arigita y Lasa, El doctor Navarro don Martín de Azpilcueta y sus obras, Pampelune, J. Ezquerro, 1906, p. 46, n. 2 et Hermilio de Olóriz, Nueva biografía del Doctor Navarro, D. Martín de Azpilcueta y enumeración de sus obras, Pampelune, N. Aramburu, 1916, p. 14.

54 Il n'y en a pas trace dans les archives universitaires, au reste lacunaires pour cette période. Voir Henri Gilles, Université et Enseignement du Droit, op. cit., p. 314, n. 1.

55 Jean Astruc, Mémoires pour servir à l'Histoire de la Faculté de Médecine de Montpellier, Paris, P. G. Cavelier, 1767, p. 231.

56 Au n° 39 de la rue Gambetta, selon Jules Chalande, Histoire des rues de Toulouse, Toulouse, Académie des sciences, inscriptions et belles lettres, 1919, t. II, p. 212.

57 Raymond Corraze, « L'art campanaire à Toulouse aux xve et xvie siècles », Revue Historique de Toulouse, 1943, t. 30, p. 46-47 et Arch. dép. H-G, 3 E 1384 f° 351-352.

58 Marie-Madeleine Mouflard, Liber Nationis Provinciae Provinciarum. Journal des étudiants provençaux à l'université de Toulouse (1558-1630), La Roche-sur-Yon, Imprimerie centrale de l’Ouest, 1965, t. 1 p. 15-27. Interdiction des « nations » étudiantes de France, de Bretagne et de Gascogne, d’Espagne et de Navarre (juin 1533, réitérée en novembre) ; échauffourée « de la nation des Français, Normans, Lemoisins, Pierregourdins et Prouvincialz contre les Gascons, Navarrens, Spaignolz et Bretons » (3 juillet 1535), cf. Henri Gilles, Université et enseignement du Droit, op. cit., p. 349, n. 48, d'après Arch. mun. Toulouse, Ordonnances, BB 158 fol. 399, 413, 503 sq. et BB 9, f° 236.

59 Arch. dép. H-G, B 18 f° 184.

60 30 septembre 1524, 25 novembre 1524, 11 août 1525, 27 avril 1526, 17 mars 1530 d’après René Gadave, Les documents sur l'histoire de l'université de Toulouse, thèse doct. Droit, Toulouse, 1910, passim.

61 Le 21 mai 1533, les capitouls interdisent en effet aux étudiants de former des cortèges avec tambours et trompettes et de porter des armes. Arch. mun. Toulouse, Ordonnances, BB 158, f° 395.

62 François Rabelais, Pantagruel, l. II, ch. 1.

63 Voir entre autres Nathalie Dauvois (dir.), L’humanisme à Toulouse (1480-1596). Actes du colloque international de Toulouse (mai 2004), Paris, Champion, 2006.

64 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse, Toulouse, 1844, t. II, p. 202 ; Jules Barbot, Les chroniques de la Faculté de médecine de Toulouse du xiiie au xxe siècle, Toulouse, Adolphe Trinchant,1905, p. 65-66 ; L'Université de Toulouse. Son passé- son présent, 1229-1929, Toulouse, Privat, 1929, p. 137 ; Robert Mesuret, Évocation du vieux Toulouse, op. cit., p. 538 ; Henri Gilles, Université et Enseignement du Droit, op. cit., p. 301.

65 Augustin Dassier dans sa Liste des Professeurs toulousains ne cite pas Molina, et les archives parlementaires ne citent ce dernier qu’au titre de médecin installé à Toulouse (Arch. dép. H-G, série B, reg. XIV, f° 774 ; voir aussi Arch. mun. Toulouse, AA65, p. 798.

66 Patrick Ferté, « L’université de Paris durant les Guerres de Religion. Foi et mauvaise foi d’un boute-feu », Atti del Convegno « Le Università e le guerre dal Medioevo alla Seconda Guerra mondiale » (Padoue, 19-20 nov. 2009), Bologna, Centro Internazionale per la Storia delle Università Italiane, 2011.

67 Dom Devic et Vayssette, Histoire du Languedoc, t. XI, p. 240.

68 Richard Copley-Christie, Étienne Dolet, le martyr de la renaissance, p. 48 et Louis de Santi, « La réaction universitaire à Toulouse à l'époque de la Renaissance. Blaise d’Auriol », Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, 1906, 10e série, t. 6, p. 27-68.

69 Jean Bodin, Oratio de instituenda in Republica juventute ad Senatum populumque Tolosatem, 1559, trad. Pierre Mesnard, Corpus général des philosophes français, auteurs modernes, t. V, 3, Paris, PUF, 1951.

70 Cité par Henri Gilles, op. cit., p. 226 et passim.

71 Louis de Santi, « La réaction universitaire à Toulouse au temps de la Renaissance », art. cit. ; Henri Jacoubet, Jean de Boyssoné et son temps, Toulouse, Privat, 1930 ; Georges Bosquet, Histoire sur les troubles advenus en la ville de Tolose l'an 1562, le dix-septiesme may, Toulouse, 1563, réédité dans Recueil de pièces historiques relatives aux guerres de religion de Toulouse, Paris, A. Abadie, 1862 ; Romane Musculus, « Les protestants de Toulouse en 1568 », Bull. de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1961, t. 107.

72 Arch. dép. H-G, B 24, f° 43 et 309 ; Étienne de Malenfant, Collections et remarques faites par moy (ms., 1602-1647), Arch. dép. H-G, V, f° 55 et 74.

73 Stephani Doleti Orationes Duae, Lyon, 1534, p. 106.

74 Émile Vaïsse-Cibiel, Éienne Dolet, écolier à l'université de Toulouse (1531-1533), Toulouse, Chauvin, 1862.

75 Arch. mun. Toulouse, Ordonnances, BB 158, fol. 399 et 413. Peine perdue une fois de plus, les mêmes capitouls doivent renouveler cette interdiction dès le 5 novembre suivant (ibid . f° 503 sq.)

76 Cité par Henri Gilles, Université et enseignement, op. cit., p. 349 n. 48, d'après Arch. mun. Toulouse, BB 9, f°236.

77 D'ailleurs Jean de Boyssoné signale le 1er avril 1537 une guerre entre étudiants bretons et français (Revue des Langues romanes, 1893-1894, t. 37, p. 327).

78 O Processo na Inquisição de Mestre Diogo de Teive, publié par Mário Brandão dans Francisco Leitão Ferreira, Noticias Chronologicas da Universidade de Coimbra, Coimbra, 1944, vol. III, t. I, p. 460, 465, 644. Voir aussi J. Veríssimo Serrão, « O Humanista Diogo de Teive. Novos dados para a sua biografia », Revista Portuguesa de História, 1949, vol. 4, p. 329-341 et Les Portugais à l'Université de Toulouse, op. cit., p. 59.

79 « Ingens auditorum copia est et hispanorum numerus non mediocris, quibus dominus a Ferreriis, collega tuus et doctissimus et diligentissimus, bene et naviter prodesse curat... », Correspondance de Jean de Boyssoné transcrite par Joseph Buche, Revue des Langues romanes, 1897, t. 40, 4e série, n° 10, lettres LXVIII et LXXV, p. 186-187 ; et Joaquim Verissimo Serrão, Les Portugais..., op. cit., p. 61-62.

80 Émerand Forestié, Biographie de Tarn-et-Garonne, Montauban, 1860, p. 245-264 ; Henri Gilles, « La Faculté de droit de Toulouse au temps de Jean Bodin », Annales d'histoire des facultés de droit, 1986 et Université et enseignement du Droit, xiiie-xvie siècles, Paris, Toulouse, Seduss, 1992, p. 236, n. 34 et p. 274 n. 67 sq.

81 Sophie Cassagnes-Brouquet, La violence des étudiants toulousains de 1460 à 1610, thèse de 3e cycle, Paris, EHESS, 1982, (dactylogr.) et son résumé dans Annales du Midi, 1982, t. 94, n° 158, p. 245-262.

82 Résumé d'Henri Gilles dans Université et enseignement du droit, op. cit., p. 351-354 à partir des Annales capitulaires (Arch. mun. Toulouse, BB 274, p. 41°, du Livre rouge de l'université (Service du Livre ancien du SICD de l’Université de Toulouse 1, alias BU de l’Arsenal, ms. 1, fol. 181) et Arch. dép. H-G, 16 D, carton B et B 3373, le tout complété par endroit selon indications.

83 Livre Rouge, AA 18 (36) ; et Antonin Deloume, Aperçu historique de la Faculté de Droit de l'Université de Toulouse, Toulouse, Privat, 1900, p. 57.

84 Livre Rouge, f° 181 ; B. de La Roche-Flavin, F. Graverol éd., Recueil des Arrêts notables du Parlement de Toulouse, Toulouse, 1745, p. 365 ; Laurent Bouchel, Bibliothèque ou Thrésor du droict françois, Paris, t. III, 1026 ; Aimé Rodière, « Recherches sur l’enseignement du droit à Toulouse », Recueil de l'Académie de législation de Toulouse, t. X, 1861, p. 172.

85 Arch. mun. Toulouse, CC 2398 p.199 et CC 2400 cité par Henri Gilles, op. cit.

86 Arch. mun. Toulouse, Annales manuscrites, II, f° 41, cité par René Gadave, op. cit p. 148-149. Ces écoles de droit avaient été construites en 1518 aux frais des Capitouls sur arrêt du Parlement du 17 janvier 1515, cf. Guillaume de Catel, Mémoires sur l'Histoire du Languedoc, 1633, l. II, p. 231.

87 Arch. dép. H-G, D, carton 1, 2 avril 1540 et Arch. mun. Toulouse, AA 18 (36).

88 « Ad cohibendam scolasticorum quorumdam petulantiam, qui paulo ante ex scholis aulam unam ingressi... Hispanos proesertim ensibus feriebant, pedibusque insolenter conculcabant » cité in A. Deloume, op. cit.

89 Jules Barbot, dans ses Chroniques de la Faculté de Médecine de Toulouse (op. cit., t. I p. 57), signale que les registres du notaire toulousain Beau mentionnent des étudiants espagnols, mais J. Verissímo Serrão déclare ne pas les y avoir découverts (op cit,.p. 63).

90 Il est vrai que le bourgeois de Cahors déteste les Espagnols, dans le contexte de guerre anti-Habsbourg : « Le traistre espaignol qui ne sçait fère guerre sinon par poyson et trahysons... » ; « les traitres Espaignols, suyvant leur ancienne coustume, firent beaucoup de trahisons » (1538). Louis Greil, Livre de main des Du Pouget (1522-1598), Cahors, A. Laytou, 1897, p. 30-31.

91 Ibid., p. 30-31.

92 Léon Clos, Étude sur le Capitoulat toulousain, Toulouse, 1887, p. 44 ; Arch. mun. Toulouse, délibérations capitulaires, reg. 1558-1564, 31 mars 1561 ; Germain de Lafaille, op. cit., t. II, p. 204 ; Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. XI, p. 333 ; René Gadave, op. cit., p. 164.

93 Germain de Lafaille, op. cit., t. II, p. 229.

94 Joaquim Verissimo Serrão, Les Portugais à l'université de Toulouse (xiiie-xviie siècles), op. cit., p. 89 et n. 175 et Archivo General de Simancas, Secretaría de Estado, K 1503 (B 19) n° 20.

95 Marie-Madeleine Mouflard, Liber, op. cit. II, p. 47.

96 Car les étudiants espagnols ne faisaient pas le grand voyage sans leurs domestiques (ce qui multipliait d'autant la présence hispanique à Toulouse).

97 C’est le Liber de la nation provençale, op. cit., t. II, p. 47, qui nous l’apprend.

98 Insulte classique à l’égard des Espagnols et plus encore des Portugais : le célèbre Antoine de Gouvéa fut lui-même traité publiquement d'athée et de marrane à Bordeaux dans une épigramme virulente de Briand de la Vallée

99 Dom Devic, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1876, t. XII, p. 809-811.

100 Marie-Madeleine Mouflard, Liber Nationis Provinciae Provinciarum, op.cit., t. I, p. 159-160 et t. II, p. 47-48 ; dom Devic et Vaissete, Histoire générale de Languedoc, t. IX, p. 479.

101 Edouard de Barthélémy, Correspondance inédite du vicomte de Joyeuse d'après les manuscrits autographes conservés à la Bibliothèque de l'Empereur de Russie, Paris, Téchener, 1876.

102 Service du Livre ancien du SICD de l’Université de Toulouse 1, ms. 250.

103 Arch. mun. Toulouse, Annales manuscrites, II, fol. 398.

104 Cité par René Gadave, op. cit. p. 184, n° 530, d’après Arch. dép. H-G, C 2284, fol. 25 v°.

105 Arch. dép. H-G, B 85, f° 51 et B 87 f° 35 et 120 ; Étienne de Malenfant, Collections et remarques faites par moy (ms., 1602-1647), Arch. dép. H-G, VIII, fol. 418 et IX, fol. 87 et 93 ; René Gadave, op. cit., p. 186.

106 Arch. dép. H-G, B 87 f° 139 v° ; Malenfant, ibid., IX, f° 96.

107 Dominique Julia, Jacques Revel, Histoire sociale des populations étudiantes, op. cit., t. 2, p. 59-60 et n. 57.

108 Histoire de Languedoc, XII, col. 1023-1024 et p. 29-36 ; Germain de Lafaille, op. cit., t. II, p. 311 ; Pièces historiques relatives aux guerres de religion de Toulouse, Toulouse, Abadie, 1862.

109 14 déc. 1583, Arch. dép. H-G, B 89 f° 70 ; Malenfant, ibid., IX, fol. 180.

110 1591. Un étudiant ayant refusé d'invoquer la Vierge Marie est condamné par le Parlement. Arch. mun. Toulouse, Annales manuscrites, t. III, 41. Voir aussi Ernest Roschach, « Documents inédits concernant l’édit de pacification de 1568 et le régime des suspects à Toulouse », Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, 1878, 7e série, t. 10, Toulouse.

111 Rodolfo del Gratta, Acta Graduum Academiae Pisanae, t. I, 1543-1599, Pise, 1980, et Elsa Mango Tomei, Gli studenti dell'Università di Pisa sotto il regime granducale, Pise, 1976.

112 Dominique Julia, Jacques Revel, op. cit., t. II, p. 59-60.

113 Nommé le 24 janvier 1581, il teste devant Mayran le 7 juillet 1607, selon J. Barbot, op. cit., p. 86-88.

114 Joaquim Verissímo Serrão, « Manuel Álvares (1545-1612). Um desconhecido português, professor de medicina na Universidade de Toulouse », Boletim da Biblioteca da Universidade de Coimbra, 1953, vol. 21 p. 345-393 et Les Portugais à l'Université de Toulouse, op. cit., p. 132-133.

115 Joaquim Verissímo Serrão, Les Portugais, op. cit., p. 99-122.

116 Ibid., p. 107 sq.

117 Joaquim Veríssimo Serrão, dans Présence du Portugal à Toulouse xvie-xviiie siècles, Toulouse, Bibliothèque municipale, 1956, p. 13-16, et Les Portugais, op. cit.

118 Celui-ci, fils de capitoul, condamné dans une sordide affaire d’empoisonnement, finira pendu avec sa robe longue et sa cornette à Paris : cf. La Roche Flavin, Arrêts notables du Parlement de Toulouse, l. VI, t. XLV, art. 1, et Henri Gilles, Université et enseignement du Droit, op. cit., p. 335-337.

119 Henry-Pierre Cazac, dans Bulletin Hispanique, 1903, t. 5, n° 4, p. 326-348 et, du même, « El lugar de origen y fechas de nacimiento y de defunción del filôsofo Francisco Sánches », Madrid, 1904 ; Joaquim Verissimo Serrão, Les Portugais, op. cit., p. 140 sq. ; J. Félix, Deux médecins-philosophes à l’université de Toulouse, Raymond Sebonde, Francisco Sanchez, Toulouse, H. Cléder, 1920. Voir sa bio-bibliographie dans Alberto Moreira da Rocha Brito, Francisco Sanches, médico, professor e pedagogo, Braga, Bracara Augusta, 1952, et Gonzalo Diaz Diaz, Hombres y documentos de la filosofía española, vol. VII, Madrid, CSIC, 2003, p. 99-102.

120 Le 14 février 1588, Arch. mun. Toulouse, GG 222, paroisse Saint-Étienne, mariages (1587-1590), fol. 15.

121 Joaquim Verissimo Serrão, Présence du Portugal à Toulouse, op. cit., p. 14.

122 Tolosae, apud R. Colomierum, 1616.

123 Service du Livre ancien du SICD de l’Université de Toulouse 1, ms. 9, fol. 170 et ms. 28, fol. 189 v°.

124 Ibid., ad datum.

125 La vie intellectuelle à Toulouse au temps de Godolin, op. cit., p. 48.

126 Robert Mesuret, « De Séville à Toulouse, les traités d'esthétique de 1649 à 1659 », Annales de l'Institut d’études occitanes, 1960, p. 3-15.

127 Publiée par Adolphe Coster, « Antiquaires d'autrefois », Revue des Pyrénées, 1911, t. 23, p. 436-471.

128 Adolphe Coster, op. cit. ; Ricardo Del Arco y Garay, La erudicion espagnola en el siglo xvii, Madrid, CSIC, 1950, t. I, p. 192, 311, 337-349, 417, 438, 496, 531 et t II, p. 829, 853, 981-999 ; Maurice Caillet et Robert Mesuret, « François Filhol, toulousain, son œuvre et son cabinet », dans Mém. Soc. Archéol. du Midi de la France, 1963, t. 29, p. 99-137, et Catalogue de la Bibl. mun. Toulouse, Anne-Marie Duffau et Christian Péligry (dir.), La Vie intellectuelle à Toulouse au temps de Godolin, oct. 1980.

129 Service du Livre ancien du SICD de l’Université de Toulouse 1, ms. 28.

130 Ibid., ms. 8 - les licences et doctorats des quatre facultés ne sont reprises qu'en 1639.

131 Ibid., ms. 28, ad datum.

132 Pour une étude plus détaillée de la présence des étudiants espagnols à Toulouse durant le xviiie siècle, voir plusieurs de mes travaux : Patrick Ferté, « Le tropisme espagnol vers l’université de Toulouse et le collège de Sorèze au xviiie siècle », dans M.-Fr. Diot et P. Brouzeng (dirs.), Transmission et diffusion des savoirs dans le sud de la France, (126e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Toulouse), CD-ROM CTHS, 2008 ; voir aussi Patrick Ferté, « Les Étudiants catalans à l’université de Toulouse du xiiie au xviiie siècle », dans Aulas y saberes, VI Congreso Internacional de Historia de las universidades hispánicas, València, Universitat de València, 2003, vol. I, p. 397-413 ; « Dos migraciones estudiantiles desconocidas: Toulouse y Aviñón, universidades de recambio para catalanes y menorquines (siglo xviii) », dans Colegios y Universidades. Del antiguo régimen al liberalismo, E. González González, L. Pérez Puente (coords.), México, C.E.S.U., U.N.A.M, 2001, vol. I, p. 285-303. Rappel : les données statistiques ont été ici quelque peu modifiées à la lueur de récentes découvertes, sans remettre en question leurs commentaires.

133 Je rappelle qu’on en pourra trouver les noms dans la base de données prosopographique que j’ai publiée : Patrick Ferté, « La natio hispánica en Toulouse : para una prosopografía de los estudiantes españoles en Toulouse en los siglos xvii y xviii », Historia de la Educación. Revista universitaria, 2000, n° 19, p. 373-412. Depuis, une cinquantaine de noms devraient y être ajoutés.

134 Patrick Ferté, L’université de Toulouse aux xviie et xviiie siècles (1679-1793). Histoire quantitative de sa population étudiante..., thèse Université de Toulouse-Le Mirail, 1979, dactyl., t. 1. La présence espagnole y est souvent minimisée parce que la plupart de mes statistiques géographiques y sont effectuées à partir des seules inscriptions (et non des graduations) et les Espagnols en général en étaient dispensés.

135 Jean Sarrailh, L'Espagne éclairée de la seconde moitié du xviiie siècle, Paris, C. Klincksieck, 1964, p. 351 sq. ; Joseph Delfour, Vastin Lespy, Histoire du Lycée de Pau, Pau, 1890, p. 115 ; Jacques Fabre de Massaguel, L'École de Sorèze de 1758 au 19 fructidor an iv (5 septembre 1796), Cahiers de l'Association Marc Bloch de Toulouse. Études d'Histoire méridionale, n° 2, 1958, p. 141.

136 J’ai consacré plusieurs travaux à la présence espagnole massive au collège tarnais de Sorèze, notamment Patrick Ferté, « Un pensionnat transpyrénéen au xviiie siècle : le collège de Sorèze [France] », dans Derecho, Historia y Universidades. Estudios dedicados a Mariano Peset, Universitat de València, València, 2008, vol. I, p. 605-610 ; et Patrick Ferté, « Bolivar et Miranda au collège progressiste de Sorèze. Faits et légendes », dans 1810 La insurgencia de América, Mariano Peset Reig, Marc Baldó, Jorge Correa (dirs.), Congreso internacional, CESHU, Valencia, mars 2010, à paraître. Voir aussi Patrick Ferté, « Le tropisme espagnol… », art. cit., n. 131.

137 Voir Jean Sarrailh, op. cit., p. 373-398.

138 Vicente de La Fuente, Historia de las Universidades, colegios y demás establecimientos de enseñanza de España, Madrid, 1884-1889.

139 Georges Desdevises du Dezert, « L’enseignement public en Espagne au xviiie siècle », Revue d’Auvergne, 1901, t. 18, p. 274, et « Los Colegios Mayores », Revue Hispanique, 1900, t. 7, p. 223-250. Voir aussi Plan proposé au roi par Olavide pour la réforme de l' université de Séville, 1769 ; Gaspar Melchor de Jovellanos, Obras, 2 vols., Madrid, 1952 ; Torres Villaroel, Sueños, p. 894 ; Fr. Aguilar Piñal, Los Comienzos de la crisis universitaria en España (Antología de textos), Madrid, 1967 ; Mariano et José-Luis Peset, La universidad española. Siglos xviii y xix. Despotismo ilustrado y revolución liberal, Madrid, 1974, p. 162 sq.

140 Il s’agit de Casto Beltrandus Garcia (Service du Livre ancien du SICD de l’Univ. Toulouse 1, ms. 51, f° 429).

141 Salvador Sanpere y Miquel, Fin de la Nación catalana, Barcelona, 1905, p. 577 ; Pedro Voltes Bou, « La Universidad de Barcelona en los primeros años del siglo xviii », Divulgacion histórica de Barcelona, 1959, vol. X, p. 185-188 ; Ferran Soldevila, Barcelona sense universitat i la Restauració de la Universitat de Barcelona (1714-1837), Barcelona, 1938, p. 3 ; voir aussi Joan Mercader i Riba, Felip V i Catalunya, Barcelone, Ed. 62, 1985 ; Joaquim Camps i Arboix, El decret de Nueva Planta, Barcelona, 1963 ; Pierre Vilar, La Catalogne dans l'Espagne moderne, Paris, 1962, t. I, p. 670 sq. ; Pedro Voltes Bou, Barcelona durante el gobierno del Archiduque Carlos de Austria, 1705-1714, Barcelona, 1963 (2 vols.) et El Archiduque Carlos de Austria, rey de les Catalanes, Barcelona, 1953 ; Jaume Carrera i Pujal, Historia politica y economica de Cataluna, siglos xvi al xviii, Barcelona, 1947 (4 vols.) ; Ferran Soldevila, História de Catalunya, Barcelona, 1962-1963 ; Pierre Vilar (dir), Historia de Catalunya, vol. IV, par N. Sales, 1991 ; Jean-Pierre Amalric, dans Bartolomé Bennassar, Histoire des Espagnols, Paris, Armand Colin, 1985, t. 2.

142 D. Manuel Rubio i Borras, Historia de la Real y Pontificia Universidad de Cervera, Barcelona, 1938, t. I, p. 97, et Ferran Soldevila, Barcelona sense universitat i la Restauració de la Universitat de Barcelona (1714-1837). Contribució al centenari, Barcelona, 1938, p. 3 ; Federico Carlos Sáinz de Robles, Esquema de una Historia de las Universidades españolas, Madrid, Aguilar, 1944, p. 105.

143 Cándido. María Ajo González de Rapariegos, Historia de las universidades hispanicas. Orígenes y desarrollo desde su aparición a nuestros días, vol. V, DCCXCII, p. 208. Voir aussi Manuel Rubio y Borras, op. cit., t. II, p. 41-42.

144 bid., DCCXCIV, p. 209.

145 Patrick Ferté, « Catalans et Lumières : les étudiants minorquins à l’université d’Avignon », Provence Historique, 1998, fasc. 192, p. 179-203.

146 Service du Livre ancien du SICD de l’Université de Toulouse 1, ms. 14, fol. 356 : il s’agit d’Ignace Domenech, prêtre précenteur et maître du chœur de Sainte-Marie de Mari à Barcelone, le 1er septembre 1761.

147 Les raisons de cette distorsion seraient fort intéressantes à étudier outre Pyrénées.

148 Patrick Ferté, « Les étudiants de Comminges aux xviie et xviiie siècles. Approche statistique », dans Les Hommes et leur patrimoine en Comminges. Identités, espaces, cultures, aménagement du territoire, Saint-Gaudens, Société des Études de Comminges, 2000, p. 105-120 ; pour plus de détails, voir Patrick Ferté, Répertoire des Étudiants du Midi de la France (1561-1793). Pour une prosopographie des élites, t. 4 : Diocèses pyrénéens (Bayonne, Comminges, Couserans, Lescar, Mirepoix, Oloron, Pamiers, Rieux, Tarbes), Albi, Presses du Centre universitaire Champollion, 2008, p. 47-74 (N. B. : le cas des Aranais, Espagnols du diocèse de Comminges, y est également scruté, p. 65-67).

149 Voir Mariano Peset Reig, « La formación de los juristas y su acceso al foro en el tránsito de los siglos xviii y xix », Revista general de legislación y jurisprudencia, 1971, 62, p. 605-672.

150 Mariano Peset, José Luis Peset et María Fernanda Mancebo « La población universitaria de Valencia durante el siglo xviii », Séparata de la revista Estudis d’Història Contemporània del País Valencià, n° 1. Facultat de Geografia e Història departament d’Història contemporània, p. 35-36. Voir aussi S. Albiñana, Universidad e ilustración. Valencia en la epoca de Carlos III, València, 1988.

151 Voir par exemple J. Prats, La Universitat de Cervera i el Réformisme Borbònic, Lleida, Pagès, 1993 ; Mariano et José Luis Peset, La universidad española (siglos xviii y xix), Madrid, Taurus, 1974 ; Agustí Nieto-Galán, Antoni Roca-Rosell, « Scientific education and the crisis of the University in 18th Century Barcelona », dans Mordechai Feingold, Victor Navarro-Brotons (éds.), Universities and Science in the Early Modern Period, Dordrecht, Springer, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Tableau 1. Conjoncture des étudiants catalans et aragonais à Toulouse (1627-1793)
Crédits Patrick Ferté
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2
Légende Tableau 2. Répartition des étudiants catalans et aragonais entre les filières universitaires à Toulouse, au xviiie siècle
Crédits Patrick Ferté
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 3
Légende Tableau 3. Répartition des étudiants catalans (cercle extérieur) et aragonais (cercle intérieur) entre les filières universitaire à Toulouse au xviiie siècle
Crédits Patrick Ferté
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2611/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Ferté, « Toulouse, université hispanique. Des relations universitaires franco-espagnoles du Moyen Âge à l’Ilustración », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/2611 ; DOI : 10.4000/framespa.2611

Haut de page

Auteur

Patrick Ferté

Maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Toulouse II, membre de FRAMESPA, est spécialiste de l’histoire des anciennes universités et de leurs populations étudiantes, dont il a entrepris la publication du répertoire prosopographique (déjà 6 volumes parus ; à terme, 60 000 étudiants méridionaux).
pat.ferte@voila.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org