Navigation – Plan du site
Le pouvoir de l'opinion publique

Le programme électoral du PSOE de 1982 : une réponse à l’opinion publique ?

Résumés

L’éclatante victoire électorale du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol du 28 octobre 1982 n’est pas le seul fait de l’usure et de la décomposition du parti de centre-droit au pouvoir depuis 1977. L’ampleur de cette victoire s’explique en partie par un autre facteur, non moins déterminant : la prise en compte de l’opinion publique dans la définition d’une offre programmatique. Cet élément s’avère décisif à l’heure d’appréhender les évolutions idéologiques et stratégiques inhérentes au PSOE depuis 1979.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Espagne
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les sondages réalisés par le Centre d’Investigations Sociologiques (CIS) entre janvier et octobre 1 (...)
  • 2 Échecs qui demeurent relatifs, le PSOE étant le second parti le plus voté aux deux élections. Mais (...)
  • 3 Le programme du PSOE pour les élections générales de 1979, qui avait pour priorité la consolidation (...)

1Après presque quarante ans de dictature franquiste et sept années de ce que l’historiographie a coutume d’appeler la « Transition démocratique », le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) remporte le 28 octobre 1982 les élections législatives et sénatoriales avec une majorité écrasante dans les deux chambres, et notamment 202 des 350 sièges à pourvoir au Congrès des députés. Un tel résultat, jusqu’à présent jamais égalé en Espagne, est sans doute le résultat d’une alchimie complexe. Le premier facteur tient à l’usure et à la décomposition de l’Union de Centre Démocratique – UCD – parti de centre-droit au pouvoir depuis 1977. La tentative de coup d’État du 23 février 1981, les dissensions internes et l’absence de ligne idéologique claire du parti d’Adolfo Suárez et de Leopoldo Calvo Sotelo ont été perçues par la société espagnole comme autant d’éléments susceptibles de mettre en péril la stabilité démocratique. Le second facteur de la victoire du PSOE a trait à la popularité de son très charismatique leader Felipe González, dirigeant politique le plus apprécié par l’opinion de l’époque, comme en témoignent les enquêtes précédant les élections1. Une victoire si large ne peut cependant pas se réduire à un vote contestataire ou au charisme d’un leader : le dernier facteur, plus difficile à appréhender car plus complexe, mais non moins décisif, réside dans l’adéquation entre l’offre programmatique du PSOE et les aspirations de l’opinion publique. Car le programme de 1982 du PSOE est avant tout le résultat d’une profonde rénovation idéologique et programmatique opérée au sein du Parti qui fait suite à deux échecs consécutifs aux élections législatives et sénatoriales2. En effet, cinq mois après les élections du 1er mars 1979 – que le PSOE pensait être en mesure de remporter – et quatre mois après le XXVIIIe Congrès du Parti – marqué par la démission fracassante de Felipe González mis en minorité par les partisans du marxisme –, les socialistes célèbrent en septembre 1979 un congrès extraordinaire qui va s’avérer déterminant. Felipe González et ses partisans, estimant que la définition marxiste du Parti contenue pour la première fois dans la déclaration politique rédigée à l’occasion du XXVIICongrès de 1976 était une des principales causes de leur échec aux élections précédentes, finissent par l'emporter sur les défenseurs de la ligne marxiste. À travers cette décision, toute l’identité et les choix stratégiques du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol sont bouleversés. Pour la première fois dans l’histoire du PSOE, la prise en compte de l’opinion publique – largement hostile au marxisme – et la prédominance de considérations tactiques – la réélection de Felipe González comme secrétaire général – sur des considérations idéologiques ont conditionné le choix opéré par les votants du Congrès. Cette rupture avec le marxisme comme dogme va également supposer pour le PSOE un changement de paradigme idéologique marqué par la définition d’une offre programmatique de caractère social-démocrate3. Dans le préambule du programme de 1982, la rhétorique de classes, très présente dans le programme de 1977 laisse place à un discours de tonalité pragmatique, voire technocrate, cherchant à établir un diagnostic de la situation et à insister sur la précision des propositions destinées à être mises en œuvre une fois au pouvoir. Le programme stipule en effet :

  • 4 Traduction de l’auteur, à partir de : « El Partido Socialista, consciente de estos difíciles proble (...)

Le Parti Socialiste a intégré avec rigueur les justes aspirations [de la société espagnole] dans un projet cohérent, qui s’est concrétisé, après deux ans de travail avec des centaines de techniciens et de dialogue intense avec tous les secteurs sociaux dans un programme de gouvernement détaillé4.

2En se présentant avant tout comme un parti de gouvernement, le PSOE a suscité l’adhésion d’un électorat espagnol relativement peu politisé. Pour mesurer l’ampleur de ce qu’il est d’usage d’appeler « un vote d’adhésion » et afin d’en analyser les caractéristiques, il est utile de confronter le contenu du programme électoral avec les attentes et les valeurs de l’opinion publique.

Les attentes de l’opinion : quelles politiques sectorielles ?

3Confrontons dans un premier temps les cinq principales thématiques abordées dans le programme du PSOE – à savoir, par ordre d’importance, la crise économique et l’emploi, la consolidation de l’État-Providence, la consolidation démocratique, la réforme des autonomies et la politique extérieure – avec les attentes de l’opinion publique du moment. Les enquêtes d’opinions pré-électorales, et en particulier celles du principal institut de sondage espagnol, le Centre d’Investigations Sociologiques (CIS), constituent à cet égard un outil de choix.

La crise économique et le chômage

  • 5 Baromètre du CIS - 1er janvier 1982 - Étude n° 1299 - Échantillon national de 1179 citoyens espagno (...)
  • 6 Baromètre du CIS - 1er octobre 1982 - Étude n° 1325 - Échantillon national de 1200 citoyens espagno (...)
  • 7 IOP, Banque de données, Étude n° 1088, 1974.
  • 8 Enquête réalisée en décembre 1976 et janvier 1977 auprès de 8837 citoyens espagnols de 21 ans et pl (...)
  • 9 Cette même enquête montre que 9 % des sondés approuvent ce terme et 65 % y sont opposés.
  • 10 Une des explications du soutien à l’entreprise publique tient sans doute à l’importance du secteur (...)
  • 11 Traduction de l’auteur, à partir de : « Para salir de la crisis es fundamental avanzar hacia una “e (...)

4La lutte contre la crise économique et la question du chômage occupent en 1982 une place déterminante dans le programme du PSOE qui, contrairement aux programmes antérieurs, fait des questions économiques sa priorité : alors qu’elles n’occupaient que 14 % du programme en 1977 et 26 % de celui de 1979, elles représentent 39 % de l’ensemble du programme de 1982, loin devant les questions relatives aux droits sociaux et à l’État-providence (27 %). Cette priorité accordée aux questions économiques reflète les préoccupations de l’opinion : les sondages du CIS réalisés tout au long de l’année 1982 montrent en effet qu’une large majorité des citoyens espagnols interrogés ­– 63 % au 1er janvier5, 67 % au 1er octobre6 – considèrent le chômage comme la première de leurs préoccupations, ce qui n’est guère étonnant dans un pays faiblement doté de filets de protections sociales où 16,6 % de la population active est sans emploi. Cette préoccupation n’est d’ailleurs pas nouvelle puisque les sondages d’opinion réalisés dès 1974, soit un an avant la mort de Franco, par l’Institut de l’Opinion Publique (IOP) montrent également que ce sont avant tout le chômage et l’inflation qui inquiètent l’opinion, alors que le manque de liberté n’est cité que par 23 % des personnes interrogées7. Pour lutter contre ces maux qui rongent le pays, une enquête réalisée en décembre 1976 et janvier 1977 par la fondation FOESSA8 révèle que, tout en étant fermement opposée au marxisme9, l’opinion publique espagnole était majoritairement interventionniste en matière de politique économique. La sensibilité étatiste de la société espagnole, héritée en partie du franquisme, est observable notamment dans la réponse à la question : «Lequel de ces deux termes correspond le mieux à vos idées ? », 43 % des sondés répondent « entreprise publique » et seuls 25 % « entreprise privée »10. Dans la lignée des attentes de l’opinion, le PSOE, abandonnant les propositions et la rhétorique marxiste de classes qui avaient caractérisé le programme de 1977 et dans une moindre mesure celui de 1979, défend dans son programme de 1982 un modèle économique de type social-démocrate avec « une économie concertée dans laquelle il existe un important secteur de marché avec des entreprises privées dynamiques, un secteur public efficace et des syndicats forts11 ». Contrairement au programme d’Alliance Populaire, qui préconise une politique économique clairement libérale basée sur la réduction du rôle de l’État dans l’économie, les socialistes ont habilement préféré le terme de « modernisation » à celui de « libéralisation » ou de « restructuration ». Ce terme, qui a séduit l’imaginaire collectif, est aussi un concept aux multiples facettes qui, dans la pratique, sera synonyme d’européisation mais également de restructurations industrielles très douloureuses sur le plan social.

Le bien-être social

  • 12 Notons que les Pactes de la Moncloa signés le 25 octobre 1977 entre le gouvernement et les partis a (...)
  • 13 Baromètre de l’European Value Systems Study Group – printemps 1981 – Échantillon national de 2303 c (...)
  • 14 Traduction de l’auteur, à partir de : « De acuerdo con sus opiniones, ¿dónde se colocaría Ud. en es (...)
  • 15 Cela étant, un pourcentage non négligeable – 30,5 % – des sondés n’a pas souhaité – ou pas su – rép (...)

5La deuxième thématique la plus présente dans le programme électoral du PSOE est celle relative au bien-être social et au renforcement de l’État-providence. C’est précisément sur ces questions que se concrétise le virage social-démocrate du Parti, qui fait suite à l’abandon formel du marxisme à l’issue du Congrès extraordinaire célébré en septembre 1979. Des propositions liées au renforcement de la sécurité sociale et de la protection sociale aux sans-emploi ou à la consolidation des services publics coexistent avec les notions d’« efficacité » et de « rationalisation », en écho à la rhétorique gestionnaire des réformes économiques énoncées précédemment. Bien qu’aucune enquête d’opinion liée au renforcement de l’État-providence ou à la politique sociale n’ait été, à ma connaissance, réalisée pendant la Transition, on peut observer qu’en 1982 la question du rôle de l’État dans les sphères économiques et sociales est certainement la plus clivante entre la gauche et la droite, les questions institutionnelles – et notamment la rédaction de la Constitution – ayant fait l’objet de consensus entre les différentes sensibilités politiques12. En partant du principe que les représentations de l’échiquier politique par l’opinion sont en grande partie liées à l’image qu’elle se fait du rôle de l’État dans l’économie, on peut se référer à une étude réalisée en 1981 concernant l’auto-positionnement idéologique des Espagnols afin de mesurer leur rapport à l’État-providence13. Cette enquête pose la question suivante : « En accord avec vos opinions, où vous placeriez-vous sur une échelle de 1 (extrême gauche) à 10 (extrême droite), de façon globale ?14 » Pour ce qui est des résultats exprimés, 66,9 % des sondés se situent à gauche et 33,2 % à droite, 56,6 % se situant entre 3 et 5 et près de 70 % se situant entre 3 et 6. Ce positionnement de centre-gauche est sans doute révélateur d’une volonté de renforcement de l’État-providence chez une majorité des citoyens espagnols15, la dureté de la crise économique et les conséquences sociales ayant renforcé la nécessité de consolider le rôle protecteur de l’État en matière de politiques sociales.

  • 16 Voir notamment Alfredo Hernández Sánchez, La opinión pública en el tardofranquismo, Valladolid, Uni (...)

6Mais le bien-être social évoqué dans le programme ne se limite pas au renforcement de l’État-providence et renvoie également à l’aspiration au bien-être matériel de la société espagnole16. Observable dès les années 1960, cette aspiration avait coïncidé avec une étape dite « de développement », marquée par une libéralisation de l’économie et une ouverture vers l’extérieur permettant une croissance économique sans précédent. Malgré des structures politiques autoritaires figées, la société espagnole – et de fait l’opinion publique – avait alors lentement évolué vers un système de valeurs très proche de celui des démocraties occidentales libérales, marqué notamment par l’importance croissante de la consommation de masse. La dureté de la crise économique de 1974 et les conséquences sociales qui en dérivent ont durement freiné ces aspirations. L’opinion publique de la fin de la Transition souhaite fondamentalement renouer avec ce bien-être matériel et s’inscrire pleinement dans la modernité.

La stabilité démocratique et le rapport à l’ordre

7La troisième partie du programme, intitulée « une société plus libre », est aussi la troisième thématique du point de vue de l’extension. Si elle contient une grande quantité de mesures relatives à l’approfondissement des libertés et à l’approfondissement de la démocratie via la réforme des institutions judiciaires et pénitentiaires, elle accorde une importance non négligeable aux questions inhérentes à la sécurité publique et, dans une moindre mesure, à la défense nationale. Les enquêtes élaborées pendant la Transition montrent notamment l’attachement de l’opinion à la notion « d’ordre » même si celle-ci tend à diminuer entre 1977 et 1979 au profit de la notion de « liberté ».

  • 17 Baromètre du CIS - 1er octobre 1982 – Étude n° 1325 – Échantillon national de 1200 citoyens espagno (...)

8Pour ce qui est de la sécurité, le point le plus développé est celui de « la politique antiterroriste et contre la subversion anticonstitutionnelle ». Associer la lutte contre le terrorisme, qui constitue à la veille des élections la seconde priorité de la société espagnole17, à la défense de la Constitution, est particulièrement révélateur de la stratégie adoptée par les socialistes : en associant une des principales préoccupations de la société espagnole à la défense d’un ordre constitutionnel établi, le PSOE cherche à convaincre l’opinion qu’il est le plus à même d’assurer la stabilité démocratique du pays après les attentats terroristes perpétrés par l’ETA ou la tentative de coup d’État avortée du lieutenant-colonel Antonio Tejero du 23 février 1981. Cette stratégie n’est par ailleurs pas nouvelle puisque quelques années plus tôt Felipe González avait dénoncé l’inefficacité du gouvernement en place en matière de sécurité publique dans la motion de censure présentée contre Adolfo Suárez entre le 28 et le 30 mai 1980 :

  • 18 Traduction de l’auteur, à partir de: « La sensación de falta de autoridad es cada vez mayor y que n (...)

La sensation d’un manque d’autorité est chaque jour plus important et aucune politique n’est mise en œuvre pour résoudre ces problèmes [d’insécurité], en particulier ceux liés au Pays Basque, à la violence d’extrême-droite et à la délinquance commune18.

Le modèle territorial

  • 19 Cette thématique demeure relativement présente parmi les préoccupations des communautés autonomes d (...)
  • 20 Enquête FOESSA réalisée entre le 15 janvier et le 15 février 1977 auprès de 5228 personnes de 21 an (...)
  • 21 Traduction de l’auteur, à partir de: « [una] patria común e indivisible [que] reconoce y garantiza (...)
  • 22 Voir Fundación FOESSA, Informe sociológico sobre el cambio político en España: 1975-1981, Euraméric (...)

9Les enquêtes pré-électorales montrent qu’à la veille des élections générales de 1982 la question territoriale ne constitue pas une priorité pour l’opinion publique espagnole19. À la différence du programme d’Alliance Populaire qui, sans remettre en cause le principe d’autonomie, fait primer le principe d’unité nationale et d’identité commune à tous les Espagnols, le programme socialiste ne manifeste aucune volonté centraliste et s’engage à poursuivre une politique territoriale en faveur de l’État des autonomies en faisant voter les statuts d’autonomies manquants et en favorisant des transferts de compétences de l’État vers les Communautés autonomes. L’opinion publique quant au modèle territorial est assez hétérogène et semble évoluer quelque peu tout au long de la Transition démocratique : en 1977, les partisans du centralisme sont majoritaires d’une courte tête sur les partisans des autonomies ou de l’indépendance, avec respectivement 46 % et 45 %20. Un an plus tard, la constitution espagnole, fruit d’un large consensus, définit la nation espagnole dans son article 2 comme « une patrie commune et indivisible […] qui reconnaît et garantit le droit à l’autonomie des nationalités et des régions qui la composent et la solidarité entre elles21 ». Au-delà des différences d’appréciation entre les populations des différentes régions espagnoles quant à l’architecture territoriale, ce sont avant tout les tendances idéologiques qui sont révélatrices des préférences sur cette question : ainsi, un sondage daté de 1978 montre bien que seuls les sondés se définissant comme partisans de la continuité du franquisme ou « conservateurs » sont majoritairement partisans du centralisme – avec respectivement 75 % et 57 % – alors que toutes les autres tendances idéologiques de droite comme de gauche – libéraux, démocrates-chrétiens, socialistes, communistes et mêmes phalangistes – s’inclinent majoritairement en faveur du modèle autonomique22. En prônant fermement le développement de la politique territoriale initiée par l’UCD, les socialistes se placent une fois de plus du côté de la grande majorité des tendances politiques présentes dans l’électorat espagnol.

La politique étrangère

10À la veille des élections générales de 1982, le programme du PSOE est en adéquation avec l’opinion sur les deux principales questions en matière de politique étrangère, à savoir le retrait de l’Espagne de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et son intégration dans la Communauté Économique Européenne (CEE).

  • 23 Traduction de l’auteur, à partir de : « el compromiso contraído por el PSOE de convocar un referénd (...)
  • 24 Voir notamment l’Étude n° 1193 du Baromètre du CIS – 1er juillet 1979 – Échantillon national de 120 (...)
  • 25 Les six sondages réalisés par le CIS à ce sujet entre octobre 1978 et juin 1983 sont réunis dans le (...)

11Sur la question de l’OTAN, le PSOE, conformément à son positionnement anti-atlantiste, réaffirme dans son programme le souhait de retirer l’Espagne de cette organisation militaire, qu’elle avait intégrée le 30 mai 1982 à l’initiative de Leopoldo Calvo Sotelo. Le programme rappelle également « l’engagement contracté par le PSOE de convoquer un référendum pour que ce soit le peuple espagnol qui décide du maintien [de l’Espagne] dans l’OTAN23 ». La campagne déployée quelques mois plus tôt par les socialistes, mais également les communistes, contre l’intégration semble avoir été particulièrement efficace : alors que les sondages entre 1975 et 1981 montraient que l’opinion était divisée et même plutôt favorable à l’entrée du pays dans cette organisation24, à partir de juillet 1981 elle se montre majoritairement opposée à son intégration. Le revirement opéré par le PSOE sur cette question une fois au pouvoir sera d’autant plus difficile à assumer qu’en juin 1983 seuls 17 % des Espagnols se déclarent partisans du maintien de l’Espagne dans l’Alliance atlantique25, mais cela n’empêchera pas le gouvernement socialiste d’organiser comme promis un référendum sur la question le 12 mars 1986. Paradoxalement, malgré un programme électoral bien plus atlantiste et enclin au maintien de l’Espagne dans l’organisation militaire, Alliance Populaire appellera à l’abstention lors de ces élections.

  • 26 Traduction de l’auteur, à partir de : « adaptar nuestras instituciones a la CEE […] concretar la co (...)
  • 27 José Ignacio Wert, « La opinión pública en el decenio del cambio », en Javier Tusell y Justino Sino (...)
  • 28 Voir à ce sujet le rapport de la Confederación española de Cajas de Ahorro: Comentario Sociológico. (...)

12Contrairement à l’OTAN, la question de l’intégration de l’Espagne dans la Communauté Économique Européenne n’a pas constitué un point de clivage entre les différentes forces politiques. Comme sur la question de l’architecture territoriale, la défense d’une intégration rapide est loin de se limiter aux seuls socialistes : elle était déjà véhiculée par l’ensemble de l’opposition démocratique à Franco – lequel avait fait quelques pas en ce sens – et Adolfo Suárez, dès le premier Conseil des ministres après les premières élections démocratiques de 1977, avait mis à l’ordre du jour l’ouverture de négociations visant à intégrer la Communauté européenne et le Conseil européen. La différence fondamentale entre les différents programmes de 1982 – et en particulier entre celui du PSOE et d’AP – sur cette question est essentiellement rhétorique : alors que le parti conservateur se contente d’énumérer les intérêts que pourrait avoir l’Espagne à s’intégrer dans la CEE tout en exigeant un certain nombre de garanties, le PSOE adopte un ton bien plus volontariste et enthousiaste en affirmant vouloir « adapter les institutions [de l’Espagne] à la CEE » et « concrétiser les convergence objective des intérêts des pays du sud de l’Europe dans le réseau communautaire26 ». Une fois de plus, cette proposition s’inscrit pleinement dans les demandes formulées par l’opinion publique : les sondages réalisés par la Commission de la CEE en 1981 montrent en effet que 52 % de la population espagnole pense que l’adhésion à la CEE aura une répercussion positive pour l’Espagne, contre 6 % seulement qui pensent le contraire27. Cette tendance est perceptible dès les premières enquêtes réalisées à ce sujet à partir de 1977, une écrasante majorité de citoyens espagnols étant déjà favorable à cette adhésion28.

La question des valeurs

  • 29 L’European Value Systems Study Group (EVSSG), regroupant un grand nombre de sociologues de différen (...)

13Après avoir considéré la concordance entre les priorités de l’opinion et les politiques sectorielles que le PSOE entend mettre en œuvre une fois arrivé au pouvoir, il convient d’analyser cette adéquation au travers du prisme des valeurs dominantes. Une vaste enquête de l’European Value Systems Study Group, réalisée au printemps 1981 par le sociologue Francisco Andrés Orizo sur un échantillon national de 2303 citoyens espagnols de 18 ans et plus29, nous éclaire sur les valeurs de l’opinion quelques mois avant la rédaction du programme électoral.

Les questions sociétales 

  • 30 Joaquín Almunia, Memorias políticas, Madrid, Aguilar, 2001, p. 131.

14Parmi les questions sociétales abordées dans le programme électoral de 1982, la question de l’avortement est sans doute paradigmatique de l’importance accordée par les rédacteurs du projet socialiste aux enquêtes d’opinion à l’heure de rédiger le programme électoral. Si le terme « avortement » n’apparaît pas dans le programme, on trouve en revanche son équivalent euphémistique « interruption volontaire de grossesse », qui constitue le quatrième point de la réforme annoncée du Code pénal. Le PSOE s’engage à le légaliser mais seulement dans trois cas : lorsqu’il y a danger pour la vie de la mère, quand il est probable que l’enfant soit atteint d’une grave pathologie physique ou psychique et en cas de viol. Comme sur d’autres sujets, les trois cas retenus pour autoriser l’avortement s’accordent entièrement avec les valeurs de l’opinion publique d’alors. Le Baromètre de l’European Value Systems Study Group montre en effet qu’une majorité de l’opinion juge acceptable que l’avortement soit pratiqué, mais seulement en cas de danger pour la mère du fait de sa grossesse (72 %) et lorsqu’il est probable que l'enfant naisse physiquement handicapé (51,8 %). Joaquín Almunia, en charge de la rédaction du programme électoral de 1982, fait référence dans ses mémoires30 à cette question abordée par la commission exécutive lors de la relecture de l’ébauche du programme. Il affirme à ce propos :

  • 31 Traduction de l’auteur, à partir de : « El segundo asunto peliagudo se refería a la postura en rela (...)

Le second sujet délicat était celui de la posture à adopter quant à l’avortement. Grâce aux sondages, nous savions que la majorité [de l’opinion] était favorable à la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse dans seulement trois cas : en cas de danger pour la vie de la mère, malformation du fœtus ou viol. Nous avons formulé dans ces mêmes termes notre engagement électoral, que nous avons reproduits dans le Code Pénal en 198331.

15Cette décision de conditionner les réformes sociétales annoncées aux valeurs de l’opinion est observable également sur la question de l’euthanasie : alors que les secteurs progressistes du PSOE s’étaient prononcés en sa faveur, elle n’a pas été retenue dans le programme électoral, cette pratique n’étant considérée comme défendable que par une faible minorité des Espagnols. Le Baromètre de l’European Value Systems Study Group révèle en effet que seuls 6,4 % des sondés qualifient cette pratique de « toujours justifiable », contre 50,2 % la considérant comme « jamais justifiable ».

Le rôle l’Église

  • 32 Traduction de l’auteur, à partir de : « Ninguna confesión tendrá carácter estatal. Los poderes públ (...)
  • 33 Traduction de l’auteur, à partir de : « sin privilegiar a ninguna confesión o ideología ».
  • 34 Traduction de l’auteur, à partir de : « el desfase entre los valores sociales y morales vigentes en (...)

16Comme sur la question de l’avortement, le programme socialiste, largement orienté vers la sécularisation de l’État et des institutions, se fait écho des positionnements de l’opinion quant au rôle de l’Église et plus largement de la religion dans la société. Rédigé dans un climat de consensus entre les différentes forces politiques, l’article 16.3 de la Constitution espagnole de 1978 définit non sans ambigüité le caractère aconfessionnel de l’État espagnol, puisqu’il stipule qu’« aucune confession n'est religion d’État » tout en rappelant que « les pouvoirs publics prendront en compte les croyances religieuses de la société espagnole et maintiendront en conséquence les relations de coopération avec l'Église catholique et les autres confessions32 ». En consacrant un long paragraphe aux libertés individuelles et à la liberté religieuse, le programme socialiste est bien moins ambigu : il affirme en effet que l’État « ne doit privilégier aucune confession ou idéologie »33. Ce principe semble guider en partie l’action réformiste que le PSOE entend mener une fois arrivé au pouvoir. Si, en matière éducative, il est seulement question de « rénovation pédagogique » sans remise en cause explicite de l’enseignement de la religion à l’école, la nécessité de mettre en œuvre un processus de sécularisation est en revanche beaucoup plus explicite en matière pénale, justifiée par « le décalage entre les valeurs sociales et morales en vigueur dans la société espagnole et celles perpétuées par l’actuel Code Pénal »34.

  • 35 Traduction de l’auteur, à partir de : « En general, ¿piensa Ud. que la Iglesia en su país está dand (...)

17Cette volonté de sécularisation n’a rien de surprenant au regard de l’état de l’opinion. Si une écrasante majorité des sondés lors de la Transition démocratique déclarent croire en Dieu, le rapport aux institutions religieuses et à la religion ne correspond pas à l’image d’Épinal d’un peuple espagnol ultra-catholique. Considérons à ce titre le Baromètre de l’European Value Systems Study Group qui a soumis aux sondés la question suivante : « D’une façon générale, pensez-vous qu’en Espagne l’Église apporte des réponses adéquates aux problèmes et aux besoins moraux des individus ? Aux problèmes de la vie de famille ? Aux besoins spirituels ?35 » Si une majorité répond par l’affirmative quant aux besoins spirituels (55,2 %), moins de la moitié des sondés pense que l’Église apporte une réponse aux problèmes et aux besoins moraux des individus (47,3 %) et aux problèmes de la vie de famille (41,3 %). À titre de comparaison, notons que les résultats de l’enquête réalisée en France par ce même institut sont sensiblement équivalents et indiquent même que les citoyens français sont plus nombreux que leurs voisins espagnols à croire en la capacité de l’Église à répondre aux problèmes et aux besoins moraux et spirituels des individus.

Les notions de « liberté » et d’« égalité »

18Si sur les questions sociétales et le rapport à l’Église catholique le programme socialiste semble être en conformité avec les attentes de la majorité de la société espagnole, un point d’achoppement est observable entre le programme socialiste et l’opinion : le rapport aux notions de liberté et d’égalité.

  • 36 Traduction de l’auteur, à partir de : « la libertad personal como lo más importante, esto es, el qu (...)
  • 37 Cette évolution observable des valeurs du Parti se traduira dans la praxis sur le plan économique p (...)
  • 38 Dans cette enquête d’opinion, 41,8 % des citoyens espagnols interrogés considèrent «l’égalité plus (...)

19Notion structurelle de l’identité et du patrimoine idéologique du socialisme, le terme « égalité » et ses dérivés n’apparaissent pourtant que quarante-quatre fois alors que le terme « liberté » et ses dérivés sont utilisés à soixante-deux reprises. Or, dans l’enquête d’opinion réalisée par Francisco Andrés Orizo en 1981, 35,9 % des citoyens espagnols interrogés considèrent « la liberté personnelle comme plus importante, c'est-à-dire, le fait que tout un chacun puisse vivre en liberté et se développer sans entrave » contre 38,6 % qui considèrent « l’égalité plus importante, c'est-à-dire, le fait que personne ne se voit défavorisé et que les différences de classes sociales ne soient pas aussi fortes36 ». Si l’écart entre partisans de l’égalité et partisans de la liberté demeure mince, l’écart important d’emploi de ces deux termes dans le programme socialiste est susceptible de nous interpeller, d’autant plus qu’ils étaient employés de manière analogue dans le programme de 1979. L’évolution idéologique expérimentée par le PSOE suite à l’abandon formel du marxisme et la recherche effrénée de critères de convergence européens expliquent en grande partie l’importance croissante accordée par les socialistes à la notion de liberté au détriment de la notion d’égalité37. Plus qu’un simple changement rhétorique, cette évolution reflète également la capacité du PSOE de l’époque à anticiper les évolutions de la société espagnole, en grande partie conditionnées par l’entrée de l’Espagne dans la CEE. Les enquêtes postérieures réalisées par l’European Value Systems Study Group à partir de 1990 montrent en effet que la notion de liberté prend le pas sur celle d’égalité38.

Conclusion

  • 39 Alfonso Guerra y José Félix Tezanos (eds.), La década del cambio: diez años de gobierno socialista, (...)

20En définitive, l’étude des enquêtes pré-électorales nous conduit à répondre par l’affirmative à la question posée dans le titre de cet article : à savoir que le programme politique proposé par le PSOE en 1982 est en grande partie une réponse conforme aux attentes de l’opinion publique de l’époque et a largement contribué à expliquer l’ampleur de sa victoire. Il s’est produit en effet une « canalisation des expectatives confluentes » de la société espagnole autour du programme socialiste selon l’expression d’Alfonso Guerra39, vice-président de Felipe González entre 1982 et 1991. Le PSOE a manifestement fait de la prise en compte de l’opinion la pierre angulaire de sa rénovation idéologique et programmatique et l’on peut considérer que le slogan de campagne « Pour le changement » a avant tout été appliqué au Parti lui-même. L’opinion publique a quant à elle trouvé des réponses à ses attentes, le programme socialiste semblant le plus à même d’assurer la stabilité démocratique, de lutter contre le chômage et de mettre en œuvre la « modernisation » que supposaient le renforcement de l’État-providence, la sécularisation de la société ou encore l’intégration de l’Espagne dans la Communauté européenne.

Haut de page

Notes

1 Les sondages réalisés par le Centre d’Investigations Sociologiques (CIS) entre janvier et octobre 1982 montrent, en effet, qu’il est de loin le responsable politique le plus apprécié, avec 6,12 /10 et 6,23 /10 d’opinions favorables contre 5,17 et 5 pour Manuel Fraga d’Alliance Populaire, 4,56 et 3,36 pour Leopoldo Calvo Sotelo de l’UCD ou encore 3,47 et 3,15 pour le communiste Santiago Carrillo.

2 Échecs qui demeurent relatifs, le PSOE étant le second parti le plus voté aux deux élections. Mais si les socialistes n’espéraient pas accéder au pouvoir en juin 1977, les résultats obtenus en 1979 ont, en revanche, constitué une véritable déception.

3 Le programme du PSOE pour les élections générales de 1979, qui avait pour priorité la consolidation de l’État-providence, avait déjà amorcé ce tournant. Néanmoins, cette ligne politique semble avoir été occultée par la définition marxiste du Parti, qu’Adolfo Suárez n’a pas manqué de rappeler à l’opinion publique lors de la campagne électorale.

4 Traduction de l’auteur, à partir de : « El Partido Socialista, consciente de estos difíciles problemas y de que en torno a él se han ido concentrando muy variadas esperanzas, ha integrado con rigor esas justas aspiraciones en un proyecto coherente, que se ha concretado, tras dos años de trabajo de cientos de técnico y de diálogo intenso con todos los sectores sociales en un detallado programa de gobierno ».

5 Baromètre du CIS - 1er janvier 1982 - Étude n° 1299 - Échantillon national de 1179 citoyens espagnols de 18 ans et plus.

6 Baromètre du CIS - 1er octobre 1982 - Étude n° 1325 - Échantillon national de 1200 citoyens espagnols de 18 ans et plus.

7 IOP, Banque de données, Étude n° 1088, 1974.

8 Enquête réalisée en décembre 1976 et janvier 1977 auprès de 8837 citoyens espagnols de 21 ans et plus.

9 Cette même enquête montre que 9 % des sondés approuvent ce terme et 65 % y sont opposés.

10 Une des explications du soutien à l’entreprise publique tient sans doute à l’importance du secteur public pendant la dictature franquiste, l’État ayant gardé le monopole des secteurs stratégiques malgré une relative libéralisation à partir des années 60.

11 Traduction de l’auteur, à partir de : « Para salir de la crisis es fundamental avanzar hacia una “economía concertada” en la que exista un importante sector de mercado con una clase empresarial dinámica, un sector público eficiente y unos sindicatos fuertes » .

12 Notons que les Pactes de la Moncloa signés le 25 octobre 1977 entre le gouvernement et les partis ayant une représentation parlementaire est un faux-semblant de consensus sur le plan économique, les partis de gauche les ayant signé pour des raisons strictement liées au contexte politique.

13 Baromètre de l’European Value Systems Study Group – printemps 1981 – Échantillon national de 2303 citoyens espagnols de 18 ans et plus.

14 Traduction de l’auteur, à partir de : « De acuerdo con sus opiniones, ¿dónde se colocaría Ud. en esta escala, hablando en términos generales? ».

15 Cela étant, un pourcentage non négligeable – 30,5 % – des sondés n’a pas souhaité – ou pas su – répondre à cette question. Cette donnée témoigne d’une incapacité d’une partie de l’électorat de l’époque à se situer politiquement, incapacité en grande partie liée à l’absence de culture politique que le franquisme avait cultivée.

16 Voir notamment Alfredo Hernández Sánchez, La opinión pública en el tardofranquismo, Valladolid, Universidad de Valladolid, Secretariado de Publicaciones e Intercambio Editorial, 2011.

17 Baromètre du CIS - 1er octobre 1982 – Étude n° 1325 – Échantillon national de 1200 citoyens espagnols de 18 ans et plus.

18 Traduction de l’auteur, à partir de: « La sensación de falta de autoridad es cada vez mayor y que no existe una política para resolver esos problemas, especialmente para atajar el terrorismo en el País Vasco, la violencia de extrema derecha y la delincuencia común ».

19 Cette thématique demeure relativement présente parmi les préoccupations des communautés autonomes de fortes identités régionales comme le Pays basque ou la Catalogne.

20 Enquête FOESSA réalisée entre le 15 janvier et le 15 février 1977 auprès de 5228 personnes de 21 ans et plus sur tout le territoire national.

21 Traduction de l’auteur, à partir de: « [una] patria común e indivisible [que] reconoce y garantiza el derecho a la autonomía de las nacionalidades y regiones que la integran y la solidaridad entre todas ellas ».

22 Voir Fundación FOESSA, Informe sociológico sobre el cambio político en España: 1975-1981, Euramérica, Madrid, 1981, Vol I.

23 Traduction de l’auteur, à partir de : « el compromiso contraído por el PSOE de convocar un referéndum para que sea el pueblo español el que decida acerca de nuestra pertenencia a la OTAN ».

24 Voir notamment l’Étude n° 1193 du Baromètre du CIS – 1er juillet 1979 – Échantillon national de 1206 citoyens espagnols de 18 ans et plus.

25 Les six sondages réalisés par le CIS à ce sujet entre octobre 1978 et juin 1983 sont réunis dans le tableau n° 2 de Banco de datos del CIS, « La opinión pública española ante la OTAN », Revista Española de Investigaciones Sociológicas, n° 22, avril-juin 1983, p. 188.

26 Traduction de l’auteur, à partir de : « adaptar nuestras instituciones a la CEE […] concretar la convergencia objetiva de los intereses de los países del Sur de Europa dentro del entramado comunitario ».

27 José Ignacio Wert, « La opinión pública en el decenio del cambio », en Javier Tusell y Justino Sinova (coords.), La década socialista. El ocaso de Felipe González, Madrid, Espasa-Calpe, 1992, p. 77-99.

28 Voir à ce sujet le rapport de la Confederación española de Cajas de Ahorro: Comentario Sociológico. Estructura social de España, juillet - décembre 1977, n°19-20, p. 439.

29 L’European Value Systems Study Group (EVSSG), regroupant un grand nombre de sociologues de différentes nationalités, réalise depuis 1981 des enquêtes d’opinion dans plusieurs pays d’Europe en utilisant un même questionnaire centré sur des thématiques relatives aux valeurs.

30 Joaquín Almunia, Memorias políticas, Madrid, Aguilar, 2001, p. 131.

31 Traduction de l’auteur, à partir de : « El segundo asunto peliagudo se refería a la postura en relación con el aborto. Por las encuestas, sabíamos que la mayoría era favorable a la despenalización de la interrupción voluntaria del embarazo en tres supuestos: peligro para la vida de la madre, malformaciones del feto y violación. Formulamos en esos mismos términos nuestro compromiso electoral, que en 1983 trasladamos al Código Penal ».

32 Traduction de l’auteur, à partir de : « Ninguna confesión tendrá carácter estatal. Los poderes públicos tendrán en cuenta las creencias religiosas de la sociedad española y mantendrán las consiguientes relaciones de cooperación con la Iglesia Católica y las demás confesiones ».

33 Traduction de l’auteur, à partir de : « sin privilegiar a ninguna confesión o ideología ».

34 Traduction de l’auteur, à partir de : « el desfase entre los valores sociales y morales vigentes en la sociedad española y los que perpetúa el actual Código Penal ».

35 Traduction de l’auteur, à partir de : « En general, ¿piensa Ud. que la Iglesia en su país está dando respuestas adecuadas a los problemas morales y las necesidades del individuo? ¿A los problemas de la vida familiar? ¿A las necesidades espirituales de la gente? ».

36 Traduction de l’auteur, à partir de : « la libertad personal como lo más importante, esto es, el que cada cual pueda vivir en libertad y desarrollarse sin obstáculos [] la igualdad como la más importante, esto es, el que nadie se vea desfavorecido y el que las diferencias de clase social no sean tan fuertes ».

37 Cette évolution observable des valeurs du Parti se traduira dans la praxis sur le plan économique par la flexibilisation et la libéralisation du marché du travail ou encore la réforme de la structure productive, plus connue sous le nom de « reconversion industrielle », qui constitue un des objectifs prioritaires du premier gouvernement socialiste.

38 Dans cette enquête d’opinion, 41,8 % des citoyens espagnols interrogés considèrent «l’égalité plus importante, c'est-à-dire, le fait que personne ne se voit défavorisé et que les différences de classes sociales ne soit pas aussi fortes » contre 47,5 % considérant « la liberté personnelle comme plus importante, c'est-à-dire, le fait que tout un chacun puisse vivre en liberté et se développer sans entrave». 10,8 % des 2400 personnes interrogées considèrent qu’aucune de ces deux affirmations n’est valable.

39 Alfonso Guerra y José Félix Tezanos (eds.), La década del cambio: diez años de gobierno socialista, 1982-1992, Madrid, Sistema, 1992, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Le programme électoral du PSOE de 1982 : une réponse à l’opinion publique ? », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/2596 ; DOI : 10.4000/framespa.2596

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org