Navigation – Plan du site
Recension d'ouvrage

Viguier-Dutheil Florence (dir.), Paul Duchein : capteur de rêves

Raphaël Neuville
Référence(s) :

Viguier-Dutheil Florence (dir.), Paul Duchein : capteur de rêves, Montauban, Musée Ingres, 2011, 151 p., ISBN : 2-901405-56-8.

Texte intégral

Figure 1

Figure 1

Paul Duchein, L’Appel du large (avec la Baigneuse Bonnat), 2003, Techniques mixtes, 41 × 49 × 10 cm.

© Montauban, musée Ingres / Guy Roumagnac photographe.

  • 1  Dimitri Salmon(dir.), Ingres et les modernes, Paris, Somogy, 2008, 335 p.

1Des premières œuvres, datées des années 1960, où l’influence de l’art brut et des arts premiers est manifeste, jusqu’aux recherches les plus récentes, le catalogue de la dernière exposition de Paul Duchein au Musée Ingres de Montauban permet de retracer un parcours jalonné de milliers de boîtes. Certes, en 2009, l’exposition Ingres et les modernes1, au Musée national des beaux-arts du Québec puis au Musée Ingres, a permis de découvrir quelques-unes des œuvres de l’artiste. Mais Paul Duchein : capteur de rêves offre enfin une ample rétrospective, seule à même de mesurer l’importance de l’artiste.

  • 2  Marcel Duchamp, La Boîte-en-valise, 1936-1941, techniques mixtes, 40,7 × 38,1 × 10,2 cm, Centre Po (...)
  • 3  Florence Viguier-Dutheil (dir.), Paul Duchein : capteur de rêves, Montauban, Musée Ingres, 2011, p (...)
  • 4  Paul Duchein, Le Miroir d’André Breton, 1989, techniques mixtes, 68 × 42 × 20 cm.
  • 5  Paul Duchein, La Chambre de Max Ernst, 1991, techniques mixtes, 54 × 42 × 14 cm.
  • 6  Isidore Ducasse, comte de Lautréamont, Les Chants de Maldoror, in Œuvres complètes, Paris, Gallima (...)
  • 7  Werner Spies, Max Ernst : les collages, inventaires et contradictions, Paris, Gallimard, 1984, 508 (...)
  • 8  Paul Duchein, Angélique aime les militaires, 2005, techniques mixtes, 41 × 48 × 12 cm.
  • 9  Paul Duchein, Mon petit doigt m’a dit (avec Œdipe), 2006, techniques mixtes, 41 × 48 × 12 cm.

2Reproduisant les œuvres présentées, l’ouvrage appréhende parfaitement le cheminement d’une création qui s’étend sur plus de cinquante ans. Nettement inspirées des assemblages de Joseph Cornell et des boîtes surréalistes, dont le parangon demeure bien sûr La boîte‑en‑valise2 de Marcel Duchamp, les œuvres de Duchein enferment autant de petits théâtres de l’imaginaire. Les dieux païens de la série Idoles cridiques3 marquent d’emblée la volonté de l’artiste d’échapper à une esthétique conventionnelle, tout comme ils dévoilent un besoin de convoquer l’irrationnel et le mystère. Ces fétiches sculptés à partir de matériaux drossés par les vagues sont peut‑être les œuvres qui laissent le plus deviner chez Duchein une approche relevant de l’art brut ; ici l’artiste pourrait se laisser, en quelque sorte, comprendre comme un Dubuffet mâtiné d’arts premiers. Les quelque cent cinquante boîtes ainsi présentées, organisées en quinze séries, confrontent les objets les plus hétéroclites (fig. 1). Entre collages, peintures, sculptures, rebuts et débris, objets trouvés ou interprétés, les techniques et les matériaux utilisés pour les confectionner sont multiples. Ces associations inattendues laissent libre cours au fonctionnement analogique d’une pensée surréaliste qui se plaît à suggérer et à susciter le rêve. Le Miroir d’André Breton4 et La Chambre de Max Ernst5 sont, en ce sens, autant d’hommages vibrants à ce mouvement. L’assemblage et le collage sont deux techniques qui lui permettent de confronter des éléments visuels étrangers les uns aux autres – par leur nature et par leur sujet – de manière à faire jaillir l’étincelle d’une nouvelle image, belle « comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie ! »6. L’ampleur de ce catalogue nous permet de mieux saisir comment Duchein use en effet des mécanismes du télescopage des images tels qu’Ernst les a particulièrement bien exploités dans Une semaine de bonté7. L’apport du surréalisme est d’autant plus prégnant que l’on pressent également dans son œuvre quelque chose des objets à fonctionnement symbolique initiés par Dalí. Mais, plus récents, les détournements, par le collage, de tableaux d’Ingres avec Angélique aime les militaires8 et Mon petit doigt m’a dit (avec Œdipe)9sont des exemples probants de l’humour iconoclaste et quelque peu dadaïste avec lequel Duchein se joue des références.

3Une activité artistique qu’il prolonge par celle de la critique d’art, spécialement pour la Revue du Pharmacien de France, qui témoigne de son attachement tout particulier à des artistes de sa génération. Un attachement que nous retrouvons par ailleurs lorsqu’il anime Arts en Quercy et Les Rencontres d’art au musée Ingres, ou qui se manifeste, encore, par sa passion jamais démentie de la collection. Ainsi, tout au long de son parcours, Duchein semble toujours parvenir à recueillir le rêve.

4Né à Rabastens à 1930 et pharmacien de métier, Duchein attend 1986 pour réaliser sa première exposition à la galerie Chave à Vence. Depuis, l’artiste compte à son actif pas moins d’une trentaine d’expositions personnelles et plus de soixante expositions collectives. Dès son adolescence, il fait montre d’un intérêt pour les arts et son œuvre trouve certainement ses fondements dans sa première collection, créée à la manière d’un cabinet de curiosités, où se côtoient les éléments naturels les plus divers. Ajoutons à cela, pour le jeune Paul comme pour beaucoup d’autodidactes, des rencontres déterminantes, telle celle de Giovanni Leonardi (1876‑1956), céramiste, graveur, peintre et sculpteur italien, installé à Rabastens pendant la Deuxième Guerre mondiale. Vivant à l’orée du siècle au Bateau‑Lavoir, il fréquente à Paris les avant‑gardes et notamment Max Jacob, Suzanne Valadon, Pablo Picasso et Maurice Utrillo. Bien que Duchein peigne dès quatorze ans, avec Leonardi il découvre vraiment l’histoire de l’art : des maîtres de la tradition jusqu’aux artistes contemporains. Au‑delà d’une culture solide que Duchein acquiert grâce à lui, c’est aussi aux côtés de Leonardi qu’il apprend véritablement la sculpture et le modelage.

  • 10  Florence Viguier-Dutheil, « Paul Duchein… ‘‘des aigrettes de vent aux tempes’’ », in Florence Vigu (...)
  • 11  Anne-Laure Meyer, « Paul Duchein en toutes lettres », in Florence Viguier-Dutheil (dir.), op. cit.(...)
  • 12  Ibid., p. 15.

5Si la préface10 de Florence Viguier-Dutheil, conservatrice du patrimoine et directrice du musée Ingres, offre une nécessaire première approche du parcours artistique de Duchein, l’article11 d’Anne-Laure Meyer permet d’entrevoir, sous la forme d’un « abécédaire fantasque pour un artiste sérieux (ou l’inverse) »12, les prémices d’une constellation d’influences et de préoccupations dans laquelle Duchein se plaît à explorer les replis de l’imaginaire. Joints au catalogue, les travaux de Viguier‑Dutheil et de Meyer, auxquels se mêlent des extraits d’entretien avec l’artiste, sont de précieux instruments pour analyser le parcours d’un homme qui oscille entre le surréalisme et l’art brut.

Haut de page

Notes

1  Dimitri Salmon(dir.), Ingres et les modernes, Paris, Somogy, 2008, 335 p.

2  Marcel Duchamp, La Boîte-en-valise, 1936-1941, techniques mixtes, 40,7 × 38,1 × 10,2 cm, Centre Pompidou.

3  Florence Viguier-Dutheil (dir.), Paul Duchein : capteur de rêves, Montauban, Musée Ingres, 2011, p. 42‑45.

4  Paul Duchein, Le Miroir d’André Breton, 1989, techniques mixtes, 68 × 42 × 20 cm.

5  Paul Duchein, La Chambre de Max Ernst, 1991, techniques mixtes, 54 × 42 × 14 cm.

6  Isidore Ducasse, comte de Lautréamont, Les Chants de Maldoror, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 2009, p. 227.

7  Werner Spies, Max Ernst : les collages, inventaires et contradictions, Paris, Gallimard, 1984, 508 p.

8  Paul Duchein, Angélique aime les militaires, 2005, techniques mixtes, 41 × 48 × 12 cm.

9  Paul Duchein, Mon petit doigt m’a dit (avec Œdipe), 2006, techniques mixtes, 41 × 48 × 12 cm.

10  Florence Viguier-Dutheil, « Paul Duchein… ‘‘des aigrettes de vent aux tempes’’ », in Florence Viguier-Dutheil (dir.), op. cit., p. 8‑13.

11  Anne-Laure Meyer, « Paul Duchein en toutes lettres », in Florence Viguier-Dutheil (dir.), op. cit., p. 15‑34.

12  Ibid., p. 15.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Paul Duchein, L’Appel du large (avec la Baigneuse Bonnat), 2003, Techniques mixtes, 41 × 49 × 10 cm.
Crédits © Montauban, musée Ingres / Guy Roumagnac photographe.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Neuville, « Viguier-Dutheil Florence (dir.), Paul Duchein : capteur de rêves », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2593 ; DOI : 10.4000/framespa.2593

Haut de page

Auteur

Raphaël Neuville

Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l'Université de Toulouse II, doctorant en Histoire de l’art contemporain sous la direction de M. Jean Nayrolles et Mme Luce Barlangue, membre de FRAMESPA / CNRS UMR 5136.
raphael.neuville@ac-toulouse.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org