Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Séminaire « Cervantès », Michel Moner (Université de Toulouse II) et Françoise Maurizi (Université de Caen)

LEMSO (Littérature Espagnole Médiévale et du Siècle d’Or), laboratoire FRAMESPA, UMR 5136, CNRS, atelier 3 de la thématique 1, 18 mars 2013, Université de Toulouse II. En collaboration avec la librairie Études
Mathilde Baron

Texte intégral

1À l’occasion des 400 ans de l’édition princeps des Nouvelles exemplaires de Cervantès, Michel Moner livre une vision inédite de l’architecture du recueil et de ses motifs récurrents, tandis que Françoise Maurizi propose une étude détaillée d’une des nouvelles qui le composent, « Rinconete y Cortadillo ». Le séminaire a lieu dans les locaux de la librairie Études.

2Le professeur Moner intitule son intervention « Problématique de la frontière dans les Nouvelles exemplaires de Cervantès ». Il précise le cadre conceptuel de sa réflexion, inspirée de l’ouvrage de Régis Debray, Éloge des frontières : la frontière autorise le passage, ce n’est ni un mur ni un espace d’interdit, mais un espace d’échange. Elle se rapproche donc de la porte paradoxale de Marcel Duchamp, toujours à la fois ouverte et fermée. Le terme « nouvelle » mérite par ailleurs un commentaire introductif. C’est un genre qui a évolué dans le temps, mais qui est caractérisé par la contrainte de la brièveté. L’exigence de brièveté est étroitement liée, à l’origine, au mode de diffusion des nouvelles : l’oralité. Ces micro-récits, appris par cœur, constituaient le cœur de conversations récréatives impliquant la présence simultanée et l’interaction du narrateur et du narrataire. Néanmoins, rassemblés dans un recueil, ces micro-récits s’inscrivaient généralement dans un cadre établissant une continuité entre les nouvelles ; pensons, par exemple, au contexte du banquet dans le Décaméron de Boccace. Les Nouvelles exemplaires sont, quant à elles, douze récits labyrinthiques et ludiques tout à fait déconcertants du point de vue du cadre unificateur, puisque celui-ci est inexistant. C’est ainsi que Tirso de Molina n’a pas manqué de se moquer, en son temps, du caractère décousu du recueil. En réalité, Cervantès aurait construit, pour ses nouvelles, un contre-cadre, passé inaperçu de la critique jusque dans les années 1930. C’est Walter Pabst qui, le premier, a proposé l’idée que les deux dernières nouvelles – « Le Mariage trompeur » et « Le Colloque des chiens » – constituent le cadre de l’ensemble de la collection, en créant un effet de cycle inachevé et vertigineux. Or la critique contemporaine a souligné de manière récurrente l’appartenance de ces deux dernières nouvelles au genre picaresque. Elles marqueraient un retour à la réalité sordide, faisant contraste avec le caractère idéaliste des autres nouvelles. D’après Michel Moner, Cervantès ne se contente pas d’un simple effet de pointe. D’une part, il construit ses deux dernières nouvelles en miroir, grâce à des séquences à l’architecture parallèle et inversée et à des processus d’imbrication narrative ; il joue, qui plus est, sur la thématique du rêve et de la veille. D’autre part, il propose un véritable retournement puisque les animaux occupent la place des hommes tandis que les hommes – le poète, l’alchimiste, le mathématicien et l’arbitriste – sont présentés comme de « doux dingues », dans la poursuite de leurs chimères respectives. Cervantès dessine donc une frontière poreuse entre l’homme et l’animal, entre le rationnel et l’irrationnel et détrône toutes les certitudes. Par ailleurs, Michel Moner voit dans la séquence des quatre « doux dingues » du « Colloque des chiens » une clef commune à toutes les nouvelles du recueil : le motif de la quête. Il ne s’agit pas pour Cervantès, comme traditionnellement dans le conte merveilleux, de tendre ses récits vers le rétablissement d’un ordre perturbé, mais plutôt de les construire fondamentalement comme une quête au dénouement tantôt triomphant, tantôt amer. Chaque nouvelle obéit ainsi à ce schéma et l’œuvre de Cervantès elle-même constitue en soi une quête, celle de dénoncer les maux de la société, une quête dont l’auteur est bien conscient qu’elle est tout aussi insensée que celle de ses protagonistes les plus fous et qu’elle doit nécessairement finir, comme dans ses récits, par un éclat de rire. Les frontières qui séparent réalité et fiction, mais aussi oralité et écrit, s’écroulent finalement puisque Cervantès devient, de par sa quête littéraire insensée, le cinquième « doux dingue » de ses histoires. S’il n’est pas menacé de perdre sa langue (comme Berganza, un des chiens du « Colloque »), il a perdu l’usage d’une main, organe de l’écriture. Permettons-nous de conclure en disant que, bien heureusement pour nous, le « manchot » génial n’en est pas pour autant resté muet.

3Mme Françoise Maurizi, maître de conférences à l’université de Caen, prend ensuite la parole pour une intervention intitulée « À propos de ‘Rinconete y Cortadillo’ ». Elle annonce sa volonté de s’intéresser essentiellement à la question de la frontière générique dans la troisième nouvelle du recueil, nouvelle qu’elle considère exemplaire de ce point de vue. Mme Maurizi offre une présentation condensée de l’argument de « Rinconete y Cortadillo », insiste sur son découpage en trois tableaux et propose une étude détaillée de l’un d’entre eux : l’épisode du patio de Monipodio. Cet épisode est marqué par le franchissement récurrent d’une frontière textuelle et formelle : l’alternance entre l’espace dialogique et l’espace descriptif. Le décor établit également une frontière poreuse aux entrées et sorties d’une longue liste de personnages. Cervantès offre, à travers la description du décor, une scénographie très précise, chargée de didascalies. Dans cet espace parfaitement théâtral, Rinconete et Cortadillo deviennent eux-mêmes spectateurs d’une comédie. S’opère donc une mise en abyme qui fait vaciller les frontières entre le lu et le vu, l’écrit et le dit. Cervantès joue en outre avec les frontières scéniques en livrant plusieurs hors-scènes : celui de Monipodio et celui du personnage de la prostituée dont on entend la voix en off. On ne peut que constater que le texte de « Rinconete y Cortadillo » est livré avec toutes les clefs pour être directement mis en scène. L’espace référentiel de Cervantès est un espace scénique qui remet en cause la frontière générique entre la comedia et la novela corta. Cela illustre l’attraction profonde de Cervantès pour l’écriture dramatique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Baron, « Séminaire « Cervantès », Michel Moner (Université de Toulouse II) et Françoise Maurizi (Université de Caen) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2589 ; DOI : 10.4000/framespa.2589

Haut de page

Auteur

Mathilde Baron

ATER à l’université de Toulouse II, Docteur en études hispaniques, membre associé de FRAMESPA, UMR 5136, thématique 1.
mathilde.baron@casadevelazquez.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org