Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le Trésor de la langue française définit l’opinion comme une « manière de penser sur un sujet ou un ensemble de sujets, un jugement personnel que l’on porte sur une question, qui n’implique pas que ce jugement soit obligatoirement juste ». Elle est par essence propre à un individu. L’opinion publique n’émerge que lorsqu’un jugement individuel sur des sujets tant politiques, économiques, sociaux que sociétaux est partagé par une majorité de personnes dans un groupe donné. Agrégation d’opinions individuelles, elle est, selon Pierre Bourdieu, un artéfact dont l’arithmétique rend imparfaitement compte des rapports des forces et des tensions qui caractérisent la société à un moment précis. Au milieu du xviiie siècle, la naissance de l’opinion publique fut corrélée à l’émergence d’un espace public autonome à l’égard des pouvoirs politique et religieux. De l’essor des sociétés savantes, des gazettes et des journaux des xviiie et xixe siècles au développement des méthodes statistiques et des nouvelles technologies de l’information du xxe siècle, elle fut multiple et changeante, comme l’a souligné Pierre Laborie. Le travail de l’historien consiste alors à « déceler et analyser les fonctions sociales et idéologiques de l’opinion pour mieux découvrir les normes de son activité ».

2Les articles proposés dans ce dossier étudient le lien entre l’opinion publique et le pouvoir à la lumière de deux postulats.

3L’opinion publique peut être perçue d’une part comme un avis collectif et fluctuant susceptible d’être modelé, voire conditionné, par le pouvoir politique désireux d’asseoir sa légitimité. Cette volonté de manipulation prend différentes formes selon le type de régime politique : alors que les régimes autoritaires et, plus encore, totalitaires déploient toute une batterie d’instruments de propagande dans les différentes sphères de la société, le pouvoir démocratique privilégiera des stratégies de communication politique.

  • 2 Alfred Sauvy, L’opinion publique, Paris, Presses universitaires de France, 1956, p 6.
  • 3 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Michel Lévy frères, libraires éditeur (...)

4Or, si l’opinion peut être réduite par les gouvernants à un simple instrument, on peut également l’envisager comme une entité indépendante des pouvoirs politique, économique et médiatique. Au-delà des époques et des aires géographiques, elle démontre sa capacité d’influence, jusqu’à constituer dans certains cas un pouvoir à part entière, susceptible d’agir sur le cours politique d’une nation et dans les différentes sphères de la société. En obligeant le législateur à prendre en compte ses revendications, elle se transforme alors, selon les termes de l’économiste et sociologue Alfred Sauvy, en une véritable « force politique »2 dont le rôle est diversement appréhendé. En effet, si la prise en compte de l’opinion publique peut être interprétée comme un signe de renforcement démocratique dès lors qu'on la considère comme l’expression d’une volonté générale, elle peut également, à certains égards, présenter des dérives. Lorsque l’offre programmatique ou les réformes entreprises par le politique obéissent à la seule expression d’une opinion majoritaire, alors la « tyrannie de l’opinion » est susceptible de s’imposer à lui3. Cette hypothèse est d’autant plus présente que nos démocraties occidentales ont recours de façon massive aux baromètres et autres enquêtes qui visent à sonder « l’état de l’opinion ».

5Ces problématiques ont été abordées lors d’une Journée d’étude intitulée « le pouvoir de l’opinion publique » qui s’est tenue le jeudi 3 mai 2012 au Centre universitaire Jean-François Champollion d’Albi. Organisée par le laboratoire FRAMESPA dans le cadre de l’axe de recherche Textes, Contextes, Frontières, elle a réuni de jeunes chercheurs hispanistes, anglicistes, historiens et géographes. Cette manifestation transversale a permis de faire converger des analyses issues d’axes de recherche divers et variés et de nourrir une réflexion commune sur le rôle de l’opinion publique, envisagée en France, en Espagne et au Royaume-Uni.

6Le poids de l’opinion sur les sphères de pouvoir est analysé par David Kahn dans sa réflexion sur la question de l’opinion anti-inquisitoriale dans l’Espagne au début du xvie siècle. Son article « Le Saint-Office face au Tribunal de l’opinion : controverse et réforme de la justice inquisitoriale en Castille au temps de la congrégation de Burgos (1508) » revisite l’historiographie libérale du xixe siècle qui a informé la perception du tribunal jusqu’à nos jours et revient sur une des principales affaires mettant en cause l’Inquisition naissante.

7Dans « Immigration et opinion publique : regards croisés sur l’immigration économique espagnole en France », Élodie Das Neves propose une étude comparative des opinions publiques à partir des regards croisés entre Français et immigrés espagnols durant les Trente Glorieuses. Elle analyse également l’impact des discours de la classe politique sur l’opinion publique française et l’influence de cette dernière dans l’élaboration des politiques migratoires. Les enquêtes d’opinion réalisées auprès des populations concernées mettent en exergue un double sentiment d’attraction et de rejet entre la société française et les immigrés espagnols. Il apparaît que l’opinion publique révèle son pouvoir d’influence direct sur le sentiment d’intégration des populations issues de l’immigration et acquiert dès lors une dimension sociale. Réciproquement, le sentiment d’intégration de ces dernières semble conditionner la perception de cette communauté dans le pays d’accueil.

8La prise en compte de l’opinion publique dans la formulation d’une offre électorale est analysée par Vincent Marin dans son texte « Le programme électoral du PSOE de 1982, une réponse à l’opinion publique ? ». En confrontant les enquêtes d’opinion aux propositions socialistes, il observe un haut degré d’adéquation entre le programme du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) et les demandes sociales. La prise en compte de l’opinion publique est donc au cœur des évolutions programmatiques et stratégiques du PSOE depuis 1979 et constitue probablement un facteur décisif, à l’heure d’expliquer l’écrasante victoire électorale obtenue le 28 octobre 1982.

9Cynthia Boyer, quant à elle, étudie, dans son article « La quête du Graal des Libéraux-Démocrates britanniques : la réforme du mode de scrutin », le positionnement de l’opinion publique britannique sur la réforme du mode de scrutin. L'auteur considère que le référendum demandé par les libéraux-démocrates et organisé le 5 mai 2011 n'aurait pas été possible sans la pression exercée par l'opinion publique sur le Premier ministre conservateur, David Cameron. Si le résultat de la consultation a été défavorable à la remise en cause du scrutin majoritaire, ce référendum a néanmoins permis d’ouvrir une brèche dans le bipartisme au Royaume-Uni, tout en affaiblissant le Lib-Dem.

10Dans le dernier article, intitulé « Les réticences de l’opinion publique britannique face à l’intégration et aux reformes européennes », Thibault Courcelle examine la défiance manifestée par l’opinion publique britannique envers l’Europe et ses institutions. Il en ressort que ce sentiment a été à la fois entretenu et pris en compte par la majorité des différents chefs de gouvernement depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Les quelques tentatives de renforcement des relations avec l’Union Européenne, notamment celle du travailliste Tony Blair à partir de 1997, se sont très vite heurtées à l’euroscepticisme de l’opinion publique, convaincue que l’intégration européenne était susceptible de remettre en cause la souveraineté nationale.

11Loin de prétendre à l'exhaustivité, les articles réunis dans ce dossier nous semblent rejoindre un des objectifs des Cahiers de FRAMESPA : celui de valoriser les travaux de jeunes chercheurs. Ils sont une première étape dans un long cheminement sur un objet de recherches susceptible de rassembler des spécialistes de différentes disciplines.

Haut de page

Notes

1 Pierre Laborie, « De l'opinion publique à l'imaginaire social », Vingtième Siècle, 1988, 18, p. 114.

2 Alfred Sauvy, L’opinion publique, Paris, Presses universitaires de France, 1956, p 6.

3 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Michel Lévy frères, libraires éditeurs, vol. 1, 14éd., 1864, p. 258.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Vargas et Vincent Marin, « Introduction », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2585 ; DOI : 10.4000/framespa.2585

Haut de page

Auteurs

Bruno Vargas

Historien, maître de conférences en civilisation espagnole à l’Université de Toulouse – Centre universitaire Jean-François Champollion (Albi) et membre permanent du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136, Université de Toulouse II-CNRS). Ses recherches portent sur l'antifranquisme et le mouvement socialiste espagnol (PSOE-UGT) au xxe siècle. Il est l'auteur ou le co-auteur des ouvrages : Rodolfo Llopis (1895-1983). Una biografía política, Barcelone, 1999 ; El socialismo español en el exilio y la construcción europea, Madrid, 2003 ; Laicismo y sociedad europea, Madrid, 2004 ; Dramas de refugiados. Epistolario de Rodolfo Llopis y otros dirigentes socialistas alicantinos (1939 – 1977) ; La Seconde Republique espagnole en exil en France (1939-1977), Albi, 2008 ; UGT y el reto de la emigración económica (1957-1975), Madrid, 2010 ; El sindicalismo socialista español. Aproximación oral a la historia de la UGT (1931-1975), Madrid, 2010 ; Les Espagnols en France. Une vie au-delà des Pyrénées, Toulouse, 2010. Presencia y activismo de los españoles en las organizaciones sindicales europeas, 1960-1994, Madrid, 2012.
vargas.bruno@neuf.fr

Articles du même auteur

Vincent Marin

Professeur agrégé d’espagnol et ATER au Centre Universitaire de Formation et de Recherche Jean-François Champollion d’Albi. Membre du laboratoire FRAMESPA, UMR 5136. 
vincent.marin@univ-jfc.fr 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org