Navigation – Plan du site
Les traités d'architecture à l'épreuve des monuments

Introduction

Pascal Julien

Texte intégral

1Le 11 mai 2009, les doctorants d’Histoire de l’art moderne de l’Université Toulouse-Le-Mirail ont organisé leur journée d’études, dans le cadre de l’équipe Arts, Sociétés, Patrimoine du laboratoire FRAMESPA. Leur propre journée d’études : ils en ont assumé la préparation et l’organisation avec deux principes, prendre la parole et susciter le débat.

2Ils furent ainsi huit à intervenir, à proposer des communications fondées plus ou moins directement sur leurs recherches, devant un public nombreux et face aux trois invités avec lesquels fut menée une table ronde qui, dans un second temps, permit d’approfondir les sujets abordés et d’opérer de fructueux échanges. Pour ces invités, le choix des étudiants s’était porté sur Jean Guillaume, professeur émérite de l’Université Paris IV, sur Rafael Moreira, professeur de l’Université Nouvelle de Lisbonne et sur Émilie d’Orgeix, pensionnaire de l’INHA, rattachée à l’axe Histoire de l’architecture du Département des études et de la recherche. Trois spécialistes étroitement en rapport avec le sujet de cette journée : « Le livre d’architecture à l’épreuve des monuments ».

3Le livre d’architecture fascine les chercheurs. Depuis bien des années, il a fait l’objet d’une multiplicité d’études et d’une grande diversité d’approches, jusqu’à devenir une œuvre d’art à part entière, jusqu’à susciter des analyses qui, souvent, privilégient l’écrit par rapport au bâti. En France notamment, s’est imposée l’idée d’une pensée savante, réglée, rationnelle, fondée sur les traités, une sorte de discipline du monument qui permettrait même de définir « la » bonne architecture. Réfléchir sur un tel sujet dépasse largement les visées d’une journée d’études, il a toutefois paru opportun de revenir aux œuvres, de les questionner, de chercher à souligner ce qu’elles disent de la théorie plutôt que l’inverse.

4Le recueil -sous forme d’articles- de la majorité des communications présentées ce jour-là témoigne de la diversité et de la portée des analyses, centrées sur des sujets précis. Manque, malheureusement, la teneur des débats qui s’ensuivirent, qui furent extrêmement féconds, à la hauteur de la qualité des intervenants. Il n’en subsiste que l’essentiel : l’enrichissement de chacun et le plaisir de tous. Ce qui prouve bien que la transmission du savoir n’est pas qu’affaire d’écrits théoriques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Julien, « Introduction », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 20 mai 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/258 ; DOI : 10.4000/framespa.258

Haut de page

Auteur

Pascal Julien

Professeur d’Histoire de l’art moderne à l’Université de Toulouse II-Le Mirail.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org