Navigation – Plan du site
Le pouvoir de l'opinion publique

Immigration et opinion publique : regards croisés sur l’immigration économique espagnole en France

Inmigración y opinión pública : miradas cruzadas sobre la inmigración española en Francia
Immigration and Public Opinion : The Other’s Viewpoint on Spanish Economic Immigration to France
Élodie Das Neves

Résumés

Considérer l’arrivée massive de l’immigration économique espagnole des Trente Glorieuses à travers le prisme de l’opinion publique conduit à analyser tour à tour le regard porté par les habitants du pays d’accueil sur ce phénomène et celui des immigrants sur la société qui les accueille. Analysés dans une perspective diachronique, notamment à travers les enquêtes d’opinion, le recours au stéréotype, l’oscillation entre attraction et rejet, l’intégration progressive des Espagnols au sein de la société française sont autant d’éléments qui ont caractérisé les regards croisés entre ces populations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Il est d’usage de qualifier d’économique cette immigration de travail, mais il est difficile d’arr (...)

1Au milieu des années 1950 et jusqu’au milieu des années 1970, alors que l’Espagne franquiste connaît une aggravation de sa situation économique et sociale, les puissances industrialisées de l’Europe sont en pleine reconstruction. La France, dont la croissance économique des Trente Glorieuses entraîne un besoin abondant de main-d’œuvre, attire alors une nouvelle vague d’immigration espagnole sur son territoire. Cette dernière vague, qui culminera dans les années 1960 en plaçant les Espagnols au rang de communauté étrangère la plus représentée en France, est généralement qualifiée d’économique en cela qu’il s’agit d’une immigration de travail1.

  • 2  Nous nous appuierons notamment sur des enquêtes réalisées pour l’INED en 1966, 1971 et 1974 – en p (...)

2Observer l’immigration espagnole à travers le prisme de l’opinion publique permet d’appréhender ce phénomène migratoire en considérant à la fois la perception des immigrants espagnols par la population française et le point de vue espagnol sur leur pays d’accueil. Cette réflexion qui s’appuie sur des enquêtes d’opinion permet de dessiner à grands traits les tendances de l’opinion, afin de cerner les regards croisés entre les immigrants espagnols et la population française2.

Nouveau flux d’immigrants espagnols : la voix de l’opinion publique française

3Si la représentation de l’Espagne et de l’immigré espagnol au sein de la société française est teintée de stéréotypes, l’étude des enquêtes d’opinion contemporaines des flux d’immigration fournit des données plus nuancées à ce sujet.

Stéréotypes

  • 3  Manuel Tuñón de Lara, « Espagnols en France », Esprits, avril 1966, p. 207, cité par Bruno Tur, «  (...)

4La prise en compte des stéréotypes et autres idées reçues qui circulent alors sur les Espagnols et sur l’Espagne permet de cerner la manière dont les Français appréhendent leurs voisins transpyrénéens. Jusqu’à la fin des années 1970, les Français ont, en effet, une représentation assez figée de l’Espagne qui, pour la plupart d’entre eux, est un pays traditionaliste, voire arriéré, et dont le développement demeure inférieur à celui de la France. Manuel Tuñón de Lara déclare à ce propos que si l’on interroge un citoyen français dans la rue en 1967, pour lui l’Espagne se résumera à « un mélange d’évocations tragiques d’autrefois, des paysages ensoleillés d’aujourd’hui, des courses de taureaux, de la cuisine à l’huile et des moines inquisitoriaux3 ». Cette représentation de l’Espagne a d’ailleurs nourri l’imaginaire collectif français jusqu’à une époque assez récente.

  • 4  Laura Oso Casas, « La réussite paradoxale des bonnes espagnoles de Paris », Revue Européenne des m (...)
  • 5 Chaque flux migratoire va supplanter un flux migratoire antérieur, lequel flux sera lui-même supp (...)

5À cet égard, les causes de l’immigration déterminent l’image que les immigrés renvoient à l’opinion publique. Si la condition de réfugié politique définissait l’exilé républicain comme un militant, l’immigrant économique est avant tout un travailleur. Ainsi, la communauté espagnole en France va être associée aux secteurs d’activités dans lesquels elle s’insère : chez les femmes, employées domestiques et concierges sont les deux professions qu’elles occupent massivement dans les années 50-70. En 1968, elles représentent 72 % des immigrées espagnoles employées en Région parisienne et 53 % des immigrées espagnoles employées sur l’ensemble du territoire français4, ce qui va contribuer à édifier un stéréotype très ancré dans l’opinion : celui de la « bonne » espagnole. Sur ce point, la parution en 1968 d’un ouvrage humoristique au sujet des employées de maison porte un titre évocateur, Conchita et vous. Manuel pratique à l’usage des personnes employant des domestiques espagnoles, et renferme un contenu pour le moins discriminant. L’activité de domestique semble en effet liée à l’immigrée espagnole – que la société a massivement prénommée Conchita – et l’espace domestique de la cuisine lui est associé dans l’imaginaire collectif. Si l’on considère la couverture de ce manuel, on peut y voir synthétisés un certain nombre des stéréotypes de l’Espagne : la domestique porte une robe de sévillane, une peineta et une fleur dans les cheveux et tient un éventail dans sa main. Ce sont autant d’éléments pourtant exclusivement empruntés à la tradition andalouse mais qui, dans l’opinion, sont associés à l’Espagne. Et même si ces stéréotypes reposent sur l’humour, ils ne sont, bien souvent, pas exempts d’une certaine forme de mépris de l’étranger puisque généralement dévalorisants. Pour ce qui est des hommes, les stéréotypes sont moins marqués ou en tout cas moins marquants. Les professions qu’ils exercent en masse – dans le bâtiment notamment – vont également participer de leur définition aux yeux de la population française. Et seule l’intégration progressive au fil des années, mais aussi et surtout le phénomène de substitution des vagues migratoires avec l’arrivée de migrants d’autres horizons, contribueront à estomper progressivement ces caricatures, qui se transfèreront sur les nouveaux venus5.

Les Espagnols et l’immigration dans les enquêtes d’opinion durant les Trente Glorieuses

6Si les idées reçues font apparaître des représentations réductrices et plutôt péjoratives de la société française à l’égard des travailleurs espagnols, les tendances qui se dégagent des enquêtes d’opinion tendent à démontrer que les Espagnols sont relativement bien perçus.

  • 6  Yves Lequin, La mosaïque France : histoire des étrangers et de l’immigration, Paris, Larousse, 199 (...)
  • 7  Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, « Attitudes des Français à l'égard de l'immigrati (...)
  • 8  Ibid., p. 1048.

7En cette période de reconstruction inhérente aux Trente Glorieuses, les Français ont conscience que la main-d’œuvre nationale est insuffisante et que le recours à l’immigration est « une des composantes majeures de l’accroissement de la capacité productive6 ». Les réponses aux sondages de cette période sur la fonction des travailleurs étrangers et sur la nature des emplois qu’ils occupent sont à cet égard tout à fait symptomatiques : l’opinion semble reconnaître le rôle des immigrés puisque 68 % des sondés estiment en 1971, que les étrangers rendent service à la France et ils seront 80 % à le penser en 19747. Ils sont également plus des trois quarts à reconnaître qu’ils occupent des emplois peu valorisants que les natifs refusent de pourvoir, un positionnement qui changera dans les années 1980. Par ailleurs, les Français semblent favorables à une immigration de peuplement, puisque dans cette même enquête, ils sont 70 % à estimer que les immigrants doivent s’installer en France avec femmes et enfants. Au-delà d’une vision humaniste de l’immigration qui mettrait le regroupement familial au cœur des préoccupations du pays d’accueil, ce chiffre élevé peut s’expliquer par la volonté de mettre en place une immigration de type familial, gage de stabilité des migrants. Cette approche, nous le verrons, sera remise en question de manière particulièrement vive en temps de crise. De plus, les résultats de l’enquête révèlent que les Français misent, en cette période de plein emploi, sur une intégration sociale des nouveaux arrivants en les incorporant au tissu social, puisque 60 % des sondés sont favorables à une véritable mixité sociale et ethnique en ce qui concerne le logement, contre 32 % qui jugent préférable que les étrangers habitent des logements spécialement construits pour eux8.

  • 9  Bernard Granotier, Les Travailleurs immigrés en France, Paris, Maspero, 3° ed., 1976, p. 225.
  • 10  Il convient de souligner le caractère fortement chargé de la question, qui impose comme une éviden (...)
  • 11  Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, op. cit., p. 1049-1050.
  • 12 Ibid., p. 1028.

8Par ailleurs, si l’on considère l’évolution du degré de sympathie des immigrés dans l’opinion, on remarque que les derniers arrivés sont souvent les moins appréciés. En l’occurrence, en 1966, à la question « Trouvez-vous qu’il y a trop d’étrangers en France ? », les Espagnols et les Nord-Africains sont les plus mentionnés – avec 57 et 62 % de réponses positives respectivement –, dépassant la moyenne qui atteint alors 51 %9. Si l’on établit un parallèle entre l’enquête de 1966 et celle publiée huit ans plus tard dans la revue Population de 1974, force est de constater que le degré d’acceptation de chacune des nationalités a considérablement évolué. Les nationalités présentes depuis plus longtemps sur le sol français, et en particulier les Européens, sont les mieux acceptées. C’est pourquoi, à la question « Pour quelles nationalités faudrait-il fixer un maximum10 ? », les Italiens et les Espagnols sont les moins mentionnés – 28 et 33 % des sondés respectivement estiment qu’il faudrait limiter leur entrée en France –, suivis par les Portugais et les Yougoslaves11. De ce fait, les Italiens, présents depuis le début du siècle sur le territoire français, sont préférés aux Espagnols, eux-mêmes préférés aux Portugais, dont l’immigration débute en ce milieu des années 1960, les plus mentionnés dans cette enquête étant les immigrants africains. Il apparaît par conséquent qu’au phénomène de substitution des vagues migratoires s’ajoute un phénomène de préférence continentale. Si l’on remarque une discrimination plus grande pour les populations récemment arrivées, elle l’est d’autant plus pour les populations non Européennes. La tendance dégagée dans les chiffres précédents se voit d’ailleurs confirmée dans la réponse à la question « Quelle est votre opinion au sujet de chacune des nationalités suivantes, bonne, plutôt bonne, plutôt mauvaise ou mauvaise ? ». Les Espagnols semblent en effet bénéficier de la plus grande sympathie au regard de la population française, dépassant de peu les Italiens puisqu’ils obtiennent 85 % de réponses positives, 55 % des sondés déclarant avoir une bonne opinion des Espagnols et 30 % d’entre eux déclarant en avoir une plutôt bonne opinion12.

  • 13  Francisco Parra Luna, La emigración Española a Francia, 1962-1977, Madrid, Instituto español de em (...)
  • 14  Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, op. cit., p. 1032.
  • 15  Ibid., p. 1061.

9Dans la même perspective, le thème de l’adaptation des immigrants au pays d’accueil permet d’appréhender l’opinion de la société française sur l’intégration des travailleurs étrangers. À ce sujet, l’enquête de 1971 via la question « Quels sont les étrangers qui peuvent le mieux se mélanger à la masse des Français ? », ne renvoie pas de fait à la capacité d’intégration sociale des immigrants, mais plutôt à leur degré de « visibilité biologique13 » comme le signale Francisco Parra Luna. Aussi, la question conduit-elle nécessairement à placer les Européens en premier lieu – les Espagnols, voisins des Français arrivent en effet en tête avec 79 % de réponses positives, suivis par les Portugais et les Yougoslaves –, alors que les immigrants non européens obtiennent moins de réponses dans ce sens14. Le constat sera similaire quant à l’estimation de leur capacité d’adaptation : pour les sondés, la proximité géographique et par là-même culturelle est considérée un avantage décisif à l’heure de s’adapter à la vie en France. Cette enquête place d’ailleurs les Espagnols en deuxième position quant à la facilité d’adaptation à la vie française, après les Italiens. Enfin, la perception de la société française quant à l’intégration effective va dans la même direction. L’image que renvoient les ressortissants de la péninsule ibérique sur leur propre intégration est celle qui s’est le plus améliorée : les Portugais gagnent 8 % entre 1971 et 1974, passant de 49 % à 57 %, et les Espagnols en gagnent 5, passant de 68 % à 73 %15.

10Les immigrants de la péninsule ibérique – Espagnols et Portugais – ont en effet plutôt bonne presse et jouissent d’une opinion globalement positive au regard des enquêtes. Pour Yvan Gastaud, les Portugais et les Espagnols de la dernière vague sont perçus comme :

  • 16  Yvan Gastaud, L'immigration et l'opinion publique en France sous la V° République, Paris, Le Seuil (...)

De rudes travailleurs et de solides bâtisseurs. Bons pour les travaux physiquement difficiles, le travail à la chaîne ou les chantiers, peu qualifiés et très mobiles, vivant pour leur salaire, ils sont très honnêtes et polis16.

  • 17  Javier Rubio, La emigración española a Francia, Barcelona, Ariel, 1974, p. 365.

11Du reste, si l’on confronte cette opinion avec quelques chiffres concernant le milieu professionnel, les résultats entrent en adéquation. Une enquête menée en 1967 par la préfecture de la Seine sur des entreprises de la région parisienne qui employaient un fort pourcentage d'Espagnols révèle que sur l’ensemble des critères – qualification, comportement et rendement – les employeurs considèrent que les Espagnols sont une main-d’œuvre particulièrement efficace et fiable, entre 60 et 75 % de réponses allant dans ce sens17.

  • 18  Francisco Parra Luna va jusqu’à qualifier d’estime le sentiment de la population française à l’éga (...)

12Au regard de ces quelques exemples, il semble que les immigrés espagnols aient réussi l’épreuve de l’intégration sociale du moins dans la période de plein emploi18, considérons désormais ce qu’il en est en temps de crise.

Les Espagnols dans les enquêtes d’opinion en période de crise

  • 19  Yves Lequin, op. cit., p. 432.

13À partir de 1974, l’immigration subit les conséquences d’une crise déclenchée à la suite du premier choc pétrolier. Justifiées par la crise, des politiques de limitation de l’immigration sont alors mises en place et sont présentées comme « une décision rationnelle suite à une réinterprétation de l’incidence de l’immigration sur le système productif19 ». C’est pourquoi, progressivement, le lien chômage-immigration se dessine dans l’opinion publique, engendrant des réactions de rejet de l’étranger, dans une quête de protection de l’emploi et de priorité nationale. Le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing décide d’interrompre les flux migratoires vers la France le 3 juillet 1974, de manière provisoire dans un premier temps. Parallèlement, une politique censée favoriser les retours est mise en place, une subvention de 10 000 francs étant allouée pour les retours volontaires vers le pays d’origine.

14Ainsi donc, l’omniprésence du thème de l’immigration non seulement dans le discours politique, mais également dans les médias lors de périodes de crise économique, conditionne une opinion publique de moins en moins favorable au recours à l’immigration, et peut même nourrir des réactions xénophobes. En effet, une partie de la presse entretient et se fait l’écho de l’évolution de l’opinion. Pour Gérard Noiriel, le traitement médiatique de l’immigration est paradigmatique du tournant des années 1970 :

  • 20  Gérard Noiriel, Atlas de l’immigration en France : exclusion, intégration, Paris, Éditions Autreme (...)

Alors que le sujet intéressait peu pendant les années de prospérité, il fait désormais la « une » de l’actualité. Certes, selon leur coloration politique, les journaux n’aboutissent pas tout à fait aux mêmes conclusions. Les journaux d’extrême droite […] jouent toutefois un rôle incitateur, puis tous les organes de presse ont tendance à suivre le mouvement20.

  • 21  À partir de Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, op. cit., p. 1047 et de l’enquête Sof (...)

15En ce qui concerne le regroupement familial par exemple, alors qu’il était considéré comme souhaitable à 71 % dans les années 70, il se situe en 1990 au-dessous de 45 %21, les Français étant de plus en plus nombreux à considérer que l’immigration est un facteur aggravant de la crise. Par conséquent, l’opinion favorable des Français au sujet de l’immigration pendant la période des Trente Glorieuses, se voit dès lors entamée. Peut-être le pays d’accueil envisageait-il l’immigration comme provisoire et réversible, et réalise-t-il désormais son caractère permanent.

16Comme l’a signalé Ralph Schor, ce mécanisme de rejet de l’étranger en temps de crise apparaît comme une constante car :

  • 22  Ralph Schor, Français et immigrés en temps de crise (1930-1980), Paris, L’Harmattan, 2004,p. 7.

Les victimes de la crise cherchent tout naturellement les responsables de l’injustice qu’elles subissent. Elles se sentent en général sans prise concrète sur les complexes mécanismes de l’économie moderne. […] En revanche, l’immigré, le nouveau venu, celui qui se singularise par ses différences, est proche et aisément identifiable22.

  • 23  Ibid., p. 1038
  • 24  À partir de Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, op. cit., p. 1047 et l’enquête du 6 a (...)

17D’où le positionnement des Français sur la question de l’emploi en temps de crise : si l’immigration est bienvenue pendant les périodes d’expansion, dans des périodes de crises économiques et de chômage, elle fait l’objet de rejet. En effet, en 1971 déjà, 60 % des sondés estiment qu’en cas de crise de l’emploi, à niveau professionnel égal, les étrangers devraient être renvoyés en priorité. Une tendance qui s’accentue sur la période puisqu’en 1974, 65 % des sondés affirment que les Français doivent être prioritaires sur l’emploi23. De plus, on observe un véritable revirement de l’opinion sur la question de l’intégration à laquelle les Français croient de moins en moins, puisque les courbes des deux réponses « La plupart des immigrés qui vivent en France pourront être intégrés dans la société française, c’est une question de temps » et « La plupart des immigrés ne pourront être intégrés dans la société française car ils sont trop différents » – se croisent dès le milieu des années 1980 pour donner l’ascendant à l’impossible intégration24. Cette évolution de l’opinion se traduit en partie par une absorption de ces thèses par les partis d’extrême droite, qui se nourrissent des idées xénophobes présentes dans l’opinion et leur donnent une résonance sur la scène politique.

  • 25 Ibid., p. 118.

18Néanmoins, en ce qui concerne les Espagnols, la tendance en 1984 et en 1990 sera similaire à celle que l’on avait pu observer dans les années 70 : la nationalité espagnole reste la moins visée par le rejet. En effet, à la question « dites si vous trouvez qu’ils sont trop nombreux », les Espagnols, immigrés de longue date sur le sol français, obtiennent le pourcentage le plus élevé avec entre 60 et 75 % de réponses négative, faisant ainsi des Espagnols la population la mieux acceptée25.

L’immigration espagnole en France : perception des Espagnols

19Après avoir considéré la perception des Français à l’égard de l’immigration espagnole, il est indispensable de croiser ce regard avec celui des immigrés eux-mêmes sur la France et les Français afin de voir s’il existe une corrélation entre eux.

Les regards du pays d’origine sur le pays d’accueil : entre stéréotypes et idées reçues

  • 26 Guía del emigrante español, Instituto Español de Emigración, Ministerio de Trabajo, 1958.

20Si l’immigration espagnole en France a laissé des empreintes significatives dans l’opinion, la France et les Français renvoient également une représentation dans l’imaginaire collectif à l’international, que les Espagnols émigrants avaient probablement à l’esprit à l’heure de traverser les Pyrénées. Un certain nombre d’idées reçues sur une France en pleine expansion sont alors exploitées pour promouvoir l’émigration vers ce pays. En 1958, l’Institut Espagnol d’Émigration – rattaché au Ministère du travail – publie un Guide de l’émigrant espagnol26, destiné tout particulièrement à ceux qui projettent de s’installer en France. Sur la couverture c’est une vision stéréotypée et restrictive de la France qui est proposée, en réduisant le pays à sa capitale. Les monuments emblématiques de Paris, la Tour Eiffel, Notre-Dame et le Panthéon, érigent Paris comme une capitale de prestige, et présentent la France comme un pays culturellement et économiquement riche et, par conséquent, attrayant. Dans la même veine, le chapitre intitulé « La vie en France », s’appuie sur les mêmes clichés du Français, ou plutôt du Parisien : un peintre portant un béret, avec Notre-Dame de Paris comme objet de sa création. Il convient de noter le contraste existant entre l’image de la France qui est véhiculée ici et l’enjeu de l’émigration : une émigration de travail et non un séjour touristique, comme on pourrait le croire en voyant ce guide.

21Or, pour les Espagnols qui décident de quitter leur pays, et même si, dans un premier temps, cette émigration devait être provisoire, l’imaginaire collectif dessine alors une France où prospérer est chose facile pour qui le désire. L’émigration vers les puissances industrialisées de l’Europe est alors une garantie de réussite économique. De plus, le discours des autorités espagnoles sur leurs ressortissants s’avère tout aussi enthousiaste, et ce, pour des raisons avant tout socio-économiques. Prenons à titre d’exemple, la déclaration du ministre du Travail, Licinio de la Fuente, lors d’une session des Cortes, en 1972 :

Aujourd’hui, nous pouvons dire avec fierté que nos émigrants, grâce à leur travail, ont su gagner prestige et respect dans les milieux où ils travaillent, ce qui est la meilleure compensation pour le gouvernant espagnol qui leur rend visite et n’entend que des éloges [à leur égard].

  • 27  Traduction de l’auteur à partir de « Hoy podemos decir con orgullo que nuestros emigrantes, con su (...)

L’Espagne a une dette de gratitude envers eux, parce que leur effort et leurs économies ont contribué à notre développement, mais aussi parce que leur conduite, leur sérieux et leur capacité de travail ont catégoriquement démenti les vieilles légendes et ouvert de fructueux chemins vers le prestige et la considération de notre peuple27.

22C’est par conséquent un bilan de l’émigration tout à fait positif qui est dressé. La reconnaissance officielle de l’Espagne qui est adressée à ses ressortissants rappelle le rôle décisif de l’émigration dans le redressement du pays, et ne manque pas de mettre l’accent sur l’intégration des Espagnols dans le pays d’accueil, une intégration qui semble participer d’une nouvelle représentation de l’Espagne à l’étranger.

La perception du pays d’accueil par les immigrants

  • 28  À partir de Jean-Philippe Butaud, Le logement des immigrés, Paris, Caisse nationale de retraite de (...)

23L’examen des enquêtes qui cherchent à quantifier la satisfaction des immigrés fournit des éléments permettant de cerner le ressenti des Espagnols sur leur pays d’accueil. Une étude contemporaine à la vague d’immigration économique réalisée en 1973, démontre qu’il existe bel et bien une réciprocité entre l’acceptation du pays d’accueil et le sentiment de bien-être des immigrants. Aussi les Européens les plus anciens sur le territoire sont-ils les plus satisfaits de leur situation : les Italiens se déclarent satisfaits à 78 %, les Espagnols à 57 %, les Portugais à 44 %28. Ces derniers, arrivés plus tardivement, font partie des plus insatisfaits : ils ont des conditions de travail, de rémunération, de logement moins bonnes que leurs collègues espagnols ou italiens, des conditions similaires à celles de ces mêmes migrants à leur arrivée, quelques années plus tôt. On remarque donc un effet de miroir entre les enquêtes sur l’opinion des Français et celle des immigrés. Il existe en effet une réelle corrélation entre l’opinion du pays d’accueil et le sentiment d’intégration des immigrés : plus l’opinion française est favorable, plus le sentiment d’intégration des immigrés est fort.

  • 29  Yvan Gastaud, op. cit., p. 65.

24Afin de mesurer l’évolution de cette situation, considérons sa dimension diachronique en jetant un regard prospectif vers les années 1980. L’enquête de l'institut SOFRES de décembre 1984 offre un premier élément d’analyse relatif à la forme que prend l’enquête. Ainsi, on ne traite plus de manière distincte les Italiens, Espagnols et Portugais, mais on les regroupe sous l’appellation « Européens du Sud », une approche qualifiée par Yvan Gastaud de « stéréotypée et globalisante29 ». Dans cette même enquête, à ces Européens du Sud s'ajoutent les Maghrébins, les Africains Noirs et les Asiatiques, sans autre distinction quant à leur pays d'origine, une simplification lexicale qui est le reflet des appellations et donc des assimilations inspirées par l'opinion.

  • 30  Données fournies par l’enquête du 6 au 10 décembre 1984 sur « La France et le Français vus par les (...)

25Quant à la perception des immigrés au sujet de leur propre intégration, notons qu’il s’agit d’Espagnols qui sont installés en France depuis 10 à 30 ans au moment de l'enquête. De tous les immigrés interrogés, les Européens du Sud sont manifestement les plus satisfaits de l'accueil et de leur vie en France, puisque si c'était à refaire, 82 % d'entre eux reviendraient y vivre et y travailler. Aussi ne voient-ils pas d’inconvénients à ce que leurs enfants épousent un Français. Toutefois, au milieu des années 1980, moins d'un tiers des Espagnols résidant en France (29 % précisément) souhaitent obtenir la nationalité française, contre 74 % pour les Asiatiques, 41 % pour les Africains Noirs et 16 % pour les Maghrébins30. Le cas des Espagnols et des Portugais peut s’expliquer en partie par la démarche originelle de cette migration économique qui se voulait provisoire : le retour dans leur pays respectif était programmé après avoir épargné une certaine somme d’argent grâce au travail fourni à l’étranger.

  • 31  Ibid., p. 111.
  • 32  José Babiano, « Les émigrants espagnols en France : ‘associationnisme’ et identité culturelle », M (...)

26On remarque qu’en ce qui concerne l’intégration et par là-même le lien social qu'ils entretiennent avec la population française, si 75 % de l'ensemble des immigrés disent côtoyer des amis français en dehors du travail, 85 % des Européens du Sud l’affirment31. De la force de ce lien social dépend également le ressenti des immigrés sur la xénophobie, un point tout à fait central pour mesurer l’état de l’opinion des immigrés dans leur pays d’accueil. Dans la période de plein emploi, bien qu’elle ne soit pas exempte de racisme, le sentiment de rejet, si l’on se fie aux sondages, semble relativement peu affecter les migrants. À la question « le racisme ou le mauvais accueil vous affecte ou affecte votre famille ? », la réponse « pas du tout » apparaît comme largement majoritaire pour les Européens du Sud – 96 % chez les Italiens, 84 % chez les Espagnols, 75 % chez les Portugais –. Le lien entre cette question et celle sur la satisfaction des immigrants est ténu : les immigrants qui sont le moins satisfaits de leur accueil en France sont ceux qui déclarent être affectés par une forme de racisme. Par ailleurs, d’aucuns considèrent l’assimilation espagnole à la société française comme totale. José Babiano, dans un travail approfondi au sein de la Fondation 1° de Mayo sur le rôle du mouvement associatif espagnol dans les pays d’accueil, va jusqu’à affirmer que « l’activité des centres et des associations d’Espagnols […] représente dans son ensemble une lutte contre “l’invisibilité” de la colonie32 ». Forts de leur intégration, les Espagnols procèderaient ainsi à une réaffirmation de leur identité au sein de la société d’accueil dans le but notamment de la transmettre aux générations suivantes, réceptacles d’une double culture.

La perception du pays d’origine par les émigrants

  • 33  Le témoignage recueilli par Andrés Sorel est particulièrement révélateur à ce sujet : « Tous ont ç (...)
  • 34  Calculs effectués par l’auteur à partir de Amando de Miguel, Isabel París, Los emigrantes españole (...)

27Comme nous l’avons signalé, l’ombre du retour plane sur tous les émigrants économiques, dont l’installation dans le pays d’accueil était au départ envisagée comme non définitive. Or, si la concrétisation du retour dépend du degré d’intégration et de la durée de résidence dans le pays d’accueil, elle dépend aussi nécessairement de la perception qu’a le ressortissant de son pays d’origine au moment d’envisager ce retour33. Un sondage réalisé en 2000 sur les ressortissants espagnols à l’étranger nous apporte des éléments de réponse assez précis puisqu’il distingue les Espagnols en fonction de leur région d’origine. Parmi les Espagnols interrogés, 77 % résident dans le pays d’accueil depuis 21 à 50 ans, et ont par conséquent émigré entre 1950 et 1979, ce sont donc les émigrants économiques qui constituent la majeure partie du panel. Sondés sur leurs craintes concernant un retour potentiel, près de la moitié d’entre eux (48 %) déclarent être inquiets quant au marché du travail en Espagne, et 43,6 % quant au prix du logement. À cette réserve exprimée sur la situation économique outre-Pyrénées s’ajoute, bien que dans une moindre mesure, l’appréhension d’un nouvel isolement social puisque 23,4 % des sondés craignent de perdre les amitiés tissées dans le pays d’accueil et 22,4 % d’entre eux expriment la crainte de se sentir étrangers dans leur pays d’origine34. Ce dernier aspect soulève une problématique propre à l’émigration, à savoir la dissension entre l’appartenance à deux cultures, et l’absence d’appartenance pleine à une patrie.

28Considérons enfin la perception qu’ont les Espagnols expatriés des conditions de vie dans leur pays d’origine en comparaison avec celles de leur pays d’accueil. Cette approche contrastive indique que, malgré une intégration effective dans le pays d’accueil, 70 % d’entre eux préfèrent le rythme de vie espagnol. Or, s’ils ne sont que 30 % à juger la situation de l’emploi plus avantageuse en Espagne, ils sont quasiment la moitié (47,6 %) à estimer que le rapport entre le coût de la vie et les salaires est favorable en Espagne à l’aube du xxie siècle, ce qui expliquerait le retour de certains d’entre eux. Néanmoins, si l’on aborde cette même question avec leurs enfants, ces derniers estiment que la situation de l’emploi demeure meilleure en France, comme en témoigne l’enquête qualitative menée par Laura Oso Casas auprès de la deuxième génération d’émigrants espagnols en France :

  • 35  Traduction de l’auteur à partir de « Es frecuente igualmente considerar que las condiciones labora (...)

Il est également fréquent de considérer que les conditions de travail sont plus favorables en France qu’en Espagne. Les rejetons de l’émigration évaluent de manière plus positive le marché du travail du pays qui les a vus naître. De meilleurs salaires, plus de droits pour les travailleurs. En Espagne, on perçoit une plus grande précarité35.

  • 36  Traduction de l’auteur à partir de « abrió unas puertas », ibid., p. 55.
  • 37  Traduction de l’auteur à partir de « No creo que se haya ganado más, viniéndose uno que quedándose(...)

29Évoquons, pour terminer, le regard que porte cette deuxième génération sur la situation des Espagnols en France en comparaison avec celle de leur famille restée en Espagne. Les points de vue de ces enfants d’immigrants divergent : alors que certains d’entre eux, nés à Paris, considèrent que la formation qu’ils ont pu recevoir dans la capitale leur a « ouvert des portes36 » contrairement à leurs cousins vivant en Espagne, d’autres croient en revanche que les membres de leur famille restés en Espagne ont finalement aussi bien, voire mieux réussi qu’eux-mêmes. Le témoignage de Julia, fille d’immigrants espagnols est à cet égard révélateur puisqu’elle déclare : « Je ne crois pas que ceux qui sont venus [en France] aient gagné plus en venant ici que s’ils étaient restés là-bas37 », une déclaration qui laisse supposer que pour une partie des immigrants, le rêve français ne s’est pas réalisé.

Conclusion

30Finalement, aborder la question de l’immigration à travers le prisme de l’opinion publique permet de voir ô combien la représentation de l’altérité est similaire, que l’on se place d’un côté ou de l’autre du miroir. Les enquêtes d’opinion réalisées des deux côtés des Pyrénées soulignent le recours fréquent au stéréotype, l’oscillation permanente entre attraction et rejet, et font se refléter les regards de la population immigrante et des habitants du pays d’accueil. Au fil des années, les sondages démontrent que le sentiment d’acceptation des populations française et espagnole l’une à l’égard de l’autre évolue positivement. Toutefois, si les enquêtes quantitatives semblent révéler un sentiment général de satisfaction des immigrants économiques espagnols en France, il n’est pas incompatible avec l’expérience du déracinement inhérente à toute émigration.

Haut de page

Notes

1  Il est d’usage de qualifier d’économique cette immigration de travail, mais il est difficile d’arriver à connaître les motivations exactes de l’ensemble de ces Espagnols, c’est pourquoi il n’est pas exclu qu’au facteur économique s’ajoute, dans certains cas, le facteur idéologique.

2  Nous nous appuierons notamment sur des enquêtes réalisées pour l’INED en 1966, 1971 et 1974 – en particulier celle de Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, « Attitudes des Français à l'égard de l'immigration étrangère. Nouvelle enquête d'opinion », Population, 29e année, n° 6, 1974 – et donc contemporaines du flux massif d’immigration en France, que nous confronterons à des sondages plus récents réalisés en 1984 et 1986 – principalement ceux réalisés par l’institut Sofres et recensés dans Opinion publique 1986,Sofres, Gallimard, 1986 – afin de prendre en compte la dimension évolutive de l’opinion. Par ailleurs, il convient de préciser que ces enquêtes quantitatives nous donneront un aperçu des tendances générales de l’opinion, aussi notre étude ne prétend-elle pas prendre en considération les expériences individuelles qui peuvent s’avérer bien différentes.

3  Manuel Tuñón de Lara, « Espagnols en France », Esprits, avril 1966, p. 207, cité par Bruno Tur, « Stéréotypes et représentations sur l’immigration espagnole en France », Migrances, n° Hors-série, 2007, p. 72.

4  Laura Oso Casas, « La réussite paradoxale des bonnes espagnoles de Paris », Revue Européenne des migrations internationales, vol 21, n° 1, 2005, p. 3.

5 Chaque flux migratoire va supplanter un flux migratoire antérieur, lequel flux sera lui-même supplanté par une autre nationalité. Ainsi, peut-on constater qu’au milieu des années cinquante, alors que l’immigration polonaise est en déclin, la vague italienne se consolidera jusqu’au début des années soixante, moment où les Espagnols s’imposent comme la nationalité la plus représentée en France, au recensement de 1968 en particulier, avant d’être à leurs tour dépassés par les Algériens, puis les Portugais.

6  Yves Lequin, La mosaïque France : histoire des étrangers et de l’immigration, Paris, Larousse, 1998, p. 429.

7  Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, « Attitudes des Français à l'égard de l'immigration étrangère. Nouvelle enquête d'opinion. », Population, 29e année, n° 6, 1974, p. 1037.

8  Ibid., p. 1048.

9  Bernard Granotier, Les Travailleurs immigrés en France, Paris, Maspero, 3° ed., 1976, p. 225.

10  Il convient de souligner le caractère fortement chargé de la question, qui impose comme une évidence la limitation de l’immigration et, qui plus est, invite à procéder à une hiérarchisation ethnique. Ces formulations pour le moins marquées disparaîtront progressivement des sondages dès les années 1980.

11  Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, op. cit., p. 1049-1050.

12 Ibid., p. 1028.

13  Francisco Parra Luna, La emigración Española a Francia, 1962-1977, Madrid, Instituto español de emigración, 198, p. 94.

14  Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, op. cit., p. 1032.

15  Ibid., p. 1061.

16  Yvan Gastaud, L'immigration et l'opinion publique en France sous la V° République, Paris, Le Seuil, 2000, p. 94-96.

17  Javier Rubio, La emigración española a Francia, Barcelona, Ariel, 1974, p. 365.

18  Francisco Parra Luna va jusqu’à qualifier d’estime le sentiment de la population française à l’égard de la communauté espagnole. Selon lui, « La proximité culturelle et géographique, l’histoire, le relatif niveau matériel de vie avec ses corollaires éducatifs et professionnels, l’ancienneté de l’installation, etc. sont des raisons suffisantes pour expliquer cette préférence ». Dans La emigración Española a Francia, 1962-1977, Madrid, Instituto español de emigración, 1981, p. 99.

19  Yves Lequin, op. cit., p. 432.

20  Gérard Noiriel, Atlas de l’immigration en France : exclusion, intégration, Paris, Éditions Autrement, 2002, p. 24.

21  À partir de Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, op. cit., p. 1047 et de l’enquête Sofres du 18 au 22 août 1990 sur « Les Français et l’immigration », réalisée sur un échantillon national représentatif de 1000 personnes pour Le Nouvel Observateur, 13 septembre 1990, citée par Yvan Gastaud, L'immigration et l'opinion publique en France sous la V° République, Paris, Le Seuil, 2000, p. 321.

22  Ralph Schor, Français et immigrés en temps de crise (1930-1980), Paris, L’Harmattan, 2004,p. 7.

23  Ibid., p. 1038

24  À partir de Yves Charbit, Alain Girard, Marie-Laurence Lamy, op. cit., p. 1047 et l’enquête du 6 au 10 décembre 1984 sur « la France et le Français vus par les immigrés » pour Actuel, dans Opinion publique 1986, Sofres, Gallimard, 1986, p. 112.

25 Ibid., p. 118.

26 Guía del emigrante español, Instituto Español de Emigración, Ministerio de Trabajo, 1958.

27  Traduction de l’auteur à partir de « Hoy podemos decir con orgullo que nuestros emigrantes, con su trabajo, han sabido ganarse un prestigio y un respeto en los ambientes donde trabajan que es la mejor compensación para el gobernante español que les visita y que solo oye elogios […]. / España no sólo tiene con ellos una deuda de gratitud por la contribución de su esfuerzo y su ahorro a nuestro desarrollo, sino porque con su conducta, su seriedad y su capacidad de trabajo han dado el mentís más rotundo a viejas leyendas y abierto fecundos caminos para el prestigio y la consideración de nuestro pueblo ». Intervention de Licinio de la Fuente lors du Pleno de las Cortes du 20 juillet 1972, cité par Andrés Sorel, 4° mundo, emigración española en Europa, Madrid, Zero, 1974, p. 146.

28  À partir de Jean-Philippe Butaud, Le logement des immigrés, Paris, Caisse nationale de retraite des ouvriers du Bâtiment et des Travaux Publics, 1973, p. 160.

29  Yvan Gastaud, op. cit., p. 65.

30  Données fournies par l’enquête du 6 au 10 décembre 1984 sur « La France et le Français vus par les immigrés » pour Actuel, dans Opinion publique 1986, Sofres, Gallimard, 1986, p. 112.

31  Ibid., p. 111.

32  José Babiano, « Les émigrants espagnols en France : ‘associationnisme’ et identité culturelle », Migrances, n° 21, 2002, p. 91.

33  Le témoignage recueilli par Andrés Sorel est particulièrement révélateur à ce sujet : « Tous ont ça en tête [revenir au pays]. Mais cela ne dépend pas de nous, mais plutôt des conditions de vie en Espagne ». Traduction de l’auteur à partir de « Todos piensan en eso [regresar al país]. Pero no depende de uno mismo sino de las condiciones que haya en España », dans Andrés Sorel, op. cit., p. 76.

34  Calculs effectués par l’auteur à partir de Amando de Miguel, Isabel París, Los emigrantes españoles, Ourense, La Región, 2001, p. 74-75.

35  Traduction de l’auteur à partir de « Es frecuente igualmente considerar que las condiciones laborales son más favorables en Francia, en comparación con España. Los retoños de la emigración evalúan de manera más positiva la situación laboral del país que les vio nacer. Mejores salarios, más derechos para los trabajadores. En España se percibe una mayor precariedad laboral. » dans Laura Oso Casas, Trans-ciudadanos : Hijos de la emigración española en Francia, Madrid, Fundación Francisco Largo Caballero, 2008, p. 51.

36  Traduction de l’auteur à partir de « abrió unas puertas », ibid., p. 55.

37  Traduction de l’auteur à partir de « No creo que se haya ganado más, viniéndose uno que quedándose », ibid., p. 56.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Das Neves, « Immigration et opinion publique : regards croisés sur l’immigration économique espagnole en France », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2557 ; DOI : 10.4000/framespa.2557

Haut de page

Auteur

Élodie Das Neves

Agrégée d’espagnol, doctorante en Études Hispaniques, laboratoire FRAMESPA, UMR 5136, Centre Universitaire de Formation et de Recherche Jean-François Champollion, Albi.
elodie.das-neves-valente@univ-jfc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org