Navigation – Plan du site
Le pouvoir de l'opinion publique

Les réticences de l’opinion publique britannique face à l’intégration et aux réformes européennes

The Reluctance of the British Public Opinion to European Integration and Reforms
Las reticencias de la opinión pública británica frente a la integración y a las reformas europeas
Thibault Courcelle

Résumés

Les Britanniques, généralement caricaturés comme eurosceptiques, sont considérés comme étant les « mauvais élèves » de l’Europe, plus tournés vers les relations transatlantiques que vers l’Europe continentale. Les sources statistiques que constituent les sondages Eurobaromètre de la Commission européenne depuis 1973 permettent de mesurer l’état de l’opinion publique britannique sur les questions européennes, de le comparer aux autres États et d’appréhender ses évolutions dans le temps. Nous nous attacherons ensuite à expliquer ce qui est à l’origine de la spécificité britannique sur les questions européennes, les représentations des Britanniques sur leur propre nation et leur rapport à l’Europe, les résonances que peut avoir le positionnement de l’opinion publique sur les politiques menées et réciproquement, et le rôle de la presse britannique comme vecteur de représentations eurosceptiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Site Internet de l’Eurobaromètre, consulté le 03 mai 2013. URL : http://ec.europa.eu/public_opinio (...)

1Les questions ayant trait à l’Europe, à l’identité européenne, à la citoyenneté européenne, aux rapports qu’entretiennent les populations avec les institutions européennes, leur connaissance de ces institutions, leur opinion – positive ou négative – vis-à-vis de ces institutions ou de leur action, préoccupent depuis déjà plusieurs décennies les communautés européennes et aujourd’hui l’Union européenne (UE). Pour évaluer l’évolution de la perception des populations vis-à-vis de l’Europe et des institutions européennes au sein de ses différents États membres, la Commission européenne a créé un organisme chargé de sonder les opinions publiques européennes dès 1973 avec la mise en place de l’Eurobaromètre1.

2L’Eurobaromètre constitue un outil de mesure précieux pour les chercheurs qui s’intéressent aux questions européennes. L’analyse de l’opinion publique se fait par sondages sous la forme de questionnaires administrés à au moins mille personnes dans chacun des pays membres. L’organisme compile ensuite les informations récoltées sous la forme de rapports semestriels comprenant de nombreux tableaux statistiques, des observations des résultats obtenus et des tentatives d’analyses généralement assez sommaires. Si ces rapports mériteraient souvent d’être plus approfondis, ils apportent néanmoins des tendances sur les opinions publiques en Europe qu’il convient ensuite au chercheur d’interpréter et d’approfondir.

3Pourquoi s’intéresser spécifiquement à l’opinion publique britannique et au positionnement de celle-ci sur les réformes des institutions européennes ?

  • 2  Cf. notamment l’article d’Anthony Forster, «Euroscepticism: What, Why and Where?», p. 99-111, dans (...)
  • 3 Robert Harmsen, «Is British Euroscepticism still unique?», dans Ramona Coman et Justine Lacroix ( (...)

4Les positionnements très spécifiques de la population britannique vis-à-vis de la construction européenne font l’objet depuis longtemps de nombreuses analyses et le thème n’est en soi, pas original, mais dans le contexte d’un probable référendum britannique à l’horizon 2015-2017 au sujet du maintien ou non du Royaume-Uni (R-U) dans l’UE, il est intéressant de synthétiser et de mettre à jour les connaissances scientifiques sur ce sujet. Les Britanniques sont généralement considérés et souvent caricaturés comme étant majoritairement très « eurosceptiques ». Même si la définition du terme d’eurosceptique est sujette à discussion et éclaircissements2, celui-ci est défini par le dictionnaire Larousse comme étant une « personne qui doute de la viabilité ou de l'utilité de la construction de l'Union européenne ». Ce terme trouve son origine au Royaume-Uni dans les années 1980 et se répand rapidement dans les milieux politiques et journalistiques comme synonyme « d’anti-marché » (anti-marketeers) pour désigner les Britanniques qui s’opposent au marché commun européen3. Ce terme d’eurosceptique n’est aujourd’hui plus utilisé dans le débat comme synonyme d’anti-marché, car les eurosceptiques britanniques, s’ils s’opposent à l’Europe sociale et politique, se déclarent généralement très favorables à la participation britannique dans le marché unique européen et sont souvent farouchement libre-échangistes. Ceci explique qu’ils sont opposés à tout protectionnisme et sont majoritairement en faveur d’un élargissement de ce marché : intégration de la Turquie, création d’une zone de libre-échange avec les États-Unis, etc.

5Nous allons donc, tout d'abord, vérifier à partir des études de l’Eurobaromètre si l’opinion publique britannique a bien une attitude eurosceptique, observer l’évolution de cette attitude dans le temps et voir si elle diffère singulièrement ou pas de celle des autres États européens, et enfin, analyser l’attitude de l’opinion publique britannique vis-à-vis du plus grand projet de réforme des institutions européennes de la dernière décennie : le Traité constitutionnel européen de 2005.

6Nous chercherons, ensuite, à identifier les causes de l’euroscepticisme britannique en explicitant les principales représentations des Britanniques vis-à-vis de l’Europe, l’influence que peuvent avoir les prises de position gouvernementales britanniques depuis les débuts de la construction européenne, ainsi que les images véhiculées par les principaux titres de presse.

La perception de l’Europe et de la réforme des institutions européennes par l’opinion publique britannique

7Avant d’interpréter les sondages de l’Eurobaromètre et le positionnement de l’opinion publique britannique, il convient de rappeler le problème que pose la méconnaissance des institutions européennes et de leur rôle par la grande majorité des Européens et pas seulement des Britanniques. Cette méconnaissance s’explique en grande partie par la complexité du mécanisme institutionnel européen et par la multiplication des organes européens dans le temps. Il est difficile, pour un citoyen ordinaire, de faire la différence entre « Conseil de l’Europe » et « Conseil européen », entre « Parlement européen » et « Assemblée parlementaire de l’Europe », entre « Cour de justice de l’Union européenne » et « Cour européenne des droits de l’homme », alors même qu’il s’agit d’organisations totalement distinctes. Cette confusion est renforcée par le fait que le siège de certaines organisations européennes aux compétences et aux attributions complètement différentes se trouve au même endroit. À Strasbourg, le Parlement européen de l’UE est ainsi géographiquement situé en face du Palais du Conseil de l’Europe et de la Cour européenne des droits de l’homme. Cette confusion est un vrai problème dans le débat européen au Royaume-Uni où, dans les articles de presse des tabloïds, « Council of Europe » est souvent utilisé comme simple synonyme de « European council ».

Eurosceptiques, les Britanniques ?

  • 4  Monica Charlot, Jean-Claude Sergeant, Britain and Europe since 1945, Paris, Éditions Armand Colin (...)

8L’opinion publique britannique a rarement été consultée directement par référendum sur l’Europe, la construction européenne ou les réformes européennes, bien que ces questions jouent un rôle important lors des élections nationales et européennes. La seule fois où elle a été directement et uniquement sollicitée sur l’Europe fut le 5 juin 1975, jour où les citoyens britanniques se sont prononcés, à 67,2 % de oui contre 32,8 % de non, en faveur du maintien de leur pays dans la Communauté européenne deux ans après son adhésion4. Cette large adhésion de l’opinion publique britannique, renforcée par une forte participation (65 %), en faveur du maintien du Royaume-Uni dans la Communauté économique européenne (CEE) n’était pourtant pas acquise. Entre 1967 et 1974, les Britanniques, dans tous les sondages réalisés, se prononçaient largement en défaveur de l’appartenance de leur pays à la CEE, même après l’adhésion du Royaume-Uni le 1er janvier 1973, et même après le référendum de 1975.

  • 5  Pauline Schnapper, La Grande-Bretagne et l’Europe. Le grand malentendu, Paris, Presses de Science- (...)
  • 6  Monica Charlot, Jean-Claude Sergeant, Britain and Europe since 1945, op. cit ., p. 57.
  • 7  Catherine Ilic et Chloé Leprince, God save l’Europe. L’Europe vue par les Britanniques, Clamecy, É (...)

9Cette désaffection avait même conduit les Britanniques à ne pas reconduire le Premier ministre conservateur Edward Heath en 1974, dont le principal succès était d’avoir fait entrer son pays dans la CEE5. La question de l’Europe était néanmoins secondaire dans cette défaite qui était surtout liée à la lutte entre le gouvernement qui cherchait à maîtriser l’inflation, et le syndicat des mineurs de fond, The National Union of Mineworkers, qui s’opposait à la limitation de l’augmentation des salaires et refusait les contrôles gouvernementaux. En août 1974, 30 % seulement des Britanniques souhaitaient rester dans la CEE et 47 % se prononçaient pour quitter la CEE6. Le camp des « anti-marketeers » faisait alors campagne pour un renforcement des liens du Royaume-Uni avec les autres États du Commonwealth qui, selon eux, allait à l’encontre des intérêts d’un renforcement des liens avec l’Europe continentale. Cette désaffection des Britanniques envers l’Europe s’explique également par le déclin économique du Royaume-Uni qui s’est poursuivi après l’adhésion aux Communautés européennes, notamment en raison des chocs pétroliers suite à la Guerre de Yom Kippour en octobre 1973, engendrant des grèves fréquentes et successives dans tous les domaines et une profonde désillusion sociale. La promesse des pro-européens que tout irait mieux une fois le Royaume-Uni intégré dans le Marché commun était de plus en plus intenable, d’autant plus que cet État était alors le deuxième contributeur net au budget des Communautés après l’Allemagne et loin devant la France, perçue comme grande bénéficiaire du budget européen avec la Politique Agricole Commune (PAC). La campagne pour le non en 1975 était alors basée sur le slogan « Sortir de l’Europe et entrer dans le monde »7.

10Son successeur, le Premier ministre travailliste Harold Wilson, a su inverser la tendance dans l’opinion en obtenant quelques renégociations du traité d’adhésion, notamment pour préserver les liens économiques du Royaume-Uni avec ses partenaires du Commonwealth. Cette attitude en faveur du maintien du Royaume-Uni au sein des Communautés européennes durant le vote de 1975 reste, depuis lors, ce que l’on pourrait considérer comme « l’arbre qui cache la forêt largement eurosceptique ».

  • 8  Chiffres provenant du site du Parlement européen, consulté le 03 mai 2013. URL :  http://www.europ (...)

11Depuis 1979, les élections européennes permettent également de juger de l’état de l’opinion publique britannique (et des autres pays européens) vis-à-vis des questions européennes. Le taux de participation à ces élections au Royaume-Uni est toujours largement inférieur à celui de la moyenne européenne. Le Royaume-Uni bat même tous les records d’abstention lors des cinq premières élections qui se sont déroulées entre 1979 et 1999, avec 32 % de participation en 1979 (pour une moyenne de 62 % pour l’Europe des neuf) et seulement 24 % de participation en 1999 (pour une moyenne de 50 % pour l’Europe des Quinze). Lors des deux dernières élections européennes, le taux de participation est un peu remonté au Royaume-Uni, mais reste largement inférieur à la moyenne européenne (35 % de participation au Royaume-Uni en 2009 pour une moyenne de 43 % dans l’UE des Vingt-sept)8. Ce faible taux de participation n’est cependant pas propre aux élections européennes, il est semblable au taux de participation britannique dans les élections locales au Royaume-Uni.

Figure 1

Figure 1

Taux de participation aux élections européennes 1979-2009

Site du Parlement européen : http://www.europarl.europa.eu/​aboutparliament/​fr/​000cdcd9d4/​%C2%A0Taux-de-participation-%281979-2009%29.html
Droits de reproduction : © Parlement européen

12Il convient également de relativiser ces chiffres par une première observation : le taux de participation est toujours faible mais reste stable au Royaume-Uni, alors qu’il chute partout ailleurs en Europe. En France, le taux de participation a ainsi dévissé de 61 % en 1979 à 41 % en 2009. Il est ensuite difficile d’interpréter les résultats de ces élections alors que la majeure partie de la population ne s’est pas exprimée et, lorsqu’elle l’a fait, ce sont généralement des préoccupations nationales et non européennes qui sont en débat. Le vote se transforme alors généralement en test de popularité pour le gouvernement en place et les élections européennes favorisent le vote protestataire. Le BNP (British National Party), parti populiste et ultra-nationaliste, a ainsi obtenu deux sièges lors des élections européennes de 2009 avec 6,2 % des voix en Grande-Bretagne, alors qu’il n’a obtenu que 1,9 % des suffrages lors des élections législatives britanniques de 2010. Aux deux dernières élections européennes, l’UKIP (United Kingdom Independence Party), parti fondé en 1993 qui prône le retrait du Royaume-Uni de l’UE, a fait une remarquable percée en obtenant 16,1 % des voix en 2009 et treize sièges de députés européens, derrière les Tories (conservateurs) avec 27 % des voix, mais devant le Labour (travaillistes) qui ne recueille que 15,3 % des suffrages. Si l’on s’en tient aux résultats, ils traduisent un certain rejet de l’Europe, mais le faible taux de participation peut aussi être interprété comme une large indifférence de la part des Britanniques. Il faut également tenir compte de ce que l’effort fait par les partis traditionnels dans la campagne lors de ces élections a été minime en comparaison de celui déployé par l’UKIP, qui a été très important et bien financé.

  • 9  Bruno Cautrès, « L’opinion publique britannique et l’Europe », dans Le Royaume-Uni et la construct (...)

13Les sondages de l’Eurobaromètre permettent de mesurer à la fois l’enthousiasme de l’opinion publique britannique vis-à-vis de l’Europe et de la construction européenne, et aussi de situer la place qu’occupe le Royaume-Uni dans la géographie des attitudes européennes. Bruno Cautrès, chercheur en sociologie politique, a pu observer que le soutien à l’intégration européenne varie en fonction du degré de généralité des indicateurs : plus les questions sur la signification et les implications d’une plus forte intégration européenne sont précises et touchent aux conséquences de cette intégration sur la vie quotidienne des citoyens, moins elles suscitent en général l’adhésion9.

  • 10  Eurobaromètre n° 75, 2011, p. 51, consulté le 03 mai 2013. URL : http://ec.europa.eu/public_opinio (...)

14Cette observation est particulièrement vraie pour l’opinion publique britannique. Lors d’un sondage en 2010 sur le sentiment d'être européen, près de la moitié (48 %) des Britanniques a répondu positivement. Le Royaume-Uni se classe cependant en dernière position des vingt-sept États membres, loin de la moyenne européenne située à 74 %. Si la question porte plus spécifiquement sur l’image de l’UE auprès de l’opinion, le Royaume-Uni se classe encore en dernière position des Vingt-sept avec seulement 22 % des Britanniques qui ont une opinion positive de l’UE en 2011, alors que la moyenne dans l’ensemble de l’UE est à 40 %10.

  • 11  Oskar Niedermayer, «Trends and contrasts», dans Oskar Niedermayer et Richard Sinnott (dirs.), Publ (...)
  • 12  Eurobaromètre n° 1, 1974, p. 34, consulté le 03 mai 2013. URL : http://ec.europa.eu/public_opinion (...)
  • 13  Eurobaromètre n° 75, 2011, p. 37.

15De tous les indicateurs de l’Eurobaromètre, le seul qui soit interprétable sans ambiguïté, selon Oskar Niedermayer11, est celui du bénéfice tiré de l’appartenance de son pays à la Communauté européenne ou à l’UE. Sur cette question-là, les Britanniques se distinguent largement des autres pays avec seulement 31 % de la population qui estime que c’est une bonne chose en 1973, alors que la moyenne de la CEE à neuf est de 56 % d’opinion positive12. Ce faible degré de satisfaction n’est alors comparable qu’à celui du Danemark et reste constant sur plusieurs décennies (28 % en 1983, 29 % en 2004). Lors du dernier rapport de l’Eurobaromètre en 2011, ce faible degré de satisfaction ne se dément pas avec seulement 35 % de Britanniques qui estiment que leur pays bénéficie de son appartenance à l’UE contre 54 % qui pensent le contraire, alors que la moyenne pour l’Europe des Vingt-sept est de 52 % d’opinion positive contre 37 % d’opinion négative13.

16Toutes ces statistiques indiquent donc clairement que l’euroscepticisme de l’opinion publique britannique n’est pas un mythe et que le Royaume-Uni, sur les questions européennes, se détache clairement des autres pays européens en remportant à chaque fois la « palme » du bas du classement de l’Eurobaromètre. Il est intéressant, à cet égard, de mesurer l’ampleur de l’euroscepticisme britannique vis-à-vis du plus grand projet de réforme des institutions européennes de la dernière décennie : celui du Traité constitutionnel européen de 2005.

Le positionnement des Britanniques par rapport au Traité constitutionnel européen de 2005

  • 14  Ces dix États sont le Danemark, l’Espagne, la France, l’Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, la P (...)
  • 15  Eurobaromètre spécial n° 214, « Le futur traité constitutionnel », 2005, 102 p.

17Le 29 octobre 2004 à Rome, les chefs d’État et de gouvernement des vingt-cinq États membres de l’UE ont signé le traité établissant une Constitution pour l’UE. Le processus de ratification de ce traité est alors prévu pour durer deux ans afin de permettre à la constitution, si elle est acceptée, d’entrer en vigueur le 1er novembre 2006. La plupart des États choisissent alors de ratifier ce traité par voie parlementaire, mais une dizaine d’États14 – dont le Royaume-Uni, l’Espagne et la France – ont choisi une ratification par voie référendaire. Le premier ministre britannique, Tony Blair, a alors promis un référendum sur le traité à une date indéterminée. C’est dans ce contexte que l’Eurobaromètre, commandité par la Commission européenne, décide de lancer une grande enquête thématique15 sur ce traité pour prendre le pouls des opinions publiques européennes, particulièrement dans les pays où des référendums doivent être organisés.

18Cette enquête est réalisée sur le terrain durant le mois de novembre 2004 et se focalise sur quelques points :

  • les niveaux de connaissance réelle du projet de Constitution ;

  • les soutiens ou les oppositions qu’il génère ;

  • le niveau de confiance des citoyens de l’Union européenne envers les sources d’information sur le projet de Constitution.

  • 16  Eurobaromètre spécial n° 214, op. cit., p. 3.
  • 17  Ibid., p. 11.

19Sur le premier point, on observe que l’opinion publique britannique se classe en avant-dernière position, avant Chypre, concernant le niveau de connaissance du traité. La moitié des Britanniques déclare n’avoir jamais entendu parler de ce traité contre 44 % qui en ont entendu parler mais n’en connaissent que très peu de choses et seulement 6 % de la population qui en connaît globalement le contenu. La moyenne pour l’Europe des Vingt-cinq est à 33 % des Européens qui n’en ont jamais entendu parler, contre 56 % qui n’en connaissent que très peu de choses et 11 % qui en connaissent globalement le contenu. Le Royaume-Uni arrive en dernière position des dix États ayant opté pour le référendum16. Sur le contenu même du projet, les Britanniques se distinguent encore des autres opinions publiques européennes sur certains points. Si la moitié de la population britannique sait que le projet de constitution entraînera la création d’un poste de ministre des Affaires étrangères de l’UE, 45 % des Britanniques sont persuadés que la constitution créera également un impôt direct européen, contre 23 % qui pensent le contraire et 31 % qui bottent en touche. Sur ce point, les Britanniques se singularisent des autres Européens qui sont 27 % à penser qu’un impôt direct sera créé17.

  • 18  Eurobaromètre spécial n° 214, op. cit., p. 17.

20Sur le second point, l’euroscepticisme britannique est également remarquable car c’est le seul État où l’opinion publique se prononce majoritairement en défaveur du traité juste après son adoption par les chefs d’État et de gouvernement. Si la moitié de la population britannique ne sait pas encore si elle votera pour ou contre le traité, 30 % sont clairement opposés au traité contre 20 % qui se déclarent en faveur. À titre de comparaison, la moyenne dans l’UE à vingt-cinq est de 49 % en faveur, 16 % opposé et 35 % qui ne sait pas, et pour la France et les Pays-Bas – dont les populations rejetteront le projet de Traité constitutionnel les 29 mai et 1er juin 2005 – les sondages sont largement en faveur du traité (48 % de pour, 17 % de contre, 35 % d’indécis pour la France et 63 % de pour, 11 % de contre, 26 % d’indécis pour les Pays-Bas)18.

Figure 2

Figure 2

Taux d’adhésion au Traité constitutionnel européen

Eurobaromètre spécial n° 214, « Le futur traité constitutionnel », 2005, p. 17.
Droits de reproduction : © Commission européenne

21Au vu de ces statistiques et des référendums finalement réalisés quelques mois plus tard, on imagine donc sans peine quel aurait pu être l’ampleur du rejet du Traité constitutionnel par les Britanniques si le Premier ministre Tony Blair avait maintenu le référendum dans son pays. Prudent, celui-ci décidera de geler le processus de référendum après les votes français et néerlandais, tout comme cinq autres États qui n’avaient pas encore organisé le leur. Selon lui, un référendum n’est plus nécessaire puisque le traité original est caduc après les refus franco-néerlandais. Il opte alors en faveur d’amendements aux traités précédents et non plus en faveur d’un changement fondamental.

  • 19  Ibid., p. 28.

22Lorsqu’elle évoque les raisons de ce rejet, l’opinion publique britannique place en première place à plus de 50 % la perte de souveraineté nationale qu’entraînerait la ratification de ce traité et en deuxième place à 34 % le fait d’être contre l’Europe, la construction européenne et l’intégration européenne19.

  • 20  Ibid. , p. 37.

23Enfin, sur le dernier point, l’ensemble des opinions publiques européennes accorde une très faible confiance à la Commission européenne (11 % des sondés lui font confiance) ou au Parlement européen (15 % des sondés) pour s’informer sur le projet de constitution et la palme revient là encore à l’opinion publique britannique où la confiance envers la Commission européenne tombe à 4 % et envers le Parlement européen à 5 %20.

Figure 3

Figure 3

Le taux de confiance envers la Commission et le Parlement européen pour se tenir informé du Traité constitutionnel européen.

Eurobaromètre spécial n° 214, « Le futur traité constitutionnel », 2005, p. 37.
Droits de reproduction : © Commission européenne

24Ce cas d’étude concernant le principal projet de réforme européen depuis Maastricht en 1992 montre clairement la spécificité de l’euroscepticisme britannique, bien plus marqué que dans tous les autres pays européens. Il convient donc d’analyser plus en profondeur les raisons de cette spécificité.

Les raisons de l’euroscepticisme britannique

  • 21  Lucy Ash, «London, France's sixth biggest city», BBC News, 30 mai 2012.

25Il est de coutume d’accorder beaucoup d’importance à l’insularité des Britanniques pour expliquer, par une sorte de géographie déterministe, leur attitude différente du continent européen et leur profond euroscepticisme. Pourtant, si l’insularité a certainement une influence non négligeable dans les représentations de l’opinion publique britannique, elle n’explique pas tout, comme le montre l’exemple des Irlandais, largement plus européistes que leurs voisins. Malgré l’insularité, les Britanniques sont parmi les Européens les plus mobiles sur le continent et traversent la Manche à fréquence régulière pour le travail, les affaires, les vacances, les maisons secondaires, les maisons de retraite, etc. Réciproquement, un très grand nombre d’Européens continentaux de tous pays réside et travaille au Royaume-Uni. Londres, par le nombre de Français y résidant (de 300 000 à 400 000 selon le consulat français), est ainsi considérée comme la sixième ville française par la BBC21 (avant des villes comme Lille, Nantes ou Bordeaux). Il est donc important de prendre en compte l’ensemble des raisons à la fois historiques et politiques qui permettent de mieux appréhender ce qu’est l’Europe vue par les Britanniques.

Des raisons qui tiennent aux représentations nationales de la population

  • 22  Pauline Schnapper, La Grande-Bretagne et l’Europe., op. cit., p. 27.

26Dans leurs représentations, les Britanniques ressentent l’insularité comme leur ayant permis de développer une histoire à part, préservée de l’influence et des invasions continentales à partir de 1066 et constituant un héritage propre à leur nation. La guerre de Cent Ans (1337-1453), au cours de laquelle les Anglais perdent la totalité de leurs possessions territoriales sur le continent au profit des Français, modifie la vision qu’ont les Anglais de leur territoire et est à l’origine de l’apparition du sentiment national anglais22.

  • 23  Catherine Ilic et Chloé Leprince, God save l’Europe. L’Europe vue par les Britanniques, op. cit., (...)

27La souveraineté nationale britannique s’est ensuite forgée et développée sur un mode unique en Europe, fondé sur l’équilibre des pouvoirs et la souveraineté parlementaire. Cette souveraineté ne repose pas sur un seul document mais sur toute une série de grands textes adoptés depuis la Magna Carta de 1215, garante de la liberté individuelle où personne, pas même le roi, n’est au-dessus des lois, auquel s’ajoute l’Habeas Corpus de 1679, puis le fameux Bill of Rights en 1689 qui transfère formellement le pouvoir légitime du roi vers le Parlement. Ce n’est donc pas sur une constitution unique mais sur un ensemble de textes souples et évolutifs basé sur la pratique et la coutume que s’est construit le sentiment national britannique. Les Britanniques, préservés des invasions continentales à partir de la fin du Moyen-Âge, affirmèrent donc l’individualité de leur île dans les domaines du droit et de la politique, de la religion et de la culture, de leur caractère et de leur mode de vie23. Mais ils ne font alors pas exception en Europe puisque plusieurs nations développent progressivement leur individualité et leurs spécificités (l’« exception » française, le « sonderweg » allemand, etc.). Il convient également de rappeler que la culture britannique n’est pas alors hermétique au continent et que les influences réciproques sont nombreuses (littérature, musique, etc.), tout comme les échanges.

28L’insularité du Royaume-Uni n’a pas de facto isolé ou ouvert les Britanniques sur le monde. Les grands navigateurs et toutes les grandes explorations ont d’abord été le fait de continentaux portugais puis espagnols. La situation évolue à partir du xvie siècle lorsque les marchands et aventuriers anglais, encouragés par la reine Élizabeth. parcourent les mers et découvrent de nouveaux territoires pour en rapporter des richesses. L’Angleterre développe alors sa supériorité maritime et son esprit de conquête et, à partir de comptoirs commerciaux, bâtit un immense empire sur tous les continents jusqu’au milieu du xxe siècle.

29La perte de toutes les colonies britanniques comme européennes qui accèdent à l’indépendance à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors même que dans les représentations, les Britanniques gardent de la guerre l’image d’une grande victoire pour leur nation invaincue, engendre des représentations sur le déclin britannique et une nostalgie de l’époque impériale. Dès le début de la construction européenne, le discours eurosceptique s’articule sur la nostalgie du Royaume-Uni en tant que puissance économique et commerciale, modèle de démocratie parlementaire et État-nation souverain et impérial. Le discours eurosceptique véhicule alors une peur généralisée du déclin britannique qu’entraînerait une participation du Royaume-Uni à l’intégration européenne. Ce discours se décline en trois degrés d’intensité analysée par Agnès Alexandre-Collier, professeur en civilisation britannique à l’Université de Bourgogne :

  • 24  Agnès Alexandre-Collier, « La peur de l’Europe : le(s) discours du déclin de la nation britannique (...)

30Premièrement, la crainte que le pays puisse perdre ses avantages économiques et être dépossédé de ses attributs démocratiques ; deuxièmement, l’inquiétude à l’idée de perdre sa souveraineté nationale, voire d’être englouti ou détruit dans un vaste ensemble supranational ; troisièmement, une véritable angoisse à l’idée d’être envahi par « l’étranger », non seulement les ressortissants des autres États-membres mais aussi par les élites des institutions communautaires et, en conséquence, la peur de voir l’identité britannique disparaître ou se modifier au contact de l’autre24.

31Si ce dernier point est sans doute vrai pour certains Britanniques, il est bien difficile de le généraliser à l’ensemble de la population et il convient de le nuancer. Le Royaume-Uni est connu pour être l’un des pays les plus accueillants d’Europe pour les ressortissants étrangers qui viennent y chercher du travail. Lors de l’élargissement de l’UE à l’Est en 2004, c’est, par exemple, l’un des premiers pays à avoir « ouvert ses portes » aux migrants de ces pays, suscitant une massive immigration de Polonais, alors que la plupart des anciens membres appliquaient des mesures de restrictions transitoires comme la France (avec le fameux « plombier polonais ») et l’Allemagne. Les citoyens britanniques se targuent généralement d’être une société ouverte aux autres, même si cette ouverture, qui est l’un des fondements du libéralisme britannique, fonctionne mieux envers les citoyens européens qu’envers les migrants qui ne sont pas citoyens de l’UE et qui rencontrent habituellement plus d’hostilité.

32En général, ce sont donc les acquis passés qui déterminent la crainte des changements à venir et tout changement lié à l’intégration européenne risquerait de remettre en cause la stabilité, voire l’existence de ces acquis. Ces représentations vont dès l’origine être reprises et souvent amplifiées par une grande partie de la classe politique britannique et par la majeure partie de la presse britannique, qui joue un rôle important dans la diffusion des représentations au sein de l’opinion publique.

Des raisons qui tiennent au positionnement des gouvernements britanniques et de la presse

  • 25  Pauline Schnapper, La Grande-Bretagne et l’Europe., op. cit., p. 58.
  • 26  Thibault Courcelle, « La notion de puissance dans les relations internationales est-elle compatibl (...)

33À partir de la fin de la seconde Guerre mondiale, la priorité des gouvernements britanniques qui se succèdent n’est pas de développer les relations du Royaume-Uni avec l’Europe. En 1946, Winston Churchill définit les trois cercles de la politique étrangère de son pays, avec, dans un ordre décroissant d’importance, le Commonwealth et ce qui reste de l’Empire britannique, la relation avec les États-Unis, puis l’Europe25. C’est pourtant Churchill qui va fédérer les différents mouvements européens du 7 au 10 mai 1948, en présidant un congrès pour l’Europe à La Haye, alors que l’Europe est sous la menace de plus en plus prégnante d’un nouveau conflit mondial entre, cette fois, les États-Unis et l’Union soviétique. Lors de ce congrès s’opposent les tenants d’une simple coopération intergouvernementale comme le souhaitent Churchill et les tenants d’une intégration supranationale et fédérale26.

  • 27  Thibault Courcelle, Le Conseil de l’Europe. Enjeux et représentations, Thèse de doctorat, Universi (...)

34Des négociations sont alors engagées entre diplomates français et britanniques, sous l’égide des ministres des Affaires étrangères français et britannique, Robert Schuman et Ernest Bevin, auxquels s’allient huit autres États européens, aboutissant à la première organisation européenne en mai 1949 avec la création du Conseil de l’Europe. Les diplomates britanniques, soutenus par les diplomates d’autres pays soucieux de garder leur souveraineté nationale (Pays-Bas, Norvège, Suède), ont réussi à imposer aux diplomates français (soutenus par les diplomates belges, luxembourgeois et italiens) une organisation complètement intergouvernementale avec peu de moyens et de compétences, où tout le pouvoir de décision reste aux mains des États qui les prennent par consensus au sein d’un « Comité des Ministres ». Le choix même de la ville de Strasbourg comme siège de l’organisation, officiellement présenté comme une concession britannique faite aux Français durant les négociations, était officieusement délibéré de leur part pour « tuer dans l’œuf » l’organisation en la plaçant dans une ville provinciale à l’époque très mal desservie et peu couverte par les médias27.

35Échaudés par l’attitude britannique envers la construction européenne, les diplomates français se tournent alors vers la République Fédérale d’Allemagne pour créer une nouvelle organisation européenne, sans les Britanniques, et beaucoup plus intégrée avec la création de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA), en 1951, puis des Communautés européennes, en 1957. L’économie est alors privilégiée, puisque la tentative de créer une Communauté européenne de défense entre les six membres fondateurs de la CECA en 1952 va échouer en 1954 en raison de l’opposition des députés français communistes et gaullistes soucieux de conserver la pleine souveraineté nationale de la France. En réaction à la création des Communautés européennes, les gouvernements britanniques adoptent alors la posture du soutien sans participation et réagissent en créant l’Association européenne de libre-échange (AELE) en 1960, dans le but de créer une zone de libre-échange entre les pays d’Europe non-membres de la CEE et de concurrencer celle-ci dans le domaine économique.

36L’AELE a souvent été perçue comme une tentative du gouvernement britannique de saboter les Communautés européennes. Mais le succès de la CEE, qui commence à dépasser économiquement le Royaume-Uni, pousse le gouvernement britannique à poser sa candidature dès 1961, seulement 18 mois après avoir créé l’AELE, candidature qui fut aussitôt refusée par la France, jusqu’en 1973. Cette posture de la France durant douze ans a alors logiquement intensifié le sentiment anti-européen au Royaume-Uni auprès de la population. Pour de nombreux Britanniques, l’attitude de De Gaulle était incompréhensible après tout ce que le Royaume-Uni avait fait pour lui et pour la France durant la Seconde Guerre mondiale, oubliant un peu vite que les gouvernements britanniques avaient eux-mêmes refusé de participer à la création de la CECA, puis des Communautés européennes.

37Suite à cette demande d’adhésion, de nombreuses caricatures, dans les journaux britanniques, montrent le navire « Empire » qui coule et les Britanniques qui se réfugient pragmatiquement vers l’Europe, y voyant un moyen d’arrêter le déclin économique et politique du Royaume-Uni. Le même type de caricatures sera développé dans les années 1970 avec un navire « Commonwealth » qui prend l’eau et des Britanniques qui s’arriment à l’Europe.

Figure 4

Figure 4

Caricature du Guardian sur le maintien de l’adhésion du Royaume-Uni à la CEE

The Guardian, 27.02.1975.
© The Guardian

  • 28  Jérémy Price, « La Grande-Bretagne et l’Europe 1945-1973 : détours du grand large et traversées du (...)

38Ces caricatures expriment l’histoire dans un langage métaphorique et humoristique, où, depuis 1945, l’histoire qui y apparaît est avant tout celle d’une Grande-Bretagne qui se détourne et qui s’éloigne progressivement du grand large, de l’Empire, du Commonwealth et des États-Unis, afin de se tourner vers l’Europe, le plus souvent malgré elle28.

39C’est donc toujours un choix européen par défaut qui est mis en avant. Le gouvernement britannique n’a changé d’avis qu’après avoir perdu l’Empire et avoir constaté que l’Europe des Six commençait à le dépasser économiquement.

40La question européenne constitue un facteur de dissension intra-partisane au sein des deux principaux partis britanniques, le parti travailliste et le parti conservateur. Au début des années 1970, le parti conservateur apparaissait comme le plus pro-européen. Le parti travailliste, au pouvoir de 1974 à 1979, est beaucoup plus divisé et la majorité de ses membres est alors hostile à l’Europe. Les tendances se croisent dans les années 1980 lorsque Margaret Thatcher, après avoir obtenu un rabais de la contribution britannique à la CEE, impose un revirement radical de la rhétorique conservatrice sur l’Europe qui s’appuie de plus en plus sur les thèses eurosceptiques. La question du rabais britannique n’est que secondaire dans la montée de l’euroscepticisme du parti conservateur. Le vrai problème est pour les conservateurs que le Royaume-Uni – malgré le rabais – soit le plus important contribuable net au budget européen après l’Allemagne, ce que ne manquent pas de rappeler sans cesse les medias britanniques.

  • 29  Mme Thatcher avait ainsi coutume de dire « We have not abandoned socialism in the UK just to have (...)
  • 30  Karine Cabrol, « Les partis politiques britannique et l’intégration européenne », Politique europé (...)

41Le parti conservateur de Mme Thatcher est contrarié par le protectionnisme de certains États membres vis-à-vis du marché unique, et par la constitution progressive d’une Europe sociale et politique29. Les causes de la croissance de l’euroscepticisme se trouvent donc dans des considérations idéologiques. De son côté, le parti travailliste débute une lente conversion à l’Europe en partie grâce au développement de l’Europe sociale. À partir des années 1990, c’est le parti conservateur qui est de plus en plus divisé sur l’Europe et qui pousse le Premier ministre John Major à adopter les thèses eurosceptiques. L’arrivée des travaillistes au pouvoir en 1997 a vu l’adoption de positions plus favorables à l’Europe. Le Premier ministre Tony Blair est d’ailleurs pour l’adoption de l’euro, mais le parti travailliste est très divisé sur cette question, et certains « poids lourds » comme Gordon Brown s’y opposent30.

  • 31  «Nicolas Bratza: Britain should be defending European justice, not attacking it», The Independent, (...)

42Depuis l’arrivée au pouvoir de la coalition entre conservateurs et libéraux-démocrates en 2010, l’euroscepticisme gouvernemental est revenu au premier plan avec notamment le refus du Royaume-Uni de signer le nouveau traité en décembre 2011, cherchant à renforcer la discipline budgétaire entre les États membres. Cet euroscepticisme s’est vigoureusement manifesté par des attaques frontales du Premier ministre David Cameron, en avril 2012, contre la Cour européenne des Droits de l’homme souhaitant la réformer pour lui enlever son caractère supranational. Il s’est heurté au Président de cette cour, le Britannique Sir Nicolas Bratza, qui lui reproche de céder aux sirènes eurosceptiques des tabloïds britanniques31.

43Il est bien difficile d’estimer dans quelle proportion l’attitude des gouvernements britanniques est influencée par l’opinion publique britannique largement eurosceptique, ou bien d’évaluer si l’attitude de l’opinion publique britannique est elle-même influencée par le discours des élites politiques. En revanche, la presse anglaise est largement acquise à l’euroscepticisme et a certainement une influence non négligeable au sein de l’opinion publique britannique, sachant que les Britanniques de toute classe sociale sont des lecteurs avides de quotidiens.

44Les principaux quotidiens de qualité sont très orientés à droite et reprennent les positions eurosceptiques du parti conservateur. Le Times et le Daily Telegraph tirent ainsi à près de 400 000 et 600 000 exemplaires par jour (sans même compter les tirages dominicaux largement supérieurs). Les quotidiens plus proches des travaillistes ou des centristes sont plus pro-européens mais ont des tirages beaucoup plus limités. The Guardian, The Independent tirent ainsi respectivement à 200 000 et 80 000 exemplaires journaliers. Ce déséquilibre est encore plus flagrant dans la presse populaire des « tabloïds » ou quatre des cinq principaux titres sont conservateurs. Le Daily Express (environ 600 000 ex.), le Sun (2,4 millions d’ex.), le Daily Mail (2 millions d’ex.), le Daily Star (1,4 million d’ex.), totalisent entre 6 et 7 millions d’exemplaires par jour. De l’autre côté de l’échiquier, le seul tabloïd d’obédience travailliste, le Daily Mirror, tire à environ un million d’exemplaires par jour. Sachant qu’il y a environ trois lecteurs par exemplaire de journal vendu, les quotidiens (journaux et tabloïds confondus) de tendance conservatrice et eurosceptique totalisent donc quotidiennement entre 20 et 25 millions de lecteurs, soit plus d’un tiers de la population britannique, alors que les quotidiens de tendance travailliste/centriste et pro-européenne totalisent à peine 4 millions de lecteurs, soit à peine 6 % des Britanniques.

45Dans ces journaux, les arguments eurosceptiques, voire souvent même europhobes sont omniprésents. La concurrence entre tabloïds explique en partie l’escalade populiste et les discours provocateurs sur l’Europe, qui aboutissent à de la désinformation, selon Pauline Schnapper :

  • 32  Pauline Schnapper, La Grande-Bretagne et l’Europe., op. cit., p. 175 et 176.

Dans ces conditions, l’objectivité et la précision des sources importent peu, pourvu que les journaux se vendent. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les journaux tabloïds n’ont généralement pas de correspondants auprès des institutions communautaires à Bruxelles. Les articles sur l’Europe sont d’ordre fantasmatique, généraux et simplificateurs à l’extrême, et ne cherchent pas à éclairer la réalité européenne32.

  • 33  Site consulté le 03 mai 2013. URL : http://ec.europa.eu/dgs/communication/take_part/myths_fr.htm.

46Pour contrer ce phénomène, la Commission européenne a créé une rubrique « info-intox » sur son site internet33 dans laquelle elle reprend des articles de presse provenant souvent des tabloïds britanniques pour contre-argumenter en donnant sa version des faits. Mais il est bien difficile, pour la Commission, d’avoir autant d’audience que n’en ont les tabloïds auprès de l’opinion, d’autant plus qu’elle est largement discréditée aux yeux de la majorité des Britanniques qui pensent que la Commission impose, sans aucune procédure démocratique, des « diktats » aux pays membres. Cette opinion est renforcée par une profonde méconnaissance de l’histoire de l’Europe contemporaine et des institutions européennes qui n’est généralement pas enseignée dans les écoles britanniques, alors que l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de l’Allemagne nazie y est enseignée de manière quasi-obsessionnelle. Toute tentative de changer les programmes scolaires pour y renforcer la dimension européenne se trouve confrontée aux accusations de « propagande européenne » et à un discours qui prêche un retour à un enseignement de l’histoire purement nationale.

Conclusion

47Réputés comme étant très eurosceptiques, les sondages de l’Eurobaromètre permettent de mesurer l’ampleur de l’euroscepticisme des Britanniques, de le comparer aux autres États européens et de constater que cet euroscepticisme est à la fois ancien et constant. Il existe donc clairement une particularité britannique dans le positionnement de son opinion vis-à-vis de l’Europe et des institutions européennes, qui explique que l’on considère généralement le Royaume-Uni comme le « mauvais élève » de la classe européenne, toujours circonspect et critique vis-à-vis de l’intégration européenne depuis l’origine. Sans surprise, les Britanniques ont été les plus réticents face au principal projet de réforme de l’UE présenté depuis Maastricht qu’est le Traité constitutionnel européen de 2005, même s’ils n’ont pu l’exprimer par le vote comme en France ou aux Pays-Bas.

48Pour comprendre ce décalage, il faut prendre en compte l’histoire du Royaume-Uni, de l’Empire britannique et des mythes fondateurs qui ont forgé le nationalisme anglais, sans négliger le rôle des élites politiques britanniques et celui de la presse qui diffusent et entretiennent quotidiennement ces mythes. Tout ceci explique que presque quarante ans après son adhésion à la CEE, le Royaume-Uni n’en soit toujours pas un membre très intégré. Cet État n’est ni membre de la zone euro qui compte dix-sept États, ni de l'espace Schengen. Le Royaume-Uni, tout en restant membre à part entière de l’UE, a choisi de rester en retrait de l’intégration européenne. Soumis aux pressions des eurosceptiques de son parti, le Premier ministre David Cameron a laissé entendre en juillet 2012 qu’il envisageait la tenue d’un référendum dès 2015 – si un gouvernement conservateur (et non une coalition) est élu – pour revoir les liens qui unissent le Royaume-Uni à l’UE et récupérer un certain nombre de prérogatives au niveau national. La posture du « soutien sans participation » du Royaume-Uni envers l’intégration européenne semble donc toujours pleinement d’actualité.

Haut de page

Notes

1  Site Internet de l’Eurobaromètre, consulté le 03 mai 2013. URL : http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm.

2  Cf. notamment l’article d’Anthony Forster, «Euroscepticism: What, Why and Where?», p. 99-111, dans Le Royaume-Uni et la construction européenne, Actes du Colloque de l’université d’Orléans, 24-25 novembre 2000.

3 Robert Harmsen, «Is British Euroscepticism still unique?», dans Ramona Coman et Justine Lacroix (dirs.), Les résistances à l’Europe. Cultures nationales, idéologies et stratégies d’acteurs, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007, p. 69.

4  Monica Charlot, Jean-Claude Sergeant, Britain and Europe since 1945, Paris, Éditions Armand Colin Longman, 1986, p. 66.

5  Pauline Schnapper, La Grande-Bretagne et l’Europe. Le grand malentendu, Paris, Presses de Science-Po, 2000, p. 183.

6  Monica Charlot, Jean-Claude Sergeant, Britain and Europe since 1945, op. cit ., p. 57.

7  Catherine Ilic et Chloé Leprince, God save l’Europe. L’Europe vue par les Britanniques, Clamecy, Éditions Jacob-Duvernet, 2006, p. 10.

8  Chiffres provenant du site du Parlement européen, consulté le 03 mai 2013. URL :  http://www.europarl.europa.eu/aboutparliament/fr/000cdcd9d4/%C2%A0Taux-de-participation-%281979-2009%29.html.

9  Bruno Cautrès, « L’opinion publique britannique et l’Europe », dans Le Royaume-Uni et la construction européenne, op. cit. , p. 153.

10  Eurobaromètre n° 75, 2011, p. 51, consulté le 03 mai 2013. URL : http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb/eb75/eb75_publ_fr.pdf.

11  Oskar Niedermayer, «Trends and contrasts», dans Oskar Niedermayer et Richard Sinnott (dirs.), Public opinion and internationalized governance, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 54-55.

12  Eurobaromètre n° 1, 1974, p. 34, consulté le 03 mai 2013. URL : http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb/eb1/eb1_fr.pdf

13  Eurobaromètre n° 75, 2011, p. 37.

14  Ces dix États sont le Danemark, l’Espagne, la France, l’Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal,la République tchèque et le Royaume-Uni.

15  Eurobaromètre spécial n° 214, « Le futur traité constitutionnel », 2005, 102 p.

16  Eurobaromètre spécial n° 214, op. cit., p. 3.

17  Ibid., p. 11.

18  Eurobaromètre spécial n° 214, op. cit., p. 17.

19  Ibid., p. 28.

20  Ibid. , p. 37.

21  Lucy Ash, «London, France's sixth biggest city», BBC News, 30 mai 2012.

22  Pauline Schnapper, La Grande-Bretagne et l’Europe., op. cit., p. 27.

23  Catherine Ilic et Chloé Leprince, God save l’Europe. L’Europe vue par les Britanniques, op. cit., p. 9.

24  Agnès Alexandre-Collier, « La peur de l’Europe : le(s) discours du déclin de la nation britannique », dans « Discours du déclin et du renouveau », revue en ligne Politique, Société et Discours du Domaine Anglophone, Université de Pau et des pays de l'Adour, 2002, p. 3.

25  Pauline Schnapper, La Grande-Bretagne et l’Europe., op. cit., p. 58.

26  Thibault Courcelle, « La notion de puissance dans les relations internationales est-elle compatible avec le Conseil de l’Europe ? », Les cahiers d’Histoire immédiate, n° 35, 2009, p. 131.

27  Thibault Courcelle, Le Conseil de l’Europe. Enjeux et représentations, Thèse de doctorat, Université de Paris 8, 2008, p. 26-43.

28  Jérémy Price, « La Grande-Bretagne et l’Europe 1945-1973 : détours du grand large et traversées du désert », dans Hélène Yèche (dir.), Construction européenne : histoires et images des origines, Paris, Éditions Publibook, 2009, p. 112.

29  Mme Thatcher avait ainsi coutume de dire « We have not abandoned socialism in the UK just to have it reimposed on us again via the backdoor by Brussels ».

30  Karine Cabrol, « Les partis politiques britannique et l’intégration européenne », Politique européenne, n° 6, 2002, p. 5-17.

31  «Nicolas Bratza: Britain should be defending European justice, not attacking it», The Independent, 24 janvier 2012.

32  Pauline Schnapper, La Grande-Bretagne et l’Europe., op. cit., p. 175 et 176.

33  Site consulté le 03 mai 2013. URL : http://ec.europa.eu/dgs/communication/take_part/myths_fr.htm.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Taux de participation aux élections européennes 1979-2009
Crédits Site du Parlement européen : http://www.europarl.europa.eu/​aboutparliament/​fr/​000cdcd9d4/​%C2%A0Taux-de-participation-%281979-2009%29.htmlDroits de reproduction : © Parlement européen
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 2
Légende Taux d’adhésion au Traité constitutionnel européen
Crédits Eurobaromètre spécial n° 214, « Le futur traité constitutionnel », 2005, p. 17.Droits de reproduction : © Commission européenne
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3
Légende Le taux de confiance envers la Commission et le Parlement européen pour se tenir informé du Traité constitutionnel européen.
Crédits Eurobaromètre spécial n° 214, « Le futur traité constitutionnel », 2005, p. 37.Droits de reproduction : © Commission européenne
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4
Légende Caricature du Guardian sur le maintien de l’adhésion du Royaume-Uni à la CEE
Crédits The Guardian, 27.02.1975.© The Guardian
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Courcelle, « Les réticences de l’opinion publique britannique face à l’intégration et aux réformes européennes », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2556 ; DOI : 10.4000/framespa.2556

Haut de page

Auteur

Thibault Courcelle

Post-doctorant, Centre Universitaire de Formation et de Recherche Jean-François Champollion d’Albi, LISST-CIEU.
thibault.courcelle@univ-jfc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org