Navigation – Plan du site
Le pouvoir de l'opinion publique

La quête du Graal des libéraux-démocrates britanniques : la réforme du mode de scrutin

The British Liberal-Democrats on a Quest for the Holy Grail: the Electoral System Reform
Los Liberales demócratas a la búsqueda del Santo Grial : la reforma del sistema electoral
Cynthia Boyer

Résumés

Le système électoral britannique suscite de nombreux débats relatifs au taux de disproportionnalité. La réforme du mode de scrutin a, depuis des décennies, constitué le fer de lance tout d'abord du Parti Libéral, puis de son successeur spirituel, le parti des Libéraux Démocrates (LibDem). L'identité intrinsèque du parti s'est construite en corrélation avec ce thème de revendications, dans le but d'obtenir une visibilité optimale sur la scène politique. Cet article analyse les spécificités du système électoral britannique, puis se centre sur la genèse du référendum du système électoral du 5 mai 2011. En dernier lieu, on aborde les résultats de la consultation référendaire ainsi que leur impact politique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Michel de Villiers et Armel Le Divellec, Dictionnaire de droit constitutionnel, Paris, Dalloz (Si (...)
  • 2 Étude n° 250/2003, Commission européenne pour la démocratie par le droit (Commission de Venise), (...)
  • 3 Op. cit.

1Montesquieu déclarait qu’il était aussi important, dans un régime politique, « d’y régler comment, par qui, à qui, sur quoi, les suffrages doivent être donnés, qu’il l’est dans une monarchie de savoir quel est le monarque, et de quelle manière il doit gouverner1 ». Ainsi, dans toute cité politique dont la dimension exige une certaine « division du travail » entre gouvernés et gouvernants, le système représentatif est au cœur de la formule démocratique2. Le système électoral, souvent désigné comme mode de scrutin, en constitue l'hypocentre, puisque c’est à lui que revient de traduire la volonté du peuple souverain dans la désignation de ses représentants légitimes3.

  • 4 David Butler, «Electoral reform», dans The changing constitution, J. Jowell et D. Oliver (éds.), (...)

2Les systèmes électoraux ne relèvent pas de simples détails techniques, mais sont, au contraire, « au centre même4 » de toute organisation institutionnelle. Ils pérennisent l’organisation sociétale et sont le corollaire de cette structure active et participative qui réunit les citoyens. Cette « division du travail » entre gouvernants et gouvernés est un élément capital et indispensable au fonctionnement optimal de toute démocratie. Ainsi, l’élection est l’acte principal qui donne sa légitimité à la démocratie représentative et qui de facto caractérise le système politique en vigueur dans un pays. C'est pourquoi le système électoral se définit comme l’ensemble des règles de procédure régissant l’expression des voix émises lors d’une élection et leur conversion en sièges.

  • 5 Gaetano Mosca (1858-1941), professeur, député et sénateur italien, impose l’idée de « classe diri (...)
  • 6 Michel Offerlé, Un homme, une voix ? Histoire du suffrage universel, Paris, Gallimard, 1993, p. 6 (...)
  • 7 John Mceldowney, Public Law, Londres, Sweet and Maxwell, 2002, p. 188.

3Le mode de scrutin est un élément déterminant de la vie politique. Comme le précisait Gaetano Mosca5 au sujet des élections générales, dire que les électeurs « élisent » leur député, c’est s’exprimer sans aucune précision. La vérité est que le député se « fait élire » par ses électeurs6. Le système doit donc permettre cette élection de représentants. Cette inversion de perspective révèle clairement la place prépondérante qu'occupe le mode de scrutin, capital, sur le plan politique, par sa fonction représentative, au sein d’une démocratie parlementaire. Le double objectif qui est le sien donne la mesure de l’ampleur de son action : il doit, en effet, poursuivre à la fois l'objectif d’une représentativité fidèle du corps électoral et d’une stabilité gouvernementale suffisante7.

  • 8 Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe, Paris, Gallimard, 1985, p. 21.

4Comment le mode de scrutin s'inscrit-il dans la vie politique britannique ? Posé en termes clairs, le choix du mode de scrutin peut sembler banal et anodin. Comme le souligne Albert Camus, on suppose à tort que des questions simples entraînent des réponses qui ne le sont pas moins et que l’évidence implique l’évidence8. Or, précisément, les modes d’élection, dans les démocraties occidentales en particulier, semblent justes et ne font pas, au sein de l'opinion publique, l’objet d’un questionnement de la représentativité du vote.

5La réforme électorale a toujours été un corollaire du libéralisme britannique. Le débat sur la réforme du système électoral a suscité maintes discussions, souvent plus générales dans leur approche, centrées sur la pratique constitutionnelle britannique au cours du xxe siècle, et dues, en particulier, à l'initiative du parti libéral, puis des libéraux-démocrates. Ces tentatives de refonte du système s’avèreront toutes infructueuses, mais constitueront un socle qui permettra à la consultation nationale d’avoir lieu le 5 mai 2011, impulsée par le gouvernement de coalition formé par le parti conservateur et par le parti libéral démocrate (LibDem).

6Nous nous proposons, dans un premier temps, d’analyser le mode de scrutin britannique et son impact sur la vie politique. L’organisation de la campagne électorale et le positionnement de l’opinion publique seront ensuite évoqués, avant de passer, pour terminer, à une analyse des résultats montrant leurs conséquences sur le parti des libéraux démocrates qui avaient été à l’initiative de ce référendum.

Les élections générales au Royaume-Uni

Le fonctionnement du système First Past the Post et son impact sur l’organisation politique

  • 9 Louis Favoreu, Patrick Gaia, Richard Ghevonstian, Jean-Louis Mestre, Guy Scoffoni, Otto Pfersmann (...)

7Le mode de scrutin en vigueur au Royaume-Uni est le single ballot simple plurality system, appelé plus communément first-past-the-post system : il est simple et relève d’un choix brutal9. Pierre Martin, dans son étude dessystèmes électoraux et des modes de scrutin,note la caractéristique principale du scrutin majoritaire :

  • 10 Pierre Martin, Les systèmes électoraux et les modes de scrutin, Paris, Montchrestien-Clé, 1994, p (...)

Le scrutin à la majorité relative (scrutin à un tour) est le plus simple, celui qui a dû être utilisé naturellement en premier, quand il s’est agit de désigner un chef, un responsable ou un délégué10.

  • 11 En premier lieu dans les colonies britanniques qui allaient ensuite devenir les États-Unis d'Amér (...)
  • 12 David Butler, The Electoral System in Britain since 1918, Basingstoke, Macmillan, 1963, p. 3.

8Le scrutin majoritaire est consubstantiel à la naissance du parlementarisme britannique. La représentation reposait auparavant sur la notion de communautés et non sur un nombre d’électeurs déterminé. Vernon Bogdanor souligne que les États-Unis11, au cours du xviiie siècle, furent les précurseurs de l’idée de circonscriptions uninominales, qui allaient ensuite avoir une valeur normative au Canada, en Australie, en Nouvelle Zélande, et aux États-Unis, avant que le Royaume-Uni ne finisse par abolir les circonscriptions plurinominales, principalement en 1885 et totalement en 194512. La distribution des différents systèmes électoraux à travers le monde pour les élections parlementaires témoigne d’une certaine disparité géographique.

  • 13 Sur un total de 213 pays listés. Electoral System Design: The New International IDEA Handbook, In (...)

9Le système de scrutin majoritaire uninominal (SMU) est actuellement utilisé dans plus de 68 pays à travers le monde, par notamment et non pas exclusivement, des pays qui ont été sous l’influence de l’Empire britannique, tels que le Canada, l’Inde, les États-Unis, une douzaine de pays des Caraïbes et de l’Amérique centrale, dix pays asiatiques, et plusieurs îles du Pacifique Sud. En Afrique, quinze pays, principalement des anciennes colonies britanniques utilisent le SMU. Le système uninominal majoritaire à un tour a été en vigueur en Nouvelle Zélande de 1946 à 1993, avant d’être abandonné au profit d’un système mixte avec compensation. Le FPTP est ainsi utilisé par 22 % des pays à travers le monde13. En Europe de l’Ouest, le système First past the Post n’est utilisé qu’au Royaume-Uni, les autres nations de cette zone géographique utilisant à 60 % le système de représentation proportionnelle.

  • 14 Traduction de l'auteur : « Emporter une circonscription avec une petite marge, perdre avec un gra (...)
  • 15 Galina Borisyuk, Michael Thrasher, Colin Rallings, Ron Johnston, Electoral bias in 2010: Evaluati (...)

10Sa simplicité de fonctionnement le caractérise. En effet, il consiste en un vote uninominal et ne comporte qu’un seul tour, durant lequel le candidat qui recueille dans une circonscription le plus grand nombre de suffrages (qu’il s’agisse de 90 % ou de 20 % des voix) est élu. Il n’est pas nécessaire pour les partis politiques de remporter une circonscription avec une marge importante de votes par rapport aux concurrents, car un seul vote d’écart permet de gagner la circonscription. Les partis qui suivent la maxime « win small, lose big14» optimisent la distribution des votes15. Dans une élection où deux candidats sont en lice, pour gagner, l’un des deux candidats doit obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés valides. Lorsque trois candidats ou plus se présentent à une élection, il n’est pas certain que le vainqueur obtienne la majorité absolue.

L’impact du système sur la vie politique

  • 16 Pierre Avril et Jean Gicquel, Lexique de droit constitutionnel, Paris, PUF, 1989, 2e éd.,  p. 15.
  • 17 Depuis 1945, les partis travailliste et conservateur ont accédé au pouvoir chacun à neuf reprises (...)
  • 18 Michel de Villiers et Armel Le Divellec, Dictionnaire de droit constitutionnel, op. cit., p. 27.

11Parmi les conséquences du système électoral britannique le plus souvent mentionnées, la plus fréquente est le bipartisme. Le bipartisme se définit comme le « mode de gouvernement parlementaire assuré par un parti sous le contrôle d’un autre parti et l’arbitrage des électeurs16 ». Il s’agit d’un mode de fonctionnement en vigueur au Royaume-Uni, qui présente depuis 1945 une alternance au pouvoir de deux formations politiques17, ce qui est le propre du bipartisme : « deux partis seulement sont en situation de remporter les élections nationales, et de diriger le pays jusqu’aux élections suivantes18 ». La publication en 1951 de l’ouvrage de Maurice Duverger, Les partis politiques, a orienté la controverse. Maurice Duverger y lance une perspective institutionnaliste. Les modes de scrutin seraient un facteur déterminant dans la mise en place d’un système politique et d’un système de partis. Selon lui, l’une des conséquences du système électoral britannique serait le bipartisme, qui ne permettrait pas à d’autres partis d’accéder au pouvoir, les deux partis majoritaires, le parti travailliste et le parti conservateur, recevant également les suffrages d’électeurs a priori plus sensibles à d’autres partis, mais qui, craignant que leur vote n'ait pas de poids, se reporteraient sur le parti travailliste ou sur le parti conservateur.

12Maurice Duverger parle à ce propos de « tendance naturelle » :

  • 19 Maurice Duverger, Les partis politiques, Paris, Points-politique, 1981, 10e éd., p. 291.

Dans le cas d’un tripartisme fonctionnant en régime majoritaire à un seul tour, les électeurs comprennent vite que leurs voix sont perdues s’ils continuent à les donner au troisième parti : d’où leur tendance naturelle à les reporter sur le moins mauvais de ses adversaires afin d’éviter le succès du pire19.

  • 20 Georges Lavau, Partis politiques et réalités sociales : contribution à une étude réaliste des par (...)
  • 21 John Curtice, «So What Went Wrong with the Electoral System?», Parliamentary Affairs, vol. 63, n° (...)
  • 22 Markku Laakso, Rein Taagerpera, « Effective Number of Parties: A Measure with Application to West (...)
  • 23 John Stevenson, Third Party Politics since 1945, Liberals, Alliance and Liberal Democrats, Oxford (...)
  • 24 Monica Charlot, Le pouvoir politique en Grande-Bretagne, Paris, PUF, 1998, 2e éd., p. 59-75.

13Dans Partis politiques et réalités sociales20, Georges Lavau est certainement l’un des premiers détracteurs de Maurice Duverger. En effet, il y défend ardemment des postulats diamétralement opposés à ceux étayés par Duverger. Le système électoral du scrutin uninominal majoritaire à un tour n’a plus pour effet, comme cela avait été le cas auparavant, de dissuader les électeurs tentés de reporter leurs votes sur un tiers parti. Pour certains tels que John Curtice, il est même très difficile de continuer de postuler que le Royaume-Uni est pourvu d’un système bipartite21. Markku Laasko et Rein Taagepera, qui ont analysé les systèmes politiques des démocraties occidentales, considèrent, à partir de la formule mathématique qu’ils ont développée, qu’il existe plus de deux partis politiques effectifs au Royaume-Uni22. John Stevenson considère, quant à lui, le système britannique comme étant un système à « deux partis et demi »23. Monica Charlot affirme, pour sa part, que le xxe siècle a été le témoin d’une « crise du bipartisme24 ».

14Néanmoins, le système en vigueur a toujours sanctionné le parti libéral et son successeur, le LibDem, parti issu en 1988 de la fusion avec les sociaux-démocrates (récemment séparés des travaillistes), qui bien qu'occupant une place de troisième grande force politique, se trouvent sous-représentés à la Chambre des Communes. Lors des dernières élections de 2010, le parti a obtenu 23 % des suffrages exprimés mais seulement 9 % des députés à la Chambre des Communes. Ce problème de représentation a constitué le fer de lance de la consultation nationale organisée par ce parti sous la forme d’un référendum.

Les Britanniques et la réforme électorale

Genèse de la consultation nationale de l’opinion publique

  • 25 Sénat, Note de synthèse sur le référendum, URL : http://www.senat.fr/lc/lc4/lc4_mono.html#toc0.

15Au Royaume-Uni, l’absence de constitution écrite n’empêche pas la mise en place d'une consultation de l’opinion publique. Les référendums y sont consultatifs et indicatifs, mais non pas injonctifs. Dans la tradition parlementaire britannique, ils ne peuvent qu’être consultatifs ; les référendums de consultation n’ont juridiquement pas de valeur contraignante25. En effet, une réponse défavorable à la question posée lors de la consultation de l’électorat pourrait arrêter et freiner les étapes législatives sur le thème faisant l’objet du référendum ; mais une réponse positive ne signifierait en aucun cas qu’il y aurait nécessairement le passage d’une loi. Le référendum consultatif n’oblige nullement le gouvernant à tenir compte du résultat référendaire. L’opinion publique n’a jamais été réfractaire à une sollicitation concernant la question du mode de scrutin pour les élections à la Chambre des communes. La majorité des Britanniques interrogés se positionne en faveur de la tenue d’un tel référendum.

Fig. 1

Fig. 1

L'opinion publique britannique et la réforme électorale

Tableau réalisé à partir de sondages Ipsos Mori sur la période 1991-1997.

  • 26 Gordon Brown, A vote to give politics back, The Guardian, 2 février 2010.

16L’arrivée au pouvoir du parti travailliste, en 1997, élargit l’usage de la pratique référendaire, avec l’organisation de nombreux référendums, notamment au sein des nations constitutives. Des référendums sont conduits en Écosse et au Pays de Galles pour mettre en place respectivement le Parlement écossais et l’Assemblée galloise, approuvés par la population grâce à ces consultations. Le débat sur la réforme électoralé, réactivé par l’approche de la dernière campagne législative, s’avère crucial. Ainsi, quelques mois avant les élections générales, en février 2010, Gordon Brown s’engage à promulguer une loi pour faciliter le recours à la pratique référendaire26.

  • 27 Vice-Premier Ministre du Royaume-Uni depuis le 11 mai 2010 et leader des libéraux-démocrates depui (...)

17Cette proposition émanant du Premier Ministre en poste avant les élections ne surprend pas. Dans sa déclaration, où il évoque un consensus faisant référence à une éventuelle alliance avec le LibDem, il n’a peut être pas une idée précise du type de collaboration que cela suppose, même si, outre-Manche, une coalition est fortement envisagée, en vertu des résultats des sondages. Gordon Brown reconnaît qu’une entente avec le parti de Nick Clegg27 ne peut qu’être profitable à la réélection des travaillistes. De plus, la réforme du système électoral, après le séisme politique provoqué par le scandale des notes de frais des députés britanniques, est destinée à rassurer l’électorat, dans un climat de méfiance à l’encontre de la classe politique.

  • 28 « I’m the leader of a party that has long campaigned for a different variant of electoral reform  (...)
  • 29 David Laws, 22 days in May, the Birth of the LibDem-Conservative coalition, Londres, Biteback, 20 (...)

18Le changement du mode de scrutin, à la demande des libéraux-démocrates, représente quasiment la condition élémentaire de leur alliance avec le parti conservateur à l’issue des élections législatives du 6 mai 2010. Le parti de Nick Clegg souhaite voir le Royaume-Uni adopter le système de vote proportionnel qu’il revendique depuis des décennies : « Je suis le leader d’un parti qui depuis longtemps fait campagne pour une autre forme de réforme électorale28 ». En effet, les libéraux-démocrates, après la suspension du Parlement qui suivit les élections de 2010, (dont les résultats n’ont permis à aucun parti de s'assurer une majorité afin de promulguer librement des lois et de diriger le pays), sont sollicités par les deux grandes formations politiques, les conservateurs et les travaillistes. Au lendemain des élections, le LibDem étudie les propositions émanant des deux clans : celle du parti travailliste concernant la réforme du scrutin est analysée attentivement. Les travaillistes restent relativement vagues vis-à-vis du calendrier du changement électoral. On peut constater, dans cette proposition, que seules sont introduites l'idée d’un référendum et la mention du vote alternatif29.

  • 30 Paddy Ashdown fut le premier leader des libéraux-démocrates, à la suite de la fusion entre le par (...)
  • 31 Danny Alexander, « There is now only one serious deal on the table-with the Conservatives. We mus (...)

19Les libéraux-démocrates ne font pas vraiment confiance aux travaillistes, dont ils attendent une position cohérente et stable. Or, le parti travailliste ne semble pas être prêt à fournir des garanties sûres et fiables. Comme il était apparu précédemment dans l’idée du « projet » que Tony Blair et Paddy Ashdown30avaient initié, rares sont les membres du parti travailliste à vouloir instaurer une réforme électorale, paramètre fondamental pour obtenir le soutien des libéraux-démocrates dans un gouvernement de coalition dirigé par un Premier Ministre travailliste. La seule option envisageable qui reste à étudier pour les libéraux-démocrates émane du parti conservateur, qui peut garantir une place majeure sur la scène politique britannique pour le LibDem, grâce à une réforme du système électoral31. Les négociations avec le parti conservateur s'avèrent complexes dans la mesure où le parti avait indiqué dans son manifeste électoral sa volonté de maintenir le système existant. Cependant, conscient de l'importance fondamentale de ce paramètre dans les décisions du Libdem, le parti conservateur obtempère.

  • 32 David Laws, 22 days in May, the Birth of the LibDem-Conservative coalition, Londres, Biteback, 20 (...)
  • 33 Vernon Bogdanor, The Coalition and the Constitution, Oxford, Hart Publishing, 2011.

20La déclaration du 7 mai 2010 du leader conservateur David Cameron : « Je crois que nous nécessiterons un comité regroupant tous les partis, chargé d’étudier la question de réforme électorale et politique », rassure le LibDem. Ce parti accepte la proposition émise par le parti conservateur et les deux formations politiques signent un accord final pour la constitution d’une coalition gouvernementale32. Les Libéraux-Démocrates acceptent très rapidement la proposition émise par le parti conservateur. De manière assez surprenante dans l'histoire politique, les négociations ont été très courtes, d'une durée de trois jours seulement. Ni les conservateurs ni les libéraux-démocrates ne sont satisfaits de l'idée d'un vote alternatif, mais la nécessité, dans l'intérêt national, de concrétiser un accord sur la formation d'une coalition gouvernementale l'exige33.

L’organisation du référendum national du 5 mai 2011

  • 34 « Bring forward a Referendum Bill on electoral reform, which includes provision for the introduct (...)
  • 35 The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report o (...)
  • 36 The Electoral Commission, Voting at different polls on 5 May 2011 the Electoral Commission’s posi (...)
  • 37 The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report o (...)

21La mise en place du référendum sur le mode de scrutin s’effectue. Après sa victoire aux élections, le gouvernement de coalition publie son programme de mesures, qui comprend, notamment, un engagement concernant la consultation des électeurs sur le système électoral34. Le projet de loi sur le système électoral et les circonscriptions, (Parliamentary Voting System and Constituencies Bill) est introduit au Parlement le 22 juillet 2010. Ce projet de loi, qui porte sur le mode d’élection des députés et sur le redécoupage électoral, prévoit notamment la réduction du nombre des parlementaires, la mise en place d’une commission chargée de redécouper les circonscriptions afin qu’elles reflètent plus justement les évolutions démographiques et surtout la tenue, le 5 mai 2011, d’un référendum sur le mode de scrutin des députés britanniques. La date du référendum est inscrite en tant qu’amendement au Parliamentary Voting System and Constituencies Bill, lorsque le projet de loi est présenté à la Chambre des Lords pour consultation35. La commission électorale publie simultanément une déclaration précisant qu'elle est favorable à la tenue d'un référendum sur le système électoral le 5 mai 2011, c'est-à-dire le même jour que des élections locales et régionales36. Le projet de loi est approuvé le 16 février 2011 et, de ce fait, le référendum est officialisé, seulement onze semaines avant la date de la consultation nationale37. Les Britanniques ont ainsi deux options : le maintien du système en vigueur ou la mise en place du mode alternatif.

  • 38 David Farrell, Michael Gallagher, «British voters and their criteria for evaluating electoral sys (...)

22David Farrell et Michael Gallagher, dans leurs analyses sur la position de l’opinion publique face à un changement de système électoral, suggèrent que lorsqu'on informe les citoyens sur les systèmes électoraux, ils ont tendance à soutenir des réformes introduisant un système proportionnel38. Lors d’un référendum, les électeurs répondent plutôt en fonction des personnes qui posent la question, c’est-à-dire le gouvernement en place, qu’en fonction de la question elle-même. Toutefois, la singularité de la consultation du 5 mai 2011 réside dans le fait que le gouvernement est divisé sur la question posée, étant donné que les conservateurs se prononcent en faveur du maintien du système et que les libéraux souhaitent ardemment sa réforme.

  • 39 Peter Kellner, «Voting reform: why the campaign really will matter», YouGov, 16 mai 2011. URL : h (...)
  • 40 Op. cit.

23Selon Peter Kellner de l’institut d’opinion YouGov, dans la grande majorité des consultations populaires, le statu quo prévaut39. De plus, selon Ipsos Mori, si la question posée lors du référendum contient le terme « first-past-the-post », la probabilité que l’électorat se prononce en faveur d’un changement est relativement faible. Une des singularités de ce référendum réside dans le fait que l’information destinée à expliquer le système du vote alternatif aurait un effet opposé à l'effet habituel : il apparaît, selon les différents instituts de sondages (YouGov, ComRes, Populus), que si les citoyens ne bénéficient pas d’une explication sur le système du vote alternatif, ils se prononcent en sa faveur, mais qu’au contraire, après une présentation de celui-ci, les données s’inversent40. Peter Kellner attribue cet écart non pas à un changement d'opinion à l’intérieur du clan favorable au « oui » et au « non », mais au fait que les personnes qui avaient initialement répondu « Je ne sais pas » rejoignent l'opposition au système du vote alternatif.

Le statu quo et la déliquescence libérale

Le gouvernement de coalition divisé en deux clans antagonistes

  • 41 Le parti conservateur ayant obtenu plus de 30 % des suffrages, il obtient la somme maximum pouvan (...)
  • 42 Op. cit., p. 141.

24Le parti conservateur et le LibDem, pour leur campagne électorale respectivement en faveur du « non » et du « oui », obtiennent un financement de leurs frais à hauteur de 5 000 000 £ pour les conservateurs et de 4 000 000 £ pour les libéraux-démocrates, le calcul de la somme allouée prenant pour base le pourcentage de votes obtenus aux dernières élections législatives nationales41. Le parti travailliste ne s’étant pas inscrit, en raison de ses divisions internes, sur la liste des partis prenant directement part à la campagne, ses dépenses sont plafonnées à 10 000 £. Le groupe de campagne No Campaign Limited, également nommé No to AV, perçoit le remboursement de ses dépenses engagées à hauteur de 147 479 22 £ ; son concurrent, Yes in May 2011 Limited, également nommé Yes to Fairer Votes, qui se situe aux antipodes en termes de message véhiculé, perçoit 140 457 06 £42.

  • 43 6 mars 2011 Conférence du parti Conservateur au Pays de Galles.URL : http://www.conservatives.com (...)

25Dans un discours prononcé début mars lors de la conférence du parti conservateur au Pays de Galles43, le Premier Ministre commente le système du vote alternatif en des termes peu élogieux, alors même que son gouvernement est à l'origine de la consultation nationale. Le Royaume-Uni, et plus particulièrement Londres, devant accueillir les Jeux olympiques d’été en 2012, David Cameron emploie une allégorie sportive afin de convaincre du bien-fondé de sa position l’électorat britannique qui devait se prononcer dans les urnes :

  • 44 « The system is so unfair the person who comes third will win. Just think forward to the Olympics (...)

C’est un système si injuste que les candidats arrivés en deuxième ou troisième position pourraient finalement remporter l’élection. Imaginez les Jeux olympiques. Usain Bolt remporte le 100 mètres. Au moment de la remise des médailles, le coureur arrivé troisième reçoit la médaille d’or. Ce que nous n’accepterions pas aux Jeux olympiques, nous ne devons pas l’accepter en politique. Nous devons voter « non » contre ce système absurde44.

26David Cameron ironise sur ce système :

  • 45 L'île de Mauru située dans le Pacifique utilise également le système du vote alternatif.
  • 46 « It's a system so obscure that it is only used by three countries in the whole world: Australia, (...)

C’est un système tellement opaque qu’il est seulement utilisé par trois pays à travers le monde : l’Australie, Fidji et la Papouasie Nouvelle-Guinée45. Je n’invente pas, trois pays dans le monde entier. Notre système est utilisé par la moitié du monde46.

27Le Premier Ministre souhaite convaincre l'électorat de l'équité qui, selon lui, émane du système électoral en vigueur, en mettant en exergue son utilisation à l'échelle mondiale. Dans une lettre ouverte au Times, les anciens secrétaires aux Affaires étrangères William Hague, Margaret Beckett et le secrétaire actuel, Sir Malcolm Rifkind, soulignent le rôle du système électoral britannique en matière de politique étrangère, en tant qu’outil d’un gouvernement puissant, et en tant que moyen efficace pour que la voix britannique soit prise en considération à travers le monde :

  • 47 « Sir, Those of us who have represented Britain internationally know that one of the many reasons (...)

Sir, ceux d’entre nous qui ont représenté la Grande-Bretagne sur la scène internationale savent que l’une des nombreuses raisons pour lesquelles nous avons toujours su nous faire entendre est la simplicité et la clarté de notre système électoral, un système que tous peuvent comprendre, parce qu’il permet à chaque individu de disposer d’un vote.47

  • 48 Ed Miliband est leader du parti travailliste depuis septembre 2010 et l'actuel chef de l'oppositi (...)
  • 49 Ipsos Mori, février 2011 ; Roger Mortimore, A guide to the Alternative Vote, p. 3.

28L’absence de cohésion au sein du gouvernement contribue à obscurcir le débat, aux yeux de l’électorat. Cependant, l'impact sur les électeurs du message cacophonique renvoyé par les divergences gouvernementales ne doit pas être surestimé. Roger Mortimore, dans son étude réalisée pour l’institut de sondages Ipos Mori, relativise l’influence de David Cameron, Nick Clegg et Ed Miliband48 sur les résultats de la consultation nationale. Il attribue cette influence modérée au fait que, s’il y a bien un sujet de fond sur lequel l’électorat n’accorde pas sa confiance à la classe politique, c'est celui-ci, en raison de l’intérêt évident des partis politiques49.

  • 50 Roger Mortimore, op. cit., p. 5.

29Roger Mortimore résume les effets du changement du système électoral sur la classe politique par le fait que le vote alternatif n’avantagera pas systématiquement les travaillistes, ni même les conservateurs, mais qu’il bénéficiera dans tous les cas au LibDem, car en tant que parti se situant au centre de l’échiquier politique britannique, il constitue le deuxième choix des électeurs conservateurs et travaillistes. Les électeurs, en grande majorité, ne font pas un grand écart politique dans leur vote, s’ils sont amenés à classer par ordre de préférence les partis50.

Un verdict foudroyant pour les libéraux-démocrates

  • 51 The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on (...)
  • 52 Op. cit.

30Le référendum de 2011 a été le plus important jamais organisé en terme de nombre d’électeurs. En effet, la liste électorale contenait 80 000 inscrits supplémentaires par rapport à la liste des élections générale de 201051. De plus, la commission électorale a indiqué que 40 000 électeurs supplémentaires ont tenté de s’inscrire une fois la date limite passée, et que le jour même du vote, environ 5 000 personnes se sont rendues aux urnes dans le but de voter sans y parvenir puisqu’elles n’étaient pas inscrites sur les listes électorales52. 19 285 751 électeurs ont voté lors du référendum, ce qui représente un taux de participation de 42,2 %.

  • 53 The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report o (...)

31Les 2/3 des électeurs (67,87 %) ont répondu « non » à la question suivante : « Aujourd’hui, le Royaume-Uni utilise le système de vote First past the post pour élire les membres de la Chambre des communes. Ce mode de scrutin doit-il être abandonné en faveur du vote alternatif ? ». Un tiers des votants (32,09 %) se sont prononcés en faveur d’un changement de mode de scrutin. Sur l’ensemble des circonscriptions à l’échelle nationale, seules dix se sont majoritairement prononcées en faveur du système de vote alternatif. Il s’agit de Hackney (60,68 %), Glasgow Kelvin (58,8 %), Haringey (56,62 %), Islington (56,92 %), Lambeth (54,69 %), Cambridge (54,32 %), Oxford (54,11 %), Southwark (52,73 %), Camden (51,40 %) et d’Edimbourg central (51,36 %). Le taux de participation s’est avéré plus élevé que ce que les prévisions pouvaient le laisser envisager. En effet, il a atteint 42.2 %53.

32En ce qui concerne la répartition géographique du vote, des disparités ont été recensées : l’Angleterre s’est mobilisée à hauteur de 41 %, l’Écosse à 50,7 %, le Pays de Galles à 41,7 %, et l’Irlande du Nord à 55,8 %.

Fig. 2

Fig. 2

Participation électorale au référendum (en %)

Graphique réalisé à partir des données de la Commission Electorale , The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum, Londres, The Electoral Commission Publication, octobre 2011, p. 61.

33Les régions ayant des partis nationalistes actifs et influents sont donc celles qui se sont le plus mobilisées en faveur du oui, ce qui n’est pas surprenant car un changement du système électoral leur bénéficierait. Le vote en faveur du oui n’a été majoritaire dans aucune partie du Royaume-Uni.

Fig. 3

Fig. 3

Résultats du référendum par nation

Graphique réalisé à partir des données de la Commission Electorale , The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum, Londres, The Electoral Commission Publication, octobre 2011, p. 61.

34L’Angleterre a massivement rejeté la réforme avec presque deux électeurs sur trois contre cette proposition, alors qu’en Irlande du Nord, le résultat était plus serré, avec une petite avance pour le camps du non qui a convaincu presque six électeurs sur dix.

35Il existe également des disparités en fonction des régions d’Angleterre.

Fig. 4

Fig. 4

Résultats du référendum par région anglaise

Graphique réalisé à partir des données de la Commission Electorale, The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum, Londres, The Electoral Commission Publication, octobre 2011, p. 61.

36La mobilisation dans la partie centrale de l’Angleterre, à l’Est et à l’Ouest, ainsi que dans le Sud Ouest a été plus importante que dans la région de Londres. Celle-ci, qui n’était concernée par aucun autre scrutin local, est celle qui a montré le plus faible taux de participation : seuls 35,4 % de ses électeurs sont allés voter. Il n’apparaît cependant pas de grandes disparités d’opinion liées au lieu de résidence des électeurs. Néanmoins, on constate, à travers les données chiffrées, que la région de Londres a davantage soutenu la réforme électorale, puisque le oui a récolté 39,5 % des suffrages, contre seulement 28 % dans le Nord Est de l’Angleterre.

  • 54 Liberal Democrats, Manifeste 2010, p. 39. Londres, Liberal Democrats Publication, 2010.

37Par le biais de ce référendum, les Britanniques ont en particulier sanctionné les libéraux-démocrates, auxquels ils reprochent d’avoir renié certaines de leurs promesses de campagne. Les électeurs ont exprimé leur mécontentement à l’égard de la politique d’austérité menée par le gouvernement, dont les libéraux-démocrates ont cautionné les actions alors que leurs propositions de campagne étaient à l'opposé des mesures qui allaient être mises en application dans certains domaines, par exemple les frais de scolarité dans l’enseignement supérieur. En effet, le LibDem, dans son manifeste présenté lors des élections de 2010, s’engageait à ne pas augmenter ces frais et allait même au-delà en déclarant vouloir les supprimer. Comme on peut le constater à la page 39 du manifeste, le parti indique une économie à venir, pour les étudiants, de presque 10 000 £54.

  • 55 Les droits d'inscription en Licence sont établis au plan national, les frais d'inscription en Mas (...)

38Les droits d'inscription dont les étudiants doivent s’acquitter, loin de disparaître, ont considérablement augmenté malgré la promesse des libéraux-démocrates, pourtant membres du gouvernement55. Les jeunes électeurs dont les votes se sont largement reportés en faveur des libéraux-démocrates du fait de cette promesse de campagne ont désavoué le parti de Nick Clegg dès que l'occasion électorale s'est présentée. Le parti a également été sanctionné au niveau des élections régionales et locales qui avaient lieu le même jour.

  • 56 « Thursday' s Scottish General Election result was disastrous and I must and do take responsibili (...)
  • 57 « Very bad for politics indeed », « Teenage Labour candidate beats ex-LibDem leader », BBC News, 6 (...)
  • 58 « But as soon as you mentioned the words Lib Dem the words that came back were: “We all know what (...)

39Suite aux élections du 5 mai 2011, les libéraux-démocrates ont perdu environ la moitié de leurs conseillers municipaux et un grand nombre de leurs conseillers régionaux, et des membres du Parlement écossais, où ils se sont effondrés. Le leader du LibDem pour la branche écossaise, Tavish Scott, a d’ailleurs démissionné de ses fonctions deux jours après le scrutin, à la suite des résultats obtenus, qu’il a qualifiés de « désastreux56 » et imputés à la coalition gouvernementale formée avec le parti conservateur. En effet, le parti a perdu onze de ses seize parlementaires siégeant au Parlement écossais, Holyrood. À Liverpool, Mike Storey, l’ancien leader Lib-Dem du conseil municipal (1998-2005), conseiller depuis 38 ans, a été battu par le travailliste Jake Morrison, à peine âgé de 18 ans. La responsable des libéraux-démocrates dans la localité, Flo Clucas, a imputé la défaite sévère subie par son parti aux résultats de la campagne de dénigrement conduite à l’encontre de Nick Clegg. Selon elle, le parti travailliste, à l’échelle nationale, a mené une campagne négative, qu’elle qualifie de « très néfaste pour la politique en général57 ». Les travaillistes ont, à ses yeux, fait en sorte de nuire à Nick Clegg du fait de l’alliance avec le parti conservateur dans le cadre du gouvernement de coalition. Flo Clucas rapporte les propos sévères de certains citoyens de Liverpool à l’égard du LibDem : « Dès que l’on mentionnait le nom LibDem, ce qui revenait était ceci : « Nous savons tous ce que Clegg a fait. Il s’est couché dans le même lit que les Tories »58 ».

  • 59 « Vote 2011: Nick Clegg quit calls after council losses », BBC News, 7 mai 2011.

40De plus, Les libéraux-démocrates ont également essuyé un revers symbolique en perdant la ville de Sheffield, fief du vice-Premier Ministre Nick Clegg, au profit du parti travailliste qui a totalisé 49 conseillers sur un total de 84, en en gagnant 9 aux libéraux-démocrates, qui atteignent maintenant le nombre de 32. Au total, les libéraux-démocrates ont perdu 695 conseillers, les travaillistes ont gagné 800 conseillers supplémentaires, et les conservateurs, quant à eux, en comptabilisent 81 de plus. Au sein du parti, la coalition gouvernementale est considérée presque unanimement comme responsable des résultats décevants obtenus par le parti dans toutes les régions, et en particulier dans le nord de l’Angleterre. Dave Goddard, leader LibDem du conseil municipal de Stockport, précise : « [les résultats sont] décevants », en ajoutant que son parti a « fait les frais de sa participation aux gouvernement59 ».

41Barbara Janke, leader du Bristol City Council, déclare quant à elle :

  • 60 Ibid., « Obviously there is a huge national factor, it's been a very bad night for the Liberal Demo (...)

Évidemment il y a le facteur national qui est considérable, cela a été une très mauvaise soirée pour les libéraux-démocrates et il n’y a pas d’issue à cela. Notre véritable sentiment est que Nick Clegg et les libéraux-démocrates se sont injustement vus rejeter la responsabilité de tout ce qui ne fonctionne pas dans la coalition, mais nous devons relever le défi d’expliquer nos mesures, de communiquer avec les gens et de faire en sorte qu’ils comprennent les choses très positives que nous sommes en train de faire60.

  • 61 Ibid.

42Selon John Curtice, il y a eu un report des votes libéraux-démocrates en faveur du parti travailliste lors des élections locales de 2011, le parti conservateur gardant la même part des suffrages que lors des élections locales précédentes. Le LibDem a perdu environ 11 % des suffrages au total, alors que les travaillistes ont gagné 10 % de votes supplémentaires sur l’ensemble des suffrages exprimés. Cette élection locale a engendré les pires résultats obtenus par le parti depuis la fusion de 198861.

Conclusion

43À la suite des résultats du référendum, le vice-Premier Ministre libéral-démocrate a fait part de la déception de son parti face à ce rejet massif provenant de la population britannique. Le LibDem a écarté la possibilité de quitter la coalition gouvernementale, qui constitue son grand retour en force au pouvoir après des décennies d'un éloignement imputable, selon ses membres, au système électoral. La question qui perdure concerne l’avenir de la formation politique et son positionnement sur l’échiquier politique. En effet, le parti s’était toujours clairement concentré sur la réforme électorale, sur ses stratégies électorales et notamment sur sa distance vis-à-vis des deux autres partis, son identité reposant sur ce paramètre prépondérant. Ainsi, dans les années 1990, la question de la réforme électorale avait été l’élément qui avait mis fin à sa position d’équidistance vis-à-vis du parti conservateur et du parti travailliste, afin d’effectuer un rapprochement avec les Nouveaux travaillistes dirigés par Tony Blair. C’est cette même question qui, à la fin des années 1990, a finalement éloigné à nouveau les deux partis, redonnant au LibDem une certaine distance vis-à-vis des conservateurs et des travaillistes. Le principe de base du gouvernement de coalition consiste, de facto, pour le LibDem, en un repositionnement plus à droite sur l’échiquier britannique, et repose sur l’accord relatif à la réforme électorale. Le débat concernant la réforme électorale est clos à court et à moyen termes : les élections législatives de 2014 se tiendront conformément au système en vigueur. Cette consultation nationale sans précédent a mis un terme à une quête infructueuse qui avait débuté presque un siècle auparavant, lorsque l'émergence du parti travailliste avait commencé à altérer les perspectives politiques du parti libéral, le reléguant progressivement en position de « tiers parti ». La participation au gouvernement de coalition du LibDem, qui a récemment subi une série de scandales internes nuisant considérablement à son image et dont les intentions de vote ont presque diminué de moitié, risque de lui faire payer un lourd tribut.

Haut de page

Notes

1 Michel de Villiers et Armel Le Divellec, Dictionnaire de droit constitutionnel, Paris, Dalloz (Sirey), 2009, 7e éd., p. 218.

2 Étude n° 250/2003, Commission européenne pour la démocratie par le droit (Commission de Venise), Strasbourg, CDL-AD, 2003.

3 Op. cit.

4 David Butler, «Electoral reform», dans The changing constitution, J. Jowell et D. Oliver (éds.), Oxford, Oxford University Press, 1989, p. 383.

5 Gaetano Mosca (1858-1941), professeur, député et sénateur italien, impose l’idée de « classe dirigeante »(ruling class), Elementi di scienza politica, Bari, Gius Laterza & Figli, 1953.

6 Michel Offerlé, Un homme, une voix ? Histoire du suffrage universel, Paris, Gallimard, 1993, p. 65.

7 John Mceldowney, Public Law, Londres, Sweet and Maxwell, 2002, p. 188.

8 Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe, Paris, Gallimard, 1985, p. 21.

9 Louis Favoreu, Patrick Gaia, Richard Ghevonstian, Jean-Louis Mestre, Guy Scoffoni, Otto Pfersmann, André Roux, Droit Constitutionnel, Paris, Dalloz, p. 597.

10 Pierre Martin, Les systèmes électoraux et les modes de scrutin, Paris, Montchrestien-Clé, 1994, p. 38.

11 En premier lieu dans les colonies britanniques qui allaient ensuite devenir les États-Unis d'Amérique.

12 David Butler, The Electoral System in Britain since 1918, Basingstoke, Macmillan, 1963, p. 3.

13 Sur un total de 213 pays listés. Electoral System Design: The New International IDEA Handbook, International Institute for Democracy and Electoral Assistance, 2005 (2e éd., 2008).

14 Traduction de l'auteur : « Emporter une circonscription avec une petite marge, perdre avec un grand écart de votes ».

15 Galina Borisyuk, Michael Thrasher, Colin Rallings, Ron Johnston, Electoral bias in 2010: Evaluating its extent in a three-party system, Elections, Public Opinion and Parties Annual Conference, University of Essex, 10-12 septembre 2010.

16 Pierre Avril et Jean Gicquel, Lexique de droit constitutionnel, Paris, PUF, 1989, 2e éd.,  p. 15.

17 Depuis 1945, les partis travailliste et conservateur ont accédé au pouvoir chacun à neuf reprises, si l’on inclut dans leur rangs les gouvernements de coalition ou minoritaires.

18 Michel de Villiers et Armel Le Divellec, Dictionnaire de droit constitutionnel, op. cit., p. 27.

19 Maurice Duverger, Les partis politiques, Paris, Points-politique, 1981, 10e éd., p. 291.

20 Georges Lavau, Partis politiques et réalités sociales : contribution à une étude réaliste des partis politiques,Paris, Hachette, 1974, 2e éd.

21 John Curtice, «So What Went Wrong with the Electoral System?», Parliamentary Affairs, vol. 63, n° 4, 2010, p. 623-638.

22 Markku Laakso, Rein Taagerpera, « Effective Number of Parties: A Measure with Application to Western Eutope », Comparative Political Studies, 12, 1979, p. 3-27.

23 John Stevenson, Third Party Politics since 1945, Liberals, Alliance and Liberal Democrats, Oxford, Blackwell, 1993, p. 87.

24 Monica Charlot, Le pouvoir politique en Grande-Bretagne, Paris, PUF, 1998, 2e éd., p. 59-75.

25 Sénat, Note de synthèse sur le référendum, URL : http://www.senat.fr/lc/lc4/lc4_mono.html#toc0.

26 Gordon Brown, A vote to give politics back, The Guardian, 2 février 2010.

27 Vice-Premier Ministre du Royaume-Uni depuis le 11 mai 2010 et leader des libéraux-démocrates depuis décembre 2007.

28 « I’m the leader of a party that has long campaigned for a different variant of electoral reform ». House of Lords Constitutional Committee, Parliament Live, 13 Octobre. 2010. URL : http://m.parliamentlive.tv.

29 David Laws, 22 days in May, the Birth of the LibDem-Conservative coalition, Londres, Biteback, 2010, p. 306-11.

30 Paddy Ashdown fut le premier leader des libéraux-démocrates, à la suite de la fusion entre le parti Libéral et le parti social-démocrate en 1988 qui donna naissance au parti. Il dirigea le parti de sa création en 1988 à 1999. Durant les années 1990, il mit en place une coopération (« le projet ») avec le nouveau parti travailliste de Tony Blair. Cette collaboration suspendit la position d'équidistance que le parti avait précédemment adoptée.

31 Danny Alexander, « There is now only one serious deal on the table-with the Conservatives. We must go for this » ; David Laws, 22 days in May, the Birth of the LibDem-Conservative coalition, Londres, Biteback, 2010, p. 157-158.

32 David Laws, 22 days in May, the Birth of the LibDem-Conservative coalition, Londres, Biteback, 2010, p. 321-328.

33 Vernon Bogdanor, The Coalition and the Constitution, Oxford, Hart Publishing, 2011.

34 « Bring forward a Referendum Bill on electoral reform, which includes provision for the introduction of the Alternative Vote in the event of a positive result in the referendum, as well as for the creation of fewer and more equal sized constituencies. », Bulletin Officiel, The Coalition: our programme for government, mai 2010. URL : https://www.gov.uk/government/publications/the-coalition-documentation.

35 The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum, Londres, The Electoral Commission Publication, octobre 2011, p. 26.

36 The Electoral Commission, Voting at different polls on 5 May 2011 the Electoral Commission’s position, Londres, The Electoral Commission Publication, 22 juillet 2010.

37 The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum, Londres, The Electoral Commission Publication, octobre 2011, p. 26.

38 David Farrell, Michael Gallagher, «British voters and their criteria for evaluating electoral systems», British Journal of Politics and International Relations, 1999, p. 293-316.

39 Peter Kellner, «Voting reform: why the campaign really will matter», YouGov, 16 mai 2011. URL : http://yougov.co.uk/news/2011/05/16/voting-reform-why-campaign-really-will-matter/.

40 Op. cit.

41 Le parti conservateur ayant obtenu plus de 30 % des suffrages, il obtient la somme maximum pouvant être débloquée. Le LibDem se trouve dans le barème inférieur, c’est-à-dire correspondant à entre 20 % et 30 % des suffrages obtenus, soit 4 000 000 £. The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum, octobre 2011, p. 99. URL : http://www.electoralcommission.org.uk /__data/assets/pdf_file/0019/141328/Final-PVS-report.pdf

42 Op. cit., p. 141.

43 6 mars 2011 Conférence du parti Conservateur au Pays de Galles.URL : http://www.conservatives.com/News/Speeches/2011/04/David_Cameron_Lets_get_out_there_and _win.aspx.

44 « The system is so unfair the person who comes third will win. Just think forward to the Olympics. Usain Bolt powers home in the hundred metres but when it comes to handing out the gold medals they give it to the person who comes third. You wouldn't do it in the Olympics, we shouldn't do it in politics, we've got to vote no to this crazy system. ». Sky News, URL : http://news.sky.com/story/845263/cameron-attacks-undemocratic-voting-reforms.

45 L'île de Mauru située dans le Pacifique utilise également le système du vote alternatif.

46 « It's a system so obscure that it is only used by three countries in the whole world: Australia, Fiji and Papua New Guinea. I'm not making it up, three countries in the whole world. Our system is used by half of the world », Sky News, URL : http://news.sky.com/story/845263/cameron-attacks-undemocratic-voting-reforms.

47 « Sir, Those of us who have represented Britain internationally know that one of the many reasons why we have always punched above our weight is our simple and straightforward voting system, a system that everyone can understand, because it gives one person, one vote. », The Times, 29 Mars 2011.

48 Ed Miliband est leader du parti travailliste depuis septembre 2010 et l'actuel chef de l'opposition.

49 Ipsos Mori, février 2011 ; Roger Mortimore, A guide to the Alternative Vote, p. 3.

50 Roger Mortimore, op. cit., p. 5.

51 The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum, Octobre 2011, p. 59.

52 Op. cit.

53 The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum. Londres, The Electoral Commission Publication,octobre 2011.

54 Liberal Democrats, Manifeste 2010, p. 39. Londres, Liberal Democrats Publication, 2010.

55 Les droits d'inscription en Licence sont établis au plan national, les frais d'inscription en Master et en Doctorat étant fixés par les universités. Le plafond des droits d'inscription a été triplé par le gouvernement de coalition passant de 3271 livres à 9000 livres par an. Environ deux tiers des universités anglaises appliquent le tarif maximal qui ne devait initialement être appliqué qu'en cas de « circonstances exceptionnelles ».

56 « Thursday' s Scottish General Election result was disastrous and I must and do take responsibility for the verdict of the electorate », Herald Scotland, 8 mai 2011.

57 « Very bad for politics indeed », « Teenage Labour candidate beats ex-LibDem leader », BBC News, 6 mai 2011.

58 « But as soon as you mentioned the words Lib Dem the words that came back were: “We all know what Nick Clegg has done. He has jumped into bed with the Tories” », BBC News, 6 mai 2011.

59 « Vote 2011: Nick Clegg quit calls after council losses », BBC News, 7 mai 2011.

60 Ibid., « Obviously there is a huge national factor, it's been a very bad night for the Liberal Democrats and there's no escaping that. We really feel that Nick Clegg and the Liberal Democrats have been rather unfairly blamed for anything that's wrong with the coalition, but then there is a challenge for us to explain the policies, communicate them and make sure people understand the very positive things that we are doing ».

61 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende L'opinion publique britannique et la réforme électorale
Crédits Tableau réalisé à partir de sondages Ipsos Mori sur la période 1991-1997.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 2
Légende Participation électorale au référendum (en %)
Crédits Graphique réalisé à partir des données de la Commission Electorale , The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum, Londres, The Electoral Commission Publication, octobre 2011, p. 61.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 3
Légende Résultats du référendum par nation
Crédits Graphique réalisé à partir des données de la Commission Electorale , The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum, Londres, The Electoral Commission Publication, octobre 2011, p. 61.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 4
Légende Résultats du référendum par région anglaise
Crédits Graphique réalisé à partir des données de la Commission Electorale, The Electoral Commission, Referendum on the voting system for UK parliamentary elections Report on the May 2011 referendum, Londres, The Electoral Commission Publication, octobre 2011, p. 61.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2523/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cynthia Boyer, « La quête du Graal des libéraux-démocrates britanniques : la réforme du mode de scrutin », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2523 ; DOI : 10.4000/framespa.2523

Haut de page

Auteur

Cynthia Boyer

Enseignante au Centre Universitaire de Formation et de Recherche Jean-François Champollion d’Albi, doctorante membre du Laboratoire de recherche « Anglophonie : Communauté, Écritures ». Université Européenne de Bretagne, Rennes 2. Membre du groupe de recherche britannique « British Liberal Political Studies ».
cynthia.boyer@univ-jfc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org