Navigation – Plan du site
Micro-récits et frontières dans les textes espagnols du Siècle d'Or

Formes brèves et microrécits

Formas breves y microrrelatos
Brief forms and micro-narratives
Alain Montandon

Résumés

Après quelques réflexions sur le court et le bref puis sur l’espace textuel et le temps de la forme brève quant à la réception du lecteur, l’auteur s’intéresse à l’engouement des lecteurs pour les micro-récits. Partant de l’Antiquité et à travers un parcours dans la littérature européenne classique et contemporaine, il met en relief les contours de cette forme brève dans ses différentes déclinaisons et étudie ses modes d’insertion dans un ensemble plus vaste, comme le recueil ou le roman.

Haut de page

Texte intégral

1Quelques réflexions sur le court et le bref s’imposent. Le court est relatif à ce qui est plus long, il est mesurable, alors que le bref appartient au champ notionnel du langage et la brièveté concerne un rapport interne à la parole. La forme brève relève donc d’une rhétorique, d’une stylistique et d’une poétique particulières. Elle hante un certain nombre de textes, plus ou moins longs (bien sûr, les textes très courts induisent aussi quant à eux presque toujours une pratique de la brièveté, la forme lapidaire exigeant la concision). La taxinomie de ces formes brèves (dont un certain nombre a pu historiquement se constituer comme genre) est une tâche difficile tant la brièveté peut prendre des formes diverses, hétérogènes et nombreuses.

2J’en citerai quelques-unes : l’adage, l’aperçu, l’aphorisme, l’apophtegme, l’essai, l’axiome, l’énigme, l’emblème, l’épigramme, l’épigraphe, l’esquisse, l’exergue, l’historiette, l’impromptu, l’instantané, l’oracle, la bribe, la charade, la citation, la dédicace, la devinette, la définition, la devise, la gnomé, la maxime, la pensée, la parabole, la remarque, la sentence, la xénie, le bon mot, le cas, le concetto, le conseil, les criailleries, le dicton, le fragment, le madrigal, le monodistique, le proverbe, le slogan, la pointe, le Witz, etc., etc. Je n’ai pas mentionné intentionnellement la nouvelle, l’anecdote, l’histoire brève, la short story, car nous allons revenir sur ces fictions brèves. Inutile de dire qu’avec le microrécit dont il sera question, nous avons affaire à une forme brève dont les frontières sont assez fluctuantes.

3Pour commencer, je soulignerai l’assez grande synonymie entre la brièveté et la concision, cela depuis l’Antiquité où l’orateur trouvait toute l’énergie dans la brièveté. Quintilien écrivait :

[…] les rhéteurs grecs distinguèrent entre la narration concise, c’est-à-dire , et la narration brève, la première, à leur avis, ne comportant rien de superflu, l’autre pouvant laisser à désirer quelque élément nécessaire. Pour moi la brièveté ne consiste pas à dire moins qu’il ne faut, mais à ne pas dire plus. Car les itérations, les répétitions des mêmes idées, les redondances d’expression que certains traités recommandent d’éviter dans la narration, à vrai dire je les passe ; ce sont des défauts que l’on ne doit pas seulement éviter par souci de brièveté.

  • 1 Quintilien, Institution oratoire, IV, 2, 42-44.

Il ne faut pas moins prendre garde au défaut qui résulte d’un abrègement excessif : l’obscurité ; et il vaut mieux, dans une narration, qu’il y ait excès en plus plutôt qu’en moins ; car le superflu dégage de l’ennui, mais la suppression du nécessaire n’est pas sans risque1.

  • 2 Ibid., 47.

4Cette définition est fort classique et sera retenue par les siècles postérieurs : la brièveté réside dans le rien de plus que nécessaire. Cela dit, Quintilien ajoute que « ce souci de brièveté ne m’empêcherait jamais d’introduire dans l’exposé des faits des détails qui le rendent plausible »2, car sinon ce ne serait plus une narration.

5L’usage des raccourcis, des ellipses, des synthèses font partie de l’art d’abréger, tout en respectant l’exigence de clarté et de plausibilité (probabilitas). Car dès l’Antiquité, la brevitas est au cœur d’un débat entre clarté et obscurité. Le bref est pour Gracian le plaisir de découvrir en un corps si petit, une âme si grande. Or dans l’Arte de Ingenio, comme de nombreux auteurs d’aphorismes et de maximes, il ne manque pas d’évoquer la stimulation du lecteur par le sentiment de l’incomplétude. Autrement dit, la brièveté exige de la part du lecteur une plus grande attention et imagination, car il doit lui-même participer activement. Plus l’énonciation est concise et plus l’effort demandé au lecteur est grand :

  • 3 Toussaint Rémond De Saint-Mard, Réflexions sur la poésie en général, sur l'églogue, sur la fable, s (...)

Si Montaigne, Pascal, La Rochefoucauld, s'étaient appesantis sur ce qu'ils avaient à dire, nous ne les aimerions pas tant ; ils ne nous sont bien chers, que parce qu'ils nous font, pour ainsi dire, partager leur gloire, en nous faisant achever leur travail3.

  • 4 Mais les ouvrages les plus courts
    Sont toujours les meilleurs. En cela j'ai pour guides
    Tous les (...)

Comme le dit La Fontaine pour qui « les ouvrages les plus courts sont toujours les meilleurs », il faut laisser « dans les plus beaux sujets quelque chose à penser »4.

6L’espace et le temps de la forme brève importent quant à la réception du lecteur. Le temps d’abord : la notion de brièveté concerne à la fois le fait d’écourter, de condenser, mais également celle de la courte durée. Le temps de la lecture est ici particulier, car si la brièveté plaît dans la narration en peu de pages, apte à captiver l’attention du lecteur sans le lasser, elle exclut de fait les longs développements, l’art de l’analyse, l’expansion romanesque, etc. D’un certain point de vue, l’économie est une perte, mais d’un autre, elle est nécessaire à la psychologie du lecteur. Edgar Allan Poe a insisté, dans sa Genèse d’un Poème et dans d’autres essais, sur l’acte psychologique de l’attention du lecteur. Pour lui « dans presque tous les genres de composition, l’unité d’impression est de la plus grande importance ». Cette impression et l’unité de l’effet produit une « exaltation de l’âme » qui ne peut être maintenue fort longtemps, d’où la nécessité de la brièveté et de la concentration. Ceci légitime la forme courte de la nouvelle et du conte :

  • 5 Edgar Allan Poe, L’Herne, n° 26, p. 114.

Dans le conte bref, l’auteur est en mesure de mettre intégralement son dessein, quel qu’il fût, à exécution. Pendant l’heure que dure la lecture, l’âme du lecteur demeure sous la coupe de l’écrivain. Il n’y a alors aucune influence – extérieure ou extrinsèque – résultant de la lassitude ou d’une interruption5.

  • 6 Cité par Klaus Doderer, Die Kurzgeschichte in Deutschland, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darm (...)
  • 7 Bernard Teyssèdre, Romans éclairs, Paris, Grasset, 1961.

7Un critique allemand, Martin Rockenbach, définissait, par la durée de lecture, l’histoire brève comme « le roman 5-minutes »6. Bernard Teyssèdre, lui, écrivit dès 1961 des « Romans éclairs »7. Je reviendrai sur cette question, car le microrécit, à la différence du conte et de la nouvelle, porte en lui une temporalité bien plus resserrée, impliquant la prise en compte de son statut dans le livre.

  • 8 Voir Alain Montandon, « Les espaces blancs de l’aphorisme » Plus Oultre. Hommage à Daniel-Henri Pag (...)

8La forme brève a également un statut particulier dans l’espace textuel. Le récit bref a en effet une lisibilité spécifique. Je ne parle pas ici de l’espace blanc qui sépare les aphorismes ou les maximes les uns des autres8, mais de l’appréhension que l’œil du lecteur peut faire quasiment d’un coup de la page ou des quelques pages d’une microfiction dont on peut percevoir presque simultanément l’ouverture et la clôture dans l’espace contigu du texte.

9Le resserrement de l’espace et du temps engendre des parcours de lecture nouveaux. On ne peut lire un recueil de microhistoires comme on lit un roman. Le lecteur peut se promener, au hasard, sans ordre et vagabonder parmi les histoires. En fait, le récit bref peut être soit inséré dans une histoire plus longue, soit être autonome et alors faire partie d’une série. Enchâssée, l’histoire conserve cependant son identité comme telle et ses caractères spécifiques. En série, c’est un ensemble discontinu (comme dans le cas des anecdotes d’un Chamfort, par exemple). Cet aspect mosaïque permet de multiplier les parcours de lecture. On se souvient de la célèbre dédicace des Petits poèmes en prose de Baudelaire à Arsène Houssaye :

  • 9 Baudelaire, « Le Spleen de Paris », Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, (...)

10Mon cher ami, je vous envoie un petit ouvrage dont on ne pourrait pas dire, sans injustice, qu'il n'a ni queue ni tête, puisque tout, au contraire, y est à la fois tête et queue, alternativement et réciproquement. Considérez, je vous prie, quelles admirables commodités cette combinaison nous offre à tous, à vous, à moi et au lecteur. Nous pouvons couper où nous voulons, moi ma rêverie, vous le manuscrit, le lecteur sa lecture ; car je ne suspends pas la volonté rétive de celui-ci au fil interminable d'une intrigue superflue. Enlevez une vertèbre, et les deux morceaux de cette tortueuse fantaisie se rejoindront sans peine. Hachez-la en nombreux fragments, et vous verrez que chacun peut exister à part. Dans l'espérance que quelques-uns de ces tronçons seront assez vivants pour vous plaire et vous amuser, j'ose vous dédier le serpent tout entier9.

  • 10 Nicolas Perrot d'Ablancourt (1606-1664), Apophthemahta, 1664.

11Baudelaire dit que chacun des fragments peut exister à part, mais que le « serpent » forme un tout puisqu’il le dédie « tout entier ». Mais la solution de continuité n’est pas non plus sans un inconvénient maintes fois révélé : celui de la fatigue du lecteur engendrée par la discontinuité des formes brèves, qui prend le lecteur au dépourvu. En bref, c’est trop, lorsque les beautés se trouvent entassées, ce que remarquait Perrot d'Ablancourt quand il écrivait dans ses apophtegmes10 qu’il fallait se ménager dans la lecture, pour ne point se saouler d'une viande trop nourrissante.

  • 11 Voltaire critiquait les Maximes de La Rochefoucauld en disant : « C’est moins un livre que les maté (...)

12Qu'en est-il du lecteur face à ces microhistoires ? Il n'a pas en face de lui une narration ou un discours continu, mais des matériaux qu'il butine11. Ce qui retient l'attention, c'est la complexité, la non-systématicité et la diversité. Ce désordre n'exclut cependant pas un ordre intérieur qui peut s'établir non par succession mais par renvois implicites à l’intérieur du recueil. Il y a ainsi de multiples parcours possibles suivant les associations faites par le lecteur et la liberté qu'il s'accorde de lire suivant son gré les narrations brèves proposées.

13Chez un Peter Handke, par exemple, la brièveté est le résultat d’une intention délibérée envers le lecteur, afin de créer un choc pour une reconnaissance identificatrice du lecteur ou un rejet. La fréquence de la forme infinitive chez Handke souligne ce rôle de structure d'appel. Le journal exprime des moments de la réalité de soi, de manière si évidente, si délimitée, si exacte dans leur configuration qu'ils deviennent justement aussi expression d'autrui. C'est pour cela que Peter Handke parle « d'histoires privées mondiales » pour désigner ces « petites choses », retenues et notées par lui et qui étendent l'imaginaire à cette zone où le vécu particulier peut être revécu par chacun. La pauvreté n'est pas dénoncée ; elle devient une angoisse métaphysique perceptible à travers de courtes notations, de brefs événements.

Pourquoi des microfictions ?

  • 12 Cité par Florence Delay, Petites formes en prose après Edison, Paris, Hachette, 1987, p. 111.
  • 13 Jules Renard, Journal 1887-1910 (4 Mai 1909), Paris Gallimard, 1960.
  • 14 Georges Poulet, Études sur le temps humain 2, Paris, Éditions du Rocher, Plon, 1952, p. 81-121.

14On peut s’interroger sur cet engouement pour les formes brèves et plus particulièrement celui de nos contemporains pour le discontinu, la bigarrure, le marginal, le presque rien, ces jets de l’émotion, ces télégrammes de l’âme, ces esquisses de rêve ? C’est qu’il y a la séduction irrésistible qu’exerce le petit, le minuscule, le plaisir du microcosme, celui de trouver un monde dans une coquille de noix (déjà chez Hamlet). Peter Altenberg déclare dans ses Esquisses viennoises : « Je voudrais représenter un être humain en une phrase, un événement de l’âme en une page, un paysage en un mot ! »12. Quel orgueil ! Quelle ambition ! Mais quel art difficile et impeccable est requis là. « Il y a des gens qui n'arrivent à la concision qu'avec une gomme à effacer : ils suppriment des mots nécessaires » écrivait Jules Renard dans son Journal13. La forme brève ne supprime rien, elle génère, elle engendre, car que ce qui est isolé se voit mieux selon [Joubert] et parce que la forme brève est comme une ombre, une esquisse, une silhouette, avec un plein et un vide, avec une densité maximale mais un bord de dentelle, une marge d’indéfinissable. Elle est entourée d’espace comme une île s’entoure d’horizons marins. Georges Poulet, à qui nous devons cette belle image, pourrait dire de la forme brève en général, comme il le fait de la maxime joubertienne, qu’elle existe à la fois en soi, dans la rigueur de son contenu, et dans l’entre-suite qui la lie à une vaste indétermination environnante14.

15Les formes brèves, appelées microrécits ou microfictions ou encore nouvelles hyperbrèves – qui ont la particularité de ne pas excéder 300 ou 400 mots – sont particulièrement appréciées de nos jours, sans doute en raison du rythme accéléré de la vie contemporaine exigeant des lectures rapides (à lire dans le métro, par exemple). Ces microrécits s’enracinent dans la vie de tous les jours, s’inspirant de faits divers, de légendes urbaines, au carrefour du conte traditionnel, de la littérature et du folklore urbain. Cette forme brève « absorbe, imite, réécrit des genres (littéraires et populaires), des formes (faits divers, haiku, « cadavre exquis »), des registres différents (comique, tragique, grotesque, fantastique), recycle des stéréotypes, parodie des textes littéraires et non littéraires, reconfigure des cadres de référence, s’adapte à de multiples supports, media et arts. La forme concise, elliptique, compacte et intense des microfictions, ainsi que ses contaminations par des formes et genres non narratifs (genres gnomiques, lyriques), pose la question de la dose minimale de narrativité (comment raconter ou ébaucher le changement d’un état vers un autre état avec le moins de mots possible). Fragmentaires, fractales et fugaces, les microfictions, notamment celles qui paraissent sur des blogs et dans Twitter, s’accumulent sous forme de séries ouvertes à l’infini (écriture de liste), établissant ainsi une connexion entre le minuscule, l’immense ou l’infini. » (définition donnée sur le site internet de French Fixxion et qui résume fort bien les divers aspects de ces microfictions)15.

  • 16 Voltaire, Siècle de Louis XIV, ibid, p. 121.
  • 17 Voir, par exemple, L’Anecdote. Actes du colloque international, présentés par Alain Montandon. Publ (...)
  • 18 Voir l’article « Ana » dans le Dictionnaire de la caducité des genres (à paraître en 2013 aux Éditi (...)
  • 19 Mémoires du mareschal de Bassompierre, contenant l’histoire de sa vie et de ce qui s’est fait de pl (...)

16Si l’appellation « micro » est assez récente en France (les Microfictions de Régis Jauffret datent de 2007), de fait les fictions brèves sont en réalité fort anciennes, il suffit de penser, par exemple, à l’anecdote. L’anecdote étymologiquement, c’est l’inédit (α εχδοτος), un petit récit narrant un trait de mœurs, un détail secondaire historique, « un champ resserré où l’on glane après la vaste moisson de l’histoire ; ce sont de petits détails longtemps cachés »16. Originellement l’anecdote désignait le recueil de ces petites histoires (les Anecdotes de Florence de Varillas 1685, Anecdota græca 1697-1713 de Muratori) caractérisées par la légèreté, la vérité, la rapidité du récit et l’heureux choix des expressions. Je ne veux pas m’étendre sur un genre d’une grande richesse par sa diversité et son foisonnement dans l’histoire littéraire proche du fait divers17. Je mentionnerai simplement en passant le genre des « Ana » qui rassemble de minuscules fait divers, des pensées, des bons mots, jugés caractéristiques ou simplement curieux de la vie d’un personnage célèbre. Ce type de recueil existe dès l’Antiquité, mais ne prend véritablement son nom qu’avec les Scaligeriana en 166618. Si les « Ana » sont des recueils, il est aussi des anecdotes insérées dans un texte continu. Je pense ici à l’exemple particulièrement intéressant de l’anecdote de la belle lingère qui se trouve dans les Mémoires du Maréchal de Bassompierre19. L’intérêt de cette anecdote est basé sur la surprise de la rencontre, et également par l’ensemble des surprises du narrateur face à un événement qu’il n’arrive pas à comprendre, bien qu’il en soit profondément ému et que l’ensemble de la narration tende vers un effet de surprise final qui remet en question la validité même de la lecture qui vient d’en être faite. L’histoire est apparemment simple, encore que fort complexe dans ses intrications secondaires : le maréchal, bel homme, se souvient que chaque fois qu’il passait sur le petit pont à Paris une belle lingère lui faisait force salutations. Il envoie son laquais lui faire savoir qu’il veut bien s'entretenir avec elle si elle le désire. Celle-ci lui répond « qu’elle irait où je voudrais, pourvu que ce fût à condition de coucher entre deux draps avec moi ». Ils se rencontrent chez une maquerelle nommée Noiret pendant une nuit qui ne donna jamais autant de plaisir à Bassompierre. Il accepte un second rendez-vous quelques jours plus tard, arrangé chez une tante de la dame. Quand Bassompierre s’y rend, c’est une voix d’homme qui répond. Troublé il redescend dans la rue, mais revient peu après sur ses pas. La porte de la chambre est ouverte, la paille du lit est en train de brûler et deux cadavres nus sont étendus sur la table. Il se retire, étonné, en croisant des corbeaux. Bassompierre ne put jamais savoir qui elle était et ce qu'elle était devenue. Cette anecdote m’intéresse ici parce qu’elle est intégrée aux souvenirs du maréchal écrits dans sa prison où il se souvient de sa vie antérieure. Elle est reprise par Goethe dans les Entretiens des émigrés allemands qui sont une série d’histoires enchâssées. Elle change ainsi de statut, mais elle change encore plus lorsque le jeune Hofmannsthal la reprend pour en faire une nouvelle Das Erlebnis des Marschalls von Bassompierre, publiée le 24 novembre 1900. L’amplification de l’anecdote dans cette réécriture fin de siècle l’enrichit de fort nombreux éléments.

  • 20 Robert Petsch, Wesen und Formen der Erzählkunst, Niemeyer Verlag, Halle, 1934.
  • 21 Marie-Pascale Hugo, Métamorphoses de l’insignifiant, L’Univers des discours, Montréal, Balzac-Le Gr (...)

17Robert Petsch20 a bien montré que l'unité singulière événementielle caractérise le champ de l'anecdote, tandis que celui de la nouvelle comporte plusieurs moments caractéristiques, en rapport avec un événement central. À l'unicité événementielle de l'anecdote s'opposent donc les répétitions thématiques de la nouvelle. Le cas de Boccace, dont le Decamerone s’inspire en partie d'anecdotes authentiques, montre bien les confusions qui peuvent être faites entre nouvelle et anecdote (« cento novelle, o favole o parabole o istorie che dire le vogliamo ! »). Mais il reste certain que l'anecdote n'a qu'un seul moment tandis que la nouvelle en connaît plusieurs. Le récit de Bassompierre est uniquement déterminé par la conséquence de la première rencontre qui aboutit à la substitution inexplicable, tandis que celui d'Hofmannsthal crée autour de l'événement un réseau de récits secondaires qui ont pour fonction, d’une part, de retarder l'avènement de la pointe et, de l’autre, de diversifier la diégèse par des éléments digressifs qui l'amplifient. Dans l'anecdote, c'est un chroniqueur qui rapporte objectivement un témoignage. Son art est celui de la concision. L'art du nouvelliste au contraire fait la part belle à l'écrivain puisque ce qui importe est désormais moins l'histoire que la manière de la raconter. L’art de l’anecdotier résiderait plutôt d’abord dans l'art de voir, de découper dans le réel la part intéressante, un art de l'invention quasiment photographique : celui de choisir le bon angle et le bon moment du cliché. On pourrait penser que la brièveté, l’économie, la concision font de l’anecdote une écriture « anonyme ». Ce serait cependant oublier que tout l’art de l’écrivain se cache dans cet anonymat. J’en voudrais pour preuve les mini-histoires de Thomas Bernhard dans L’imitateur qui se compose de cent quatre récits brefs. Ces historiettes courtes, concises, caractérisées par une platitude et une simplicité quasiment exagérées (surtout si l’on songe à la prolixité des longues proses romanesques de l’auteur) sont autant de faits divers d’une triviale banalité. La frontière entre fiction et réalité est une frontière instable pour Thomas Bernhard dont les petites proses se présentent comme un « discours emprunté qui, à l’instar de l’imitateur, n’aurait pas de voix propre »21. Ce serait cependant méconnaître l’art de la pointe du narrateur reproducteur :

« Un jeune Autrichien tue ses parents pour leur éviter la douleur d’un suicide »

  • 22 Thomas Bernhard, L’imitateur, Paris, Gallimard, 1981, p. 55.

« P.T.T. Des années après la mort de notre mère, les P.T.T. lui distribuaient encore des lettres qui lui étaient adressées. Les P.T.T. refusaient d’admettre sa mort »22.

  • 23 Roland Barthes, « Structure du fait divers », Essais critiques, Paris, Seuil, 1964, p. 197.

18Les récits sont présentés comme des rapports circonstanciés, avec des noms de lieu, des déictiques, mais sur fond de brouillages référentiels ; la compilation d’unités distinctes, autonomes finit par signifier un dérèglement dans un monde hyper-signifiant, témoignant de cette « zone ambiguë où l’événement est pleinement vécu comme un signe dont le contenu est cependant incertain »23.

19En cela les récits de la modernité diffèrent de ceux de la fin du xviiie siècle qui, certes, décrivent des anecdotes révélatrices de l’état de la société, mais à des fins didactiques et critiques, telles les anecdotes de Chamfort, qui souvent comme moraliste établit des ponts et des liens serrés entre maximes et anecdotes. Aussi l’anecdote apparaît comme une exemplification, une représentation, une visualisation de la maxime (abstraite) à laquelle on donne un tour concret et singulier. Inversement la maxime apparaît comme la généralisation, l’universalisation d’une loi tirée d’un exemple singulier, mis en forme et réfléchi. Les Lumières voyaient dans l’anecdote comme dans la fable et la parabole un moyen efficace et amusant d’instruire. Le goût pour les anecdotes chez Kleist débuta dans une lettre à sa fiancée en 1800. Il en publia ensuite de nombreuses dans les Berliner Abendblätter prenant souvent comme exemple des personnages historiques :

  • 24 Heinrich von Kleist, Petits écrits, Le Promeneur, Paris, Gallimard, 1999, p. 182.

Lorsqu’on lui demanda où il voulait être enterré après sa mort, Diogène répondit : « Qu’on me laisse au milieu d’un champ ». « Quoi ! rétorqua quelqu’un, tu veux être mangé par les oiseaux et les animaux sauvages ? ». « Qu’on laisse mon bâton à côté de moi, répondit-il, afin que je puisse les chasser ». « Les chasser ! s’écria un autre ; mais quand tu seras mort, tu ne ressentiras plus rien ! ». « Alors quoi, qu’est-ce que ça me fera que les oiseaux me mangent ou pas ? »24.

  • 25 Ibid., p. 179.

Lorsque sa femme mourut, Bach dut prendre des dispositions pour son enterrement, mais le pauvre était habitué à ce que sa femme s’occupât de tout ; si bien que lorsqu’un vieux domestique arriva et lui demanda de l’argent afin d’acheter du crêpe pour le deuil, il répondit en pleurant doucement, la tête appuyée sur la table : « Parles-en à ma femme »25.

20Enfin pour évoquer une dernière fois l’insertion de microrécit dans un ensemble romanesque, non comme anecdote, mais comme parabole : pensons à Kafka, digne émule du style sobre et précis de Kleist. Dans Le Procès, un récit dans le récit met celui-ci en abyme lorsqu’est racontée l’histoire du gardien de la porte. Elle se trouve à la fin du roman et reflète la condition du héros. Elle raconte la vie d’un homme qui attend toute sa vie devant la porte de la Loi, une sentinelle surveillant la porte et lui interdisant d’entrer. Ce n’est cependant pas une interdiction absolue : la sentinelle lui affirme qu’un jour il pourra franchir cette porte. À la veille de sa mort, la sentinelle lui dit que cette porte était pour lui, qu’il était le seul à pouvoir la franchir. Ici le micro est en quelque sorte une anamorphose du macro et cette brusque condensation dans la trame romanesque fait du petit récit une cristallisation signifiant la tragédie de l’ensemble.

21L’exemple inverse serait celui de l’incipit de L’homme sans qualités de Robert Musil, une histoire fort brève relevant du fait divers puisqu’il s’agit d’un bulletin météo :

  • 26 Robert Musil, L’homme sans qualités, Paris, Seuil, 1961, p. 9.

On signalait une dépression au-dessus de l'Atlantique ; elle se déplaçait d'est en ouest en direction d'un anticyclone situé au-dessus de la Russie, et ne manifestait encore aucune tendance à l'éviter vers le nord. Les isothermes et les isothères remplissaient leurs obligations. Le rapport de la température de l'air et de la température annuelle moyenne, celle du mois le plus froid et le mois le plus chaud, et ses variations mensuelles apériodiques, était normal. Le lever, le coucher du soleil et de la lune, les phases de la lune, de Vénus et de l'anneau de Saturne, ainsi que nombre d'autres phénomènes importants, étaient conformes aux prédictions qu'en avaient faites les annuaires astronomiques. La tension de vapeur dans l'air avait atteint son maximum, et l'humidité relative était faible. Autrement dit, si l'on ne craint pas de recourir à une formule démodée, mais parfaitement judicieuse : c'était une belle journée d'août 191326.

  • 27 Dominique Rabaté et Pierre Schoentjes, Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 1 MICR (...)
  • 28 Roland Barthes, « Structure du fait divers », Essais critiques, Paris, Seuil, 1964, p. 192.

22Ici la microfiction ouvre un des romans les plus totalisants qui soit. « Elle témoigne de manière exemplaire comment le ponctuel se trouve lié au général, le fragment à l’ensemble, le micro au macro »27. Les Nouvelles en trois lignes de Félix Fénéon sont des anecdotes resserrées en microhistoires. Elles étaient destinées au journal Le Matin à partir de 1905 (et ne furent publiées en ouvrage que seulement en 1948). La rubrique était constituée de dépêches de dernière minute sous formes de « brèves » dans les pages intérieures du quotidien. Ces « nouvelles » étaient divisées en sous-sections en fonction de leur provenance géographique et de leurs sujets. Elles ressortissent à la causalité troublée qui selon Roland Barthes caractérise le fait divers, « riche de déviations causales »28. Fénéon ne se privait pas de subvertir la dépêche suivant son goût anarchiste pour les faits particulièrement sanglants et d’inventer avec toutes les ressources de sa rhétorique des faits divers fictifs qu’il manipule avec cynisme, férocité et une cruelle ironie dont les lecteurs du journal n’ont souvent pas perçu l’aspect caustique.

Marie Jandeau, jolie fille que bien des Toulonnais connaissaient, s’est asphyxiée hier soir dans sa chambre, exprès. (Dép. part.) [500,95]

Deux Italiennes se houspillaient à Thil (Meurthe-et-Moselle). Les maris s’émurent. L’un tua l’autre et le couple passa la frontière. (Dép. part.) [621, 109]

Plage Sainte-Anne (Finistère), deux baigneurs se noyaient. Un baigneur s’élança. De sorte que M. Étienne dut sauver trois personnes. (Dép. part.) [336, 76]

Le professeur de natation Renard, dont les élèves tritonnaient en Marne, à Charenton, s'est mis à l'eau lui-même : il s'est noyé.

  • 29 Jean-Marie Gourio, Brèves de comptoir, Paris, Robert Laffont, Bouquins, 2 vols., 2002.

23Jean-Yves Jouannais a pu parler à leur propos de « romans elliptiques », qui, mis bout à bout, formeraient « une Comédie humaine condensée ». Il est d’ailleurs notable que plus l’histoire est resserrée et plus elle invite à parler de la mort. Sur 104 mini-récits de Thomas Bernhard, 77 parlent de la mort. Pensons aussi aux Crimes exemplaires de Max Aub. D’autre part, plus la narration est concise et plus le jeu sur la langue est intense. Pensons, par exemple, aux fameuses brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio29.

  • 30 Anatole France, « M. Thiers historien », La Vie Littéraire, 1921, p. 246 et suivantes.

24Depuis l’origine de ce qu’on a appelé microfiction et dont certains attribuent l’origine à Hemingway (ce qui est par ailleurs douteux) avec sa micro-nouvelle de six mots : « For sale: baby shoes, never worn » (« À vendre : chaussures de bébé, jamais portées ») qui permet au lecteur d’imaginer tout un roman et diverses possibilités d’interprétation, on a essayé de réduire au minimum le nombre de mots. Anatole France a livré une version éclairante avec l’histoire du prince de Perse qui voulait être éclairé par l'exemple du passé et demande qu’on lui compose une histoire universelle. Celle-ci est au bout de trente ans amenée par douze chameaux portant chacun cinq cents volumes. Le prince, occupé par le gouvernement de son royaume, n’ayant pas le temps de tout lire demande qu’on lui raccourcisse l’histoire. On lui apporte alors quinze cents volumes sur trois chameaux. Le prince se trouve trop vieux pour lire tout cela et demande d’abréger. Il n’y a alors plus qu’un seul chameau porteur de cinq cents volumes. Le prince dit alors « Abrégez, si vous voulez que je sache, avant de mourir, l'histoire des hommes ». Un âne lui apporte alors un gros volume. « —Je mourrai donc sans savoir l'histoire des hommes ! » s’exclame le prince. « —Sire, répondit le doyen, presque aussi mourant que lui, je vais vous la résumer en trois mots : ils naquirent, ils souffrirent, ils moururent. C'est ainsi que le roi de Perse apprit l'histoire universelle30.

  • 31 Voir Dominique Rabaté et Pierre Schoentjes, op. cit.

25La microfiction contemporaine joue de l’implicite et de l’allusif inhérents à la concision. Elle isole un fait, une image, un événement, avec la fulgurance de ce qu’on appelle aussi flash fictions, en les privant du récit qui leur donnerait sens31. Cette perte veut être compensée par leur reproduction indéfinie, la microfiction étant du côté de la liste et de la sérialisation.

26Dans cet art du micro, de ce que Fénéon appelait la « prose émaciée », la palme avait été décernée à l'écrivain guatémaltèque Augusto Monterroso avec El Dinosaurio :

« Cuando despertó, el dinosaurio todavía estaba allí. »

(« Quand il se réveilla, le dinosaure était encore là. »)

27Considérée comme la plus courte microfiction, elle fut cependant détrônée par un autre écrivain de langue espagnole, le Mexicain Luis Felipe Lomelí avec quatre mots :

« ¿Olvida usted algo? ¡Ojalá! »

(« Oubliez-vous quelque chose ? —Pourvu que oui ! »)

  • 32 Voir Lauro Zavala, La minificción bajo el microscopio, Bogota, Universidad Pedagógica Nacional, 200 (...)

28On pourrait ainsi multiplier la bibliographie contemporaine consacrée à ce genre de littérature weight watcher32.

Haut de page

Notes

1 Quintilien, Institution oratoire, IV, 2, 42-44.

2 Ibid., 47.

3 Toussaint Rémond De Saint-Mard, Réflexions sur la poésie en général, sur l'églogue, sur la fable, sur l'élégie, sur la satire, sur l'ode et sur les différents petits poèmes, La Haye, C. de Rogissart, 1734.

4 Mais les ouvrages les plus courts
Sont toujours les meilleurs. En cela j'ai pour guides
Tous les maîtres de l'art, et tiens qu'il faut laisser
Dans les plus beaux sujets quelque chose à penser
(La Fontaine, « Discours à M. le Duc de La Rochefoucauld », Fables, X, 14).

5 Edgar Allan Poe, L’Herne, n° 26, p. 114.

6 Cité par Klaus Doderer, Die Kurzgeschichte in Deutschland, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 1980, p. 5.

7 Bernard Teyssèdre, Romans éclairs, Paris, Grasset, 1961.

8 Voir Alain Montandon, « Les espaces blancs de l’aphorisme » Plus Oultre. Hommage à Daniel-Henri Pageaux, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 246-268.

9 Baudelaire, « Le Spleen de Paris », Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1961, p. 229.

10 Nicolas Perrot d'Ablancourt (1606-1664), Apophthemahta, 1664.

11 Voltaire critiquait les Maximes de La Rochefoucauld en disant : « C’est moins un livre que les matériaux pour orner un livre », Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, chap. XXXII, in Œuvres de Voltaire, tome XX, 2, Paris, Firmin Didot frères, 1830, p. 306.

12 Cité par Florence Delay, Petites formes en prose après Edison, Paris, Hachette, 1987, p. 111.

13 Jules Renard, Journal 1887-1910 (4 Mai 1909), Paris Gallimard, 1960.

14 Georges Poulet, Études sur le temps humain 2, Paris, Éditions du Rocher, Plon, 1952, p. 81-121.

15 www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org

16 Voltaire, Siècle de Louis XIV, ibid, p. 121.

17 Voir, par exemple, L’Anecdote. Actes du colloque international, présentés par Alain Montandon. Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont II, 1990.

18 Voir l’article « Ana » dans le Dictionnaire de la caducité des genres (à paraître en 2013 aux Éditions Droz).

19 Mémoires du mareschal de Bassompierre, contenant l’histoire de sa vie et de ce qui s’est fait de plus remarquable à la cour de France pendant quelques années, Cologne, 1665.

20 Robert Petsch, Wesen und Formen der Erzählkunst, Niemeyer Verlag, Halle, 1934.

21 Marie-Pascale Hugo, Métamorphoses de l’insignifiant, L’Univers des discours, Montréal, Balzac-Le Griot éditeur, 1997, p. 225.

22 Thomas Bernhard, L’imitateur, Paris, Gallimard, 1981, p. 55.

23 Roland Barthes, « Structure du fait divers », Essais critiques, Paris, Seuil, 1964, p. 197.

24 Heinrich von Kleist, Petits écrits, Le Promeneur, Paris, Gallimard, 1999, p. 182.

25 Ibid., p. 179.

26 Robert Musil, L’homme sans qualités, Paris, Seuil, 1961, p. 9.

27 Dominique Rabaté et Pierre Schoentjes, Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 1 MICRO/MACRO.

28 Roland Barthes, « Structure du fait divers », Essais critiques, Paris, Seuil, 1964, p. 192.

29 Jean-Marie Gourio, Brèves de comptoir, Paris, Robert Laffont, Bouquins, 2 vols., 2002.

30 Anatole France, « M. Thiers historien », La Vie Littéraire, 1921, p. 246 et suivantes.

31 Voir Dominique Rabaté et Pierre Schoentjes, op. cit.

32 Voir Lauro Zavala, La minificción bajo el microscopio, Bogota, Universidad Pedagógica Nacional, 2005 ; Ottmar Ette (éd.), Nanophilologie. Literarische Kurz- und Kürzestformen in der Romania, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Montandon, « Formes brèves et microrécits », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 06 mars 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/2481 ; DOI : 10.4000/framespa.2481

Haut de page

Auteur

Alain Montandon

Professeur émérite de Littérature Générale et Comparée à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS.
Alain.MONTANDON@univ-bpclermont.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org